AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ( le sang comme seul lien ) w/ conrad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: ( le sang comme seul lien ) w/ conrad   Lun 21 Mai - 5:09

( conrad & robin )
- brighton animal shelter

Les études, ça n'était clairement pas le fort de Robin. Non pas qu'elle n'avait pas le cerveau fait pour, au contraire la jeune femme avait la faculté de vite mémoriser les choses et possède une culture particulièrement détaillée. Le seul problème, c'est que quand Robin n'a pas envie, Robin ne fait rien. C'est la phrase type qu'on lui a répété depuis ses 15 ans. " Tu peux, mais tu ne veux pas ! " Et même aujourd'hui, à ses 22 ans, c'est la même chanson. Cependant, l'école de journalisme c'est quelque peu différent. Certes, elle s'y rend rarement - assez pour savoir qu'elle n'aura pas son année. Mais il y a quelques cours qui l'intéressent. C'est toujours une surprise pour sa promo de l'a voir débarquer en plein amphi au bout de deux mois d'absence. Et pour ce dernier semestre, il y a un contrôle continu particulièrement intéressant aux yeux de Rob : rendre un documentaire entièrement réalisé par soi-même, sur un secteur associatif de Brighton. La blonde avait très vite trouvé quel serait le secteur en question qu'elle choisirait. Tout le monde avait choisi des associations pour aider les sdf, pour les plus démunis, pour les enfants malades etc. Personne n'avait pensé aux animaux. Robin n'était pas particulièrement fan des bêtes. Elle en appréciait, mais ne se verrait pas en avoir. C'était juste un moyen pour elle d'avoir un secteur à elle-seule. Elle pensa alors immédiatement au refuge animalier de la ville.
Et c'est ce samedi matin qu'elle s'y rend. Munie d'un magnétophone, d'un carnet et d'un brouillon de questions, elle alla s'adresser à l'accueil directement. La dame qu'il l'accueillit eu du mal à accepter. Elle lui demanda d'abord sa carte d'étudiante - car il est vrai qu'au style de Rob, difficile de l'a prendre au sérieux quand elle parle journalisme - puis insista sur le pourquoi de sa démarche. Robin n'a pas grande patience, et failli abandonner au bout de la sixième question. Finalement, aidée par ses grands yeux de chien battu, la femme de l'accueil accepta de l'a faire entrer dans les locaux. La blonde traversa alors le refuge, regardant du coin de l'oeil les box dans lesquels étaient installés les chiens, chats et autre. Un véritable vacarme. Rob regretta un instant de ne pas avoir choisi d'interviewer les enfants malades en hôpital, sans doute que ça aurait été plus calme. On lui demanda alors d'attendre dans une salle, la femme lui précisa qu'ils allaient demander à un des bénévoles présent de venir répondre à ses questions.
Cinq minutes, dix minutes, quinze minutes. Vingt minutes et elle se demanda si on l'avait oublié. Finalement, elle revenue, suivie d'un homme. Grand, barbu, la trentaine passée. Plutôt mignon. Plutôt familier. Robin tendit alors sa main pour serrer la sienne - rebelle mais polie. « Bonjour, Mlle Steele enchantée. J'me suis permise de venir vous voir pour rédiger un article pour mon école, alors si vous êtes dispo pour répondre à quelques questions ? Ca prendra pas longtemps j'vous promets, une p'tite demi-heure à tout casser. » Elle essaye de rester souriante, même si au vu de la réaction de la dame d'accueil, elle a bien compris qu'elle dérangeait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 350
- since : 22/03/2018

( end game )

- getaway car.
address: #60, east side.
contact book:
availability: (closed) james, maxine, andy, bowie.

MessageSujet: Re: ( le sang comme seul lien ) w/ conrad   Lun 21 Mai - 17:40

Après huit ans de vide et d’ennui, huit ans à traîner plus souvent entre quatre murs plutôt qu’à l’air libre, Conrad a eu une proposition inespérée. Rien qui ne lui permet de gonfler son compte en banque qui s’appauvrit de jour en jour mais de quoi… s’occuper. Se changer les idées. Conrad, il n’a pas hésité pour proposer sa candidature de bénévole dans le refuge du coin. La propriétaire, c’est une gonzesse agréable à côtoyer. Elle aime sûrement les bestioles plus que lui, mais qu’importe – il est à sa place, Conrad. Il est entouré de bestioles qui ont besoin d’amour autant que lui. Aujourd’hui, ils ne sont pas nombreux au refuge. Il n’y a que l’ancien soldat qui papouille les vieux chats à l’arrière et qui remplit les gamelles des chiens aux articulations rutilantes. Les vieilles bêtes, personne n’en veut. Peut-être parce que les gens savent qu’ils ne les garderont pas longtemps, qu’ils ne supporteront pas les babillements de leurs mioches. Conrad, il ne les blâme pas mais ne les comprend pas non plus. Les vieux matous et les vieux clébards, c’est ses préférés. Des bêtes fracassées mais si tranquilles qu’il pourrait passer des heures à les caresser derrière les oreilles. Surtout ce vieux pépère de chat – Jack, qu’il aime l’appeler – à l’oreille fendue et la patte boiteuse. Un guerrier, comme lui. Un vieux guerrier lassé du sang et des bagarres futiles. Un soupir s’échappe d’entre les lèvres de Conrad alors qu’il caresse sans y penser l’animal dans le cou.
C’est la bénévole chargée de l’accueil pour la journée qui vient le déranger. Une étudiante, qu’elle dit. Là pour poser quelques questions aux bénévoles, j’sais que t’es encore qu’un nouveau mais il n’y a que toi.
Conrad, il hausse les épaules avec nonchalance et la suit. L’étudiante, elle a plutôt l’air d’une gosse à problèmes que d’une future journaliste. Les apparences sont trompeuses – il le sait mieux que quiconque – mais cette pensée lui traverse l’esprit malgré lui. Conrad, il est poli. Il esquisse un sourire jovial – qui sonne faux, toujours aussi faux – en lui serrant la main aussi délicatement que possible. Conrad, il a toujours cette sale habitude d’être trop brutal à chaque poignée de mains. À l’armée, on se broie les os. À l’armée, on se broie les os pour certifier que l’on est toujours en vie. Mais déjà, ses sourcils se froncent. Steele ? Une autre, mis à part lui ? Ils ne courent pas autant les rues que les Smith, mais ils sont tous autant éparpillés aux quatre coins de l’île qu’eux. Une simple coïncidence fortuite qu’il balaye d’un roulement d’épaules en enfonçant ses mains dans les poches de son jean. « Conrad Steele, enchanté. » Répond-t-il sans se démonter ni commenter ce nom qu’ils partagent. De lointains ancêtres qui se sont séparés, sûrement. Ou le hasard qui se moque de lui – pour ne pas changer. « Il n’y a pas besoin de se presser. » Ajoute-t-il pour la rassurer alors qu’il l’entraîne vers deux chaises qu’il place l’une face à l’autre. « Je suis nouveau, ici. Il y a sûrement quelques questions auxquelles je ne pourrais pas répondre mais si elles sont essentielles, je les transmettrai à la patronne. Je pense que ça lui plairait qu’on s’intéresse au refuge. » Conrad, il s’adosse tranquillement à sa chaise alors qu’il plante son regard d’acier dans celui de la jeune femme. « Je vous écoute. » Termine-t-il dans un sourire cordial.

_________________
— and i need you to recover because i can't make it on my own.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
( le sang comme seul lien ) w/ conrad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La foi comme seul et unique soutien [ouvert]
» (m) Les liens du sang sont les plus fort - Lien famillial
» Personne ne veux de moi comme amie ? (Fiche de lien et de RP de Yuki.)
» Noël est le seul jour de l'année où les hommes se conduisent comme les oies du Périgord, mais sans se forcer. | Willow & Kassim & Zohra
» (m) Je suis tombée amoureuse pendant qu’il lisait, comme on s’endort : d’abord doucement et puis tout d’un coup. - Lien amoureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: