AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 inévitable et vitale (clara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: inévitable et vitale (clara)   Lun 18 Juin 2018 - 18:16

les pages jaunes défilent, unes à unes. ton arrivée à Brighton était faite d'une toute nouvelle expérience : te retrouver seule face à ta vie, ton destin, toi-même. Et ça, tu l'avais étonnement bien vécu et appréhender. seule dans la ville, aucun visage familier. un besoin d'évasion, loin de tout, tout ce que tu connaissais jusqu'ici. tes yeux continuaient à se fatiguer sur le livret d'adresse. les noms se succèdent, en continuant d'humecter ton index pour tourner les pages plus machinalement. à la manière d'un livre japonais, tu remontais de la lettre z vers les premières de l'alphabet. tu cherchais précisément, en prenant ton temps : tu ne voulais pas passer à côté, le manquer par inattention. « avery, austen, atkins... andersen. » andersen. la voilà, celle que tu cherchais. la dernière fois que tu avais pu lire ce nom, il se trouvait sur l'arrière d'une vieille enveloppe, côté destinataire, il y a un peu plus de quinze ans.il te parait pourtant si familier et habituel. tu ne l'avais pas oublié, le temps avait juste fait les choses : a creusé sans relâche ce fossé d'une famille déchirée. la fille andersen, c'est clara. ta demi-sœur, la fille de ta mère. cela fait des années qu'il n'y aucun contact entre vous et tu ne saurais sûrement jamais la reconnaître, c'est à peine si tu te souviens de son visage d'enfant. c'est pourtant pour cette personne, que tu es partie de chez toi, pour la retrouver. regagner un semblant de lien familial, écorché par ceux que tu appelais « parents ». c'est cette clara d'un autre temps, qu'aujourd'hui tu considérais le plus comme ta famille, que tu essayes de retrouver. cette petite fille, ton amie, ta sœur, ton sang que tu allais rechercher à travers la ville portuaire. après avoir enregistré l'adresse de la fille andersen dans ton portable aka gps, tu te mis en route, suivant la flèche passant de gauche à droite. arrivée devant ce qui semblait être son habitation, tu pris un gros temps de repos, de réflexion avant de frapper au bois. la mer n'était pas loin, le quartier était agréable et la ville de plus en plus rassurante à tes yeux. pourtant t'avais le coeur qui battait à dix mille. les jambes fragiles et des sueurs froides de plus en plus intenses. t'avais envie de vomir, trop chaud, trop froid : en soit, cette situation coquasse de retrouvailles non-organisée après des années muée dans le silence, ça te rendait malade. c'était normal, il n'y avait rien de plus étrange que de reprendre contact avec quelqu'un qui risque de nous fermer la porte au nez. lorsque nos derniers espoirs reposent sur des fantômes du passé, de vagues souvenirs d'enfant naïf. pour le coup, ça c'est utopique d'en attendre quelque chose. et pourtant, il n'y a rien en quoi tu pouvais plus croire qu'en cette intuition totalement dingue et dépassée. tu allais y aller, frapper à cette porte et lui parler. le reste de ta vie allait sans doute se jouer dans les dix prochaines minutes. et c'est à cet instant que tu toquas.
une femme ouvre la porte après quelques secondes qui te paraissaient interminables. il te semble que c'est la petite fille de tes souvenirs. du moins c'est ce que en déduis au vu du nom correspondant à andersen clara. il ne devait pas en avoir dix à brighton. enfin. la petite fille n'est plus réellement là, elle avait su faire place cette magnifique et flamboyante jeune femme qui t'ouvre la porte. tu ne pouvais qu'être éblouie face à cette personne qui dès le premier regard, te semblait avoir tout réussi. il n'y avait, certes, pas de trait de famille flagrant entre vous et pourtant, t'étais plantée devant elle, au seuil de sa porte et ce n'était pas pour lui vendre des calendriers. « c'est. c'est moi. » et voilà que tu te mets à bégayer. incapable de décrocher un moindre maigre mot. même un simple indice comme le nom de votre mère, qui pourrait dénouer cette situation quelque peu gênante, ne sortira de ta bouche béate. le souffle, coupé.
@clara andersen
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

⋅ paper notes : 719
⋅ since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: (teddy & min-ho, logan, jill)

MessageSujet: Re: inévitable et vitale (clara)   Mar 19 Juin 2018 - 14:22

Spirit of my silence I can hear you
But I'm afraid to be near you
And I don't know where to begin

@sufjan stevens

Allongée sur son canapé, Clara observe. La poussière danser dans les rayons du soleil et chuter, sur les meubles de bois. La fenêtre du salon ouverte, qui laisse entrevoir le bruit des vagues, des oiseaux, de la ville. C'est si paisible. Beaucoup trop pour qu'elle ait envie de se relever. Elle est si absente parfois. L'horloge lui informe qu'elle est avachie ici depuis déjà plus d'une heure, sa playlist en fond lui indique la même chose, c'est la deuxième fois qu'elle entend ce morceau. Depuis qu'elle est enfant, Clara n'est pas de ceux qui s'ennuient rapidement, bien au contraire. Elle peut passer des heures avec soi-même sans ressentir ça comme une perte de temps. Bien sûr, l'extrême existe. Mais, elle est toujours plus ou moins occupée, même quand elle n'en a pas l'air, comme à cet instant. Elle ne gribouille pas, elle est simplement perdue à imaginer d'autres améliorations dans cet appartement. Cela fait quelques mois maintenant qu'elle est installée ici, et s'il y a bien une chose qu'elle apprécie par dessus tout dans les déménagements c'est la possibilité de repenser son environnement, changer de décor, rendre un espace personnel. Elle l'aime beaucoup son chez soi. Ce parquet ancien, qui craque à certains endroits. Ces pièces délimitées par des murs repeints en clair, surement pour attirer le locataire avec une fausse modernité. Une chance qu'elle aime les logements avec de l'histoire. Bien qu'elle n'en connaît rarement les détails. L'imagination est là pour faire le reste. Son espace salon, partagé plus loin avec l'espace cuisine, est composé de grandes bibliothèques, ou plutôt, de grandes étagères irrégulières qu'elle a monté elle-même. L'une d'entre elle, plus colorée, permet de mettre en valeur sa collection d'appareil photo et d'objets insolites. Comme, ce pichet d'eau en forme de chien tout bonnement hideux qui fait tant rire sa propriétaire. Faire les brocantes, une autre passion de la jeune femme. En regardant le plafond, elle s'interroge, pourquoi personne ne pense à décorer les plafonds, ils sont portant si tristes dans leur banalité. Les plus chanceux possèdent des poutres apparentes, ou encore des plafonds à moulures en plâtre. Celui-ci, malheureusement, non et elle aimerait remédier à cela. Quand certains ont pour projet de se marier et avoir des enfants, Clara elle, se pose les bonnes questions. Comme, que va-t-elle manger ensuite ? C'est cette même faim qui force mademoiselle à s'arracher aux bras de son très cher et tendre canapé. Une fois debout, elle prend conscience de l'état de son appartement. Clara n'est vraisemblablement pas la plus bordélique, mais disons qu'on pourrait par moment souligner son organisation douteuse. Comme la pile de livre à côté du canapé qui pourrait être pensée comme table de chevet plutôt bancale. Il en est de même de son placard à tasse et mug, inexistant jusqu'ici puisqu'on peut en retrouver un peu partout dans l'appartement. Les repères dans le temps ne sont pas évidents non plus aujourd'hui, alors qu'elle n'a aucune idée de l'heure, des signalements à la porte l'interpelle à ce sujet. Une chance que je sois au moins habillée, pense t-elle. Elle ouvre doucement la porte, pour la découvrir, sur son palier. Clara parait tout d'abord très surprise, doute quelques secondes mais finit par sourire. Il s'agit bien d'elle. Elle se souvient des photos qu'elle aperçoit assez régulièrement. Des images qui rendent coupable, avouons-le. « Billie ? » Elle a tellement grandi. « Quelle belle surprise ! Les autres sont avec toi ? » Elle observe derrière celle-ci, pour comprendre très vite que ce n'est pas le cas. Ce qu'elle trouve inquiétant mais à la fois, très rassurant. Clara n'a pas vu sa mère depuis un petit moment maintenant et on ne peut pas dire que l'imaginer débarquer sans crier garde enchante bien celle-ci. Malgré tout le respect qu'elle porte à sa mère, bien entendu. « Entre ! » Elle est véritablement très heureuse de la revoir, mais elle a aussi un peu de mal à cacher le malaise qui s'installe. Un mélange de culpabilité, de gêne et, d'appréhension. « Qu'est ce qui t'amène à Brighton ? »Quand elle la regarde, elle se rend compte de tout ce qu'elle a manqué. Les anniversaires, les fêtes de famille qu'elle a préféré esquiver en prétendant avoir beaucoup de travail, ou que sais-je encore. Les relations qu'elle entretient avec sa famille, notamment ses parents, ont toujours été une grande source d'anxiété pour la jeune femme. Ne pas faire de la peine à l'un, de pas favoriser l'autre. Ce qu'elle a finit par faire, plus ou moins inconsciemment. Ils ne sont pas égaux non plus. D'un côté, nous avons la mère qui a reconstruit sa vie et qui n'a pas vraiment besoin de son aide, de l'autre, le père. Qui n'a jamais vraiment pensé à lui alors, elle a essayé de le faire pour lui. Puis ensuite, prise dans l'engrenage de la vie d'adulte, de ses propres ambitions et de ses périples, il y a Clara. La famille, ça voulait dire beaucoup pour elle à une époque et puis, à force de grandir par soi-même, on oublie ce qu'il en est du concept de compter sur celle-ci ou inversement. Elle s'est toujours perçue comme le maillon discret, non indispensable mais qui sait percer avec de fines blagues aux quelques repas où elle assiste. La fille de passage dans un monde qu'elle a du mal à restituer parfois. Ils sont si nombreux, si éparpillés. Billie, fort heureusement, c'est facile. Une sœur dans l'arbre généalogique, c'est juste à côté. Et pourtant, elle ne s'est jamais sentie aussi lointaine d'une personne que d'elle aujourd'hui.

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down.



Dernière édition par Clara Andersen le Sam 4 Aoû 2018 - 16:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: inévitable et vitale (clara)   Mar 19 Juin 2018 - 22:04

elle était là. ravissante, somptueuse. tu la voyais comme communément une petite sœur idole la plus grande. après tout c'était ce qu'elle était, tout ce que n'étaient pas tes autres aînés. elle, elle avait clairement tout réussi, de l'extérieur en tout cas, mais tu en avais l'intime conviction que tes soupçons allaient se confirmer très rapidement. étonnement et finalement pas tant que ça, lorsque tu y réfléchis, elle était accueillante. comme s'il était normal de se retrouver après tout ce temps, sans chichis, sans fanfare et sans le reste de la famille. elle regarde au dessus de ton épaule, comme toujours, en espérant peut-être y voir un autre visage familier. enfin, tu te dis que le mot "espérer" et "famille" en ce qui concerne clara était totalement impossible à associer. elle était pire que toi et elle avait eu la chance de choisir dès son plus jeune âge. elle avait été épargnée de ta vie et pour cela, tu l'avais toujours envié, parfois jalousé. c'était injuste. injuste. à vrai dire, ce qui était injuste, c'était qu'elle n'avait pas du subir deux familles qui se constituent en un seul et même foyer. elle avait eu la "chance" que son père ne se soit pas remarié et n'ai pas eu à subir les enfants d'une autre en guise de fratrie. pour le coup, ça, ça n'était jamais passé. t'as toujours eu du mal à l'encaisser, à le digérer, à l'avaler. « ...les autres...? » justement, les autres. parlons-en! mais toujours rien. toujours rien ne sort de cette bouche demeurant muette. t'es une sacrée empotée. tu te contentes de hausser les épaules, comme si toute cette mascarade était normale. tu parles d'une surprise. tu souris mais derrière cette grimace, tu ne fais pas vraiment la maligne : ton menton frémit dans tous les sens et tu as cette boule qui commence à se nouer dans la trachée. tu connaissais la suite logique de ces premiers symptômes, tu allais finir par faire le bébé, à partir dans un profond chagrin et des sanglots bruyants à n'en plus finir. après tout, pour elle, tu es sans doute encore cette petite fille frêle et fragile. mais avant toute chose, elle t'invite courtoisement à rentrer, entrer dans son antre qui paraissait si rassurante à l'extérieur et qui se confirme dès les premiers pas dans l'entrée. t'avais simplement envie de la prendre dans tes bras et fondre en larmes mais tu souhaitais te montrer forte face à elle. pour une fois, être simplement à sa hauteur et faire comme si tout aller bien. même si la minute d'après elle en comprendra le contraire et la vérité sur ta venue. mais pour tout cela billie, il faut parler. « merci. oh tu sais, changer d'air avant tout. » même pas foutue de dire que tu n'es pas la pour du tourisme et que ta venue ici est avant tout permanente. mais t'as peur. peur de la décevoir, de lui avouer ton échec. et au vu de ton attitude on pourrait presque y croire. ton allure de backpack pourrait effectivement te faire passer pour la parfaite touriste en recherche de nouveaux horizons. « c'est joli chez toi ça change de l'austérité de la maison de ports'. » la maison dans laquelle tu as majoritairement vécu et grandis est l'une des plus belles propriétés de portsmouth. et ça clara était bien placée pour le savoir. c'était une majestueuse maison blanche, aux volets pains dans les tons vert d'eau parsemé de rose pastel. un intérieur nature, mêlé de bois et d'énormément de plantes : une demeure où il fait tout bonnement bon vivre. et malheureusement, tu n'as pas su tourner ta langue sept fois dans la bouche avant de parler : c'était tout compte fait bien mieux lorsque tu restais cloitrée dans ton mutisme, tu paraissais nettement moins idiote. car il n'y a rien de plus ridicule que de se trahir soi-même, se planter un clou dans le pied, toute seule. comme une grande. comme si dès ton arrivée il fallait s'apitoyer sur ton sort en jouant la drama queen, petite sœur oblige. @clara andersen
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

⋅ paper notes : 719
⋅ since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: (teddy & min-ho, logan, jill)

MessageSujet: Re: inévitable et vitale (clara)   Mer 20 Juin 2018 - 21:44

C'est à vrai dire la première fois que Clara invite un membre de sa famille à entrer dans cet appartement. Etrange, quand on y pense. Il est assez rare que cela arrive autrement. Enfin, à part son père bien entendu, qui a déjà profité des déménagements de Clara pour voyager. Bien que cela reste très étrange de l'accueillir ici, c'est en réalité agréable. La jeune femme ne semble cependant pas être totalement satisfaite de la réponse de sa soeur. Préoccupée par autre chose. Elle a l'air un peu perdue, mais peut-être que c'est dû au fait qu'elle rentre quasiment chez une inconnue. Qui pourrait lui blâmer cela. Elle souligne l'apparence de son appartement, en comparaison de celui de chez leur mère. Un environnement qu'elle a fréquenté, bien entendu, mais sur de très courtes durées. Elle a envie de rire, au commentaire de la jeune fille, qui n'a pas vraiment tord. Venant d'une artiste, on aurait pu prétendre à une maison plus, personnelle et chaleureuse. Clara s'est toujours demandé si ça n'était pas dû à son statut de mariée. Mais elle n'est sans doute pas très subjective et en position d'assurer de tels propos. Oui, elle a toujours trouvé sa mère changée, mais, elle était aussi trop petite pour cerner ce genre de choses. « Installe toi, tu peux déposer tes affaires ici, cliché mais, fais comme chez toi ! Et excuse l'état. » Elle récupère quelques feuilles sur le fauteuil et les regroupent sur le bureau. « Et pourquoi Brighton ? Pas plutôt tentée par notre chère capitale ? » Pour une jeune fille de son âge en tout cas, bien souvent, on veut toujours partir où il y a du mouvement. Pas que Brighton ne soit pas agréable dans ce sens. C'est tout bonnement différent. Tout ce que Clara recherche quand elle recommence. Alors, soudainement, elle comprend. Le mouvement n’a pas d’importance. Il suffit juste d’être dépaysé, même un minimum. Juste assez pour avoir l’impression de vivre, de nouveau.

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down.



Dernière édition par Clara Andersen le Sam 4 Aoû 2018 - 16:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: inévitable et vitale (clara)   Lun 30 Juil 2018 - 20:08

le pas timide et incertain. tu ne savais finalement pas si c'était une réelle bonne idée d'être ici, à renouer avec le passé. au moins tu avais eu une idée. « fais comme chez toi. » tu avais connue cette maison qu'on te disait tienne à porthmouth. pourtant, tu ne t'es jamais senti vraiment chez toi. certains claquent la porte et ont simplement à s'étendre de tout leur long sur le sofa pour se sentir dans son cocon. toi, t'avais une chambre et pourtant tu ne l'as jamais considéré comme tel. trop impersonnelle malgré la décoration que tu avais tentée d'installer. c'était sûrement l'ambiance à la maison qui donnait cet air si peu chaleureux à l'antre. tu te contentais de poser ton modeste sac à dos près de la sculpture de livres, sans les faire tomber. t'as les jambes en coton après plusieurs jours à errer, pourtant avec cette adrénaline condensé de stress, tu réussis à encore tenir debout, sans vaciller. clara continue la discussion en rangeant trois bouts de papier par ci par là, comme si cela avait de l'importance. « mmmh. » c'était une bonne question à laquelle tu n'avais pas réfléchi. vite. « il n'y a pas la mer à londres. j'avais avant tout besoin de cette odeur iodée dans les poumons. et puis.. » est-ce que.. ? oui allé billie. « et puis, j'avais besoin de voir un visage familier. et en dehors de porthmouth, je ne connais pas grand monde. à part toi. ici. » un visage familier. bien sûr. cela faisait des années que vous ne vous étiez pas vu et pourtant. cette conversation semblait bien trop officielle et conventionnelle. genre visite de routine chez mère-grand. « pour tout avouer, j'ai besoin de toi, plus que jamais. » billie, toi qui avait peur de sauter dans le grand bain, t'es servie. tu ne savais pas comment elle pourrait réagir. clara te verrait peut-être comme une profiteuse, à l'image de tes demi-sœurs restées sur place. pourtant tu ne désirais aucune once de pitié de sa part. uniquement qu'elle te tende la main, afin de te relever et remonter la pente. @clara andersen
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

⋅ paper notes : 719
⋅ since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: (teddy & min-ho, logan, jill)

MessageSujet: Re: inévitable et vitale (clara)   Sam 4 Aoû 2018 - 16:44

Il n'y a pas la mer à Londres, c'est certain. La pollution si. Bien que la ville possède ses avantages, Brighton, c'est un petit havre de paix à proximité de tout. Clara est finalement bien heureuse qu'un nouveau travail l'ait mené jusqu'ici. Aujourd'hui, c'est au tour de Billie. Et Clara apparait dans la liste des raisons de sa venue, quel honneur. Pourtant, elle ne peut s'empêcher de se sentir coupable, encore une fois, pour toutes ces années manquées et son rôle médiocre de grande soeur. Alors quand cette dernière lui avoue avoir besoin d'elle plus que jamais, la jeune femme en perd l'usage des mots. Dans quelles circonstances quelqu'un pourrait bien avoir besoin d'elle ? Bien sûr, Clara est plus que prête à être là pour elle. Après tout, s'il existait une manière de se racheter, celle-ci en est une belle. « Besoin de moi ? Billie, qu'est ce qui se passe ? Tu commences à m'inquiéter tu sais.. » Elle pense alors à des problèmes à la maison. Cohabiter avec tout ce monde ne s'annonce pas chose aisée et qu'elle pourrait comprendre que cela puisse pousser une jeune fille à fuir. Au fond, fuir, c'est tout ce qu'elle sait faire Clara. Est-ce que Billie tiendrait ça d'elle ? Elle invite sa soeur à s'installer à ses côtés sur le canapé d'un geste de la main. « Je t'en prie, raconte-moi tout. S'il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour toi... » Du moment que cela n'implique pas de donner des conseils sur comment gérer les relations humaines. Elle est tellement mal placée pour cela. Au fond, Clara, tout ce qu'elle peut lui offrir, c'est une présence, une épaule sur laquelle pleurer si besoin, quelqu'un sur qui se reposer en cas de problème. « Je veux dire, je suis là tu sais. Même si, on pourrait penser tout le contraire. C'est juste... j'ai pas vraiment d'excuse au fond. Mais, je peux au moins te promettre de faire tout ce qui est dans mon possible pour t'aider. » En espérant qu'elle arrive à tenir sa promesse, cette fois-ci.

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: inévitable et vitale (clara)   Sam 11 Aoû 2018 - 20:00

par où commencer? qu'est-ce qui était le plus important? quels étaient les détails superflus? l'angoisse qui commençait à nouer ton ventre ne se posait pas ces questions. il fallait expliquer, débiter l'histoire. ne pas réfléchir, ne plus réfléchir, à quoi que ce soit. tu allais aller au but, ne pas passer par quatre chemins, c'était sans doute ça le plus dur. l'art d'aller droit au but, n'était pas de coutume chez toi. il fallait apprendre sur le tas, comme un enfant qui apprend à faire du vélo. « j'ai dû quitter la maison de maman, un peu, précipitamment. » ne pas passer par quatre chemins billie, non. ne raconte pas ce que tu as oublié à la maison dans ta course, c'est sans importance. « c'est elles. et eux. » deux déterminants parfaitement identifiables. elles. ces affreuses demis-sœurs desquelles tu avais hérité et non par la bonne grâce du ciel. clara devait être au courant de la situation, lorsque vous étiez en contact, tu leur avais déjà parlé de leurs supercheries à ton égard. des crasses, des coups montés pour te faire porter le chapeau, à d’innombrables reprises. sous leurs petits visages d'ange, ce sont de véritables démons. eux, bien sûr. il ne faudrait en aucun cas les oublier. eux, ce sont les parents. maman est devenue aveugle au fil des années, elle se laisse aveuglé par l'amour qu'elle porte à sa nouvelle famille. bien que tu en fasses partie, elle ne se soucie plus un instant de toi. elle n'a plus d'yeux que pour papa et ses merveilleuses filles, qui elles, ont tout réussi. ces vipères t'ont tout volé. leurs prouesses, c'est à toi qu'elles reviennent. « et... biiiiii... » voilà que tu chiales. il ne manquait plus que ça. tu craques, sur le canapé qui plus est, très confortable. tu te sens faible, de par ce qui t'es arrivée, de ne pas avoir pu réagir attends, de ne pas avoir été assez forte au moment voulu et de craquer dès maintenant, sans avoir pu t'expliquer. tu es tout bonnement ridicule. tu tournes la tête, honteuse d'être la petite sœur que tu es, un fardeau, jusqu'au bout. clara clamait de belles paroles, elles donnaient envie, c'était beau, doux à l'oreille, une véritable caresse. tu trouvais qu'elle avait toujours eu l'art des mots : un modèle, tout bonnement. une sœur. pourtant la seule image, le seul exemple de sœur que tu aies eu était ces deux affreuses, que papa avait ramené de son passé. tu revoyais leur visage, leur grand sourire satisfait. tu les haïssais. @clara andersen
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

⋅ paper notes : 719
⋅ since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: (teddy & min-ho, logan, jill)

MessageSujet: Re: inévitable et vitale (clara)   Dim 12 Aoû 2018 - 21:58

Clara peut sentir la gorge serrée de sa petite soeur comme sienne. C'est une terrible sensation, que de vivre la souffrance de cette personne, avec qui elle partage un patrimoine familial, mais surtout un lien indéniable. Même avec tout ce qui a pu se passer, le temps qui s'est écoulé. La réalité prime cependant et l'impossibilité de faire partir cette douleur d'un claquement de doigts. Les quelques mots qu'elle a pu prononcer résonnent. Elle met du temps à comprendre de quoi elle parle, trop longtemps peut être. Mais Clara sait. Qu'elle n'a pas eu à vivre cela, comme elle. La reconstruction d'une famille aux apparences dysfonctionnelles, d'un foyer avec des bagages. Clara d'un côté, deux autres soeurs de l'autre, des additions peu tendres. Clara a dû les croiser à tout casser deux ou trois fois dans sa vie. Elle ne se souvient pas leur avoir adresser la parole plus de cinq minutes. Le peu de choses qu'elle sait à propos d'elles, c'est à travers les récits que Billie a pu dresser par le passé qu'elle en a connaissance. Des récits qui n'ont pas laissé la jeune fille sans blessures. Clara aurait aimé intervenir et aurait aimé remettre ces deux démons à leur place, mais, qu'elle est sa place dans tout ceci à vrai dire ? Elle n'en sait rien. Elle n'a jamais eu l'impression d'appartenir à cette famille là. Sa mère reste sa mère et Billie reste sa soeur. Concernant son beau-père et de ses, par alliance, demi-soeurs, elle n'a jamais pu considérer ces associations comme éléments de sa propre famille. Tout ce qu'elle peut faire à présent, c'est la prendre ses bras, la laisser reposer sa tête contre elle. Son petit corps qui tremble. Elle ne se souvient pas de cette proximité. Elle se souvient cependant de cet épisode, enfant, où sa mère a déposé son petit corps de bébé sur ses cuisses, au fond du canapé familial. Une photo existe d'ailleurs de ce moment. Aujourd'hui, elle est terrorisée par cette situation, la responsabilité qu'elle serre entre ses bras. Alors que sur cette photo, son sourire ne dissimulait aucune crainte. Pour cause, elles n'étaient que des enfants à l'époque. « Je ne sais pas quoi faire Billie. Dis-moi ce que je dois faire... » C'est égoïste de sa part. Elle est l'adulte dans cette pièce, sa grande-soeur, celle qui devrait avoir les réponses à ses problèmes. Il n'en est rien. Elle aimerait tant l'aider mais n'a aucune idée de comment y parvenir. Comment alléger sa peine. Comment lui faire voir que la vie, ne s'arrête pas à la famille. Qu'elle, elle a réussi à construire quelque chose, loin de tout ça, malgré tout l'amour qu'elle peut porter à son arbre généalogique. C'est peut-être ça le problème en soi. Clara n'a jamais eu à se reposer sur eux, n'a jamais senti le besoin de le faire, souvent par peur d'être un fardeau aussi, ce qui fait qu'aujourd'hui, elle n'a pas connu autre chose, qu'elle n'est pas en capacité de comprendre ou prétendre comprendre ce qu'elle vit. Elle aimerait tant, pourtant.

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: inévitable et vitale (clara)   

Revenir en haut Aller en bas
 
inévitable et vitale (clara)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amour est parfois inévitable [PV Pelage Roux]
» [Clara] Maîtresse, disciple et amie
» Clara Wurtz
» Clara Wrigth [Serdy]
» [Clara / Wendy / Sylvette] Dans leur chambre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: