AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Angles de vue (Aaron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 126
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Angles de vue (Aaron)   Ven 20 Avr - 11:05

    Cette année, le Royal Institut of Photography de Brighton organisait sa soirée annuelle au Booth Museum of Natural History, le prestigieux musée d’histoire naturelle. C’est donc entre les immenses squelettes de dinosaures et autres créatures empaillées en tout genre que se réunissait le gratin de la ville pour cette soirée exceptionnelle, la R.I.P.
    Melvin y était. Habillé en smoking. Il avait fait cet investissement obligatoire pour ce genre de soirée. Et il ne pouvait pas se permettre d’être moyen, puisqu’il était l’invité d’honneur.
    En effet, chaque année, la R.I.P mettait en avant l’un des étudiants de photographie de l’Université de Brighton ainsi que ses œuvres. Et Mel’ avait rendu un travail remarquable pour obtenir la note quasi maximale.

    Au départ, le jeune homme voulait simplement obtenir une note correcte, pour réussir avec brio son cours. Puis, l’idée de participer peut-être à la R.I.P. lui avait frôlé l’esprit. En définitif, il s’y trouvait, mais ce soir, ça ne comptait pas plus que ça à ses yeux. Pour le moment, il buvait une coupe de champagne juste à côté d’un pteranodon et cherchait quelqu’un furtivement du regard.

    Il avait rencontré Aaron Lewit quelques semaines auparavant. Cet homme, un grand chef étoilé français, l’avait accueilli dans sa cuisine et lui avait permis de clôturer son travail photographique. Cette rencontre avait surtout été marquée par du dégoût au départ, puis de l’admiration, puis … puis, un ptit quelque chose…
    Melvin ne savait pas l’expliquer mais le chef ne l’avait pas laissé totalement indifférent. Il ne l’avait plus revu depuis. L’étudiant lui avait écrit il y a quelques jours pour le remercier. Etant l’invité d’honneur, il pouvait venir accompagné d’une personne. Et le jeune Wheeler voulait offrir cette place à Aaron. Elle lui revenait de tout droit d’ailleurs, car il était le personnage principal de son travail. En réalité, Melvin voulait surtout revoir Aaron. Ou du moins ça y ressemblait fort.

    Mel’ termina sa coupe, la remit vide sur le plateau de l’un des serveurs et sortit du musée. La soirée battait son plein et Aaron n’était toujours pas là. Avait-il reçu sa lettre ? Melvin avait-il bien fait d’envoyer cette lettre au restaurant ? Ce n’est pas habituel et sans doute ne l’avait-on pas remis au chef… De toute façon, c’était le seul moyen que Mel’ connaissait pour contacter Aaron. Ils ne s’étaient échangés aucune autre coordonnée.

    Le photographe commençait à se lasser des questions insistantes de tous les invités inintéressants qui se trouvaient dans cette salle. En tout cas, Mel’ avait beau faire un effort, il n’arrivait en aucun point à profiter de cette soirée.
    Tout en se dirigeant vers la sortie, il glissa son index dans le nœud de sa cravate et desserra celle-ci.

    Enfin dehors. La nuit était magnifique. Pleine d’étoiles scintillantes. L’air frais vint se plaquer contre sa chemise. Il commençait enfin à respirer. A l’intérieur du musée, l’ambiance était étouffante. Mel’ passa sa main dans ses cheveux. Avait-il trop bu ? Il lui fallait quelques minutes pour remettre ses idées en place. Que lui prenait-il de fantasmer sur les garçons ? Tout ça ne faisait que lui créer des problèmes. Et voilà maintenant qu’il avait espéré, comme une jeune fille en pleine émoi, qu’un chef étoilé et réputé et bien plus âgé que lui, pourrait s’intéresser à lui, lui avouer aussi qu’il était homo, l’emmener dans une superbe voiture pour faire le tour du monde et coucher dans des endroits plus magnifiques les uns que les autres.

    Jamais jusqu’à présent Mel’ ne s’était sentit aussi stupide. Il était hors de question qu’il remette les pieds dans le musée. Il reprendrait le métro, ses rêves, ses illusions, et définitivement, il retournerait vers les filles. D’ailleurs, il irait certainement ce soir chez son ex-copine pour coucher avec elle. Ca lui remettrai les idées en place
    Mel’ sortit son smartphone et envoya un texto à son ex pour la prévenir. Elle était toujours partante pour un coup avec lui. Elle l’avait toujours dans la peau…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 33
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Ven 20 Avr - 11:58

La soirée était longue au restaurant ce soir. Comme peu de fois par le passé, j’avais envie que mon service se termine. J’étais souvent invité à des soirées prestigieuses. Mais elles tournaient toujours autour de la gastronomie. Pour une fois, j’étais invité à un événement mondain quelque peu différent. Finalement, mon petit photographe, Melvin, avait décroché une note excellente pour être exposé au Booth Museum. Une consécration qui n’avait rien d’étonnante, même si j’avais dû pousser le garçon et lui faire prendre conscience de son talent. Puis, en toute modestie, il avait eu un parfait sujet. J’avais, certes, dû le recadrer sur le principal, c’est-à-dire moi, pour l’amener à ce niveau-là. Mais le travail final, et je tiens à le souligner, lui revient entièrement de droit. J’étais pressé de voir le rendu final.

Pourtant, j’ai des obligations, même en tant que chef. Surtout quand on est chef pâtissier. On termine le repas, donc on est les derniers à partir. Mais j’avais donné les directives à ma brigade ce soir, et je pouvais m’éclipser en toute sérénité. Si c’était possible quand on s’appelle Aaron Lewit. Pourtant, je devais encore perdre du temps. Je ne pouvais pas arrivée au musée en tablier blanc, aussi beau et cher soit-il. J’ai donc dû repasser chez moi. J’ai enfilé un de mes plus costumes, aux reflets argentés. Je sais qu’il n’y pas mieux pour faire ressortir mes yeux. Je découpe une rose blanche et la dépose dans poche de mon veston. Je suis fin prêt pour cette soirée.

J’arrive assez vite au musée. Les rues le soir sont plus calmes. Mais je n’eus pas besoin de rentrer pour trouver mon acolyte. Melvin était dehors. Je l’observais de loin. Il semblait étouffé ; il avait détaché son nœud papillon et tenait son smartphone fébrilement. Il a beaucoup de talent, mais manque encore d’assurance. Je n’avais pas eu besoin de lui adresser la parole pour savoir qu’il n’arrivait pas à apprécier la foule. Surtout qu’il devait être le centre d’attention. C’est toujours compliqué, surtout quand on ne s’y attend pas, comme lui. De plus, à la différence de moi, Melvin ne cherche pas à briller en société. C’est aussi ce qui fait partie de son charme. Pourtant, avec le temps, il devra prendre sur lui et accepté d’être reconnu. C’est ainsi quand on est un artiste.

Je ne compte pas le faire rentrer à nouveau. Pourtant, l’entrée du photographe star avec son sujet ferait mouche. Mais pour le moment, je dois l’apaiser. J’imagine aussi qu’il est déçu de ne pas m’avoir vu plus tôt. Je me dirige donc vers lui. Du moins derrière lui. « Bonsoir, Melvin. Vous m’excuserez du retard, ce n’est pas toujours facile de quitter son restaurant. » Je me place alors devant lui et lui tend une main chaleureuse. Je ne suis plus dans ma cuisine comme il y a quelques semaines. Je n’ai plus besoin de l’impressionner, c’est déjà fait. Mon seul objectif, pour le moment, c’est de le rassurer et de le mettre en confiance. C’est lui le centre d’attention ce soir, on devrait sur son terrain. Je veux qui le comprenne. « Vous êtes très élégant ce soir. J’aurais aimé le même effort dans mon restaurant, mais ça, on en a déjà parlé. » En effet, j’avais évoqué à Melvin le fait qu’il ne savait vraiment où il mettait les pieds en venant dans mon établissement. Mais j’avais réussi à le faire changer d’avis. « En revanche, vous ne savez pas faire un nœud de cravate. » Je voyais très bien qu’il venait de le défaire. Mais je ne pouvais m’empêcher de le refaire. Alors sans lui demander son avis, je posais mes mains sur son cou, sa chemise, et travaillait avec toujours autant de précision. Enfin, j’époussetais ses épaules pour le rendre encore plus beau.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 126
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Mar 24 Avr - 13:04

    Et tout à coup, la soirée s’éclaire. Soudain, l’air est respirable.
    Melvin sent son téléphone vibrer. Son ex lui répond, mais il ne lit pas la réponse. Ses yeux sont emprisonnés dans ceux d’Aaron. L’homme au regard bleu-gris envoûtant est enfin là. Il s’excuse de son retard, Mel’ ne trouve pas les mots tout de suite pour lui répondre.
    Le photographe s’était résigné et voilà que la vie lui envoyait un signe. Cette vie qui avait l’humour d’avoir fait durer le suspense et qui avait intentionnellement délivré son signe bien tard, voir même trop tard…
    Car à peine Melvin s’était fait à l’idée de ne jamais plus penser aux garçons, de ne jamais plus penser à Aaron que le revoici sur son chemin.

    Il serre la main du chef. Le français avait troqué son tablier pour un magnifique costume. Melvin avait du mal à le reconnaître. Et pourtant, sa voix, son ton doux, bienveillant et sarcastique à la fois… Ca ne pouvait être que lui !
    Avec Aaron, c’était comme déguster une tarte au citron : doux et amer à la fois. Doux, parce que l’homme lui faisait le compliment d’être élégant. Amer, parce qu’il lui avouait être déçu de ne pas avoir vu cette élégance dans sa cuisine :

    - Merci Mr Lewit…Ce… cela dit, je ne me vois pas photographier en costume. Ca n’est pas vraiment mon style, d’ailleurs. Mel’ faisait allusion à sa cravate défaite qu’il s’était senti obligé de desserrer pour pouvoir à nouveau respirer. Sa réponse avait peut-être été brutale, mais qu'à cela ne tienne. Il préférait tenir tête à Aaron lorsque certaines remarques le blessait. Melvin était impressionné par le chef, mais pas timide.

    L’excellence et la précision d’Aaron prirent le dessus. Et le chef refit la cravate de Mel’. Le photographe senti le rouge lui monter aux joues. Heureusement, dans la nuit et grâce au peu de lumières que renvoyaient les réverbères alentours, cela ne devait pas se voir tellement. Il sentit la chaleur des mains de l’homme s’approcher de son cou et Melvin comprit une chose sur lui-même. Jamais il ne pourrait fuir sa vraie nature. Jamais il ne pourrait renoncer aux garçons. Jamais il ne pourrait oublier cette douceur et cette chaleur enivrante que lui procure cette toute petite approche. Aaron était probablement arrivé au bon moment.

    - Alors donc, vous avez bien reçu mon invitation ? Je suis content de vous revoir.
    Melvin fut surpris par ces propres mots. Il n’avait pas dit « je suis content que vous soyez venu ». Il avait plutôt dit « de vous revoir ». Il reprit un peu de contenance et décida de se maîtriser un peu.

    - Vous savez, on m’a posé beaucoup de question sur vous, ce soir. J’espère que je n’ai pas trop abîmé votre réputation par mes réponses. Puis il continua en prenant une grande respiration ce qui eut pour effet de le détendre et de lui faire assimiler plus facilement la situation.
    - Il y a de très grands photographes et tout le jury de la R.I.P à l’intérieur, est-ce que vous êtes certain de vouloir subir ça et toutes leur interrogations ?

    Après tout, Melvin avait du mal à comprendre pourquoi Aaron s’était déplacé. Qui aurait voulu vivre une soirée pareille, dans un univers qui lui est totalement étranger ? En réalité, Melvin appréhendait surtout de retourner à l’intérieur. Maintenant qu’il acceptait plus facilement sa nouvelle nature, il avait l’impression que ça se voyait sur son front. Tout le monde le décrypterait du regard. Et de mauvaises langues parleraient dans son dos: Le photographe gagnant n’était pas venu avec une demoiselle à son bras, mais plutôt un homme, et plus âgé qui plus est.

    - Cela dit, ils ont du très bon champagne et de délicieuses farandoles de desserts de chez Clever's… Enfin, pas aussi bonnes que votre sphère surprise.

    En reparlant de la sphère et des souvenirs que ça lui procurait, Mel passait sa main dans ses cheveux et souriait, mi-gêné, mi-heureux.
    En tout cas, un perdu, ça c’était sûr.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 33
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Mer 25 Avr - 8:38

Melvin ne l'a pas encore remarqué, mais il a gagné en confiance. Quelque part, je me dis que j'en suis responsable. D'une certaine manière, ça me rend fier. Ses premières paroles sont pour me tenir tête, et j'apprécie cela. Il est déjà loin le garçon tout intimidé qui se trouvait dans ma cuisine. Je le vois encore, mais il a aussi décidé de plus se laisser se marcher sur les pieds. Je pourrais lui répondre, épiloguer pendant un temps, mais cela est inutile. Après tout, c'est sa soirée ! Je pense aussi qu'elle est responsable de son gain de confiance. Après tout, il a rendu un travail exceptionnel et se retrouve en tête d'affiche. Il peut se permettre de bomber le torse.

Mais je ne suis pas inquiet. J'ai totalement conscience d'avoir une autre emprise sur lui. Je ressens de suite qu'il ne sentait pas à l'aise ce soir pour autant. Mais ma présence finit par le rassurer. Je l'appaise autant qu'il m'appaise. Etre avec Melvin, c'est un vent de fraicheur. Je me retrouve en lui dans ma jeunesse, et cela me replonge dans des souvenirs agréables, rempli de travail acharné, mais de premières reconnaissances. Je savais où je voulais aller, mais je ne savais pas comment. Je veux être, pour Melvin, un guide dans ses démarches comme de grandes personnes l'ont été pour moi. J'ai conscience de ma réussite, mais je tiens aussi à l'idée de savoir d'où elle vient.

" Evidemment que je l'ai reçu. Mais je me suis renseigné bien avant, vous vous en doutez. Je vous l'avez dit que obtiendrez une note suffisante pour cette exposition. J'avais raison. J'avais également promis ma présence si c'était le cas. " Je finissais mon nœud et coupait le contact avec Melvin. Je le sentis affecté et j'en étais de même. Si j'étais autant tactile avec ce jeune homme, c'est qu'il me plaisait. Mais je ne fais pas rentrer n'importe qui dans mon lit. Je fais trop attention aux ragots pour entacher ma réputation. Quant à l'envie de Melvin de se retrouver dans mes draps ? La question ne se pose même pas. Je l'ai assez testé pour savoir que je l'attirais. A moi de délicatement refermer l'emprise.

" Oh. Je vous fait confiance, je pense que m'avez bien compris, sinon vous ne seriez pas exposer. Quant à moi, je suis habitué à ce genre de soirée... En revanche, je vois que vous en avez marre." C'était criant de vérité. Si une qualité que j'avais que Melvin n'avait pas c'était de cacher ses émotions. Je pense qu'en photographie, cela demeure important tout de même. Tant mieux pour lui, donc. Cependant, ce soir, je ne veux que son bien être. " Nous ne sommes pas obligés de rester là. Voulez vous faire un tour en ma compagnie ? On pourrait se ballader dans le vieux quartier et se poser au clair de lune. " Peut être que d'âtre dans un endroit neutre permettrait à Melvin de se décontracter. Loin de la tension de ma cuisine et loin de la pression de cette soirée. Je lui tendis la main comme une invitation pour l'enlever et plongeait mon regard dans le sien.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 126
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Mer 25 Avr - 14:18

    Déjà avant leur rencontre, Aaron s’était renseigné sur Melvin. Maintenant encore, Aaron annonçait s’être renseigné…Melvin était perplexe. S’il n’avait pas vu Aaron aux fourneaux, il aurait pu jurer que celui-ci était plutôt flic ou détective. Car jamais, il n’avait rencontré d’homme aussi intéressé par les renseignements. A moins qu’Aaron fasse parti d’une brigade fbi ou quelque chose d’aussi particuliers ? Sa couverture serait d’être chef cuisinier ?
    Non, Melvin avait beaucoup d’imagination, mais définitivement, Aaron était fait pour la cuisine et la pâtisserie. Pour l’avoir vu faire, Melvin pouvait en être certain. Le jeune photographe préféra mettre tout ça sur le compte de la curiosité. Oui, voilà, Aaron aimait maîtriser son sujet et cela passait sans doute par un peu de curiosité et beaucoup de préparation, notamment en renseignements. Mais alors, tout ceci signifiait que Mel’ était l’un des sujets d’Aaron, sur lequel celui-ci prenait le temps constamment de se renseigner ? Mel' prit beaucoup de plaisir en pensant à ça.

    Aaron lui proposa de se balader. Le jeune homme jeta un œil derrière lui. On entendait faiblement le brouhaha de la R.I.P. Il réfléchit quelques secondes...Pour les conventions, il devait y retourner. Il pensait aussi au texto qu'il venait d'envoyer à son ex. Elle lui avait répondu, mais il n'avait pas encore lu la réponse, puisqu'Aaron était apparu...
    Mel' finit par accepter l’invitation d’Aaron. Une petite balade lui ferait le plus grand bien, pour respirer, se détendre et clarifier son esprit. Il était aussi charmé par l’idée de passer un moment calme avec Mr Lewit.

    Alors que les deux hommes se dirigèrent vers les vieux quartiers, Melvin entama la discussion :

    - Vous habitez depuis longtemps ici à Brighton ? Ca n’a pas été trop difficile de vous familiariser avec la culture anglaise ? Melvin aussi aimait bien s’informer sur ses sujets préférés …

    Tout en discutant, ils arrivèrent autour d’une place tout à fait charmante. Le clair de lune et les quelques réverbères donnaient un aspect très plaisant à l’endroit. La place était calme et entièrement recouverte de vieux pavés. Seule une petite fontaine et leurs pas sur le sol inégal venaient troubler le silence.

    Mel’ découvrait l’endroit avec des yeux d’enfants. Il ne connaissait pas encore tous les recoins de la ville. Et surtout pas ces quartiers qui étaient réputés très chics. Les loyers étaient hors de prix. Ce qui expliquait le calme et le charme des lieux.
    Le jeune homme admirait la sculpture de la fontaine. Une statue de femme nue, en pierre blanche. Elle représentait la déesse Diane. Et l’eau coulait d’un vase qu’elle portait sur l’épaule. Les courbes étaient généreuses et douce. Finalement, les femmes avaient aussi leur charme...

    En s'approchant du bassin de la fontaine, le blondinet ne peut s’empêcher de plonger délicatement sa main dans l’eau. L'eau, c'était son élément. Il se ressourçait toujours au contact de l’eau. Et il adorait nager des heures à la piscine municipale. C'était un des rares moments où il ne pensait à rien, où ses problèmes s'effaçaient. Et en cet instant, l'eau de la fontaine le rafraîchissait beaucoup. La sensation d’étouffement qu’il avait connu quelques minutes auparavant ne s’était pas totalement estompée. Et le nœud de cravate reconstitué, ainsi que cette petite marche et la rencontre avec Aaron n’avaient rien arrangé. Maintenant, en ressortant sa main de l'eau, il allait mieux. Et peut-être que pour la première fois de la soirée, il souriait.

    Le jeune Wheeler s’assit sur le rebord de la fontaine. L’éclat de lune éclairait le visage d’Aaron. Les yeux bleus-gris de l’homme brillait de plus belle.
    Il avait vraiment bien fait d’accepter cette balade.

    Puis, maintenant qu'il était assis, Melvin sentit quelque chose dans la poche de son pantalon: son téléphone portable. N’avait-il pas reçu un texto quelques minutes auparavant ? Ah oui, son ex… Il sortit son portable et vérifia la réponse de celle-ci :

    - Okay, tu peux passer à la maison ce soir, mais à ton tour de payer les préservatifs. Je t’attends.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 33
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Mer 25 Avr - 16:58

La douce soirée se prolongeait. Nous nous baladions tranquillement dans les vieilles rues de la vie. La marche était plutôt silencieuse. De temps en temps, j’interceptais quelques regards furtifs que me jetait Melvin. Pourtant, je faisais mine de rien remarquer. Mais on le savait déjà, lui comme moi. Notre relation n’avait plus rien de professionnel à cet instant. En acceptant de quitter la R.I.P., Melvin avait mis un terme à tous prétextes d’excuse. Avant, il y avait toujours eu un cadre, ma cuisine, cette exposition. Aujourd’hui, ce soir, on dépassait tout ça. Quelque chose naissait entre nous deux. Si pour moi, tout cela était très clair, Melvin n’avait peut-être pas encore saisi l’ampleur de mon entreprise. Mais de nature patiente, mais aussi curieuse, je laissais – pour le moment – les choses se faire.

Melvin était à nouveau curieux sur ma vie. Comme dans mon laboratoire, il me reposait des questions. Cette fois-ci, je remarquais une différence que je n’avais pas perçu. Ces questionnements sont en fait ses questionnements. On perçoit presque une inquiétude dans ces formulations, et cela fait écho avec ce qu’il vit. Après il vient d’arriver à Brighton, et lui aussi n’est pas anglais… Une fois de plus il cherchait à se rassurer. Ce garçon avait un talent fou, mais il manquait de repère. C’est pour cela qu’il ronge autant son frein. Pourtant, je décide de lui répondre. « Cela fait quelques années que je suis ici, ça se compte en dizaine. La seule chose que je peux dire, c’est que je suis mieux ici qu’en France. » Il y avait longtemps que je n’avais pas pensé à mes parents. Sont-ils encore en vie ? Mais je ne regrette rien.

Finalement, nous arrivions à une petite place, intimiste. Il y avait une jolie fontaine en son centre. Elle m’inspirait. Les courbures de la statue était très belle et l’élégance me rappelait mon raffinement en pâtisserie. Je me sentais bien, et il semblait être de même pour Melvin. Il sembla s’ouvrir d’un seul coup. Il se dirigea vers la fontaine et y plongea sa main, sourire aux lèvres. Cela le rendait encore plus attirant. Mais soudainement, il sortit son téléphone de sa poche et y lu un texto. Le sourire s’effaça et il était pour que j’intervienne. « Soit vous avez reçu une nouvelle qui vous enchante guère, soit ma compagnie vous ennuie pour regarder votre téléphone. Finalement. » Après tout, je suis de la vieille école. Je ne sors mon téléphone seulement quand je me retrouve seul. Ma curiosité me donne envie d’arracher le smartphone et de découvrir le fameux sms. Mais par respect, je m’en abstiens.

Je décide donc plutôt de m’assoir à côté de Melvin. Finalement, à côté de lui, je ne suis plus ce grand pâtissier, mais juste un mec ordinaire qui a envie de séduire. Mais je garde mon emprise, et j’y tiens. « Voulez-vous que j’appelle un taxi pour vous faire rentrer ? » Je n’avais pas envie que la soirée ne s’achève. Melvin non plus, je voulais juste lui donner un électrochoc et lui donner l’envie de profiter encore un peu. « Je vous aime bien Melvin. Je suis fier de votre réussite dans ce projet. J’espère que vous aurez un beau parcours. » J’avais besoin de le complimenter à ce moment précis. J’ai souvent remarqué, au sein de ma brigade, l’effet des encouragements. Je veux galvaniser Melvin et je me rapproche donc de lui. Nos jambes se touchent sur ce rebord étroit. C’est la première fois que nous sommes aussi proche. Une note de folie me donne presque envie de le pousser dans l’eau de la fontaine.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 126
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Jeu 26 Avr - 10:41

    - Je euh… suis désolé. Je ne voulais pas paraître impoli... Mais j'ai reçu ce message avant de vous voir devant le musée et je ne l’avais pas encore lu. Je voulais simplement vérifier qu’il ne s’agissait de rien d’urgent. Mel’ marqua une pause comme pour vérifier sur le visage placide d’Aaron s’il avait manqué de tact ou non. Le visage du chef pâtissier était difficile à décoder. Alors Mel’ ajouta : Et je peux vous avouer qu’il ne s’agit de rien d’urgent …

    Le jeune garçon mit son téléphone en silencieux et le refourra dans sa poche. Désormais, il ne souhaitait plus être dérangé.

    - Oh non, merci c’est gentil… Pas besoin de taxi. La soirée a été longue et éprouvante, mais je peux encore tenir debout, sans problème. Vous savez, il m’ai même arrivé un soir de faire un reportage photo dans les cuisines d’un établissement de luxe dès 23h30 et je ne suis rentré chez moi qu’à 04h15 du matin ! Dit-il en riant et en faisant évidemment référence à leur première rencontre.
    Décidément, ces deux-là avaient la manie de se voir toujours tard, le soir. Lorsque Melvin s’en rendit compte, il se demandait quelle sensation ça lui ferait de voir Aaron en ville, en plein jour. S’habillait-il en costume tous les jours ? Faisait-il du jogging le dimanche matin ? Ou bien se baladait-il au parc en flânant avec un chien ? Et lui arrivait-il de profiter du soleil en maillot sur la plag…euh non, Mel chassa cette vision directement de sa tête, car il sait bien que le rouge lui serait venu rapidement aux joues et aurait une fois de plus fait disparaître la toute petite assurance qu’il commençait à prendre.

    Aaron félicita Melvin et le garçon lui retourna les compliments :

    - Merci à vous surtout, pour la franchise que vous avez eu à mon égard et votre professionnalisme. Et puis, si vous ne m’aviez pas accepté dans votre cuisine, je ne serais pas ici à présent. Il ne voulait pas dire, ici à la R.I.P, mais ici assis sur le rebord de cette jolie fontaine.
    - Cela dit, je serai très heureux de pouvoir vous montrer le reportage photo. Les agrandissements sont superbes. D’ici une heure, la R.I.P sera certainement clôturée… si vous voulez, nous pourrons y passer et je vous montrerai tout ça, j’ai toujours le badge d’entrée. Et puisqu'il ne restera plus grand monde, ça nous évitera d’être assaillis par ces vampires assoiffés de potins.

    Il venait de sortir le bagde en question pour prouver ses dires, avant de se rappeler que sur celui-ci, il y avait une photo d’identité de lui, datant de sa première année d’étude. Lorsqu’il s’en rendit compte, il rangea rapidement celui-ci et souriait légèrement en se mordant la lèvre. Pas question qu'Aaron voit sa tête d'ado, mal-à-l'aise devant l'appareil.
    Oups …

    La nuit était douce et fraîche, mais désormais Mel se sentait bien. Il n’avait ni chaud, ni froid. La chemise de son costume l’enveloppait délicieusement et il était ravi d’avoir choisi un costume classique. Il manquait peut-être d’audace, mais finalement il était très content de ce noir et de cette coupe de veste à 2 boutons. Élégant et simple. Il pourrait facilement remettre cette tenue qui lui avait coûté tout de même assez cher. Mais que voulez-vous, les costumes de tailleurs français ne sont jamais bon marché. Pourquoi Melvin avait choisi un costume de tailleur français ? Sérieusement... vous vous posez vraiment encore la question ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 33
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Jeu 26 Avr - 16:52

D’un coup d’un seul, Melvin se retrouvait très loquace. Sans hésitation, il débitait ses paroles. Je savais très bien qu’il voulait rester avec moi ce soir. Je voulais juste l’entendre le dire. Il était condamné à me supporter, mais ce châtiment nous convenait à chacun. Il se permettait même un peu d’humour… Avec le sourire juste avant, il se détendait enfin. C’est vrai qu’il avait été tendu dans ma cuisine, et encore précédemment au musée. Mais il semblait avoir tout lâché soudainement. Il se laissait peut-être porter par le moment. Après tout, il avait raison. Pour ma part, c’était très agréable de le voir ainsi. Déjà très à l’aise avec lui, j’avais de moins en moins cette impression de le bousculer. Je pourrais même passer à la vitesse supérieure.

Je vois que mes compliments l’ont touché. A ce moment précis, il se recentre sur lui. Il me parle à nouveau de l’exposition. C’est bien, il ne perd pas de vue ses objectifs malgré… malgré le contexte de ma présence. Il tient vraiment à me montrer son exposition. C’est bien d’exhiber son travail quand il est bien réalisé. J’ose espérer être un peu responsable de sursaut d’orgueil bien placé. Il a du talent et veut le défendre. En revanche, il veut rester seul avec moi. Si j’avais encore un doute, il s’est envolé. Je ne laisse pas Melvin indifférent, et il s’ouvre de plus en plus à moi, souvent avec maladresse.

« Pourquoi pas, oui. Je serai ravi de voir votre travail, en étant que tous les deux. Mais cela veut dire que l’on va encore passer la soirée ensemble, mais ce soir je n’ai rien à vous faire goûter. » A moins que… J’ai pleins d’idées qui me traverse l’esprit. Finalement une me revient en tête. Il était temps pour moi de devenir très entreprenant. Mais surtout très attentif. Il fallait que je sois malin, car si je me trompais ou si j’étais maladroit, mes gestes doivent pouvoir être interprétés autrement. Donc, je glisse ma main doucement le long de sa cuisse. J’arrive enfin à sa poche et y récupère téléphone et badge. Loin de moi l’idée de regarder ça, mon regard est plongé dans celui de Melvin. « Il serait fâcheux d’abimer tout ça en étant si près de l’eau. »

Je remonte ma main vers sa taille. Sans mettre trop de force, je le pousse à l’eau. Bien évidemment j’accompagne mon geste de ma présence. Nous nous retrouvons, donc, tous les deux dans une fontaine peu profonde, mais mouillé jusqu’au torse. « Je suis confus, j’ai trébuché. Permettez-moi de vous sécher. » Je laisse alors glisser une de mes mains sèches sur son visage. Je ne veux pas enlever l’eau, juste caresser sa joue rosée. Je veux que le moment se prolonge. J’attends une réaction de Melvin, mais il ne peut s’enfuir. Dans le chute, j’ai fait en sorte de me mettre à cheval sur ses cuisses. Il est sous mon entière emprise. Je le regarde avec beaucoup d’envie. Jamais le contact n’a jamais été aussi proche avec Melvin, l’eau est froide, mais la température grimpe. J’ignore totalement comment Melvin interprète les choses.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 126
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Sam 28 Avr - 10:43

    - Aaaargh… Mon, mon … Mon costume !!

    Melvin était mouillé jusqu’au torse. Il aurait voulu se fâcher contre Aaron, mais celui-ci disait avoir trébuché. Il ne l’avait pas fait exprès… Enfin, vraiment ? Parce qu’il avait tout même eu l’occasion de sauver le portable et le badge de Melvin…
    Pfiou ... et ce costume français qui lui avait coûté une fortune ! Complètement fichu...

    Melvin essaya de se relever. Il ne comprit pas tout de suite qu’Aaron était positionné au-dessus de lui, de telle manière qu'il ne puisse décidément plus s’en sortir. Quelques gouttes ruisselait sur son visage, sa chemise commençait à devenir transparente. Mel’ jetait des regards aux alentours, il ne fallait pas que quelqu’un les surprennent ainsi.

    Lui qui voulait se balader pour un peu de fraîcheur, le voilà servit en frapicheur ! Aaron séchait ses joues. Les séchaient-ils vraiment ? Le contact était doux mais insistant. Melvin observait les jambes d’Aaron, impossible qu’il ne se soit mis dans cette position naturellement. Le blondinet fermait les yeux. Alors comme ça Aaron était bien gay aussi ? Il n’avait pas mal interprété les signes ? Le dessert à savourer à deux, les cuillères qui s’entrechoquaient, les mains sur ses épaules, le nœud de cravate refait longuement, et maintenant cette fausse chute dans la fontaine ?

    Le photographe n’était toujours pas certain de ses pensées. Il décida de profiter du moment. Les doigts d’Aaron finirent d’effleurer son visage. Le pâtissier avait des mains divines. Douces et fermes à la fois. Précise comme un chirurgien et habille comme un artiste. Tout ce qui constituait Aaron.

    Melvin sentit l’eau envahir de plus en plus son pantalon. Son regard retombait vers son costume… Il était dépité. Comment ferait-il pour se repayer un tel vêtement ? Certes le contact avec Aaron était agréable, mais c’était très cher payé.

    La statue de Diane les observait toujours. Melvin aurait même vu apparaître sur son visage, un sourire. La statue riait forcément de la situation.
    Parce qu’il était inquiet ou bien seulement par habitude, Mevin passa sa main dans ses cheveux…Ah mince, sa main était aussi mouillée. Dans la chute, il avait préféré poser ses mains dans le fond de la fontaine pour ne pas se blesser. Finalement, il venait de mouiller ses cheveux aussi. Et il savait généralement que ça lui donnait un air encore plus craquant, plus charmant. Oups … Lui aussi pouvait faire des choses « sans faire exprès » .

    Il recula, toujours dans le fond de la fontaine et se redressa quelque peu. Assis dans le bassin, sa position devenait déjà un peu plus confortable. Ses jambes étaient toujours entre celles d’Aaron. Il n’aurait pas pu aller beaucoup plus loin.

    Avec quelques doigts, il décollait légèrement sa chemise, désormais transparente, de son torse. Le contact froid et collant du tissus devenait gênant.
    Finalement, une fois le choc passé, il se rendait compte que l’eau était bonne.

    - Comment ça trébuché ? Nous étions assis ! Je penserais presque que vous l’avez fait exprès, Mr Lewit. Si vous souhaitiez prendre un bain de minuit, il fallait me prévenir. Cela dit, votre étourderie va me coûter cher, ce costume était neuf.

    Mel’ déplaçait ses jambes contre les cuisses d’Aaron. Maintenant que le jeune homme y voyait un peu plus clair dans le jeu du pâtissier, il se permettait quelques approches. Et tant pis si Aaron ne pouvait résister ou si Mel' se trompait complètement sur son compte. Il n’avait plus rien à perdre à présent.

    - Alors ? Comme ça vous barbotez souvent dans les fontaines des quartiers chics ? Que diraient les gens s’ils voyaient le célèbre pâtissier à califourchon sur le si jeune et si prometteur photographe de la R.I.P ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 33
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Mer 2 Mai - 16:18

Nous étions dans cette eau claire. Le temps semblait s’être arrêter. C’est comme si toutes les gouttes d’eau ne retombaient jamais. L’eau coulait au ralenti. Je voulais que ce moment se prolonge, qu’il n’appartienne qu’à nous. J’approchais de ce que je voulais obtenir. Melvin ne me résisterait plus. Il y avait quelques tentatives, mais elles étaient vaines. Il changeait juste sa position, mais il n’essayait pas de rompre le contact. Malgré le fait que son costume soit fichu, il ne semblait pas si attristé. Je pourrais même dire qu’il attendait cela depuis le début. C’est comme si j’avais reçu ses signes et que j’y avais répondu.

« Ce n’est pas un souci, je vous rembourserai votre costume. Après tout, c’est entièrement ma faute. » Le pauvre garçon. Son costume ne valait même pas le prix de deux heures de travail pour moi. Je pourrais même lui en offrir deux. Si je devais passer par là pour obtenir ce que je veux, ce n’était pas un problème. « Il n’y a personne à cette heure-ci. Que doivent penser les gens ? Je vous l’ai déjà dit, j’ai trébuché. » Pourtant la position avait rien de naturelle. Les jambes de Melvin me frôlaient les cuisses, tandis que ma main se baladait encore sur sa joue.

Je faisais doucement descendre ma main vers sa chemise. Je l’aidais à la décoller de son torse. Je sentais Melvin frissonnait, mais ce n’était pas de froid ; l’eau était plutôt bonne en cette soirée de printemps. « Quel dommage, une chemise de si bonne qualité. Cela ne doit pas être très agréable… Laissez-moi vous aider. » Sans demander la permission, j’enlevais un à un les boutons de sa chemise. Je découvrais un torse presque imberbe. C’était magnifique. Melvin ne me retenait pas, même si à tout moment on pouvait se faire surprendre. Mais j’étais trop excité pour m’arrêter. De toute façon, je suis assez fort pour me sortir de n’importe quelle situation. Sans ça, je reste quelqu’un de très chanceux ; personne ne viendrait nous déranger.

Mais l’eau commençait à devenir désagréable pour se mouvoir. Je fis glisser ma main dans le dos de Melvin, tandis que l’autre se plaçait derrière les genoux. Comme une mariée, je le soulevais. Il était étonnement léger. Je sortis de la fontaine, m’assis à nouveau sur son rebord, et je le déposais sur mes genoux. Je ne voulais pas le laisser parler. Ma main continuait de caresser son torse. Je faisais légèrement basculer ma tête pour la nicher dans son cou. Malgré l’eau de la fontaine, il sentait encore très bon. Un soupçon de vanille dans un écrin de goji. Une adorable abomination de tentation.

« Laissez-moi vous embrasser, Melvin. J’en ai envie depuis que nous étions seuls dans ma cuisine. » Je pense honnêtement que le désir est venu à ce moment-là. Melvin m’impressionne, il a du talent et du répondant quand il le faut. Il est promis un avenir radieux s’il devient encore plus ambitieux. C’est encore un diamant brut qui demande juste à se dévoiler. C’est tout à fait le genre de mec qui m’attire. Ce n’est pas simplement un étudiant quelconque. Il a ce truc en plus. Alors sans faillir, sans demander plus, je venais déposer mes lèvres sur les siennes. J’attendais juste qu’il réponde à mon baiser.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Melvin Wheeler

com' into my storm

- paper notes : 126
- since : 28/02/2018

( end game )

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Jeu 3 Mai - 21:18

    Aaron avait sorti Melvin de la fontaine, comme un prince. Et le jeune blond était bouleversé par deux choses: la proximité qui s’installait entre lui et Aaron, et le fait que son costume soit ruiné. Le chef cuisinier avait fait s’envoler la deuxième pensée, il lui rembourserait le costume. Mel’ tomba encore plus sous son charme. Non pas que l’argent intéressait particulièrement le jeune Wheeler, mais tout simplement parce qu’Aaron faisait tout pour que le moment reste magique. Car incontestablement, ce qui se passait entre eux ne pouvait pas s’expliquer, et donc relevait de la magie. Et ça faisait complétement craquer Melvin. Alors, il perdit les mots pour un moment. Il se laissa faire lorsque le français lui ouvrit complètement la chemise. C’était même agréable de ne plus sentir le vêtement humide se coller contre son torse. Il n’avait pas froid… Au contraire, sa température intérieure venait de monter de plusieurs degrés. Et l’ouverture de sa chemise le rafraîchissait.

    S’il avait encore un doute, ce dernier s’était complètement évanoui. Aaron n’avait pas trébuché par maladresse, c’était volontaire. Et assurément, Aaron aussi avait un penchant pour les garçons. Est-ce que le chef cuisinier était gay réellement ? Et si oui, depuis longtemps ? Ou bien était-ce simplement un hétéro avec des fantasmes très ouverts ? Melvin secoua la tête, pour l’instant, il s’en fichait et profitait du moment.
    Puis, l’homme l’embrassa.

    Melvin lui rendit avec toute la douceur dont il était capable, ce baiser. Ca répondait au chef. Oui, moi aussi j’en ai envie depuis longtemps, Aaron…
    C’était le premier baiser gay de Melvin. Au début, il fut surpris par la texture, ça ne ressemblait en rien à un baiser de fille. Habituellement, elles ont des lèvres fines et sont plutôt douces et timides. Ici, Mel’ se sentait à la fois happé et protégé. Wahou, qu’est-ce qu’Aaron embrassait bien… Puis, le jeune homme se ressaisit: il devait lui aussi participer à ce baiser et pas uniquement se laisser faire. Alors, il entrouvrit légèrement ses lèvres, pour mieux les refermer sur celle du beau français. Puis une fois de plus, tout en tournant doucement sa tête. Enfin, il caressa doucement la langue d’Aaron. D’abord avec ses lèvres, puis ensuite, sans pudeur, avec sa propre langue. Le contact était fait. Jamais il n’avait été aussi intime avec un autre homme. Et bon sang, qu’est-ce qu’il aimait ça.

    Le baiser fut rompu. Mel’ rouvrit les yeux. Il haletait un peu. Son cœur battait à mille à l’heure. D’abord parce qu’il était essoufflé par ce baiser. Mais aussi par le stress, l’excitation et le bonheur que tous ces contacts lui procuraient. Les deux visages se séparaient et Mel’ aperçut à quelques centimètres de lui le regard gris-bleu d’Aaron. S’en était trop. Il ne pouvait résister. Il passa sa main sur la nuque d’Aaron et l’empêcha de reculer plus loin. Au contraire, il rapprocha le visage d’Aaron du sien et de sa bouche et murmura un seul mot avant de l’embrasser à nouveau :

    - Encore …

    Cette fois, le baiser fut plus rapide, plus fougueux, plus sexy. Melvin prenait déjà de l’assurance. C’était même un peu brutale, un peu plus viril. Du Aaron tout craché. Le parfait mélange entre douceur et fermeté.

    Le second baiser fut rompu lui aussi. Toutes les bonnes choses ont une fin. Mais Melvin avait croqué à la pomme défendue, et si Aaron, lui, était habitué, pour Mel’ c’était une sensation contre laquelle, il arrivait difficilement à lutter. Le jeune homme se leva, et défit les chaussures hautes-coutures d’Aaron délicatement. Puis, il en profita pour porter les jambes du français et les lever subrepticement vers le haut, ce qui eut pour effet de renverser Aaron dans la fontaine. Chacun son tour…
    L’américain l’enjamba et le rejoignit dans l’eau. La fontaine et la roulade d’Aaron avait éclaboussé le visage du jeune blond. Celui-ci passa rapidement une main dans ses cheveux, toujours par habitude. Sa mèche devenait de plus en plus humide. Et torse à demi-nu, il s’approcha jusqu’à surplomber Aaron.

    Cette fois, au lieu d’approcher les lèvres du chef, il plongea délicatement vers son oreille droite et lui susurra :

    - Oups …


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 33
- since : 28/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   Lun 14 Mai - 12:05

Je souriais. L’instant était poétique. J’avais réussi mon entreprise, et même un peu plus. Melvin me plaisait et j’avais envie de lui, c’est un fait. Mais il y avait un peu plus que ça. Il ne fallait pas nier qu’il y avait une proximité encore plus nette entre nous. Il était différent de beaucoup de garçons que j’avais pu rencontrer par le passé. Je me voyais en lui, et ça faisait la différence. Si je ne voulais pas cacher cette facette de moi à la sphère publique, je serais fier de le présenter à mon bras. Melvin a tellement de potentiel que tout le monde trouverait qu’il irait bien avec moi, malgré notre différence d’âge. Malheureusement, j’ai déjà été marié, et je ne cherche plus à me poser. Avec Melvin, ça durerait le temps que cela doit durer. Je consommerai jusqu’à mon saoul.

Mais chaque chose en son temps. Pour le moment, je profitais du baiser avec ce jeune homme. Il était agréable, mais je sentais une barrière. Melvin hésitait plusieurs fois, il ne se laissait pas aller comme je pouvais l’espérer. Est-ce que je l’intimidais encore ou est-ce nouveau pour lui ? J’avais du mal à croire qu’il ne sache pas encore qu’il soit gay. C’est pourtant évident, je l’avais très rapidement compris pour ma part. Mais j’ai une intelligence plus haute que la moyenne. Couplée à ma sensibilité, je dois dire que je repère rapidement ce genre d’information. Je me faisais aussi peut être des idées, et il avait besoin d’être guidé. Après tout, je suis le plus vieux, je dois peut-être mener la danse. Ça me va.

Mais Melvin reprit du poil de la bête. Il me montrait enfin que lui aussi en avait envie. Il m’embrassa à nouveau et c’était à mon tour de me laisser un peu faire. Je sentais le désir monter peu à peu. Il me réclamait et ça me plaisait. J’aime me sentir désiré et je veux rendre ça avec perfection. Mais il ne semblait plus rien avoir entre nous pour nous empêcher pour vivre ce que l’on devait vivre. Si je m’écoutais, je kidnapperais Melvin et je l’amènerai de suite chez moi. Mais il en décida autrement et me bascula à nouveau dans la fontaine. Melvin se plaça au-dessus. Il était vraiment très beau et sexy. Je le laissais me taquiner, mais commença un troisième baiser. Puis un quatrième, un cinquième, et j’arrêtais de compter. L’instant se prolongeait et on ne lâchait plus. L’eau n’avait pas d’emprise sur moi, je sentais juste la chaleur du corps dénudé de Melvin sur moi. Je l’enlaçais avec passion, et rien ne venait nous déranger. Il y avait quelque chose de nouveau.

Mais il fallait rompre le moment. Il fallait sortir de la fontaine et quitter cet endroit. La nuit était noire et profonde et il n’était plus très prudent de rester ici. Puis j’avais envie de rentrer chez moi, être plus confortable avec Melvin. Je le séparais de moi avec beaucoup de mal, mais avec douceur. Je posais un baiser sur son front et sortait de la fontaine. J’essayais de me sécher, mais cela était vain. Je laissais Melvin sortir lui aussi et j’attrapais son badge et son portable pour lui rendre. Mais ce dernier se mit à vibrer dans ma main et l’écran s’alluma pour laisser l’aperçu d’un message apparaître. Visiblement, il était le dernier d’une longue liste. Je fût surpris de voir le nom d’une fille s’affichait. Sans le vouloir je lisais.

« Melvin, qu’est tu fous ! Je t’attends, j’ai trop envie de toi ce soir ! »


Quelle déception je ressentais en lisant ça. Ainsi Melvin était bien un jeune du vingt et unième siècle. Je suis déjà sorti avec plusieurs gamins de vingt ans. A chaque fois, j’ai le même scénario. Je suis déçu, car ils ne savent pas ce qu’ils veulent. Ils te font croire qu’ils sont sûr d’eux et te plantent du jour au lendemain. Je n’ai plus le temps pour ce genre d’infanterie. Là, c’était encore pire, il était encore hétéro et couchait en ce moment avec une fille. C’était peut-être même sa petite amie. Je n’ai pas envie de passer en second, cela n’a jamais été le cas. Si j’ai envie de voir Melvin a un instant t, ça ne sera pas deux jours plus tard. Je suis exclusif.

Je lui tends donc son téléphone, montrant clairement que je l’ai lu le message. Mon expression a changé, je suis à nouveau dur et fermé. « On ne va pas aller plus loin. Je ne suis pas un second choix, et encore moins à partager. Je suis très déçu, mais pas surpris. » Je soupire. Je pense à la première mauvaise impression que j’ai eu de Melvin quand il est entré dans mon restaurant. Malgré toute ses qualités, je vois maintenant d’où ça vient. J’ai manqué de discernement, j’aurais dû faire confiance à mon premier instinct. Je me suis donné à un homme qui ne me mérite pas, et ça me dégoute. « Ah oui. » Je sors un chéquier de ma poche intérieur. La couverture en cuir naturel l’a protégé de l’humidité. J’inscris un chiffre à quatre numéros. Je signe. « On va dire que ça payera le costume et le taxi pour rentrer. Adieu Melvin. » Pourtant, je reste là, comme si j’attendais une explication.

_________________
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: Angles de vue (Aaron)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Angles de vue (Aaron)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: