AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Harmonie bouleversée. Melvin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 38
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Harmonie bouleversée. Melvin    Mer 30 Mai - 16:43

Le soleil brille enfin sur Brighton. Le printemps a eu du mal à pointer le bout de son nez cette année. Pourtant, de beaux rayons de soleil traverse enfin mon jardin de toute part. De plus, je ne travaille pas au restaurant aujourd’hui. C’est donc une journée parfaite pour profiter de son extérieur et le préparer pour cet été. Je vais commencer à planter mes quelques légumes et surtout m’occuper de mon tendre verger. Je commence donc par sortir mes agrumes. Il passe tout l’hiver dans la véranda, mais quand les températures ne descendent plus dans le négatif, il est temps qu’elle profite de l’extérieur. D’ailleurs j’observe mon cerisier, mon pommier et mon prunier. Les premiers fruits commencent à se dessiner. L’année promet d’être belle.

Le soleil commence vraiment à taper. Il ne doit pas être loin de quatorze heures. En prenant soin de me mettre de la crème solaire, j’attaque le potager en étant torse nu. J’ai une assez grande demeure et de grands murs pour être en toute intimité. Je sors mes premiers semis de la serre. Planter les pieds de tomate risque de prendre un bon bout de temps. Mais cette année, je veux essayer des desserts à base de tomate. Je n’ai encore rien de précis en tête, mais les variétés comme la tomate ananas étant onéreuse sur les marchés, j’ai tout intérêt à me fournir moi-même. Du moins, pour mes essais. On verra si je peux mettre tout ça à la carte.

Le soleil me chauffe peu à peu l’esprit. Il est à son zénith. J’ai beaucoup de chance, mais je risque surtout l’insolation. Je me réfugie à l’intérieur, cherchant l’ombre et la fraicheur de mon marbre. Je me dirige vers la cuisine et me sers un grand verre de citronnade. Mon regard s’arrête sur un papier trainant sur la table. C’est l’adresse d’un tailleur. Le souvenir me vient alors à l’esprit. Melvin Wheeler.

Ce petit insolent avait refusé mon chèque alors que j’avais anéanti son costume. J’avais donc pris l’initiative, quelques jours plus tard, de contacter son tailleur pour lui en faire un livrer un neuf. Certes, il s’était moqué de moi, mais je ne pouvais laisser un étudiant sans un costume qui avait dû lui coûter des mois d’économie. Je m’attendais à avoir des nouvelles du photographe en herbe, peut-être un second refus, des excuses, ou une explication plus convaincante que celle qu’il avait pu me donner. Mais je me demandais surtout pourquoi je pensais encore à lui, et pourquoi j’attendais autant de ce jeune homme. Me plaisait-il plus que je n’osasse me l’avouer ?

Après tout, Melvin avait mon adresse désormais. Le costume a dû être envoyé avec l’adresse de l’expéditeur. Mais avait-il assez d’audace pour débarquer ici et me confronter à nouveau ? J’aimerai plutôt que ça soit de l’envie. Mais serai-je en mesure de le pardonner ? Mes pulsions seront-elles plus fortes ? J’ai pour l’habitude de me contrôler et faire passer mes émotions après mes valeurs. Mais j’ai surtout l’impression oppressante de me faire un film d’adolescente… J’ai trop effrayé ce garçon et il ne viendra pas. Il est temps que je retourne dans mon jardin, et si j’ai trop chaud, je finirai dans la piscine.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 134
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: Harmonie bouleversée. Melvin    Ven 1 Juin - 14:20

    La boîte avait traîné un moment, fermée, sur la table basse du salon. Mel’ n’avait pas eu besoin de l’ouvrir pour savoir ce qu’il s’y trouvait. Voilà que Mr Lewit lui avait acheté un costume, neuf. Mais l’étudiant refusait toujours d’accepter cet achat. Oui, Aaron avait ruiné son costume lors de la dernière soirée où ils s’étaient rencontrés. Un costume d’un tailleur français franchement pas donné. Mais, à son tour, Melvin avait lui aussi poussé Aaron dans la fontaine. Leurs deux costumes s’étaient trouvés dans le même état. Et si le chef cuisinier était, lui, en mesure de repayer un costume du même acabit, pour Mel’ c’était une toute autre affaire.

    Après l’insistance de ses colocataires, Mel’ avait daigné ouvrir tout de même le coffret. Sublime. A l’œil nu, n’importe qui pouvait se rendre compte immédiatement de la haute valeur du costume. Mel’ eut un petit pincement au cœur, car il ne s’attendait pas à ce que le vêtement lui corresponde autant. Pourtant, ça crevait les yeux, ce costume était fait pour lui. Aaron avait fait son choix avec une justesse épatante.

    Puisqu’il avait assouvi la curiosité de ses coloc’s, et que de toute façon sa décision était prise, il se décida pour renvoyer le colis à son expéditeur.
    Malheureusement, le bureau de poste lui demandait près de 35 livres sterling pour la course. La longueur encombrante du paquet et la préciosité de celui-ci élevait le coût à ce point. Mel’ dû se résigner… Il devrait rendre lui-même le colis s’il voulait garder assez d’argent pour terminer son mois.

    C’est donc sur sa planche à roulettes fétiche qu’il traversait les quartiers résidentiels de East Side. S’il ne se rendait pas chez Aaron pour lui rendre son colis et déguerpir aussi vite que possible, il aurait grandement apprécié le paysage. Les maisons étaient toutes plus grandes les unes que les autres. Les petites barrières blanches de chaque devanture annonçaient clairement « vous êtes dans un quartier chic et charmant où le bonheur coule à flot »

    Mel’ arriva enfin devant la maison d’Aaron. Il ne fut donc pas stupéfait de voir que les lieux étaient tout aussi grandiose que le reste du quartier.
    Le photographe laissa sa planche à roulette sur le bitume de la rue. Il n’aurait pas voulu rayer les dalles de pierre de l’entrée d’Aaron.
    A grandes enjambées, il se décida donc pour atteindre la porte le plus vite possible. Déjà, il regrettait son choix. S’il n’était pas si têtu, et s’il n’avait pas voulu rendre à tout prix ce costume, il aurait été bien plus tranquille qu’à l’instant.
    Avant de sonner, il vérifia le nom… Il était bel et bien au bon endroit… Il jetait un œil à la fenêtre sur le côté… Il lui semblait avoir vu Aaron torse-nu s’éloigner…

    Mel’ soupira. Son cœur battait plus fort. Au fond de lui, il aurait tant aimé que les choses se déroulent différemment. Mais pour l’instant, le regard bleu-gris d’Aaron le mettait beaucoup trop mal à l’aise. Et si c’était bien la silhouette d’Aaron qu’il venait d’apercevoir à travers les rideaux, alors l’hôte était réellement torse-nu. Ce qui n’aurait en rien mis Melvin plus à l’aise… A moins que le cuisinier français flirtait en ce moment même avec un bellâtre. Après tout, un homme de sa position devait certainement enchaîner les conquêtes…

    Le jeune homme pris son courage à deux mains… Ou à une seule plutôt, puisqu’il sonna rapidement, déposa le colis au pied de la porte et déjà faisait demi-tour pour rejoindre son skateboard. Il traversa l’allée jusqu’à la route en espérant de pas entendre la porte s’ouvrir. Une partie de lui se sentie allégé. En rendant ce costume qui ne lui appartenait pas, il était certain de faire les choses bien, d’être un homme bien. Une autre partie de lui se sentie plus triste, car en partant ainsi, il était en train de dire adieu au seul homme qui l’avait embrassé et que lui aussi avait embrassé…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 38
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: Harmonie bouleversée. Melvin    Lun 4 Juin - 11:25

Le calme ambiant se rompit soudainement. Comme si je l’avais présagé, on venait me déranger. Loin que cela m’opportune, j’étais surpris qu’on me rende visite, chez moi. Je recevais peu de personne ici. Puis j’étais trop absorbé par le jeune Melvin pour imaginer qu’une autre personne puisse venir. Par chance, j’étais à l’intérieur. Par la fenêtre du salon, j’observais une silhouette s’éloigner. Même de dos la vue était des plus agréable. Melvin s’enfuyait à toute hâte. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres et j’étais le seul à le savoir. Comme j’étais le seul à savoir ce qui allait se passer.

Quand je suis chez moi, je laisse tout ouvert. East Side est un quartier tranquille, et nous n’avons jamais eu de problème. En revanche, une fois la nuit tombée ou quand je suis à l’extérieur, tout est clos. La fermeture centralisée hors de prix que je me suis offerte m’offre une parfaite sécurité. Or, je n’imaginais pas qu’elle pourrait aussi me servir à cela. Melvin était presque au portail. J’attrapais mon smartphone et en appuyant sur un simple bouton, le grand portail de trois mètres de hauteur se fermait sous ses yeux. Une fois de plus, le jeune photographe devenait ma proie.

Je me dirige donc vers l’entrée. Je passe devant mon grand miroir. Je suis torse nu, bien taillé grâce à un sport quotidien qui n’est point de trop face à mes injections de sucre. J’ai ici et là un peu de terre. J’ai terriblement conscience de mon physique et je me trouve encore plus attirant dans cette semi tenue d’Adam des champs. L’idée de torturer Melvin me rend déjà euphorique. J’ouvre donc la porte et mon pied se heurte délicatement à un colis. Je retrouve son entêtement ; il n’accepte décidemment pas mon costume. Cela me plait. Serai-je capable de le pardonner ?

« Bonjour Melvin. »

Je suis encore sur le pas de ma porte. Je m’avance donc vers lui, serein. Il me tarde déjà de voir si je lui procure toujours le même effet. Peut-il me résister ? Je suis enfin à sa hauteur, je sens dans son regard qu’il a renoncé à s’échapper alors qu’il en meurt d’envie. Je me demande où je vais avec ce jeune homme, mais après j’ai le droit de m’amuser. Il en souffrira plus que moi. Ceci est loin de me faire de la peine.

« Je crois que ce colis t’appartient. A moins que tu ne me le rapportes pour faire une retouche ? Je suis tout ouïe, je peux au moins faire ça. »

Je souris légèrement, mais mon regard scanne tout son être. Au fond de moi, je l’ai déjà pardonné, même si je lui en veux toujours. J’estime devoir toujours passer en premier. Je suis tout de même un produit d’exception, et j’aimerai que Melvin en ait pleinement conscience. En revanche, je compte un peu jouer et lui faire payer cette bavure. Le pauvre garçon va devoir ramer s’il veut goûter aux délices français.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 134
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: Harmonie bouleversée. Melvin    Mar 5 Juin - 12:33

    Le portail se referme. Melvin est enfermé dans les filets d’Aaron. Le jeune homme pense d’abord que tout ça est dû à un défaut électronique. Mais lorsqu’il entend le chef français le saluer, il comprend que le portail s’est refermé intentionnellement. Mel’ remarqua à peine qu’Aaron venait de le tutoyer pour la première fois. A travers les barreaux, il jette un œil à sa planche à roulette. Il peut tendre un bras pour la récupérer, mais à quoi bon… Les barrières électroniques l’empêchent d’aller plus loin. Il se retourne et fait face à Mr Lewit. Torse-nu. C’était donc bien sa silhouette que Mel’ avait aperçu quelques secondes auparavant. Le blondinet s’attarda un moment sur le corps d’Aaron. Bon sang, qu’est-ce qu’il aimait les hommes !

    Cela dit, Mel’ campait sur ses positions. Il était venu pour une seule chose et au vu de leur dernière rencontre, de l’excellence d’Aaron et de son arrogance, Mel’ ne pouvait espérer plus du cuisinier. D’ailleurs, si celui-ci était torse-nu à présent, c’est peut-être qu’il recevait quelqu’un. Après tout, le chef cuisinier devait attraper régulièrement de jeunes hommes dans ses filets et aimer les torturer psychologique. A l’instant, il semblait prendre un malin plaisir à ne pas comprendre Melvin et le retour du colis. Aussi, et donc pour toutes ces raisons, Mel insista pour rester fidèle à ses valeurs. Il se concentrait énormément pour ne pas défaillir devant le sublime Mr Lewit, ni même fondre comme une fillette devant son regard.

    - Je suis plutôt venu vous rendre votre costume. Ce colis ne m’appartient pas. J’ai aussi ruiné votre costume, nous pouvons dire que nous sommes quittes. Je ne peux pas accepter ce costume. Et je n'ai pas non plus la possibilité de vous repayer un nouveau costume.
    Il avait terminé sa phrase en levant les yeux vers la maison. Il faisait allusion au train de vie d’Aaron.

    Puis Mel' soutint le regard d’Aaron. Le jeune homme n’était pas à l’aise, mais il préférait ne pas le montrer. Il savait que face à Aaron, s’il défaillait d’une demi-seconde, il se ferait manger tout cru.

    - Je suis désolé de vous avoir dérangé pour si peu. Et comme vous l’avez suggéré lors de notre dernière rencontre, je ne vous dérangerai plus davantage.

    Prisonnier du portail, le photographe ne pouvait rien faire de plus. Il n’acceptait pas d’être « acheté », il n’acceptait pas non plus d’être enfermé en cage. Aussi, et malgré qu’il soit toujours aussi impressionné par Aaron, il s’approcha de lui et désigna sa main du regard dans laquelle reposait le smartphone qui le délivrerait des barrières maléfiques.

    A partir de maintenant, ils étaient deux fois quittes. Ils s’étaient tous les deux blessés l'un l'autre à l'aide de leur portable. Mel’ en faisant comprendre à Aaron qu’il avait toujours contact avec son ex-petite amie. Et Aaron en le piégeant ici devant chez lui.
    Tandis que Mel’ était tout proche d’Aaaron, il pouvait voir à nouveau cette once de bonté chez le français. Il avait dû mal à s’habituer à ce caractère : une fois dur, une fois tendre. De tout près, Aaron semblait désormais à nouveau humain. Cette fois donc, c'est la fermeté de Melvin qui s’envola :

    - Vous … c’est vous qui avez fermé le portail ? Pourriez-vous …

    Il désignait du doigt la sortie, son skateboard, mais son regard ne se décrochait pas de celui d’Aaron. Et sa bouche ne pu terminer sa phrase. Car au fond peut-être ne voulait-il pas partir si vite.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 38
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: Harmonie bouleversée. Melvin    Mar 5 Juin - 17:54

Telle une araignée qui tisse sa toile, mon piège se refermait doucement sur Melvin. Je le vois, sans dissimuler un malin plaisir, coincé contre mon grand portail. J'apprécie ce moment de l'avoir à ma merci. Je flirt avec l'illégalité, mais je m'en moque. Quelque part au fond de lui, Melvin est totalement consentant de cette situation. Puis, je n'ai pas pris soin de me changer. J'imagine très bien l'effet que mon produit mon torse nu sur ses petites réactions de nouvel homosexuel. D'après ce que j'ai compris, s'il a reçu un message de cette jeune fille, c'est qu'il se découvre juste. Finalement, j'avais compris plus vite que lui.

Il a toujours le même aplomb. Il refuse encore et encore mon costume. Ce côté têtu me plait. Pourtant, j'ai intentionnellement détruit ce bel ouvrage. En premier de surcroit. Peu importe ce qui aurait pu se passer, je lui aurais remboursé. Je peux le permettre tellement de fois. " Bien. Bien. Je trouverai un autre moyen de me racheter alors. Il faut toujours payer... ses dettes." J'appuie fortement les trois derniers mots. Même si Melvin me plait, je n'oublie pas sa bavure. S'il veut toujours m'avoir, il va falloir se racheter. Il ne sait pas encore qui est devant lui.

" En effet, j'ai fermé le portail. Je n'allais pas te laisser partir comme un voleur. " Je prends mon smartphone. J'ouvre l'application. Je ne peux pas laisser Melvin partir ainsi. Je ne peux pas le séquestrer non plus. Il pourrait porte plainte - même si je pense qu'il n'en arrivera pas là - et je pourrais être sacrément embêté vis-à-vis du restaurant. Je dois être plus malin et subtil. " Mmmm. Il semble y avoir un problème électronique. Le portail refuse de s'ouvrir. " J'appuie encore et encore sur le bouton. Or, j'ai enclenché la sécurité intrusion ; les commandes sont bloquées. " Tu es condamné à rester, il n'y a pas d'autres sorties. Grimper sur le portail déclencherait une alarme insupportable. Tu vas devoir supporter ma compagnie."

Nous sommes très proches, physiquement. Honnêtement, Melvin ne serait qu'un garçon de passage que je lui aurais déjà sauté dessus. On aurait sauvagement fait l'amour derrière un parterre de fleurs, et une fois vidé, je l'aurais relâché dans la nature. Mais, c'est différent. Je veux profiter de ce plaisir soutenu que procure la séduction. Le résultat, les baisers, le coït n'en sont que plus accentués. Je sais très bien comment cela va se terminer, mais je veux profiter. Jouer. " J'ai envoyé une alerte pour recevoir un technicien. " C'est faux. " En attendant, tu vas devoir me raconter l'histoire avec cette fille, pour que je comprenne, que je pardonne. " J'approche ma main de son bras, et je la fais descendre jusqu'à main sans le toucher. Je veux le torturer de mon contact. " J'étais en train de jardiner, ce qui explique ma tenue. Est-ce que tu veux ramasser des fraises avec moi ? " L'idée de le voir à quatre pattes dans mes fraisiers m'excitait déjà.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 134
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: Harmonie bouleversée. Melvin    Jeu 7 Juin - 10:10

    Melvin n’était pas un grand crédule, mais face à l’aplomb et l’assurance d’Aaron, il ne pouvait que croire ce dernier. Tous les deux devraient donc attendre le technicien. Le blondinet jeta un regard en arrière sur sa planche à roulette de l’autre côté des barrières électriques. S’il passait sa main à travers le portail pour récupérer son moyen de transport fétiche, il déclencherait aussi certainement l’alarme dont Aaron avait fait allusion.

    Tant pis… Il essayerait d’être patient. Cela dit, s’il arrivait quoique ce soit à son skateboard, Mel’ deviendrait vraiment furieux. On ne parlait plus d’un vêtement à remplacer. Il en aurait voulu énormément plus à Aaron.

    Pour l’instant, et puisqu’il fallait patienter, Melvin accepta l’invitation d’Aaron. Cueillir des fraises l’occuperait et il fallait au moins ça pour occuper son esprit. Il détestait attendre sans rien faire. Et il avait encore du mal à engager la conversation avec le chef français.

    Il suivit donc Aaron jusqu’au jardin et pour cela, traversa quelques pièces de la maison. Évidemment, l’endroit était splendide. Mel’ fut surpris un moment, puis se rappela que tout ceci, dans l’univers du cuisinier, était normal.
    Le jardin quant à lui ressemblait à une oasis, le côté tropical en moins. Car après tout, nous étions toujours en Angleterre.

    Melvin avait quelque peu éludé la question d’Aaron. Le français voulait en savoir plus sur son ex-petite amie, et Mel’ avait l’impression d’avoir déjà tout dit à son sujet. Le reste le concernait entièrement. Il s’agissait simplement d’une ancienne relation qu’il avait contactée avant de voir Aaron apparaître. Mel’ avait besoin d’être réconforté… Peut-être qu’Aaron n’avait pas compris… Mais ce réconfort lui était nécessaire pour se changer les idées, car Aaron ne s’était pas présenté à l’expo…Enfin, jusqu’à ce moment-là en tout cas.
    Pour le reste, il ne se sentait pas capable de partager plus de sa vie avec Aaron. Après tout, il connaissait à peine cet homme. D’ailleurs, lui, le vouvoyait toujours.

    Arrivé aux abords des fraisiers, Mel’ comprit pourquoi Aaron était torse-nu. Les fraisiers poussait fort près de buissons de ronces. Une astuce de permaculture qui permettait aux deux plantes de s’entraider. Les ronces faisaient fuir les insectes et protégeait les fraises. Et les fruits rouges fournissaient la terre en riches minéraux pour les ronces. Dès lors, Mel’ retira aussi son t-shirt afin de ne pas faire d’accro dans le vêtement. Il était bien moins musclé qu’Aaron mais sa peau douce couleur miel faisait ressortir ses cheveux blonds et ses yeux verts.
    Le bel éphèbe s’accroupit vers les fraises.

    - Elles sont vraiment en très bonne santé, vos fraises. Vous les utilisez dans vos recettes pour le restaurant ? Ma grand-mère fait de succulents fraisiers. Je suis sûr que même vous, vous en raffoleriez.

    Il souriait en passant une main dans sa mèche blonde, comme à son habitude. La tension entre les deux hommes commençaient doucement à s’apaiser.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 38
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: Harmonie bouleversée. Melvin    Jeu 7 Juin - 17:46

Je m'attendais à plus de résistance de la part de Melvin. Après tout, quand on capture un animal sauvage et qu'on l'enferme dans une cage, celui-ci se débat toujours. A croire que la captivité en ma compagnie ne dérangeait pas tant le jeune photographe. Ou peut être avait-il vraiment envie de croire qu'il y avait un problème électronique. Au fond de moi, je suis flatté. Je dois l'admettre, malgré mes grands airs, Melvin a encore envie de passer avec moi. Je ne l'ai pas tant refroidi que ça. Je m'en félicite.

Mais je n'oublie pas qu'il doit se racheter. Il évite volontairement de me donner des explications sur cette fille. J'ai besoin de savoir, pour pardonner, mais aussi pour me comparer. Vaux-je mieux que cette demoiselle? Je l'espère. Je n'ai jamais apprécié passer après un autre. Je vise toujours la première place, comme dans un grand concours. Je ne peux, certes, pas me battre sur tous les domaines. Mais j'estime que mes arguments valent mieux que les courbes d'une femme. Mais pour l'instant, je ne reviens pas dessus. Pour une fois, je respecte son choix de silence. Après tout, il est chez moi et non chez elle. Quelque part il m'a déjà choisi.

Nous traversons donc la maison en silence. Je le vois scruter chaque endroit. Il doit être impressionné, je vis dans un luxe sobre et élégant. Une alliance parfaite entre de la belle pierre brutte et des meubles en bois de chêne. Sans vraiment le réaliser, je pense, Melvin est un des rares chanceux à pénétrer ma demeure. En effet, je ne reçois que très rarement, et rentrer chez moi et pour moi un premier pas vers mon intimité. J'ai battis cet endroit autant intérieur comme extérieur juste après mon divorce. Il est à mon image et je ne veux qu'aucune mauvaises ondes ne vienne le perturber.

Finalement, nous arrivons dans le jardin. Melvin garde son regard impressionné. Ça me plait, j'aime avoir cette influence sur lui, même indirecte. Nous nous installons près des fraisiers. Il faut se baisser, il sont ras la terre. Melvin me suit dans l'idée, il enlève son t shirt. La situation est presque drôle. Nous avions été très proches dans cette fontaine, mais habillés. Aujourd'hui, nous ne sommes pas proches, mais pourtant plus dénudé. C'est aussi ce qui explique pourquoi la tension s’envole soudainement.

" Non, je me fournis chez mon maraicher préféré. Ces fraises là sont pour ma consommation personnelle ou pour tester des recettes chez moi avant de les amener au restaurant. " J'attrappe une belle fraise. Elles sont encore jeunes. Ayant pris soin d'enlever la terre dessus, je la porte à ma bouche. Elle est bonne, sucrée et légèrement croquante. Nous sommes au début du printemps, mais je suis déjà content du résultat. " Quand je goutte un fruit, ça m'inspire toujours beaucoup de chose. Tu permets? " Une fois de plus je ne lui demande pas mon avis. Sans crier gare, je m'approche de lui, pose ma main gauche derrière sa nuque, et de main droite, j'apporte une fraise dans sa bouche. Je prends soin d'essuyer ses lèvres avec mon pouce. " Je pense parfois, et c'est un comble pour un pâtissier, que le fruit tel quel est meilleur qu'une pâtisserie élaborée. C'est ce qui me permets aussi d'exceller, j'essaye de retranscrire de ne pas faire mentir ce qu'est le fruit et retranscrire sa véritable identité. J'imagine que c'est pareil en photographie. " Une fois de plus, nous parlions le même langage.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 134
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: Harmonie bouleversée. Melvin    Lun 11 Juin - 13:46

    Melvin ne saurait dire quel goût avait la fraise qu’Aaron venait de porter à ses lèvres. Il s’en fichait. Ca n’avait pas d’importance. Encore une fois, il se sentait happé par les désirs du chef français, ce qui était toujours très agréable… jusqu’à sa prochaine saute d’humeur. C’est la raison pour laquelle le photographe avait dû mal à se laisser aller, cette fois. Cela dit, et aussi parce que tout ceci était nouveau pour lui, il profita du contact physique, égoïstement. Mel’ avait posé sa main sur le bas-ventre de Mr Lewit comme pour lui indiquer qu’il n’était pas nécessaire de s’approcher plus encore. Mais cela lui permettait discrètement de sentir la peau ferme et douce d’Aaron.

    - Oui, il y a de ça aussi en photographie. Mais lorsqu’on pose un cadre particulier autour de quelque chose ce qui est le cas en photographie, on fait forcément un choix. Un choix qui n’est jamais naturel, ni objectif. Si un photographe vous murmure qu’il travaille pour montrer le vrai visage du monde, alors c’est un menteur. Parce que son travail consiste uniquement à vous montrer SON vrai visage à lui.

    En prononçant ces mots, le visage de Mel’ s’était approché de celui d’Aaron. Pour la première fois, il soutenait le regard de l’homme comme jamais il ne l’avait fait auparavant. Cette fraise lui avait permis de comprendre qu’elles étaient réellement les intentions du chef. Et d’ailleurs, sans tablier, ni costume, il avait en face de lui, l’homme. Ce n’était plus le chef étoilé, ni le gentleman fortuné et le blondinet n'était plus impressionné. C’était uniquement un homme avec des pulsions, des envies et des fantasmes qu'il rencontrait désormais pour la 3ème fois. Mel’ commençait à comprendre les règles du jeu.
    Sans enlever sa main du bas-ventre d’Aaron, il continuait.

    - Mais je ne savais pas que la photographie vous intéressait autant. Sans ça, vous seriez venu à l’exposition photo qui a continuée à la R.I.P après la soirée d’ouverture. J’y étais tous les jours et je ne vous ai jamais vu.

    Melvin retirait un à un ses doigts du corps d’Aaron, comme pour lui faire comprendre le manque que cela pouvait provoquait. Le blondinet jetait un œil aux alentours, le jardin était resplendissant. Un vrai havre de paix. Pendant un instant, il ne pensait même plus être en Angleterre. Sans doute le charme de la décoration française.

    Mel s’éloigna d’Aaron et s’approchait des prochains fraisiers, ceux qui encore portaient des fruits. Dos à son hôte, il s'adressa à lui à nouveau :

    - Si on continue comme ça, il ne vous restera plus beaucoup de fraises. J’ai l’impression d’ailleurs que les prochaines ne sont pas assez mûres, qu’en dites-vous ? Il ne laissa pas l’homme lui répondre et levait la tête vers la maison puis enchaîna : Vous savez quoi ? Je préfèrerais que vous me fassiez visiter votre chez vous. Si vous avez décoré entièrement vous-même cette demeure comme le jardin, ça doit être resplendissant, et je dois dire que ça pourrait inspirer mon œil de photographe.

    Mel’ ne se retournait pas. Son regard était attiré par deux papillons orange qui se tournaient autour l’un de l’autre. D’ailleurs, s’il s’était retourné et qu’il avait plongé son regard dans celui d’Aaron, il aurait certainement perdu cet aplomb avec lequel il s’adressait à présent au chef.

    - Enfin, seulement si vous le désirez aussi, bien sûr. Je ne voudrais pas m’imposer

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 38
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: Harmonie bouleversée. Melvin    Lun 11 Juin - 15:46

Désormais, Melvin me résistait. En tout cas, il s’y prenait bien. Il avait déjà surement gagné du courage en me rendant le costume offert. Mais voilà que son attitude changeait. Quand je lui tendais la fraise, il a presque refusé mon avance. Sa main sur mon bas ventre pour me mettre un arrêt. Pourtant, je m’acharnais à croire que je ne laissais pas indifférent… Il n’a plus la même lueur dans les yeux qu’au restaurant ou au bord de la fontaine. Sa flamme a changé, mais elle brille toujours. Sinon, pourquoi m’aurait-il ramené le costume, en personne ? Pourquoi me propose-t-il de poursuivre la conversation à l’intérieur ? Ce nouveau jeu me plait. Aujourd’hui, je le laisse tenir les rennes. Voyons s’il aura autant d’audace que je peux en avoir.

« La photographie ne m’intéresse pas plus que ça. » C’est lui qui m’intéresse. Mais je ne peux me permettre de lui faire cet aveu. Au fond, son travail ne m’a jamais vraiment interpelé. Même si je reconnais aisément qu’il a du talent. Malgré ce qu’il peut croire, je me suis rendu à la R.I.P. à un autre moment. L’occasion de me louper dans mon art en grand format est impossible. Je m’aime trop pour ça. Au fond de moi, dans ces instants, j’avais aussi le regret de ne pas l’avoir croisé au musée. Mais au final, nous nous revoyons ici, et c’est bien mieux. « Tu as raison, nous avons assez travaillé pour aujourd’hui, allons à l’intérieur. »

J’observe que le langage de Melvin a changé. Pourquoi utiliser le mot désir ? Voilà qui est très calculé. Je crois que le jeune photographe a compris plus de choses qu’il ne veut le laisser paraître. D’ailleurs pourquoi faire autant de ronds de jambe ? Je partirai sur une de mes théories à son sujet. Melvin découvre vraiment sa sexualité avec les hommes. Mal à l’aise au début, observateur et élève, puis ardeur en plusieurs étapes et surtout cette fille qui plane dans sa vie. Mais aussi car notre situation est compliquée. D’habitude, c’est beaucoup plus simple pour moi, je ne tourne pas autant autour du pot. Je sers à Melvin d’exutoire. C’est aussi pour ça que j’aime tant ce jeu. C’est comme si je découvrais tout à nouveau.

« Je vais te faire le tour du propriétaire. » Habituellement, j’aurais pris Melvin par la main et l’aurait fait passer de pièce en pièce. Mais il souhaitait limiter le contact. Qu’à cela ne tienne, on verra s’il tient sur la longueur. Je n’abandonne pas si facilement et je suis un grand joueur. Sans former le moindre mot, je l’incite à me suivre. Ma maison est spacieuse mais point trop. Après tout, je vis seul. Au rez-de-chaussée, nous trouvons la cuisine donnant sur ma grande salle à manger. Adjacent, il y a un grand séjour, mais Melvin est passé par cette pièce en arrivant. Je l’incite à me suivre à l’étage. Une salle de bain et trois chambres. Dont une qui est parentale, dressing et salle de bain.

Nous nous trouvons dans cette dernière pièce. La visite a été silencieuse. J’ai laissé Melvin admirer la décoration sobre de ma demeure. Peut-être trouvera-t-il des idées pour ses projets photographiques. J’en doute, mon restaurant est plus intéressant pour ça. On se bien chez moi, après tout j’ai engagé un décorateur d’intérieur, mais c’est un lieu de vie comme il en existe beaucoup. Hormis peut-être qu’il n’y a pas de photos de proches, seulement des peintures hors de prix qui habillent certains murs.

« Voilà, on arrive dans ma salle de bain privée. D’ailleurs… » Je me dirige vers une grande douche à l’italienne et déclenche le plafonnier. Rapidement, des vapeurs tièdes s’installent dans la pièce. « Après avoir autant jardiné, j’ai besoin d’une bonne douche pour me nettoyer. Tu devrais y penser aussi. » Et, comme si tout cela était parfaitement normal, je me déshabille devant Melvin. J’enlève en premier mon short, puis mon boxer. Me voilà entièrement nu. Sans adresser le moindre regard à mon invité, et poursuivant ma routine comme si j’étais seul, je me glisse sous une eau tiède et commence à me frotter. Voyons voir si Melvin aura le courage d’aller jusqu’au bout de son entreprise.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 134
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: Harmonie bouleversée. Melvin    Jeu 14 Juin - 15:12

    La maison était l’une des plus luxueuse que visitait Melvin. Chaque pièce contenait ses beaux meubles, ses matériaux nobles et sa décoration simple mais coûteuse. Ca se voyait à l’œil nu.
    Jusqu’à la salle de bain où Mel’ pu admirer peut-être ce que la maison avait de plus cher: son maître dans son plus simple appareil.
    En effet, Aaron, sans pudeur prenait sa douche et invitait le jeune photographe à l’accompagner.

    En d'autres circonstances, Mel' aurait sauté sur l'occasion. Le sexe tendu à ne plus en tenir. Pourtant, il se rendait compte que ce n'était pas tant le sexe qui l'intéressait. Mais surtout le réconfort et le soutien de quelqu'un d'autre. Les caresses et les mots doux aussi. Mel' recherchait chez les garçons tout ce qui lui avait manqué précédemment dans ses relations avec les filles. C'est-à-dire un amour d'égal à égal. Des franches rigolades, comme on peut en avoir avec ses potes et des bons moments de débats. Il n'avait jamais trouvé tout ça dans les relations avec les minettes qu'il avait rencontré.

    Mel' se déshabilla. Il défit ses chaussettes lorsqu'il jeta un oeil à Aaron qui était de dos. Puis le rejoignit sous la douche. Il passa une main doucement sous le jet pour vérifier la température. Et en profita pour observer le corps entier du cuisinier. Visiblement, les deux hommes étaient détendus et la vapeur emplissait doucement la pièce.

    Mel' entreprit d'attraper la savonnette et commença par s'en barbouiller partout. Les traces blanches du savon de coco lui dessinait de jolis traits et de fines bulles le long des courbes de son corps long et fluet.
    A chaque fois qu'Aaron se déplaçait dans le petit espace, se rapprochait de lui ou s'éloignait, Mel' sentait un flux agréable et chaud l'envahir.
    L'attirance envers l'homme n'était pas sexuelle, mais sans doute plus intime. Car sinon, Mel' lui aurait déjà sauté dessus depuis longtemps. Ils auraient d'ailleurs tout le temps de ne faire qu'un, un peu plus tard. Pour le moment, le sexe du photographe n'était pas en activité.

    En remarquant cela, Mel en profita pour laver cette zone délicatement.
    Le jeune homme sourit même à l'idée que le technicien de la grille vienne dès à présent les déranger.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: Harmonie bouleversée. Melvin    

Revenir en haut Aller en bas
 
Harmonie bouleversée. Melvin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le secteur des télécoms va être bouleversé
» Petite Harmonie & Boule de Granit
» Melvin.
» Présentation de Harmonie Cullen. [validée]
» Ice Memories (PV-Melvin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton east side.-
Sauter vers: