AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 64
- since : 13/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Lun 14 Mai - 23:02




- filip olsen -
only god forgives


i. harness your blame, walk through
- âge et lieu de naissance: mille cicatrices coulent sur son épiderme, comme autant de coups et de regrets, sans doute un peu trop pour un homme de trente-cinq ans. Des milliers de jours qui l'écartent du froid mordant de la Norvège et ses paysages renversants, de la petite maison rouge de son enfance et de ces fjords qui ont relayé l'écho de ses premiers mots. - origines et nationalité: rencontre de deux nations, de légendes qui ont bercé sa jeunesse, deux morceaux de lui qui se sont toujours opposés. Filip a un peu de glace dans le sang, deux prunelles océan et de l'or dans les cheveux ; héritage d'un géant nordique, un norvégien amoureux de la mer. De l'autre côté, il y a sa mère et son accent délicat, un regard ambré et chaleureux qui lui rappelle des contrées plus douces et sa patrie d'adoption, l'angleterre. - statut familial: une enfance délicieuse, qui sentait les roses de la véranda et qui goûtait les saveurs sucrées des krumkake. Le rêve a duré un temps, une fraction de seconde à l'échelle du monde, une éternité à leurs yeux à eux. Neuf ans de vie commune et d'un amour prenant, jusqu'à ce que Monsieur sème trop de morceaux de son cœur sur les chemins de la mer. Il lui avait pourtant promis amour et fidélité, à Emma, mais il ne pouvait jamais vraiment se séparer de son amante de toujours, de l'océan et de la caresse glaciale de ses vagues. La passion s'est étiolée, l'amour s'est dilué dans cette mer qu'il chérissait tant et un jour, Emma est partie avec son fils. Lip l'a aimée, puis détestée, d'avoir choisi ainsi pour lui. Elle a refait sa vie avec un autre, a vu naître deux autres enfants. Filip lui, ne s'est jamais vraiment intégré dans cette nouvelle famille et peine encore à les considérer comme les siens. - statut civil: amoureux à lui en crever le coeur, ou en tout cas, il s'est attaché à cette idée. Il se souvient de cette rencontre au bord d'un bassin, de ses grands yeux délavés et de ses airs de sirène. Elle lui a harponné le cœur avec mille sourires, Halley, il a porté ses doutes, elle a épongé ses échecs. Complémentaires, populaires, prêts à conquérir le monde avec une romance qui a fait couler de l'encre dans les médias sportifs. Le temps s'est égrainé comme toutes ces brassées qu'elle prenait et le bassin olympique est devenu un océan pour les séparer, quand une inconnue s'est glissée dans l'équation. Les regards incendiaires et les sourires transperçants, il s'est laissé happer, Lip, emporté par un mirage qu'il considérait seulement comme une amie, à la base. Il s'est laissé porter par ses baisers incandescents, s'est égaré dans des draps qui n'étaient pas les siens. Une, deux, trois fois. Le cœur en berne mais un désir toujours aussi dévorant pour incendier chaque fibre de son être, il a étouffé la culpabilité et ses sentiments véritables pour plonger dans les bras d'une autre. Aujourd'hui, il ne reste plus grand chose de son âme bousillée par la luxure, de son palpitant écorché par des ressentis prohibés. Il essaye simplement de vivre avec ses erreurs, fraîchement célibataire, encore hanté par les désirs interdits.  - occupation: champion déchu, roi du ring qui traîne sa carcasse éclopée au fond d'un caniveau. Tout allait bien pourtant - un peu trop peut-être. Lip a toujours eu besoin de se dépenser, de l'adrénaline pour lui ronger le système, de cette douleur pour pincer chaque nerf, écorcher chaque muscle. Enfant, il s'est perdu entre les barres asymétriques et les anneaux suspendus. Plus tard, il s'est orienté vers le tartan brûlant des pistes d'athlétisme, et les pentes raides de monts enneigés. Il a touché à tout, jusqu'à ce que ses dix doigts effleurent les cuirs usés de sacs de frappe, qu'il se découvre une énième passion que le temps a forgé en une vocation certaine. Premiers coups, premiers combats ; autant de victoires et d'échecs. Le temps passe et la consécration arrive ; champion de mma chez les poids moyens, l'accomplissement de toute une vie. Plus rien ne semble pouvoir l'arrêter, les rêves se gonflent d'ambition, tout paraît possible - jusqu'à ce fameux jour où le destin se place en travers de son chemin. Le héros chute sous le poids des médailles et des responsabilités. De lui, il ne reste plus que des articles et des vidéos, la carrière est avortée et l'histoire tragique fait la une des journaux sportifs. Aujourd'hui, il essaye simplement de composer avec sa nouvelle vie. - cinq choses favorites: (le sport) et pas uniquement celui dans lequel il s'est distingué : lip aime beaucoup de disciplines et s'est épris de l'esprit sportif, de manière générale. Il aime ce que le sport peut faire vivre aux gens, voir, ressentir ; la fraternité qui naît dans une course difficile, le respect entre combattants, la douleur à la perte d'un grand nom d'une équipe. Dans cette lignée, Lip est une encyclopédie en ce qui concerne les personnalités et les records. (l'art) les sept arts, dans leurs convergences et leurs divergences, virtuels et réels, palpables ou figurés. Il aime ce qui est agréable à l'oeil, mais aussi le sens véritable qui se dessine derrière ces œuvres. Il aime se perdre dans les musées et les expositions, les salles sombres et d'autres bien plus bruyantes, s'envelopper dans la foule ou la solitude, s'oublier dans les mots et les idées d'un autre. (voyager) il a beaucoup bougé Lip, pour des rencontres, des compétitions, il a découvert de petits morceaux d'un monde qui l'intrigue. Il ne s'est jamais posé assez longtemps ici ou là, jamais trop égaré dans les rues étrangères et il regrette, rêve de repartir, de tout redécouvrir, en prenant son temps cette fois-ci. (cuisiner) était une nécessité d'abord, tâche qu'il accomplissait avec discipline et rigueur pour rentrer dans les normes sportives. Il s'est laissé porter par les épices et les mélanges nouveaux, s'est découvert un goût pour la cuisine, d'ici et d'ailleurs. (conduire) et rouler dans la nuit, dans le silence, ou sur les ondes chaloupées d'une radio des années soixante-dix. Il aime s'oublier sous la lueur des réverbères, avaler les kilomètres et se laisser porter par la route sans même regarder les panneaux. Juste errer, en attendant de se retrouver. - saison préférée: l'hiver, froid et rude, qui lui rappelle ses terres natales. Cette Norvège qui lui manque tant, qu'il lui tend pourtant les bras avec les promesses silencieuses et glaciales d'une retraite bien méritée. Mais il n'arrive pas à partir, Lip, son palpitant est depuis trop longtemps ancré à cette ville d'adoption qu'est Brighton. - traits de caractères: souriant, taquin, aimable, altruiste, loyal, (in)fidèle, joueur, protecteur, tolérant, passionné, perfectionniste, têtu, minutieux, exigeant (avec lui-même), simple, jovial, travailleur, un brin impulsif, empathique, pragmatique. - groupe: celosia. - avatar: charlie hunnam.

ii. swing wide your crane, run me
Il la rencontre sur les rives géométriques des bassins, sa sirène d'eau douce. Elle l'arrose de ses sourires en coin, l'attrape dans ses filets, l'asphyxie de ses baisers. Il se laisse couler dans ses bras, dans l'océan médiatique qui l'enveloppe. Ça commence par un café et puis il finit par boire la tasse d'une manière bien plus délicieuse, quand les cœurs se rapprochent et s'accrochent. L'amitié prend des airs de romance, les palpitants chaloupent et les journalistes avides de tout et de rien se gavent de ce conte de fées des temps modernes. Lien invisible qui s'entortille autour des cœurs agités. Les promesses éphémères d'une nuit deviennent les promesses d'une vie, le pacte est silencieux mais plus palpable que n'importe quoi d'autre dans cette existence ; ils ne s'abandonneront jamais. Elle soigne ses blessures et lui panse les cicatrices que les défaites laissent derrière elles. Il la serre dans ses bras et lui murmure quelques certitudes pour étouffer ses doutes. À eux deux, ils peuvent renverser le monde – Olsen en est convaincu. Ils se perdent entre les lignes des médias sportifs, se retrouvent toujours. Même quand l'eau emporte Halley, comme elle a emporté le paternel dans les mers de Norvège. Il est toujours là pour la maintenir à la surface, Lip. Une main tendue vers elle et deux poumons à partager, si elle menace de se noyer. Ils s'entraînent à l'épuisement, vivent parfois – souvent – sur deux fuseaux horaires trop différents. Puis, quand c'est trop dur de rester à l'autre bout du monde, Lip s'envole et échange le goût du sang contre le parfum du chlore sur sa peau ambrée. Effleure l'épiderme trop doux de ses mains écorchées par un millier de combats. Les sentiments lui brûlent parfois les lèvres pourtant – il se souvient des yeux gonflés de sa mère et de la vaisselle brisée dans son enfance, de ce que l'amour fait réellement. Alors bien souvent, il attend qu'elle ait les yeux fermés pour lui dire à quel point il l'aime et qu'il ne la laissera jamais. Il le répète comme une éternelle litanie comme pour s'en convaincre, ou peut-être bien sceller un pacte avec le destin. Eux deux, c'est pour toujours.
---
Elizabeth, elle se place sur son chemin comme la reine égarée d'un échiquier. Elle a de grands sourires pour border le vermillon de ses lèvres et un regard qui lui transperce l'âme, qui raconte une histoire qu'ils n'oublieront jamais ; celle de leur rencontre. Lip, il n'en garde aucune séquelle lui, la peur n'est qu'un souvenir lointain. Mais il apaise de ses mots ses stigmates à elle, ceux qui tracent des lignes douloureuses dans son esprit. Il cherche à la rassurer, à apaiser ses craintes, écraser une paranoïa naissante : non, ça n'arrivera plus. Il lui promet, quand elle panique, lui promet qu'elle ne se retrouvera plus jamais au milieu d'un braquage, que ses mains ne trembleront plus devant les ordres aboyés d'un pauvre type de seconde zone. Elle s'accroche à ses mots et lui se perd dans les siens, l'amitié est douce, jusqu'à ce que ce ne soit plus vraiment de l'amitié. Les sourires de la blonde prennent un autre angle, ses regards sont insistants et ses mains s'égarent différemment, parfois. Les étreintes font bondir les cœurs et Lip, il fait semblant de ne rien voir, tourne l'évidence à la blague. Ça dure un an, puis le monde leur échappe.
Halley, elle se noie dans le grand bassin, se déglingue le système à coup de petites pilules enchantées. Le scandale éclate. La reine des sirènes perd sa couronne et les cinq anneaux multicolores s'échappent et s'évaporent dans une nuit dans fin. Lip, il essaye d'être là. De faire entrer la lumière là où il n'y en aura plus jamais. Il s'énerve d'abord et se met à trop ressembler à son père, quand sa voix gronde entre les murs de la demeure. Sa douce s'effondre pour une dose de plus et Olsen, il se démène et s'oublie pour la tirer de tout ça. Il brise des seringues et souffle sur les poussières de rêve. La secoue par ses épaules devenues trop frêles, l'embrasse pour lui faire oublier le goût des substances. Mais le combat est éternel, à sens unique. Elizabeth est là, quand Halley n'est plus.
Il se noie dans sa culpabilité, se perd entre les bras chaleureux d'une autre. Échappe une ou deux larmes dans la nuit solitaire, laisse sa haine grandir et le dévorer. Il se déteste de faire ça à Halley. De ne plus être assez fort pour deux. Sa carrière vacille et son esprit est ailleurs. Perdu entre deux femmes qui ne peuvent pas se partager son cœur épuisé. Alors il joue sur deux tableaux, Lip. Rentre chez lui avec le parfum d'une autre collé à la peau et ses regrets sous le bras. Il répète à sa sirène qu'il l'aime. Qu'eux deux, ce sera pour toujours. Mais la promesse n'est pas aussi mélodieuse qu'autrefois et même lui, il commence à en douter. Les contes de fées n'existent pas.
L'amour non plus.
---
La tôle qui se froisse et les os avec. Ça fait un vacarme à réveiller les morts, quand la voiture sportive percute les rives d'une autoroute. Personne ne saurait différencier l'avant de l'arrière, il n'y a plus qu'un amas mécanique qui ronronne faiblement et fume des vapeurs asphyxiantes. Lip, il a des images qui dansent dans les orbites et des mots qui percent les acouphènes. Il n'entend pas les pinces qui déchirent la carcasse, n'entend pas les ordres qu'on crie d'un bout à l'autre de la route, pas plus qu'il ne voit les gyrophares. Non, il entend les mots de Beth, sa colère. Il entend les pleurs silencieux de Halley, devant les souvenirs d'un empire sportif. Il entend ses regrets, ses échecs. Puis, il entend les victoires, les chants de sa sirène, les rires de leurs premières rencontres. Il entend les « je t'aime » et les « je te hais ». Puis, il n'entend plus rien.
Il y a le réveil. Doux puis violent. Lente glissade vers la réalité quand les substances cessent d'apaiser les fibres nerveuses. Il comprend ce que Halley ressent, quand elle est en manque ; comprend enfin sa douleur et ces sensations qu'elle n'a jamais su lui décrire. Il bouge dans le lit drapé de blanc, inspire les effluves alcoolisées du désinfectant. Il a l'impression que son corps est brisé, du sommet de son crâne au bout de ses pieds. Ses pieds. Le drap glisse dans un bruissement incertain, quelque chose ne va pas, n'est-ce pas ? Un souffle se bloque dans sa gorge et le monde cesse de tourner alors qu'il tâte le matelas pour chercher ce qui manque sous son genoux droit. Ce morceau de lui qu'il ne retrouvera jamais. Cinq étapes, qu'ils disent.
Déni. Colèr.. Déni. Déni. Déni. Et rien d'autre.

(en vrac) amputé sous le genoux droit, il apprend encore à s'habituer aux regards et aux remarques, s'amuse à détourner la chose avec des blagues vaseuses qui ne font généralement rire que lui / traîne encore sa carcasse d'éclopé au gym et à son ancienne salle de boxe, contre avis médical. Il s'y égare comme un fantôme, échappe quelques conseils, essaye de retrouver celui qu'il était quand les autres ont le dos tourné / a conservé l'épave de sa voiture dans un coin du garage de sa propriété. Valeur sentimentale ou torture détournée, lui-même ne saurait pas expliquer pourquoi est-ce qu'il a demandé à la récupérer. Peut-être pour se rappeler de toutes ses erreurs. De pourquoi il en est là aujourd'hui. Ou tout simplement, pour se souvenir qu'il a survécu / a toujours reversé une partie de ses primes de combat dans des associations diverses et autres œuvres caritatives / Lip n'est pas un grand sentimental, mais il est capable de pleurer devant un bon film qui le toucherait, pour une raison x ou y / rester inactif est la pire chose qui soit pour lui, alors malgré l'avis des médecins, il force et veut aller trop vite dans sa rééducation, tolère mal les échecs et se frustre de ne pas avancer plus vite / accepte de moins en moins la présence de ses amis d'hier, qui le regardent avec bien trop de pitié pour un seul homme / vit dans une baraque trop grande et trop froide pour lui tout seul, n'arrive pas à se séparer des morceaux de Halley qui traînent encore ici et là / Elizabeth est là, toujours là, malgré tout, malgré les derniers mots violents qu'ils se sont échangés avant l'accident. Lip a envie de lui dire de partir parfois. Qu'il n'a pas besoin d'elle. Pas besoin d'aide. Mais il n'y arrive pas / pense bien trop souvent à Halley et à ce qu'ils avaient. A ce qu'il a bousillé, ce qu'il ne retrouvera plus jamais. Il se sent entouré, mais sans elle, plus seul que jamais.  

iii. when eyes are all painted sinatra blue
- pseudo/prénom: teddy bear. - autre: oops?   (je vous aime.   ) + je cherche des liens en pagaille pour lip, du coup si quelqu'un veut bien d'un ancien sportif avec une demi-jambe en moins dans son entourage, n'hésitez pas à me mp.  

_________________
-- Don't cut me down, throw me out, leave me here to waste, I once was a man with dignity and grace.


Dernière édition par Lip Olsen le Dim 20 Mai - 16:49, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 565
- since : 28/04/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Lun 14 Mai - 23:04

je meurs

edit // je preums quand même
non mais tu sais déjà tout - hunnam, ce perso, toi et ta plume.
un jour vous aurez raison de moi

_________________
- truth like blood underneath your fingernails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Lun 14 Mai - 23:19

viens ici qu'on se brise le coeur et qu'on se tue les feels.
tu sais déjà combien je t'aime love.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Edgar Smith

vilified, crucified, in the human frame

- paper notes : 944
- since : 24/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #221, west side.
contact book:
availability: logan, cecil, cordelia, spencer, héra.

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Lun 14 Mai - 23:31

ancien champion de mma, c'est ça ? ça me parle. ce personnage envoie déjà du lourd, mais c'est beaucoup trop vide.
rebienvenue à la maison, sinon.

_________________
— i couldn't see you when you were there. and now that you're gone, i see you everywhere.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

be happy, it drives people crazy.

- paper notes : 3674
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ lula.
contact book:
availability: (off) lula, elian, april, bash.

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Mar 15 Mai - 0:32

Mon bb Hunnam est entre bonnes mains avec toi.

_________________

the biggest adventure you can take is to live the life of your dreams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 6849
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side.
contact book:
availability: [close] nash, tim, yasin, isaac.

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Mar 15 Mai - 0:35

Oh la la qu'il promet.
Re bienvenue à la maison.

_________________

(lg) love is like playing music: first you must learn to play by the rules, then you must forget the rules and play from your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Mar 15 Mai - 0:39

Rebienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 344
- since : 12/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (off. 4/4)

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Mar 15 Mai - 8:38

oké. What a Face la plume, les origines norvégiennes, le personnage, hello perfection.
(re)bienvenue et on peut creuser un lien si l'envie t'en dit.

_________________
je nous vois danser au ralenti sur du rub a dub et toi tu me déposes des mots précieux au creux de l’oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Mar 15 Mai - 9:53

(re) bienvenue à la maison.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Mar 15 Mai - 13:00

(re)Bienvenue sur le forum!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 640
- since : 29/04/2018

( end game )

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Mar 15 Mai - 19:33

ces choix trop parfaits
j'ai hâte d'en découvrir plus sur ce personnage qui s'annonce encore parfait
(re)bienvenue chat

_________________
— she wears strength and darkness equally well, the girl has always been half goddess, half hell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 64
- since : 13/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Mar 15 Mai - 21:17

mais vous êtes tellement adorables, sérieusement
je voudrais faire des petits messages personnalisés mais je ne sais même pas quoi dire, à part que vous êtes des amours, et un grand merci pour ce nouvel accueil.
et puis j'espère que lip sera à la hauteur de vos attentes du coup.

@levi guthrie avec plaisir la douce, faut déjà que je te mp avec un autre de mes comptes de toute façon

_________________
-- Don't cut me down, throw me out, leave me here to waste, I once was a man with dignity and grace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Mar 15 Mai - 21:19

Welcome
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 162
- since : 07/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Mar 15 Mai - 22:23

Rebienvenue parmi nous et prends bien soin de Charlie I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Jeu 17 Mai - 21:41

je. n'en. peux. plus. de. toi.
que du love pour ce nouveau personnage encore
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 313
- since : 05/04/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (1/3) samuel, shaun, toi ?

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Jeu 17 Mai - 22:19

je suis pas passée par ici???
rebienvenue ma Marine, t'es parfaite, comme toujours

_________________

[r.p] you feel like home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 213
- since : 15/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Ven 18 Mai - 0:32


_________________
- help i have done it again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Jodie Bernthal

everything is temporary.

- paper notes : 493
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, [allen]

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Ven 18 Mai - 10:20

faible.
Rebienvenue ici. I love you

_________________
// baby, i’m dancing in the dark with you between my arms. Barefoot on the grass, listening to our favorite song.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 6849
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side.
contact book:
availability: [close] nash, tim, yasin, isaac.

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Sam 19 Mai - 22:00

Salut toi. Ton délai de cinq jours est dépassé, et ta fiche est donc maintenant une fiche en danger.
Tu as deux jours pour nous demander un nouveau délai, sinon, ta fiche sera archivée, et ton compte supprimé. Si tu as besoin d'un nouveau personnage pour l'inspiration, n'hésite pas à en changer. On ne t'en voudra pas.
À très vite, je l'espère.

_________________

(lg) love is like playing music: first you must learn to play by the rules, then you must forget the rules and play from your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 64
- since : 13/05/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   Dim 20 Mai - 15:34

Je termine ça dans la journée normalement !

_________________
-- Don't cut me down, throw me out, leave me here to waste, I once was a man with dignity and grace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: — but it's killing me to love you. (délai: 25-05)   

Revenir en haut Aller en bas
 
— but it's killing me to love you. (délai: 25-05)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Killing Dissent /Sou Duvalier.
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Let Love Lead The Way [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: hear them whispers. :: run for the fences.-
Sauter vers: