AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 everyone else + ali

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 404
- since : 08/04/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: everyone else + ali   Ven 15 Juin - 21:10

Les vapeurs de l’alcool s’embaumaient dans mon esprit. Je trébuchais sur les bords du comptoir. Un corps affaibli, secoué par les spasmes d'une passion interdite. Gabrielle et sa maladie. Gabrielle et les souvenirs de l’océan. Le parfum iodé de ses cheveux se faufilait dans mes bronches. Je me redressais, le visage maquillé de confusion. Nos retrouvailles me projetaient dans l’inconnu. Je respirais les effluves d’une histoire révolue. Les papiers du divorce apparaissaient sous mes paupières. L'encre coulait comme le sang, un mal irréversible, pourpre et putride.  Je ne l’avais pas trompé. Mon coeur s’était seulement égaré, une fois. Je me cramponnais au tabouret en laissant échapper un rire. Les ivrognes se jaugeaient dans l’obscurité du bar,  silhouettes bercées par le rythme des mélodies de la radio. Un espace restreint, emprisonnant les âmes avides d’oubli. Mes lèvres enlaçaient le goulot. Les gouttes roulaient dans mon oesophage avec la promesse d’une ivresse éternelle. Je fixais les visages qui chantaient au fond de la pièce. Les bouteilles s’alignaient sur les tables, inspirant le désordre et la perdition. Je joignais les mains sur mes cuisses. L’espace se fissurait entre mes prunelles. Et patiemment j’attendais Alastair. Le sentiment se creusait entre mes côtes. Je n'y échappais malgré mes efforts. Elle me manquait. C’était horrible. Les images défilaient sur mon téléphone. J’observais les pixels réduits au coin de ses joues, les sourires taquins et les grimaces enfantines. Si belle et si tragique, un amour effrité par le doute. Par la peur du danger. Sa voix raisonnait dans mon crâne. Elle embrassait chaque recoin de mon cerveau. Flamme contre pensée, ma conscience se consumait dans le feu. Je marmonnais en avalant une grosse gorgée de Whisky. Le nectar des Dieux, une chimère qui entourait ma chair et mes entrailles. La chaleur diffusait dans mes veines, éveillant l’euphorie et l’insouciance. Je faisais tourner le verre entre mes doigts. Ma langue lapait les parois, ne perdant aucun fragment d’un bonheur dosé au millilitre. Puis sa main se déposa sur mon épaule. Je levais la tête, le sourire vaillant et impénétrable. Son charme étouffait le mien. Et ensemble, nous suffoquions dans les courroux de ces femmes que nous avions aimé. «T’en as mis du temps. C’est pas un date, tu sais. » Me moquais-je en lui adressant un clin d’oeil.

_________________
- heart made of glass, my mind of stone.

this ship had sailed:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 156
- since : 08/06/2018

( end game )

MessageSujet: Re: everyone else + ali   Mer 20 Juin - 10:41

everyone else
- - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - -

feat julian baker et alastair winnifield


Un sourire empli de satisfaction, la chemise impeccablement repassée. Il avait besoin de souffler Alastair. Son reflet dans le miroir le fit grimacer quelques secondes en constatant les cernes ornant sous ses yeux. Le peu d’heures de sommeil qu’il avait accumulées ces derniers en raison de la quantité de travail amassée et ses problèmes personnels qui avaient fini par le dépasser en était probablement la cause inexorable. Il tentait vainement de le dissimuler par son incroyable indifférence, mise à toute épreuve mais qui semblait s’affaisser au rythme des jours qui s'effaçait. Il se rappelle de l’indifférence de Julia quant à sa mise à nu. Il aurait dû se dévoiler avant. Il ruminait dans son coin, s’imaginant un tas de scénarios les uns plus macabres que les autres. Il jetait un oeil sur sa montre, constatant son retard. Il avait besoin d’ivresse. Brûlant son corps entier. Il voulait sentir ses entrailles se réveiller, se déchirer, juste pour se sentir vivant, une fois pour toutes. Il ne voulait plus penser à Julia, à Anna. A toutes ces femmes qui lui faisaient tourner la tête. Il voulait se concentrer sur sa soirée. Se concentrer sur Julian. Se noyer dans l’ambiance de la soirée. Il voulait simplement profiter, pour une fois, de quelque chose sans à se sentir coupable ou regardé. Le regard des autres n’allait plus être un frein dans ses envies. Il pourrait croiser un ancien ami d’Anna ou qui que ce soit en rapport avec son ex femme, il ne s’empêcherait pas Alastair de se laisser entraîner dans l’ivresse d’une soirée. Il hâtait le pas, entendant déjà Julian le sermonner quant à son retard. Il n’avait pas répondu au message de Gabrielle, ne voulant pas être le nez sur son téléphone, tout au long de la soirée, pas franchement adepte des technologies. Il marchait en direction du bar, poussant la porte de l’enseigne, jetant un regard aux alentours. A la recherche de Julian. Qu’il vit au comptoir, sans grande surprise. Il esquissait un sourire, posant une main sur son épaule en guise de bonjour, et s’assit à côté de lui, s’accoudant au comptoir, le regard plissé à la recherche de son ivresse. Il sourit aux mots de Julian, haussant les épaules:  “ Pour l’instant non, mais je ne sais pas encore avec qui je vais rentrer. ” Il dit, un sourire aux lèvres. Il n’était pas parti pour repartir seul mais si une jeune femme lui plaisait, il n’était pas sûr de décliner l’offre de rentrer seul. Il commandait finalement un whisky japonais, glissant l’argent sur le comptoir et savoura une gorgée délicieuse de son péché préféré.  “ Alors alors. Quoi de beau à me raconter ? ” Il le regardait, sirotant son verre, l’envie de passer une soirée décontractée.

_________________
I'M HOLDING ON TO YOUR SOUL "i want to say somewhere: i've tried to be forgiving. and yet. there were times in my life, whole years, when anger got the better of me. ugliness turned me inside out. there was a certain satisfaction in bitterness. i courted it. it was standing outside, and i invited it in.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 404
- since : 08/04/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: everyone else + ali   Lun 25 Juin - 1:53

L’ivresse au bord des lèvres. Un regard visqueux, perdu au milieu des ivrognes et des bouteilles ouvertes. L’âme en peine, perchée sur la parallèle entre la confusion et la lucidité. Je me redressais lascivement - la main posée sur le comptoir, le coeur ailleurs - probablement aux côtés de Gabrielle. Ma vision était troublée par les émanations de la lampe. Mon sourire saignait sur ma peau, vil et incertain. Nous nous étions promis une nuit de perdition dans les rues de Brighton. Et pourtant, coudes affaissés sur le bar, on se contentait de peu. De la musique nasillarde et de l’aigreur des shots. Alastair était divorcé aussi. Il devait comprendre ce vide dans les veines, la peur de la solitude et du mauvais choix. Je ravalais mes opinions en lui adressant un hochement de tête. Les couleurs étaient noires et bleues sur les murs, saupoudrées d’un relief argenté qui rappelait les constellations du ciel. Je me tournais vers la porte. Le vent tourbillonnait dehors, créant des voiles d’ombres sur la ville. Mes yeux étaient happés par les vacarmes de la salle. A la fois évasif et concentré, je raillais en avalant une gorgée d’alcool. «Ce soir, tu as de la concurrence. Je m’sens beau. » M’enquis-je en emmêlant les doigts dans mes cheveux bouclés. Je me sentais dériver - tanguer entre les frontières du monde. Les images de la guerre s’amenuisaient entre mes paupières, et seul le souvenir du divorce restait. La séparation était cruelle. La maladie de Gabi encore plus. Telle était l’histoire que je racontais, ce soir. Rien d’amusant. Rien de nouveau. Je soupirais en levant le bras, intimant la serveuse de remplir nos verres. «Si je recommence à coucher avec Gabi, ça compte comme une vraie relation ? » Parce que l’exclusivité me faisait peur. Les promesses d’amour et de fidélité. Je frissonnais en fixant mon ami. Mes prunelles glissaient son profil aigu, détaillant les creux dans son expression. Je n’osais pas avouer mes sentiments, alors secrètement, j’espérais qu’il comprenne. Qu’il puisse poser un nom sur l’émotion. «Sinon tu t’es décidée sur la soeur à bangbang? » Mais il ne faisait que chanceler, Alastair. Il était vagabond dans son propre univers. Contraint, par l’absurde à recommencer les mêmes erreurs.


_________________
- heart made of glass, my mind of stone.

this ship had sailed:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 156
- since : 08/06/2018

( end game )

MessageSujet: Re: everyone else + ali   Hier à 23:23

everyone else
- - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - -

feat julian baker et alastair winnifield


Le coeur en peine. Des espoirs envolés. Alastair avait vu ses infimes volontés disparaître lors de ses retrouvailles avec Julia. Lui qui était empli d’espoir, pensant la reconquérir, voyait déjà la guerre perdue. Elle ne voulait plus de lui dans sa vie Julia. Elle ne lui avait pas dit mais lui avait fait gentiment comprendre qu’elle ne voulait plus de leur histoire, celle qui avait un amour amer. Lui qui peinait à construire quelque chose de stable se voyait battu, incapable de construire quelque chose de nouveau auprès d’une autre. Il avait pourtant essayé Alastair de tomber amoureux à nouveau. Il avait rencontré des filles chouettes, des filles gentilles, qui ne demandaient qu’à l’aimer. Et il avait été incapable. De les satisfaire. Incapable de les regarder et les combler de bonheur, celui qu’elles méritaient. Il souffrait Alastair, en dépit des apparences qu’il souhaitait donner. Ame en peine, il n’avait plus à faire semblant auprès de Julian, savourant de pouvoir être lui à nouveau. La remarque de Julian lui arracha un sourire et il haussait les épaules:  “ T’es toujours beau. ” Il dit, en riant légèrement. Il serrait le verre entre ses mains, tentant d’oublier ses frasques amoureuses, pendant une soirée. C’était sans compter sur Julian qui évoquait le sujet. Alastair grimaça légèrement, tirant sur les pans de sa chemise, vidant d’une traite son verre, commandant à nouveau cet esquisse poison.  “ Aucune. Plus aucune d’entre elle ne veut de moi. ” Il répondit, une moue aux lèvres. Il ne voulait plus penser à ces histoires, qui lui prenaient la tête, causant des migraines infernales.  “ Il parait que je dois jouer les babysitters avec toi ce soir ? Gabi m’a dit de veiller sur toi. Qu’est-ce que t’as fait toi  ? ” Il fit remarquer, en souriant, béatement. La situation entre ses amis l'amusait. Tout aussi tragique que la sienne.

_________________
I'M HOLDING ON TO YOUR SOUL "i want to say somewhere: i've tried to be forgiving. and yet. there were times in my life, whole years, when anger got the better of me. ugliness turned me inside out. there was a certain satisfaction in bitterness. i courted it. it was standing outside, and i invited it in.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: everyone else + ali   

Revenir en haut Aller en bas
 
everyone else + ali
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: