AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 one eye sees, the other feels. (jude)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: one eye sees, the other feels. (jude)   Mer 13 Juin - 21:35

La coupe du monde de football focalisait l'attention de tout le pays, mais Piper était plus concentrée par l'organisation de sa prochaine exposition. Un artiste un peu farfelu qu'elle avait eu du mal à convaincre de travailler avec elle. Depuis, il ne cessait de lui mettre la pression pour être certain que l'exposition serait un succès. Dire que Piper était exaspérée était un euphémisme, elle relisait pour la trentième fois au moins la liste des personnes à inviter pour le vernissage. De nos jours, plus personne ne s'intéressait à l'art, sauf quelques professionnels. D'ailleurs, ses amis la regardaient toujours avec des gros yeux quand elle préférait passer son temps dans un musée pendant les vacances plutôt que de se dorer la pilule sur la plage. Elle hésitait à rayer un nom pendant plusieurs minutes quand elle entendit que quelqu'un était entré dans la galerie. Sans attendre elle quitte son bureau pour réceptionner ce qu'elle pense être un livreur. Elle se décompose en découvrant celui qui était venu interrompre le calme de sa galerie. Jude Baker, tout du moins c'est le nom que lui avait communiqué la police, car ce n'était pas sous celui-là qu'elle l'avait connu. Elle ne pensait pas le revoir un jour, dans son esprit, il continuait de croupir en prison. Elle le fusillait du regard, sans la moindre hésitation, comment osait-il se pointer dans sa galerie après ce qu'il lui avait fait. « Qu'est-ce que tu fous là Baker ? Enfin si j'ai le droit de t'appeler comme ça. ». Instinctivement, elle avait sorti son portable de la poche de son jean, bien qu'elle ne se sentait pas véritablement en danger. Il ne s'était jamais montré violent ou agressif envers elle et il ne donnait pas l'impression d'être revanchard. « T'es venu pour me voler quoi cette fois ? Mon coffre ? Une statue ? Heureusement que t’arrive trop tard pour ma virginité, sinon tu l'aurais prise aussi je suppose, vu que rien ne t'arrêtes... ». Au fond d'elle, elle savait qu'elle aurait dû le mettre dehors sans aucune hésitation, mais elle voulait comprendre la raison de sa visite. S'il préparait un mauvais coup, il ne serait pas venu la confronter aussi frontalement. Elle lui en voulait de lui avoir fait perdre son travail au musée, de l'avoir grillé auprès d'une partie de la profession, mais elle l'avait véritablement apprécié. Peut-être qu'elle cherchait à découvrir si absolument tout n'avait été que des mensonges depuis le début. Piper pointait soudainement une toile derrière lui avec un air conspirateur. « Elle, je veux bien que tu la voles par contre, ça fait des mois que j'essaye de la vendre. L'assurance m'en donnera plus que ce que je pourrais en tirer de toute façon... Tu trouves que ça ressemble à quoi toi ? Moi je trouve que ça ressemble à une trompe d'éléphant, mais ce serait un corps humain, je suis perplexe, mais l'artiste est jamais sobre assez longtemps pour me l'expliquer ! ». C'était plus simple de fixer un tableau que de le regarder lui, car si elle ne décelait pas une trace de remords sur son visage, elle risquait d'exploser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 237
- since : 10/04/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (ninel, victoria, julian, travis, you?)

MessageSujet: Re: one eye sees, the other feels. (jude)   Lun 9 Juil - 22:06

Il n'a rien à faire ici et il le sait parfaitement. Pourtant, quand le nom s'est décomposé entre ses paupières, quand il a posé un regard au plus grand des hasards sur cette pancarte, l'idée de se rendre ici est devenue obsessionnelle. Comme par besoin de renouer avec son passé, juste un peu, caresser encore du bout des doigts ses travers d'hier, se brûler l'épiderme sur un passé qu'il a pourtant enterré. Les souvenirs s'agglutinent en une silhouette et un regard perçant, des regrets qui ont bordé ses sourires jusqu'à la dernière minute du braquage. Il se souvient de l'avoir approchée, amadouée. De s'être perdu de longues minutes à ses côtés à l'écouter parler d'un art dont il ne saisissait pas forcément toutes les subtilités. Il se souvient aussi des mensonges faciles, de la manipulation. Des remords qui ont suivi le crime. Il prend pourtant des airs assurés et se contente de hausser les épaules, comme si la retrouver là ne lui faisait rien – comme s'il ne crevait pas de lui présenter des excuses. « Tu sais que j'ai toujours eu un penchant pour l'art. » Qu'il lâche dans un soupir. Son regard accroche enfin le sien, et s'il domine par sa taille, il se sent effroyablement petit sous le regard froid de la brune. Il laisse un rire rouler jusqu'à ses lèvres, garde une distance de sécurité raisonnable entre eux. « Voyons, tu me connais mieux que ça. Je suis un gentleman. » C'était sans doute ça le problème à l'époque : elle ne le connaissait pas du tout. Et c'était parfait pour se jeter dans le piège et se perdre dans ses doux mensonges. Il ne doute pas qu'elle a su rattraper le temps perdu ; lire la presse, parler aux autorités pour découvrir son véritable visage. Celui d'un pauvre type, d'un criminel, qui se fond dans la peau des autres pour mieux réussir. Il rit doucement et suit de son regard ébène la direction pointée par la jeune femme. Ses épaules roulent alors qu'il affiche une moue indifférente. « C'est plutôt hideux, je trouve que ça ne ressemble à rien, à vrai dire. Mais je ne fais plus dans le vol, vois-tu. » Il hausse les épaules et se tourne enfin vers elle. Accroche un regard oublié avec les années. « En revanche, je peux te conseiller de la brûler – celle-ci et une bonne partie de cette galerie. Tu avais meilleur goût autrefois. » Le sourire est taquin et les mots aussi, il se le permet, pour cacher un peu plus longtemps encore les marques que les regrets ont incrusté au fond de son regard. Le silence retombe et pèse sur ses épaules, poids mal maîtrisé qui provoque une perte d'équilibre. Son corps penche vers l'avant pour rester, vers l'arrière pour fuir. Rien pour trancher dans ce dilemme cornélien. Son regard longe le bras de la jeune femme, le téléphone qu'elle tient. « Je sais que je n'ai rien à faire ici, mais je me suis dit qu'on pourrait simplement discuter, avant que tu n'appelles la police. » Il se pince les lèvres et observe la toile à nouveau. Lâche un énième soupir. « J'espère par contre que tu ne cours pas après les excuses. Je suis toujours aussi médiocre pour ça et puis, depuis le temps, j'imagine que tu as réussi passer à autre chose toute seule. » Il fixe les règles d'un jeu qu'il ne comprend pas lui-même. Impose les bases sous le poids de sa fierté, d'un ego qui a souffert avec ces années derrière les barreaux.

Spoiler:
 

_________________
- It's not your fault, It's my own fault. I'm not human at all, I have no h e a r t.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
one eye sees, the other feels. (jude)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» Jude Celestin:Un pouvoir fasciste en gestation en Haiti
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Un kit pour Jude SVP.
» BRIDES: Mirlande Manigat gagne 7% alors que Jude ne decolle pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: