AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Count on me (Scar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Count on me (Scar)   Dim 6 Mai - 19:02

Tu es tombée malade, le mois dernier. Rien de très grave, mais ton médecin a surveillé ça de près, pour que ça n’est pas d’incidence sur le bébé. Mais non, tout va bien, et aujourd’hui, tu vas parfaitement bien, t’es même en pleine forme pour la première fois depuis le début de ta grossesse, qui a été chaotique durant les six premiers mois. Seulement, à cause de ce petit coup de mou, tu n’as pas pu faire ta seconde échographie, celle du cinquième mois. Ta gynécologue t’a rassuré cependant, t’affirmant qu’il n’était pas trop tard. Tu as donc pris rendez-vous à l’hôpital, un peu stressée. Tu sais que tes sœurs seraient venues avec toi, si tu leurs avaient demandé. L’annonce s’est mieux passée que prévu et tu te rends compte à quel point tu as de la chance, d’avoir une famille comme ça. Mais tu n’as sollicité ni Brandy, ni Joan, ni Sienna, tu voulais y aller seule, ou presque. Comme à chaque rendez-vous depuis que tu le lui as dit, t’as envoyé un message à Scar, avec la date et l’heure. Mais il ne t’a pas répondu, comme à chaque fois. Il t’évite, t’ignore et est mal à l’aise en ta présence. Ça brise ton cœur d’adolescente, et ça met en colère la femme que tu deviens, un peu trop vite. Vous êtes tout les deux dans le même bateau, finalement, mais c’est toi qui ressemble à une planète, c’est toi qui abrite un alien dans ton ventre, c’est toi qu’on pointe du doigt, la gamine de 16 ans, enceinte. Lui, il a le beau rôle, finalement, parce qu’il pourrait très bien disparaitre, personne ne saurait jamais, que c’est lui, le père. Tu arrives en bus à l’hôpital. Il s’est passé quelque chose d’étrange, sur le trajet, une vielle dame t’a laissé sa place, tu as refusé poliment mais elle a insisté avec un sourire bienveillant, et toi, tu étais terriblement gênée. Merde, tu deviens sacrément énorme, il faut le dire. Et même si tout le monde est au courant, maintenant, tu continues de mettre des tee-shirts trop grands pour toi. Tu arrives à l’hôpital avec une demi-heure d’avance, et tu t’installes sur le petit banc, pour l’attendre, lui, comme à chaque fois. Et comme à chaque fois, dix minutes avant le rendez-vous, tu soupires, Liv, et tu te lèves pour rentrer à l’intérieur. Tant pis, la prochaine fois, peut-être ? Et pourtant, tu avais vraiment l’impression que cette fois-ci, il viendrait, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Count on me (Scar)   Lun 7 Mai - 0:08

Ça doit sûrement être la dixième fois que tu reçois un message du genre de la part d’Olivia. Une adresse, une heure… Elle n’insiste pas et paraît à chaque fois la plus neutre possible quand elle t’envoie un message pour t’inviter à assister à ses échographies. Autrefois, elle t’envoyait des messages, de vrais messages. Elle voulait discuter avec toi, elle voulait prendre de tes nouvelles tout en s’attendant sûrement à ce que t’en prennes d’elle. Mais toi, tu te conduis comme un putain d’âne. T’es têtu, tu lui fais la gueule, tu réponds à aucun de ces messages. T’attends juste que les jours passent, qu’elle mette ce gosse au monde parce que tu sais absolument pas ce que t’es censé faire. T’as foutu une fille en cloque, une gamine de seize ans. Puis t’as une petite amie qui ignore tout à côté, qui ignore que c’est toi qui es allé voir ailleurs mais qui fait sûrement la même chose parce que, depuis quelques mois, votre relation ne ressemble plus à rien. Tu cogites, toi, Scar, assis au volant de ta voiture, garé juste devant l’appart que tu partages avec tes potes, ces potes avec qui tu traînes pratiquement plus depuis quelques temps, juste parce que t’as peur de croiser Liv. D’habitude, tu t’en veux juste de ne pas l’accompagner durant ses examens quand elle te le propose, tu te prends la tête, t’y penses un long moment jusqu’à ce que tu finisses par passer à autre chose. Mais aujourd’hui, t’as fait un effort. Tu t’es calé au volant de ta voiture en te disant… mais pourquoi pas ? T’en as envie, elle en a sûrement envie si elle te propose de la rejoindre (et qu’elle ne le fait pas par politesse), tu sais pas ce que t’es censé faire. Et puis merde, tu réfléchis cinq bonnes minutes avant d’insérer ta clé dans le contact de ta Seat Léon rouge, une voiture que t’as réussi à te payer d’occasion grâce à un petit prêt que tu galères maintenant à rembourser. T’es dans la merde, mais c’est pas le plus important. Le plus important, c’est Olivia. C’est cette fille qui te rend littéralement fou, et ce gosse, cette gosse qu’elle abrite dans son ventre et qui pointera bientôt le bout de son nez. Vous n’en avez pas encore bien discuté, mais t’en as envie. Tu veux savoir si elle va la garder ou si elle va le mettre à l’adoption, le donner à des gens qui seront bien plus aptes à s’occuper d’elle que vous, deux gosses qui savent à peine s’occuper d’eux-mêmes. « Oh, et puis merde. » T’as envie d’y aller, et aujourd’hui, tu vas sécher un cours pour y aller parce qu’après tout, quitte à être dans la merde, autant y être profondément. Tu conduis silencieusement et t’arrives finalement à l’hosto où la plupart de ses rendez-vous se déroulent. T’arrives quelques minutes avant l’heure de son rendez-vous, en avance. Tu fermes ta voiture et tu entres dans l’hôpital, te renseignant à l’accueil pour savoir quel couloir emprunter pour rejoindre le service des échographies obstétricales et tu suis le chemin qu’elle t’indique jusqu’à apercevoir Liv au loin. Elle marche à quelques mètres devant toi, tenant une petite enveloppe dans sa main contenant sûrement certains papiers administratifs ainsi que le carnet de santé de la petite, peut-être ? T’accélères le pas pour la rejoindre, restant silencieux jusqu’à ce qu’elle s’aperçoive que tu te tiens juste à côté d’elle et que pour la première fois en sept putain de mois, t’es enfin là pour voir à quoi ressemble l’alien qu’elle a dans le bide. « Ça va, Olivia ? » Vous vous arrêtez tous les deux pour vous regarder, pour vous observer. Tu lui souris comme un débile. Vous ne vous voyez plus vraiment depuis qu’elle t’a indiqué être enceinte, et t’observes quelques changements physiques chez elle. Elle devient énorme, énorme comme t’aurais jamais imaginé la voir un jour… et tu penses immédiatement aux remarques qu’elle doit entendre en cours. « J’peux venir ? J’te dérange pas ? » Tu cherches les bons mots, tu sais qu’elle s’attendait sûrement pas à te voir vu que tu t’es pointé à aucun des rendez-vous, tu sais qu’elle te fait forcément la gueule et qu’elle aurait raison de le faire. Mais t’es là, bien décidé à en savoir plus sur ton gosse, sur son état de santé et celui de sa mère parce que ça compte beaucoup pour toi, bien plus qu'elle ne peut le penser.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Count on me (Scar)   Jeu 10 Mai - 18:11



Pourquoi aujourd’hui serait différent, Liv, pourquoi viendrait-il ? y’a cette petite voix, dans ta tête, qui ne cesse de te le dire, qu’il s’en fou, de toi. Que tu n’es qu’un problème dont il aimait se débarrasser, une erreur qu’il aimerait effacer. Cette petite fois, elle te rabaisse, elle te dit qu’il ne t’a jamais aimé, qu’il ne t’aimera jamais. Que tu t’es comporté comme une ado en manque d’amour, que tu pensais que la vie, c’était comme dans les films, et que tu vas le regretter chaque jour jusqu’à la fin de ta vie. Et puis, derrière cette petite voix, y’a les souvenirs. La première fois que vous vous êtes parlés, à la fac, que vous avez mangé ensemble. Son rire, ses yeux qui pétillent alors qu’il te charrie. La rencontre avec le groupe, grâce à lui. Et puis ces petits moments aux allures insignifiantes. La fois où tu lui as présenté Léon, ton cheval, cette où il t’a appris à jouer aux jeux vidéo. Le premier joint sur lequel tu as tiré, avec lui, parce que tu étais en confiance, et les deux heures suivantes où vous avez donné des formes, aux nuages. Tu planais, Liv, et t’étais heureuse. Avec lui, grâce à lui. Y’a le souvenir de cette soirée, aussi. Tu t’étais faite belle, Liv, pour lui. Tu avais coiffé tes longs cheveux, tu avais mis cette robe, celle de ta sœur, celle qui te donnait l’allure d’une femme, d’une vraie, et tu lui as souri, et il t’a souri, et tout s’est arrêté, il n’y avait plus que vous deux. Et l’alcool, pour stresser moins. Tu voulais lui dire, ce soir-là, que tu l’aimais un peu trop. Mais les choses ont évolué trop vite, et tu ne voulais pas dire non, tu avais envie, que ce soir lui, juste lui. Et maintenant ? maintenant t’es là, juste avec la petite voix dans ta tête, et l’alien, dans ton ventre. Finis les longs cheveux, la taille de guêpe et les sourires de Scar. T’es seule avec tes idées noires. C’est ce que tu penses, vraiment. Et pourtant, alors que tu marches vers la salle s’attente, avec tes papiers dans une enveloppe, bien rangée, comme d’habitude, tu sens une présence, près de toi, et l’effluve d’un parfait que tu connais, trop bien. La tête qui se tourne, vers lui, et son regard qui accroche le tient. Pendant un instant, tu oublies tout, comme la dernière fois. Il t’avait dit la même chose. « Ça va, Olivia ? » et tu lui avais répondit « arrête de m’appeler comme ça, je n’aime pas mon prénom, Oscar. » et il avait ri, comme toujours. Tu déglutis, difficilement, tu baisses le regard, finalement. « Arrête de m’appeler comme ça, je n’aime pas mon prénom, Oscar. » tu lui dis, finalement, comme la dernière fois. Et finalement, tu lui souris, doucement. Parce que t’es comme ça Liv, t’as beau avoir u caractère de feu, tu ne sais pas rester en colère. La haine ne te va pas au teint, dirait ta mère. « Non, c’est bon, tu peux venir. » que tu réponds, d’un air détaché, pour qu’il ne sache pas que tu en mourrais d’envie. « Tu as réussi à te libérer, finalement. » et t’insistes sur ce dernier mot, pour lui montrer, que malgré tout, il a merdé, et tu le sais.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Count on me (Scar)   Dim 13 Mai - 20:27


Liv, c'est une grande surprise dans ta vie. Tu sais pas encore si c'en est une bonne mais tu sais que tout laisse à penser pour l'instant que t'aurais peut-être dû passer à côté. T'as l'impression de l'avoir aimée, d'avoir ressenti quelque chose dès la première fois que t'as posé les yeux sur elle, sur cette jolie brune qui était assise à côté de toi lors d'un de tes cours. T'as pas pu t'empêcher d'attirer son attention et de te rapprocher d'elle. En un rien de temps, vous êtes devenus les meilleurs amis du monde. T'aurais jamais pensé passer d'aussi bons moments en compagnie d'une autre fille que celle avec qui tu sors en ce moment même. Et pourtant... Alors, cette fois, t'as décidé d'enfin te bouger le cul et d'aller à l'un de ces rendez-vous auxquels elle t'invite depuis plusieurs mois, depuis le début de sa grossesse. Les échographies. T'aimes pas les hôpitaux, de base. Tu détestes cet endroit. Ça pue la mort, ça pue le vieux, la maladie. Les dernières fois où t'y es entré, c'est parce que t'y as accompagné des potes à cause de merdes infligées par la drogue. De mauvais moments, comme d’habitude, parce qu’hôpital rime avec malheur.

T’entres dans l’hôpital, tu demandes ton chemin à l’accueil puis tu marches quelques mètres jusqu’à repérer Liv, Olivia. La belle qui t’a fait succomber et qui, aujourd’hui, t’a mis indirectement dans la merde. Elle est là, avec un bidon assez rond, en train de marcher la tête baissée comme si elle sortait d’un enterrement. T’as pitié pour elle, t’aimes pas la voir comme ça et t’as sûrement beaucoup influencé sur son humeur. Tu ne sais pas si elle veut te voir près d’elle pour les échographies, tu sais même pas si elle veut garder le gosse, d’ailleurs. Ce que tu sais, c’est qu’elle t’invite à chaque échographie et que si tu reçois ces SMS quotidiens avec la date et l’heure de chaque rendez-vous, c’est sûrement pas pour rien. « Arrête de m’appeler comme ça, je n’aime pas mon prénom, Oscar. » Vous vous arrêtez, ton regard plonge dans le sien et à ce moment précis, tu comprends à nouveau pourquoi tu t’es laissé avec elle, pourquoi est-ce que t’as autant le béguin pour elle, pourquoi elle a un tel effet sur toi. Liv, putain. La plus grande erreur mais la plus belle de ta vie de merde. « Excuse-moi, Olivia. Liv. » Tu te rattrapes doucement en venant frotter ta nuque, lui rendant un joli petit sourire. Un véritable sourire, rien de faux. T’es un peu content d’être là, même si l’avenir du machin qu’elle a dans le ventre n’est pas encore assuré. T’imagines bien qu’elle ne va pas l’avorter maintenant, c’est plus possible. Mais t’as pas forcément envie que le mioche finisse dans les bras de quelqu’un d’autre… ça te ferait chier, même si t’as pas envie de l’admettre. Vous restez là à vous regarder comme deux idiots, tu lui demandes si tu peux te joindre à elle. « Non, c’est bon, tu peux venir. » Elle accepte avant de continuer, te lançant un joli petit pique que tu mérites, forcément. « Tu as réussi à te libérer, finalement. » T’as envie de t’excuser, de lui dire à quel point tu te hais de la faire tourner en bourrique depuis plusieurs mois mais c’est pas forcément le bon moment. « Désolé. » Que tu te contentes de soupirer en posant délicatement ta main sur son épaule. Tu t’en veux et t’as envie de lui faire comprendre qu’elle n’est pas seule. « Tu veux bien qu’après, on discute un peu ? Dans un bar ou chez moi, peu importe. Je crois qu’on a quelques trucs à se dire… » Tu lui proposes gentiment. T’es convaincu qu’elle acceptera puisqu’elle a elle-même eu envie de parler avec toi pendant des mois, elle a insisté jusqu’à laisser tomber après que tu lui aies mis de nombreux vents comme un connard.

T’as attendu qu’elle te réponde puis vous vous êtes dirigés jusqu’à la salle d’examen. T’as suivi Liv en regardant autour de toi comme un gosse à Disneyland. Tu connais pas du tout l’endroit, et t’es encore jamais entré dans une telle salle d’examen de ta vie. Tu remarques une sorte de fauteuil spécial, un écran d’ordi… c’est comme à la télé. « Bonjour. J’suis le père du bébé. » Tu salues la personne qui va s’occuper de la future maman, et t’essayes de te mettre à la bonne place, de laisser quand même un peu d’espace à Liv. T’es sacrément mal à l’aise, et tu ne sais absolument rien de ces examens qu’elle fait depuis le début de sa grossesse.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Count on me (Scar)   Mar 15 Mai - 19:58

Tu étais très proche de Clay, l’année dernière. Il a un an de plus que toi, mais il a redoublé. Tu lui donnais des cours, et ouais, vous aviez sympathisés. Vous étiez même sortis deux ou trois fois. Il t’avait invité au cinéma, et vous aviez passés la séance à vous embrasser. Classique, limite clichée. Mais ça te plaisait, t’avais l’impression d’être importante, à ses yeux. Et tu pensais l’aimer, un peu. Mais Scar est entré dans ta fiche et il a tout retourné sur son passage. Lui et ses yeux sombres, son sourire ravageur et ses blagues à la con. Tu pensais de moins en moins à Clay, tu oubliais de répondre à ses sms et finalement, votre presque relation s’est essoufflée, avant de s’éteindre, le plus simplement du monde. A cause de lui, parce qu’il était là, dans ta vie, parce qu’il te faisait rire, parce qu’avec lui, c’était les montagnes russes, dans ton estomac, et tu adorais cette sensation. Vraiment. Vous étiez de bons amis, au début, c’est devenu le meilleur, très rapidement. Celui que tu taguais sur des conneries, sur Facebook ou twitter, celui avec qui tu allais à Subway, celui avait qui tu as pris ta première cuite, avec qui tu as fumé ton premier joint. Mais il y avait quelque chose de plus, même si tu n’osais pas le lui dire. Tu échafaudais toutes sortes de plan pour te retrouver seule avec lui, pour voir ses réactions, comme n’importe quelle ado de quinze ans. Parce que si tu es plutôt mature, du côté de l’amour, tu es encore une petite fille, et, c’est peut-être aller trop vite, ce soir-là. Peut être que tu as accepté de coucher avec lui parce que tu étais ivre, peut être qu’en temps normal, rien ne serait arrivé. Pourtant, quand, l’espace de quelque instant, il t’a serré contre lui, quand vos souffles se sont mêlés, tu étais sûr de prendre la bonne décision. Mais tout a capoté. Il a arrêté de te parler. Normal, il a une copine, tu étais une erreur. Et t’aurais laissé passer, tu l’aurais laisser vivre sa vie si l’alien n’avait pas débarquer, si tu ne portais pas la vie, au creux de ton corps. Tu ne peux plus revenir en arrière, et t’es trop égoïste pour le laisser en dehors de ça. Alors tu le lui as dit, avec maladresse, surement, et il a de nouveau pris ses jambes à son cou, ne voulant visiblement rien savoir de cet enfant qui grandissait en toi, partageant son sang, à lui aussi. Et malgré la distance, tu as continué de lui envoyer des sms, pour le prévenir de l’avancer des choses, de tes rendez-vous. Plus par principe, tu ne pensais pas qu’il allait venir, tu ne pensais même pas le revoir un jour, autre part que dans tes rêves. Et pourtant, il est là, devant toi, avec ce sourire maladroit, avec ce regard, plein de détresse, posé sur toi, et tu ne peux pas t’empêcher d’être heureuse, ton cœur, il se réchauffe, malgré la situation. Tu secoues la tête, presque amusée, quand il te répond, et tu reprends ta route, avec lui a tes côtés, déambulant dans les couloirs. T’es surprise quand il te dit vouloir parler, tu t’étais fait une raison, Liv, tu pensais devoir faire comme si ce bébé n’avait pas de père, comme si Oscar n’existait plus, et pourtant le voilà qui veut mettre carte sur table. T’hésites un instant, tu te mords la lèvre, un peu, vieux tic récurrent chez toi. « J’ai envie d’une glace… » tu réponds, finalement, avant de reprendre ta route, l’air de rien, jusqu’à la salle d’attente. Vous attendez à peine, le médecin est à l’heure, pour une fois. Et habituée, tu entres dans la salle de rendez vous et t’installes sur la table. T’es gênée de savoir Oscar ici, encore plus lorsqu’il dit être le père. Le médecin sourit avec douceur. C’est une femme blonde, sans âge, et très gentille qui a tout de suite su te mettre en confiance. « Mlle Fairchild m’a parlé de vous » qu’elle dit, et tout en installant le matérielle, elle reprend. « Vous êtes finalement près à assumer cet enfant ? »
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Count on me (Scar)   Ven 18 Mai - 17:33

T'es bien conscient que t'as mal agi, bien sûr. Ça se fait pas d'ignorer une fille après avoir fait une erreur, t'es pas ce genre de garçon. T'es pas un ange, mais t'es pas non plus un démon. T'es juste un petit con, un adulte qui se sent encore adolescent en lui. Tu passes tes journées à te marrer et à essayer de mener la vie que tous les jeunes de ton âge souhaiteraient vivre. T'as très peu d'heures de travail, tu fumes et sors beaucoup. Mais t'étais en couple Oscar, quand Liv est arrivée à cette soirée et qu'elle t'a pris sous son charme. Tu l'es encore, et pourtant, tu ne peux pas t'empêcher de penser à elle. À son regard charmeur, à ses jolies lèvres roses, à la douceur de ses mains sur ton torse. T'as vécu quelque chose d'incroyable avec elle, quelque chose que t'aurais jamais pensé vivre avant. Et il a bien fallu y mettre fin, t'y étais obligé. Ton couple a beau peu à peu se casser la gueule, t'es pas un connard, t'es pas un gars qui aime tromper ses copines. T'es loyal, t'es fidèle. Il t'arrive de péter des câbles, de faire des petits breaks mais t'es pas l'un de ces enfoirés qui aiment faire pleurer les filles parce qu'ils trouvent mieux ailleurs. Or, là c'est le cas. T'aimes Liv, du fond du cœur. T'aimerais bien être célibataire, t'aimerais bien l'avoir rien que pour toi et lui promettre la lune, mais t'en es incapable. Pas avec ta situation actuelle.

« On ira manger une glace alors, si ça peut te faire plaisir. » Tu caches ce sourire que tu ne peux pas t'empêcher de montrer. T'as agi comme un abruti avec elle, comme un énorme fils de pute et ce, sur toute la ligne. Depuis cette soirée lors de laquelle c'est arrivé jusqu'à maintenant, t'as fait des conneries et t'es prêt à te rattraper, maintenant, même si t'es pas sûr de tout savoir gérer. Liv est en cloque, elle est encore jeune... Tu te plains pas de ta situation parce que tu sais que la sienne est bien plus compliquée que la tienne. Elle l'est à coup sûr.

Liv... Olivia. Tout t'enchante chez elle. Sa douce voix, ses beaux yeux, son prénom qui rime avec amour. T'as pas dit à ta copine que t'allais à ce rendez-vous, forcément. Elle connait Olivia, elle sait qu'elle est en cloque mais elle est loin d'être au courant que c'est toi le père. Elle sait que tu l'as trompée, la jolie brune avec qui tu partages tes nuits, mais elle ignore avec qui. Elle fait sa petite enquête, t'es au courant, c'est ce que toutes les nanas font. Mais t'es pas sûr qu'elle découvre que ce soit Olivia, l'élue.

Le médecin est à l'heure, tu la salues poliment avec un petit serrage de main et t’entres dans le cabinet médical. Tu suis Liv jusqu'à cette table sur laquelle elle s'installe, tu restes discrètement près d'elle, ta main sur le bout de la table. Tu regardes le médecin se préparer, enfiler ses gants et ramener les trucs dont elle aura besoin pour l'échographie. T'es pas bien intérieurement. T'es pas bien. T'aurais jamais penser venir à l'un de ces examens pour voir le fruit de cette nuit qui vous a tout les deux changés. Mais t'es bel et bien là. « Ça va aller, Olivia ? » Tu lui demandes gentiment, attentif à ses besoins alors que l'une de tes mains vient se poser dans ses cheveux pour réarranger l'une de ses mèches fugueuses. Ses cheveux, tu les adores.

Tu te tournes vers le médecin, en train de préparer son matériel pour lui répondre. « Je suis prêt à faire ce qu'il faut pour le petit, ou la petite... et pour Olivia. » Tu dis, sûr de toi, quand même un peu mal à l'aise. T'es jamais aussi sérieux. T'essayes d'imaginer ce que Liv a bien pu lui dire sur toi. « J'suis dégoûté d'avoir loupé les anciennes échographies, pour être honnête, m'dame. » Tu lui avoues, ta main toujours en train de caresser la chevelure brune de Liv. T'es heureux d'être là.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Count on me (Scar)   Sam 19 Mai - 20:24

Quand vous vous êtes rencontré, tu as essayé de le draguer. C’était maladroit, parce que tu étais encore une enfin, tu ne connaissais rien, de l’amour. Et quand tu as appris qu’il avait déjà une copine, ton monde, il s’est effondré. Premier chagrin d’amour. Tu as été déprimé pendant quelque temps et t’as même essayé de l’ignorer. Et lui, comme un bon ami, il a cherché à comprendre ce qu’il t’arrivait. Et toi, ça te faisait encore plus de mal, sans qu’il ne s’en rende vraiment compte. Tu n’es même pas sûre qu’aujourd’hui encore, il sait que tu es amoureuse de lui, ou que tu l’étais. Tes sentiments sont troubles, en ce moment. T’en as beaucoup parlé avec Joy, et finalement, t’as décidé de jouer quitte ou double, à cette soirée. De base, tu voulais juste lui montrer ce qu’il ratait, avec toi. Tu ne t’attendais pas à coucher avec lui, vraiment pas. T’as pris l’une des robes de ta sœur. T’es plutôt grande, et elle t’allait bien. T’as mis des talons, pour la première fois de ta vie, et tu as lissé tes cheveux, avant de le tresser, légèrement. Pour finir, tu as piqué le maquillage de Brandy, et t’as suivi à la lettre un tutoriel sur YouTube pour mettre en valeur ton regard. Et t’y es allé, à cette soirée. Il t’avait proposé de venir, surtout par politesse, et tu as saisi l’occasion, tu es entrée dans la maison, tu l’as cherché des yeux, lui, et tu t’es perdu dans les siens. Cet instant, il a duré des années, il n’y avait que vous, dans des coins opposés de la pièce, comme dans les films, et tu avais l’impression d’être à des milliers de kilomètres de Brighton. Il a souris, t’a fait signe de le rejoindre, et tout marchait au ralenti. Comme dans un rêve. T’étais nerveuse, Liv, tu as bu, pas mal, pour te donner du courage, et plus les bières s’alignaient sur la table, moins du rougissait. Vous êtes allé sur le balcon, il t’a proposé de tirer sur son joint, t’as accepté, et c’était fini. Tu te souviens encore de l’odeur de sa peau et du gout de ses lèvres, de ses mots rassurants. Ça va aller, Olivia, détends-toi. Et dans ses bras, tu t’es laissé aller. Et dans ses bras, tu étais heureuse. Mais, le lendemain chez toi, tu as pensé à elle, sa copine, si belle, si cool, et tu savais, tu savais que tu n’avais aucune chance, face à elle. Il t’a laissé tomber, il a fait comme si tu n’existais plus. Il l’a choisi elle, plutôt que toi. Et ça fait mal, vraiment. Alors là, face à lui, tu ne sais plus quoi penser. Mais il veut parler, et tu en as besoin, toi aussi. Alors t’acceptes, s’il t’offre une glace. Le deal est passé et vous vous rendez dans la salle d’examen, comme à chaque fois, tu es nerveuse. Sa présence n’arrange rien. Il semble étrangement à l’aise lui, quand il parle avec lui médecin. Tu lui souris, quand il te demande si ça va aller, comme s’il lisait dans ton cœur. « T’inquiète pas. » tu réponds, et sa main, dans tes cheveux court, elle te rassure. Le médecin est adorable, comme d’habitude, et elle regarde Oscar avec bienveillance. « Vous êtes là maintenant, c’est le plus important. Je peux vous imprimer les images de la dernière échographie si vous le souhaitez ? » elle lui dit avant de reprendre. « Aujourd’hui, nous pouvons voir si c’est une fille ou un garçon, ou peut être souhaitez-vous avoir la surprise ? » elle te regarde, puis regarde oscar, tout en soulevant ton pull, pour dévoiler ton ventre rebondi. Et toi, tu ne sais pas quoi dire. Tu n’es pas bien sûre de vouloir savoir, ça rendrait tout ça bien trop réel.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Count on me (Scar)   Sam 19 Mai - 20:53

Parfois, t'as du mal à remettre les pieds sur Terre et à te dire que cette situation qui te défonce le cerveau, c'est la tienne. Tu t'revois y a encore quelques années quand tu dormais avec des potes dans l'herbe au parc, à la belle étoile avec un joint entre les lèvres. Tu t'revois galérer au lycée, te battre pour montrer tes vraies valeurs et tes réelles capacités à des profs qui t'ont jugé trop vite sur l'histoire de ta famille, sur tes parents qui savent pas parler l'anglais couramment. T'es pas prêt à avoir un gosse, Oscar. T'as peut-être l'âge pour, Liv l'a pas. T'es immature, t'es qu'un petit con. Tu passes ton temps à fumer et à étudier à mort pour avoir un diplôme que t'es même pas sûr de décrocher, au fond. Un bébé, ça demande beaucoup. Il te faudrait un travail, un environnement stable à lui fournir... T'es qu'étudiant, tu bosses un peu au lycée de la ville mais... tu gagnes pas grand chose. T'as encore beaucoup de choses à améliorer, mais tu repenses à ces années passées à galérer... T'avais envie de tout péter mais t'as quand même trouvé une solution, un moyen de régler tes soucis. Tu t'es battu et t'as montré de quoi t'es capable. Et même si la situation n'est pas la même aujourd'hui, même si Liv et ce bébé ont plus d'importance que les conneries auxquelles tu devais faire face quand t'étais gosse, tu te sens quand même capable de te bouger le cul pour améliorer la situation avec Liv. T'en as envie, elle le vaut bien... t'es pas pour autant sûr de le mériter, avec ton comportement de gros connard égoïste.

« T'inquiète pas. » qu'elle te répond tranquillement. Tu peux pas t'empêcher de t'inquiéter parce que t'as tellement raté en plusieurs mois. T'es curieux, tu t'inquiètes trop pour elle, pour l'alien qu'elle a dans le ventre. Tu veux tout savoir, tu veux tout connaître mais tu veux surtout que les deux soient en bonne santé. Ta main continue de se balader dans ses cheveux courts que t'aimes trop. Ça a pas l'air de la déranger donc tu continues. Tu ne te montres pas trop tactile avec elle, plus maintenant. Tu sais pas où vous en êtes, et t'as pas envie de tout faire foirer.

« Vous êtes là maintenant, c'est le plus important. Je peux vous imprimer les images de la dernière échographie, si vous le souhaitez. » Le médecin te regarde avec un sourire bienveillant. Tu jettes un coup d'oeil à Liv avant de lui répondre en hochant la tête. « J'veux bien, s'il vous plaît. » Tu sais pas si Liv garde les échographies, tu sais pas si ce bébé est important ou pas pour elle mais toi, il t'intéresse. « Aujourd'hui, nous pouvons voir si c'est une fille ou un garçon, ou peut-être souhaitez-vous avoir la surprise ? » qu'elle vous dit. Putain. Tu te retiens de ricaner comme un con. La surprise, elle est là, juste devant toi, dans ce petit ventre bien rebondi. C'est ce bébé, la surprise. Le sexe, c'est le dernier de vos soucis quand on sait que vous n'êtes même pas sûr de ce que vous allez en faire. Ton regard croise celui d'Olivia. « Tu veux le savoir ou tu veux l'savoir au dernier moment, Olivia ? » Tu lui demandes d'un ton calme avec un petit sourire qui veut tout dire. T'es passé du stade de gars nerveux au gars tout excité. T'es comme un gosse devant ses cadeaux de Noël parce que forcément, tu t'rends pas compte de ce qu'il y a dans la tête de cette fille. Toi, t'as envie d'le savoir. Mais elle... ? « J'aimerais bien, moi... J'veux bien savoir si c'est un petit gars ou une petite fille. Mais si tu veux pas savoir, j'attendrais la fin de la grossesse. » Tu viens poser ta seconde main sur son bras pour le caresser doucement... Quand tu regardes son ventre, t'arrives pas à te rendre compte que c'est réellement le sien tellement il a gonflé, vraiment trop gonflé. Tu réalises pas que ce qu'elle abrite, c'est ton enfant, le fruit de votre amour bien trop compliqué. Ton regard est bloqué dessus, t'as envie d'le toucher, d'le caresser pour peut-être sentir la moindre trace de vie mais t'oses pas. Tu vas laisser le médecin faire son travail (puisqu'elle a l'air prête à commencer) et faire ce que t'aurais toujours dû faire, fermer ta gueule.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Count on me (Scar)   Mer 23 Mai - 20:06


Ça t’arrive souvent, ces derniers temps. Tu te réveilles, le matin, et t’as une boule, au font de la gorge, t’as l’impression d’avoir faire un mauvais rêve. Alors tu respires profondément, tu regardes ton plafond, et en suivant les fissures blanches du regard, tu comprends. Non, ce n’était pas un rêve, Liv, ni un cauchemar. Tu attends bien un enfant, il y a bien un alien qui grandit en toi, qui va bientôt se transformer en petit bébé bronzé. Alors tu poses une main sur ton ventre, et tu essaies de l’imaginer, ce bébé. D’imaginer ses yeux sombres et ses cheveux crépus. Tu visualises sa minuscule petit bouche et ses toutes petits poings. Ça te fait sourire, ça te fait du bien. Et puis tu te ravises, tu te souviens que ce bébé est une erreur, qu’il va bouleverser ta vie à jamais. Tu n’es même pas sûr de vouloir le garder. Pire, tu ne sais même pas si Scar va faire des efforts, s’il va être présent ou bien s’il va retourner à sa vie ennuyante, avec cette fille qu’il n’aime plus. Pour lui, se serait facile, de t’éviter, d’affirmer que ce n’est pas lui, le père. Ouais, ce serait facile. Ce n’est pas lui qui ressemble à une planète, qui ne voit plus ses pieds, qui a envie de pleurer toute la journée et qui s’empiffre de glace à la fraise. Ce serait tellement plus facile si tu étais un hippocampe, Liv. Et malgré tes aprioris, malgré tes suppositions, il est là, Scar, avec toi. Il est venu à ce rendez-vous, il est là pour toi, et pire, il semble inquiet, pour toi. C’est sa première échographie, après tout, il doit être anxieux, un peu flippé aussi, comme toi la première fois. Il joue avec tes cheveux, tu le laisses faire, parce que ça semble l’apaiser, et puis, toi aussi, ça t’apaise, mine de rien. Tu observes l’échange entre le médecin et Oscar, et tu souris en coin, c’est mignon qu’il s’investisse autant. Tu aurais aimé qu’il le fasse avant, mais c’est déjà ça. Elle lui propose des photos des échos précédentes. Toi, tu les as mis dans une boite, sous ton lit. Tu ne veux pas les regarder, mais tu es incapable de les jeter, Liv. Le médecin soulève ton tee-shirt pour mettre une gelée froide sur ton ventre, afin de glisser l’appareil de l’échographie, et bientôt, sur l’écran, l’alien apparait, avec sa tête trop grosse et ses petits pieds. T’évites de trop regarder, t’as peur de t’attacher, Liv, même si visiblement, c’est trop tard pour penser à ça…Le médecin propose de regarder le sexe du bébé, et toi, tu ne sais pas trop si tu en as envie. Mais Scar, ça le botte, visiblement. Tu grimaces. « ça va rendre tout ça réel, tu sais, Oscar ? Quand on va savoir, il n’y aura plus de retour en arrière… » tu veux qu’il s’en rentre véritablement compte. » Il t’écoute à peine, parce qu’il fixe l’écran noir, sur lequel bouge le petit alien. T’attrapes sa main, par reflexe. « ça va aller ? » tu lui demandes, parce qu’il est tout pal, d’un coup.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Count on me (Scar)   Dim 1 Juil - 4:50

T'arrives pas à croire que, cette ombre, cette silhouette bizarre et sombre que tu vois sur l'écran cathodique, c'est ton gosse, votre enfant. Le fruit d'une aventure d'un soir, d'une relation bien trop compliquée pour être racontée. T'es qu'un gosse toi aussi. T'as pas l'âge d'être père, d'assumer quoi que ce soit, surtout pas un mioche. Tu sais même pas t'occuper de toi même, Oscar, sans déconner. Quelle connerie t'as faite... et pourtant, t'es quand même là pour soutenir la génitrice, sa mère, cette jeune femme pour laquelle t'es foutrement tombé amoureux, cette fille pour laquelle t'as des sentiments que t'arrives pas à expliquer mais qui sont pourtant bel et bien réels. T'es là pour la soutenir, pour lui montrer qu'elle n'est plus seule et que t'es à présent là pour l'aider à surmonter toute cette merde avec elle. Fini les caprices, finies les soirées à bouder comme un abruti. Elle a besoin de toi, et t'es là, pour toujours, jusqu'à la fin.

T'en as des frissons, des putain de frissons. Il bouge pas vraiment, l'image est dégueulasse, t'arrives brièvement à voir l'enfant en développement grâce à l'échographie et aux doigts du médecin qui détoure l'enfant sur l'écran. T'y crois pas, mais c'est vrai. « Ça va rendre tout ça réel, tu sais, Oscar ? Quand on va savoir, il n'y aura plus de retour en arrière... » Ton regard quitte la télévision pour venir se poser sur Olivia à qui tu tiens la main. Elle n'en a pas conscience, mais elle t'est tellement importante. Tu ressers un peu plus l'emprise que tu as sur sa main. Tu veux qu'elle sente que t'es avec elle, qu'elle le sache et qu'elle ne l'oublie pas. « C'est déjà réel, Olivia. » C'est réel, t'as eu du mal à l'accepter au départ mais ouais, elle est bien enceinte et en voyant l'avancée de sa grossesse, il était totalement impossible d'arrêter tout ça. Vous allez devoir aller jusqu'au bout tous les deux, et voir ce que vous ferez ensemble.

Elle semble s'inquiéter pour toi. Autant que toi tu t'inquiètes pour elle. « Ça va aller ? » Elle est mignonne, Liv. Tu ne la mérites pas, tu ne mérites pas quelqu'un d'aussi doux. C'est pour elle que tu te demandes si ça va aller. Toi, t'as le rôle sympa. Elle, elle vit tout. Les sensations désagréables, l'accouchement prochain, la douleur, toute la merde. « Ça va aller. »

C'est con, tu sais pas si c'est normal mais t'as presque les larmes aux yeux devant un tel spectacle. T'as les yeux qui brillent, si t'étais qu'un gars sensible, tu serais déjà en train de chialer. Mais t'es un mec, un vrai homme. Alors, t'essayes de te calmer, tu respires un grand coup. « J'arr... J'arrive pas à me dire que c'est moi... nous, qui ayons fait ça. »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: Count on me (Scar)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Count on me (Scar)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des idées pour un model "count as jokaero weaponsmith"?
» Scar et Zira. |Chris|
» Scar
» can you whisper as it crumbles and breaks, as you shiver, count up all your mistakes (10/04, 9h21)
» Scar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: