AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 my dear melancholy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 19:49




- clayton hopkins -
suddenly i'm hit, it's the starkness of the dawn
and your friends are gone, and your friends won’t come
so show me where you fit.


i. harness your blame, walk through
- âge et lieu de naissance: Officiellement, il est né il y a trente-sept ans, un vingt décembre à Munich, en Allemagne. En réalité, il ne connait pas exactement sa date de naissance mais on a estimé que ce fut entre le dix-neuf et le vingt-et-un décembre. - origines et nationalité: Son patronyme et son accent gommé au fil des années passées sur les terres britanniques n'ont en rien effacé les racines du cœur. Clay est allemand. Même plus particulièrement, bavarois. Enfin, c'est ce qu'il suppose, étant donné le lieu où il fut laissé, encore nourrisson. Cependant, de part son adoption par un couple anglais, seule la nationalité britannique figure sur ses papiers. - statut familial: La famille est un concept que Clay connaît, mais seulement sous un certain angle. Abandonné à la naissance, il ne sait rien de ses parents biologiques. Pas un seul nom, pas une photo, rien. Il n'a toujours connu que les Hopkins, ceux qui ont voulu de lui. Si la crise d'identité a parfois été difficile à vivre, particulièrement durant l'adolescence, il se sent infiniment reconnaissant de ce que ses parents adoptifs lui ont apporté. Il comprend le privilège qu'il a eu de tomber sur un foyer aimant et affectueux, alors que des milliers d'autres enfants n'ont pas eu cette chance. - statut civil: Marié depuis maintenant quatre ans. Ils n'ont pas fêté leurs noces de cire. Ils auraient du. Il l'aurait emmenée dans un restaurant bien trop cher, elle l'aurait grondé en lui disant qu'il n'avait pas besoin de faire cela et ils seraient rentrés quelques heures plus tard, presque ivres, avant de s'endormir sur le canapé, enlacés. C'était le scénario idéal, celui que Clay aurait choisi s'il y avait possibilité de remonter dans le temps. - occupation: Il n'y avait pas si longtemps que cela, il était adulé. Son nom faisait les grands titres de l'actualité littéraire pour son livre, best-seller de l'année 2015. Génie pour certains, auteur surestimé pour d'autres, tout le monde y allait de son petit commentaire. Aujourd'hui, son nom se retrouve mêlé au cœur d'un véritable tourbillon médiatique. D'écrivain talentueux, il est maintenant qualifié d'époux abusif. Et si les termes ne seront jamais écrits sur son CV, ils semblent associés à sa réputation. - cinq choses favorites: Victoria. Il aime tout d'elle. De ses grands yeux pétillants au son de sa voix, en passant par ses pommettes saillantes lorsqu'elle sourit. Il l'aime du plus profond de son cœur, malgré ce qu'on peut dire de lui, malgré les conflits, malgré l'amnésie. L'écriture et la littérature. Il en est passionné, depuis toujours, avec un penchant pour les romans historiques et les nouvelles réalistes. Sa poche renferme en permanence un petit cahier aux pages cornées où il gribouille toutes ses idées, ses tournures de phrases et les secrets de ses potentiels prochains livres. La pluie. Versatile, parfois calme, parfois violente. Il ne sait pas vraiment pourquoi, il a toujours aimé marcher dehors lors les jours de pluie. Bonne nouvelle, vu la météo du Royaume-Uni. L'Allemagne. Surtout sa ville natale, Munich. Il en connait chaque coin de rue, chaque spot, chaque parfum. Il a beau être anglais sur les papiers, son cœur appartient à son pays d'origine. Il revendique ses origines avec fierté et ne manque jamais une occasion d'y revenir. L'astronomie. Peut-être paradoxe car il n'est pas particulièrement croyant, il est fasciné par l'observation des astres. Cette sensation de n'être qu'un minuscule point dans l'univers, cette impression de ne rien connaître de l'immensité de l'espace. Il possède plusieurs encyclopédies et autres bouquins traitant de ces sujets et se rend même régulièrement à la British Airways i360, rien que pour se trouver au dessus des nuages. - saison préférée: Il adore la fin de l'automne, sous un autre nom, l'été indien. Cette période où, juste avant l'arrivée de l'hiver, les arbres revêtent un manteau aux couleurs chaudes et lorsque les températures restent encore suffisamment douces pour se promener sans enfiler bonnets et gants. - traits de caractères: cynique, passionné, audacieux, buté, impulsif, exigent, téméraire, franc, débrouillard, réaliste, jaloux, compétitif, autodestructeur, bohème, provocateur, perspicace, manipulateur, confiant, grande gueule, intuitif, ambitieux, charmeur, attentionné, rancunier, aventurier, curieux, séducteur, méticuleux, calculateur, protecteur, fier, nerveux, créatif. - groupe: hydrangea. - avatar: Michael Fassbender.

ii. swing wide your crane, run me
Clay n'a jamais connu ses parents biologiques. Il sait qu'il a été déposé à l'hôpital un jour de décembre et que quelques semaines plus tard, il fut adopté par les Hopkins, un couple d'anglais qui n'arrivaient pas à avoir d'enfants. Il ne connait pas grand-chose de plus. Il a vécu dans une famille aimante, un environnement de vie stable. Tout ce qu’il fallait pour l’épanouissement d’un enfant. Tout, excepté le début de son histoire, ses origines. Il a souvent posé des questions, s’est interrogé sur ses parents biologiques. Il voulait savoir à qui il ressemblait le plus. Si c’était sa mère ou son père qui avait les yeux bleus-gris. S’ils pensaient à lui. S’ils regrettaient. Il a tenté de les retrouver. Son dossier d’adoption ne comporte que quelques informations qui pourraient se résumer à quelque chose du genre ‘père inconnu, mère inconnue, enfant abandonné’, mais ce ne fut jamais assez suffisant pour lui permettre d’accéder à la vérité. // Ses parents étaient des expatriés travaillant au consulat britannique à Munich. Il y a vécu jusqu'à la fin de leur contrat professionnel qui les obligea à repartir à Brighton alors qu'il n'avait encore que neuf ans. Malgré un accent germanique qui a complètement disparu, il demeure profondément attaché à son pays natal. En effet, il a gardé contact avec la plupart de ses amis d'enfance, jure en allemand, porte avec fierté les couleurs du Bayern Munich à chaque match. Il y retourne dès qu’il en a l’occasion et s’il n’y avait pas aujourd’hui autant d’attaches à Brighton, il y reviendrait probablement vivre. // En dépit de son entourage qui le poussait, Clay ne s’est jamais épanoui à l’école. Curieux et talentueux, il l’était. Mais il n’aimait pas le système dans lequel on essayait de le mettre. Il n’était pas assez discipliné, pas assez patient. Peu de matières l’intéressaient réellement, son parcours scolaire pourrait se résumer à cette à cette phrase d'un conseil de classe au collège: "N'exploite pas ses capacités. Quel gâchis." Les seuls professeurs qui trouvaient grâce à ses yeux étaient ceux d’histoire-géographie et de littérature. On aurait pu croire que sur leurs conseils, il a entamé des études de sciences politiques ou de lettres qu’il a brillamment réussies, mais il n’en fut rien. Après le lycée, il a tenté un an de fac en lettres modernes avant d’abandonner au bout de trois mois. Par la suite, il a erré, est retourné en Allemagne puis est revenu au Royaume-Uni en enchaînant les petits boulots. Ce n’était pas la vie de luxe mais au moins, ça lui permettait d’avoir du temps pour lui. C’est à ce moment qu’il a commencé à écrire. // L’écriture. Si Clay a toujours eu un penchant pour la littérature, il ne s’était encore jamais imaginé se mettre lui-même à la place de l’écrivain. Il se contentait de dévorer des tonnes de bouquin, sans penser en faire un métier car de toute façon, il n’avait pas été assez sérieux pour continuer ses études. Et un jour, alors qu’il se penchait sur son dossier d’adoption, il a commencé à tout concentrer dans un carnet. Ses recherches jour après jour, toutes les rares informations qu’il réussissait à collecter, tout était écrit dans ce carnet, à la manière d’un récit. Le récit de sa vie, son histoire, celle que seuls ses amis les plus proches connaissaient. Persuadé que son bouquin pourrait intéresser des gens, gonflé par les compliments de son entourage, il a payé une maison d’édition pour qu’elle diffuse son ouvrage. Malheureusement, le livre est resté dans l’ombre et ne lui rapporta que trois fois rien. Mais qu’importe, il savait maintenant que ce qu’il voulait, c’était juste écrire. // C’est son second livre, publié il y a environ deux ans qui lui apporta enfin la reconnaissance qu’il recherchait. Un roman d’amour parmi tant d’autres, mais dont des millions d’exemplaires se sont écoulés, le plaçant en tête des ventes pendant de nombreuses semaines. Clay a écumé les plateaux télé, les interviews, a profité de sa célébrité durant des mois. Le petit garçon abandonné à un hôpital de Munich et qui n’avait aucun diplôme était soudainement devenu un écrivain prometteur que les critiques voyaient déjà comme l’étoile montante de la littérature britannique contemporaine. // Tout s’est subitement arrêté il y a quelques temps, lorsque sa femme Victoria fut hospitalisée. Cela faisait plus d’un an que sa maison d’édition le relançait sans arrêt pour qu’il honore son contrat et leur livre un nouvel ouvrage, mais Clay n’arrivait plus à écrire. Après le succès de son second roman, il avait perdu l’inspiration et le délai qu’on lui imposait ne faisait que se rapprocher un peu plus. Sa relation avec sa femme en a pâti. Ils s’éloignaient, se disputaient de plus en plus. Et un soir, il est rentré à la maison. Il avait bu, beaucoup trop bu. Une énième dispute, un mot plus haut que l’autre, il l’a poussée, elle en est tombée. Elle a porté plainte quelques temps plus tard et sur le chemin du retour, elle a eu un accident de voiture qui l’a plongée dans le coma. Clay n'a pas encore été jugé, ni même été mis en examen, mais il fait actuellement l'objet d'une mesure d'éloignement, sur demande de sa belle famille. // Le livre, auparavant acclamé, fait dorénavant scandale et a même été retiré de la vente dans certaines librairies. Parce que ce bouquin fait référence à elle, à sa femme. A Victoria. Il raconte leur histoire, de façon un peu plus romancée certes, mais leur histoire quand même. Une histoire passionnelle, un amour pur, comme on n’en vivrait qu’un seul dans notre vie. Le genre de relation qui vous métamorphose, parait-il. Il suffit de lire son ouvrage pour comprendre à quel point il l’a aimée. A quel point il l’aime encore, probablement. Tout est dans le livre. Tout, sauf le véritable dénouement de leur amour. // Les femmes ont toujours été sa plus grande faiblesse. Les, de manière générale, car avant de rencontrer Victoria il y a environ quatre ans, Clay ne s’était encore jamais posé avec quelqu’un plus de deux mois. Il n’est même pas sûr d’être auparavant déjà tombé amoureux. C’est un romantique, pourtant. Un admiratif, un amoureux même de l’idée de tomber amoureux, mais qui aime encore plus sa liberté. Il séduisait avec son sourire charmeur, ses mots envoûtants, et aussitôt après avoir obtenu la chaleur d’une étreinte éphémère, il passait à autre chose. Avant Victoria, il ne s’était jamais attardé sur quelqu’un au point de s’y attacher sentimentalement. // Aussi curieux que cela puisse paraître, Clay n’a jamais voulu d’enfants. Même lorsqu’il a cru rencontrer la femme de sa vie, à l’approche de la quarantaine, il ne lui a jamais parlé de cette étape qui, traditionnellement, suit le mariage. Il ne fait pas partie de ces personnes qui rêvent de fonder une famille et de mener une vie conventionnelle. Clay, ce qu’il voulait, c’était faire des choses folles, grandes. Il ne veut pas de limite, il ne veut pas qu’on le freine. Et même si il paraît que l’on ne se sent jamais complet jusqu’au jour où l’on a des enfants, cette idée ne l’a jamais attiré plus que cela.

iii. when eyes are all painted sinatra blue
- pseudo/prénom: outlines/chloé. - âge et pays: vingt-trois ans, france. - type de personnage: inventé. - votre avis sur le forum: - où avez-vous connu le forum: deux meufs aux avatars super moches m'ont montré la voie. - autre: je sais que les liens avec les "vieux" (bon, 37 ans ça vaaa) sont plus compliqués à trouver mais n'hésitez pas à me MP si le gus vous inspire quelque chose 


Dernière édition par Clay Hopkins le Dim 8 Avr - 23:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 19:49

Victoria. Un prénom doux, résonnant, connu ici pour la référence à la famille royale. Pourtant, aux yeux de Clay, ce prénom n’était assimilé qu’à une seule personne, loin d’être l’ancienne reine durant la révolution industrielle. Victoria, c’était elle. Cette petite serveuse dans le café qu’il fréquentait depuis quelques temps. Il ne l’avait pas remarquée, au début. Il était bien trop occupé à rassembler sur papier des idées pour son prochain livre. Des mots comme aventure, amour, historique, policier étaient écrits sur les feuilles cornées de son carnet, noyées entre d’autres inscriptions qui paraissaient difficilement lisibles. On pouvait même apercevoir des dessins au coin des pages. L’inspiration avait du mal à venir. Ou plutôt, elle venait rapidement, tellement rapidement qu’il avait du mal à y voir clair. Clay avait des tas d’idées. Il avait des dizaines d’idées de personnages dans la tête, une quinzaine de contextes différents et pourtant, il n’y en avait pas un seul qui apparaissait comme une évidence. Il avait une envie viscérale d’écrire quelque chose de clair, net et fluide et pourtant, il était incapable de se décider. De trouver une véritable trame à son intrigue. Il était conscient de bouleverser les codes de l’art, que les plus grands du domaine le réprimanderaient en disant qu’être écrivain, ça ne fonctionnait pas comme ça. Mais il s’en fichait. Clay, il ne voulait pas devenir le prochain Oscar Wilde. Il voulait juste écrire, faire ce qui lui plaisait, quand bien même on dirait qu’il n’avait aucun talent et que ses idées relevaient du ridicule. Il avait été tellement concentré qu’il n’avait pas remarqué qu’elle s’était avancée vers sa table pour lui annoncer qu’elle devait fermer. La pluie dehors tapait violemment, résonnant dans l’établissement. Il avait entendu sa voix de loin, comme un écho brouillé, caché par le flot de réflexions qui inondait son esprit. D’un air distrait, il avait relevé la tête et son regard avait croisé le sien. Des yeux aux iris verts et marron, perçants. Des joues roses, un sourire éclatant de charmes. Il était resté là, à la contempler d’un air béat, à la fois stupéfait et émerveillé. Il s’était senti stupide de ne pas l’avoir vue plus tôt, alors qu’il se rendait dans ce lieu depuis un moment. Elle avait ri et s’était présentée avant qu’ils ne se lancent dans une conversation pendant une demi-heure, retardant inévitablement la fermeture du café qu’elle était censée prendre en charge. Victoria. Elle s’appelait Victoria. Elle avait vingt-quatre ans, soit dix ans de moins que lui, mais la différence d’âge s’était à peine ressentie tant le feeling était bien passé. Elle était vive d’esprit, intéressante, pétillante. Elle avait ce truc qu’il n’avait encore jamais ressenti avec personne d’autre. Cette étincelle qu’il n’avait lu que dans les bouquins, ce truc indescriptible qui était supposé nous sentir immédiatement lié à la personne. Clay s’était toujours demandé s’il était possible d’écrire sur l’amour sans ne l’avoir jamais ressenti. Pourtant, quelques semaines plus tard, c’était bel et bien sur un roman d’amour qu’il s’était arrêté. Un roman d'amour qui débutait sur une rencontre, un jour de pluie.

A Rainy Day, un livre de Clayton Hopkins.
Page 504, juste avant la table des matières : « A Victoria pour son soutien, pour son amour. A ma famille, mes amis. A ma mère également, ma mère biologique, sans qui je n’aurais pas été présent pour écrire ce livre. »


Et il pleuvait encore. A Brighton, rien d’étonnant à ce qu’il flotte mais depuis quelques temps, à chaque fois que la pluie tambourinait bruyamment contre la fenêtre de son appartement, Clay serrait les dents. A Rainy Day. Quelle idée d’avoir donné un titre pareil à un bouquin. Quelle idée, d’avoir écrit un bouquin. Quelle idée, d’avoir cru la mériter. Il pleuvait, le jour où il avait rencontré Victoria. Et il pleuvait aussi, le jour où elle avait été admise à l’hôpital. Il avait toujours aimé la pluie. C’était un élément artistique inévitable, le détail qui ajoutait toujours une dimension à une scène, que ce soit dans un film, un livre ou même dans la vraie vie. Comme si le ciel voulait participer à sa façon. Tantôt dramatique, tantôt romantique suivant le contexte, les pluies battantes étaient devenus des clichés, prenant toutefois activement part à la stimulation de l’imagination. Mais désormais, Clay s'était mis à détester les averses. Elles lui rappelaient à quel point il avait merdé. Et encore, merder n’était qu’un doux euphémisme pour tenter de dissiper la culpabilité qui ne s’était finalement jamais envolée, pas même d’un degré. Interdit de se rendre à l’hôpital au chevet de sa femme, il avait eu le temps de réfléchir. Il avait même prié, alors qu’il ne s’était encore jamais réellement senti concerné par la foi religieuse. Peut-être que c’était le désir de plus que jamais se repentir, bien qu’au fond, il était persuadé que personne ne le pardonnerait, encore moins lui-même. Ou peut-être que c’était le désespoir. Cette injonction d’éloignement le tuait. La vive et dernière discussion qu’il avait eue avec Victoria, puis le geste qu’il avait eu le tuait. Il regardait la poubelle sous son bureau, remplie de petits morceaux de papiers. Cinq cent six pages d’un roman, déchirées, à l’image de son mariage avec Victoria. Cinq cent six pages déchirées, un jour de pluie.


Dernière édition par Clay Hopkins le Dim 8 Avr - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 192
- since : 02/04/2018

( end game )

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 19:54

ahhhhhhhhhhhhhh
je suis émue
tellement de beauté ce ship trop hâte de les jouer

_________________
― Renew, release, let go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Janey Ryder

red lips and wine sips.

- paper notes : 793
- since : 07/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #075, sea side.
contact book:
availability: bay cleanup tc, ruby, jacob, teddy (2/5)

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 19:58

l'avatar, le personnage, j'suis déjà fan
bienvenue à toi

_________________
you could be my king, i will be your queen. this could be the real thing, just like in the movies. the perfect ending, we could be fairytaling. the kiss, the whole thing, just like in the movies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

say it before you run out of time.

- paper notes : 2699
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ daisy.
contact book:
availability: lula, becca, (elian).

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 20:02

BEN MY LOVE.
T'inquiète, ici, t'auras pas de mal à te trouver des liens avec des trentaines, on est un bon petit groupe à en jouer, alors. Et puis, moi, je risque de venir t'harceler avec quelques uns de mes neufs comptes, ça sera déjà ça, au moins.
Bienvenue dans les parages, du coup. I love you

_________________

you unravel me with a melody, you surround me with a song.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 196
- since : 29/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: 1/3 libre, fr/en.

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 20:13

olala, le personnage qui promet.
bienvenue parmi nous mister. I love you

_________________
INSTANT CRUSH.
Staying up till morning, only seventeen but he walks the streets so mean.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 6177
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #124, west side.
contact book:
availability: [open] nash, isla.

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 20:24

Mais oh la la, ça promet trop vous deux.
Contente de te voir là (oui, on m'a prévenu de ton arrivée ).
Bienvenue par ici.

_________________

(lg) love is like playing music: first you must learn to play by the rules, then you must forget the rules and play from your heart.

(absente jusqu'au 02 août. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Logan Ramirez

she's fragile like a bomb

- paper notes : 605
- since : 07/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton west side #15
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 20:30

le personnage.
ben.
le pseudo.
l'allemagne.

tu m'as gagnée là
bienvenue parmi nous I love you

_________________


building the cages that broke us down, boy get back down on your knees. so take these chains from me, break these bastards, there's no masters here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1051
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 20:32

Ben et ce personnage, ce duo, ça promet.
Bienvenue par ici du coup ! I love you

_________________
-  sometimes you wanna wanna go back, but it doesn't work like that. Do you feel a little b r o k e n ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 438
- since : 09/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 20:50

Ok ça promet tout ça
Bienvenue chez toi

_________________
I want to care, but I don’t. I look at you and all I feel is tired.
parfaite pour les jours de pluie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 21:50

Vous êtes adorables
J'ai pas la foi de faire des réponses individuelles mais merci beaucoup, même si vous nous foutez un peu la pression
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Jeu 5 Avr - 22:11

Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Ven 6 Avr - 9:54

très bon choix.
bienvenue par ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 476
- since : 17/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Ven 6 Avr - 13:40

ptn comment t'es belle puis claytoria (clitoria )
vous savez à quel point j'aime ces persos et ce ship quoi
chloesh manquait que toi ici
jvais faire ma meuf jalouse mais plus tard là je déborde d'amour et d'émotions
you could not be more perfect

_________________
(tell me again was it love at first sight when i walked by and you caught my eye. didn't you know love could shine this bright?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Ven 6 Avr - 16:48

Merci à vous

Ma Nono, je suis choquée devant ce message gentil, que t'arrive-t-il?!
Que d'amour sur ta bouille
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Ven 6 Avr - 17:51

ben I love you I love you ça fait tellement longtemps que je l'ai pas vu sur un fo
bienvenue ici, hâte de stalker vos rps
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 216
- since : 25/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (0/3) james, ivy, billie. + tc.

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Ven 6 Avr - 18:17

je pense qu'on pourrait se trouver un lien avec Asher
bienvenue sur le forum

_________________

(losing myself) another day I was selfish; it reminds me of my wasted youth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 624
- since : 20/11/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Ven 6 Avr - 20:32

Bienvenue Clay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Dim 8 Avr - 23:13

Gracias a todos
Cool Asher, je te MP dans la semaine
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 413
- since : 08/04/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   Dim 8 Avr - 23:15

Clay Hopkins a écrit:

Cool Asher, je te MP dans la semaine

parce que t'es trop occupée pour le faire maintenant ?
comment tu fais la meuf Rolling Eyes
#nonoaffichechloesh

_________________
- heart made of glass, my mind of stone.

this ship had sailed:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: my dear melancholy.   

Revenir en haut Aller en bas
 
my dear melancholy.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Dear Journal ~
» Dear Diary ~ Elanore Loyld
» [ANIME] Dear Boys : Présentation
» Libre ♣ Oh dear, we're in trouble. | abandonné
» ☴ oh dear, we are in trouble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: personnages.-
Sauter vers: