AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 friday night. (timéo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: friday night. (timéo)   Ven 30 Mar - 10:44


- friday night -
timéo et elias

Tu as dû donner un cours après le travail. Mais ce soir, tu ne travailles pas alors tu as invité Timéo à passer la soirée avec toi et pourquoi pas la nuit aussi. Mais ça, tu l'as gardé pour toi. Tu es presque certain qu'il va rester de toute façon. Et sinon, tu sauras obtenir ce que tu veux et tu en joues beaucoup quand il s'agit du garçon. Tu as un certain "pouvoir" sur lui, comme lui en a un sur toi. Et c'est parfois très déstabilisant pour toi. Tu n'as jamais eu l'habitude de ça. Mais avec Timéo, c'est différent et tu ne sais pas vraiment pourquoi. Ou peut-être que si mais tu ne veux pas te l'avouer. Tant pis, tu te laisses porter par cette relation que tu ne saurais nommer. Amis ? Amants ? Sex-friends ? Tout ça à la fois ? Tu ne sais pas mais tu apprécies beaucoup ce qui vous lie et tu ne veux pas que ce lien soit brisé. Jamais. Tu enfiles ta veste en cuir avant de sortir des cuisines et montes sur ta moto pour rentrer jusqu'à chez toi. Cette moto qui te suit depuis que tu as eu ton permis. Tu en es fier et tu l'as montre dès que tu le peux. Tu te gares en bas de chez toi et montes les quelques étages qui te séparent de ton cocon. Tu poses tes affaires et te mets un peu plus à l'aise et décontracté. C'est-à-dire que tu retires tes chaussures, ton pull et enfiles un jogging. Tu ne sais même pas si tu vas rester longtemps habiller de toute façon. Avec Timéo qui doit arriver d'une minute à l'autre, on ne sait jamais. Combien de fois tu as fini nu quelques secondes après son arrivée ? Tu ne les comptes plus. Mais il faut dire que tu es un peu coupable. Tu n'arrêtais pas de le chercher et le chauffer par message, lui envoyer aussi des photos plus qu'osées. Tu l'avais bien cherché. Mais ça t'amusait. Tu entends sonner à ta porte et ça te sort de tes pensées. C'est ouvert ! Que tu cris depuis la cuisine où tu prépares du café parce que c'est devenu un rituel pour toi depuis des années. Tu passes la tête pour le voir entrer et affiches un grand sourire en t'approchant de lui. Posant ta main dans le bas de son dos, tu poses tes lèvres furtivement dans le coin des siennes avant de t'éloigner. J'étais justement en train de penser à toi. Un sourire au coin de tes lèvres fait son apparition sur ton visage. Tu vas bien ? Tu as passé une bonne journée ? Tu lui demandes comme si de rien n'était, retournant dans la cuisine pour te servir une tasse de café. Tu en veux un aussi ? Lui demandes-tu en lui montrant la tasse de café que tu as dans les mains.


Dernière édition par Elias Pearson le Sam 31 Mar - 19:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: friday night. (timéo)   Ven 30 Mar - 23:45





- timéo davies x elias pearson. -


Tu venais tout juste de finir un tatouage quand tu t’étais rappeler que ce soir, après ta journée de boulot, tu allais rendre visite à Elias. Ce fameux Elias qui te retourne la tête (et pas que mais c’est une autre histoire) au point où tu ne penses qu’à lui jusqu’à ce que tu te rhabilles et que tu fais tourner la pancarte sur le côté « fermé ». Tu ne sais pas pourquoi, ou alors tu le sais mais tu ne veux pas le dire, mais tu es plus qu’impatient de le retrouver. Du coup tu quittes le bâtiment qui te sers de boutique avec un sourire assez large puis tu montes dans ta voiture, laissant le son de ton téléphone envahir ton espace de conduite puis tu te mets à rouler en direction de l’appartement du cuisinier.

T’arrives très rapidement là-bas et tu coupes ton moteur alors que tu finis par rejoindre rapidement le lieu où vit le ténébreux. Tu toques à peine trois coups à la porte de chez lui que tu entends déjà sa voix te parvenir à travers la cloison, cette dernière t’invitant à entrer alors que tu clinches la porte pour pénétrer dans ce lieu que tu connais comme ta poche, vu toutes les fois où t’y a mis les pieds. Tu avances donc jusqu’à la cuisine, là où tu sais que tu risques de le retrouver et voilà qu’il débarque en venant t’embrasser aux coins de tes lèvres, choses qui te fait sourire alors que tu arques tes sourcils à sa phrase. « Ah bon ? Et tu pensais à moi de quelle manière, dis-moi ? » Tu souris en coin alors que tu hoches la tête à ses différentes questions, reprenant la parole aussitôt. « Très bien et toi ? La journée ça a été, quelques clients m’ont fait rire donc ça a été une très bonne journée, et toi alors, le boulot, pas trop dur ? » demandes-tu alors que tu le laisses partir pour aller préparer son café. Tu hoches de nouveau la tête et tu viens doucement te glisser derrière lui tandis que tu viens enrouler tes bras autour de son corps, te collant au siens en venant poser ta tête sur son épaule. « On va voir si tu arrives à te souvenir comment je prends mon café. Si tu y arrives, tu auras une récompense. Si tu n’y arrives, j’aurais une récompense, qu’en dis-tu ? » souffles-tu à son oreille alors que tes lèvres viennent effleurer son cou puis ton oreille, souriant en coin alors que tu resserres ton étreinte.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: friday night. (timéo)   Dim 1 Avr - 11:43


- friday night -
timéo et elias

Timéo ne tarde pas à arriver chez toi et tant mieux parce que tu n'avais pas envie d'attendre trop longtemps avant de ne l'avoir rien que pour toi pendant plusieurs heures. Tu te désespères un peu parfois parce que tu as l'impression d'être une adolescente qui sort avec son premier petit-ami. Alors que de un, Timéo n'est pas ton petit-ami. Et de deux, tu n'es même pas amoureux. Donc ouais, tu te désespères encore plus en fait. Tu embrasses le coin de ses lèvres, tout doucement, tout tendrement. Tu meurs d'envie de l'embrasser et même plus, mais tu te retiens parce que mince, il vient juste d'arriver, tu ne vas quand même pas lui sauter dessus. Tu lui glisses le fait que tu étais en train de penser à lui avant qu'il ne sonne. Ah bon ? Et tu pensais à moi de quelle manière, dis-moi ? Tu lâches un petit rire, cette question, tu t'en doutais avec Timéo. Tu la sentais déjà venir à des kilomètres. Je ne vais pas tout te révéler, un peu de mystère. Et tu changes de conversation. Tu lui demandes comment ça va et comment s'est passé sa journée. Tu as envie de savoir, ça t'intéresse. Très bien et toi ? La journée ça a été, quelques clients m’ont fait rire donc ça a été une très bonne journée, et toi alors, le boulot, pas trop dur ? Tu écoutes attentivement sa réponse, retournant dans la cuisine pour te préparer un café. Qu'ont-ils fait pour te faire autant rire ? Un sourire sur les lèvres, tu fais marcher la cafetière, ajoutes une tasse en dessous et laisses le café couler en répondant à la question qu'il lui a retourné. Ma journée a été. Je t'avoue que j'avais quand même hâte qu'elle se termine, c'était un peu trop calme. Tu hausses les épaules. Ce n'est pas encore la saison des touristes, c'est normal que ce soit si calme. Mais toi, tu t'ennuies dans ces moments-là. Tu aimes quand ça bouge, quand tu n'as le temps de penser à rien. En ce moment, c'est loin d'être le cas. Mais ça va. Je ne travaille pas ce soir et tu es là alors, ça ne peut pas aller mieux. Ton café finit de couler dans ta tasse et tu proposes la même chose à ton invité. Même s'il connaît tellement par cœur ton appartement, qu'il pourrait très bien le faire lui-même. Question de politesse. Le garçon s'approche de toi et se place derrière toi, son torse contre ton dos, ses bras autour de ton corps. Ce genre de contact, pourtant si simple et anodin, te fait perdre tous tes moyens et te met dans tous tes états. Tu essaies de rester le plus naturel possible, comme si ça ne t'atteignait pas une seule seconde. Tu tournes un peu la tête quand tu sens la sienne sur ton épaule et tu souris. On va voir si tu arrives à te souvenir comment je prends mon café. Si tu y arrives, tu auras une récompense. Si tu n’y arrives, j’aurais une récompense, qu’en dis-tu ? Son souffle chaud contre ta peau, contre ton oreille, et ses lèvres qui effleurent ta peau juste après te font frissonner. Tu penses qu'il en fait exprès, ce n'est pas possible autrement. Tu te ressaisies, il le faut. C'est trop facile... Sans sucre ? Tu prépares un second café, reproduisant les mêmes gestes que précédemment sans trop bouger pour garder Timéo près de toi. Et quand ça se prépare, tu te tournes doucement pour te retrouver face à lui. J'ai réussi ? C'est quoi ma récompense ? Un sourire mi-pervers, mi-coquin se dessine sur tes lèvres alors que ton regard se plonge dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: friday night. (timéo)   Dim 1 Avr - 15:14





- timéo davies x elias pearson. -


Tu n’avais pas trop tardé à venir chez Elias. D’un car sur la route le trajet avait été fluide et de deux car tu étais assez pressé de le retrouver. Du coup tu arrivais très rapidement chez le beau ténébreux et tu ne te fis pas prier quand tu entendais sa voix te demander d’entrer, grosso modo. Tu fus légèrement, ou du moins tu le faisais penser, surpris quand il t’avoue qu’il était en train de penser à toi et tu souris à sa réponse. Il sait tenir les mystères/secrets, c’est bien ce que tu aimes chez lui, entre autres choses qui sont cachés derrière ses vêtements qui le moule à la perfection. « J’attendrais le moment venu alors. » souffles-tu dans un petit clin d’œil alors que tu lui racontes que le boulot ça a été et que la journée aussi. Quand il te demande pourquoi tu as autant ris, tu repenses à la situation et ça te fait sourire à ton tour. « La fille venait de fêter ses dix-huit ans et avant même que je touche sa peau avec le coton pour désinfecter et préparer la zone, elle s’est mise à crier et pleurer donc la situation était assez comique car j’ai dû la rassurer et reprogrammer un futur rendez-vous. Moi être moqueur ? Du tout, arrêtes. » répliques-tu dans un demi-rire alors que tu finis par l’écouter te raconter sa journée. Tu souris un peu plus, bêtement qui plus est et tu finis par acquiescer. « Si c’est une manière de ma dire que je t’ai manqué et bien tu m’as manqué aussi, terriblement Elias.. » souffles-tu alors que tu finis par le rejoindre, l’enlaçant pour que vos corps soient collés et que tu puisses poser ton menton sur son épaule, le faisant alors jouer à un jeu lors de la préparation de ton café. Tu souris alors et tu hoches la tête quand il te dit un café sans sucres et quand il se retourne le temps que la boisson se prépare, tu glisses tes mains au niveau de ses hanches en venant l’attirer contre toi, venant frôler ses lèvres des tiennes pour y murmurer. « Un baiser… » Et tu viens lentement l’embrasser, laissant tes lèvres se mouvoir aux siennes alors que tu fermes les yeux, resserrant ton étreinte en venant glisser ta langue dans sa bouche, laissant cette dernière jouer avec sa langue tandis que tu dévies tes mains jusque ses fesses et que tu viens le soulever pour le faire s’asseoir sur le plan de travail. Tu recules finalement tes lèvres des siennes et tu déposes quelques baisers dans son cou en venant murmurer. « Je crois que c’est la première fois qu’on tient aussi longtemps sans se jeter l’un sur l’autre, c’est un exploit ! » Puis tu ris, bêtement, plongeant ton regard dans le siens en venant glisser tes mains sur ses cuisses, les massant légèrement.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: friday night. (timéo)   Dim 1 Avr - 16:26


- friday night -
timéo et elias

Te retrouver en présence du jeune homme te fait du bien et t'apaise. Tu ne sais pas comment il fait mais il a ce pouvoir de te détendre et de faire valser tes angoisses et tes pensées qui affectent ton moral. Tu te dis que tu as de la chance de le connaître, de la chance qu'il fasse parti de ta vie. Tu n'as pas envie qu'il en sorte et tu feras tout ce qui est en ton pouvoir pour qu'il y reste jusqu'à ce que la mort vienne vous enlever. J’attendrais le moment venu alors. Tu lâches un petit rire à sa réponse. Tu vas le faire mariner un petit peu dans ce cas, même si tes pensées, il doit en avoir un petit aperçu. Il doit certain s'en douter, maintenant qu'il te connaît plutôt bien. Vous parlez de vos journées et tu lui demandes ce qui l'a fait rire durant la sienne. La fille venait de fêter ses dix-huit ans et avant même que je touche sa peau avec le coton pour désinfecter et préparer la zone, elle s’est mise à crier et pleurer donc la situation était assez comique car j’ai dû la rassurer et reprogrammer un futur rendez-vous. Moi être moqueur ? Du tout, arrêtes. Tu éclates de rire, ne pouvant pas te retenir, à l'écoute de cette histoire. Désolé pour cette jeune femme mais tu dois avouer que c'est à mourir de rire. Les jeunes te font rire même, à vouloir faire les grands dès leur majorité pour au final, se faire pipi dessus dès qu'ils veulent faire quelque chose. Ok, pardon. C'était plutôt drôle et j'aurais adoré être présent juste pour voir la scène. Tu te reprends un peu, t'arrêtant de rire et chassant les images que tu t'imagines depuis tout à l'heure. Je crois que je ne suis pas mieux que toi alors je peux rien dire. Tu grimaces mais tant pis, de toute façon, cette adolescente n'en saura jamais rien. Enfin tu l'espères. Tu continues en racontant la tienne, de journée. Rien d'extraordinaire. Tu as fait un service normal, plutôt calme. Et tu as donné un cours de cuisine à des débutants juste après. Rien de très intéressant. Si c’est une manière de ma dire que je t’ai manqué et bien tu m’as manqué aussi, terriblement Elias.. Tu ne pensais pas avoir été aussi clair que ça mais visiblement il te connaît assez bien pour entendre tes non-dits. Un sourire se dessine sur tes lèvres, regardant le garçon à tes côtés un instant. Je t'ai manqué comment ? Ça m'intéresse. Tu mords doucement ta lèvre, te retenant de trop sourire, en le regardant. Attendant une réponse qui se voudra intéressante, tu en es certain. Tu t'occupes de faire deux cafés. Un avec sucres et un autre sans sucres pour Timéo. Depuis le temps, tu sais comment il prend son café. Et si tu ne le savais toujours pas, tu aurais tout fait pour t'en souvenir. Parce qu'une récompense à la clé, c'est toujours plus intéressant. Et il approuve quand tu lui demandes si c'est bien un café sans sucres. Tu savais déjà que tu avais raison alors tu n'attends même pas qu'il valide ta réponse pour demander ce qu'est ton cadeau. Il s'approche de toi, son visage est à quelques centimètres du tien. Tes mains glissent le long de son torse, remontant par la suite pour se loger dans sa nuque. Ses lèvres frôlent les tiennes et tu deviens fou mais tu te retiens. Un baiser… Un sourire s'étend sur ton visage et il t'embrasse. Un baiser lent mais qui fait monter l'envie à une vitesse folle. Tu réponds à son baiser tout aussi lentement. Avec autant d'envie et de passion que tu peux faire passer dans ce baiser. L'une de tes mains agrippe sa nuque pour profiter un peu plus du baiser. Tu ne veux pas qu'il s'arrête, tu veux encore en profiter. Il te soulève et te fait asseoir sur le plan de travail. Écartant les jambes pour qu'il vienne s'y loger, tu le bloques en croisant tes jambes à ses fesses. Il quitte tes lèvres pour déposer quelques baisers dans ton cou. Tu adores tellement ça. Je crois que c’est la première fois qu’on tient aussi longtemps sans se jeter l’un sur l’autre, c’est un exploit ! Tu lâches un petit rire, lui aussi l'a remarqué. Ses mains caressent ses cuisses et tu te demandes ce que tu attends pour ne pas lui retirer tous ses vêtements et les tiens. Je suis tout autant impressionné que toi. Tu murmures comme si tu ne voulais pas qu'on t'entende. Comme si c'était un secret. Je ne sais pas ce qui me retient mais sache que j'arrive à être trop serré dans mon jogging. Attrapant l'une des mains dans la tienne, tu l'as fait glisser jusqu'à ton entre-jambe déjà bien durci par le baiser que vous venez d'échanger.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: friday night. (timéo)   Dim 1 Avr - 23:53





- timéo davies x elias pearson. -


Quand tu le souhaites, tu sais être patient. Très patient même et du coup s’il faut l’être pour savoir quelles sont les pensées du ténébreux, soit. Racontant ta journée un tant soit peu normale, avec un humour en plus pour cette fois, tu te surprends à mordiller ta lèvre quand tu vois le beau Pearson partir au quart de tour à l’histoire de cette fameuse majeure venue se faire tatouer. « Je te pardonne car j’ai failli rire devant elle, moi. » que tu lui dis avant de rire à ton tour en raclant ta gorge pour reprendre ton sérieux et donc que tu acquiesces silencieusement ses paroles suivantes, ne sachant quoi rajouter, pour une fois.

Tu aimes quand il te parle de sa journée et du coup t’apprécies qu’il le fait aussi. Avec du recul on pourrait vous considérer comme un couple qui vient de se retrouver et qui se raconte sa journée avant de boire un café et de commencer à préparer le diner. Sauf que dans ses mots tu comprends le véritable sens et du coup, comme pour l’impressionner ou tout simplement lui faire comprendre qu’au fond tu le connais comme personne, tu lui dis qu’il t’a manqué, énormément et du coup lorsqu’il te demande de quelle manière, tu resserres ton étreinte (que tu avais entrepris lorsqu’il était parti se faire un café) et tu viens humer son odeur en murmurant à son oreille, tes bras le serrant tout contre toi. « Tu m’as manqué gros comme ça Eli’, c’est fou l’effet que tu me fais… » que tu dis du tac au tac alors que tu apprécies de savoir qu’il se souvienne de comment tu prends ton café, même si ce n’est pas compliqué au final. Du coup, il souhaite une récompense, que tu lui a précédemment promis et tu viens alors l’embrasser après l’avoir fait patienter quelques secondes et lorsqu’il s’y attend le moins tu viens le déposer sur le plan de travail, laissant tes jambes venir te resserrer contre lui tandis que tu viens doucement mordre sa lèvre quand il te dit être aussi impressionné que toi par le fait que vous avez attendu quelques minutes avant de vous sauter dessus. Puis, il change de sujet, comme souvent, et tu te retrouves avant une main sur son entrejambe et tu grognes légèrement contre ses lèvres avant de murmurer. « Je sens très bien ô combien t’es à l’étroit là-dedans, du coup… » Tu viens alors remonter tes mains au niveau de ses hanches, tu fais en sorte qu’il se cramponne bien à ton cou et tu lui retires son jogging, le faisant glisser à terre alors que tu le pousses de ton pied en laissant le brundinet en boxer sur le plan de travail, attrapant ta tasse et la sienne que tu lui tends dans un sourire. « tu n’as qu’à le retirer. Mais je viens de le faire alors j’espère qu’un peu d’air frais te fera du bien et nous permettra de boire tranquillement notre café ? » demandes-tu sur le ton de la rigolade alors que tu lui tires la langue en avalant une gorgée de son délicieux café. T’aimes le laisser comme ça, pantelant, insatisfait et tu sais que la suite ne sera meilleure si vous vous chercher encore un peu, du coup tu recules, te dégageant de son emprise pour aller t’asseoir sur l’un des tabourets, le regardant toujours alors que tu bois ta seconde gorgée du début de soirée. Soirée qui promet tiens.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: friday night. (timéo)   Mar 3 Avr - 18:24


- friday night -
timéo et elias

Je te pardonne car j’ai failli rire devant elle, moi. Encore heureux parce que tu es vraiment incapable de te retenir de rire à l'évocation de cet événement. Heureusement que tu n'étais pas présent à ce moment-là. La pauvre, elle serait partie vexée sans jamais avoir ce qu'elle désirait. Tant pis. L'échange se poursuit avec un résumé de ta journée. Elle n'a pas été trépidante, ni quoi que ce soit. Tu avais juste hâte qu'elle se termine et de rentrer. Encore plus en sachant que Timéo venait ce soir. Ça ne t'a pas aidé à voir la journée défilée plus vite. Tant pis. Le garçon comprend que tu lui as manqué et t'avoue que c'est réciproque. Et tu lui demandes comment est-ce que tu lui as manqué. Tu n'as pas envie de rebondir sur le fait qu'il ait entendu ce que tu n'as pas dit à haute voix. Il resserre ses bras autour de ta taille. Tu ne peux plus bouger et tant mieux, tu n'as aucune envie de bouger de toute façon. Tu m’as manqué gros comme ça Eli’, c’est fou l’effet que tu me fais… L'effet que tu lui fais ? Tu ne dis rien mais tu n'en penses pas moins pour le moment. Tu souris même à la réponse qu'il t'a donné, la trouvant satisfaisante. Tu lui prépares son café et en attendant qu'il soit prêt, il t'offre la récompense que tu mérites pour avoir répondu juste à la réponse qu'il t'a posé. Fier, tu réponds à ce baiser qu'il t'offre. Vos lèvres ne s'étaient pas encore touchées jusqu'à présent et maintenant que c'est le cas, tu te sens beaucoup mieux. Ton cœur bat à une vitesse que tu ne pensais pas possible jusqu'à présent. Tu te sens bien, tu te sens revivre. Le baiser dure trop peu de temps à ton goût mais toutes bonnes choses ont une fin comme on dit. Tu lui annonces que tu es trop serré dans ton jogging après cet échange passionné et excitant. Il faut dire que Timéo n'aide pas non plus. Tu lui fais toucher ton entre-jambe pour qu'il le constate par lui-même. Je sens très bien ô combien t’es à l’étroit là-dedans, du coup… Qu'il grogne contre tes lèvres avant de te retirer ton boxer avec ton aide. Il prend son café en main et tu comprends que tu n'auras pas plus tout de suite. Tu n’as qu’à le retirer. Mais je viens de le faire alors j’espère qu’un peu d’air frais te fera du bien et nous permettra de boire tranquillement notre café ? Tu restes assis sur le plan de travail à le regarder, satisfait de lui. Non, ça ne peut pas se passer comme ça. Tu n'as même plus envie de ce café que tu t'es fait un peu plus tôt. Et il s'éloigne de toi, assez pour que vos corps ne se touchent plus. Le café peut attendre, tu ne crois pas ? Tu hausses les épaules et descends du plan de travail pour te rapprocher de lui. Actuellement en t-shirt et boxer, tu te colles contre lui, posant tes lèvres dans son cou. Laissant un coup de langue de temps en temps sur sa peau. Et passant tes mains sous son t-shirt pour caresser sa peau. Tu tiens vraiment à prendre le temps de boire ton café ? Parce que, crois-moi, ce n'est pas le simple fait d'enlever mon jogging qui me fera du bien. Tu murmures contre sa peau. Et même si tu meurs d'envie de jouer encore un peu à chauffer l'autre, tu n'as pas envie d'attendre. Ton excitation est trop grande et trop présente. Tu as envie de Timéo. J'ai grave envie de te faire l'amour bébé. Tes mots ne sont qu'un murmure et peut-être qu'au final, ce n'est encore qu'un jeu de ton côté. Peut-être que tu t'amuses seulement à lui donner un peu plus envie de toi. Peut-être que tu l'excites seulement pour le laisser après. Peut-être que tu es un peu sadique mais peut-être qu'il aime ça aussi.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: friday night. (timéo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
friday night. (timéo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)
» Friday Night Smackdown - 24 février 2012 (Carte)
» Friday Night Smackdown - 11 Mai 2012 (Résultats)
» Friday Night Smackdown - 18 Mai 2012 (Carte)
» n.W.o. Friday Night Smackdown - 14 Septembre 2012 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: