AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 be here now (lana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 82
- since : 03/02/2018

( end game )

MessageSujet: be here now (lana)   Ven 15 Juin - 4:18

- as it's not like it was before -

Il se réveilla en sursaut. Une douleur vive dans sa nuque lui fit porter sa main machinalement à son cou. Après avoir cligné des yeux à quelques reprises, Ralph réalisa qu’il s’était – encore – endormi au garage. C’était rapidement devenu une sorte de routine pour lui. Il ne comptait plus les heures qu’il passait entre ces quatre murs. Enseveli sous le travail d’un part et, de l’autre, il ressentait le besoin plus que jamais d’être présent. Peut-être sa façon à lui de faire son deuil avec cette figure paternelle trouvée en son beau-père. Il se leva de la chaise dans laquelle il s’était endormi et se dégourdit les jambes. Des bruits provenant de l’extérieur du garage attirèrent son attention. Il ouvrit la porte et resta figé devant le spectacle qui s’offrait à lui. Lana. Celle qu’il avait aimée et qui lui avait brisé le cœur. Celle qui, après toutes ces années, était toujours techniquement son épouse. — Lana. Souffla-t-il, son prénom s’échappa d’entre ses lèvres sans qu’il ne parvienne à le retenir. Tout comme elle s’était échappée d’entre ses mains des années plus tôt. Il devina rapidement ce qu’elle était en train de faire. Elle cherchait le double de la clé qui avait longtemps été cachée près de l’entrée. — Surprise de voir que les choses ne sont plus exactement là où elles étaient à ton départ ? Lâcha-t-il enfin, attirant l’attention de Lana vers lui. Il déglutit péniblement quand leurs regards se croisèrent. Il était celui qui l’avait appelée, il n’aurait pas dû être aussi surpris de la voir devant ses propres yeux. Et pourtant. La gorge nouée, une boule dans son estomac. Il s’efforçait de se montrer le plus stoïque possible. Orgueilleux, mais aussi tout à coup affligé de la douleur de ces anciennes blessures qui lui remontaient en tête. Elle l’avait quitté, elle l’avait blessé et après ces six années de silence total, la revoilà. Il aurait eu envie de lever le bras vers elle. La toucher, la frôler, la sentir. S’assurer qu’elle était bel et bien là et non un produit de son imagination. Si les dernières années s’étaient déroulées avec plus de facilité, elle revenait obstinément le tourmenter durant son sommeil fragile. Sans réellement lui laisser le temps de répliquer, il disparu à l’intérieur du garage en laissant la porte ouverte derrière lui. Une invitation, peut-être. C’était aussi, après tout, son garage à elle. Ralph se dirigea vers une voiture garée à l’intérieur et fit mine d’observer le système sous le capot. Il voulait se montrer détaché, mais les pensées et les souvenirs se bousculaient dans sa tête. Il avait espéré son retour tellement de fois et, alors qu’ils étaient dans la même pièce, il ne trouvait pas les mots. La colère, la rancœur s’emparait plutôt de lui. Son abandon, leur mariage, le silence ou encore la mort de son père. Trop de choses s'étaient passées et l'idée qu'il soit en plein cauchemar ne lui semblait pas si farfelue.


_________________
i still remember. do you?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 59
- since : 11/06/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: be here now (lana)   Hier à 23:59

Remettre les pieds à Brighton après tout ce temps, mais surtout après tout le mal qu’elle avait fait, lui avait demandé un courage qu’elle ignorait même avoir. Du courage, elle en avait eu assez pour revenir dans sa ville natale emplie des souvenirs qu’elle s’était efforcée d’oublier depuis les six dernières années. Mais Lana n’en avait pas eu suffisamment pour oser s’aventurer en dehors de la chambre d’hôtel qu’elle avait louée. Ainsi, elle était restée cloitrée entre quatre murs, à attendre, une boule au ventre. À attendre d’être prête à le revoir. À attendre de se sentir en mesure de lui faire face sans s’effondrer. Plus elle attendait, plus l’appréhension croissait en elle, lui nouait la gorge, l’estomac. D’interminables jours se succédèrent avant qu’elle se rendre à l’évidence que rien ne la préparerait à cette inévitable confrontation. Figée, le cœur dément qui cognait dans sa poitrine, sa lèvre inférieure déjà tremblante. Lana fixait le garage de son défunt père, tel un mirage devant son regard absent. L’endroit, bien qu’un peu laissé à l’abandon, n’avait pas changé. Elle se surprit à fouiller, instinctivement, d’une main maladroite pour la clé du garage qui était maintenant le sien. Sa recherche fut interrompue par une voix l’interpelant, cette même voix qui, il n’y avait pas si longtemps, était venue tout chambouler. Celle de Ralph. Son sang se glaça. Elle peinait à respirer. Si elle s’était doutée que leurs retrouvailles ne seraient pas évidentes, jamais elle n’aurait pu s’imaginer être aussi bouleversée de le voir là, juste devant elle. Ça avait quelque chose d’irréel. La question de Ralph, le ton détaché surtout, la ramena durement à la réalité. Elle leva les yeux sur lui. Brièvement, leurs regards se croisèrent. Ses remords, sa culpabilité, un assortiment de sentiments dévastateurs à présents multipliés, qui s’entrechoquaient en elle, lui torturant les entrailles. Elle détourna le regard. Aussi rapidement qu’il était arrivé, il s’éclipsa à l’intérieur du petit bâtiment. Une partie d’elle voulait tourner les talons et disparaître à nouveau. Cette même partie d’elle qui l’avait poussée à lui expédier ces papiers de divorce. Cette peur qu’elle ne pouvait étouffer. Mais l’autre partie d’elle, dominatrice, ne voulait que le suivre pour faire ce qu’elle n’avait pu faire jusqu’à maintenant. Lui donner des explications. C’était au moins ce qu’il méritait, et ce pourquoi elle était revenue. Les choses n’avaient pas tellement changées, pensa-t-elle, ses pas l’ayant guidée à l’intérieur. Silencieuse, les yeux rivés devant elle, mais le regard vide, elle observait Ralph, penché sur une voiture. Les mêmes odeurs qu’elle connaissait par cœur, caractéristique au garage dans lequel elle avait passé tellement de temps. C’était exactement comme dans ses souvenirs. Mais il n’avait pas tort. Les choses avaient changées. — « Ralph… » Sa voix se brisa. Elle s’était promis de ne pas pleurer. Elle se l’était interdit. Elle se ressaisit, puis poursuivit. — « Je.. je suis tellement désolée. » Elle se mordait fermement la lèvre, n’osant plus regarder sa silhouette qui lui tournait le dos. Elle aurait voulu dire tellement plus, mais les mots restaient coincés dans sa gorge nouée. Elle constatait à présent qu’il n’y avait rien qu’elle puisse dire qui arrangerait les choses, mais que la fuite n’était plus une option.

_________________

▪️ ▪️ ▪️ I keep trying to move on, there's something in the way. You've had me so long and it's the way it'll always stay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
be here now (lana)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lana
» (F) LANA PARRILLA - mère (réservée)
» Lana Momentum
» [F] Lana Parrilla ⊰ We all need our family
» Freine, tire un peu plus fort sur les rennes ~ le 09-06-2012 à 16h20

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton east side.-
Sauter vers: