AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 transatlantique (ninel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 61
- since : 11/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: / (to come : hänsel, iolanda)

MessageSujet: transatlantique (ninel)   Jeu 26 Avr - 12:58

pleine descente, fin de soirée à neuf heures du matin, il a les yeux un peu vitreux mats, les pupilles encore dilatées et tous ses muscles qui dansent une frénésie qui lui est bien connue. y'a ses oreilles qui bourdonnent encore les grosses basses du club, une casquette vissée sur ses boucles en pétard, son tshirt tâché de club maté. l'air frais du bord de mer lui claque le visage, il frissonne trop fort, putain de contrecoup face à l'espace étouffant qu'il vient de quitter. ses doigts tapotent vite un message à ninel. il lui demande d'attraper un pull au passage avant de quitter l'appart. c'est le week-end, le fameux week-end dont ils ont parlé l'autre soir, le fameux week-end qui devrait être synonyme de repos. il décide que le repos commence maintenant, sous ce rayon de soleil d'un samedi matin plein d'espoir et d'épuisement. la soirée entre internes a dérapé, entre un whisky-coca et un shot de tequila il s'est laissé envoûter par une proposition de dernier verre en after party techno. trop drogué pour se laisser avoir par le sommeil, trop avide de lumière, il traîne des pieds quelques instants avant d'aller darder le café le plus proche. il sait pas vraiment quoi lui prendre à ninel, il se rappelle pas d'avoir déjà croisé son chemin au petit-déj. il se sent un peu con, pas mal ralenti tout d'un coup, avec des espèces de picotements qui lui prennent les bras, les épaules, le cou. sa tête est hyper lourde et il phase trois bonnes minutes sur la carte avant de commander deux latte et des muffin aux blueberry, dans l'urgence, pour débloquer la queue qui commence à impatienter les personnes. forcément, il regrette son choix, dans le miroir d'insatisfaction qui lui colle à la peau. il se dit qu'il aurait aimé préparer un truc cool, un truc sain, plutôt que de commander des trucs à l'arrache en sortant de teuf. ça correspond pas à l'idéal qu'ils avaient imaginé l'autre soir et ça le dérange pas mal, mats. alors il continue son chemin, rentre dans un market et achète une grande salade de fruits, et des smoothie, pour colorer un peu de vitamines ce petit déj sucré. il a pas encore faim, le ventre et la tête retournée de tout ce qu'il a pris, mais même, tant pis, il fait ça plus pour elle que pour lui. pour le principe, pour essayer de paraître moins chancelant que l'image qu'elle a dépeint l'autre soir. c'est les sacs accrochés aux coudes et les deux cafés à la main qu'il redébarque sur le bord de mer avec son plus beau sourire face à la silhouette de la danseuse. j'ai un festin y'a un peu d'excitation au bord de ses lèvres, comme quand gamin il essayait de préparer un petit déj surprise à sa mère pour son anniversaire. c'est con et futile, mais ça lui fait plaisir de pas être juste en train de se glisser dans son pieu, minable, en fin de soirée. il pose son bordel par terre, sur le coin de soleil qu'ils ont dégoté pour leur début de week-end improvisé. salade de fruits, smoothie, muffin et latte il énonce, plonge ses lèvres dans la boisson chaude pour se réchauffer c'est quoi le programme?, pas tout de suite le repos. ce soir peut-être, mais là il est encore trop plein de vie pour laisser filer une quelconque seconde aux bras de morphée.

_________________
i hope you find it some day
whatever it is
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 72
- since : 11/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: free (mats, tommy, jude)

MessageSujet: Re: transatlantique (ninel)   Sam 28 Avr - 23:31

Elle sursaute à cause de son portable mis en bruyant. Un bras hasardeux émerge de la couette pour choper son téléphone à l’autre bout du matelas. Apparemment ça ne serait pas bon pour le cerveau, une histoire d’ondes. La poupée a du mal à faire un focus mais c’est Mats (?). Elle bat des cils pour éclairer sa lecture approximative tout en tentant de se secouer. Ninel ne pensait pas que cette histoire de week-end tenait encore la route, le connaissant (ou pas, donc). Elle tente de lui répondre avec une certaine cohérence mais la danseuse se sent encore flotter entre deux stades. Elle se dresse prestement pour s’arracher à ses draps. La russe file à la douche brièvement, attrape les vêtements qui lui tombent sous la main. Ninel retrouve Mats une demi-heure plus tard, les rayons du soleil les caressent déjà. Un sourire s'étire sur ses pulpeuses. « Merci » elle esquisse alors qu’elle se penche de plus près sur les trouvailles de Mats pour s’emparer à son tour de la boisson. « Je ne sais pas » elle souffle avec honneteté à Mats qui s’emballe pour lui demander de choisir pour eux une direction à cette journée. Elle n'a rien en tête parce qu'elle ne pensait même pas que c'était encore d'actualité, mais ça, elle le garde pour elle quand même. « J’attends déjà d’être sure que tu ne risques pas de trépasser suite à ta soirée » elle se moque en le dévisageant, remarque ironique venant de celle dont les cernes semblent presque plus prononcées que le fêtard du duo. L’enfant a passé une partie de sa soirée à attendre des réponses à des conversations inachevées avec ses amis du pays. C’est ce silence imposé même involontaire avec le mal du pays en compagnon qui la rendent injuste et trop exigeantes envers ceux qu’elle a laissé pour une vie pseudo apaisée. Comme si ses proches se devaient de deviner son mal l’être nocturne à l’autre bout du monde. Elle a passé sa nuit à justifier sa solitude par sa tendance à mal choisir ceux qui l’entourent. Son épiderme s’est marqué et imprimé de ses réflexions insensées trouvant simplement leur origine dans la tristesse de rien faire hier soir et l’absence d’interlocuteur pour ses questions existentielles. Elle aurait préféré s’éclater la gueule comme Mats, finalement. « Tu as l’air éclaté » elle souligne en lui adressant un sourire. « J’imagine que cela veut dire que la soirée était réussie  » D’ailleurs c’est un peu triste, dit comme ça finalement. C'est autant une question qu'une affirmation. « Ça me donne encore plus envie de partir » elle glisse en désignant la vue, la mer, le soleil. Y a un sourire narquois qui s'esquisse parce qu'elle a l'impression d'être passée du tout au tout, d'une vie cadrée à une fébrilité concernant son envie de squatter durablement un endroit ou non. « Pas toi ? »

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 61
- since : 11/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: / (to come : hänsel, iolanda)

MessageSujet: Re: transatlantique (ninel)   Jeu 3 Mai - 8:54

elle a l'air tirée du lit, ninel. il se doute bien que le plan était passé à la trappe à ses yeux, et il lui en veut pas vraiment, à vrai dire s'il était pas sorti de teuf et encore à moitié euphorique il aurait sans doute abandonné l'idée lui-même. y'a du bon à la chimie qui attaque encore un peu ses neurones. mais il fait volontairement profil bas, pour qu'elle ne doute pas de la sincérité de ses projets  et il se contente de tremper ses lèvres dans son café tandis qu'ils se posent sur les rives ensoleillées. il prend volontairement le temps de répondre, en ouvrant tout son bordel, en plantant la fourchette en plastique dans la salade de fruits, en posant les muffin sur leur emballage papier, en faisant craquer le bouchon des smoothies. il a cette attitude ultra métodique, mats, quand il est en pleine descente. ça lui permet de se raccrocher à un semblant de normalité. je suis en pleine forme il finit par ajouter tandis que ses yeux dessinent les traits du visage de ninel. ses iris bleues analysent ses cernes à elle, ses yeux encore rougis de sommeil et les traits encore tirés au coin de ses lèvres. ces traîtres traits qui expliquent une sérénité limitée. y'a quelque chose qui lui occupe l'esprit, ça se voit, il le sait parce que c'est aussi son métier de savoir déchiffrer les visages plus ou moins fermés de ses patients. surtout lui, surtout vu le genre d'annonces qu'il est amené à faire. il se rend compte qu'il la fixe depuis trop longtemps et balaye l'horizon de son regard, préfère scruter les reflets du soleil matinal sur l'eau. oui c'était très cool, pré-soirée bien beauf comme on les aime en médecine. mais l'after techno défonçait au sens propre comme figuré, elle doit s'en douter. et toi? il demande plus ou moins inocemment pour comprendre ce qui assombrit ses traits d'habitude relâchés. ninel c'est un peu son exemple de calme et de certitude, même s'il se doute qu'il y a une grosse part de travail sur elle-même qui justifie cette façade. ses mots font plus ou moins écho à son ressenti. ça sent un espèce de blues matinal, un blues du pays peut-être. partir où? mats sort une clope qu'il glisse entre ses lèvres, puis pose le paquet entre eux. quand on a soif de départ d'aussi bon matin c'est qu'un truc nous turlupine il sourit doucement en cherchant ses yeux. il l'aime bien ninel, même si tous les deux ils s'évertuent à considérer qu'ils ne se connaissent pas encore très bien. y'a ces espèces de sensations, abruptement exacerbées par son esprit enfumé, mais bonnes sensations quand même. et il se dit que finalement il est pas forcément le sujet central à ce besoin de pause et de recul sur la vie.

_________________
i hope you find it some day
whatever it is
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 72
- since : 11/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: free (mats, tommy, jude)

MessageSujet: Re: transatlantique (ninel)   Ven 11 Mai - 0:12

Elle frotte sous ses yeux pour se réveiller et débarraser la légère trace de mascara due à sa flemme de se démaquiller hier soir. La poupée se contente d’un haussement de sourcils significatifs. En forme. Elle voit. Il est a deux doigts de virer déchet de soirée surtout. « Il va falloir boire beaucoup d’eau » Je lance mais il le sait déjà de toute façon. « Rien d’aussi palpitant que toi » elle répond franchement en esquissant une moue. « J’étais en date avec mes nouilles déshydratées et mon absence de séries à commencer sur Netflix » elle fait semblant de dramatiser avec une certaine ironise, justement, pour relativiser intérieurement. Ce n’est pas si grave de rester seule. C'est triste. La solitude. « Au soleil » elle lui répond instinctivement. « Les plages du Sud Ouest français » elle propose en haussant les épaules dans une inspiration subite. « Je t’enverrai une carte postale » elle se moque doucement en fermant les yeux un instant, pour offrir son visage au soleil sans avoir à ciller en permanence. Oui, parce qu’elle imagine toujours Mats à la même place, dans son hopital, à courir, à se rappeler de temps en temps qu’il possède effectivement un appartement, avec un lit qui lui est très peu utile cependant. Elle pensera à lui, lorsqu’elle sera allongée sur le sable, qu’il ne s’inquiète pas. La réflexion de Mats la fait sourire, un peu. Un air surpris un peu exagéré s’étire sur les traits de son minois. « C’est ce que tu as appris à ta soirée ? » elle glisse dans une certaine ironie alors que ses prunelles amandes le balaient une seconde. Ninel s’empare d’une de ses cigarettes pour la porter entre ses lèvres afin de l’allumer. La danseuse s’étire en étendant ses jambes. Avant elle n’avait pas le temps de s’occuper d’elle si bien que cela est devenu douloureux de s’entendre penser maintenant. Avant la fatigue physique l’assommait, maintenant, ses yeux fixent le plafond sombre alors qu’elle essaie d’occulter les regrets de sa journée qui font surface. « Je crois que je m’ennuie » elle lui dit dans un constat qui augmente sa pression interne tout en la faisant rouler des billes avec une fausse nonchalance. Il n’a pas un maux plus simple que celui là. « Je n’ai personne à psychanalyser quand tu es de sortie » elle ajoute avec un rictus narquois qui barre ses pulpeuses. C’est toujours plus compliqué de s’occuper que de soi. C’est toujours difficile de se confronter à ses névroses, comprendre son manque d’attention lorsqu’on a toujours revendiqué être une fille tranquille et indépendante. Ce n’est pas antigoniste mais la combinaison ne lui plait que moyennement.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 61
- since : 11/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: / (to come : hänsel, iolanda)

MessageSujet: Re: transatlantique (ninel)   Sam 19 Mai - 15:26

il tire méthodiquement sur sa clope, aussi. entre deux taffes les idées se mélangent. il attrape un morceau de mangue, boit une gorgée de café, puis souffle à nouveau sa fumée contre l'horizon. il sourit doucement à son constat, attrape au vol son semblant d'ironie mélancolique. t'aurais du me dire, je t'aurais invitée pas sûr qu'elle soit parfaitement dans son élément, dans cette espèce d'explosion sonore conditionnée par la prise de stupéfiants, mais on sait jamais, par principe. peut-être qu'il aurait moins déconné, si ninel avait été là. peut-être qu'ils auraient fait autre chose, un ciné, un truc plus raisonnable. peut-être qu'elle aurait eu envie de lâcher prise complètement, elle aussi. créer une rupture dans son quotidien délimité. ou peut-être que sa rupture à elle c'est le voyage, plutôt que l'abandon. voyager pour quitter la russie, voyager pour quitter l'angleterre, nouvelle terre d'angoisses. il éteint sa clope, se passe une main dans ses cheveux, y recoince sa casquette. c'est beau le sud-ouest, c'est encore assez sauvage le français cherche son regard, répond à sa moquerie par un haussement de sourcils et hors de question que t'y ailles sans moi il tient à lui faire goûter le meilleur vin sous ses propres conseils. en terrasse, à l'heure de l'apéro. comme dans ses souvenirs d'égarement, d'adolescence. y'a pas mal de nostalgie utopique, comme idéalisée, au fond de sa caboche, mais il s'y accroche bien volontiers. ça ferait rêver n'importe qui, des belles plages, l'océan, le vin blanc et une tartine de foie gras. il l'observe, reste comme un con face à ses paupières fermées, puis l'imite avant d'émettre son constat. elle est étrange ninel ce matin. elle a l'air triste, pas irritée, mais impatiente que quelque chose se passe. le muffin finit par lui faire de l'oeil, quand elle balance sa vérité. mats il peut difficilement comprendre, parce que depuis quelques années il s'est jamais vraiment arrêté. et quand il s'arrêtait, soit il devenait fou (parce que c'était contraint), soit il s'écroulait et profitait pleinement (parce que ça devenait vital). mais il s'est jamais vraiment retrouvé dans un pseudo entre-deux, comme elle. tu regrettes ? il glisse, en prenant un morceau de la sucrerie. il se demande si elle a trouvé des réponses, dans sa retraite anglaise. au fond, elle peut le psychanalyser autant qu'elle veut, mais elle ferait aussi un très bon sujet. tu sais que je suis en vacances bientôt ? c'est son anniversaire, il précise pas, mais le fond de l'idée est là. il irait bien faire un salut à sa mère, mats, il commence à être un peu en manque des siens. je vais pouvoir m'occuper de toi, tu te laisses trop aller dernièrement c'est l'hôpital qui se fout de la charité, mais ça le fait doucement marrer de voir le regard amusé de ninel.

_________________
i hope you find it some day
whatever it is
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 72
- since : 11/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: free (mats, tommy, jude)

MessageSujet: Re: transatlantique (ninel)   Mar 29 Mai - 12:42

Non, elle n'allait pas lui dire qu'elle n'avait rien de prévu ce soir. Ce n'est pourtant pas une question de fierté. Ses sourcils se froissent une seconde, à peine. « Il faut de l'espace » la russe souffle parce qu'elle ne va pas se mettre à squatter ses soirées et ses amis. C'est le meilleur moyen pour cela finisse mal sur le long terme. Elle a déjà l'impression qu'ils font déjà plus de sorties communes par rapport au début. « Je l'ai lu dans le manuel des colocataires en bois » elle glisse faussement sérieuse en pivotant légèrement vers lui. Non, elle n'y connait rien à la colocation ou cohabitation mais il faut bien que chacun s'y retrouve. Ninel s'amuse à rappeler à Mats son dévouement pour son hôpital. Sa réaction lui arrache un rictus. « Je vais donc réfléchir au fait de potentiellement t'inclure au voyage » elle fait mine de statuer comme si elle lui faisait une fleur. « Tu y es allé en vacances ? » Ninel lui demande. L'idée d'avoir un guide pourrait faire pencher la balance en faveur de Mats. « Je veux une plage perdue, donc il faut oublier les endroits trop mainstream » Elle commence à décrire l'image qu'elle a en tête. Parce qu'elle peut parfois se montrer butée sur certains détails surtout lorsqu'elle a un idéal en tête. « Mais avec une cabane qui fera des bons burgers ou tapas qu'on pourra manger le soir assis sur le sable en attendant le coucher de soleil» la poupée impose. Ils lui paraissent encore trop loin, ces beaux couchers de soleil des Landes, si bien qu'elle se demande parfois ce qu'elle fait encore ici, à attendre. Ninel se contente d'émietter le haut de son muffin, le regard rivé sur le gâteau qu'elle détruit, quand il l'interroge. « Ce n'est pas le moment pour me poser ce genre de question » elle glisse dans un demi-sourire. Elle lui répondrait bien oui, maintenant, mais c'est uniquement parce que c'est un mauvais jour dans une phase de pseudo spleen lié à l'isolement qu'elle est capable de se créer lorsqu'elle est de mauvaise humeur. A la place d'une vraie réponse parce qu'elle n'existe pas, la danseuse se contente de hausser les épaules. Une nouvelle accroche déjà plus son enthousiasme et sa concentration. « C'est vrai ? » elle s'étonne parce qu'un Mats en vacances, c'est une belle contradiction. Elle est presque surprise par l'annonce. La suite étire tout d'abord un sourire assez ironique sur le minois de la danseuse. « Ça me va » Elle souffle avec paresse mais sincérité lorsqu'il annonce s'occuper d'elle. Ninel glisse un instant sa tête sur l'épaule de Mats simplement pour accompagner ses paroles quelques secondes. Parce qu'elle est peut être la seule qui ne le sait pas encore, mais elle en a besoin, d'attention. Ou alors de s'accrocher à quelqu'un. Peut-être un peu des deux. Ninel n'a pas besoin qu'on l'infantilise mais simplement qu'on lui permette de réellement être stimulée. Et c'est difficile de créer ce genre de moment toute seule. Elle se redresse. « Pour combien de temps ?» elle s'enquière.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 61
- since : 11/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: / (to come : hänsel, iolanda)

MessageSujet: Re: transatlantique (ninel)   Dim 10 Juin - 11:32

je suis pas trop pour l'espace, plutôt pour l'étouffement à outrance il sourit de ses yeux fatigués bon, je sais que j'ai échoué dans le domaine jusqu'ici, mais c'est pas peine perdue, je suis plutôt du genre à me rattraper en deux temps trois mouvements preuve en est de ce petit déjeuner, il espère bien qu'elle s'en rend compte. c'est aussi pour ça qu'il n'hésite pas franchement à s'inviter dans cette virée de bord de mer que prépare ninel. y'a un genre de règle prédéfinie, interdiction d'aller dans son pays sans lui. il estime que ça fait partie de son rôle de coloc, de faire la visite. deux trois fois oui, mais je connais plutôt l'autre sud moi il sourit les plages bondées, la mer calme, l'absence totale de vent qui te donne l'impression d'être dans un four il cite des éléments en vrac, sans cohérence ni volonté de rendre l'image alléchante. de toute façon il s'imagine difficilement ninel sur une plage blindée d'antibes. il lui faut le sauvage de l'autre bord. sauvage, pas trop d'après ses critères. plus la bouffe servie est bonne et plus il y aura de monde, il faut prioriser lui aussi il laisse perdre son regard dans l'horizon naissant. son latte est désormais froid, mais il se plait à y tremper ses lèvres à l'arrière goût de tabac. le calme semble être tombé sur la ville. ça fait du bien, ça détend ses muscles raidis par les heures de soirées. ça repose son crâne toujours habitué à supporter le poid de ses pensées explosives. pour un moment, un simple moment, les choses paraissent simples. et c'est aussi pour ça qu'il se permet une ouverture, qu'il essaye de capter le pourquoi du comment, ce qu'il se cache derrière ses yeux mélancoliques, à la jolie russe. ok, mais je note que tu me dois quand même une réponse il dit ça doucement, à la légère, il préfère ne pas appuyer plus longtemps sur le sujet. parce qu'il sait bien qu'il est loin de comprendre comment perçoit son quotidien ninel. lui, il est dans l'extrême opposé. et y'a rien de sain là-dedans. il laisse les souffles se poser un instant, ferme ses yeux sur sa tête appuyée contre son épaule. il a presque envie de s'allonger par terre et de rester calmement à profiter de la journée qui passe. sans tensions et sans évènements trop brusques qui viendraient gâcher ses heures de repos méritées. il comprend surtout que ninel elle a besoin d'un truc, un peu de soutien, une présence, il sait pas vraiment. il sait même pas vraiment si c'est de quelqu'un comme lui, dont elle a besoin. il préfère se laisser le bénéfice du doute en tendant une main, en proposant une épaule sur laquelle s'appuyer. mats au fond c'est bien ce qu'il sait faire, ça, proposer une épaule. je vais poser deux semaines, dès que je peux c'est jamais facile de négocier des congés au dernier moment, mais ça devient à peu près obligé. dans sa tête, il a besoin de voir la mer, de voir le soleil, de partir, de claquer la bise à sa madre, de revoir quelques amis. ou simplement de se retrouver seul, de comprendre ce que ça fait, ça aussi, le face à face avec soi-même. c'est un truc qu'il a jamais vraiment osé affronter, depuis quelques années. c'est bientôt mon anniversaire, j'ai décidé que c'était mon cadeau non pas qu'il se sente épuisé, il a pas encore assez de recul sur lui-même pour affirmer que ça va pas, vraiment, et que ça devient vital. mais c'est l'instinct qui a pas mal guidé son envie, et il a décrété que parfois il faut faire marcher l'improvisation.

_________________
i hope you find it some day
whatever it is
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 72
- since : 11/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: free (mats, tommy, jude)

MessageSujet: Re: transatlantique (ninel)   Lun 25 Juin - 0:15

La réponse de Mats la fait sourire parce qu’elle ne peut pas lui donner tord. « Je te dirai, si je note une amélioration » elle balance façon professeur intransigeant pour lui faire comprendre que de simples efforts ne lui feront pas décocher les encouragements. Mats, c’est un coup de vent, et c’est normal. « Mais je suis déjà habituée à ton absence, le mal est fait » elle souffle d’un air tragique emprunté à l'allure de vérité qui ne s’imprime pourtant pas sur les traits de son visage qui se veulent narquois. Ninel lui étale ses plans puisqu’il a décidé de faire partie du voyage. Elle l’accepte. « Tu ne me fais pas rêver » elle lui lance quand il décrit un tableau qu’elle veut pas acheter. Elle se la joue acquéreur exigeant. « Comment une plage bondée peut être synonyme de vacances ? » la russe lui demande en souriant. Elle imagine des serviettes collées où le moindre centimètre carré de sable est une richesse que tout le monde s'arrache, les enfants qui crient à deux pas, les ballons de volley qu’ils se prendront en pleine tête. Non merci. « Pas d’offense mais j’imagine soit des beaufs ou des riches à outrance sur la côté d’Azur » annonce la poupée en penchant la tête. Les clichés ont la vie dure. Marseille, Cannes, Nice. Elle passe son tour. Cette image contraste avec son Sud Ouest sauvage aux plages désertes et vagues violentes. « Tu comprendras que j’ai idéalisé les Landes et que pèse sur toi une pression monstre » lui lance la russe. Elle l’écoute d’une oreille attentive tout en se penchant en arrière afin de s’appuyer sur ses coudes pour s’entrainer à avoir une future dégaine sur la plage. Mats sort une réflexion presque sensée. « Pas de monde s'il faut choisir » souffle paradoxalement la russe qui souffre justement de la solitude en ce moment. « Il faut qu'on puisse entendre le bruit de l'océan » elle décrète. Il promet de s’octroyer deux semaines. Elle attend de voir avant de réellement se réjouir et commencer à se projeter dans leur escapade française. Une nouvelle perturbe son visage serein. C'est son anniversaire. Un sourire s'étire sur mes pulpeuses de la danseuse. « Il est quand ? » elle découvre en pivotant son minois dans sa direction, soudainement éclairé suite à cette information. Elle a toujours aimé les anniversaires parce qu'elle peut légitimement s'emballer pour les préparatifs, les cadeaux et le reste.  « Tu as envie de quoi ? » elle l'interroge, déjà dans l'idée de lui chercher un cadeau. Ninel a besoin qu'il l’oriente afin que la poupée puisse marquer le coup. « Et ne me dit pas: rien » se moque la brune parce que c'est inhérent à la nature humaine.  « Il faut que je commence à chercher tant que j'ai encore du temps libre » elle ironise alors que ses yeux se plissent d'amusement. Elle a trop de temps libre et pas assez d'occupation justement.

_________________

    DANCING IN THE DARK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 61
- since : 11/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: / (to come : hänsel, iolanda)

MessageSujet: Re: transatlantique (ninel)   Dim 15 Juil - 23:07

il hausse les épaules en souriant à sa remarque. la vérité, c'est qu'il peut rien promettre mats. il aura toujours l'esprit plus près des brancards que de sa liberté. mais il commence parfois à se chercher des échappatoires, comme hier soir, comme ce matin ici avec elle. suffit de savoir nager loin c'est pas bien compliqué. ses mots s'écrasent contre le vent. c'est rassurant, le monde lui il a toujours aimé cet aspect des plages où n'importe qui cotoie n'importe n'importe qui. des parents sudistes qui amènent leurs gamins à la plage le week-end, aux touristes comme lui qui venaient entre potes pour cramer quelques heures, jouer au foot et aux raquettes de plage. y'a du vrai dans tes mots il se marre, lui il a jamais trop suivi les groupes qui voulaient filer dans les boîtes et casinos le soir, pour flamber du fric qu'ils n'avaient pas en tant qu'étudiants. y'a toujours cette pseudo dichotomie quand tu voyages entre potes ; s'adapter à l'esprit de groupe qui veut se détendre dans l'inconscience un peu beauf, et garder les pieds sur terre, profiter simplement du respos des vacances attendues. bronzer, boire des cocktails, bouquiner et se soustraire à la tension parisienne. mais t'inquiètes je t'offrirai les Landes désertes et sauvages le vent, le silence, le sable qui s'infiltre partout, les vagues qui s'écrasent contre les dos. il a cette vague idée, sans doute faussée, de la région comme paradis des surfeurs. mais il se promet d'aller verifier où sont les place to be en questionnant quelques potes de la région et en arpentant internet. mi-juillet il aime pas trop le raconter sur tous les toits, parce qu'il déteste cette espèce de sensation d'attente qui guette, la journée de son anniversaire. on attend toujours un peu que ceux qui sont au courant fassent un geste, c'est égoïste et assez futile, alors il a pris l'habitude de taire la date. fêter un anniversaire dans une salle d'hôpital ça a quelque chose de malsain. tu veux que je te fasse une liste ? il se moque. c'est quand même étrange de se dire que ninel est devenue en quelques sortes la personne la plus proche de lui. c'est elle qu'il voit tous les jours, même quelques fractions de secondes. c'est elle qui lui présage des vacances. c'est elle dont il s'inquiète de l'ennui. quelque chose de chez toi, ou quelque chose pour les vacances ses yeux bleus captent les siens avant de se dérober. toi, c'est quand? ils rattrapent les bases, qu'ils auraient du déjà affronter depuis longtemps. mais un matin c'est mieux que jamais.

_________________
i hope you find it some day
whatever it is
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: transatlantique (ninel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
transatlantique (ninel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chat transatlantique...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side.-
Sauter vers: