AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 eau croupie // hänsel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: eau croupie // hänsel   Dim 1 Avr - 15:26

inspiration, expiration. coeur en bataille qui se redresse, tapote contre sa cage thoracique face à de meilleures valkyries - il sourit sinead, il sourit un peu bêtement, un peu simplement, en passant outre les salutations auxquelles il répond d'une tête qui se hoche. fin de journée, bonne action faite et de ses doigts il enlève les bandages bien serrés - qui se sont emparés de sa chaleur, de sa rage étouffée. la lèvre inférieure se pince alors qu'il range le matos, qu'il marmonne quelques paroles aléatoires pour les élèves aux bleus encore bien marqués - elles sont aquarelles d'ecchymoses malchanceuses, poisseuses, elles auront un jour de quoi se venger. jusqu'à la porte ouverte qui laisse à voir un môme qui se jette aux jambes de sa mère. elle est de dos - et le type qui a embarqué le petit de face, la barbe bouffant les pores de sa chair comme les racines d'un arbre centenaire. il y prête pas garde - ni grande attention, jusqu'au remerciement au timbre féminin, au gloussement qui l'accompagne et à ses viscères qui se mettent à jouer du bongo.
- merci hänsel.
et sans doute qu'il a du mal à gober, qu'il préfère mettre ça sur le compte d'un hasard malencontreux - mais des prénoms aussi perchés, y'a a peu qui se dessinent à l'horizon. il se redresse sinead, il fronce les sourcils, cherche le regard du dénommé - qui dans ses iris dévoile comme une frayeur de fantômes éteints. les dents se serrent, se mettent à trembler, jusqu'à se refermer sur le bout de sa langue qu'il pourrait faire saigner - comme une violente amertume qui reviendrait le long de sa trachée, le poussant à gerber les années écoulées derrière les barreaux, pouvant s'imaginer la gueule du môme qu'à travers des potentielles pistes. à un moment donné sinead, il se souvenait même plus de sa face d'ahuri - et le rire sec s'échappe. il range le reste - ça prend à peine quelques minutes, sur son dos le gilet qu'il enfile, le paquet de clopes dans la poche et le sac sur l'épaule. il salue la propriétaire - se glisse à l'arrière, suit les traces du fuyard et trouve une volute de fumée, il la suit des yeux jusqu'à le confronter.

(quelque part c'est sans doute lui,
putain qu'il a changé, un coup de vieux,
pire qu'un uppercut bien placé,
c'est un ravalement de façade signé élans de liberté)

il en allume une de cigarette, se la colle au bec, la paisible attitude qui roule sur sa dégaine - et le souffle qui s'échappe en même temps que la taffe.
- alors quoi ? tu dis même plus bonjour ? semblant d'un gloussement sec d'une seconde ou deux. au pire il se plante - et il passe pour un enfoiré. au mieux il a raison - et il passera toujours pour un enfoiré. c'est quoi cette barbe hänsel, p'tain.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: eau croupie // hänsel   Dim 1 Avr - 19:51

- je pourrais lui montrer mes dessins?
- bien sûr.
- et ça va prendre du temps parce que moi sinon j'emmène mes crayons hein j'ai d'autres choses à faire et puis maman elle va mettre du temps elle met toujours du temps-

rire incontrôlé face à un visage trop sérieux. il le regarde remettre son cartable sur ses maigres épaules, en traversant la route. jouer au grand. il presse légèrement sa main dans la sienne, comme pour lui dire dépêche, hakim, ou juste t'inquiète pas, je suis là. je bouge pas. il a l'air nerveux, hänsel ignore si c'est parce qu'il sait où se trouve sa maman, ou parce qu'il l'ignore. ça le rend nerveux à son tour, éponge à sensations fortes. c'est difficile, d'aborder ce genre de choses avec un gosse. ça l'est aussi de l'aborder avec une assistante sociale, ceci dit. il aimerait lui dire que ça va aller. il aimerait lui dire que ça finit toujours par s'arranger, avec le temps. beaucoup de temps. il aimerait y croire.
il ne dit rien.
il a d'autres choses à faire - se dépêtrer de son parapluie, du gosse, de son propre cartable de prof, un eastpak de collégien. pousser la porte et cette étrange sensation de malaise d'entrer dans un endroit comme celui-là, mélange de sueur et de crise sociétale.
hakim a des gouttes de pluie dans ses cheveux tout frisés, il lâche sa main, libéré, passe ses doigts dans ses boucles mais reste près de son professeur, bouclier trop petit - l'un comme l'autre. il n'y a pas beaucoup de monde, à cette heure-là - trop tard pour que la maman d'hakim se drape dans sa fierté et ne lui demande pas cette faveur. ce n'est pas son boulot, de jouer au taxi. il le fait avec plaisir, n'ayant rien d'autres à faire de plus intéressant. et puis hakim aura déjà fait ses devoirs pour demain, ça lui permettra de dessiner ce soir. il aime dessiner. hänsel ne la remarqué que trop tard, mais maintenant qu'il le sait, il a l'impression que c'est tout ce qui importe pour le gosse.
ça et sa maman, un peu aussi.
- maman!!
elle sourit, prend son fils dans ses bras, remercie hänsel. le cours est donc fini, une bonne chose, peut-être. ça lui permettra de rentrer plus vite chez lui. dehors, la nuit tombe, dedans, les néons bon marché renvoient une lumière dégueulasse sur les environs, de la ligne du comptoir jusqu'au fond de la pièce, où les mères réapprennent à se battre. il n'y a plus personne, à part un homme, seul. pas trop mal foutu. il ne lui dit rien, de loin. hänsel connait l'endroit, il y est obligé avec son métier. on imagine pas le nombre de femmes dans le cas de la mère d'hakim.
si, on l'imagine très bien.
ce doit être un nouveau prof, ils prennent des personnes en réinsertion, souvent. faire d'une pierre deux coups. d'après l'air ravi de la femme en face de lui, il n'est pas un tyran. c'est déjà ça.  
- on rentre maintenant on rentre hein? on rentre à la maison!! toi aussi mr hänsel tu rentres à la maison?
il s'apprête à répondre à son enthousiasme trop encombrant, il se dit que oui, oui il va rentrer à la maison. un jour.
sinead relève la tête, comme pour le lui affirmer.
et il n'a pas besoin de faire semblant, hänsel, pas cette fois. il n'a pas besoin de détailler son visage, de peser le pour ou contre, pour ne pas tomber dans le panneau, tirer des conclusions hâtives.
bien sûr, que c'est lui. qui d'autre?
personne depuis vingt ans.
il n'hésite pas, cette fois-ci. il dit au revoir, hakim. y'a pas de quoi, non. oui rappelez moi si vous avez un problème.
et il fuit.
se rétame la gueule encore, glisse sous ses questions. parce qu'elle brûlent la gorge, dévorent jusqu'à la peur elle-même. il attend. son cœur pas.
s'allume une clope. parce qu'il sait qu'il viendra.
comme s'il n'avait pas espéré à chaque cigarette consumée.
il n'a pas changé de voix. c'est ce qui le frappe en premier. il n'ose pas observer le reste. garde ses yeux coincés sous le pavé.
- je sais pas, je crois que ça me donne un style.
style de trentenaire pour un mec de seize ans.
trente piges. il se demande comment il a bien pu le reconnaitre.
ose un regard vers lui.
- bonsoir. t'as pas mal changer aussi.
c'est faux, bien sûr. il est juste trop réel, là, devant lui.
ça change.
il devait rentrer tôt.
Revenir en haut Aller en bas
 
eau croupie // hänsel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La conservation des aliments
» [RUDY] Cuisines - Terminé ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: