AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — lies in the dark (cait)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: — lies in the dark (cait)   Lun 16 Avr 2018 - 16:38


CAIT & ALMA
love and pain go hand in hand
good people do bad things too

Il y a des secrets qui pourrissent des relations jusqu'aux racines. Des paroles volontairement oubliées qui peinent à demeurer silencieuses et qui frappent toujours quand on s'y attend le moins. Des mots qui se font cataclysmes à déchirer une confiance fignolée depuis tant d'années. C'est comme un château de cartes balayé par le vent ou des dominos dont la chute n'était pas désirée. C'est quelque chose qui terrasse jusqu'à la moelle, et tant pis si un seul mauvais choix pèse plus dans la balance que des centaines de bonnes décisions. Et Cait, elle a toujours fait les choses biens avec Alma. Depuis toujours, d'ailleurs, même quand elles se battaient sans le vouloir pour l'amour de Malo, happées par les forces  contraires d'un trio mal orchestré. Malo. Ce simple nom fait battre son cœur plus fort, alimenté par une colère assassine assoiffée de sang, mais aussi et surtout, de réponses. Assisse dans le canapé du salon, bercée par la noirceur ambiante de cette pièce non-éclairée qui fait écho à ses pensées, elle attend le retour de sa fiancée, le visage à peine visible sous la lueur de la pleine lune qui se fraye un chemin au travers de la grande fenêtre qui trône en face d'elle. Les minutes passent comme des heures. Et l'horloge résonne comme les coups de couteau qu'elle lui a planté dans le dos. Une belle trahison qui remet tout en question. Quatorze années de mensonges et de faux-semblants à dissimuler la vérité. Elle fixe l'horizon, fouillant dans sa mémoire pour remettre le doigt sur des souvenirs au goût amer. Mais ils sonnent tous faux à présent. Comme indignes de cette relation qu'elle sacralisait. Comme indignes de cette bague qui reflète également les lueurs lunaires. Alma, elle a envie de s'adonner au drama comme dans les films. Elle a envie de l'enlever et de la balancer violemment comme si rien n'avait jamais compté. Mais c'est parce que tout a trop compté qu'elle ne peut pas l'enlever. Pas comme cela. Pas avant d'avoir nommé ses maux. Elle s'impatience, tapotant de ses ongles contre sa cuisse. Cet appartement semble bien trop froid, maintenant. Comme une chambre d’hôpital qui a connu la mort. Ou comme un musée rempli de vieilles contrefaçons mal déguisées. Son cœur se serre violemment lorsqu'elle entend les clés dans la serrure et elle se lève dans la précipitation, animée par cette montée d'adrénaline qui pulse dans le moindre de ses atomes. Son sang ne fait qu'un tour à lui en bruler les veines. Elle s'énerve et piétine sur place, la porte s'ouvrant enfin, laissant entrer le peu de lumière venant du dehors. Elle la regarde de loin et un silence s'impose. Mais ses yeux hurlent à sa place cette colère et cette soif de vérité dont elle a tant besoin. Elle s'avance, refermant la porte à la place de Caitlin pour éviter d'ameuter les voisins. Il n'y a pas de baiser volé, ni même de mots échangés. Elle ne peut pas se confondre en banalités, c'est plus fort qu'elle. Et finalement, elle allume la lumière et les regards se croisent au grand jour. - Malo est de retour, qu'elle balance de but en blanc, le visage déformé par cette rage bouillonnante. - Mais je pense que tu le sais déjà, pas vrai ? Il y a besoin que d'une étincelle pour mettre le feu aux poudres. Et Alma, elle se contient comme elle peut, le corps vibrant de toutes ces choses qu'elle rumine depuis des heures. Depuis hier soir. Depuis qu'il a ruiné sa soirée. Depuis qu'il a ruiné sa vie.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — lies in the dark (cait)   Jeu 26 Avr 2018 - 17:19

Cette impression d’avoir une épée de Damoclès pendu au-dessus de sa tête, sa lame tranchante menaçant de l’entailler à tout moment, Cait en ressentait les effets néfastes comme un poisson qui s’insinue lentement, sournoise dans la moindre de ses veines. Le poids de ce secret – ou plutôt de ces secrets – qu’elle gardait pour elle depuis si longtemps, maintenant, lui semblait de plus en plus lourd depuis qu’il avait décidé de revenir. Malo, cet ami si précieux qu’elle considérait presque comme un frère, qu’elle aimait plus que sa propre vie. Comment aurait-il pu totalement couper les ponts avec celui qui avait toujours fait partie de sa vie, et qui la connaissait presque par cœur? Désormais, elle songeait que ces quelques échanges épistolaires et ces rares coups de téléphone avaient été une erreur, du début à la fin. Car elle avait omis d’en parler à Alma, qu’elle avait évité d’ébruiter la chose à cette femme qui partageait sa vie. Pour la protéger, s’était-elle convaincu. Cait l’avait vu sombrer, lorsqu’il avait subitement disparu leur vie, elle avait vu cette petite flamme s’éteindre dans son regard, noyer dans cette peine qu’elle tentait, tant bien que mal, de camoufler à autrui. Elle avait été la seule à comprendre, à partager son désarroi, sa déception. Car il l’avait aussi abandonné. Ensemble, elles avaient tentées de recoller les pots cassés, de se reconstruire une vie sans la part manquante de leur trio. Les jours, les mois, les années avaient passés et son absence était devenue comme un songe, une ombre de leur passé commun. À deux, elles avaient décidés d’avancer, ensemble, envers et contre tous. La simple idée de faire revivre à Alma ces multitudes d’émotions néfastes qu’elle s’était tant forcée à chasser de ses pensées lui aurait paru insensée, avait-elle songé à l’époque. Elle réalisait désormais à quel elle avait été égoïste, à quel point ce silence pourrait lui couter cher, et lui enlever tout ce qu’elle possédait. Alma la première. Son couple, sa vie avec cette femme, ce futur qu’elles voulaient se construire à deux, Cait était prête à tout pour protéger ça. Même mentir. Les journées loin d’elle lui semblaient plus pénibles, désormais. Maintenant qu’elle savait Malo dans les parages, maintenant qu’elle sentait que l’orage approchait, que le raz-de marée risquait de l’entrainer loin, très loin d’elle. La jeune femme tentait de garder le sourire malgré le constant nuage gris qui semblait vouloir couvrir le soleil de son ciel, mais ses collègues ne furent pas dupes, ils avaient sans doute remarqué les cernes qui se creusaient lentement sous son regard éteint. Épuisée, autant par sa charge travail que par les émotions contradictoires qui l’habitent, la brune se sent presque soulagée de rentrer chez elle, de rejoindre ce petit nid douillet qu’elle partage avec sa tendre moitié. Si elle savait, pourtant, ce qui l’attends de l’autre côté. La tempête gronde dans le regard de sa dulcinée. Ses yeux la fixe, l’agresse, la transperce, comme les lames tranchantes d’un couteau à peine affilée. Une froideur inhabituelle s’installe entre elles, et la chaleur qui accompagne normalement leur retrouvaille semble dissoute, révolue. La porte se ferme et les lumières fussent, Cait toujours mitraillés par le courroux de son opposée. Sa voix fend le silence tendue qui s’est installée, et les mots prononcés serrent douloureusement son palpitant, alors que ces battements résonnent jusqu’à ses oreilles. Alma sait. La façon dont elle a découvert la vérité lui importe peu. Alma sait, et son monde, ce monde qu’elles partageaient à deux menacent de s’effondrer. – Oui, je sais. – lui avoue-t-elle, penaude, se départissent de son sac et de son manteau, qu’elle dépose sur le banc tout près de l’entrée. – Je ne l’ai appris que quelques jours avant son arrivée. – Un fait lui ayant offert bien peu de temps pour jongler avec les possibles conséquences qu’un tel retour précipité dans leur vie, dans sa vie à elle, pouvaient bien causer. Des dommages collatéraux avec lesquels elle sera forcée de composer, qu’elle le veuille ou pas.


Dernière édition par Caitlin Winters le Lun 21 Mai 2018 - 19:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — lies in the dark (cait)   Sam 12 Mai 2018 - 21:30

Son cœur tambourine au rythme de sa respiration qui fait soulever follement sa poitrine. Elle fulmine, s’impatientant d’en apprendre davantage sur cette vérité que Cait s’est bien tenue de lui relever. Elle ne lui laisse même pas le bénéfice du doute, car elle sait à quel point elle et Malo sont inséparables et que son retour en ville n’aurait pas pu se faire dans le plus grand des secrets. Et c’est peut-être ça qui fait le plus de mal. Elle ne peut s’empêcher de penser qu’elle n’est qu’une pièce rapportée qui ne trouvera jamais vraiment sa place entre eux. Même après toutes ces années, même après avoir aimé les deux du plus profond de son cœur. Elle les imagine tirer des plans sur la comète derrière son dos et cette simple pensée suffit à lui faire perdre la raison. La cinquième roue du carrosse. Voilà comme elle se sent. Et c’est la cerise sur le gâteau infâme et empoissonné de cette trahison qui lui laisse un goût amer en bouche. Et elle l’aime, Cait. Mais aujourd’hui, ce n’est pas de l’amour qui illumine son regard quand elle pose ses yeux sur elle. C’est une haine maladive qu’elle ne peut éteindre puisqu’elle balance ces sentiments si profonds qu’elle porte à son égard. Des sentiments assassins qui la laissent meurtrie dans cette confusion et ces mensonges. Oui, je sais. Son palpitant est en chute libre dans sa cage thoracique. Cette révélation a l’effet d’une bombe qui terrasse tout sur son passage. Le feu ardent qui brûlait en elle se mêle à une pluie diluvienne qui bat sous sa peau. Il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville. Et malgré la peine et cette tristesse lancinante dont elle ne peut se défaire, Alma n’arrive pas à calmer cette colère qui fait vriller le moindre de ses neurones. Elle ne sait plus sur quel pied danser, perdue entre l’abandon d’il y a quatorze ans qui fait toujours aussi mal et cette trahison fraiche qui se mêle aux cicatrices d’autrefois. Elle la fixe, le regard noircit par cette rage qui bouillonne avidement en elle alors que ses veines sont souillées par cette vérité difficile à comprendre. Elle a beau retourner la situation dans tous les sens, elle n’arrive pas à savoir pourquoi Caitlin a agis de la sorte, la tenant à l’écart d’un aspect aussi important de sa vie et surtout, la tenant à l’écart de Malo. Car si elle n’avait pas daigné lui répondre les premières années, elle avait cherché à lui reparler bien plus tard, mais sans jamais retrouver sa trace. Et tout cela, Cait le savait pertinemment. C’est sans doute ce qui rend le secret odieux et insupportable. Et les réponses données ne suffissent pas, parce qu’elle sait que quelque chose d’autre se trame, qu’elle n’a pas tout dit. Et ce soir, c’est l’heure de mettre cartes sur table une bonne fois pour toutes. – Et tu ne t’es pas dit que ce serait une bonne idée de m’avertir de son retour ? Pourquoi tu me l’as caché, hein ? Le ton monte et la fureur de savoir aussi. Elle ne supporte pas ces omissions qui les séparent l’une de l’autre, elles qui sont d’habitude si proches, alors l’amour laisse place à quelque chose de beaucoup plus virulent et de beaucoup plus meurtrier. Et elle ignore si elles seront en mesure de s’en remettre. Car la tempête s’annonce plus violente que jamais auparavant, nourrie par les sentiments qu’elle porte pour Caitlin et pour Malo. – Et ne me mens pas Cait. Ne me dis pas qu’il est revenu, sorti de nulle part, juste pour te dire ça. T’as toujours gardé contact, pas vrai ? Elle insiste sur les deux derniers mots alors que les larmes lui montent aux yeux. C’est quelque chose qu’elle essaye tant bien que mal de dissimuler, bouffée par la fierté maladive d’être blessée par une telle situation. Elle se sent poignardée dans le dos par ses deux meilleurs amis, ses deux amours. Et elle ne supporte pas d’être tenue prisonnière de leurs lâchetés. – Regarde-moi dans les yeux et dis-moi la vérité. C’est un ultimatum à peine dissimulé. Elle l’a met au pied du mur, il n’y a plus de retour en arrière possible.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — lies in the dark (cait)   Lun 21 Mai 2018 - 3:40

Elle sent qu’elle perd pied, que le sol sur lequel elle marche s’effondre sous ses pas, l’emportant avec elle sur une pente descendante et dangereuse. Il n’y a plus aucune prise laquelle elle pourrait se raccrocher, sauf peut-être la vérité. Mais cet appuie est bien fragile, et qu’il pourrait céder à tout instant, ne lui laissant aucune chance de se sortir de ce désastre, de cette catastrophe émotionnelle qui les détruira toutes les deux. Elle peine à supporter la noirceur qui règne dans le regard dans sa fiancée, et ses yeux se détournent de cette lueur assassine qui brille dans les iris de la jeune femme. Quatorze années d’accalmie n’auront pas suffi à éteindre la flamme que Malo a su allumer dans le cœur d’Alma, et derrière la colère de son opposée, sa tendre moitié, se cache une terrible vérité que Cait a toujours feint de reconnaître. Une passion dévorante que même une décennie de silence n’a su affaiblir. Et ça lui brise le cœur, Cait. Elle peut sentir les fissures qui fragmente son palpitant en une multitude de morceaux que rien ne parviendra à recoller. Rien, ni personne. – Parce que j’ignorais s’il y avait une bonne façon de te l’annoncer. Et parce que je ne savais pas comment tu allais réagir. – Elle tente de garder sa contenance, de ne pas perdre son calme face à la l’humeur bouillonnante de la femme qu’elle aime, imparfaitement. Le chaos qui règne dans le sombre regard d’Alma l’abime, l’écorche. L’organe se serre au creux de sa poitrine, la douleur la prenant au ventre comme un poignard qu’on aurait enfoncer dans le creux de ses entrailles. Alma lui demande la vérité, Alma lui demande de tout lui dire que Cait sait qu’elle n’a plus le loisir de mentir. Plus cette fois. Plus jamais. Et alors que les larmes font miroiter le regard de sa belle, la jeune femme déglutit, mise au pied du mur, ses yeux vriller sur elle comme les canons des fusils pointer sur une condamnée, le jour de son exécution. – Oui. – C’est tout ce qu’elle trouve à dire, même la vérité est plus complexe. Pendant de long mois, Cait s’était interdite à reprendre contact avec lui, par respect pour elle. Mais renoncer à Malo, c’était faire une croix sur un pan complet de sa vie. Ils ne s’étaient jamais lâchés, à partir de leur premier contact à la pouponnière jusqu’à ce qu’il abandonne Brighton et les deux femmes derrière lui pour vivre de sa passion, sans se retourner. Elle avait fini par craquer, mais à quel prix? Elle le payait désormais, aujourd’hui. Et la facture était des plus salés. S’obligeant à plonger son regard dans celui de sa fiancée, Cait répéta ce maigre mot. – Oui. J’ai gardé contact avec lui.  – Elle prit une grande respiration, avant de reprendre. Alma voulait toute la vérité, elle allait la lui livrer. Quitte à briser un peu plus ce que ses propos mensonges avaient abimés. – Et j’ai gardé le secret parce que je ne souhaitais pas te blesser. Tu recommençais à peine à sourire, à rire. À apprendre à vivre sans lui ! Était-ce égoïste de ma part de te vouloir heureuse sans lui? Dis-moi, Alma. L’était-ce, de ne vouloir que ton bonheur, malgré son absence ? – Son propre regard s’embrouilla. Combien de nuit l’avait-elle bercé alors qu’elle pleurait son départ, et son amour qui se lamentait pour lui, sans rien dire, sans un bruit? Alma était-elle consciente des sacrifices qu’elle-même avait dû faire afin de mettre un baume sur sa propre douleur afin de l’aider à penser ses propres blessures? Probablement pas. Cait avait séché les larmes de la femme qu’elle aimait, et qui en pleurait un autre. Une femme qui, s’en rendait-elle compte aujourd’hui, n’avait jamais totalement et entièrement été sienne. Se détournant de la jeune femme, elle serra ses bras tout autour d’elle, cherchant réconfort dans cette caresse qui n’avait rien de l’étreinte de l’être aimé. Relevant les yeux, Cait tenta de s’accrocher à nouveau à ceux de l’autre, difficilement.  – Mais ça n’a rien changer, hein. Rien du tout. - Elle soupire, un peu plus brisée, un peu plus abîmée. Sa voix ne devient qu'un murmure, une plainte sinistre. – Je n'ai été qu'un maigre prix de consolation, n'est-ce pas? Car tu n'as toujours eu d'yeux que pour lui. – Et sa voix craque, trahissant l'émotion qui la prends à la gorge, en un sanglot silencieux.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — lies in the dark (cait)   Mar 22 Mai 2018 - 1:40

Oui.
Un seul mot prononcé et ce sont des années de bons souvenirs qui sont effacés. Il ne reste plus rien. Si ce n’est la colère qui lui serre violemment la gorge et qui l’étouffe. Elle a le ventre en vrac, la tête à mille lieux d’ici. La vérité est difficile à encaisser. Elle est sonnée, Alma, parce que c’est quatorze ans de sa vie qui se réécrivent à la vitesse de la lumière. Elle n’a pas le temps de suivre, pas le temps de s’en remettre. Pendant tout ce temps, elle savait, Cait, où se trouvait Malo. Elle savait comment le contacter. Et cette pensée la rend folle de rage, parce qu’elle a détruit ce qu’il restait d’eux, mais n’a pas réussi à rompre ce lien invisible entre leurs cœurs. Elle l’a senti, Alma, le jour où Malo a refait surface dans sa vie. Le temps n’a pas eu raison d’eux. C’était comme une évidence à laquelle elle n’a pas pu échapper. Et si elle ressent de la culpabilité, elle ne fait pas le poids face à tout ce que Cait fait naitre dans ses organes nécrosés. Son visage se tord de cette déception qui creuse sa tombe à ciel ouvert. Il y a rien qui justifie ces mensonges. Rien qui peut réparer ces erreurs marquées au fer rouge. Elles seront toujours là, à s’immiscer entre elles, à les détruire – lentement, mais surement. Elle lui en veut à en mourir, Alma. Détruite par ces sentiments affreux qu’elle porte à l’égard de celle qu’elle aime. Des sentiments que Caitlin nourrit des mots vides de sens qui s’échappent de ses lèvres. Elle n’y croit pas à tout ça, Alma, elle n’y croit plus. Et les doutes s’en prennent au peu d’échos de bonheur qu’il leur restent. – Oui ! Bien sûr que oui que ça l’était ! C’était MA décision ! Pas la tienne ! Sa voix s’élève, emprunte d’amertume et de tristesse. Il n’y a rien pour apaiser ses maux qui ternissent tout ce qu’elle avait de plus cher. Mais alors qu’elle s’apprête à surenchérir, poussée par cette colère acharnée qui germe en elle, Cait lui crache un venin des plus abjectes à la figure. Et les larmes lui viennent par vagues violentes à l’entente de ces mots qui lui brisent le cœur en un millier de morceaux. Elle détourne le gouffre qui habite son regard pour échapper au poids de la douleur qui se lit sur le visage de sa fiancée. Elle ne le supporte pas. Et c’est son corps tout entier qui cède à cette souffrance atroce qui s’insuffle dans le moindre de ses muscles, dans la moindre de ses cellules. Son cerveau déchiré peine à s’articuler correctement, trop asphyxié par la cruauté qui règne à présent dans leur appartement. Cet appartement qui respirait l’amour, autrefois. Avant le retour de la discorde. Avant le retour de Malo. – C’est ça que tu penses de moi Cait ? Que je t’ai utilisé pour combler un manque ? Que t’es rien d'autre que ma roue de secours ? La colère laisse place à la déception qui fait trembler sa voix à peine audible, essoufflée par les larmes qui salissent ses joues rougis par toutes ces émotions beaucoup trop fortes, beaucoup trop violentes. Elle est assaillie par l’incompréhension et le chagrin qui réveillent en elle un raz-de-marée de sentiments contraires et assassins. Elle ne supporte pas la douleur qui meurtrie Cait, ni ces idées qui lui plombent l’esprit. Elle ne les supporte pas, car elle n’est pas certaine de pouvoir la contredire. Elle en doute, l’espace d’une seconde. Peut-être qu’elle voyait en elle le ricochet de Malo. Peut-être qu’elle s’est abandonnée dans ses bras pour oublier ceux de son premier amour. C’est tout un tas de questions qui s’en prennent à elle. Et comme le veut l’adage : Il n’y a que la vérité qui blesse. Et pourtant, elle a beau retourner la situation dans tous les sens, Alma ne cède pas, ne courbe pas l’échine, car ces mots ne reflètent pas la vérité, sa réalité. Ce ne sont que des paroles qui sonnent disgracieuses et injurieuses à ses oreilles. Et pourtant, elle sait qu’il y a des pièces manquantes du puzzle. Elle sait qu’elle doit jouer cartes sur table. – Je t’aime Cait. Je ne sais même pas comment tu peux en douter, putain. Tu ne me connais pas ou quoi ? Tu me crois capable d’infliger un truc pareil à quelqu’un ? A toi ?! Le ton hausse à nouveau face à l’incompréhension. Et elle s’épuise Alma, à crier, à pleurer, à l’aimer. – La vérité c’est que… oui, je l’aime encore ! Je n’y peux rien ! Je l’aimerai toujours. C’est comme ça. J’aimerais m’en débarrasser, mais je n’y arrive pas. Elle la regarde droit dans les yeux, les larmes ruisselant de plus belle. Et Cait peut lire la détresse dans son regard, parce qu’il n’y a pas d’issue, pas de remède. Ce n’est pas quelque chose qu’elle a voulu ou cherché, c’est quelque chose qui lui colle à la peau et dont elle ne peut pas se détacher. – Mais il n’a jamais été question que tu fasses tampon. Entre nous, c’est différent, mais tout aussi fort. Mais t’avais pas le droit de me priver de l’autre moitié de mon cœur. C’est la fatalité qui résonne entre les murs qui se resserrent. La tristesse et l'empathie la font sombrer, mais la colère demeure.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — lies in the dark (cait)   Lun 4 Juin 2018 - 5:06

Le monde qui tourne autour d’elle s’écroule tel un château de carte balayé par le vent, l’orage grondant à l’horizon, habillant le ciel d’un costume aussi noir que le regard posé qu’Alma pose sur elle. Elle, ce monstre d’égoïsme, cette créature nombriliste dont les meilleures intentions ont été entachées de mauvaises volontés. La protéger, l’épargner. La garder hors de portée du seul être capable de la lui arracher.  Le poids de ce mensonge s’enroule autour de ses chevilles, et elle sent qu’elle s’enfonce, Caitlin. Elle peine à garder la tête hors de l’eau, à rester à la surface pour ne pas laisser la mer l’emporter. Les larmes, pourtant, perlent le long de ses joues. Elle suffoque, noyée dans un chagrin hypocrite, dont elle peut être que la seule à blâmer.  Une tristesse dont l’amertume n’est que le reflet de la haine qu’elle se porte, et qu’elle voit miroiter dans le regard de l’être aimé. L’amour s’est effacée pour laisser place à une rage bouillonnante, pareil à un volcan sur le point d’exploser, et dont la lave détruira tout sur son passage. Mais ce sont les mots qui leur brulent les lèvres, et qui causent le plus de dégâts. Il ne suffit que d’un mot pour tout enflammer. Un nom. Malo. Un fantôme qui a toujours su s’immiscer entre elles comme un poison venimeux, et qui a teinté cette vie qu’elles s’étaient reconstruite d’un arrière-goût amer dont elles ne furent jamais capables de se débarrasser. Et quand la jalousie s’est accrochée à elle, véritable parasite se nourrissant de ses doutes constants et de ses idées noires, Cait s’y abandonna, cédant sa propre volonté à cette nature capricieuse et mesquine qui n’a jamais cessé de lui empoisonner l’existence. Encore aujourd’hui, cette petite voix au fond de sa tête la berce de sombres pensées et c’est d’une voix presque enrayée qu’elle crache cette affable vérité au visage d’Alma. Elle touche sa cible en plein centre, sa flèche frappant dans le mile ce cœur qu’elle lui croyait naïvement dédiée. La question de son opposée reste en suspens dans un silence qu’elle ne parvient pas à briser, petit oiseau fragile qui se blottit entre ses ailes, ses bras l’enserrant de part et d’autre de son corps tremblant. Elle ose à peine poser son regard fuyant sur l’autre, cherchant refuge sur les coutures du divan, dont les fils s’enlacent et s’emmêlent dans un ensemble solide et résistant, à l’inverse de leur couple qui se déchire et s’abime. Les mots d’Alma l’atteignent, la blessent, mais pas autant que ce regard luisant qu’elle pose sur elle, alors que ses aveux résonnent toujours à ses oreilles. Oui, je l’aime encore. Son cœur se fends dans sa cage thoracique, et aveuglée par ses propres larmes, Cait ne parvient pas à lire dans les yeux de l’autre toute la détresse qui l’habite. Elle n’entend que le son du glas qui annonce la fin de ce qu’elles sont, ou de ce qu’elles n’ont jamais vraiment été. Une relation construite sur des mensonges, une vie de couple de substitution pour l’une, et par procuration, pour l’autre. La parfaite illusion. – L’autre moitié de ton cœur… – répète-t-elle, d’une voix éteinte, défaite, frappée par la réalisation qu’Alma n’a jamais véritablement été sienne. Qu’à moitié. Elle s’était bercée d’illusions trop longtemps, Cait. Et ça faisait mal, terriblement mal.  – J’ai passé les quatorze dernières années de ma vie à te donner tout ce que j’avais. À sécher les larmes que tu versais à cause de lui. À te bercer dans mes bras quand son absence te faisait trop mal. Tout ça pour quoi? Pour que tu retombes dans ses bras dès qu’il daigne revenir dans nos vies, j’imagine. – Les remords l’envahissent alors que l’ombrage de la jalousie durcit ses traits, alors qu’elle laisse son fiel sortir d’entre ses lèvres. – Je ne suis qu'un deuxième choix. Je n'ai toujours été que ça.– Il l’avait aveuglé de sa lumière, brillant de mille feux comme l’astre solaire. Ce n’est que lorsque la nuit était enfin tombée qu’elle avait enfin pu observer la lune, et se laisser bercer par les étoiles. Mais à l’approche de l’aurore, la belle se retrouvait désormais coincé entre deux ciels. Et elle était prête à s’en bruler les ailes, sans savoir qu’au moment de sa prochaine chute, Cait ne serait plus là pour la rattraper.  – Je t’ai aimé de tout mon cœur, mais ça ne t’a jamais suffi, Alma. Et ces mensonges n’y changeront rien, les miens tout comme les tiens. Tu l’aimes, et je ne… – Un sanglot se coince au fond de sa gorge, alors qu’elle s’interdit pourtant de pleurer. – Je ne peux pas… Je ne peux pas continuer en sachant ça… Qu'il y aurait toujours sa présence pour combler ce vide entre nous deux. – Ses yeux se posent sur cette bague à son annuaire, une réplique de celle que porte sa fiancée, signe de leur engagement, de leur union prochaine. Un mirage qui s’efface lentement devant ses yeux, alors qu’elle joue nerveusement avec l’anneau d’or. Alma ne sera jamais complètement heureuse à ses côtés, et c’est quelque chose que Cait ne peut supporter. L’oiseau réclame sa liberté, et elle hésite à la lui rendre. Elle ne pourra pourtant pas la retenir indéfiniment dans cette prison dorée.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — lies in the dark (cait)   Mer 13 Juin 2018 - 1:33

Il y a un fossé qui se creuse entre elles à mesure que les minutes défilent. À cause des mots : ceux balancés sans égard, ceux réfléchis et ceux jamais prononcés. Ces non-dits qui les rongent et les déchirent – les mauvaises herbes de leur jardin d’éden où règne cette rose fanée aux épines ensanglantées : Malo. Il est présent, malgré son absence, et les trainées de cendres qu’il laisse derrière lui empêchent les fleurs de pousser à nouveau. Il n’y a plus que des ronces, à l’image de celles qui étouffent leurs cœurs désemparés. Et la scène est cruelle et assassine. Et dans le creux de son ventre, il y a la culpabilité qui gronde. Celle d’avoir voulu embrasser l’homme qu’elle n’a jamais cessé d’aimer. Un acte manqué qui n’est pas anodin et qu’elle garde précieusement pour elle, car elle sait que la vérité marquerait la fin d’un amour qu’elle compte égoïstement garder. Elle l’aime, plus que de raison et ça l’aveugle Alma, ça l’empêche de penser droit. La simple idée de perdre Caitlin lui est insupportable et elle préfère mourir, empoissonnée par ce vice qui la hante, plutôt que de céder à la facilité pour laver sa conscience et risquer de la voir lui tourner le dos. Elle se raccroche à son histoire comme à son dernier souffle de vie. Et ses poumons s’enivrent de cet oxygène dont elle ne peut se passer. – Je ne suis pas retombée dans ses bras ! Arrête de dire des trucs comme ça. Son retour ne change rien. Et n’y changera rien. Les mots sonnent faux à ses oreilles, mais il y a cette petite voix dans sa tête qui la pousse à les dire pour calmer le feu qui grandit à vue d’œil. Et elle ne se reconnait plus, Alma, elle s’y perd. Le cœur divisé entre deux êtres. Je ne suis qu'un deuxième choix. Je n'ai toujours été que ça. C’est une balle qui transperce son thorax. Elle est touchée, à terre, gisant dans une marre de son propre sang alors que les mots de sa fiancée la déchirent. Les larmes ne tardent pas à rouler le long de ses joues, faisant écho à celles de Cait qui ne peut retenir son émotion. – Arrête… C’est une supplication. Elle l’implore de mettre fin à cette souffrance qui la tue lentement. Et chaque battement de son cœur est une brûlure qui marque son âme déjà bien amochée. Elle s’avance, posant sa main contre le bras de Cait pour tenter de la rassurer. Mais le gouffre entre elles s’est mué en un mur qui lui sépare. Elle le sait. Elle le sent. Les choses ne seront plus jamais comme avant. – T’as jamais été un second choix ! C’est pas… ça s’est pas passé comme ça. Je suis tombée amoureuse de lui. Puis, je suis tombée tout court. Et quand je pensais ne plus jamais pouvoir aimer, c’est là que t’as tout chambouler. T’as renversé toutes mes certitudes. Elle essaye tant bien que mal de lui faire comprendre les choses, de lui offrir un aperçu de son cerveau qui tourne à l’envers. Mais qui pourrait accepter une telle chose ? La question est meurtrière. Et au pied du mur, Alma continue de se battre, mais l’issue semble courue d’avance.  – Alors quoi ? Tu veux qu’on en reste là ? Qu’on arrête tout ? C’est des conneries, putain, Cait ! Elle recule, croisant ses bras derrière sa tête alors qu’elle tente de garder son calme. C’est la frustration qui l’agace. Celle de voir la chute sans pouvoir l’empêcher. – T’as toujours su que je l’aimais. Sinon, pourquoi tu m’aurais menti tout ce temps ? Et ça te dérangeait pas avant qu’il revienne, alors pourquoi les choses devraient être différentes maintenant ? Elle se tourne dans tous les sens, fait les cent pas. Elle réfléchit, retourne le problème dans tous les sens, analyse la situation sous tous les angles. Mais il y a jamais de fin heureuse qui se profile à l’horizon. – On s’en fout de Malo. Il est parti il y a longtemps. Il n’existe plus à mes yeux. Son cœur manque à battement pour la contredire. Non, elle ne s’en fout pas, mais elle serait prête à tout pour Cait. Quitte à ce que Malo soit mort et enterré dans son esprit. – Je ferai tout ce que tu veux, Cait. Tout. Mais ça peut pas se terminer comme ça… Elle lui fait à nouveau face, son regard perdu dans le sien alors que son visage est déformé par la tristesse profonde qui s’est ancré en elle. Le bourreau se fait victime, à supplier pour échapper à la sentence ou au moins, pour la repousser. Ne serait-ce qu’un peu, pour tirer des plans sur la comète et toucher les étoiles avant de se brûler définitivement les ailes au contact du soleil.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: — lies in the dark (cait)   Lun 16 Juil 2018 - 20:51

Elle tremble, Cait. Sous le poids des mots, sous le poids du silence lourd de sens, et des regards assassins qui la transperce jusqu’à la moelle. Son être tout entier est en émoi, les émotions déferlants dans son système au même rythme des larmes qui s’écoulent le long de ses joues. Des larmes qui trahissent sa culpabilité, et son immense chagrin d’avoir ainsi blesser cette femme, celle qu’elle a tant aimé, trop fort, parfois, et maladroitement. Tout ce qu’elle a toujours voulu, c’est la rendre heureuse, et la protéger contre tout le mal que l’univers pouvait lui causer, la couver, la materner. Petit oisillon tombé de son nid qui doit réapprendre à voler. Son amour lui avait redonner des ailes, magnifiques, puissantes, mais ses mensonges les lui avaient subitement coupées, la chute étant toute aussi douloureuse que la trahison portée par ses échanges dérobés. Elle aimerait tant croire Alma, la croire quand elle lui intime ne pas être retombé dans ses bras. Pourtant, le doute l’assaille, la dévore de l’intérieur. Elle sent l’hésitation dans le ton de sa voix. Et les images défilent devant ses yeux, des souvenirs d’une autre époque, d’un autre lieu, où elle n’était que la spectatrice silencieuse de l’attraction naissante entre son meilleur ami et la fille dont elle s’était entichée. Cette impression d’être à nouveau relayer à l’arrière-plan, de n’être qu’un rôle secondaire dans la vie de ces deux protagonistes, qu’un personnage qu’on peut tout simplement balayer du montage final pour satisfaire à un objectif final. Elle crache les mots avec dureté malgré le trémolo au fond de sa voix. Elle crache cette amère vérité au visage de sa fiancée, dont le visage est submergé de larmes. Un son plaintif s’échappe d’entre ces lippes qu’elle connait par cœur, et dont la douceur l’ont tant de fois enjôlés. Il n’y a pourtant plus rien de tendre dans cette supplication et la paume d’Alma qui vient de poser tout contre son bras lui brûle la chair, sa peau irradiant sous son contact, un contraste avec l’ambiance froide, distance qui sépare les deux amantes. Elle l’écoute, Cait, elle l’entend, mais les mots l’effleurent sans parvenir à se poser, ils coulent le long de son échine comme un long frison désagréable que ses muscles tendus subissent, contre leur gré. – Parce qu’il est revenu pour toi, Alma ! Pourquoi crois-tu qu’il soit rentré à Brighton, dis-moi, si ce n’est pas pour toi ? – Elle sait, Cait, qu’il ne l’a jamais oublié. Grands nombres de ses chansons ne parle que d’elle, et de la passion dévorante qui l’habitude toujours, après toutes ses années, pour cette belle qui a laissé derrière lui. Il est venu reconquérir ce qui lui appartient de plein gré, reprendre possession de son territoire, et qu’importe si c’est elle qui doit en payer le prix : elle l’aura mérité. – Regarde l’état dans lequel il te met, Alma. Regarde-toi! Regarde-nous! – Sa présence les affecte déjà, émotivement, physiquement, et sans même l’avoir provoquée, le chaos qui règne désormais entre elle l’implique directement, car il en est le point central, le nœud de l’histoire. – Et arrête de te mentir. Tu ne peux pas me dire que tu l’aimes et me faire croire qu’il n’existe plus pour toi l’instant d’après! Tu te fous de moi ou tu crois vraiment que je suis aussi naïve ? – Elle est amèrement blessée, les spasmes causés par les sanglots secouant son corps fatigué, las de cette discussion, de cette soirée. Alma pose son regard abimé dans le sien, mais la jeune femme s’en détache, lui tournant le dos pour retourner vers l’entrée. – Il faudrait déjà que tu saches ce que tu veux... Et ça, je ne peux rien y faire pour toi. – Récupérant ses quelques effets personnels, avec l’infime conviction qu’il valait mieux fuir que de s’entêter à rester, elle se détourna à nouveau vers sa belle, le regard miroitant de larmes qu’elle tentait, tant bien que mal, de contrôler, malgré les quelques gouttes qui se frayait un chemin le long de ses joues. – Je t’aime, Alma. Mais je ne sais pas si ça sera suffisant pour te retenir.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: — lies in the dark (cait)   

Revenir en haut Aller en bas
 
— lies in the dark (cait)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» 7° Convention Dark Crusade Apocalypse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: