AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 soul meets body + piper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 213
- since : 15/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: soul meets body + piper    Lun 21 Mai - 23:06

La lumière glissait sur la galerie. Je me perdais dans un instant d’évasion, les jambes élancées entre les expositions anguleuses et les toiles colorées. Tout comme les vagues, l’art n’était jamais absolu. Il s’enroulait autour de mes prunelles afin de me transporter ailleurs, sur les reliefs de l’acrylique et les ondulations estompées de la peinture. J’y croyais de tout mon coeur. Il y avait de l’espoir dans ces tableaux. Des poussières d’étoiles qui remplissaient les mailles vides du tissu. La main serrée sur la coupe de vin, mon esprit vagabondait d’image en image, souffle coupé, comme en apnée sur terre. Je me noyais dans la foule qui murmurait mon prénom. L’enfant déchue, héritière espagnole de la folie gitane, je perpétuais l’héritage de ma mère et ses passions. Ma démarche chancelait dans les couloirs, éprise d’une mélodie qui flottait suavement dans l’espace. J’agitais mes paupières en avalant une gorgée d’alcool. Les souvenirs se fissuraient sur les galets de la mer. Tout comme ma relation avec Lip et ma carrière olympique. Un soupir s’échappa de mes lèvres. Je voulais m’isoler, partir à la dérive entre les escaliers menant vers le réserve et disparaitre au milieu des cartons et pièces ignorées dans l’obscurité. Mes bras tremblaient, fébriles et avides de frénésie. Je m’approchais lentement du serveur. Je me servais un cocktail et le courage de continuer. Mon élément était devenu étranger. Je me sentais inconnue au milieu de mes amis et de mes connaissances. Leurs regards avaient changés, ils portaient les désillusions et le jugement, de ceux qui ne savaient pas. Ma gorge se serrait. J’avançais à reculant, effleurant les silhouettes qui défilaient entre mes paupières. Ma poitrine bourdonnait, paralysée par la peur. Par cette sensation horrible de rejet social. Je sursautais en me retournant. Mes doigts agrippaient le bras d’une inconnue. J’observais ses yeux - aussi bleues que les profondeurs du bassin. Il y avait des sirènes au fond de ses prunelles, comme il y en avait au fond de l’océan. Je retrouvais l’esquisse d’un rêve envolé. Ma respiration devenait lascive. Je pinçais les lèvres, l’expression adoucie et les joues rosies. «Je suis désolée. » Je murmurais maladroitement en lâchant prise. «J’ai eu un léger vertige … » Pourquoi ce besoin d’expliquer ? De justifier ? Je me tournais vers la tableau qu’elle observait. Une nageuse suspendue dans la vase grumeleuse d’une longue rivière. Je plissais les yeux, émerveillée par la beauté de la scène. «C’est magnifique. » Soufflai-je avec émotion. Le vide émanait de la silhouette écaillée de la nageuse, me rappelant mes défaites et mes addictions. Nous étions identiques, immobiles et souillées par le ressac. A jamais figées entre les cadres du tableau.

_________________
- help i have done it again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    Mar 22 Mai - 19:29

Le stress était énorme avant un vernissage, Piper aimait contrôler les moindres détails de son exposition, elle avait fait changer une bonne dizaine de fois l'agencement des tableaux à ses employés. Finalement, tout était parfait à ses yeux, elle espérait simplement que les oeuvres plairaient autant au public qu'à elle. Un verre à la main, elle papillonnait à saluer tous les gens qu'elle connaissait, le réseau était important dans ce milieu, surtout si elle voulait avoir une chance de réaliser des ventes. Elle était douée dans ce qu'elle faisait, capable de mettre à l'aise les gens et surtout de vendre des oeuvres, de mettre des mots sur des émotions. Ce n'était pas simplement une belle parleuse, elle était véritablement convaincue par ce qu'elle racontait, elle était transportée par l'art et aimait offrir sa vision. Quand enfin, elle arrive à s'extirper d'une conversation interminable sur l'un des artistes qui était exposé, elle s'accorde quelques minutes pour profiter des tableaux. Même si elle connaissait les tableaux exposés dans les moindres détails, elle ne se lassait pas de cette sensation d'avoir toujours quelque chose à découvrir, un détail, une couleur différente avec l'éclairage. Elle s'attardait sur son oeuvre préféré, quand on la bouscule légèrement, elle tourne la tête vers la personne qui l'avait sorti de sa contemplation. Une magnifique créature, parfaitement dans son élément au milieu des œuvres d'art. « Y'a pas de mal ! ». Il y avait beaucoup plus désagréable que d'avoir la main d'une belle femme posait sur elle. Elle suit le regard de la jeune femme jusqu'à la toile qu'elle était en train d'observer et Piper affiche un sourire approbateur. « Vous avez bon goût...C'est ma préférée, mais c'est que mon avis personnel, je voudrais froisser personne, l'art est subjectif après tout... ». Elle se rattrapait rapidement, se rappelant soudainement que les artistes pouvaient avoir un ego surdimensionné et qu'elle n'avait aucune idée de qui était son interlocutrice. Avec sa chance, elle serait capable de dévoiler ses préférences devant la femme de l'autre artiste exposé. « Je vous ai jamais vu ici, moi c'est Piper. ». Dans son parfait rôle d'hôtesse, elle lui tend sa main libre afin de faire les présentations. Elle était plutôt sûre de son coup, car elle avait une bonne mémoire et qu'elle s'efforçait de retenir les noms et visages pour ne froisser personne. Puis, si elle avait croisé une femme capable de la détourner aussi facilement d'une toile, elle s'en serait forcément rappelée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 213
- since : 15/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    Mar 29 Mai - 0:18

Les images cheminaient autour de mes paupières. Vestiges d’une beauté éphémère et essoufflée. Mes jambes se dérobaient au sol - avides de fluidité, de reprendre leur forme de nageoires pour voguer au fond de l’océan. Sirène échouée sur Terre. Créature immonde aux griffes hideuses. Ma bouche dégoulinait sur mon visage. Je fixais le vide, les prunelles aveuglées par les ondulations des lumières. Les nuances aquarelles se confondaient sur les toiles dorées, racontant les histoires imaginaires de ces formes translucides figées dans le décor. Mon coeur  quant à lui partait à la dérive, porté par les ondulations de l’eau au fond du bassin municipal. Je me redressais. J’essayais de garder l’équilibre. Mes mains agrippaient la coupe de vin, accablées par l’ivresse qui guettait, qui menaçait de tout détruire. Je tournoyais dans l’espace, l’esprit chancelant au gré d’une voix qui résonnait si loin - qui murmurait les titres de ces journaux sportifs. Ils ne comprenaient pas l’échec. Ils ne voyaient pas le mal. Ce n’était pas mon corps qui se dopait, mais mon âme - ma poitrine avide de sentiment. Tout ce qui m’entourait semblait vide. Le monde se fissurait. Il s’en allait. Mes larmes avaient le goût du chlore. Mon amour, l’odeur d’une autre. Je me tournais vers l’inconnue. Son regard me transperçait. Il ouvrait des lucarnes entres mes côtes asséchées. Je l’observais avec émerveillement. Azur. Bleue. La mer avait naquit au ras de ses cils. Et je trouvais refuge dans ses cornées. Je demeurais immobile, le souffle en apnée dans une dimension étrangère. «Halley. Je me ballade seulement.» Murmurai-je en hochant la tête. Mes cheveux suivaient les ondulations de mon cou. Piper. Un prénom qui se découpait sur ma langue. Des syllabes aigus, épineuses, pénétrant dans ma chair. Je rêvais de plonger dans l’azur. De retrouver le peuple des sirènes et chanter mes malheurs aux marins. L’air se raréfiait. La chaleur montait dans mes veines. Un mal virulent, troublant mes pensées et mes ressentiments. Je me servais un nouveau verre, puis je me postais face au tableau. Je détaillais les traces des pinceaux et les variations de couleurs. Transcendée par ces choix si réels. Happée jusqu’au fond de la toile. « Vous êtes amatrice?» Je lui souris lascivement. L’émotion perlait au coin de mes yeux. Je ne parvenais pas à respirer. A garder pied. «Moi, je ne suis qu’une vagabonde qui prétend apprécier l’art des autres.» Et bientôt, je devrais m’en aller, vaciller sur les sentiers menant jusqu’à la plage et me noyer dans la vase obscure.

_________________
- help i have done it again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    Dim 3 Juin - 9:48

Même si Piper assumait parfaitement sa sexualité, elle ne voulait pas mettre la jeune femme mal à l'aise en la fixant un peu trop intensément. C'était tout elle, s'activer pour cette exposition pendant des semaines et se laisser distraire par une femme le grand soir venu. Elle était une énigme, pas vraiment à sa place dans la galerie et Piper avait peur de la chercher du regard pendant le reste de la soirée. C'était rafraîchissant d'avoir une conversation banale et elle était loin d'être malheureuse que Halley ait choisi sa galerie pour se balader. À chaque instant, Piper s'attendait presque à voir apparaître quelqu'un à ses côtés qui viendrait placer sa main derrière sa taille pour marquer son territoire. Son propre comportement l'exaspérait, à spéculer sur la situation amoureuse d'une femme qu'elle venait à peine de rencontrer. Avec sa chance, elle était probablement hétéro et en couple depuis dix ans. Elle devait détourner le regard quand elle lui souriait, pour ne pas se faire trop d'idées, focalisant son attention sur le tableau. « Je suis là uniquement pour l'alcool gratos... ». Tout en disant cela, elle porte son verre à ses lèvres, jetant un œil rieur vers Halley. Elle lui donnait envie d'abandonner les choses matérielles, ne plus s'occuper du rationnement en petit four ou des négociations sur les prix des tableaux. Halley n'était visiblement pas une amatrice d'art ou même susceptible de sortir son chéquier pour acheter un tableau, alors Piper aurait dû se détourner rapidement, mais elle était comme envoûter. « Plutôt l'alcool qui m'aide à survivre à ces soirées ! ». Elle exagérait légèrement, ces soirées étaient loin d'être une torture pour elle, l'art était son sujet de conversation favori. « Et vous maintenant... ». Cela lui avait échappé sans même qu'elle n'y réfléchisse, elle jetait un regard un peu effaré vers la brunette. Une part d'elle espérait qu'elle comprenne le ton du flirt et lui donne une indication sur son orientation, plutôt que Piper ait à deviner. Pour autant, elle ne voulait pas la faire fuir. « Je gère cet endroit, l'agencement, l'éclairage, c'est mon oeuvre d'art à moi ! ». Elle avait formulé sa phrase de la façon la plus modeste possible. Son travail n'était en rien comparable à ceux exposés au mur. Ses véritables oeuvres restaient confiner dans son appartement, elle serait bien incapable de les exposer au jugement des autres, surtout de spécialistes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 213
- since : 15/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    Mar 5 Juin - 23:57

Le coeur qui s’emballe, un sentiment qui s’en va. Qui chancelle sur les lustres de la salle. Je redressais les épaules en fixant l’étincelle dans ses yeux. Elle était étrangère au milieu des galeries. Une gitane vagabonde dont la voix glissait sur le vent. Je ne me rendais pas compte. La réalité devenait fugace. Un soupir bordait le coin de mes lèvres alors que j’effleurais son bras. L’ivresse et les autres substances m’emportaient ailleurs. J’avais besoin de son équilibre pour retrouver le mien. Ma bouche n’était qu’une chimère dans la nuit, vaseuse et obscure. Depuis Lip, plus rien n’avait de sens. Mon sourire se perdait dans les gorgées d’alcool. L’image du tableau se confondait dans la foule. J’en oubliais la peinture et les nuances acryliques. Je fredonnais une mélodie lointaine. Les pensées se bousculaient dans ma tête. Je n’avais pas de réponse à donner. Ma présence n’était qu’un hasard, une passion de l’art qui se perdait avec la natation et tout le reste. La condition d’un père trop malade pour me soutenir. Pour me sauver de la noyade. Je n’avais plus d’ambition. Mon héritage familial et les titres olympiques m’offraient une vie confortable. Une maison aussi vaste que l’océan, où il était si facile de suffoquer. Je levais le bras afin coiffer une boucle qui oscillait sur sa tempe. «Comme ça c’est mieux. » Murmurai-je lascivement. Elle avait l’âme artiste. Je le sentais. J’en respirais chaque nuance. Mes pas se succédaient sur le parquet, étouffant la distance et la sensation de vide. Je posais ma coupe sur un plateau. La nostalgie obscurcissait ma vision. Elle était gérante. Son talent organisait les agencements afin de rendre les pièces encore plus précieuse - plus magnifiques. Et moi, je n’étais qu’une paria. La petite dernière, d’une fratrie vouée à l’échec. « Je vous aide à survivre ? Je suppose que je fais partie de l’éclairage, aussi. Et qu’il est de mon devoir de vous embellir.» Un rire léger s’émancipait de ma gorge. Je saisissais la portée de ses mots. Un jeu de séduction tacite qui accompagnait nos solitudes. Qui redonnait espoir. Mais elle n’était pas Lip. Elle n’avait pas les épaules assez larges pour accueillir mes chagrins pour toujours. «C’est joli, je serais presque tentée d’acheter une oeuvre.» Mon expression était espiègle et confuse. Un mélange contradictoire d’émotions, semblable à cet instant ou il fallait sauter du plongeoir pour atteindre la profondeur du bassin. «Halley Baxter. Gosse de riche.» Ma carrière se résumait à ça, à présent. Une existence d’oisiveté et d’addiction qu’on inondait sous les feux des projecteurs.  

_________________
- help i have done it again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    Jeu 7 Juin - 23:35

Les tristesses amoureuses s'étaient enchaînées pour Piper et pourtant, malgré toute sa volonté de ne plus se laisser ensorceler, elle se retrouvait de nouveau à papillonner des cils. Même son rire paraissait trop intense à ses yeux, elle avait la mauvaise impression que tous les gens présents étaient capables de voir qu'elle flashait en posant simplement le regard sur elle. Elle voulait se protéger et pourtant elle ne résistait pas à une belle femme qui apparaissait devant elle comme par enchantement. L'attention de Piper était d'autant plus piquée quand elle mentionna la possibilité d'acheter une oeuvre. Avec n'importe qui, elle aurait probablement sauté sur l'occasion pour tenter de faire une vente, mais elle ne voulait pas que le côté professionnel prenne le pas sur ce qui était en train de s'installer entre elles. Elle fronçait légèrement les sourcils en l'entendant se dénigrer à nouveau, surtout qu'elle ne la connaissait pas assez pour en comprendre la raison. « Halley Baxter, vous illuminez ma soirée pour être un peu plus précise ! ». Elle haussait les épaules, pas vraiment gênée de faire un compliment aussi direct à une femme. Piper ne supportait pas de voir une femme aussi somptueuse se rabaisser, alors que le reste du monde s'en chargeait déjà bien assez. Alors, si quelques compliments pouvaient aider à rebooster son ego et lui redonner confiance en elle, Piper s'en donnait à cœur joie. « Je serai contente si jamais quelqu'un achetait un tableau pour sa beauté et pas simplement pour essayer de coucher avec moi... ». Elle levait les yeux au ciel en repensant à certains collectionneurs dont les propos étaient capables de la faire bondir. Puis, c'était toujours un peu décevant de savoir qu'un tableau était acheté, alors qu'il n'était pas apprécié à sa juste valeur. Certes, Piper avait une petite collection chez elle, mais elle était loin d'avoir les moyens d'agrémenter tous les mûrs de son appartement, la plupart étaient d'ailleurs des cadeaux d'artistes reconnaissants. « Celui-ci serait un bon investissement, je suis sûre qu'il vaudra une petite fortune d'ici quelques années, puis vous penserez peut-être à moi en le regardant. ». Elle lui adressait un clin d'oeil en ravalant la suite de son discours, elle ne voulait pas forcer la vente comme elle aurait pu le faire avec n'importe quel acheteur potentiel. Le flirt était une tactique commune pour réaliser une vente, mais cette fois ce n'était absolument pas un stratagème de sa part, elle pensait véritablement ce qu'elle disait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 213
- since : 15/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    Jeu 14 Juin - 2:31

Je l’observais avec un sourire. Ma bouche frémissait, effleurée par l’esquisse d’un passion fugace. La prunelle qui se dilatait lentement, je m’approchais de sa silhouette. Je touchais son bras et l’ombre qui entourait son visage. Elle était différente, presque imaginaire. Les vapeurs du vin s’amenuisaient sous ma langue, semant le doute dans mon esprit. Je maintenais les rythme, soufflant le chaud et le froid, le désir et l’absolution. Je n’entendais pas ses compliments. Sa voix faisait écho à une pensée lointaine, une émanation de mon coeur qui me portait ailleurs, loin des façades de la galerie et des vacarmes de la ville. Je plongeais dans l’eau, retournait vers l’élément originel. Mon corps appartenait aux profondeurs fluides de l’azur. Il s’y noyait - s’éveillait dans la vase obscure. Je fixais le tableau d’un oeil critique. Mes yeux inspectaient la technique et les nuances qui s’entrecroisaient sur la toile. Ce n’était pas un chef d’oeuvre mais l’image m’interpellait. Je lui adressais un sourire aimable en sortant mon chéquier. «Et ça vous arrive souvent, qu’on essaie de coucher avec vous en prétextant une acquisition ? » Je haussais les épaules, joueuse. Elle était magnifique, l’expression anguleuse et le regard illuminée. Une fée de cristal, scintillant au milieu des décorations et des néons. «Vous ne pouvez pas en vouloir aux hommes d’être sensibles à vos charmes. Ce serait présomptueux et outrageusement injuste. » Je hochais la tête en acquiesçant à ses paroles. Elle n’avait pas besoin de me vendre les mérites de l’artiste. Mon coeur se serrait lorsque je l’observais. Et cela suffisant à combler le vide, à créer l’envie. «Je pourrais mieux penser à vous, si je prend vos coordonnées. » Je me laissais porter par ses allusions séductrices. Elle assumait ses penchants d’une manière désarçonnante. Tandis, que je cachais mes facettes dans un prisme de mensonges. Une tendance bisexuelle, qui faisait honte, qui me serrait le crâne. Je soupirais en jouant avec mes boucles noires. «Je viens d’emménager dans un nouvel appartement. C’est vide et triste, je pourrais vous solliciter pour égayer les murs. » Je prenais le risque du flirt, sautant à pieds joints dans le piège qui se refermait. Sa compagnie était un divertissement bienvenu. Elle ne s’était pas présenté, et je préférais la frénésie anonyme - la probabilité d’une rencontre, d’un peut-être.

_________________
- help i have done it again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    Lun 18 Juin - 22:34

Tout son travail était basé sur la confiance entre elle et les artistes, elle avait beau si connaître en art et agençait les tableaux de la plus belle des manières, elle savait pertinemment que si elle ne concluait pas de vente, les artistes se détourneraient d'elle et de sa galerie. C'était un équilibre délicat, car les collectionneurs avaient tendance à vouloir découvrir de nouveaux artistes également. D'ailleurs, c'était assez déroutant de réussir aussi facilement à lui faire sortir son chéquier, certes elle avait mentionné venir d'une famille aisée, mais Piper ignorait à quel degré. Puis, la jeune femme semblait plutôt réceptive à ses avances, c'était une chose de flirter à sens unique et tout autre chose quand le jeu était réciproque. Elle se sentait rougir ce pour quoi elle blâmerait l'alcool évidemment et surtout pas l'attitude de son interlocutrice. Le seul problème, celui qui était récurrent dans la vie de Piper, c'est qu'elle n'arrivait pas à saisir si Halley était véritablement intéressée par les femmes ou simplement en train de s'amuser. Elle ne voulait pas lui laisser l'occasion de revenir sur ses paroles, alors Piper lui glisse une carte de visite dans la main avec toutes les informations dont elle pourrait avoir besoin pour la contacter. Ses doigts s'attardent volontairement le long des siens, un effleurement timide de la douceur d'une caresse. « Il suffit que vous me disiez ce que vous aimez et je pourrais vous aider... ». Les allusions et double-sens lui venait naturellement, mais elle restait tout de même modérer, car elle n'était pas sûre que la jeune femme l'ait ouvertement invité dans son appartement. C'était facile de mal interpréter une phrase et d'aller trop loin, ce ne serait pas la première fois que Piper ferait flipper une hétéro, mais celle-là elle n'avait pas envie de la faire fuir. « À quel point votre famille est riche ? Savoir combien de zéros, je peux vous faire rajouter sur ce chèque. ». Les prix des tableaux n'étaient pas fixes, ils variaient en fonction du nombre d'acheteurs potentiels, puis surtout en fonction de la capacité financière des personnes intéressées. Sauf que dans le cas présent, Piper n'avait strictement aucune idée à qui elle avait à faire. « Ce serait dommage que je sois obligée de chercher sur google l'information non ? Puis, on tombe toujours sur des photos peu flatteuses, moi la première je vous rassure. Mais j'aimerai bien garder cette image dans ma tête. ». Avec ses mains, elle forme un cadre tout autour du visage d'Halley, elle tentait de mémoriser les moindres détails de son visage pour essayer de lui rendre hommage sur une toile plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 213
- since : 15/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    Jeu 21 Juin - 0:46

Le bruit se couchait sur les murs de la galerie. Tête folle et creuse, je me penchais vers le tableau de la nageuse. L’image n’était qu’une illusion. Une émanation de mon esprit qui s’émancipait entre les cadres. C’était étouffant, presque absurde. Mes yeux enlaçaient la toile, glissant d’un bout à l’autre. Je me perdais entre reliefs et ombrages. Entre espoir et addiction. Une artiste ne comprenait pas. Cette émotion intense. La sensation de noyade, l’exubérance de l’eau et ses étreintes asphyxiantes. L’extase ondulait au fond du bassin, entre les vapeurs de chlorine et les couloirs de compétition. Je me redressais avec un sourire - mes prunelles capturaient la lumière des lustres. Une nuance émeraude, voilée de tristesse - de désillusion. Personne ne reconnaissait mon nom. Si j’étais championne olympique, je portais l’étiquette de la droguée. Mais lorsque j’étais anonyme, mon empire s’achevait. Toutes ces années d’entraînements et de passion. Tous les exploits et la putain de médaille. Je laissais tomber le masque. Ce soir, face à la jeune femme, je n’étais que l’enfant Baxter. La fille d’un riche avocat de Brighton. Mes doigts se fermaient sur le stylo. Je griffonnais ma signature avant de lui tendre. Sans mettre de prix sur l’art - sans mesurer l’instant qui se déroulait entre nous. Les hommes flattaient pour coucher. Moi, je ne payais que pour la coke. Une santé que je troquais contre un rail de bonheur. «Aussi riche qu’il me convient.» Il y avait aussi la fortune amassée pendant mes heures de gloire. Des sponsors, des tournages et des publicités. Tant de valeurs matérielles que j’en oubliais la valeur du coeur. Mes lèvres tremblaient sur le bord du verre. Je lapais la dernière goutte d’alcool avant de me redresser. Ce que j’aimais n’était pas important. Je voulais seulement couvrir le vide - cacher ma solitude sous un masque de peintures. «Ce n’est pas la peine de me chercher. Google risque de vous décevoir, ce serait dommage de briser l’équilibre dès maintenant.» Parce qu’il suffisait de savoir pour creuser la distance. Pour entamer la chute. Je lui adressais un sourire innocent. Les marques de piqures avaient disparues, ne laissant que l’emprunte d’une carrière révolue. Il y avait d’autres moyens de consommer sans attiser l’attention. Avec le temps, l’addiction changeait. L’esprit développait des manoeuvres spéciales pour échapper à la critique. Je haussais les épaules en effleurant sa main. Elle flirtait et je me laissais porter par le vent. L’envie n’avait pas d’orientation. Tous les humaines étaient désirables et exécrables à la fois. Je ne voulais plus les aimer. Je ne voulais plus aimer personne. Ses gestes s’harmonisaient avec l’espace. J’en rougissais - le feu jaillissait de mes veines. Il colorait mes joues et mon âme. Pourpre et sanguine, telle un pétale de rose qu’on séchait pour en garder la beauté. «Puis-je exiger une livraison personnelle alors ? J’aimerais vous revoir très vite. » M’enquis-je avec douceur.

_________________
- help i have done it again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    Sam 28 Juil - 14:39

C'était plus fort qu'elle, à chaque instant, Piper s'attendait à voir un homme passait possessivement son bras autour des épaules de son interlocutrice. Tout paraissait trop beau, pour être vrai. Les femmes comme Halley n'étaient d'ordinaire pas célibataires ou tout simplement pas intéressées par les femmes, Piper restait méfiante. Les faux espoirs étaient dévastateurs, mais c'était difficile de refréner ses ardeurs face à une femme aussi magnifique dont les muscles donnaient l'impression d'avoir été sculptés dans l'argile. Piper se désintéressait du chèque, son attention ailleurs, jusqu'à ce qu'elle lui dépose entre les mains. Elle déglutit difficilement en découvrant le montant, ou plutôt l'absence de montant, automatiquement elle la cherche du regard pour s'assurer qu'il ne s'agissait pas d'une erreur. D'ordinaire, les acheteurs passaient dans son bureau pour négocier et signer leur chèque, mais ce n'était pas son cas visiblement, elle avait sa propre manière de faire les choses. Piper regarde autour d'elle si personne ne les observe et glisse discrètement le chèque dans son soutien-gorge. « La meilleure poche du monde ! ». Elle lui adresse un clin d’œil avant d'apposer une pastille de couleur pour annoncer à tous que le tableau était vendu. Piper aurait dû reprendre ses vagabondages à travers la galerie à chercher à faire une autre vente, mais elle ne pouvait pas se détourner, l'attraction était trop forte. D'ailleurs, elle ne comprenait pas pourquoi personne n'était venu jouer des coudes pour avoir une chance de lui parler également. Évidemment elle n'allait pas s'en plaindre. Son commentaire sur google attise sa curiosité, mais le mystère était envoûtant, de ne rien savoir sur elle, à part son nom et la couleur de ses yeux. « Ma galerie est toujours ouverte, vous savez où me trouver. ». Elle se faisait un peu désirer, c'est vrai, avec son sourire taquin au coin des lèvres, mais elle avait l'impression qu'Halley avait l'habitude que les choses et les gens lui tombe tout cuit entre les mains. Néanmoins, il était clair dans son esprit, qu'elle ne louperait pas une occasion si facile de revoir la jeune femme, surtout qu'elle pouvait se cacher derrière le tableau pour dissimuler ses véritables intentions. Aucun doute qu'elle prendrait peur en découvrant les pensées pas très catholiques qui traversaient l'esprit de Piper. Fort heureusement, elle savait se contrôler. « La livraison peut s'arranger, faut s'assurer que la toile soit dans la bonne lumière... ». Piper était tout de suite déstabilisée quand les sous-entendus venaient de l'autre partie, heureusement elle pouvait se raccrocher à son travail, bien que l'envie de flirter davantage la démanger. « Puis y'a pas grand chose que je ne ferai pas pour une jolie femme ! ». Son inclinaison pour les femmes n'était un secret pour personne et elle avait l'impression d'avoir été assez claire depuis le début de leur conversation. Sauf que Piper voulait être certaine que Halley ne s'imaginait pas qu'elle flirtait avec tout le monde simplement pour réaliser une vente. Certes, elle usait de ses charmes parfois, mais jamais de cette façon. Son attraction pour Halley allait au-delà de son chéquier et de son intérêt pour l'art.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 213
- since : 15/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    Mar 7 Aoû - 20:08

Je relevais les yeux. Les néons enlaçaient mes prunelles alors que je me penchais lentement, la poitrine haletante - les lèvres fendues. Sa silhouette s’amenuisait entre les couleurs de la galerie. Une oeuvre d’art qui se détachait de la toile, effleurait mes paupières d’une grâce singulière. Ma mère collectionnait. Elle détenait le secret de l’art et de la beauté. Puis, elle me les avait inculqué. Un héritage familiale qui palpitait dans mes veines, qui s’accompagnait d’une passion fervente et étrange. Je souris en hochant la tête. Mes mouvements chancelaient au milieu de la place. Elle avait son chèque. Et en contre partie, je possédais une promesse. L’esquisse d’une seconde rencontre entre les colonnes en métal et les piliers d’un balcon attelant à la mer. Je voulais accrocher le tableau la bas. Face aux mugissements des vagues et les hurlements de la mer. Une illustration de deux univers qui se muait dans ma forteresse solitaire. Elle ne comprenait pas. Elle ne comprendrait jamais. Puisque je n’avais plus de coeur à donner.  J’effleurais son coude en me détachant de son regard. Ma main agrippait une coupe de champagne et je continuais mes déhanchements au milieu des invités. Je me tournais vers Piper, hochais la tête et l’invitais à me suivre dans un odyssée surnaturelle - un fragment de voyage ailleurs, entre les courbes du tissu et les cadres boisés des tableaux. Elle charmait ses convives. Je le savais - je le sentais. Sa voix vibrait sur mon épiderme. Elle glissait comme une caresse céleste sous mon échine. Je me rapprochais, joueuse et taquine. Nous pouvions nous amuser à deux. Je lui offrais une vente avantageuse et elle pouvait onduler à mes côtés, tirer sur les arcs d’un instrument invisible et me maintenir en haleine. «Vous connaissez donc, tous les artistes exposés ici. Les égocentriques, les talentueux … » Murmurai-je doucement, avalant une gorgée de liquide et l’illusion d’une ivresse éternelle.  «C’est ennuyeux de se pavaner, d’attirer l’attention pour vendre. » Me moquai-je, l’expression innocente et la bouche en coeur. Mon âme chancelait, en manque de l’extase interdite, de la dose qui illumine et éclaire. L’heure approchait et il était temps pour moi de retourner vers les profondeurs de l’océan. Un berceau paisible de vagues et de d’ondulations. L’élément originelle de mes impulsions et de mes fantasmes. «J’ai envie de me baigner. Vous devriez vous échapper aussi, arrêter la parade quelques instants. » Je riais en posant ma coupe sur un rebord. « Parce que, vous savez, je ne suis pas qu’une jolie femme. » Je vacillais et effleurais son épaule. Un geste séducteur, dévoilant pour la première fois depuis le début de notre conversation mes penchants versatiles. Les femmes. Les hommes. Peu importait.

_________________
- help i have done it again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: soul meets body + piper    

Revenir en haut Aller en bas
 
soul meets body + piper
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Body & Soul
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» B'jour, Ivry-body.
» ☆ MOVE YOUR BODY.
» Le soul Gardien, le vaisseaux des rebelles démoniaque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: