AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 one point perspective (charlotte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: one point perspective (charlotte)   Sam 12 Mai - 16:51

Il s’oublie dans d’autres bras, se perd dans d’autres draps. C’est sa façon à lui de célébrer ce divorce tant attendu. Envolée Pippa et sa sœur, disparus les souvenirs d’un amour mort-né. Un mariage aussi éphémère qu’un papillon, une union aussi bancale qu’un battement d’aile. Et à l’entendre, il n’en retiendra rien. Pas même de bons souvenirs. Mais dans son cœur se creuse la tombe d’un échec et d’une absence qui pèse dans cette maison devenue bien trop vide. Étouffé par la fierté, il n’avouera jamais ces choses qu’il estime faibles. Ces mots qui soulageraient pourtant son esprit balafré par le départ de celle qu’il a épousé. À contrecœur, mais quand même. Elle a laissé sa trace, posé sa marque et il peut continuer à se voiler la face, cela n’y change rien. Elle était là. Elle a été une page de son histoire. Et mentir n’efface rien, même si c’est un livre qui se ferme en partie grâce à Charlotte. Charlotte. Ça résonne dans sa tête comme des ricochets ou un écho lointain. Il y pense. Un peu trop souvent. Elle lui colle à la peau, même s’il refuse de l’admettre, mais elle est cette femme qui lui tient tête. Cette créature céleste et divine à l’ambition dévorante et il reconnait en elle une adversaire de taille. Il sourit à cette pensée. Pas pour le mauvais jeu de mots, mais parce qu’elle est sans doute la plus belle femme qu’il n’ait jamais vu auparavant. Belle d’insolence et d’indépendance. Elle n’a besoin de rien, ni de personne et cela résonne comme un défi qu’il s’apprête à relever. Ce n’est qu’un jeu. Rien qu’un jeu. Comme à chaque fois, d’ailleurs. Ou peut-être est-ce la chance de fuir cette solitude qui l’accompagne depuis trop longtemps déjà. Des semaines, des mois. Des jours qui ont le goût de plusieurs années amères où le lit conjugal vide semble bien trop grand et où la routine de célibataire n’a rien d’exaltant. Il n’a plus personne pour lui préparer à manger, plus personne pour repasser ses chemises. Et disons que s’adonner aux tâches ménagères, ce n’est pas franchement sa tasse de thé. Pippa n’était pas bonne à grand-chose, mais il devait au moins lui reconnaitre cela : Elle avait des doigts de fée. Une touche féminine qui manque à sa vie, malgré les pleurnicheries et les engueulades récurrentes. Il en aurait supporté bien plus, pour quelques chemises propres. Il soupire. Pippa. Charlotte. Ses pensées se fondent et se confondent en un brouhaha incessant et malheureux que l’alcool n’arrive pas à calmer. Alors il se lève et prend les devants. Il regarde sa montre : Il est tard, mais connaissant la jeune femme, elle doit encore être au boulot. Alors il attrape une bouteille dans sa cave et il saute dans sa voiture pour la rejoindre là où elle passe le plus clair de son temps. Une bonne demi-heure plus tard, il se faufile dans l’immeuble, puis dans l’ascenseur jusqu’à se retrouver devant la porte de son bureau. Il frappe mais n’attend pas de réponse avant d’entrer, le sourire charmeur accroché aux lèvres. C’est sa marque de fabrique à Asher et il sait que les femmes le trouvent irrésistible la plupart du temps. Mais pas toujours. – J’ai pensé qu’on pourrait fêter mon divorce ? Il lève la bouteille de champagne, posant son regard désarmant sur Charlotte qui est assise à l’autre bout de la pièce. Là encore, il est beaucoup trop cavalier, puisqu’il s’installe en face d’elle sans même attendre son accord.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: one point perspective (charlotte)   Dim 13 Mai - 3:02

« Je comprends votre frustration Monsieur Desmarais, mais.. » Tu n’as pas le temps de terminer ta phrase que déjà ton client s’emporte de plus bel à l’autre bout de la ligne. Les procédures ne vont pas assez vite, son ex-femme semble gagner du terrain après chaque rencontre, il ne te paye pas pour que tu te tournes les pouces et ça continue encore et encore. C’est un discours toutefois auquel tu es désormais habituée. Tout le monde veut tout, tout de suite, tout le temps. Tu as beau connaître le discours par coeur, tu ne peux t’empêcher d’être embêtée par le ton de voix de ton client. C’est un soir de semaine comme tant d’autres, mais l’horloge indique déjà vingt heures et tu sais d’avance que tu ne seras pas chez toi avant encore un bon deux heures si tu te fis à la quantité de paperasse qui s’est empilée sous ton regard impuissant pendant la journée. Tu te rappelles de prendre une longue respiration alors que tu tentes tant bien que mal de calmer ton client à l’autre bout de la ligne et au bout de ce qui semble être une éternité, tu parviens finalement à déposer ton téléphone sur le bureau sans avoir l’envie de t’arracher les cheveux de la tête. Tu adores ton travail, il n’y a aucun doute possible à ce sujet, mais il n’en demeure pas moins qu’il y a des journées plus difficiles que d’autres. Et celle-là, elle est particulièrement brutale.

Tu sursautes légèrement lorsque quelques coups à ta porte se font entendre. Tu t’attends à apercevoir le visage familier de ton adjointe ou bien l’un de tes collègues, mais tu n’as pas le temps de répondre que déjà la porte s’ouvre et le visage que tu découvres est loin d’être l’un de ceux imaginés. Asher Rutherford. Tu as beau avoir travailler avec le jeune homme sur son divorce très récent, chaque fois que tu vois son visage, tu ne peux t’empêcher de revoir l’adolescent. Cet air insouciant, ce sourire confiant sur les lèvres, un mix qui a toujours eu bien de l’effet sur toutes les filles de l’école, toi y compris. Mais il y a presque quinze ans, tu étais loin d’être le genre de filles à qui un mec de la stature d’Asher Rutherford accordait de l’attention. Trop grosse, les mots, ils sont encrés dans ta mémoire depuis, même si tu ne les laisses plus avoir de l’effet sur toi. Ça te prend toujours quelques secondes pour te rappeler que vous avez vieilli tous les deux depuis et que si tu étais celle qui regardait avec envie le jeune homme, il est désormais celui qui te regarde avec envie. Tu as fais semblant de ne rien voir pendant tous vos rendez-vous, mais tu peux le sentir, cette manière déplacée qu’il a de te regarder. Comme si tu étais une nouvelle femme et plus du tout celle que tu étais adolescente. Et c’est probablement le cas, tu as bien changé depuis tes jeunes années Charlotte. Tu as pris de l’assurance, beaucoup d’assurance, et ça se voit dans la façon que tu as de bouger, de parler, de paraître même. Tes formes qui t’ont causé tant de complexes à l’adolescence, tu les montres fièrement aujourd’hui. Tu assumes chaque kilo considéré de trop sur ton corps et tu sais quoi porter maintenant pour bien jouer de tes atouts. Tu es ramenée au présent alors que son sourire se veut charmeur et qu’il te montre une bouteille de champagne. « J’ai pensé qu’on pourrait fêter mon divorce? » Tu lui renvois inconsciemment son sourire, ton regard ne quittant pas le sien alors qu’il vient s’installer sur la chaise en face de toi. « Je devrais te dire que j’ai trop de travail, mais j’ai l’impression que t’es un de ceux qui n’accepte pas un non comme réponse, je me trompe? » Tu fermes le dossier sur lequel tu travaillais avec l’interruption du jeune homme, le repose sur cette pile de chose à faire toujours aussi pleine, et même si tu sais que tu devrais continuer de travailler, tu es plus que tentée par cette pause impromptue que le jeune homme vient t’offrir. Tu te penches légèrement et sort deux verres de sous ton bureau. « Pas aussi fancy qu’une coupe, mais ça devrait faire l’affaire, qu’en penses-tu? » Tu lui tends les deux verres en espérant qu’il comprenne que tu acceptes son invitation. Ton bureau est probablement pas le meilleur endroit pour boire, mais tu te dis qu’ici au moins, tu es en contrôle de la situation. Peu importe ce que la situation amène. « Content d’avoir fini les procédures et de t’être enfin débarassé de moi Rutherford? »
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: one point perspective (charlotte)   Lun 21 Mai - 21:54

Je devrais te dire que j’ai trop de travail, mais j’ai l’impression que t’es un de ceux qui n’accepte pas un non comme réponse, je me trompe?
Il a le sourire qui lui fend les lèvres d’un air insolent alors que ces mots sonnent comme une mélodie des plus gracieuses à ses oreilles. Il n’est pas peu fier de lui, Asher. Oui, il aime que l’on flatte son ego et par-dessus tout sa capacité à obtenir tout ce qu’il souhaite dans la vie. Son appétit féroce et sa détermination en acier. Et en bon prédateur qu’il est, il sait qu’il repartira avec le cœur de Charlotte entre ses griffes, car personne ne lui résiste jamais, et cette pensée nourrit cette fierté masculine qu’il se plait à cultiver un peu plus chaque jour, tout comme il aime garnir son tableau de chasse déjà bien rempli. Pourtant, il sait que les choses sont différentes avec l’avocate, parce qu’elle n’est pas comme les autres femmes. Elle ne semble pas souffrir de la solitude au point de se jeter dans les bras du premier venu, ni être assez idiote pour renoncer à ce qu’elle désire et à ses convictions. Et c’est une partie d’échecs qu’elle lance malgré elle. Une chasse humaine dont elle sonne les trompettes qui annoncent le début de la fin, alors que l’animal prend place sur cette chaise, juste en face de sa proie. Il pose ses longues jambes sur le bord du bureau de Charlotte, prêtant très peu attention à ce qu’elle peut ou non en penser. D’habitude, l’homme se tient correctement, trop occupé à songer au paraitre, mais il sait que ce genre de choses, ça ne prend pas avec l’avocate, parce qu’elle est trop intelligente pour cela, parce qu’elle voit clair dans son jeu. Alors il se contente d’obéir au gré de ses envies, la dévorant du regard, sans gêne. Elle devrait remercier ce bureau d’être là. Le remercier de séparer le lion de la gazelle, car autrement, il n’en aurait fait qu’une bouchée. Son esprit est envahi de pensées de la sorte car incapable de concevoir le monde sans attribuer au sexe une place primordiale. C’est cet aspect primaire et animal qui régit le monde selon Asher, même si cela fait grincer des dents la plupart des gens. Il n’est pas comme le commun des mortels, alors il se moque éperdument de leurs avis. Et arrogant comme pas deux, il se délecte de leur stupidité, parce qu’il pense tout savoir, tout comprendre mieux que quiconque. Et pourtant, Charlotte le remet souvent à sa place. Et plutôt que de l’énerver, il voit cela comme un défi. Celui de faire tomber dans sa toile celle qui le contredit. Surement parce qu’il désire lui prouver qu’elle a tort, parce que Asher, il ne se doute pas qu’il pourrait avoir des sentiments. Non, c’est inconcevable que la bête ait un cœur. Certainement pas après tout ce qu’il s’est passé durant son mariage raté, parti en fumée. Il voit cela comme un jeu auquel il ne peut pas se permettre de perdre. Et certainement pas face à Charlotte au risque de faire mordre la poussière à son égo surdimensionné. – Je passe ma journée dans le cambouis. Autant dire que je ne suis pas difficile. Il a toujours ce sourire insolent accroché aux lèvres alors qu’il lui adresse un clin d’œil qui se veut complice. Mais en réalité, c’est davantage un signe de ses mauvaises attentions. Et il y a le tonnerre qui gronde à mesure qu’il prend ses aises dans ce bureau trop lisse de vie. – Disons que nos bonnes vieilles habitudes vont me manquer. Il se lève pour ouvrir la bouteille de champagne sans perdre le bouchon. – Mais je ne suis pas contre nous en trouver des nouvelles. Le silence plane alors que la bête s’apprête à bondir sur sa proie.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: one point perspective (charlotte)   Lun 4 Juin - 8:39

Tu ne sais pas ce qui t’as pris. D’accepter de le laisser entrer alors que clairement, tu n’as ni le temps, ni l’envie et encore moins l’intérêt de passer ne serait-ce qu’une minute de plus dans la même pièce qu”Asher Rutherford. Un moment de faiblesse, c’est probablement ce qui est arrivé. Soudainement, il y a une bouteille de champagne qui se place entre vous deux et tu lui offres un verre, décidément, tu es tombée sur la tête ma pauvre Charlie. Tu viens de passer des semaines à t’obstiner avec le jeune homme sur chacun des termes de son divorce, à voir clair dans son jeu et tu croyais que cette histoire, elle était finalement derrière toi. Tu en es même venue à te demander si tu pouvais réellement être impartiale dans ce divorce, si tu allais être en mesure de le mener à terme, ce dossier. Non pas parce que les conditions étaient particulièrement difficiles ou quoique ce soit, mais plus parce que tu t’es réellement mise à douter de tes propres capacités à séparer le personnel du professionnel. Une difficulté à te concentrer pleinement sur les faits et ce qui est tangible et ne pas te laisser influencer par cette hargne qui t’envahit lorsque tu fais face à un homme du genre d’Asher Rutherford. Un homme qui se croit tout permis, qui pense que tout lui est dû, en permanence. Tu revois l’ado arrogant, les commentaires sexistes qui ont été dit à ton égard, tu te souviens trop parfaitement de cette façon particulière qu’il avait de te faire sentir comme une moins que rien alors que tu te battais constamment avec la pression de ne pas être comme les autres. Aujourd’hui, tu te montres sous la facette de la jeune femme forte et indépendante que tu es devenue, prouvant contre toute attente que tu n’as plus rien de la gamine que tu as autrefois été. Mais ça, tu as eu en masse la chance de le prouver dans les dernières semaines. Dans l’immédiat, tu ne lui dois plus rien. Plus besoin de lui accorder le moindre temps, la moindre attention. Ses pieds sur ton bureau te dérange, tu lui offres un regard que tu crois convaincant, mais le jeune homme, il ne bouge pas. Tu te mords la langue pour ne rien dire, il a beau ne plus être ton client, tu aimes bien préserver les apparences un minimum. Il se lève, la bouteille toujours dans les mains. Si tu veux avoir la moindre chance que cet entretien se termine au plus vite, il faut que tu lui fasses comprendre que t’es pas intéressé par peu importe ce qu’il recherche, que ton temps est limité, précieux même. Trop précieux pour être perdu en sa compagnie, non pas que tu oserais le dire à haute voix. Quoi que.. Tu te lèves à ton tour, attrape un des deux verres et tu prends possession de la bouteille sans même lui demander. Tu remplis le verre de quelques gouttes, lui offre avant de faire la même chose avec le deuxième verre. « C’est vraiment gentil comme attention Monsieur Rutherford, mais je ne crois pas que ce sera possible pour nous de se créer de nouvelles habitudes comme vous dites. » Un sourire, un faux cette fois. Peut-être va-t-il finir par saisir le message une bonne fois pour toute. « Je n’ai pas l’habitude de continuer de voir mes clients une fois les dossiers terminés, et vous savez comme moi que votre divorce est conclu désormais, à votre plus grand plaisir j’en suis certaine. » Le vous et les Monsieur, c’est pour rappeler le cadre dans lequel vous êtes tous les deux. Tu prends une gorgée de ton verre de champagne – et pour la quantité que tu as versé, une gorgée est suffisante – et tu lui redonnes la bouteille, toujours ce faux sourire de coller aux lèvres. « Je devrais vraiment m’y remettre, j’ai encore beaucoup de travail avant de pouvoir call it a night. » Tu retournes derrière ton bureau, reprend place sur ta chaise. Si seulement ton téléphone pouvait sonner maintenant, il ne te resterait plus qu’à ignorer le jeune homme une bonne fois pour toute jusqu'à ce qu'il disparaisse enfin de ta vue, et de ta vie, idéalement.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: one point perspective (charlotte)   

Revenir en haut Aller en bas
 
one point perspective (charlotte)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Haiti-perspective:Gérard est revenu pour de bon
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville
» Juliette Charlotte de Bourgogne ; Demandez votre sujet
» Les broderies au point compté de la souris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: