AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — BAY CLEANUP. (tc #4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 5451
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #124, west side.
contact book:
availability: nash, calvin, isla, naomi.

MessageSujet: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Mer 16 Mai - 23:45




- brighton bay cleanup -

Les plages de la baie de Brighton, endroit touristique par excellence qui, à l'approche de l'été, devient l'un des endroits les plus vivants et fréquentés de la ville. Mais avant d'accueillir les touristes de tous pays et de tous horizons pour bronzer aux rayons du soleil anglais, les plages doivent d'abord être nettoyées. Tous les ans, une association écologiste organise un grand nettoyage des plages, ouverts à tous. Leur but: faire comprendre aux habitants de la ville à quel point leurs déchets polluent les plages, les océans. Un nettoyage collectif qui, ils l'espèrent, fera prendre conscience à certains des habitants de la ville de l'ampleur de la chose. Bien sûr, c'est sur la base de volontariat, que viendront certains des habitants de Brighton, pour donner un coup de mains et nettoyer les plages de leur ville, qu'ils soient ici depuis quelques semaines ou depuis leur naissance. Des boissons fraiches et du café vous attendrons sur place, ainsi que tout le matériel nécessaire pour apporter votre contribution à cette bonne action. Ensemble, ils comptent bien remettre dans le meilleur des états ces plages qu'ils chérissent tant.
- - - tableau de l'ambiance

(les défis)
— faire une nouvelle rencontre: 10 points.
— faire venir quelqu'un: 10 points.
— nettoyer la plage: 10 points.
— venir en tenue non appropriée: 10 points.
— ramasser des coquillages: 20 points.
— faire une baignade: 20 points.
— faire un château de sable: 20 points.
— faire chanter plusieurs (trois minimum) personnes: 20 points.
— faire un speech contre l'écologique: 20 points.
— pousser quelqu'un à l'eau: 50 points.
— jeter volontairement des ordures sur quelqu'un: 50 points.

n.b.: pensez à faire recenser vos points dans le sujet des défis.

_________________

(lg)  i love you for watching me shine, and i had the best day with you today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 45
- since : 24/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: Brandy, Wade

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Dim 20 Mai - 23:39

T'es en paix Tallulah. La base de ton nez est encore soupourdré de ce sucre qui te calme, qui t'apaise. Cette poudre dont t'es grave accro. Tu sais plus t'en passer Tallulah, à peine vingt-quatre heures, si pas moins. Tu bosses à mort, te crevant dans ton magasin simplement pour être sûre d'avoir les moyens de te payer ta dose. T'es posée par terre dans le silence et cette foutue malaisance, tout ces remords, d'avoir cédé encore une fois. T'as rien à faire aujourd'hui, magasin fermé. T'as entendu parler de ce truc sur les plages, qu'il faut nettoyer. C'est pour la bonne cause et puis rester chez toi, à fixer tes murs, ce n'est pas plus glorieux. T'es déjà habillée, ne réfléchissant pas, partant tout de suite. T'envoie un message à Wade, pour qu'il te rejoigne. Wade, rien que voir son nom sur ton portable te fait sourire. Il rend toujours les mauvais moments heureux, rien que par sa présence, Wade. Tu ne te vois pas vraiment faire ce genre de choses avec quelqu'un d'autre, juste lui. Tu l'aimes bien Wade, un peu trop parfois, jalousie un peu trop forte. Tu ne lui diras pas à Wade, qu'il est pour toi, l'une des meilleures personnes que tu connaisses. Tu ne lui diras pas qu'au fond ce n'est pas qu'un gros con, n'ayant aucun gout. T'aimes bien le taquiner Wade, redevenant gamine, avec lui. Heureuse avec lui, tout le reste effacé, comme de la craie sous la pluie. Tu prends un café Tallulah, en l'attendant. Il fait beau, le soleil il est bleu, le vent de la mer te rappelle ces moments ou la fratrie Berry riaient de bon coeur en construisant des chateaux de sable, y mettant des playmobils. Tes mains, elles deviennent chaudes, comme ton coeur lorsque tu l'aperçois. Pas de bonjour, pas d'accolades, c'est différent, pas conforme, c'est vous. "T'es prêt à sauver la planète ?" Toujours dans l'abus, quelques déchets de ramasser et voilà que tu te vois déjà comme une super héroine. "Je te paie un café ? Je te dois bien ça, vu que je t'ai embarqué dans cette histoire !" Il était peut-être chez lui, bien au chaud, à rien foutre lui aussi, à aimer ça mais le voilà là, prêt à nettoyer cette plage avec toi, un jour, tu proposeras un pique-nique ici, comme tu faisais avant, pas avec les mêmes personnes. Tu souris, t'es bien, de bonne humeur grâce à cette poudre blanche, grâce à sa présence à lui.

@Wade Bridger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wade Bridger

pain in the nose, walking overdose.

- paper notes : 365
- since : 22/04/2018

( end game )

- getaway car.
address: 133, brighton west side.
contact book:
availability: (en cours) kala, marlene, tallulah / (à venir) edgar.

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Lun 21 Mai - 1:13

Tallulah. Il n'y a avait que pour elle que tu aurais pu te lancer là-dedans. La planète, tu t'en fiches pas mal tant qu'elle continue de tourner. Et pourtant, tu t'es déjà surpris à souhaiter qu'elle s'arrête. Alors tu sais bien que t'aurais sans doute jamais rien fait pour elle, sûrement par pur égoïsme. Pour Tallulah en revanche, tu ferais pas mal de choses. Y'a des fois où sa frimousse angélique y est pour beaucoup. D'autres fois, son pouvoir de persuasion hors-norme fait le job à lui tout seul. ce fut le cas en un texto (peut-être trois, parce que t'as fait genre de lui résister un peu, c'est la règle du jeu). Mais t'as quand même fini par accepter Wade, t'as vraiment aucune volonté. Au fond tu t'es dit que ça ne pouvait pas être pire que de rester moisir sur ton canapé, à creuser ton trou pendant que tu rumines encore et encore. Avec elle, c'était toujours mieux. Et plus facile. Et plus beau. Et c'est pour cette raison qu'en réalité, tu n'as pas hésité longtemps.
Il fait moins sombre dans ta tête dès que tu l'aperçois, à quelques mètres de là, le visage offert à la lueur du soleil. Et finalement, tu souris. Tu te dis que ce seras une bonne journée. Pour autant, c'est nonchalamment que tu t'approches de la demoiselle, c'est à peine si tu ne reculerais pas pour ne pas lui laisser croire un seul instant que tu étais heureux de la voir. D'abord c'est con, et ensuite c'est faux. Mais c'était comme ça entre vous ; une affection tacite. Simplement. « T'es prêt à sauver la planète ? » Tu lèves les yeux au ciel de manière on ne peut plus significative. « Tu parles », tu lâches, les bras ballants. « Vraiment, quel genre de super-héros ferait ça ? », tu la questionnes rhétoriquement d'un air bougon. On aurait dit un gamin, et à l'instant, tu n'était rien de plus que ça. « Super-Ecolo ? Greenman ? » Tu adresses une grimace à Tallulah, histoire qu'elle comprenne aisément que merde, t'as vraiment pas envie d'être là. Et pourtant, t'es pas si mal alors que t'es arrivé il y a trois secondes cinquante à peine. « Je te paie un café ? Je te dois bien ça, vu que je t'ai embarqué dans cette histoire ! » « C'est le moins que tu puisses faire, en effet », t'insistes avant de laisser échapper un léger rire à peine audible. « Je sais vraiment pas ce que je fous là. J'espère qu'on est payé - et doublement en ce qui me concerne parce qu'il faut en plus que je te supporte. » Mais est-ce que tu ne pouvais pas faire ça, Wade ? Un geste désintéressé, juste pour oublier un ou deux te tes faux pas ? Est-ce que tu ne pourrais pas être fier de toi pour une fois ? Avec elle à tes côtés, ça ne devait pas être sorcier.

_________________

--- d a n g e r o u s kind of scars /
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 45
- since : 24/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: Brandy, Wade

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Lun 21 Mai - 22:18

Tu fais genre Tallulah, comédienne comme d'habitude, ne montrant jamais ce que tu ressens. Il prendrait la grosse tête Wade, si il savait à quel point tu es heureuse d'être là, avec lui. Tu restes neutre, faudrait que t'essaie, montrer un peu qui tu es, aux gens, leur dire, à quel point ils comptent pour toi. T'y arrive avec Brandy, seulement avec elle. Les autres, t'as du mal, comme si ils allaient partir en te connaissant vraiment, en voyant au plus profond de toi. T'es heureuse, ton coeur il s'emballe, dés qu'il est là. Il dirait quoi si il savait Wade, à quel point tu pourrais décrocher la lune, détruire une météorite, sauver le monde comme Bruce Willis dans Armageddon, juste pour lui. "Arrête de faire le bébé, je suis sûre que tu es trop content d'être là avec moi. Ramasser des déchets, c'est trop cool !" Même toi t'es pas convaincue Tallulah, mais faire quelque chose de bien, faire quelque chose de positif, dont tu pourras être fière pour une fois, ça, ça c'est cool. Et si tu dois ramasser des déchets pour avoir un minimum de salut, alors soit. « vraiment, quel genre de super-héros ferait ça ? » Tu réfléchis, pas grand monde, aqua-man peut-être, le plus chiant des super-héros, mais bon tu voyais mal un super-héros comme batman ou superman ramasser des paquets de chips sur une plage perdue de Brighton. « super-ecolo ? greenman ? » Tu pouffes de rire, il te comprend, pzrlant de supers-héros directement, deux grands gamins. "Mais arrête de faire l'enfant Bridger ! On dirait que je suis une gardienne de môme là ! Mais en fait, c'est quoi la différence entre super-ecolo et Greenman ?" Tu en rigoles, tu l'aimes bien Wade, comme il est. Tu voudrais le changer pour rien au monde, caractère de merde, comme toi. "Je sais pas, imagine que ces déchets de merde soient remplis de kryptonite ou qu'un symbiote s'y soit accroché pour ensuite foutre grave le bordel sur Terre, faut qu'on intervienne Wade !" T'es tellement sérieuse Tallulah, t'aimerais faire quelque chose qui compte. Avant, tu voulais devenir pompière, sauver des vies, être courageuse, ton cher papa n'a pas voulu, trop dangereux, pas fait pour les filles, t'as accepté sans broncher, acceptant son argent pour ouvrir ta boutique. Tu te perds dans tes pensées, un instant, t'imaginant avec une cape, rouge, à la wonderwoman ou verte pour aller avec la couleur de tes yeux. « c'est le moins que tu puisses faire, en effet » Tu redeviens Tallulah, normale, encore un peu shootée. Tu rigoles, il est insupportable, tu l'aimes bien. "Oke oke, va pour un café cher monsieur" Tu lèves les yeux au ciel, le connaissant, il va râler encore et encore jusqu'à ce que vous soyez en dehors de cette plage. « je sais vraiment pas ce que je fous là. j'espère qu'on est payé - et doublement en ce qui me concerne parce qu'il faut en plus que je te supporte. » Tu rigoles, il est con Wade, t'arriverais pas à te supporter non plus, toi, la fille chiante. "Ouais nan je t'avoue que je suis étonnée, t'es carrément sado-maso pour vouloir passer cette journée avec moi. A ta place j'aurais pas accepter, je suis casse couille" Clin d'oeil lancé, il te connait, il sait comment tu es. T'as déjà reçu les sacs, les pinces. Tu l'utilises comme un sabre lacer "Les déchets tu prendra, avec cette pince, tu attraperas" Grande gamine, encore la dose qui fait effet.

@Wade Bridger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wade Bridger

pain in the nose, walking overdose.

- paper notes : 365
- since : 22/04/2018

( end game )

- getaway car.
address: 133, brighton west side.
contact book:
availability: (en cours) kala, marlene, tallulah / (à venir) edgar.

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Mar 22 Mai - 16:38

« Arrête de faire le bébé, je suis sûre que tu es trop content d'être là avec moi. » Avec un peu de concentration, tu parviens à garder cette moue renfrognée qui te va si mal et à retenir le sourire qui serait si facilement né à la commissure de tes lèvres si tu n'avais pas fait un seul effort. Parce que tout était naturel avec Tallulah. Parce que le bonheur était si palpable à ses côtés. Parce que t'avais déjà presque oublié tout ce qui t'assaillait encore quelques secondes avant que tu n'arrives ici. Quand t'es seul, ça te ronge Wade. ça te bouffe l'esprit. Comme si tu avais en permanence une pellicule occultante devant les yeux pour ne plus jamais te permettre de voir la vie autrement qu'en noir. Mais à cet instant tu vois le soleil. Le ciel est bleu. Le vent te semble si doux. Et le plus appréciable dans tout ça, c'est que tu sais pertinemment qu'il ne s'agit pas d'un hasard. Alors finalement, le voilà ce fichu sourire. T'as pas été capable de l'étouffer plus longtemps. C'est trop facile bordel, si elle savait. « Content d'être avec toi ? Tu plaisantes j'espère ? T'es bien la dernière personne avec qui je passerais la journée si j'avais le choix. » Pourtant, tu l'as eu le choix (ou presque). Et t'as quand même choisi d'être là. « Ramasser des déchets, c'est trop cool ! » « Je devrais sans doute commencer par celui qui se tient debout devant moi et qui fait que de piailler. » Tu marques une pause, faisant mine d'observer les alentours. « J'te jette où ? A la benne ou à la mer ? » Un rictus amusé déforme ton visage tandis que tu guettes une quelconque réaction de sa part. Peut-être bien que si t'es suffisamment chiant, Tallulah cessera de t'inviter à ce genre d'évènements ennuyeux à mourir. Au fond tu n'en as peut-être pas réellement envie, mais c'est le jeu. C'est comme ça que vous faites. « Mais arrête de faire l'enfant Bridger ! On dirait que je suis une gardienne de môme là ! » « Ouais, bah fallait peut-être y penser avant de m'appeler », tu lâches du tac-o-tac, les yeux rivés vers le ciel. Puis, tu laisses finalement ton regard balayer les environs de manière aléatoire. C'est étrange, vous n'êtes pas les deux seuls idiots à avoir décidé de mettre la main à la patte pour sauver la planète. Il y avait donc tant de personnes qui n'avaient rien d'autre à faire de leur journée que de ramasser les déchets des autres pour se donner bonne conscience. T'aurais pas parié là-dessus, mais force est de constater que tu t'es planté. « Mais en fait, c'est quoi la différence entre super-ecolo et Greenman ? » La voix de Tallulah te hisse hors de tes pensées. Un silence s'impose, tu réfléchis un instant. Et finalement, c'est une légère moue significative de ton ignorance à ce sujet qui répond à ta place. « J'en sais rien... l'un trie ses déchets et l'autre les recycle ? » Tu hausses les épaules. De toute façon, ces deux-là ne feraient sans doute jamais partie de tes super-héros favoris. « Je sais pas, imagine que ces déchets de merde soient remplis de kryptonite ou qu'un symbiote s'y soit accroché pour ensuite foutre grave le bordel sur Terre, faut qu'on intervienne Wade ! » T'éclates de rire comme s'il s'agissait là de la blague la plus hilarante du monde. L'air sérieux que se donne la brunette y est pour beaucoup. Tu vois bien qu'il y a quelque chose là-dedans qui lui tient réellement à coeur, même si tu ne comprends pas encore pourquoi. Et puis franchement, tu n'es pas vraiment en position de te plaindre Wade, parce que la gamine fait tout pour t'être agréable pendant que toi, tu tires la tronche. Elle te propose un café, et toi, tu continues à bougonner dans ta moustache comme un môme. « Je t'avoue que je suis étonnée, t'es carrément sado-maso pour vouloir passer cette journée avec moi. A ta place j'aurais pas accepté, je suis casse-couille. » Tu hausses un sourcil avant de lui adresser un sourire taquin. « T'es casse-couilles ouais, mais t'es lucide. Une qualité contre un défaut, ça équilibre. » C'est presque trop machinalement que tu donnes un coup d'épaule dans le vide suivi d'un pas en arrière, comme si tu savais déjà qu'elle était susceptible de te frapper avec ses petits poings. Tu l'aurais mérité. Heureusement pour toi, elle est de bonne humeur la gamine, prête à rire de tout et à faire de n'importe quel moment un instant de bonheur, quand bien même ce n'était que temporaire. « Les déchets tu prendra, avec cette pince, tu attraperas. » Tu secoues la tête, un aire faussement dépité sur le visage. Tu te pinces d'ailleurs les lèvres pour ne pas risquer d'éclater de rire un nouveau. « J'ai toujours trouvé que tu avais un petit air de ressemblance avec Yoda. » D'un air nonchalant et contrit, tu attrapes la seconde pince qui n'attendais sans doute plus que toi. « Mais dis-moi grand maître, pourquoi est-ce à nous de ramasser les merdes des autres ? » Tu ramasse une canette vide avec ta pince. « Celle-là, c'est pas moi qui l'ai balancé là », que tu te plains. « D'ailleurs, c'est peut-être toi. Et maintenant tu te sens tellement coupable que tu m'exploites pour soulager ta propre conscience. Je savais bien que tu cachais quelque chose. »

Spoiler:
 

_________________

--- d a n g e r o u s kind of scars /
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 42
- since : 17/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: on (2/3)

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Mar 22 Mai - 18:54

Samuel n’a rien d’un écologiste. À vrai dire, ce genre de cause n’a jamais été d’un réel intérêt pour celui-ci. Mais comme bien souvent, son père a exigé et a obtenu dans la foulée. Il a ordonné à son cadet de se pointer à cet événement pour redorer un peu plus le blason de la famille. Ce dernier a décrété que son fils devait participer à ce grand nettoyage pour montrer à quel point l’intérêt de sa ville, le bien-être des habitants et futurs touriste comptait. Selon ce dernier, ça faisait parti de son rôle de futur PDG de la société familiale. Pour Samuel, ça ne ressemblait qu'à une corvée de plus, à même de le tuer sur place. Il a soupiré sur le moment, se prenant une remarque de plein fouet avant de baisser les yeux, plus obéissant. C’est ainsi qu’il marche sur la plage en traînant des pieds, passant un petit pont qui mène aux vagues. Il attrape de quoi ramasser les ordures présentes sans grande motivation. Des bénévoles sont présents depuis plusieurs heures apparemment, discutant de tout et de rien, heureux de faire le bien autour d’eux. Samuel, lui, il étouffe dans ses ressentiments. Il reste silencieux, le regard ailleurs dans une vie où sa soumission à son père et son aîné pourrait disparaître. Il marche à reculons sur le point en se baissant pour ramasser la carcasse de canettes de bières. Putain pense-t-il une fraction de seconde. Trop perdu dans ses pensées, le gamin ne remarque pas la silhouette présente derrière lui. À un tel point qu’il fonce droit dedans et entend le bruit de l’eau qui claque. Surpris, il se retourne et comprend que sans le vouloir, son corps a fait basculer celui d’une personne dans la flotte.
— Merde !
Il lâche le bâton utilisé pour ramasser les saletés au sol et accourt à proximité de sa victime. Ses boucles retombent sur son front alors qu’il retrouve les manches de sa chemise. Samuel se penche et tend son bras vers la personne, le sourire désolé.
— J’suis vraiment pas doué.
Ce n’était pas une précision à émettre. Il ne peut s’empêcher de rire nerveusement de la situation. Il risque sans doute de s’attirer les foudres de la personne qui flotte sous ses yeux accrocheurs. Un risque qu’il prend en plongeant dans la gueule du loup. À genoux, il lui tend sa main et espère pouvoir se faire pardonner une fois que l’intéressé retrouvera la terre ferme.
— Attrape ma main, je vais t’aider à sortir de l’eau.

(libre)

_________________
› j'ai pas envie, j'ai pas envie de passer à côté de mes rêves mais les tentations m'coûtent cher. mes fréquentations ont doublé et la sensation de n'avoir tout fait me bouleverse. mais j'aurai envie d'autre chose si j'arrive à te trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 51
- since : 11/05/2018

( end game )

- getaway car.
address: #650, sea side.
contact book:
availability: vic.

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Mar 22 Mai - 19:52

Jong-dae, il aimerait se dire qu’il s’en tape, de la planète. Il aimerait se dire qu’il s’en fou, de l’écologie. Après tout, il crèvera bien avant de voir les dégâts que lui et la corporation qu’il sert causent. Mais il a une fille, Jong-dae. Et si elle peut vieillir dans un monde bien plus propre que celui où elle a grandi, ça l’arrangerait. À Hyundai, ils brossent les médias dans le sens du poil, ils font des efforts théoriques qui ne s’appliquent pas dans la pratique. Jong-dae, il a arrêté de se battre pour une cause perdue. Après tout, les millions attirent plus qu’une forêt que l’on ne visite jamais.
Mais comme l’année précédente – quelques semaines après son arrivée à Brighton – Jong-dae participe au nettoyage de la plage. Toujours aussi crasseuse, peu importe l’endroit du monde où l’on se trouve. Il a troqué ses costard habituels pour un bermuda coloré, une chemise blanche et une paire de baskets usées. Des gants sur les doigts et un sac poubelle dans les mains, trop occupé à ramasser des bouteilles et des boîtes à pizza vide, il ne s’attend pas au choc.
Il ne s’attend pas non plus à se retrouver les fesses dans l’eau, les yeux écarquillés sous la surprise. Rien de cassé mais des vêtements trempés et un ego froissé. Jong-dae, il attrape l’avant-bras du jeune homme qui l’a envoyé valser dans la flotte et lui offre un sourire qui se veut rassurant. Trop poli, trop enferré dans la retenue. « Il n’y a pas de mal. » Répond-t-il alors qu’il se redresse. Ses pompes, elles sont foutues. « Ce sont des choses qui arrivent. J’espérais simplement que la victime soit quelqu’un d’autre. » Ajoute-t-il dans un haussement d’épaules désabusé.

@Samuel Clifford

_________________
mortal kings are ruling castles, welcome to my world of fun. liars settle into sockets, flip the switch and watch them run.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 42
- since : 17/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: on (2/3)

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Mer 23 Mai - 8:13

— Encore désolé. Pour ça et tes pompes.
Il balbutie des excuses face à l’homme fraîchement tombé dans l’eau. Ce dernier bien que trempé ne semble pas lui tenir rigueur de son erreur. Un soupire de soulagement vient étirer les pulpes du gosse. Les mains dans les poches, désabusé par ce moment, se contente de hausser les épaules en observant l’inconnu en face. Il est trempé de tout son long et à sa place, Samuel n’aurait pas pu s’empêcher de devenir fou de colère. Parce que ça devient un rituel pour lui de s’énerver dès que l’angoisse se pointe. Elle frappe à la porte de son âme et vient le meurtrir de tout son être. Essayant de ne pas s’y focaliser, Samuel se rapproche un peu de l’homme.
— J’ai hésité à me pointer ici et vu le désastre, j’aurais sûrement dû éviter.
C’est une certitude même. Ses convictions sont ailleurs. Elles ne sont pas coincées dans les détritus au sol et le besoin de sauver les plages de la ville. Son père lui aussi s’en fiche au fond. Sa seule envie est de donner l’illusion d’un amour sans faille de Brighton. La seule chose qu’il aime, comme son frère ou sa mère, c’est l’argent qui tombe dans le portefeuille familial chaque fois. C’est la manière dont ils viennent dorer l’image des Clifford, devenant ainsi des êtres reconnus et enviés par certains. C’est pas le délire de Samuel. Il se passerait bien de ce patronyme et de tout ce que ça sous entend par la même occasion.
— Y a un stand de boissons chaudes là-bas, on va s’en prendre une ? Peut-être qu’on pourra récupérer une serviette.
Son ton est sincère. Samuel ce n’est pas un mauvais gars. Il se plaît à arborer le rôle du petit con de base devant ses amis pour se donner un genre qui ne lui va même pas. Mais au fond, c’est quelqu’un de bien. Il sait reconnaître ses erreurs et aider les gens qui en ont besoin. Et si une pause café suffit à stopper le ramassage d’ordures, ça lui va très bien. Même si la météo est clémente en cette période, une brise légère continue de dévaler dans l’air. Sa victime, lui, ne doit pas être contre un instant au chaud et surtout au sec.
— Tu éviteras une pneumonie comme ça.

_________________
› j'ai pas envie, j'ai pas envie de passer à côté de mes rêves mais les tentations m'coûtent cher. mes fréquentations ont doublé et la sensation de n'avoir tout fait me bouleverse. mais j'aurai envie d'autre chose si j'arrive à te trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 45
- since : 24/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: Brandy, Wade

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Jeu 24 Mai - 16:05

« content d'être avec toi ? tu plaisantes j'espère ? t'es bien la dernière personne avec qui je passerais la journée si j'avais le choix. » Le coup part tout seul, au fond t'espère vraiment que ce n'est pas vrai, qu'il est heureux, d'être avec toi, comme toi tu l'es, simplement en voyant son regard, qui te retourne le coeur à chaque fois. Ouais, t'aime bien Wade, ce petit con, aussi débile que toi, bonne paire. Tu rigoles, ne montrant pas que t'es blessée, un peu, en l'imaginant avec une autre. "Oh je t'ai pas fais mal j'espère. Je ne mesure pas ma force !" Tu lui montres tes muscles, presque inexistants, ouais carrément. "En fait j'étais Hulk dans une autre vie, mais j'étais pas verte pomme et puis beaucoup plus sexy aussi ! Même si c'est vrai que Mark Ruffalo dans ces jeunes années ..." Tes sourcils se haussent, trois fois. Tu parles, trop, encore. Trop vite, trop gamine, trop tout. Tu comprendras jamais, ce qu'ils te trouvent, sur quels critères il se base Wade, pour t'avoir choisi comme amie, toi la gamine, même pas encore arrivée au quart de sciècle. Tu réponds à son sourire, qui disparait aussi tôt, foutu gamin, toujours occupé à faire semblant de râler, où à râler tout court. Combien de personnes seraient prêtes à rester là, pour s'occuper de lui, juste pour le voir heureux ? Peut-être plus de personnes que tu ne le penses, après tout il ne te dit pas tout Wade, de sa vie. « je devrais sans doute commencer par celui qui se tient debout devant moi et qui fait que de piailler. » Ta bouche reste grande ouverte, t'en rigoles, t'aurais pris ça mal Tallulah, si ça était sorti de la bouche de quelqu'un d'autre. T'essaies de le porter, pour le foutre dans la poubelle, échec de l'initiative, cause les muscles saillants dont t'as parlé avant. Tu le regardes de haut jusqu'en bas "Ouais ... C'est vraiment un gros tas de merde" Citation connue, t'as l'habitude de les reprendre, toi. « j'te jette où ? a la benne ou à la mer ? » Sourire sarcastique, qu'est ce que tu ferais sans lui dans ta vie, vie plate, sans aucun interêt, avec un coeur allant toujours au même rythme. "Ouais fous moi dans la mer, tu verras à quel point je suis une magnifique sirène !" Toi, la fille masculine, un peu trop je m'en foutiste, toi et ta voix grave, tes manières de camionneuse, rien à voir avec Ariel et ses cheveux roux tomates. Mais t'aimerais bien savoir ce qu'elle fume, pour discuter avec des crabes chantant. T'essaies de montrer qu'il te fait chier, en vain finalement, t'es pas bonne comédienne, voilà pourquoi tu vends les BD au lieu de jouer dans les adaptations. T'aurais fais une bonne revisite de Jughead au féminin, toujours occupé à bouffer à l'oeil, rien à foutre de rien, totalement toi. "Mais qu'est ce que t'es casse couille à raler tout le temps, continue comme ça et je te fous dans mon sac poubelle avec les ordures." Tu montres ton sac, ça te dérangerais pas de le trainer, si monsieur pouvait fermer sa bouche deux secondes. Tu préfererais quand même qu'il reste près de toi, à faire la conversation, pour que cette journée passe plus vite. « j'en sais rien... l'un trie ses déchets et l'autre les recycle ? » Sûrement, tu hausses les épaules, c'était pas les plus importants des super-héros mais qui sait, si tu as le temps, tu pourrais peut-être dessiner leurs aventures. "Je les vois bien faire des barbeucs, mais genre avec un barbecue électrique ou je sais pas à panneaux solaires si ça existe, le truc 100% écolo. Faut regarder sur la plage, ils sont peut-être là, à faire griller des saucisses incognitos !" Toujours dans tes délires, petite Tallulah, faudrait que t'arrête la drogue, redevenir toi même, qu'est ce qu'elle dirait ta soeur, si elle te voyait ? Là maintenant, elle te trouverait bizarre, ne comprenant rien à ce que tu dit, pour ne pas changer finalement. Tu demandes un café pour lui, en reprenant un pour toi par la même occassion, moyen de rester lucide. « t'es casse-couilles ouais, mais t'es lucide. une qualité contre un défaut, ça équilibre. » Tu souris, avant de boire, chaleur t'imbibant directement. "Ouais mais les filles niaises, toujours gentilles, toutes polies, méga gniangniantes c'est d'un chiant ! C'est mieux une fille casse-couille !" C'est mieux une fille comme toi, qui ose dire les choses quand elle a envie de les dire, t'aimes pas ce genre de filles, la plupart des filles finalement. Ton café se finit trop vite, à peine redéposé que tu t'occupes les mains avec ta pince, te voyant déjà comme un jedi, la classe. « j'ai toujours trouvé que tu avais un petit air de ressemblance avec yoda. » T'aimes bien Yoda, toujours kiffé ses phrases sorti d'une autre planète, sûrement de l'héroine. "Wesh ! Je préfère ressembler à Yoda qu'à Jabba, lui, c'est vraiment un gros dégueulasse avec ses doubles mentons puissance 1000." Y a pas que dans la fiction, qu'il y a des Jabbas, c'est souvent ce genre de mecs qui t'accostent, jamais les beaux mecs à la Anakin. Les mecs torturés tu kiffe Tallulah. Tu commences à avancer, à attraper les déchets, ceux que tu vois pour les mettre dans ton sac. « mais dis-moi grand maître, pourquoi est-ce à nous de ramasser les merdes des autres ? » Tu t'es posée la même question en voyant l'affiche la première fois, t'as pas hésité, après tout si vous ne le faites pas, qui le fera. "Des bonnes actions tu fera, au paradis tu iras !" T'y crois pas trop toi, mais t'en rigoles, te disant que finalement si le paradis existe, ça doit être vachement cool. « celle-là, c'est pas moi qui l'ai balancé là » Tes yeux, ils remontent jusqu'au ciel, tu t'attends à ce genre de choses pendant toute la journée, autant s'y habituer. "Cette canette tu trieras, une glace au chocolat tu recevras." T'as envie de manger déjà, et puis fait pas trop moche, alors pourquoi pas, y a toujours un marchand de glace près des plages. « d'ailleurs, c'est peut-être toi. et maintenant tu te sens tellement coupable que tu m'exploites pour soulager ta propre conscience. je savais bien que tu cachais quelque chose. » Ta main, elle arrive sur ta poitrine, tu fais genre que tu es choquée Tallulah, pas facile de jouer la comédie, quand t'es avec un mec qui te connait trop bien. "GOD ! Tu m'as démasqué, moi qui croyait que tu allais tout ramasser pendant que moi je fous rien, triste, déçue, offusquée même !" Ton rire vient tout effacer, redevenant toi, toi Tallulah, qui ne peut s'empêcher de sourire en présence de Wade Bridger. "Non sérieux, j'ai trop la flemme de bouger mon gros cul jusqu'à la plage, je préfère polluer mon appart et laisser la plage aux autres, genre aux meufs style Pamela Anderson qui exhibent leurs nichons dés qu'il y a un peu de soleil"Toujours dans les stéréotypes. C'est bien toi ça Tallulah. N'imaginant que des nanas blondes sur ce genre de plages, laissant les filles brunes, celles avec un minimum de cerveau s'occupant de leur petite ville tranquille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Janey Ryder

red lips and wine sips.

- paper notes : 727
- since : 07/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #075, sea side.
contact book:
availability: teddy, bay cleanup tc, jacob, achille, sacha (2/5)

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Jeu 24 Mai - 21:45

le nettoyage des plages de brighton. l'initiative lui avait paru plus que bienvenue. le sort de la planète était une de ces choses pour lesquelles elle se sentait vraiment concernée, janey. sûrement pas à l'image de la majorité des anglais de la côte, mais elle n'en avait que faire. elle avait foi en l'humanité et elle croyait très fort que tous pourraient finir par changer. aujourd'hui, elle tenait simplement à montrer l'exemple. le choix de sa tenue s'était révélé plus que simple étant donné qu'elle allait côtoyer le sable et l'eau plutôt que les petits-fours et la gastronomie de luxe.
aux abords de la plage, un fin sourire s'installa sur les lèvres de la blonde. elle se sentait définitivement dans son élément. donner de son temps, être utile à quelqu'un ou à une cause était ce genre de choses qui la faisait se sentir tellement vivante. elle avance lentement et détache ses sandales qu'elle tient finalement à la main avant de repartir. elle adorait la sensation des grains de sable sur ses pieds, ce mélange doux et chatouilleux. un regard alentour lui permet de distinguer quelques emballages en plastique échoués non loin. elle soupire, lassée, parce qu'elle ne comprendra jamais la fainéantise des gens. ni ce besoin irrépressible de tout saccager, même dans le plus beau des endroits. elle attrape un sac et entreprend d'y glisser ces déchets qui faisaient tâche dans ce somptueux décor. elle est rassurée de voir que les anglais se sont déplacés pour un tel mouvement. dans son périple, elle repère quelques coquillages qui trainent ici et là. ils lui font de l'oeil alors elle se les approprie. puis finalement, ce sont les boissons fraiches qui l'appellent de toutes leurs forces. elle n'y résiste pas longtemps et file se poser non loin des tables. un verre à la main, elle s'installe face à l'horizon. elle avait plus que hâte d'embellir de nouveau ces paysages solaires.

_________________
you could be my king, i will be your queen. this could be the real thing, just like in the movies. the perfect ending, we could be fairytaling. the kiss, the whole thing, just like in the movies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 51
- since : 11/05/2018

( end game )

- getaway car.
address: #650, sea side.
contact book:
availability: vic.

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Jeu 24 Mai - 22:56

Jong-dae, il balaye les excuses du jeune homme d’un geste de la main. Le bise du vent arrache un frisson à son échine mais qu’importe. Il s’est attendu à ce qu’une catastrophe chamboule l’événement – ça arrive toujours, malgré les précautions que les uns et les autres prennent. À sa remarque, un vague sourire s’esquisse sur les lèvres de Jong-dae. « Je pense pourtant que vous aviez bien fait de venir. Plus nous sommes nombreux, plus ça ira vite. » Souligne-t-il en désignant la plage crasseuse du pouce. Les autres volontaires, ils discutent entre eux autour de sacs poubelles pleines à craquer d’immondices. Et Jong-dae, il le suit jusqu’au stand où quelques bénévoles s’occupent des boissons. Il n’est pas bavard, Jong-dae – il ne l’a jamais vraiment été. Ça dérange peut-être, mais qu’importe. Il sourit et incline légèrement la tête en signe de remerciement à la jeune femme qui lui offre une serviette pour se sécher les cheveux et s’essuyer le visage. Tant pis pour ses chaussures – ce n’est pas comme s’il n’avait pas les moyens de s’en racheter une nouvelle paire.
Il attrape son gobelet de café brûlant à deux mains et retient une grimace de s’esquisser sur ses lèvres. Après son bain glacé forcé, c’est ses doigts qui cèdent à la chaleur de sa boisson fumante. « Je ne me suis pas présenté. » Lance-t-il à l’homme responsable de ses frissons gelés. « Jong-dae Bak, enchanté. » Et il lui tend la main comme le veut la coutume dans les pays de l’ouest. C’est toujours aussi maladroit, malgré les années qu’il a passé aux Amériques et en Europe. Les habitudes ont la vie dure, avec lui. Jong-dae, il s’appuie contre une table branlante montée sur des tréteaux. « Alors, qu’est-ce qui vous a motivé à nettoyer la plage ? » Jong-dae, il est encore plus nul pour faire la conversation.

@Samuel Clifford

_________________
mortal kings are ruling castles, welcome to my world of fun. liars settle into sockets, flip the switch and watch them run.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 42
- since : 17/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: on (2/3)

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   Hier à 0:11

— Samuel Clifford.
Il décline son identité répondant à la présentation du malheureux qui claque des dents. Le gosse le fixe de ses rondes brillantes, encore désolé pour tout ce vacarme. Mais ce n’est rien comparé à celui qui décharge de sa présence au creux de ses entrailles. Il a beau tenter de balayer le pire pour ne retenir que le meilleur, ça ne suffit pas. À l’interrogation de Jong-Dae, le visage de son paternel apparaît dans son esprit. Il s’accroche à la puissance des pensées et devient un poids infini. Samuel remue des phalanges contre le gobelet de café. Le nervosité s’accentue comme les tremblements qui grognent. Ces crises d’angoisse deviennent épuisantes et incontrôlables. La seule personne à même de le calmer n’est pas là. Alors le pauvre gamin se fait violence et se mord l’intérieur de la joue. L’odeur du sang déverse de sa splendeur contre son palais. Le regard à demi-close d’abord croise finalement les yeux de l’homme en face.
— Mon père m’a demandé de venir ici. Il estime que pour les affaires familiales, ce serait utile.
Samuel ne s’attarde pas. Il ne veut pas parler de la splendeur familiale, de la réussite sans égale de son aîné et de son père. Il ne souhaite pas évoquer les affaires qui ne sont qu’une contrainte et un poids sans demi-mesure pour lui. Alors, en guise de ponctuation à sa remarque, c’est la nonchalance qui s’offre dans un haussement d’épaules.
— J’suis loin d’être un écologiste dans l’âme. Mais si ma présence peut aider…
Il n’a jamais été très porté sur les associations de ce genre. Lui, sa vie, elle a été rythmée par le pognon, les fêtes, les filles, cette guerre de sang avec son frère. Maintenant, il y a cette parcelle de douceur et de calme qui fait palpiter les contours de son coeur. L’ombre du roi dévastant celle de la reine. Il n’est que le cavalier perdu, ce pion qu’on déplace et qui réclame la paix. Le prix de la gloire et de la condescendance dans cette famille à l’idéal qui empoisonne.
—  Tu fais parti de cette association ?

_________________
› j'ai pas envie, j'ai pas envie de passer à côté de mes rêves mais les tentations m'coûtent cher. mes fréquentations ont doublé et la sensation de n'avoir tout fait me bouleverse. mais j'aurai envie d'autre chose si j'arrive à te trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: — BAY CLEANUP. (tc #4)   

Revenir en haut Aller en bas
 
— BAY CLEANUP. (tc #4)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side.-
Sauter vers: