AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 the devil in i. -conrad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 405
- since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability: (côme, renata, rafael, conrad/FULL)

MessageSujet: the devil in i. -conrad   Jeu 12 Avr - 21:54

the devil in i.
conrad & lorenzo.

T'enfiles ton t-shirt, sans te retourner. Elle pionce de toute façon. Tu vas partir comme un voleur et tu t'en moques royalement. Sur la pointe des pieds, tu t'extirpes hors de la chambre à coucher, à la recherche de tes chaussures. Bordel, tu sais plus où tu les as jetées. Dans l'élan, t'as pas fait gaffe. Tu fais le coup à chaque rencontre et t'es pas foutu de faire attention la prochaine fois. Tu soupires alors que tu te baisses pour jeter un coup d'œil sur le canapé. Dans ton geste, tu bouscules légèrement la console placée à côté du sofa. En son centre, un vase. « Putain. » que tu murmures, priant pour qu'il reste en place. Il tangue quelques secondes avant de retourner à sa position immobile. Tu souffles, rassuré. T'aurais pas vraiment assumé. Tes yeux inspectent le dessous du canapé, mais la seule chose que tu trouves, c'est de la poussière. Tu te relèves, tu repars en recherche en faisant le moins de bruit possible. Finalement, tu retrouves tes baskets près de l'entrée. Ta veste mise, t'ouvres la porte, puis la referme d'une extrême douceur. Tu peux enfin respirer une fois dans le couloir. T'es rentré avec la nana, t'as pas ta moto pour rentrer chez toi. T'es comme un con Lorenzo. Alors tu sors ton portable, tu cherches à commander un uber. Aucun réseau. Putain, à quoi ça te sert de payer une blinde pour un forfait 4G illimitée si ça capte nulle part ? Tu te résignes à aller le faire dehors. Tu fermes ta veste pour braver le froid avant de descendre les escaliers de l'immeuble. Ton portable dans la main, t'attends qu'une moindre petite barre apparaisse. Tu pousses la porte du sas, les yeux rivés sur ton écran. La seule chose qui peut te dire que t'es désormais dehors, c'est le changement de température. « Portable de merde ! » que tu t'exclames dans ta langue natale. Rien. Alors tu le ranges et tes yeux retrouvent la réalité. Tu regardes un peu autour de toi ; au bout de la rue, tu perçois de la lumière et un brin de musique. Tu t'avances, tu te dis que tu capteras mieux là-bas. Quelques mètres parcourus, et tu t'arrêtes net. Tu l'connais ce bar, t'en as déjà entendu parler. C'est le genre d'endroit où tu mettras jamais les pieds. Le genre d'endroit où la fréquentation n'est pas bonne. Pas respectable. Tu veux tourner les talons, aller chercher ailleurs, mais y'a une voix qui vient s'immiscer dans tes tympans. Conrad. Ton sang, il commence à bouillir dans tes veines. Tu veux l'interpeller, mais tu veux pas qu'on te voit avec lui. Tu veux plus qu'on te voit avec lui. Alors tu l'suis, tu l'prends en filature comme dans les mauvais films d'espionnage. T'attends qu'il soit un peu éloigné, un peu à l'écart, avant d'aller te poster à côté de lui, suivant son allure. « Hey. » Ton regard, il est fixé devant toi. Les mains dans les poches de ta veste, tu te concentres sur ta marche. « J'savais pas que tu fréquentais ce type de bar. » que tu lui dis simplement, mine de rien. Tu te dis que tu fais une erreur. C'est une erreur.

_________________

(absente jusqu'au 26.06)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 113
- since : 23/03/2018

( end game )

- getaway car.
address: #60, east side.
contact book:
availability: lorenzo, james, waylon, robin.

MessageSujet: Re: the devil in i. -conrad   Lun 16 Avr - 2:52

C’est sur un coup de tête, une envie d’assumer pleinement ce qu’il est – et ce, malgré la probabilité élevée de croiser quelqu’un de sa connaissance dans les parages – que Conrad a décidé de s’arrêter à ce bar réputé pour sa clientèle de toutes les horizons sexuelles. Tant pis s’ils découvrent sa vraie nature. Et alors ? qu’il se dit en avalant une gorgée de la bière qu’on lui a servi. Qu’est-ce que ça change, qui il baise ? Qu’est-ce que ça change, s’il tient la main d’un garçon ? Et ça lui change les idées, à Conrad. Ça lui fait temporairement oublier la chaleur étouffante du désert et le sable qui lui colle encore à la peau, huit ans plus tard. Conrad, il sait qu’il n’oubliera jamais. Les cicatrices sont encore là, à marbrer sa peau de sensibilité accrue. Une machette qui a frôlé de trop près ses organes, et surtout, des balles qui l’ont criblé en évitant heureusement des artères principales. À la cuisse gauche, à l’épaule et dans le biceps. Huit ans plus tard, ça le lancine toujours ; de vieilles blessures cicatrisées en apparence, mais suintante dans sa tête.
La musique est déjà trop forte dans ses oreilles. Ses sens désinhibés par l’alcool ne l’aide pas, au contraire. Et il fuit déjà, Conrad. Avant une énième crise, avant d’esquiver une énième grenade imaginaire. Les fêtards et les couples enlacés à se chuchoter des mots doux n’ont pas besoin d’un idiot pour ruiner l’ambiance. Et il y a un mignonnet qui l’interpelle et l’accompagne jusque dans la rue. Jeune – plus jeune que Conrad – avec un  grand sourire qui frôle la niaiserie. Vous allez bien, qu’il demande. Vous voulez que je vous raccompagne, qu’il doit sûrement sous-entendre. Il s’inquiète, le minet. Mais Conrad lui offre un sourire qui se veut rassurant – effrayant. « Ça ira. Je vais rentrer à pieds. » Et il hésite le minet, avant de finalement tourner les talons pour retourner à l’intérieur du bar. Il a besoin de s’éclaircir l’esprit, Conrad. Et il accueille avec bonheur le silence des rues désertes. Il n’y a que le feulement d’un chat par-là, et des poubelles renversées par-ci qui le ponctuent. Et le son de pas qui claquent contre le bitume. Conrad fait mine de rien entendre mais il sait. Par réflexe, son poing se serre autour de sa paire de clé, ses jambes prennent appui sur le sol, prêt à pivoter sur ses talons.
Il s’apprête à cogner mais cette voix, il la reconnaît. Ses muscles se détendent et ses clés retournent discrètement dans la poche de son jean. Sous la lumière vacillante du lampadaire, il reconnaît son partenaire de jogging - aussi vif que lui, peut-être un peu plus. L’avantage de la légèreté, sûrement. Sa question – son affirmation, plutôt – lui fait hausser un sourcil. Que s’est-il dit, déjà ? Ah oui. N’en n’avoir rien à foutre, au moins pour ce soir. D’assumer – après tout, sa famille est bien trop loin pour le juger ici, hein ? « Ce genre de bar ? » Répète-t-il. « Le genre que les hétéros évitent, c’est ça ? » Ricane-t-il. Conrad soupire déjà en se pinçant l’arête du nez. S’en foutre ? Pas tant que ça. Son orientation sexuelle n’est pas écrite sur sa gueule mais quelles sont les choses qu’il croise l’une de ses rares connaissances aux abords de ce bar-là, ce jour-là et surtout, à cette heure-là ? Infimes. Pourtant, les voilà. « Ça te pose un problème, peut-être ? » Qu’il demande d’un ton badin, dénué d’animosité. Pourtant, Conrad ne se gêne pas à lui faire admettre ce qu’ils disent tous. Ça ne me dérange pas, tant que les pédés traînent pas dans mon entourage, ça ne me dérange pas, tant que ce ne m’est pas mon fils.

_________________
- in this desert, in darkness, lying with a gun across his chest, pretending, he's heartless as the fire flashes in the sky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 405
- since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability: (côme, renata, rafael, conrad/FULL)

MessageSujet: Re: the devil in i. -conrad   Dim 13 Mai - 13:51

the devil in i.
conrad & lorenzo.

Les mains fourrées dans tes poches, la mâchoire serrée. Tu continues de marcher à ses côtés, même si y'a ton cerveau qui te dis de te barrer, de le laisser, de plus jamais lui adresser la parole. Mais merde, tu l'aimes bien Conrad. Putain, t'es tellement un connard Renzo. Et pourtant, tu fais rien pour changer ça. Tu resteras un connard, parce que t'es bon qu'à ça. T'es pas foutu d'ouvrir un minimum ton esprit, tu restes coincés dans des principes qui ne valent rien. Parce que c'est comme ça que t'as été élevé, c'est comme ça que tout devrait fonctionner. C'est ce qu'on te répète depuis que t'es gamin. Les hommes, ça couchent avec des femmes. Point barre. C'est le sens des choses, pas vrai ? Alors toi aussi, tu ricanes légèrement en entendant la réponse de Conrad. Ouais, toi aussi tu rigoles. Tu te dis que c'est les nerfs qui prennent le dessus, parce que t'es soudainement plus aussi à l'aise avec lui. « Ouais, on va dire ça. » Tu t'passes la main dans les cheveux, t'es pas bien là. T'aurais dû le laisser rentrer seul, t'aurais pas dû l'accoster comme ça. Nan Renzo. T'aurais dû faire le mort, comme tu sais si bien le faire avec les filles avec qui tu couches. Ne plus donner de nouvelles, aller courir ailleurs pour ne plus jamais le recroiser. Tirer un trait sur cette connaissance. Alors pourquoi t'es encore là ? Tu hausses les épaules à sa question. Tu sais pas vraiment quoi lui répondre. Tu vas être franche Lorenzo ? Lui dire que c'est contre nature ? Que t'as décidé que tu ne voulais plus le fréquenter ? Ou tu vas t'écraser, jouer le faux allier pour te faire bien voir et éviter une dérouillée ? T'en sais rien. « J'espère qu'ils passent de la bonne musique au moins. » que tu lui dis, changeant de sujet. Non, tu ne vas pas lui répondre. Mensonge par omission. Tu préfères fermer ta gueule, pour l'instant. Parce que qui sait, peut-être que tu fais erreur ? Qui sait, peut-être que Conrad il venait juste voir un pote, acheter des cachets ou quelque soit d'autre. T'essayes de te convaincre Lorenzo, comme si ça allait t'aider à garder la tête froide. Les mains de nouveau enfournées dans tes poches, tu sers les poings, jusqu'à ce que tu sentes tes ongles s'enfoncer dans tes paumes. Putain ça t'énerve. De tout le temps tomber sur des pédales. De tout le temps devoir t'éloigner. Quand tu vois un gars te regarder un peu. Quand ton palpitant explose quand tu regardes Rafael. Tu renifles bruyamment, comme si le son allait chasser toutes ces conneries de ton crâne. Pourquoi tu te fais autant de mal Renzo ?

_________________

(absente jusqu'au 26.06)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 113
- since : 23/03/2018

( end game )

- getaway car.
address: #60, east side.
contact book:
availability: lorenzo, james, waylon, robin.

MessageSujet: Re: the devil in i. -conrad   Ven 18 Mai - 21:27

Conrad, il a du mal à croire ce qu’il entend – il a du mal à croire ce qu’il voit. Il a cru un peu bêtement que la jeunesse est différente, que Lorenzo est différent. Qu’il ne le jugerait pas pour préférer les muscles aux seins. Ça ne devrait pas le surprendre, cela dit. Il connaît les clichés qui traînent autour des joueurs de foot professionnels. C’est les gonzesses pimpantes, qu’ils accumulent au bras. Un mec, ça fait tâche. Ça râle, ça les dégage des équipes sans réfléchir ; les fans, ils sont hétéros. Leurs héros doivent aussi l’être. Conrad, il feint la tranquillité mais c’est des doigts tremblants qui fouillent dans la poche de son pantalon pour en sortir un paquet de clopes et un briquet. Une sale habitude qu’il n’aurait pas dû reprendre. Il lui a suffit d’une cigarette, d’une seule, pour retrouver goût à la nicotine. Et c’est à cause de William, songe-t-il alors qu’un soupir s’échappe de ses lèvres en même temps qu’un filet de fumée. Mais Lorenzo, il a l’air d’être encore plus gêné que lui. Mal à l’aise. Pas à sa place. Ça suffit à arracher un sourire mutin à Conrad, alors qu’il tire une énième bouffée brûlante de sa cigarette. Son assurance qui revient. Plus réelle, cette fois-ci.
Et Lorenzo, il n’est pas clair dans son jeu. L’évidence de son dégoût dans la trogne qu’il affiche ne correspond pas à ses mots. Peut-être parce qu’au fond de lui, il sait qu’il n’a aucune chance si les insultes fusent. Si ses mots ont le malheur de blesser, plutôt que de tranquilliser. « Ils passent de la bonne musique. » Répond-t-i simplement. La bagarre, Conrad ne la cherche pas non plus. Il se connaît. Il sait que le désert n’est jamais loin – qu’il le hante toujours. Ses réflexes, ils sont encore à Marjah. « C’est exactement la même qui passe dans tous les bars, tu sais. » Rajoute-t-il alors qu’il envoie valser son mégot d’une pichenette dans un caniveau. « Par contre les cocktails sont bien meilleurs dans ce bar-là qu’ailleurs. Tu devrais essayer, un jour. » Une façon de le titiller mais surtout une façon de lui prouver qu’ils ne sont pas si différents, quoi qu’il en dise. Mais surtout, une façon de lui arracher à la bouche ce qu’il pense vraiment. Ce soir, Conrad a décidé de s’assumer pleinement. Si ça ne dure pas jusqu’au petit matin, tant pis. C’est trop tard pour retourner sa veste auprès de Lorenzo, de toute façon. Conrad, il est grillé.
Mais il s’en fout. Les poings serrés de Lorenzo suffisent à affirmer sa décision.

_________________
- in this desert, in darkness, lying with a gun across his chest, pretending, he's heartless as the fire flashes in the sky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 405
- since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability: (côme, renata, rafael, conrad/FULL)

MessageSujet: Re: the devil in i. -conrad   Lun 21 Mai - 23:00

Tu ricanes Lorenzo. T'essaies de cacher ton malaise du mieux que tu peux, mais tu sais très bien que c'est peine perdue. T'as jamais été très doué pour cacher tes émotions. Et c'est sûrement ça qui t'as poussé jusqu'ici, à Brighton. Cette façon dont t'arrives pas à fermer ta gueule. Alors ce soir, tu fais ton maximum. « J'te crois, ça me suffit. » que tu lui dis simplement. Parce que t'as pas vraiment envie d'aller vérifier toi-même ses dires. Parce que t'as pas envie de lui laisser croire que ça pourrait t'intéresser. Et rien que l'idée de t'imaginer dans ce genre d'endroit, ça hérisse les poils sur ta peau. T'appartiens pas à ce monde Lorenzo, non. Tu veux t'penser meilleur, tu veux te convaincre que tu vaux mieux que ces mecs. Et ça t'étonnes complètement de voir Conrad en être. De le voir sous un autre regard. Ce type que t'as toujours imaginé comme une montagne, comme un vrai mec. Le soldat qu'en a vu trop pour une seule vie. Conrad, tu l'admirais presque. « Et du coup, tu vois quelqu'un en ce moment ? » que tu finis par lui demander. Parce que malgré toutes ces conneries, t'as pas envie de voir ta relation avec lui s'effriter. T'as pas envie de complètement jarreter Conrad de ta vie. Tu te dis que tu ne peux pas te fermer complètement aux personnes qui ne pensent pas comme toi. Tu te dis que ta pensée n'est pas universelle Lorenzo. Et que c'est peut-être l'univers dans lequel t'as grandi qui t'fait penser comme ça. Parce que t'as bien eu le temps de voir les différences entre l'Italie et ici. La tolérance, elle est loin d'être la même. Et tu te dis parfois, que ta façon de penser n'est peut-être pas la bonne. Mais c'est comme ça que t'as été élevé Lorenzo. C'est dans ce genre de pensées que tu vis ; parce qu'au boulot, c'est mal vu. Parce que t'es formaté pour être un modèle pour les gamins. Mais tout ça, c'est tellement encré dans ton crâne que t'es un incapable de t'en détacher. C'est mal. Tu devrais pas ressentir de la sympathie Lorenzo. Tu ne devrais pas te sentir soudainement autant concerné par tout ça. Tu ne devrais pas regarder Rafael de cette façon dès qu'il a les yeux ailleurs. « Enfin, si tu veux pas m'dire, c'pas grave hein. » Tu ne veux pas non plus trop t'immiscer dans sa vie Lorenzo. Parce qu'au final, t'en sais pas grand-chose. Conrad, t'as juste l'habitude de courir avec lui, c'est tout. Et si t'étais si blanc dans l'histoire, ça devrait pas autant de mettre le nerf de le voir fréquenter des hommes.

_________________

(absente jusqu'au 26.06)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: the devil in i. -conrad   

Revenir en haut Aller en bas
 
the devil in i. -conrad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why "Lord" Conrad Black Proposes Anglo-Saxon Takeover of Haiti - again
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Alignement NewJersey Devil
» Supernatural;; Sympathy For The Devil
» [Defense Devil] Présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton west side.-
Sauter vers: