AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 affabulations chimériques (mariel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 93
- since : 10/06/2018

( end game )

- getaway car.
address: n°166, brighton east side (avec son père).
contact book:
availability: sigmund, rome, marial.

MessageSujet: affabulations chimériques (mariel)   Ven 15 Juin - 3:17




- affabulations chimériques -
mariel


L’adresse que Mariel Pauls lui avait donnée au téléphone l’autre jour, Meryl l’avait notée sur un bout de papier qui traînait dans sa chambre avec la même assiduité que lorsqu’elle retranscrivait ses notes de cours le soir même pour mieux s’en rappeler. Elle avait même demandé à la dame à l’autre bout du fil de répéter chaque lettre, chaque chiffre pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’erreur, car il aurait été bien fâcheux de se tromper de porte le jour dit. Cette nuit-là, seule dans son lit d’enfant — car la petite vivait encore chez son père —, elle s’était endormie avec le fameux bout de papier enfoui dans le creux de sa main, elle-même recroquevillée sous ses draps. Elle avait eu l’impression, tandis que le sommeil venait la cueillir, qu’elle tenait littéralement la solution miracle à son problème, épineux et délicat s’il en était. Les nuits suivantes, la pieuse dévote avait répété l’expérience dans l’attente du moment fatidique où elle aurait réponses à ses questions. Et ce moment était enfin venu, se réjouissait-elle tandis qu’elle marchait sur le trottoir qui bordait une longue rangée de maisons en direction de l’adresse fournie. Bien qu’elle eût grandi dans ce quartier, elle ne passait habituellement pas par ce chemin pour se rendre dans les autres parties de la ville; aussi s’attardait-elle sur chaque numéro de porte pour s’assurer qu’elle ne s’éloignait pas de sa destination finale. Quand elle fut certaine de se trouver devant le cabinet de cette Mariel Pauls, la demoiselle prit une bonne respiration, son cœur cognant fort dans sa petite poitrine, avec dans sa main tremblante le bout de papier désormais si froissé que quiconque s’y penchant peinerait à lire ce qui y était écrit. Maintenant qu’elle s’apprêtait à recevoir écoute et amitié — fussent-elles l’une comme l’autre feintes, la dame probablement aveuglée par la promesse d’un généreux chèque — quant à ce qui la tracassait plutôt qu’aversion et incompréhension, cuisante gifle qu’elle se serait sans nul doute essuyée si elle avait pris le parti de se confier à ses proches, oui, maintenant qu’elle n’était plus qu’à quelques mètres de son salut, elle hésitait. C’était ridicule. Elle ne risquait rien. N’est-ce pas? Mariel Pauls était très gentille, si elle se fiait à la conversation téléphonique qu’elles avaient eue quelques jours plus tôt. Elle l’aiderait. Elle seule le pouvait. Ce fut donc avec un mélange de fébrilité et d’appréhension qu’elle frappa deux grands coups à la porte de Mariel Pauls, voyante professionnelle.

_________________
they say i'm too young to love you i don't know what i need they think i don't understand the freedom land of the seventies (brooklyn baby, lana del rey.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
affabulations chimériques (mariel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA CHIMÈRE D'AREZZO
» Personnages Prédéfinis - La Brigade Chimérique
» Ansyen chimè lavalas resikle nan Ucadde ap simaye lanmo nan Plato Santral
» Sisi, je vous jure, la deuxième vague est là!
» Le 5 e sommet des Amériques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton east side.-
Sauter vers: