AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 168
- since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (1/4)

MessageSujet: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Dim 27 Mai - 19:03


≈ ≈ ≈
{ I try to show you that I'm strong
Why do I even bother?
crédit/ tumblrempire.

Depuis quelques jours la vie de Cameron s'était considérablement compliquée. Il ne pensait pas que tout pouvait arriver en si peu de temps, mais si. Alors qu'il était en froid avec Leonie à cause d'une grosse dispute, Laurel lui avait fait une révélation à laquelle il n'était pas préparé. Et pour cause elle lui avait fait comprendre qu'elle avait des sentiments pour lui ce qui n'était pas entendable en ce moment. Cameron ne pouvait pas avoir dit à Leonie qu'elle exagérait à propos de cela, à propos de sa relation avec Laurel et lâcher qu'il voulait l'épouser avant cette dispute puis ensuite recevoir cette déclaration de Laurel. Il n'avait donc pas très bien géré la situation, pas du tout même. A vouloir ménager tout le monde il avait fini par faire souffrir deux femmes. Cameron ne savait d'autant plus pas vraiment ce qu'il pensait ou ressentait. Dans ce genre de situation il avait un réflexe celui de se renfermer sur lui-même. Il compartimentait beaucoup et mettait ses émotions dans une petite boite. Autant dire que ces derniers jours les choses n'avaient pas été roses à la maison. Laurel rasait les murs pour éviter Cameron qui ne faisait rien pour arranger cela et Leonie et Cameron était dans une phase assez étrange. C'était comme si tout le monde était sur pause. Pourtant, les choses risquaient de changer aujourd'hui. Effectivement, Cameron n'était pas au courant que Laurel avait entamé plusieurs démarches pour partir de chez le petit couple et qu'elle allait maintenant faire ses affaires. Il allait le découvrir sur le fait accompli. Cameron était en train de préparer à manger lorsqu'il remarqua un sac dans l'entrée. Il décida d'aller voir Laurel pour savoir ce qu'elle faisait et lui proposer de manger avec eux poliment. Il pensait qu'elle avait prévue de partir en week-end avec quelqu’un ce qui ne lui plaisait pas, mais il n'avait pas son mot à dire. Soudain, il remarqua que Laurel était en train de faire ses bagages et ses cartons. Il compris ensuite alors ce qui était en train de se passer. « Qu'est-ce que tu fais ? » Lui demanda Cameron. Il voulait qu'elle lui dise les choses, qu'elle les assume au lieu de le faire dans son dos. Il était agacé par sa façon de faire, mais il ne le montrait pas. Il n'avait pas envie que les choses explosent alors que Leonie était dans la pièce à côté.


Dernière édition par Cameron Blake le Lun 28 Mai - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laurel Kane

flawed and (still) worthy.

- paper notes : 126
- since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: cameron/leonie, joey.

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Dim 27 Mai - 21:41

Sa dernière conversation avec Cameron ne cessait de lui revenir en tête, et elle avait beau se la rejouer de toutes les façons possibles, la fin était toujours aussi désagréable, et le goût amer de la déception leur revenait constamment en bouche. Elle pouvait, pourtant, difficilement l’ignorer ou l’éviter : vivre sous son toit l’obligeait, matin et soir, à le croiser au détour d’un couloir ou les airs communes de la résidence. Elle s’était retranchée dans sa chambre, la seule où elle pouvait encore prétendre être ailleurs, loin de lui. Mais tout, ça n’était qu’illusion, une vaine façon de contourner le problème. Laurel devait partir d’ici, avant que la situation ne devienne invivable, avant que sa seule présence dans les parages ne pourrisse pour de bon la presque parfaite relation entre Cameron et sa future fiancée. Face à son déni, face à son refus de voir la vérité en face, elle avait décidé de jeter les armes. Inutile de tenter de persuader un convaincu. Ces sentiments n’étaient rien d’autre que le fruit de son imagination, avait-il mentionné, comme si elle était incapable de mettre des mots sur ce qu’elle ressentait vraiment. Parler de sentiments n’avait jamais été chose facile pour la Kane, et Cam n’avait fait que renforcer cette conviction, celle qu’il valait mieux se taire et ne rien dire plutôt que de s’ouvrir aux autres. Il n’avait fallu que quelques jours de recherches et une bonne dizaine de coup de téléphone avant qu’elle ne trouve son prochain pied-à-terre, son refuge loin de constante tension qui persistait entre les murs de cette maison. Son partenaire ignorait tout de ses intentions, et elle se gardait bien de le lui en parler. Il l’apprendrait quand il serait trop tard, quand plus aucun retour en arrière ne serait possible. Elle savait, sinon, qu’il ferait tout pour la convaincre de rester, et elle n’avait ni l’envie, ni la force de faire face à ses remarques complaisantes et à son regard de chien battu. Roman avait accepté de venir la chercher un peu plus tard, ce soir-là, et c’est dans un silence presque religieux qu’elle ramassait les quelques effets personnels qu’elle avait cumulée depuis son arrivée chez le Blake. L’un des sacs avaient été déposé près de la porte d’entrée sans un mot, et seul son clopinement trahissant ses déplacements. Ce fut suffisant pour attirer l’attention de l’homme des lieux, qui fit apparition dans son dos alors qu’elle déposait quelques livres et son matériel de tricot dans une boîte. – Je ramasse mes affaires, comme tu peux le voir. – ironisa-t-elle en lui répondant, usant de son sarcasme comme d’un maigre moyen de défense. – Il est temps que je quitte cet endroit, tu ne crois pas? Je suis visiblement de trop, de toute évidence. – C’est seulement à ce moment qu’elle daigne se retourner vers lui, fixant son regard dans le sien, ses traits figés dans une masque de froideur.

_________________

c'est pas l'amour qui te fait peur, c'est l'abandon.



Dernière édition par Laurel Kane le Ven 10 Aoû - 21:01, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 168
- since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (1/4)

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Lun 4 Juin - 14:52

Cameron est conscient qu’il a blessé la jeune femme, lourdement, la dernière fois. Il peut le voir dans les regards qu’elle évite, dans la froideur de sa voix. Elle se renferme sur elle-même, elle feint l’indifférence pour cacher sa déception. Comment espérait-elle le voir réagir ? Laurel connait Cameron depuis une décennie, elle sait qu’il fuit lorsqu’il se sent acculé. Elle devait bien se douter qu’il ne saurait pas comment gérer, accepter une information qui pourrait bouleverser son quotidien et son avenir. Cameron avait pensé à un avenir entre eux, à une possibilité en vain. Laurel avait toujours fait passé leur passion en premier. Elle ne l’avait jamais regardé avec les yeux de l’amour, avec les yeux de l’envie. Il avait accepté cette relation pour ce qu’elle était, il était passé à autre chose et finalement il avait réussi à tomber amoureux de quelqu’un d’autre. Cameron est amoureux de Leonie, il prévoit de la demander en mariage, elle le savait lorsqu’elle lui déclara sa flamme. Cameron préfère donc se retrancher dans ses certitudes, elle n’est pas amoureuse de lui, elle est perdue, elle confond son amour pour lui avec son besoin dans un moment de difficulté intense. Aujourd’hui tout semble différent, tout semble balayé. Au-jourd’hui, elle faisait ses valises, elle prenait la fuite à son tour. Cameron se sentait une fois de plus acculé. Il aurait pu la laisser partir, mais il voulait confronter à ce qu’elle était en train de faire. Il était à la fois agacé, déçu qu’elle ait l’idée de partir comme une voleuse. « Et tu comptais me le dire ? Ou me laisser découvrir une chambre vide ? » Lui demanda Cameron. Il la confrontait parce qu’il avait besoin d’une véritable réponse. Il pensait mériter mieux que cela. Au fond, elle cherchait sûrement à le blesser comme il l’avait blessé. Elle brisa le silence en lui expliquant qu’elle était de trop. « Ne dis pas ça, tu es la bienvenue ici. » Il ne leurre personne. Il est évident que Leonie ne veut pas d’elle ici et pour cause elle sent bien que quelque chose se trame entre les deux ‘amis’. Elle complique la situation par sa présence et tout serait tellement plus simple si elle prenait la fuite. Pourtant, au fond de lui Cameron n’avait pas envie de la laisser partir, il savait que c’était égoïste, mais il n’avait pas envie de vivre sans elle. « Je ne veux pas que tu partes .. » Lâche-t-il doucement sans oser la regarder, honteux de dire ce qu’il peut ressentir. Il avait comme l’impression que s’il l’a laissait partir aujourd’hui il risquait de la perdre, pour de bon et il n’en avait pas la force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laurel Kane

flawed and (still) worthy.

- paper notes : 126
- since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: cameron/leonie, joey.

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Sam 9 Juin - 21:50

Il n’y avait toujours eu que la glace, pour Laurel, et ni rien, ni personne n’était parvenu à s’immiscer entre elles. Cameron avait su y trouver sa place, au fil du temps, mais il n’avait jamais su s’imposer face à cette passion commune qu’ils partageaient, constamment relayé au second rang. C’est ce même amour de la glace qui l’avait jeté dans les bras de Leonie, glace traitresse qui, des années plus tard, l’avait mise au carreau comme un coup de poignard planté en plein cœur. Elle s’était sentit trahie par la seule chose qui comptait vraiment à ses yeux. Que lui restait-il, désormais? Rien, se rendait-elle compte. Son partenaire était sur le point de faire la grande demande et se laisser passer la corde au cou, et elle réalisait, bien trop tardive, qu’elle ne tolérait pas qu’une autre fille qu’elle partage ce genre de bonheur, et de complicité avec lui. Comme s’il allait lui échapper, l’abandonner, maintenant qu’il avait trouvé mieux. Être confrontée à ses propres sentiments la rongeait de l’intérieur, mais pas autant de ce refus, cette obstination dont il faisait preuve face à cette révélation, dont il réfutait même l’existence, refusant de vivre avec les conséquences que de tels aveux pouvaient avoir sur sa petite vie tranquille. Le statue quo était roi et maître, mais les tensions grandissantes dans la demeure qu’ils partageaient tous les trois l’étouffaient peu à peu, l’air devenant trop lourds pour celle qui alourdissait l’équation de sa simple présence.  Partir lui semblait la seule action envisageable, sa façon toute personnelle de prendre la fuite et de tourner le dos à cette histoire, à ce chapitre foutu de son existence. Elle hausse les épaules alors qu’il lui reproche son attitude et ce départ précipité qu’il n’a nullement vu venir. Elle n’avait eu aucune intention d’annoncer ses intentions. Le mettre devant le fait accompli aurait été plus percutant, mais il avait été trop attentif, trop curieux pour que sa sortie ne soit parfaitement réussie. – Tu crois vraiment ce que tu dis, Cameron? – se contenta-elle de lui répliquer, alors que son regard se rivait vers le sien. – En plus d’être hermétique aux sentiments des autres, tu es complètement aveugle…tu es vraiment à plaindre. – Ce n’est pas comme si c’était lui qui était en train de voir sa vie voler en éclat : sa carrière, son avenir, sa relation avec son frère, celle avec son partenaire. Se retournant afin de jeter quelques trucs de plus dans une boîte sur le lit, elle tente d’ignorer le ton doucereux avec lequel il essaie de l’amadouer. – Pourquoi ? – murmure-t-elle sans pourtant se retourner. Elle ne sait pas si elle parviendra à lui faire face, pas alors qu’il démontre pour une rare fois un certain attachement à son égard. – Pourquoi tu ne veux pas que je parte?Convaincs-moi. Donne-moi une seule bonne raison de rester.

_________________

c'est pas l'amour qui te fait peur, c'est l'abandon.



Dernière édition par Laurel Kane le Ven 10 Aoû - 21:00, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 168
- since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (1/4)

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Lun 11 Juin - 21:55

Laurel prenait donc Cam pour quelqu’un d’aveugle, de stupide. Il n’était pas dupe de ce qui se passait sous son toit cependant, il pratiquait la politique de l’autruche parce qu’il n’aimait pas le conflit. Il pensait qu’elle le connaissait mieux que ça. Il n’avait jamais aimé les conflits, les disputes, il essayait toujours de les éviter. Il savait également qu’il ne sortirait pas vainqueur de cette querelle. Il se trouve au centre de l’attention sans vraiment le vouloir et il finirait par perdre quelqu’un. Cam savait qu’il devrait choisir entre sa petite-amie, la femme qu’il aime et Laurel, sa meilleure amie, sa partenaire et la femme qu’il a aimé secrètement durant des années. Il ne voyait pas d’échappatoire. Laurel essayait de l’attaquer à nouveau sur la déclaration qu’elle lui avait faites parce qu’elle n’avait pas eu la réponse qu’elle espérait. Il était déçu de ce comportement. Elle ne semblait pas comprendre que c’était peut-être leur karma, le tour de bâton après avoir attendu après elle des années. « Tu crois que je ne vois pas la façon dont vous vous regardez, dont vous me mettez au milieu d’une querelle que je n’ai pas commencé ? » Lui demanda Cam. Il refusait qu’elle emploie ce ton sarcastique avec lui. Il tenait à ce qu’elle sache qu’il voit clair dans tout cela. Malheureusement la jeune femme ne semblait pas voir les conséquences sur sa vie à lui. Elle était fixée sur elle et comme toujours il passait en second. Auparavant, c’était la glace, maintenant c’était sa blessure. Il ne s’est jamais senti indispensable pour Laurel et c’est sans doute pour cela qu’il a fini par s’en détourner. Il avait besoin de se sentir aimé, désiré. Puis Laurel lui pose la question fatidique Elle lui demande pourquoi il ne veut pas qu’elle parte, elle veut des arguments, des raisons. Elle le pousse dans ses retranchements et il sent qu’il est au bord d’un précipice. Il sent que rien ne sera jamais plus comme avant. « Parce que je tiens à toi, parce que je ne veux pas te perdre et on sait tout les deux que ça sera le cas si tu franchis cette porte. On commencera par moins se voir, moins se parler, finalement on ne sera que deux inconnus qui avaient l’habitude de patiner ensemble. On ne sera plus rien et je ne suis pas prêt à ne pas t’avoir dans ma vie. » Lui répondit Cam avant de baisser les yeux. Il craignait la réponse de la jeune femme, sa réaction. Il ne voulait pas la perdre, il ne pouvait pas la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laurel Kane

flawed and (still) worthy.

- paper notes : 126
- since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: cameron/leonie, joey.

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Sam 16 Juin - 3:56

Elle connaissait Cameron depuis si longtemps, elle avait un peu cette étrange impression de le connaître par cœur. Et cette attitude qu’il avait, à fuir ce conflit qui régnait sous son toit, ou plutôt à l’ignorer était tout à fait digne de sa personne. Il avait toujours été ainsi, à faire profil bas et éviter toutes discussions pouvant devenir houleuses, et parfois, ça l’irritait. Car il préférait se laisser marcher sur les pieds – comme avec son père, à l’époque – plutôt que de défendre son point de vue ou ses intérêts. La mésentente entre sa petite amie et sa partenaire de glace ne découlait pas forcement de sa petite personne, mais elle l’impliquait directement : il en était le centre, au cœur même du problème. Et son refus d’agir, ou de réagir, devenait terriblement frustrant. Son déni complet de la situation, le rendant incapable de reconnaître l’existence des sentiments que Laurel lui portait, dégradait à la fois sa relation avec elle, mais aussi avec Leonie. Cette femme qu’il tenait à épouser, cette femme qu’il prétendait aimer. L’aimait-il réellement? Et pour les bonnes raisons?  – Ce n’est pas le rêve de tous les hommes, de voir deux femmes se battre pour leur affection? – ironisa-t-elle avant de lever les yeux au ciel. – Tu es la raison même de l’existence de ce problème, Cameron! Leonie n’est pas stupide. Et surement pas aveugle, elle. – Une femme sait reconnaître ces petits signes chez une autre, ceux qui trahissent ces émotions profondes qu’on tente d’enfuir en nous-même. Elle n’avait jamais été dupe, Leonie. Laurel avait toujours été considéré comme une menace potentielle à son bonheur, mais il y avait toujours eu la glace pour faire un tampon entre leurs deux univers. Une glace qui l’avait trahie, d’un coup de poignard dans le dos, ou d’un croche-pied pour la faire chuter. Une glace à laquelle elle avait accordée bien trop d’importance, plutôt que de la concentrer sur les êtres qui peuplaient sa vie. Elle avait involontairement jeté Cameron dans les bras de la Marsh, et pour cette raison, elle se détestait. Parce qu’elle l’avait tenu pour acquis, alors qu’il méritait bien plus de sa part. C’était elle, l’idiote, dans toute cette histoire. Et les mots qu’il prononça ne firent que renforcer ce sentiment d’échec, les regrets coulant avec lenteur le long de ses joues. Elle n’est pourtant pas de ses filles qui ont les larmes faciles, Laurel. Mais elle ne contrôle pas celles qui emplissent son regard azuré. – Je ne veux pas te perdre non plus, Cam. – laisse-t-elle finalement entendre après un court silence qui lui sembla interminable. Elle s’est retournée, la belle, mais le regard de l’homme s’égare ailleurs.  – Mais je ne peux pas continuer à rester ici et prétendre être heureuse quand je te vois avec elle. Que penses-tu qu’il se passera, après votre mariage? Tu t’éloigneras aussi, tu vivras ta petite vie rangée avec ta femme, tes enfants, et je n’aurais plus ma place dans ce petit portrait de famille. – Leonie ne le lui permettrait pas. – Je ne deviendrai qu’une ombre de ton passé alors que c’est de ton avenir que j’ai envie de faire partie. Mais ça, tu n’es pas prêt à l’accepter. Ni à accepter que je t’aime... – Ses lèvres tremblent alors qu’à son tour, elle détourne le regard pour éviter de tomber sur le sien. Son plaidoyer, elle le sait, elle le sent, n’y changera rien. Ces mots ne seront jamais assez pour Cameron. Et elle ne peut pas lui offrir la vie qu’il pourrait avoir avec elle. Partir, abandonner le combat, lui semble la seule option valable. Parce qu’elle l’aime suffisamment pour vouloir son bonheur, même si c’est auprès de Leonie qu’il l’a trouvé. Et ça la tue à petit feu, de voir ce futur qu'ils auraient pu avoir lui glisser lentement entre les doigts.

_________________

c'est pas l'amour qui te fait peur, c'est l'abandon.



Dernière édition par Laurel Kane le Ven 10 Aoû - 21:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 168
- since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (1/4)

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Lun 18 Juin - 19:16

Cam sent que sa patience atteint ses limites. Elle le pousse à bout en le traitant d’aveugle, en le mettant au centre de tout cela alors qu’il n’avait rien cherché du tout. Il avait accueillit sa meilleure amie, sa partenaire chez lui et une guerre froide s’était instaurée entre elles. Laurel était en train de réécrire l’histoire à sa façon et il pensait que c’était le moment de lui montrer qu’il y a toujours deux versions à une même histoire. « Bordel j’étais heureux avec Leo avant que tu n’ouvres la bouche en disant toutes ces choses. Tu le savais et pourtant, tu l’as quand même dis. Pourquoi ? Qu’est-ce que tu attends de moi ? » Lui demanda Cam. Il n’attendait pas forcément de réponse de sa part. Au fond, il savait qu’elle n’en avait aucune. Laurel était sûrement perdue comme toujours. « Bordel Laurel tu avais des années pour le dire ou pour me voir autrement. Finalement qui est aveugle Laurel ? Moi qui pense que tu as des sentiments uniquement parce que ta vie ne tourne pas comme tu le souhaites ou toi qui m’a regardé, traité comme ami durant des années alors que tout le monde voyait bien que je n’avais d’yeux que pour toi. » Rajouta-t-il avant de souffler d’agacement et de nerf. Il ne pensait pas aller aussi loin dans ses paroles un jour, mais elle l’avait poussé à bout. Il l’avait dit, pour la première fois, il avait eu des sentiments pour elle et elle l’avait rangé dans la friendzone. Il se demandait bien pourquoi maintenant elle se réveillait. Il avait l’impression qu’ils avaient loupés quelque chose, peut-être le bon moment. Au moins maintenant tout était dit. Elle savait une fois pour toute ce qu’il avait ressenti pour elle. Elle ne pouvait plus faire comme si de rien était. Il n’avait rien dit à l’époque, mais était-elle réellement aveugle ou ne voulait-elle pas voir la vérité sous ses yeux ? Il n’en savait rien et il n’attendait pas forcément de réponse de sa part. Cam craignait qu’une réponse ne change les choses entre eux, encore plus. Si elle avait réellement été aveugle alors il s’en voudrait de ne pas avoir tenté sa chance, si elle l’avait vu, mais qu’elle n’avait pas partagé ses sentiments alors il sentirait son coeur se serrer. Apparemment, Cam avait fait son effet en lui disant qu’il n’avait pas envie de la perdre, qu’il n’était pas prêt à la laisser partir. A son tour, la jeune femme ouvrit son coeur ce qui est difficile pour elle, il en avait conscience. Cam savait qu’elle avait raison au fond. S’il épousait Leo les choses changeraient, il finirait par fonder sa propre famille, mais il n’était pas prêt à l’entendre. Il avait envie de croire qu’il y avait une alternative, une façon de l’inclure. Il ne comprenait pas pourquoi elle ne pourrait pas être présente à chaque étape de sa vie, peut-être pas de la façon dont elle l’aimerait aujourd’hui, mais d’une autre façon. Cam voyait combien la jeune femme était touchée par ses propres paroles. Elle ne le regardait même plus en face. Elle n’osait pas. « Pourquoi est-ce que tu devrais t’éloigner ? Pourquoi est-ce que tu ne resterais pas auprès de moi durant cette nouvelle étape de ma vie ? Tu es ma meilleure depuis plus d’une décennie. Je pensais que tu serais là à chaque étape. On dirait finalement que c’est toi qui décide de t’éloigner de moi.. » Lâcha Cam avant de baisser les yeux à son tour. Déçu de la tournure que prenait la discussion, attristé de perdre sa meilleure amie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 132
- since : 01/01/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: {fr/en} - cam.

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Mar 26 Juin - 11:11

here we go again

Rien n’allait. Rien. Leo s’était gravement disputée avec Cameron et les si belles choses qu’il voulait lui promettre pour l’éternité semblaient être un lointain souvenir. Elle avait la sensation que plus rien ne serait jamais comme avant, qu’elle avait en fin de compte gâché sa chance pour avoir une fin heureuse avec lui. Le sujet de leurs disputes était toujours le même et cela depuis des mois. Il portait un nom, celui de Laurel. La partenaire de glace, la meilleure amie de Cameron, celle que Leonie avait toujours vu comme une rivale. Et elle n’avait peut-être pas tort. La façon dont ils se regardaient, la relation si particulière que son petit ami et sa partenaire de glace entretenait, aurait rendu n’importe quel humain fou. Et la jeune femme était arrivée au point de non-retour. Laurel vivait chez eux, dormait chez eux, partageait ses repas avec eux et elle ne pouvait plus la voir en peinture. Elles n’avaient jamais été les meilleures amies du monde, mais il y a quelques mois, quelques années de ça, Leo pouvait la tolérer. Aujourd’hui, elle voulait la voir partir pour de bon. C’était peut-être égoïste de sa part mais elle n’en pouvait plus de devoir partager son homme avec une autre. Alors quoi de mieux que d’éliminer Laurel. Trop occupée à classer les dossiers qu’elle avait ramené du travail, elle n’avait pas entendu que dans la pièce d’à côté, le ton était monté, la tension bien trop présente. Brusquement sortie de sa concentration par la voix de Cameron qui n’était pas aussi douce que d’habitude, Leonie tendit l’oreille. Quelque chose se tramait et il semblait que des explications étaient faites entre les deux patineurs. Bien décidée à donner son avis, la jeune femme se leva et se mit à l’entrée de la pièce, les deux autres la regardant avec surprise. Elle n’avait peut-être rien à faire là, mais elle était tout autant concernée que Cameron et Laurel par cette histoire. Après tout, si son couple devait voler en éclat à cause de la patineuse, elle n’allait pas garder pour elle ce qu’elle pensait depuis des mois. Il était temps de mettre les choses au clair et vite. – Ah tu fais seulement tes valises maintenant ? Tu t’es bien faite attendre Laurel. Son ton était sarcastique, cela n’allait pas forcément plaire à Cameron, mais elle s’en fichait. Leo était entière, manquait un peu de tact mais elle se devait de dire ce qu’elle pensait. – Puisqu’on vous entend un peu trop régler vos histoires, je me suis dit que c’était une bonne idée que je me joigne à vous. Après tout, je suis concernée aussi. Elle ne savait pas dans quoi elle s'embarquait, mais se doutait bien que ça n'allait pas finir très bien.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laurel Kane

flawed and (still) worthy.

- paper notes : 126
- since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: cameron/leonie, joey.

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Sam 21 Juil - 22:06

Elle le savait, elle l’avait senti dès les premiers instants que le moment avait mal été choisi. Que d’ainsi lui avouer la vérité de changerait rien, que ça ne ferait qu’enivrer les choses. Ses sentiments, Laurel aurait dû les garder pour elle, les ravaler, les étouffer dans le creux de son ventre, les anesthésier à grand coup de déni.  Le mal était pourtant fait, plus de retour en arrière possible. Et cette boule au ventre qui ne disparaissait pas. Cette culpabilité qui s’accentuait et lui tordait l’estomac. Elle en avait trop dit, elle avait été trop loin et Cameron ne se fit pas prier pour le lui faire savoir. Chacun de ses mots, chacune de ses paroles lui firent l’effet d’un poignard qu’on enfonçait à répétition dans son palpitant, lui arrachant un sanglot silencieux, douloureux. – Rien, rien du tout, Cameron. – Parce qu’il avait raison, après tout. Elle n’avait agi qu’en petite princesse chiante et égoïste, elle, la reine des caprices. Mais il se dupait sur une chose : cet amour qu’elle lui portait, cette affection indéfectible qu’elle avait pour lui, ça n’était en rien le fruit du malheureux tournant, ce revers de la vie venait de lui balancer en pleine gueule. Longtemps avait-elle cru que son seul amour se portait pour glace qu’elle foulait du matin au soir; associé ce bien-être au réconfort de retrouver ce décor si familier, cette froideur qui lui réchauffait le cœur. La patinoire et Cameron n’était devenu qu’un seul et même repère, sans qu’elle ne puisse discerner réellement les raisons derrière lesquelles elle souriait toujours quand elle enfilait ses patins. – Si c’était le cas, pourquoi tu ne m’en as jamais parler? Pardonne mon ignorance, mais comment voulais-tu que je le sache. Il aurait fallu que je le devine, c’est ça? – Il y avait cette amertume au fond de la voix, ce gout d’échec qu’elle parvenait mal à ravaler. Les choses auraient-elles été différence s’il avait fait les premiers pas, à l’époque? Aurait-elle été capable de percevoir ses propres sentiments au travers du reste, de distinguer sa passion de la glace et son amour pour son propre partenaire. Elle ne savait pas, elle préférait même ne pas y songer, quitte à retourner le couteau dans la plaie. Ses mains nerveusement récupéraient les rares effets personnels qu’il restait toujours sur le lit; une peluche que Roman lui avait offert lors de sa première compétition, un vieux pull de laine et son portable, qu’elle glissa dans la poche de son pantalon sans s’y attarder. Les deux autres allèrent rejoindre le reste dans le carton, dont elle referma les bords, coinçant deux coins sous les rabats afin de garder le tout fermer. Tout pour la distraire de Cameron et des reproches qu’il lui servait. Elle aurait tant voulu lui dire qu’elle le pensait aussi, qu’ils partageraient ensemble les bons et les moins bons moments de cet avenir qui s’entendait à perte de vue devant eux. Mais c’est la désagréable voix de Leonie qui vint rompre le silence qui s’était imposé dans la pièce. Le sarcasme qu’elle avait employé lui puait au nez. Mais au contraire de son opposée, elle préféra se taire plutôt que de répondre à ses provocations infantiles.

_________________

c'est pas l'amour qui te fait peur, c'est l'abandon.



Dernière édition par Laurel Kane le Ven 10 Aoû - 21:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 168
- since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (1/4)

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Lun 23 Juil - 17:24

C’est le moment pour Laurel de dire enfin ce qu’elle attend de Cam. Maintenant qu’elle a mis sa vie sans dessus dessous il s’attend à ce qu’elle lui donne une explication du pourquoi, du comment. Il attend qu’elle lui dise la suite, mais elle préfère en rester là. Elle ne continue pas, elle s’arrête et lui dit tout simplement qu’elle n’attend rien de sa part. Cam ne peut s’empêcher d’être déçu une fois de plus. « Si c’était pour ça tu aurais mieux fait de ne rien dire. » Lui lança Cameron. Il l’a trouvait profondément égoïste d’avoir dit ce qu’elle ressentait pour lui sans pour autant assumer jusqu’au bout. Elle était en train de lui prouver qu’il avait raison depuis le début et qu’elle n’était pas amoureuse de lui, elle se raccrochait à lui parce que sa vie prenait un tournant inédit et qu’elle était effrayée. Il n’avait plus envie d’être simplement son point de chute. Il en avait assez de ce rôle. La réaction de Laurel l’agaçait au plus haut point, elle agissait comme si c’était une nouvelle étonnante pour elle. Elle retournait même la situation en lui disant qu’elle aurait peut-être dû le deviner. Tout le monde était au courant, mais elle non ? Cela en était trop pour lui qui en avait assez. « Si tu le dis.. » Lâcha-t-il. Il n’avait plus envie de continuer cette discussion stérile. Il refusait de croire qu’elle était sincèrement éprise de lui aujourd’hui que sa vie tombait en lambeau et elle refusait d’admettre qu’autrefois elle se doutait bien de la nature de ses sentiments, mais qu’elle avait fait passer leur art avant. Il ne savait même pas pourquoi il était étonné de ce qu’elle disait. Elle avait toujours tout fait passer avant son art. Soudain, sa discussion est interrompu par l’arrivée de Leo qui souhaite se joindre à eux. Elle attaque directement Laurel sans que celle-ci ne riposte. Il est très surpris d’ailleurs par cette réaction. Habituellement elle l’aurait envoyé voir ailleurs, mais pas cette fois-ci. C’était comme si Laurel abandonnait une fois pour toute. Puis Leo continue en leur faisant comprendre qu’elle les entendait se disputer. Elle semble agacée, fatiguée par la situation. Il aimerait pouvoir simplifier la situation, mais le fait est que les choses prennent une tournure inattendue. Naturellement, Cam se demande ce qu’elle a entendu exactement, il n’a pas envie d’aggraver la situation avec sa copine. « Laurel déménage c’est tout. Tu devrais être contente. » Lui répondit Cam d’un ton fatigué. Il était épuisé par tout ceci. Il ne savait plus vrai-ment ou donner de la tête. Il ne voulait pas attaquer frontalement Leo, mais le fait est qu’elle avait commencé les hostilités. Au fond, Cameron était triste parce qu’il savait que tout allait changer, qu’il allait perdre sa partenaire, sa meilleure amie. Il n’avait aucune garantie que sa relation avec Leo s’arrange. Il avait l’impression de regarder un crash au ralenti et ce crash c’était sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 132
- since : 01/01/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: {fr/en} - cam.

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Lun 30 Juil - 11:50

here we go again

Des voix bien trop connues l’avaient sorti de son travail et Leo n’avait pu s’empêcher de tendre l’oreille. Cameron et Laurel semblaient se disputer et la jeune femme y voyait une bonne opportunité pour écarter la patineuse pour de bon. Leur couple était au bord de l’implosion et la partenaire de glace de Cameron n’y était pas pour rien. Elle voulait retrouver sérénité et amour, loin de ce quotidien devenu quasiment un enfer. Elle posa ses dossiers sur le bureau et quitta la pièce, bien décidée à mettre les choses au clair une bonne fois pour toute. Le spectacle qui s’y trouvait n’allait surement pas la décevoir. Son ton était sarcastique, comme souvent lorsqu’elle parlait avec Laurel. Ce n’était pas de sa faute, elle ne pouvait plus la voir en peinture et surtout, elle ne savait pas faire semblant. Impossible de lui parler correctement. La tension monta d’un cran à l’intérieur d’elle-même quand elle se rendit compte que Laurel n’était pas décidée à discuter avec elle. De toute façon, Leo bloquait la porte et tant que tous les trois n’auraient pas mis cartes sur table, elle n’allait pas bouger. Ce fut Cameron qui brisa les quelques secondes de silence provoquées par le sarcasme de Leonie. La jeune femme le regarda avec mépris, lui qui défendait encore sa meilleure amie. Ce cercle vicieux ne s’arrêterait donc jamais et même si elle s’en voulait de penser ça, son couple était donc selon elle voué à l’échec. – C’est vrai que c’est normal de vivre sous le même toit que sa meilleure amie et sa copine. Demande à tous tes amis, ils sont tous dans la même situation. Leo n’en pouvait plus. Elle avait déjà eu une conversation à ce sujet avec Cameron mais cela n’avait rien changé. Le problème était toujours le même, il ne comprenait donc rien à son mal-être. – Franchement, je ne vois pas ce qui t’empêche de partir avec elle, Cameron. Comme elle vient de te le dire justement, Laurel est amoureuse de toi. Elle avait entendu juste ça de leur conversation et cela lui avait suffi. Le mal était fait, ils étaient dans une sorte de triangle amoureux et Leo n’allait pas en sortir gagnante. – Tu es contente, Laurel, tu as eu ce que tu as voulu ? Maintenant, Cameron est à toi. Elle les regardait tous les deux, les bras croisés contre sa poitrine. Le mal qui la traversait était incomparable à ce qu’elle avait vécu avant. Ça en était trop pour elle. Elle allait peut-être perdre le jeune homme pour toujours, mais elle ne voulait plus vivre dans ce bazar. Il devait faire un choix et c'était elle ou sa meilleure amie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Laurel Kane

flawed and (still) worthy.

- paper notes : 126
- since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: cameron/leonie, joey.

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Ven 10 Aoû - 22:48

En d’autres circonstances, en d’autres lieux, Laurel aurait eu envie de se confier et de lui dire tout ce qu’elle avait sur le cœur, tout ce qu’elle aurait voulu pour eux deux. Mais son obstination à ne pas la croire, à déformer sa vision de sa propre réalité, avait suffi à  ce qu’elle se referme comme une huitre, quitte à en regretter d’avoir osé s’ouvrir à lui. Il l’avait déçue, amèrement. Comme si le garçon qu’elle connaissait de si longues années était soudainement devenu un étranger. Ça lui faisait mal, mais trop fière, trop orgueilleuse, elle se refusait à admettre à quel point sa réaction l’avait blessé. Elle ne chercha même pas à lui répondre lorsqu’il lui fit ce reproche déguisé, cette petite pique personnelle qui ne voulait dire qu’une chose : tu aurais dû te la fermer. Mais en terme poli, évidemment. Comme si d’enjoliver la vérité faisait en sorte qu’elle la digérerait plus facilement.  Elle déglutit, se retenant pour ne pas exploser. De rage ou de larmes, elle l’ignorait, et sans doute préférait-elle ne pas savoir. Tout comme elle se gardait bien de réagir au sarcasme qui franchissait ses lèvres. Non, le Cameron qu’elle avait connu n’existait plus. Le Cameron qu’elle aimait n’était désormais plus qu’une douce illusion dans laquelle elle se perdait, un mirage qui s’effaçait dès qu’elle mettait fin à la distance qui les séparait. Une certaine laideur se dégageait des traits de celui qui fut, pendant longtemps son meilleur ami. Elle en eut presque un haut le cœur. À moins que ce ne soit la soudaine présence de Leonie qui lui causait ce désagrément. Elle ne manqua pas de faire son entrée à grands coups d’ironie et d’attaques impétueuses, autant diriger vers elle que vers son propre petit ami. Laurel eut presque envie de rire devant le pathétisme de cette situation, mais elle se garda bien de le faire, trop occupée à prétendre faire la sourde oreille aux propos de miss je-suis-la-copine-parfaite. Mais Leonie savait viser là où ça fait mal, et dire les choses avec une franchise que Laurel ne pouvait pas lui reprocher. À vrai dire, c’est bien la seule chose qu’elle appréciait de son opposée. Pas d’hypocrisie, pas de faux semblants. Dès l’instant où elles s’étaient retrouvés confinés dans le même espace, il avait été évident pour une, comme pour l’autre, que cette cohabitation ne pourrait pas durer. Et que tôt ou tard, le statu quo que l’homme entre deux feux prônait n’aurait plus raison d’être. L’entendre dire, de ses propres lèvres, qu’elle aimait Cameron lui fit reprendre conscience de cette lourdeur au creux de son ventre, cette boule à l’estomac. Le poids des mots, des émotions contradictoires qui s’amoncelait en son for intérieur. – Il n’est pas à moi, Leonie. Ni même à toi, que je sache. Ce n’est pas qu’un vulgaire objet qu’on balance au gré de ses envies. – lui balança-t-elle, agacée par l’emploi de ses mots, comme s’il avait été, depuis le début de leur relation, sa propriété. Ça l’écœurait, qu’elle le considère de la sorte, malgré toute l’animosité qu’elle portait envers Cameron, désormais. Cette impression qu’elle lui manquait de respect, elle ne parvenait tout simplement pas à la tolérer. – Si tu avais mis autant d’efforts sur ton couple que tu en as mis à saboter des années d’amitié, on ne serait pas en train d’avoir cette conversation. Vous seriez fiancés et tu aurais réussi à m’écarter du portrait sans même avoir à te salir les mains. Dommage que tu n’aies pas su saisir cette opportunité. – Elle l’avait attaquée la première, et Laurel n’en pouvait plus de laisser couler sur son dos ces agressions répétées à son égard. S’en était trop. – Et tu sais quoi? Je n’ai aucun envie qu’il parte avec moi. – Mensonge. Terrible mensonge.  – Les sentiments ne sont pas réciproques, de toute façon, et puis, je ne suis pas vraiment « amoureuse » de lui, selon ses dires. Je doute même qu’il accepte de m’accompagner. – Elle avait rivé son regard brasier dans celui de Cameron au moment de dire ses quelques mots, avant de les rapporter vers Leonie. – D’ici quelques minutes, je quitterai cette maison, et je sortirai de vos vies. C’est toi qui devrais être contente. – Laurel, elle, n’avait aucune raison de célébrer. Mais elle souriait quand même, face à l'ironie. Car au même instant, le carillon de la sonnette d'entrée résonnait dans la maisonnée.

_________________

c'est pas l'amour qui te fait peur, c'est l'abandon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 168
- since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (1/4)

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Dim 12 Aoû - 20:59

Cameron aimerait pouvoir calmer la situation, mais il sait qu’il ne pourrait pas le faire. Il ignore ce que Leonie a entendu, mais une chose est sûre elle est en colère. A peine ouvre-t-elle la bouche c’est pour tacler Laurel puis sa propre personne. Elle semble si agacée, si énervée qu’il ne reconnait plus la jeune femme qui lui avait confié vouloir qu’ils se retrouvent. Elle était vexante dans ses propos et presque injustes. On aurait dit qu’elle aimait le rabaisser, lui mettre le nez dans ses contradictions. Il se demandait ce qu’elle cherchait à force, si elle souhai-tait qu’il parte il en avait presque envie. De plus en plus, l’idée de prendre de la distance, de partir de cette ville lui trottait dans la tête. Cameron ne savait plus quoi penser, comment agir face à une telle situation. Leo en rajoute une couche lui disant qu’elle ne sait pas ce qui l’empêche de partir avec elle et révèle alors qu’elle a entendu la petite déclaration de Laurel. Son cœur se brise parce qu’il sait que Leo souffre de cette situation, il sait que Laurel souffre de cette situation et il se sent plus bas que terre. Cameron comprenait alors que son seul crime celui de n’avoir rien fait était presque pire. A force de se mettre en retrait, de mettre des œillères sans prendre la moindre décision il avait fait du mal à la fois à Leonie, mais également à Laurel. Alors que Cameron pensait que Laurel allait s’y mettre aussi, elle pris étrangement sa défense. Elle ne lui pardonnait pas son manque de prise de décision, ses réflexions et le fait qu’il venait littéralement de lui briser le cœur, mais elle ne supportait pas que Leo le rabaisse devant elle. Comme si c’était la dernière fois, elle pris les armes et alla au feu à sa place. Laurel rappela à Leo qu’il n’était pas un objet, un bout de viande qu’elles pouvaient s’échanger. Il était si étonné qu’il en resta silencieux comme pour ne pas changer. Il pensait qu’elle en avait fini, mais absolument pas. Laurel décidait de vider son sac une fois pour toute, si ce qu’elle disait avait du sens, il ne pouvait s’empêcher de sentir son cœur se serrer. Si Laurel faisait cela c’est parce qu’elle pensait que son amitié, son duo avec Cameron était terminé et qu’elle n’avait absolument plus rien à perdre. Il l’a connaissait assez pour le savoir et il ne voulait pas que cela se termine ainsi. Laurel l’acheva ensuite en rappelant qu’il n’était pas amoureux d’elle, qu’il ne l’a croyait pas. Il savait combien il l’avait fait souffrir et se rendait compte sans doute trop tard qu’il y avait sûrement une part de vérité dans ce qu’elle disait. Cameron tentait d’ouvrir la bouche, mais aucun son n’en sortit, ni pour l’une, ni pour l’autre. Soudain, comme pour mettre un terme à ce moment insoutenable, quelqu’un vint sonner à la porte. Cameron sauta sur cette occasion pour sortir de cette pièce le cœur battant, il avait l’impression que le souffle lui manqua. Il ouvrit la porte pour découvrir le chauf-feur de Laurel se tenir devant lui, Joey, le frère de Laurel. Une autre personne qui devait avoir envie de le mas-sacrer et qu’il ne pouvait pas blâmer.

@joey kane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 75
- since : 23/06/2018

( end game )

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Sam 18 Aoû - 19:03

Elle déménageait enfin. Terrible conclusion d’une amitié romantique. Une infamie. Une rupture douloureuse. Je pensais à elle, cette petite soeur blessée. J’imaginais ses rires et ses bonheurs. Son visage était devenu racé. Ses joues se creusaient dans le vide - la pénombre. La chute avait fracturé son âme. Sa silhouette s’agitait dans mes souvenirs tel un écho anonyme. Je l’aimais malgré nos différences, malgré les rejets familiaux et ses alliances avec les autres. Laurel avait son univers particulier, une fantaisie glissant sur la glace de la patinoire. Ses figures artistiques faisaient chavirer es coeurs. La plus belle, la plus lumineuse de toutes. Puis l’accident avait brisé son équilibre. Les lames des patins avaient tranché ses rêves. Je grommelais en vacillant entre les galeries marchandes. Je devais l’aider - offrir un soutien moral et une épaule pour éponger ses larmes. Je redoutais ces instants. J’anticipais les colères et les ressentiments. Cameron avait choisi Leonie. Il s’était débattu pour une affection vaines, des années à se confondre entre les rôles du partenaire et du meilleur ami. Il s’était laissé porté par les doutes, par la lâcheté d’un coeur qui ne jurait que par le silence. Elle se réveillait trop tard, bataillait pour un amour fané. C’était étrange. A son âge, je m’en fichais. Toutes les histoires ne duraient qu’un soir. Une lassitude extrême, enserrant mes poumons et ma gorge. Je n’avais jamais retenu mes amantes. Je n’avais jamais essayé de mériter mes amours. Et ça me faisait peur, aujourd’hui. Cordelia était là, mais je ne voyais que les fragments d’un mariage médiatiques. Je doutais des sentiments et des vérités. Comme si nous étions conditionnés au cinéma. Comme si tout n’était qu’une mise en scène grotesque. Je soupirais en gravissant l’allée. J’effleurais la paroi du mur et appuyais sur la sonnette. J’entendais les voix résonner dans le vestibules, les fluctuations et les lamentations. Ma poitrine se serrait. Je fronçais les sourcils face à la stature de Cameron. Je hochais la tête, une salutation courtoise et soutenue. «Hey. » Je lui adressais un sourire gêné. Je n’avais rien contre lui mais je ne pouvais empêcher cette gêne qui s’installait entre nous. Il faisait du mal à Laurel. Je ne voyais que ça. « Comment elle va ?» Murmurai-je en avançant. Je m’inquiétais. C’était difficile pour elle de se tenir au milieu de son couple. D’être l’amie invisible. Puis l’amoureuse rejetée. «J’imagine que c’est Bagdad à l’intérieur.» Sifflai-je en sentant la tension. Je me doutais de l’animosité entre les deux jeunes femmes. Cameron, quant à lui, semblait ailleurs, complètement dévasté par les mots et les injures. Je haussais les épaules avec nonchalance. La situation était délicate mais je me ressentais aucune empathie. Seuls, les sentiments de Laurel comptaient. Je refusais de les laisser lui faire du mal. Je me faufilais jusqu’au salon. Le sourire de ma soeur était figé, une expression ironique devenue sardonique. «Hey, princess. On y va?» Soufflai-je en me positionnant à ses côtés. Mes yeux transperçaient le visage de Leonie. Je ne bougeais pas, aux aguets - attendant la prochaine attaque.

_________________
- shelter also gave their shade but in the dark I have no name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 132
- since : 01/01/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: {fr/en} - cam.

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   Sam 18 Aoû - 20:18

here we go again

La situation était pesante, la tension palpable dans la pièce. D’un côté, Laurel, le nez dans les cartons, prête à tout quitter, que ce soit la maison ou bien même Cameron d’ailleurs. De l’autre, Leonie, qui pourrait savourer sa victoire si elle avait réussi à évincer sa concurrente sans dommages collatéraux. Mais son futur peut être ex-mari n’avait pas envie de lui parler et certainement moins de se marier avec elle à l’heure actuelle. Ça aurait pu bien se passer, la patineuse avait raison sur ce point mais elle n’allait pas lui faire remarquer. – Je n’ai jamais dit qu’il n’était qu’un vulgaire objet comme tu dis. Mais moi au moins je ne le convoite pas uniquement quand je me sens seule et désespérée. Cette conversation était de trop, Leo le savait bien, mais il était trop tard pour reculer. Au fond, elle savait qu’elle n’aurait jamais dû rentrer dans cette pièce et plutôt seulement écouter ce qu’il s’y passait. Mais elle n’avait pas pu s’en empêcher, l’envie de clore le sujet Laurel en beauté. En faisant ça, elle savait pertinemment que cela n’allait pas lui faire gagner des points auprès de Cameron, mais qu’en était-il de leur relation aujourd’hui ? Elle n’était même pas sûre qu’il veuille encore être avec elle. Cameron ne bougeait pas d’un centimètre et aucun son ne sortait de sa bouche. Elle aurait tellement aimé qu’il la défende, qu’il lui apporte une bonne fois pour toute son soutien. Mais rien n’allait se passer, Leo en était bien consciente. Alors, elle allait prendre les devants. – Et toi, tu ne dis rien ? Comme d’habitude de toute façon. Elle non plus avait la sensation de ne plus avoir rien à perdre. Le silence qui s’installa entre eux ensuite fut brisé par la sonnette de la maison. Leo regarda Cameron s’en aller puis son regard ne lâcha pas Laurel une seule seconde. Elle n’avait pas besoin de parler pour faire passer toute son animosité. Mais à ce stade, il n’y avait certainement plus rien à dire. Leo fut surprise de voir arriver le frère de la patineuse. Il ne semblait pas très heureux de les voir, mais cela ne l’étonnait pas. Elle sentait qu’il la transperçait du regard, mais Leo ne broncha pas, attendant patiemment la suite des événements.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie   

Revenir en haut Aller en bas
 
here we go again, fire and emotion w/laurel & leonie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» MILLA ♣ set fire to the rain
» FIRE BURNS ~ ft. jackie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side. :: résidences.-
Sauter vers: