AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 break me down (mean)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Marlene Kenway

get some sleep and i'll be fine

- paper notes : 286
- since : 07/04/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability: (wade, ean, vivi/FULL)

MessageSujet: break me down (mean)   Mar 8 Mai 2018 - 0:32

break me down.
ean & marlene.

Ta la tête qui va imploser Marlene. Ton esprit qui ne comprend plus rien à cette histoire à la con. Ton cerveau qui refuse d'accepter qu'il est mort. Il est mort putain. Tu l'as vu crever sur les caméras de surveillance, alors qu'on te menottait les poignets, sans une once de compassion pour les cris qui t'arrachaient la gorge. Tu hurlais Marlene, à en perdre le souffle. Tu l'as vu s'écrouler, le torse transpercé. Tu l'as vu tomber, fauché par ceux qui ont fini par t'embaucher. C'est ton crane qui te joue des tours malsains, qui vient jouer avec ta raison, au point de t'rendre folle. Parce que tu l'as vu Ean. Tu l'as vu putain. Une courte seconde, et l'obscurité. Ton corps qui s'est écroulé sur le bitume, et les passants aux alentours qui se sont précipités vers toi. A ton réveil, ton cerveau était reparti normalement. Il avait stoppé ses moqueries mesquines. Ean est mort. En quatre mois, t'as bien eu le temps de t'en rendre compte, de te faire à l'évidence que tu l'verras plus. Que tu vas rester seule Marlene, que plus jamais tu sentiras ses mains sur ta peau frissonnante. Plus jamais tu sentiras ses lèvres sur les tiennes, son corps contre le tien. Et ça te brise Marlene. T'es en miettes, tout simplement. Une main sur ton ventre qui commence tout juste à s'arrondir, t'es là, devant ta porte d'entrée, sans vraiment te décider à partir. Tu dois faire des courses, y'a plus rien à bouffer chez toi. Ça fait trois jours que tu survis grâce à la livraison à domicile. T'peux pas continuer comme ça, faut que tu vois l'extérieur. T'as prétexté une maladie pour ne pas te rendre chez les flics. Pas vraiment un mensonge pour tout dire. Tu jettes un coup d'œil à ton téléphone. Presque une heure de l'après-midi. Il est grand temps que tu bouges. Tu ressers l'étreinte de tes doigts autour de la sangle de ton sac, puis tu mets un pas devant l'autre. Tu pries des dieux en qui tu ne crois pas, tu ne veux pas que ton crane te joue encore des tours. Tu ne veux pas le voir apparaître. Tu ne veux pas devenir folle Marlene. Quelques pas de plus, et tu retrouves une certaine assurance. T'es forte Marlene, plus forte que ça. Mécaniquement, tu sors une cigarette et tu la coinces entre tes lèvres. Le docteur a gueulé l'autre fois, parce que tu puais la clope, parce que c'est mauvais pour le mioche. Tu t'en moques. Ça sera pas le tien de toute façon. Tu t'vois pas élever le gamin seule, sans lui. T'allumes ta clope avant de fourrer ton briquet dans ton sac à main. T'as l'impression de faire que ça en ce moment, fumer. Comme si c'était la seule chose qui te faisait encore tenir debout. Tu soupires alors que tu t'enfonces dans les rues de Brighton, direction ce p'tit supermarché de pacotille au coin de la rue. Le gérant, c'est un des seuls qui ne fixe pas ton bracelet électronique à chaque fois que tu passes l'entrée. Tu t'apprêtes à rentrer, mais ton cœur manque un battement. Pas encore putain. A une dizaine de mètres, il est de dos. Mais putain, tu mettrais ta main à couper que c'est lui. T'as envie de te cogner la tête contre le mur Marlene, d'essayer de remettre tes idées en place du mieux que tu peux. Alors tu fermes les yeux, presque trop fort. T'espères qu'il va disparaître. « Vas t'en. » que tu murmures entre tes lèvres. Tu ne veux pas rouvrir les yeux Marlene. T'y arrives pas. Parce que t'as peur de c'que tu vas voir. Parce que t'as peur de l'voir disparaître, une fois de trop.

_________________

☽☽ Ever since this began, I was blessed with a curse And for better or for worse I was born into a hearse. I know I said my heart beats for you I was lying girl, it beats for two.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: break me down (mean)   Mar 8 Mai 2018 - 16:29

ean et des choses qui ont pas trop changé. ean, si tu te revoyais y'a quelques années, t'aurai continué à l'aimer, cette vie. ean, si tu te revoyais, t'aurai vu que t'en aurai eu d'la chance. que la roue tourne. que, partir âme déchue et maudite ça peut avoir du bon, parce que tu peux que croiser du bon, quand t'as connu l'pire. ean, j'te jure, tu t'aurai vu, avant, tu te serai dit l'gars le plus heureux du monde. rien parce que tu l'avais enfin rencontré. rien parce qu'elle faisait partit de ta vie. ean, cette ville, t'aurai continué de l'aimer, que cette fille à la haine sur c'bout d'papier qu'on t'a filer pour la crever, t'aurai continué de l'aimer à en crever.
mais ean maintenant, c'est l'esprit ballant et la mémoire absente.
ean, tu t'vois aujourd'hui et tu te demandes ce qu'il te retient ici. ean, les matins, quand tu croises ton visage de salopard sur la glace, tu te demandes ce que tu fou là. tu pourrai très bien t'casser, seul, et te refaire une vie. comme t'avais fait y'a quelques années. sauf que ean, ce que tu sais pas, c'est qu'il y a quelques années, y'avait marlène.
marlène et tout est différent.
ean, c'est triste de voir ce que t'es devenu. c'est pathétique de voir que tu veux la vie du seul amour de ta vie. ean, sans la mémoire, t'es vraiment un putain d'mec inutile. le monde irait très bien sans toi et t'as putain de vie d'parasite. ean, tu t'aurais vu entre maintenant et y'a quelques années, tu t'serais toi-même jeté au Diable.
mais aujourd'hui, t'es là, à Brighton, et tu la cherches désespérément. et tu te dis qu'elle est peut-être déjà morte, qu'elle s'est barrée comme t'aurai voulu l'faire. tu sais pas, tu penses plus. tu préfères continuer de chercher, pour eux. continuer de la chercher pour ensuite la butté, pour toi. tu cherches. depuis déjà un petit moment. et c'est long, un petit moment. mais tu continues et encore aujourd'hui. tu cherches dans le vide, en t'faisant un peu de divertissement.
tu souris, âme de voleur.
l’envie de voler te démangeait. ean, y’a des choses qui ont pas changé. ean, c’est la mémoire vide, mais l’adrénaline lâchée dans les veines, un putain d’cœur à 100 et l’rythme cardiaque qui s’emballe à en crever. mais ean, y’a des choses qui ont changé. avec elle, c’était plus bandant, plus dément. avec elle, c’était des choses que tout le monde n’avait pas dans la tête, des idées d’un malade, et l’exécution comme des gamins qui réfléchissaient pas. avec elle, c’était les choses qu’on voyait qu’en grand, et qui remplissait l’corps de vie et de joie au quotidien. c’est l’cœur livide et sans hargne de vivre que tu te diriges dans le supermarché. avant, t’aurai eu une banque. avant. mais maintenant, t’es là, devant les rayons et il s’demande vraiment ce qu’il fou là. t’as vraiment une vie à chier, ean. alors ean, il regarde autour de soi. un regard sur toi. une nana. puis elle se dirige vers le rayon de la sommellerie. alors toi, tu la suis. comme un chien. parce que, cette fille, tu la connais. l’instinct qui parle.  j’crois j’préfère le champagne. mais tu m’diras, j’suis sûre c’est pas dans ton prix. elle, qui regardait désespérément les blancs, sans grande envie d’en avaler un. c’est même pas dans l’mien non plus. tu regardes autour de toi. puis, tu recules, un peu. avant de la regarder, de dernière. ça te dit on… puis elle se retourne. et putain, t’es sur le cul. bordel, elle est enfin là. et toi, pour la première fois depuis longtemps, tu souris. pour un peu d’joie. elle est enfin là. ça te dit on vole la bouteille de champagne la plus chère ? Et j’suis sympa, j’t’invite à la boire avec moi. puis, tu te grattes l’arrière du crâne. oui, elle est bien là. et en plissant les yeux, avec un sourire en coin tu lâches. ok, on a connu plus bandant comme vol, mais t’as pas intérêt à me refuser. j’le prendrai assez mal. assez mal, au point d’faire pire que de te faire crever marlène.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Marlene Kenway

get some sleep and i'll be fine

- paper notes : 286
- since : 07/04/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability: (wade, ean, vivi/FULL)

MessageSujet: Re: break me down (mean)   Dim 13 Mai 2018 - 15:44

break me down.
ean & marlene.

Tu vas crever sur place Marlene. Sur le carrelage, tu vas te laisser tomber pour mourir. Parce que y'a clairement quelque chose qui vient de péter dans ton cerveau. T'as envie de tendre la main, de laisser tes doigts glisser sur son visage, mais y'a une espèce de force à la con qui t'en empêche. Parce que t'as trop peur du résultat. T'as trop peur de vraiment sentir sa peau contre la tienne. T'as trop peur de le voir disparaître une fois de plus. Putain, tu trembles comme une feuille. Tu sens ton palpitant exploser dans ta cage thoracique. Tu deviens folle, complètement folle. Ean, ton Ean. Insanité tentatrice. T'es bonne à faire enfermer Marlene. T'as la nausée qui monte, et t'es pas foutue de savoir si c'est le fantôme ou son gamin qui te provoque ça. T'es pas bien, tellement pas bien. « Ean... » que t'arrives à peine à murmurer. La gorge bloquée, serrée. T'es au bord des larmes Marlene et pourtant, y'a pas une goutte qui s'forme sous tes yeux. Comme si ton système s'était complètement arrêté de fonctionner à la seconde où il a posé ses yeux sur toi. C'est trop pour ton esprit déjà effrité. C'est trop pour ton cœur qui bat pour deux. Mais tu restes debout cette fois. Tu ne tombes pas, tu ne glisses pas. Tu restes consciente. Et lui, il est toujours là. Et lui, il s'rapproche. Et lui, il t'cause. Ton bras qui vient chercher le rayon, tes doigts qui emprisonnent l'étagère. T'es au bord de la perte d'équilibre. Il est vraiment là putain. T'as envie de hurler Marlene, de te péter les poumons jusqu'à en perdre la vie. T'essayes de lui répondre, tu bredouilles, mais tu comprends même pas les bribes qui tentent de passer tes lèvres. Et tu te dis que tous les dieux que t'as commencé à prier après sa mort se foutent salement de ta gueule en ce moment même. Y'a tes yeux qui s'baladent partout sur sa silhouette, qui détaillent les moindres particularités. Tu cherches un moyen de te prouver que c'est vraiment lui, mais t'as pas besoin de preuve Marlene. Putain, c'bien Ean qui se tient devant toi, l'air innocent. Il continue de te parler, comme si de rien était, comme si t'étais pas en train de te décomposer sur place. La bouteille la plus chère. Alors ton regard, il s'tourne naturellement vers les bouteilles en question. Ça y est. Tes yeux ont quitté son corps. Et quand tu te tourneras de nouveau vers lui, il sera parti. Pourtant, tu la sens encore sa putain de présence. Son odeur qui a légèrement changé. Son souffle que tu perçois à travers le bruit ambiant. Il s'fout de ta gueule, c'est pas possible. T'as la tête tremblante, tes mouvements sont saccadés alors que t'oses croiser de nouveau son regard. T'as envie de le toucher Marlene. T'as besoin de le toucher. Mais t'as trop peur de le voir partir en fumé si jamais t'oses le moindre geste. T'as pourtant levé la main quand même, mais elle reste en suspens entre vous deux, à quelques centimètres de son torse. Tes lèvres vacillent. « T’es mort putain. » La voix chargée d’émotion, chevrotante. Tu t’perds dans son regard Marlene, comme tu l’as si souvent fait. Et puis y’a ta main qui ose enfin. Contact. Tes doigts qui s’posent sur sa poitrine et ton crane qui implose. Réel. T’aurais dû lâcher un hoquet de surprise, mais tes lèvres se sont trop vite écrasées sur les siennes. Ton myocarde qui explose, tes mains qui emprisonneraient presque sa nuque. Pour ne pas qu’il parte, pour ne pas qu’il disparaisse. Pour ne pas qu’il meurt.

_________________

☽☽ Ever since this began, I was blessed with a curse And for better or for worse I was born into a hearse. I know I said my heart beats for you I was lying girl, it beats for two.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: break me down (mean)   

Revenir en haut Aller en bas
 
break me down (mean)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side.-
Sauter vers: