AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 a bro never wears socks with sandals + teddy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 439
- since : 17/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: a bro never wears socks with sandals + teddy   Dim 6 Mai - 14:36

Le vin embaumait mon esprit. Un instant, une gorgée et mon esprit vacillait entre les coupoles elliptiques au sommet du bar. Un endroit de riche, un amalgame de couleurs et de formes circulaires qui se complaisait dans les sphères d’un monde de vautours. Toute la beauté de la vie n’était pas plus haute que ce plafond. Je m’exaltais face à la concrétisation de mes ambitions, avocat associé venu d’ailleurs - fils de bergère et d’ivrogne, gosse à la langue fourchu, zozotant ses rêves dans le chemin vers la ville. Je lâchais en soupir en me tournant vers mon client. Le procès était gagné d’avance. Parce qu’il ne s’agissait que de ça. Une accumulation de victoires et de plaidoiries, des mensonges maquillés, transfigurés, servis au jury hébété par l’éloquence des procureurs. Je hochais la tête avec entendement avant de me détourner. L’entrevue était rapide, quelques chiffres échangés sur un carnet de chèque et nous voilà séparés - retours aux sources, à l’accalmie de mon esprit. Je jaugeais les lieux, les rétines transpercés par les ondoiements des lustres. Ma cravate me serrait la gorge. Mais c’était mon élément, l’apparence que je choisissais pour honorer mes rêves. Lisa l’avait compris alors elle s’était détournée de nos amours. Elle m’avait laissé à mes lubies, le coeur rongé par un succès qui bouffait mes entrailles. Je soupirais en commandant une nouvelle bouteille. Mes doigts s’accrochaient aux revers de la table, lissant les plis d’une nappe aux couleurs de la noblesse, verte, lilas et violet. Un champ de fleurs sauvages se dessinait sous mes paupières. Je grommelais en tapotant sur l’écran de mon téléphone. Le flux de messages défilait sous la pulpe de mes doigts. Teddy allait me rejoindre entre deux gardes. Il ne se permettait pas de boire mais l’invitation s’imposait et mes arguments détournaient les esprits. Je repliais les genoux en attendant son arrivée; On s’était croisés par hasard, puis la complicité avait forgé une amitié étrange, à la fois sage et rassurante. Je pinçais les lèvres en tournant les feuilles du menu. Je souris en me remémorant nos rencontres et ses histoires. A l’époque, il avait des soucis juridiques qu’il avait noyé entre les cuisses de son avocate. Une anecdote amusante, presque improbable. Les heures se consumaient entre les cadrans de l’horloge. Je me redressais lascivement, guettant sa silhouette filiforme entre les encadrements de la porte. Puis il apparu, arborant sa dégaine farouche et son sourire au coin. Je levais le bras afin de le saluer, puis je finis par me lever afin de m’essayer à une accolade familière. «Tu pues le détergeant. T’étais à court de déodorant du coup tu t’es aspergé de chlorhexidine ? » Me moquai-je en esquissant une grimace.

_________________
(tell me again was it love at first sight when i walked by and you caught my eye. didn't you know love could shine this bright?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 771
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (janey, clara, cole, lucy, alex, dani, charlotte)

MessageSujet: Re: a bro never wears socks with sandals + teddy   Dim 13 Mai - 22:25

alex & teddy

oh no there ain't no rest for the wicked
until we close our eyes for good
(no rest for the wicked @cage the elephant)

Il est presque tenté de s'arrêter dans un des bars, sur la route. De s'y engouffrer et de se montrer irresponsable, juste une dernière fois – avant la prochaine. Noyer ses ennuis au fond d'une bouteille de vodka, danser sur le bar, repartir au bras d'une belle brune, ou même valser dans la rue entre les poubelles après avoir regardé un type de travers. Mais ce soir, le mode « pochtron » n'est pas disponible, ce soir, il a des plans et il rejoint lentement mais sûrement les beaux quartiers. On le regarde quand il passe, Teddy, alors qu'il n'est qu'une ombre dans la nuit parmi les autres. Peut-être parce qu'au milieu de son visage, il y a ce bleu qui s'étend sous sa peau, de l'arrête de son nez à l'arcade sourcilière gauche. Ça détonne, à côté de son costume et de ses manières de gentleman, pourtant, ces incidents sont de plus en plus courants. Il réprime un bâillement, tente d'écarter cette fatigue qui s'accumule et qui menace de s'intégrer dans cette soirée – il aurait sans doute dû prendre une de ces pilules magiques avant de se traîner jusqu'ici. Il bouscule la porte de l'établissement comme un cowboy rentrerait dans un saloon, accorde un pauvre sourire charmeur à l'hôtesse d'accueil pour rattraper le coup, puis part à la recherche d'Alex. Il est là, l'avocat, un de ces splendides sourires placardé aux lèvres. Il s'approche, le serre brièvement dans ses bras avant de s'échapper dans quelques éclats de rire. - C'était ça ou senteur vodka-vomi des urgences. Il hausse les épaules en repensant à ce pauvre type qui l'a agrippé par la blouse pour lui vomir dans les poches, alors qu'il sortait fumer sa clope. - Je me suis dit que c'était pas fou comme parfum, surtout pour ton petit estomac fragile. Il roule des yeux avant de retrouver un sourire radieux, Teddy. Il a l'habitude lui. Il connaît ça, les viscères et les os qui se brisent, l'odeur du sang et de la chair qu'on brûle. Mais il doute que ses récits de bloc opératoire soient du goût de Ferguson et des paires d'oreilles qui les entourent. Son regard glisse sur l'assemblée. Sur les robes et les parures, les costumes sur-mesure. Étal de richesses qui le lasse. Walsh s'étire un peu et se redresse sur sa chaise, échappe un soupir. - Tu sais, j'aurais aussi pu me contenter d'une bière et de fish and chips. Tout comme il se serait contenté d'un pull à capuche et d'un vieux jeans. Il visse son regard sur Alex, la connerie au bord des lèvres, un air presque sérieux pour autant. - C'est super mignon que tu sortes le grand jeu mais je vais finir par me faire des idées tu sais, et puis t'es cool Alex mais c'est un peu précipité pour une demande en mariage. Il prend un air presque blasé pour ne pas rire, Teddy, et il cherche un serveur à happer pour commander de quoi « s'hydrater ».

_________________
-- So tell me another beautiful lie, Tell me everything I want to hear. Won't you lay here by my side? I want to fuck away all my fear. @bearsden

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 439
- since : 17/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: a bro never wears socks with sandals + teddy   Mar 15 Mai - 16:44

Un sourire élargi, faisant craquer ma mâchoire de part en part. L’illusion d’une amitié que l’on pensait éternelle. Puis le temps, qui s’incrustait dans ma mémoire. Le souvenir incertain, d’une mère et d’un frère, laissés derrière les clôtures - loin de tout, loin d’une vie désirée. Je pinçais les lèvres en buvant mon verre. Ces moments étaient précieux. Ces évasions entre deux procès, entre deux pensées inadéquates. L’adultère de Lisa s’estompait, englouti par les vacarmes de la salle et les vapeurs de l’alcool. Je parvenais à passer outre, à oublier - à lâcher prise. Puis le soir, je retrouvais sa silhouette dans les couloirs de la maison. Je sentais son parfum et la bile monter dans ma gorge. Mon imagination prenait le flambeau, elle embrasait mes pensées et mon esprit, d’une jalousie ravageuse, capable de tout détruire - de tout effacer. Je l’aimais de tout mon coeur. Je la détestais de tout mon être. L’égalité de ces sentiments était ma plus belle preuve d’amour. La contradiction en soi, n’était qu’une analogie de ma loyauté, un reflet de l’immensité qui s’étendait dans ma poitrine. J’agitais les épaules en profitant de ma jovialité. Je me moquais d’un ami, de ses routines et des miennes. « Tu te trompe tellement. J’ai grandi dans la cambrousse, les boyaux et les mises bas compliquées c’était mon dessin animé préféré. » Sifflai-je en me redressant, arborant une posture pleine de confiance et d’arrogance. En réalité, je n’étais pas sûr de supporter la vue du sang humain, ni de pouvoir tenir une seconde dans un bloc opératoire. C’était probablement l’une des raison de mon admiration pour Teddy, pour son travail et ses accomplissements. Je m’assis à nouveau sur ma chaise, repliant les jambes sous la table afin de maintenir une posture parfaite. L’alcool ne suffisait pas à embaumer mon esprit. Il y avait aussi les lumières des lustres et les décorations autour des fenêtres. Mon regard s’émerveillait, face aux contrastes de la vie, de mes débuts et mes fins. Je pouffais de rire à sa remarque. Il ne perdait jamais aucune occasion. «Hmm, j’espérais seulement une nuit de sexe torride mais je suis flatté que tu envisages le mariage comme une option et que tu te considère comme la fille dans notre couple. » Visiblement, si j’étais celui à poser le genou à terre je gardais un semblant de virilité. Je lui adressais un clin d’oeil taquin en interpelant le serveur. « Deux whisky, s’il vous plait. » Je me précipitais pour passer commande, de peur qu’il ne nous fasse honte avec un cocktail à la sex and the city. Maintenant, que je le détaillais, Teddy avait un air à la Carrie Bradshaw. C’était perturbant.

_________________
(tell me again was it love at first sight when i walked by and you caught my eye. didn't you know love could shine this bright?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 771
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (janey, clara, cole, lucy, alex, dani, charlotte)

MessageSujet: Re: a bro never wears socks with sandals + teddy   Mar 22 Mai - 0:40

Il siffle ses souvenirs d'hier comme une justification que Teddy est surpris d'entendre. Il se rappelle alors qu'il ne sait pas grand chose sur Alex, au final. Ce qu'il a bien voulu lui céder au détour de quelques discussions plus ou moins alcoolisées. Récits désordonnés, à la chronologie parfois douteuse, autour desquels il s'est fait une idée sur le personnage qui se tient en face de lui aujourd'hui. Walsh a bien du mal à l'imaginer avec de la boue jusqu'à la pointe du menton, un sourire édenté et un strabisme corrigé avec l'âge – peut-être qu'il exagère un peu le stéréotype du paysan, aussi. Images déformées qui les font dériver à mille lieues d'ici, de ce restaurant trop guindé qui lui arrache une ou deux remarques bancales, pas vraiment fondées, qui lâche uniquement pour le taquiner. Mais qui sème le vent récolte la tempête, comme le dit l'adage et ça, Teddy aurait dû s'en souvenir. Il rit pour ne pas reconnaître la défaite, l'humiliation d'être pris à son propre jeu. Il lui concède la victoire en silence, se contente de hausser les épaules. - Je doute que ta femme apprécie. Le serveur se pointe enfin et une idée peu brillante avec. Teddy, il se redresse sur sa chaise, se penche légèrement en avant et laisse sa main glisser sur celle d'Alex, le bout de son pouce effleurant trop délicatement son épiderme. - Toujours à choisir pour moi, chéri, je vais finir par me vexer. Un sourire d'ange glisse sur ses lèvres alors qu'il tourne le regard vers le serveur. - Vous rajouterez un cosmopolitan, s'il vous plaît. L'employé disparaît après un discret hochement de tête, Walsh se laisse retomber au fond de sa chaise, un éclair de malice dansant au fond de ses prunelles. Il reste silencieux un moment, interdit peut-être. Loin de s'inquiéter des conséquences d'un tel comportement en société – pas tant pour lui, plus pour Alex. Voilà longtemps que Teddy ne se questionne plus sur les rumeurs qui gravitent autour de sa petite personne. Les bavardages et autres commérages l'indiffèrent, et généralement il aime en jouer. Mais Teddy, ce qu'il oublie, c'est que lui n'est pas marié. Lui n'a rien à perdre – ou presque. Il y a bien cette fille dans un coin de la tête. Un souvenir d'hier qui a bousculé son présent, il y a quelques temps. Un chapitre de sa vie qu'il pensait fermé, à jamais. Qui s'est pourtant ouvert sur une nouvelle page, sans même qu'il sache ce qu'il est supposé écrire. - D'ailleurs, pour en revenir au mariage, quand est-ce que tu me présentes ta femme ? Je suis sûr que je pourrais lui plaire. Il garde son sourire taquin, sans réaliser la portée de ses mots, mais surtout sans percuter qu'il la connaît bien plus qu'il ne l'imagine.

_________________
-- So tell me another beautiful lie, Tell me everything I want to hear. Won't you lay here by my side? I want to fuck away all my fear. @bearsden

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: a bro never wears socks with sandals + teddy   

Revenir en haut Aller en bas
 
a bro never wears socks with sandals + teddy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: