AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 impulse. (vic)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: impulse. (vic)   Lun 21 Mai - 18:05

Jong-dae, il a la rage au ventre et la haine au fond du crâne. Pourtant, ses traits n’exhibent qu’une nonchalance inexpressive. Il a toujours été dans la retenue, Jong-dae – n’exprime rien, si ce n’est de la neutralité. Jong-dae soupire alors qu’il porte sa cigarette à ses lèvres pour en inspirer une bouffée doucereuse. C’est son petit plaisir coupable et l’Angleterre le facilite. Bien plus laxiste que la Corée du Sud – et la ville de Séoul – quant aux fumeurs, un changement qu’il apprécie malgré lui. Ici, pas d’amande pour ceux qui osent s’allumer une clope à l’arrêt de bus ou dans des rues spécifiques. Kong-dae, il déambule sans but, à savourer le soleil qui lui tape sur la tête. Une rareté, dans ce pays-là. Les clichés vis-à-vis de la pluie constante qui crépite contre le bitume britannique n’est pas si infondé que ça. Et en un an, Jong-dae a plus souvent vu les cieux chargés de nuages qu’ensoleillés.
Son week-end, Jong-dae l’a pour lui. Nari – sa fille – est chez une copine et ses cours de la semaine sont déjà prêts à être distribués à ses étudiants. Mais surtout, pas d’épouse à entretenir. Il n’y a que le divorce à orchestrer, à planifier, à enfin achever. Des mois que ça traîne, et ça durera encore longtemps. Sa charmante épouse a préféré prendre la fuite à peine l’a-t-elle surpris à étudier sa demande de divorce. Elle est repartie en Corée du Sud, lâche qu’elle est. Honteuse d’être la fautive dans l’affaire, sûrement. Et dire que Jong-dae est sorti se changer les idées et prendre l’air… le voilà à songer encore une fois à la traîtresse. Il passe aux abords de la devanture d’un tattoo shop et s’arrête malgré lui. Son regard accroche les photos fixées contre la vitrine et c’est le déclic. Jong-dae, il jette son mégot éteint dans la poubelle publique. Il n’hésite pas une seule seconde à pousser la porte d’entrée. Il n’hésite pas non plus, alors qu’il s’approche de la jeune femme attablée à l’accueil. Il sait ce qu’il veut – plus ou moins –, il sait dont il a besoin. Jong-dae, il toussote pour signaler sa présence.
Il fait tâche, dans son costard Armani sur mesure. Il fait tâche, avec sa belle gueule et ses manières soignées. Jong-dae, il incline la tête pour la saluer. « J’aimerais me faire tatouer. » Lâche-t-il sans détour. « Quelles sont les démarches ? »
Jong-dae, il agit encore sur un coup de tête.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: impulse. (vic)   Mar 22 Mai - 19:30

Le bruit répétitif des aiguilles, de sa machine électrique. ça été une journée relativement tranquille aujourd'hui, la belle métisse a pu souffler un peu et même avoir le luxe d'aller fumer une cigarette en passant par la porte de derrière. la journée s'écoule et bientôt, la soirée qui s'annonce. « t'oublies pas de barrer en sortant?» vic relève les yeux de son carnet et sourit amusé, ça semble être la phrase toute construite que son patron lui relate à chaque fois et ça l'amuse vic. « ouais chef.» qu'elle lâche avec un sourire moqueur au coin des lèvres, il marmonne un truc dans sa barbe et lui fait un signe de la main venant à franchir la porte. vic se retrouve seule, elle pourrait largement fermer et rentrer chez elle; mais, elle n'a pas envie, elle n'a pas envie de rentrer et se retrouver à ruminer des trucs; elle préfère occuper sa pensée et ses doigts dans la création, façon exutoire pour elle. finalement, la porte s'ouvre annonçant l'arrivé d'une personne et sur le coup; vic ne relève pas le regard beaucoup trop concentrer à griffonner dans son carnet. c'est finalement le raclement de sa gorge qui la fait sortir de sa bulle d'artiste; il attire soigneusement son attention. ses billes noires qui viennent à détailler le visage de cet homme, homme asiatique vêtu d'un costard. il détonne dans l'environnement un peu crade du tattoo shop. « J’aimerais me faire tatouer. » vic demeure silencieuse et continue de l'observer, mais bientôt un sourire mi-amusé, mi-sérieuse s'installe à la commissure de ses lèvres charnues, pourtant elle ne l'interrompt pas; elle le laisse poursuivre, parce qu'elle sait, qu'il rajoutera quelque chose d'ici les prochaines secondes, elle peut le ressentir. « Quelles sont les démarches ? » la belle métisse vient à refermer son cahier, qu'elle repousse brièvement vers la droite et elle lance; « C'est une première, n'est-ce pas?» ça se lit sur son visage, ça se sent dans le timbre de sa voix; geste impulsive, ce n'est pas la première fois que tu vois quelqu'un franchir la porte du commerce avec ces caractéristiques précises. vic ne veut pas se la jouer moqueuse, du moins pas trop; elle veut juste comprendre, elle n'a pas envie de passer des heures sur un tatouage alors que la personne termine par regretter. son sourire s'adoucit lorsqu'elle constate l'air de l'homme toujours devant elle, puis voilà qu'elle poursuit; « Vous avez une idée de ce que vous souhaitez ou encore de l'endroit où vous désirez l'avoir?» Parce sinon, elle pourra le conseiller; mais bon, l'élaboration d'un tatouage se fait sur plusieurs rencontres; vic elle a une façon de faire bien précise que l'on retrouve dans les plupart des tattoo shop d'ailleurs. la demoiselle fait le tour du comptoir et se dirige; « Vous voulez un truc à boire?» Voyant l'air de l'homme elle prend soin de spécifier; « Je le propose à tout les nouveaux clients qui passent la porte. Vous ne pensez quand même pas que je vais vous tatouer aujourd'hui, on doit discuter un peu avant; j'veux m'assurer que vous le faites pour les bonnes raisons et que vous revenez pas trois semaines plus tard avec des regrets.» Aussi simple que ça, Vic elle pose ses cartes sur la table; à prendre ou à laisser.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: impulse. (vic)   Lun 28 Mai - 21:38

Jong-dae, il sait qu’il n’a rien à foutre dans un tattoo ship aux allures sordides – mais il s’en fout comme de la première Rolex qu’il s’est payé à la sortie du lycée. Il n’y a aucune hésitation dans son regard qui croise celui de la jeune femme. Aucune envie de se désister, bien qu’elle n’ait pas l’air de le prendre au sérieux. Ça se lit dans son sourire et dans son regard pétri d’amusement. Jong-dae ne s’en offusque pas. Il acquiesce à sa question. Il a la trogne d’un homme qui n’a jamais osé s’encrer la peau jusque-là – pourtant, il connaît un bon paquet de cravateux américains qui dissimulent une myriade de tatouages sous leur costard impeccable. Une façon de se rebeller contre un système et une profession qui exige d’être propre, sûrement. Elle est mignonne et polie, la demoiselle de l’accueil. Aucun jugement de valeur dans son regard, un simple désir de comprendre sa décision impromptue. Jong-dae se passe une main gênée sur la nuque, une esquisse de sourire qui se dessine à peine à la commissure de ses lèvres. Disons qu’en une poignée de minutes, il n’a pas vraiment eu le temps de songer à ce qu’il aimerait arborer sur sa peau jusqu’à la décomposition de celle-ci. Et Jong-dae, il accepte ses conditions sans y réfléchir. « J’adorerai un thé vert, si vous en avez. » Répond-t-il simplement alors qu’il s’installe sur le canapé vieillot qui traîne dans un coin. « Sans sucre. Merci beaucoup. » Précise-t-il. Sur la table basse, des magazines. Quelques-uns qui traitent de la mode, d’autres des affaires mais surtout, des dizaines de classeurs remplient de tatouages. Sûrement des propositions de choses classiques, des idées dont les clients peuvent s’inspirer, de quoi certifier leurs doutes et leurs interrogations.
Jong-dae, c’est encore une feuille vierge. Il feuillette les classeurs sans vraiment s’attarder sur les dessins qui encrent la peau des anciens clients – peut-être que plus tard, il se retrouvera lui aussi sur papier glacé, son futur tatouage exhibé aux yeux de tous. Il lève les yeux vers son hôte pour lui esquisser un sourire fugace. « Et vous avez tout à fait raison, mademoiselle. » Qu’il répond en s’adossant au canapé. Ou peut-être pas. Peut-être que dans quelques semaines, Jong-dae se désistera. Il balaye cette idée idiote d’un roulement d’épaules. « Mais qu'y a-t-il de mal à agir sur un coup de tête ? Les tatouages sont certes définitifs mais j’imagine que rares sont ceux qui viennent vous dire qu’ils regrettent. » Son affirmation, elle est sûrement fausse. Après tout, c’est bien la première fois qu’il ose poser les pieds à l’intérieur d’un tattoo shop. Il n’y connaît rien, l’homme d’affaires. Sa passion, c’est les chiffres et l’argent trébuchant. Pas les dessins qu’on s’amuse à esquisser à l’aiguille. C’est simplement dans sa nature, de discutailler et de pinailler sur des détails. Une façon de s’affirmer, de prouver qui est le patron. Vitale à Hyundai, lorsque les actionnaires ronchonnent mais ridicule, à l’intérieur d’un petit tattoo shop de quartier misérable. Jong-dae, il s’efforce d’offrir un sourire amical à la jeune femme – une grimace plus qu’un sourire, venant de lui. « Cependant, j’admets volontiers avoir besoin de votre aide pour me décider. Ce sera bien vous ma tatoueuse, n’est-ce pas ? » Demande-t-il en arquant un sourcil. Il ne doute absolument pas de ses talents, au contraire ; si les dessins affichées sur la vitrine sont bien d’elle, c’est d’elle dont il a besoin.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: impulse. (vic)   

Revenir en haut Aller en bas
 
impulse. (vic)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: