AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 just twenty minutes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 21
- since : 08/04/2018


MessageSujet: just twenty minutes.   Lun 9 Avr - 14:06

Brighton, nouvelle vie, nouveau départ disais-tu si bien au début, mais il faut croire que tout ressemble à Marseille et tout ça, ça te manque à toi, le soleil, certaines personnes même, tu n'aurais jamais cru dire ça un jour, pourtant. Ce soir de service dans le bar pour lequel tu travailles depuis peu, bar chique, tu t'épanouis et tu aimes ce que tu fais, mais avant de prendre ton service, tu vas prendre un verre ailleurs chez une connaissance, un client qui vient prendre son verre chez toi de temps en temps, après sa fermeture. Seul au bar, tu te poses sur un tabouret, commandant un vers de vodka, pur délice que tu mélanges à un jus d'orange, tu n'es pas du genre bavard et tu restes seul, seul alors que le bar est rempli et tu pourrais facilement établir un contact avec certains de ses clients, peut-être même les attirés vers toi, dans le bar où tu travailles, mais non, tu es si bien seul, paisible est le silence, relaxant est la tranquillité. Verre à moitié rempli, tu fais tourner le liquide orange dans ton verre, si doux, tu en prends même une gorgée, il ne te reste plus qu'une vingtaine de minutes avant de prendre ton service. Plusieurs de tes clients sont ici, prenant eux ici du bon temps, dont une que tu connais un peu mieux que les autres, tu ne te souviens plus de son nom, mais peut-importe et tu fais même comme si tu ne la voyais pas, prenant une brochure concernant un nouveau parc aquatique en main, tu la lis. Pas très intéressant, mais t'aimes lire, tu soupires avant de te retourner pour l'avoir dans ta ligne de mire, tu la vois et toi, tu comptes partir, sauf que tu ne pourras pas l'esquiver et poli garçon que t'es, tu la salueras en marchant vers la porte. Salut. Qu'est-ce que tu fais là ? Et pourtant, les fois où vous avez parlé se comptent sur une seule main, vous n'êtes pas plus ami que ça, mais cette jeune femme en a dans la tête, elle te l'a déjà démontré à des nombreuses reprises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 94
- since : 06/04/2018


MessageSujet: Re: just twenty minutes.   Mar 10 Avr - 21:54

T'en peux plus. T'as passé ta journée à bosser tes cours. Il est vrai que tu adores ce que tu fais, mais qu'est-ce que ça demande de l'énergie. T'as l'impression que ton cerveau est passé dans une broyeuse. A l'heure qu'il est, tu ne sais même plus si t'es encore capable de réfléchir à quoi que ce soit. Etienne a dû le sentir lui, puisqu'au moment même où tu claques ta bible sur les animaux marins, ton portable se met à sonner. Ah Etienne, il est toujours là au bon moment. Voilà qu'il te propose d'aller de te sortir un peu et d'aller boire un verre. Il faut dire que tu as passé la moitié de ta journée à lui dire que t'en avais assez d'être enfermée entre quatre murs, alors bon, le preux chevalier a encore frappé avec cette proposition. D'ailleurs, il ne lui aura pas fallu bien longtemps avant qu'il ne vienne klaxonner devant chez toi, alors que tu étais encore entrain de te passer un petit coup de maquillage histoire d'être à peu près présentable. Et d'éviter de ressembler à un zombie. Tu te ferais presque peur en te regardant dans le miroir, tant les poches sous tes yeux sont flagrantes. Merci le make-up. Un coup de parfum, et le tour est joué. Il était temps Princesse. Tu souris et l'embrasse sur la joue, avant d'attacher ta ceinture. Etienne ou l'art de savoir parler aux filles. Il avait vraiment du tact, et toujours les bonnes paroles. La voiture démarre en trombes, et toi, tu t'improvises dj. Tu lui piques sa prise jack pour y greffer ton téléphone et en avant la musique. Au moins tu mets l'ambiance avant d'arriver rapidement au bar qui ne se trouve pas si loin de chez toi que ça. Y'a plutôt pas mal de monde. En même temps c'est l'un des bars les plus fréquentés du Sea Side. Il y a toujours une ambiance de folie. Attablés au comptoir. Tu commandes un cosmopolitan, et Etienne un mojito. Ca te fais un bien fou de te retrouver ici avec ton ami. Entraînée par la musique, tu danses sur ton tabouret, mais le téléphone du môme vous coupe en pleine conversation. Vu le bruit des baffles, ce dernier s'éloigne pour regagner la sortie quelques minutes. Toi, tu t'ennuies pas trop, tu t'empares de ton téléphone, et sirote tranquillement ton cocktail rosé. Soudain, on s'adresse à toi. Poliment, tu tournes la tête pour mettre un visage sur ton interlocuteur, et tu ne peux te retenir de lever les yeux au ciel. C'est plus pour le faire rager qu'autre chose. Et ça, tu adores. Je bois un verre, ça se voit pas ? Jupiter ou l'art de manier l'ironie avec brio. Ça a toujours été comme ça entre vous. De véritable chien et chat. Lui, c'est plutôt le chien, qui arrive avec la queue qui frétille. Toi t'es plutôt la féline, qui sort les griffes dès que le chien ose approcher sa truffe d'un peu trop près. Et je vois que toi aussi, tu sens la vodka. Tu souris malicieusement. T'as le flair. Tu travailles pas ce soir ? Voilà que tu te radoucies un peu. Mais pas trop. Juste ce qu'il faut. Pas trop pour ne pas laisser le barbu prendre la confiance, mais suffisamment pour éviter de passer pour l'anti-social. Bien que... Ce statut t'arranges bien par moment.


Dernière édition par Jupiter Tops-Alexander le Ven 20 Avr - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 21
- since : 08/04/2018


MessageSujet: Re: just twenty minutes.   Mer 11 Avr - 15:58

Chien et chat, c'est-ce qui qualifierais le plus votre relation. Vous vous chamaillez, en rigolant, de ton côté bien évidemment et c'est en l'abordant que tu lances les hostilités, ça va reprendre de plus belle, comme à chaque fois que vous vous êtes adressé la parole et pourtant, vous pouvez avoir des discussion posées et intéressantes aussi, si vous ne vous chamaillez pas. Elle n'est pas seule, accompagnée et tu le sens, bien que tu n'aies pas encore vu de qui, une amie ? Tu ne sais pas. Regarde noir après sa réponse, comme si tu ne l'avais pas vu. Non, par là, tu te demandais pourquoi ce bar, pourquoi venir te faire chier dans ton bar préféré. Tu ne dis rien de plus, tu souris, hypocritement, mais tu souris et commande deux autres verres, un pour toi, un pour elle qui buvait un cosmopolitan, t'as encore un peu le temps de toute façon. Bien vu. Même un aveugle l'aurait remarqué que tu buvais un verre. Tu lèves à ton tour les yeux au ciel, alors qu'elle te demande si tu ne travailles pas, un air plus doux se fait ressentir dans cette voix. Peut importer le ton qu'elle emploiera, tu ne crois pas la déranger. Tu salues quelques clients qui ne cessent de te couper la parole à chaque tentative de réponse, ne voulant pas passer pour un impoli et ne pas perdre tes clients. Ca ne te regarde pas, à ce que je sache. Sourire sur les lèvres, tu la regardes droit dans les yeux, relançant officiellement toutes les hostilités et tu sais que ça peut faire mal, bien que tu ne penses aucune de tes paroles et que tu trouves ça amusant. J'y pense. La derrière fois, tu disais être étudiante. Tu prends une gorgée de ton verre, verre que tu vides d'un coup en voyant ta commande arrivée. Si tu veux, je peux t'aider à financier des études. Encore une fois interrompu, par le serveur cette fois à qui tu règles l'addition en filant un billet de dix et lui laissant la monnaie. Ton plus beau sourire sur les lèvres, droit dans les yeux, tu continues. On chercher une femme de ménage. Ce n'est pas le job le plus classe, mais ça te permettrai de te rapprocher de moi. Tu souris, tu l'ennuies comme elle le fait à chaque fois avec toi. Tu claques ton verre contre le sien malgré tout, regarde vite fait sur ta montre qui annonce qu'il ne te reste plus qu'un petit quart d'heure, ça sera suffisant, tu crois pouvoir l'achevée. À la tienne, princesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 94
- since : 06/04/2018


MessageSujet: Re: just twenty minutes.   Mer 11 Avr - 19:45

Aurèl c'est typiquement le genre de mec qui à la fois t'amuses, mais t'insupportes aussi. C'est le genre de mec rentre-dedans, et qui a une vision de la femme assez déconcertante. Et toi, en tant que bonne féministe que tu es, il t'arrive de ne pas toujours apprécier ses paroles. Là où tu prends plaisir, c'est à passer ton temps à le recaler. Et visiblement, ça ne l'arrête pas puisqu'à chaque fois, le barbu revient à la charge, comme si ça l'amusait à lui aussi. Etant donné qu'Etienne s'est éclipsé quelques minutes, toi, ça t'amuses qu'il soit là. Au lieu de passer ton temps sur les réseaux sociaux, tu as une activité bien plus distractive devant toi. D'ailleurs, tu ne manques pas de le recaler dès le moment où il ouvre ses lèvres pour te demander à première vue gentiment, ce que tu fais ici. Il est vrai que tu aurais très bien pu lui dire que tu étais venue ici pour te changer les idées suite à ta longue journée, la tête plongée dans les livres. Mais non, au lieu de ça, tu le prenais pour un con. Parce que t'es comme ça toi. T'es le genre de fille qui répond du tac au tac, et qui manie l'ironie avec un certain savoir faire. Tu t'amuses à faire courir tes ongles sur le comptoir, tout en l'observant. T'essais de t'adoucir, féline que tu es. Mais très vite, le monsieur en face de toi à le don de te faire sortir de tes gonds, et te voilà avec le poil dressé sur le dos, prête à sortir tes griffes. Quand tu disais plus haut que c'était typiquement le mec qui avait une vision de la femme assez péjorative, c'était bien le cas ici. Tu sentais bien que cette proposition cachait autre chose. Qu'il y avait un sous-entendu bien plus sale que le simple job de femme de ménage. Tu n'avais absolument rien contre ce métier. Et au contraire, on avait besoin du courage de ces femmes là. Et puis, entre nous, même chez soi on se transforme en Cendrillon pour rendre l'appartement dans un meilleur état, bien que de ce côté là, tu ne sois pas trop débordée, étant plutôt maniaque et organisée. Tu lèves alors les yeux au ciel, et soupires, sans te cacher. Tu t'empares de ton verre pour le finir d'une traite, histoire de faire passer la pilule. Comme si cela allait te rendre plus aimable, ou tout le contraire. Des conso arrivent devant vous. Deux. Une pour lui, et une pour toi visiblement. Et même si c'est la boisson que tu adores, tu la repousses du bout des doigts vers ce dernier, et tout en souriant ironiquement, tu te tournes vers le barman pour commander un mojito. Faut varier les plaisirs, lâches-tu avec tout ce même ton ironique. Et pour ta gouverne, je n'ai pas besoin de ton aide. J'ai de quoi financer mes études. Il est vrai que tu avais la chance d'avoir tes parents, mais pas seulement. Il t'arrivait parfois de venir aider ta mère à son cabinet vétérinaire, et tu avais avant tes études actuelles, déjà un diplôme pour pouvoir exercer des contrôles sanitaire dans des parcs animaliers, de quoi te faire un peu d'argent de temps à autre. Et puis si c'est pour te voir t'astiquer la nouille pendant qu'on fait le ménage chez toi, il y a des femmes faites pour ça. Ca s'appelle des putes. Mais bon, je pense que je ne t'apprends rien et que tu dois connaître ça toi. Tu lâches d'une traite, avant de lui offrir de nouveau ton plus beau sourire hypocrite. Puis tu glisses les deux pailles de ton mojito entre les lèvres, pour en aspirer une gorgée. Il faut dire qu'il avait lancé les hostilités, tu ne faisais que lui répondre finalement. Polie la môme.

_________________

s(he's) br(ok)en.  
paradoxical girl ☽ Everyone's fucked up. You've just gotta decide what kinda fucked up you're into.


Dernière édition par Jupiter Tops-Alexander le Ven 20 Avr - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 21
- since : 08/04/2018


MessageSujet: Re: just twenty minutes.   Mer 11 Avr - 20:44

Cette fille que t'aimes tellement taquiner, cette même femme que tu ne respectes pas tellement, t'es cash avec elle et tu ne mâches pas tes mots, t'en as conscience. Cette fille a le don de t'exaspérer et vice versa, tu le sais, mais tout ça, c'est bon enfant, tu le sais, vous avez déjà eu cette conversation, de la pure taquinerie des deux côtés, tu ne pouvais pas rêver mieux. Les verres arrivent et en les voyant, elle se tournes vers le serveur et décommande, mademoiselle veut un Mojito à la place d'un Cosmopolitan, tu t'es trompé, ça arrive et à ton tour, tu te retournes, tu le connais, c'est Karel, un ami et tu lui demandes de simplement remballer le Cosmopolitan et de l'échanger pour le Mojito. Tu regardes la jeune femme dans les yeux, un air sérieux se dessine sur ton visage. Tu n'es pas le genre de meuf chiante ? Ses doigts sur la table, ses ongles qui courent sur le bois, horreur. Déjà en temps normal, tu ne supportes pas ce bruit, mais venant d'elle, ça ne passe pas. Ta main se pose sur la sienne, aucune tendresse de ta part, tu veux que ça cesse, un point c'est tout. Si tu continues, ta soirée risque de s'arrêter plus tôt que prévue, princesse. Tu n'es pas violent, loin de là, t'es le genre de mec calme d'habitude, posé et qui ne dit pas un mec plus haut que l'autre, réfléchis et bien sympathique, mais là, c'est Jupiter, l'exception qui confirme la règle. T'as pourtant attendu bien longtemps, ta patiente à des limites, comme tout le monde. Souriant à sa dernière remarque, tu sais très bien qu'elle n'a pas besoin de ta proposition pour payer ses études, tu connais vaguement sa situation et ce n'est pas le genre de meuf à avoir besoin d'argent, un peu comme toi, vous vous ressemblez un peu, peut-être. Et puis si c'est pour te voir t'astiquer la nouille pendant qu'on fait le ménage chez toi, il y a des femmes faites pour ça. Ça s'appelle des putes. Mais bon, je pense que je ne t'apprends rien et que tu dois connaître ça toi. Elle rajoute. Tu te tais, tu souris, son expression te fait rire et tu ne peux qu'en rigoler. Tu prends premièrement une gorgée de ton nouveau verre de vodka, le dernier peut-être, après tu devras aller travailler. Les putes ? La questionnes-tu en prenant une fine gorgée de ton verre. Non, je ne connais pas ça. J'préfère les femmes. Un peu dans ton genre même, c'est bien plus facile encore. Sourire aux lèvres, sourire hypocrite, sourire joueur et tu sais que dire pour la faire monter dans ses tours, tu sais qu'après ça, elle partira loin et répliquera du tac au tac, chose que t'aimes bien chez elle, son franc parlé. Tu jettes un coup d'œil à ton horloge, il ne te reste plus qu'une bonne dizaine de minute, que le temps passe vite lorsqu'on s'amuse. Je n'ai plus qu'une dizaine de minutes à t'accorder. Pas une de plus. Tu bois une gorgée de plus à ton verre, la vodka commence à t'écœurer, le goût et l'odeur t'insupportes. Dis-moi, elle est ou ta copine, elle doit être certainement plus intéressante que toi, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 94
- since : 06/04/2018


MessageSujet: Re: just twenty minutes.   Jeu 12 Avr - 19:26

A peine dix minutes se sont écoulées depuis qu'il est venu t'accoster, que déjà il t'insupporte. Il a ce don si particulier de te faire monter dans les tours. T'es impulsive toi. En temps normal, il ne te faut pas grand chose pour t'emporter, mais là, il suffit sa présence pour sentir en toi cette once d'agressivité. Ce n'est pas vraiment méchant pourtant. Disons que tu ne perds pas une minute pour le remettre à sa place quand c'est nécessaire. Soir, toujours. Mais bon, vous savez tous les deux que ce n'est que de bonne guerre. Toi en fait, ça t'amuses cette relation chien et chat. Même si sur le moment tu aurais envie de lui bondir dessus et de lui planter tes griffes acérées sur son joli minois, histoire de le calmer un peu. Il n'en demeure pas moins, qu'avec du recul, ça te fais rire. Pourtant, si quiconque venait à vous surprendre en pleine conversation, on pourrait presque croire que vous ne pouvez pas vous sentir. Avec lui, t'as toujours été comme ça. Directe. Tu ne mâches pas tes mots. Et si tu devais le traiter de pauvre connard, tu le ferais. Tu ne te gênerais pas. Parce que c'est le cas. S'en est un, et lui-même le sait. Et toi, t'es une petite pétasse. Donc ça se vaut. Puis toi, t'as pas froid aux yeux. Avec ce que tu as vécu dans le passé, ça t'as forgé, et à côté de ça, Aurèl, c'est de la gneugneute. Bon par contre, là, ce qu'il est entrain de faire, ça te plais moyen. Tu arques un sourcil interrogateur, tant face à son acte que ses paroles. Ses paroles sonnent comme une menace. C'est plutôt ça qui te déranges. Même s'il n'a jamais eu un geste violent ou déplacé à ton égard. Cette main qui resserre la tienne, surement pour faire cesser la course de tes ongles sur le comptoir, et ces parole ne te plaises pas trop. Fais attention, je pourrais me retourner contre tes menaces. Tu dis, en le regardant droit dans les yeux, comme pour lui montrer que cela ne t'intimidais pas. T'étais loin d'être le genre de filles à se laisser faire. T'avais du caractère, parfois un peu trop, parfois à tes dépends. Mais on ne te refait pas Ju'. Tu es comme ça, c'est dans tes gênes. Tu sirotes ton monaco tout en crachant ton venin à l'instar de ce dernier. Pour qui il se prend le mec, sérieusement. S'il t'as prit pour une pute, il se fiche le doigt dans l'oeil. Seulement voilà, il ne sait pas s'arrêter, c'est bien ça ton programme. Alors, tu le regardes droit dans la yeux, et pose l'une de tes mains sur son entre-jambe, et presse ses couilles, pas trop pour ne pas lui faire mal, mais suffisamment pour qu'il sente la pression à travers son pantalon et le calmer un peu. Tu vas voir ce qu'elle va te faire la fille facile. Tu lâches, d'un air désinvolte, avant de reposer ta main autour de ton cocktail, faisant comme si rien ne venait de se passer. Il pourrait être cool Aurèl, s'il n'avait pas ce côté machiste au possible. S'étant rendu compte que tu n'étais visiblement pas venue seule, il lançait encore une fois les hostilités. Comme si ce qu'il venait de te dire te toucher particulièrement. En même temps, ce qu'il pouvait dire te passer au dessus. Mais bon, un minimum de respect pour Etienne était le bienvenu. Si t'as des tendances homo et que tu as envie de te faire prendre par derrière, pas de souci. Mais je te garantis pas que ce soit une bite que tu te prennes. Tu pestes. Quel con. Etienne n'est pas homo, ou du moins, pas à ce que tu saches. Il aime bien trop les filles pour ça. Et s'il venait à se ramener et entendre tes paroles, à mon avis, il aurait rétorqué quelque chose de bien plus sale, Etienne. D'ailleurs, tu rigoles intérieurement, rien qu'à imaginer ce qu'il aurait pu répondre. Au moins, maintenant, le barbu était au courant que tu n'étais pas venue accompagnée d'une copine, mais d'un copain.

_________________

s(he's) br(ok)en.  
paradoxical girl ☽ Everyone's fucked up. You've just gotta decide what kinda fucked up you're into.


Dernière édition par Jupiter Tops-Alexander le Ven 20 Avr - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 21
- since : 08/04/2018


MessageSujet: Re: just twenty minutes.   Mer 18 Avr - 22:53

Nan, tu n'es pas le genre de mec dangereux toi, t'es plutôt calme, tu réfléchis deux fois avant d'agir, pesant le pour et le contre et ne fonce pas tête baissée. T'es le genre de gars qui préfère régler toutes embrouilles par une bonne discussion, bien que ce soit rare, et ce, ne fait pas partie de ton quotidien et que ce sont que des paroles en l'air, celle que tu viens de prononcer et elle devrait le savoir depuis, crois-tu. Tu souris à sa réponse, ne dis rien, ce sourire parle plus que des mots, tu tentes de lui faire parvenir que tu ne le penses pas et prends ensuite une gorgée de ton verre. Tu l'embêtes et tu aimes ça, c'est de la rigolade, tu l'apprécies au fond Jupiter, peut-être ne le lui dira pas, peut-être qu'un jour, tu lui diras ton amitié envers elle, mais là t'aimes la situation plutôt embrouillée, chien et chat. Encore une fois t'en rajoute une lui faisant croire qu'elle était plutôt facile comme fille, t'y va fort et elle te répond, du tac au tac, ça te stimule à continuer, même et tu comptes pousser ta chanson un peu plus loin. Tu passes ta main sur son bras, tendre sourire aux lèvres cette fois, yeux doux. Je ne t'ai pas dit que t'es une fille facile. T'es plutôt un challenge, je crois. Mon genre de femme. Tu gardes ton sérieux, bien sûr, tu ne penses rien de tes mots, tu sais qu'elle te recalera sûrement, pour faire la fille. J't'ai juste dis que je ne serais pas contre de passer la nuit avec toi, ce soir par exemple. Cette fois, tu rigoles à ta propre blague et laisses ton air de sérieux. Sa copine, tu l'attends, toi, tu veux la voir, mais elle te calme rapidement, c'est un homme comme tu peux le comprendre et tu laisses très vite tomber, les hommes ce n'est pas pour toi, au contraire. Non merci. Sans façon. Dis-tu simplement. Quelle vulgarité, sortant de sa bouche, toi qui n'as pas l'habitude de tout ça, avec elle, tu te l'autorises, à l'occasion d'en placer une par-ci par-là. Oh que oui, tu en entends des grossièretés pendant tes heures de travail, mais tu n'en n'utilise pas, ou très rarement. Je t'inviterais à prendre un verre, si je n'étais pas sûr de me faire recaler. Tu dois bientôt partir, envie de rester encore avec Jupiter, peut-être, tu l'invites et te surprends. Air triste dans tes paroles, tu ne ressens rien, ça ne te fait rien tout ça de toute façon et vide ton verre pour prendre la route, aller au travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 94
- since : 06/04/2018


MessageSujet: Re: just twenty minutes.   Hier à 13:24

Son geste, tu l'as moyennement apprécié. Parce qu'en réalité. T'aimes pas qu'on te touche. Y'avait que Gab qui avait le droit. Mais depuis qu'il n'est plus, tu ne laisses personne te toucher de cette manière là. Tu ne supportes pas ce contact physique. Toi, tu joues. Tu cherches. Mais dès qu'on s'approche un peu trop, tu t'éloignes, tu t'en vas, tu disparais, puis tu ré-apparais, quand on s'y attend le moins. T'es comme ça toi maintenant. Les relations, tu n'es pas prête pour ça. Et coucher avec un autre homme encore moins. Ca te rappelles des choses. Beaucoup trop de choses. Des bonnes. Comme des moins bonnes. Surtout des moins bonnes. Désormais des moins bonnes. Mais toi, ça t'amuses juste de les faire languir, comme on a pu te faire languir à toi. En réalité, ils prennent tous pour lui. Pour ce petit con. C'est ta vengeance. Tu ne peux pas t'en prendre à lui, alors tu t'en prends à eux, c'est tellement plus simple, ils sont tellement plus vulnérables. Les mecs, ils réfléchissent avec leur service trois pièces situé entre leurs jambes. D'ailleurs, c'est ce dont Aurèl était une fois de plus entrain de faire preuve. Tu levais les yeux au ciel, et soupirais. Tu n'aimais pas la façon dont il avait de parler de toi. Comme si tu étais une fille facile. Le genre de fille que l'on se tape en deux temps, trois mouvements. Tout ce que tu ne supportes pas. A ce moment même, t'as envie de lui attraper les couilles avec tes mains, et de les serrer aussi fort que possible, en le regardant te supplier d'arrêter. Ca lui ferait pas de mal, mais bon, tu t'abstiens, monsieur décide de se radoucir un peu, et de se rattraper. Un challenge. Tu préfères. Plus qu'une fille facile. Voilà que tu retrouves ce sourire amusé sur le coin des lèvres qui rend ton visage bien plus rayonnant que précédemment. Il ajoute cependant qu'il ne serait pas contre une nuit avec toi, notamment ce soir. C'est alors que tu pouffes de rire, avant de t'emparer de ton verre pour porter les pailles entre tes lèvres. Dans tes rêves peut-être, lâches-tu alors, en lui faisant un clin d'oeil, avant de jeter un oeil vers la sortie pour zieuter si Etienne arrive ou non. Tiens, en parlant d'Etienne, il semblerait que tu viennes de calmer le jeune homme placé en face de toi. En même temps, il l'a cherché lui aussi. Sa réaction, ça te fais rire à toi. Car aussitôt tu lui as parlé d'Etienne, aussitôt le visage du jeune homme s'est transformé. Ah ce n'est pas ton genre ? Tu ris de plus belle, dans le seul et unique but de le faire rager un peu. Autant tu pouvais être la fille exemplaire, autant, il t'arrive parfois d'être un peu dur dans tes mots, un peu trop direct, et cela pouvait surprendre. Mais là, il faut dire qu'il l'avait un petit peu chercher. Et puis bon, il ne va quand même pas te faire croire qu'il est une âme sensible, à d'autres. Il reprend toutefois la parole pour te proposer indirectement de boire un verre avec lui. Tu arques un sourcil. C'est bien, il t'as cerné le môme devant toi. C'est bien, tu apprends à préserver ton égo. Tu réponds du tac-au-tac. Jupiter, on ne te changera jamais. Mais dans le fond, il sait que derrière cette répartie se cache une gentille personne. Mais voilà, c'est plus fort que toi, tu ne peux t'empêcher de repousser le monde entier. Accepter se verre aurait été signe de faiblesse pour toi, et il était hors de question de laisser gagner le jeune homme face à toi. Et encore moins ce soir. Bonne soirée, tu lances à son égard, avec malice. Le retenir ? Jamais. Et puis, il devait bien avoir des choses à faire. Et toi, tu étais accompagnée de ton cher et tendre Etienne.

_________________

s(he's) br(ok)en.  
paradoxical girl ☽ Everyone's fucked up. You've just gotta decide what kinda fucked up you're into.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: just twenty minutes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
just twenty minutes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Twenty minutes ago.[PV]
» Les minutes du Congrès de Miami
» 1000 ans d'histoire en 11 minutes
» Notre Histoire en 2 minutes
» Les 2 minutes du peuple de François Perusse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side.-
Sauter vers: