AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — can we surrender. (jessi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Cole Baldini

wish you were a better man.

- paper notes : 103
- since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #078, sea side.
contact book:
availability: [open] jessi.

MessageSujet: — can we surrender. (jessi)   Mer 28 Mar - 0:32

- can we surrender -
jessi byrne x cole baldini

La vie avait reprit son cours. Une vie calme, tranquille, encadrée par les différentes horaires de son boulot, de ses rendez-vous, des quelques verres qu'il avait pu aller boire pour se détendre, tout simplement. Cole avait reprit ses vieilles habitudes, comme si rien ne s'était passé. Et pourtant. Ça ne faisait que quelques jours, un peu plus d'une semaine, peut-être. Il n'avait pas compté, il avait tenté d'oublier, d'ignorer même cette rencontre qui avait pourtant eu du mal à quitter sa mémoire, son cerveau. Il n'avait fait qu'y penser. Ce qu'il aurait pu dire, ce qu'il aurait pu faire. Il avait analysé la situation, analysé leur dialogue, analysé même ce qu'il avait pu mémoriser de Jessi. Toujours si belle, après quinze années loin d'elle. Les quatre murs de son bureau commençant à l'étouffer, il décida de prendre une pause, laissant ses assistants s'occupaient du reste de la matinée. C'est par habitude au petit café du coin qu'il se rendit, seul endroit où il pouvait vraiment prendre dix, quinze ou vingt minutes, quand il en avait besoin. Il se mettait dans l'un des petits fauteuils, au fond du café, au calme, et il pensait simplement. À tout, mais surtout à rien, histoire de pouvoir faire le vide avant de reprendre le boulot. Il se mit en file, attendant sagement son tour sans faire réellement attention autour de lui, jusqu'à ce qu'il la remarque. La même taille, la même chevelure, les mêmes courbes qu'il pouvait reconnaitre, sans même les avoir observer autant qu'il avait l'habitude de le faire, à l'époque. Il réalisa rapidement qui était la femme devant elle, celle qui était en train de passer sa commande. La même Jessi dont il voulait oublier le nom et la présence dans cette foutue ville. Elle semblait le poursuivre, même dans ses moments de tranquillité. Réfléchissant à la possibilité de simplement quitter le café sans rien dire, il fut interpelé par la conversation que cette dernière avait avec le vendeur, et par les commentaires du groupe de personnes derrière lui. Jessi ne trouvait plus son argent dans son sac, tandis que le reste des clients semblaient s'impatienter et râler, comme il l'aurait certainement fait. Mais c'était Jessi, et il préférait largement resté silencieux. Les secondes continuèrent de passer, les commentaires continuant de venir jusqu'à ses oreilles, si bien que son habitude à lui venir en aide reprit le dessus. Attrapant deux billets qui trainaient dans sa poche, il s'approcha un peu plus, venant poser l'argent devant elle, près du barista qui semblait à son tour s'impatienter. — Ajoutez un mocha avec, s'il vous plait. — Il se contenta de rajouter, en profitant pour commander pour sa part. Un ton direct mais poli, comme il en avait l'habitude, lui qui savait si bien diriger tout son petit monde. Évitant de croiser le regard de Jessi, il récupéra la monnaie, et s'éloigna pour aller récupérer sa boisson un peu plus loin, lorsqu'elle serait prête. Cole doutait qu'elle le laisse s'en tirer de la sorte, et lui même était incapable de savoir s'il voulait qu'elle s'en aille, ou s'il voulait passer du temps avec elle.

_________________

(cb) you can run, but you can't hide from the feeling you bury inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 254
- since : 07/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, fr [cole x2, teddy]

MessageSujet: Re: — can we surrender. (jessi)   Mer 28 Mar - 14:18

Elle n’était pas encore arrivée à sa galerie, Jessi. Ce qui était bien quand on avait sa propre boutique, c’était l’horaire flexible qu’on pouvait lui donner. Jessi n’avait jamais mentionné les heures d’ouverture de sa galerie, ce qui lui permettait d’ouvrir ainsi que de fermer quand elle le voulait. Aujourd’hui, comme la plupart des matins, Jessi passait par les ruelles de Sea Side afin de se rendre dans le petit café se trouvant au coin d’une des rues. Ne connaissant pas encore toutes les boutiques se trouvant à Brighton, elle était cependant tombée amoureuse de l’ambiance que dégageait ce bâtiment. Elle n’avait hésité, il y a quelques semaines, à pousser cette porte vitrée. A y penser, elle ne le regrettait pas, Jessi. Car elle y avait dégusté de très bonnes choses. Elle avait donc pris l’habitude de s’y rendre tous les matins. Ou presque. Cette matinée ne faisait pas exception. Bien qu’il soit déjà dix heures passé, Jessi poussa la petite porte du bâtiment, laissant les diverses odeurs s’infiltrer dans ses narines. Elle eut directement l’eau à la bouche. Mais comme à chaque fois, Jessi ne savait guère quoi prendre. Elle resta à l’écart, profitant du peu de population pour faire son choix. Quelques minutes lui suffirent avant qu’elle ne rejoigne la file. — Un chocolat chaud caramel ainsi qu’un morceau de gâteau au citron, s’il vous plaît. Un doux sourire poli se dessina sur son visage. Et alors que sa commande était en cours de préparation, elle fouilla dans son sac afin d’en sortir son porte-feuille. Le rouge finit par lui monter aux joues, quand elle se rendit compte de son erreur. Elle l’avait oublié sur le plan de travail. Quelle idiote. Jessi continua de chercher, voyant l’impatience sur le serveur. — Je suis désolée je .. Je ne retrouve plus mon porte-feuille. Elle  faisait maintenant partie des habitués Jessi, il savait donc qu’elle n’était pas le genre de personne à faire ce qu’elle était en train de faire. L’impatience montait, les autres clients derrière elle finissaient par râler. Et alors qu’elle était prête à abandonner toutes recherches et à faire une croix sur son déjeuner, elle sentit l’homme derrière elle se pencher au-dessus de son épaule afin de donner quelques billets et de rajouter sa commande. En attendant sa voix, Jessi faillit perdre pied. Ne sachant que dire, que faire, elle se contenta de poser ses yeux sur lui. Cole. Encore ? Une semaine auparavant, elle l’avait revu. Après quinze longues années. Il se trouvait à nouveau là, près d’elle, plus d’une semaine plus tard. A croire que le destin a décidé de les prendre en charge. Était-ce négatif, positif ? Jessi n’en savait rien. En attendant sa commande, Cole se décala. Souriant de façon désolée et maladroite au serveur, Jessi se décala également. — Merci, Cole. Mais tu n’avais pas à faire ça. Je te rembourserai un de ces quatre. La situation était étrange, bizarre. Jessi ne savait pas réellement quoi faire ni quoi dire. Leurs retrouvailles ne s’étaient pas déroulées au mieux. Elles s’étaient même terminées sur l’annonce du gamin que Jessi avait. Terriblement mal à l’aise, elle se dit que Cole n’avait sans doute pas envie de sa compagnie. Son coeur lui disait de rester à ses côtés, d’en profiter, mais sa raison lui dictait de prendre la fuite.

_________________
// For many years, everything I touched would fade away. And you are so full of life it scares me. I admire your spirit too much to let it be clouded by my darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cole Baldini

wish you were a better man.

- paper notes : 103
- since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #078, sea side.
contact book:
availability: [open] jessi.

MessageSujet: Re: — can we surrender. (jessi)   Jeu 29 Mar - 1:43

C’était le destin. Un destin qui se foutait de lui, qui lui renvoyait au visage la façon mal propre dont sa fiancé l’avait lâché, trahi dans les bras de son frère. Lui qui avait réussi à se reconstruire si loin de la maison, si loin d’elle, voilà qu’ils se retrouvaient, deux fois en quelques jours seulement, ici à Brighton. Comme si elle le suivait, même involontairement. Comme si le destin tentait de les rassembler. Foutu destin, pensa Cole. Il n’avait pas passé tant d’années à tenter de l’oublier pour la croiser tous les jours dans cette ville. Se décalant le temps d’attendre sa commande, il garda le regard rivé ailleurs, ailleurs que sur elle. Il l’avait déjà bien assez observé lors de leur retrouvaille, et le souvenir du visage de la belle était encore frais dans sa mémoire. Bien trop frais. Elle le remercia, proposa de le rembourser. Un de ces quatre. Cela sous-entendait de se revoir, et c’était pour l’instant quelque chose qu’il tentait d’éviter, Cole. S’il ne voulait pas complètement perdre la raison, il devait se tenir loin d’elle, elle qui avait tendance à agir si facilement sur lui. — Je suis pas à ça près, t’en fais pas. — Sa réponse était amicale, mais son ton sec, alors qu’il s’impatienter de récupérer son café. Il ne savait pas quoi dire, le Baldini, ou même quoi faire. C’était trop bizarre, peut-être même plus que leurs retrouvailles. Il n’avait pas envie de faire la conversation, mais il n’avait pas envie qu’elle s’en aille. Il voulait en savoir toujours plus sur elle, sa vie, depuis qu’il en était sorti, mais il ne voulait pas penser à elle. — Je te demanderais bien si tu me suis, mais vu que je suis arrivé après toi, ce serait mal placé. — finit-il par lancer pour briser le silence gênant qui s’était installé. Il détestait ce genre de silence, Cole, mais il détestait encore plus devoir les briser. Son regard rencontra finalement celui de Jessi, qu’il regarda un instant, attentivement, avant qu’un barista annonce sa boisson. La récupérant, il attendit que Jessi prit sa commande, quelques secondes plus tard, pour la regarder, hésitant. — Tu veux… t’asseoir avec moi, un instant ? — Il le proposait presque à contre coeur, toujours tiraillé entre l’envie d’être toujours près d’elle et celle d’être le plus loin possible. Mais ils devaient avoir une discussion, à un moment ou à un autre. Si les choses tournaient mal, il préférait que ce ici, où il ne pourrait pas faire scandale. Et puis, il pourrait toujours utiliser son boulot comme un échappatoire, au besoin. Sans attendre sa réponse, il s’éloigna vers le fond du café, allant s’asseoir à l’une des petites tables du fond. Il savait bien qu’elle le suivrait.

_________________

(cb) you can run, but you can't hide from the feeling you bury inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 254
- since : 07/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, fr [cole x2, teddy]

MessageSujet: Re: — can we surrender. (jessi)   Ven 30 Mar - 11:06

Cole lui était tombé dessus alors qu'elle ne s'y attendait pas. Elle ne s'attendait pas du tout à le revoir, à vrai dire. Pensant qu'il aurait essayé de l'éviter le plus possible. Il aurait très bien pu, d'ailleurs, ne rien faire, la laisser se débrouiller avec le serveur au comptoir et faire comme si de rien n'était. Comme si elle n'existait pas. Mais Cole, il n'était pas de ce genre. Jessi le savait très bien. Il a toujours été celui à l'aider, quoi qu'il arrive. Et à nouveau, quinze ans après, le coeur brisé, il était là, à l'aider elle. Son geste l'avait terriblement surpris. D'où le pourquoi elle était restée quelque peu bouche bée quand elle l'avait reconnu et qu'elle s'était retournée afin de lui faire face. Elle s'était mise sur le côté, attendant sa commande qui ne tarderait pas à arriver. Tout comme elle, Cole n'était pas des plus à l'aise. La situation était tellement bizarre. Jamais elle n'aurait pensé retomber sur lui, même si Brighton n'était pas non plus une ville extrêmement grande. C'était le coup du destin, après tout. Elle haussa simplement les épaules quand il lui dit de ne pas s'en faire pour le remboursement. Après tout, Jessi n'était même pas certaine de le revoir après aujourd'hui. Chose qu'elle pensait également après leurs retrouvailles. Elle verrait bien ce que l'avenir lui réservera. — Effectivement. Mais je ne m'attendais pas à te voir .. ici. Elle ne s'attendait pas à le revoir du tout. Jessi regardera autour d'elle, comme pour trouver une échappatoire. Elle avait chaud, elle ne savait pas quoi faire ni quoi dire. Tout était tellement bizarre. Tout était tellement différent. Contre toute attente, Cole lui proposa de s'asseoir avec lui. Son coeur ne fit qu'un bond. Elle avait envie de crier que oui qu'elle n'attendait que ça. Mais elle se retenait, lui offrant simplement un doux petit sourire. Il ne l'attendit cependant pas, prenant sa commande lorsque le barista annonça qu'elle était prête. Il se dirigea alors vers le fond du bâtiment, prenant place dans l'un des canapés libres face à une petite table. Jessi resta là, seule. Elle attrapa sa commande une fois terminée, s'excusant encore. Elle hésita un instant. Devait-elle réellement rejoindre Cole ? Après tout, il le lui avait proposé. Peut-être malgré lui. Mais on a qu'une vie. Et Jessi allait en profiter. Elle prit place non loin de lui, déposa son assiette sur la table alors qu'elle porte à sa bouche sa tasse remplie de chocolat chaud. A nouveau, un silence s'installa entre eux. Mais cette fois, Jessi se lança. — Je ne t’ennuierai pas longtemps, ne t'en fais pas. J'ai ma galerie à aller ouvrir. Peut-être s'en fichait-il après tout. — Tu .. Tu es à Brighton depuis longtemps ? Lui dit-elle, n'osant pas poser son regard sur lui.

_________________
// For many years, everything I touched would fade away. And you are so full of life it scares me. I admire your spirit too much to let it be clouded by my darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cole Baldini

wish you were a better man.

- paper notes : 103
- since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #078, sea side.
contact book:
availability: [open] jessi.

MessageSujet: Re: — can we surrender. (jessi)   Ven 30 Mar - 23:45

Il ne savait pas pourquoi il l’avait invité à s’asseoir avec lui, Cole. C’était sorti comme ça, la petite partie en lui qui voulait absolument la retrouver avait prit le dessus, l’espace d’un instant, un court instant. Il réalisa assez vite à quel point c’était bizarre, cette situation, et à quel point il venait de l’empirer. Qu’allaient-ils se dire ? Après tout, la dernière fois qu’il l’avait vu, leurs retrouvailles avaient presque fini en catastrophe, et il avait fini par la quitter plus brisé qu’il ne l’était au début. Pourtant, il voulait croire à une nouvelle chance, de nouvelles retrouvailles. Les choses à dire avaient été dites, et même s’il ne pourrait jamais oublier à quel point il avait souffert avec elle, il était peut-être temps de lever un drapeau blanc, d’enterrer la hache de guerre. Au moins le temps d’un café. Mais Cole, c’était un homme fier. Il n’aimait pas montré ses souffrances, ni même pardonner. Il était du genre à tout laisser tomber, lorsqu’on lui faisait mal. Ça avait été le cas pour Jessi, pour Al, et pour bien d’autres personnes avant ça. Il ne pouvait tout simplement pas s’entourer de personnes prêtes à le trahir, et il le savait bien. Prenant place sur l’un des fauteuils, il but rapidement une gorgée de son café, tentant d’oublier un instant la proposition bien étrange qu’il avait fait à son ancienne fiancé. Elle se pointa quelques secondes plus tard, s’installant avec lui, silencieuse à son tour. Ils en étaient là, réduits au silence, à marcher sur des oeufs, eux qui s’aimaient tant. C’est Jessi qui reprit la parole, et Cole ne tarda pas à lui répondre. — Et je fais simplement une pause, donc je ne comptais pas m’attarder. — C’était vrai. Ça l’aurait été, même s’il n’était pas tombé sur elle. Ça n’avait rien d’une échappatoire, Cole savait simplement qu’il devait faire passer son boulot avant tout ça, avant sa vie en général. C’était exactement ce qu’il faisait, depuis qu’il avait ouvert son cabinet d’architecte, et il ne comptait pas s’arrêter là. Aujourd’hui, son job était ce qui comptait le plus à ses yeux. La brune le questionna sur sa présence à Brighton, et le Baldini fini par reposer son regard sur elle un instant, avant de lui répondre. — Six ans. Je me suis installé à Londres après avoir quitter l’Irlande puis j’ai décidé de venir ici il y a six ans. — Une vie qu’il avait bien installé dans la jolie ville en bord de mer, et qu’il ne comptait pas quitter de si tôt. Il prit une nouvelle gorgée à son tour, regardant à nouveau Jessi alors qu’elle semblait éviter son regard à tout prix. Peut-être n'avait-elle même pas envie de boire un café avec lui, se dit-il finalement à voir sa réaction. Il aurait pu le comprendre, ce n'était pas comme s'il s'était bien comporté, la dernière fois qu'ils s'étaient revu, ou même la dernière fois avant qu'il quitte l'Irlande. Cole avait tendance à s'énerver, il le savait, il se mettait hors de lui dès que ça touchait à elle. Mais c'était parce que c'était elle, parce qu'elle comptait bien trop pour qu'il puisse être le même homme je-m'en-foutiste qu'il donnait l'impression d'être au reste du monde. Quand c'était Jessi, il était une tout autre personne.

_________________

(cb) you can run, but you can't hide from the feeling you bury inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 254
- since : 07/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, fr [cole x2, teddy]

MessageSujet: Re: — can we surrender. (jessi)   Mer 4 Avr - 11:41

Elle avait le regard fuyant, n’osant pas le poser sur lui. Elle qui avait pour habitude de l’admirer quand il avait le dos tourner, ou de plonger délicatement son regard dans le sien avec un doux sourire sur son visage, il en était tout autre maintenant. Elle était gênée, essayant de chercher un refuge en fixant les allées et venues des clients. Jessi espérait tomber sur une tête connue, afin qu’elle puisse se lever, s’excuser auprès de Cole et partir. Mais ce ne fut pas le cas. Aucun visage familier à l’horizon. Il faut dire qu’elle n’est ici que depuis quelques semaines Jessi. Elle ne connaît pas encore grand monde. Elle but une nouvelle gorgée de son chocolat chaud avant d’attaquer son gâteau au citron. Elle en coupa un bout avec sa fourchette afin de porter le morceau à sa bouche. Ces gâteaux étaient un réel régal. Cole lui signala qu’il ne faisait qu’une pause dans son travail, que lui non plus n’allait pas traîner. Ils n’avaient tous les deux pas le temps. Et peut-être qu’au fond, c’était mieux ainsi. — Tu travailles dans les environs ? Lui demanda-t-elle afin d’entamer la conversation. Elle ne l’avait plus vu depuis quinze ans, jamais elle n’avait osé prendre de ses nouvelles. Jessi ne savait tout simplement pas ce qu’il faisait dans la vie, s’il était toujours architecte. Tout ce qu’elle avait su lors de leurs retrouvailles mouvementées, c’était qu’il était célibataire. Et en réalité, ça l’avait drôlement soulagée la douce Byrne. Jessi essayait de meubler le silence comme elle le pouvait. Elle trouvait la situation tellement triste. Eux qui avaient l’habitude de tout se dire, ils n’avaient aucun secret pour eux. Jamais ils n’ont été aussi distants, presque indifférents envers l’autre. Jessi reconnaissait ses torts, elle savait le mal qu’elle lui avait fait. Jamais elle n’avait passé une journée sans s’en vouloir. Jessi inspira profondément. — Et tu te plais, ici ? Je ne connais pas encore grand-chose à vrai dire, ni grand monde. Elle haussa les épaules, portant sa tasse contre ses lèvres. Elle prit sa fourchette entre ses mains, hésitante. Elle leva délicatement les yeux vers Cole. — Tu .. Tu en veux ? Lui dit-elle en indiquant le gâteau d’un signe de tête. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il accepte, mais Jessi essayait tout de même de détendre un peu la situation, brisant petit à petit la glace.

_________________
// For many years, everything I touched would fade away. And you are so full of life it scares me. I admire your spirit too much to let it be clouded by my darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cole Baldini

wish you were a better man.

- paper notes : 103
- since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #078, sea side.
contact book:
availability: [open] jessi.

MessageSujet: Re: — can we surrender. (jessi)   Mer 4 Avr - 23:57

C’était bizarre. Être assit là, avec elle, discuter de leur vie. C’était tout simplement bizarre. Cole trouvait réconfort dans sa tasse de café, comme si c’était la dernière chose à laquelle il pouvait se raccrocher, la seule chose qu’il connaissait vraiment. Il en bu quelques gorgées, se brulant les lèvres au passage, mais ça lui était bien égal. Son regard se reposa sur la jolie brune à sa nouvelle question. — Ouais, mon cabinet est à quelques rues d’ici. — Il travaillait près de la plage, vivait près de la plage, et c’était là que se trouvait la boutique de son ancienne fiancé, aussi. Ça semblait presque évident, qu’ils allaient se croiser, encore et encore. La ville n’était pas si grande que ça. Il ne se faisait pas bavard, le Baldini, habitué à garder pour lui les informations sur sa vie privée. Et bien que Jessi aurait, à une époque, connu les moindres détails de ce qu’il faisait et qui il était, ce n’était plus le cas aujourd’hui. Aujourd’hui, elle avait perdu son statut particulier, cette possibilité de savoir tout sur le brun. Ce temps avait été résolu, depuis assez longtemps pour que Cole en ai oublié son habitude à tout lui dire. — Je m'y plais, oui. C’est une jolie ville, les gens sont sympas, il y a de quoi ne pas s’ennuyer. — répondit-il simplement, description rapidement de la ville. Il s’y plaisait, ça oui. Assez pour ne pas avoir prit le premier avion en apprenant que Jessi avait déménagé ici. Il s’y était, à sa façon, attaché depuis six années. Il avala une nouvelle gorgée de café, et la brune lui proposa un peu de gâteau d’un signe de tête, proposant de le partager avec lui. — Ça va aller, merci. — répondit-il. Et, sans qu’il ne s’en rende vraiment compte, c’est un léger sourire, presque timide, qu’il lui offrit pour la remercier de ce geste, sourire qu’il n’aurait pas pu imaginer, pas après tout ce qu’elle lui avait fait. Jamais il n’avait pu s’imaginer qu’un jour, au bout de quinze longues années, il se retrouverait assit à la table d’un café à sourire à Jessi, sa Jessi, comme au bon vieux temps, ou presque.

_________________

(cb) you can run, but you can't hide from the feeling you bury inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 254
- since : 07/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, fr [cole x2, teddy]

MessageSujet: Re: — can we surrender. (jessi)   Mar 10 Avr - 14:31

Toute cette situation la dérangeait fortement. Jessi n’était absolument pas à son aise. Après tout ,qui le serait. Elle était assise là, à côté de Cole, son ex-fiancé qu’elle a trompé avec son propre frère. La situation ressemblait à une mauvaise comédie romantique, donc Jessi était le personnage principal. On aurait pu croire, pourtant, qu’ils étaient là en tant qu’amis, qu’ils partageaient un bon moment. Mais ce n’était absolument pas le cas. Jessi était au plus mal. Timide, incertaine. Elle n’était pas cette femme, d’habitude. Mais jamais elle ne s’attendait à retomber un jour sur Cole. Encore moins ici, à Brighton, ville où elle venait d’emménager. Elle l’avait revu une fois, et maintenant elle le revoyait pour la seconde fois. Tout était bizarre. Tellement trop bizarre. Elle avait envie de prendre ses jambes à son cou et fuir le plus loin possible. Mais tout ce qu’elle se contentait de faire, c’était de boire à grandes gorgées son chocolat chaud qu’elle déposa une fois fini sur la petite table basse. Elle l’avait presque bu d’une traite. — Oh, tu as ton propre cabinet. Ca ne m'étonne même pas, à vrai dire. Elle lui sourit. Elle savait qu’un jour ou l’autre, Cole aurait sa propre entreprise, son propre business. Ce qu’il venait de lui annoncer ne l’étonna même pas. Il lui expliqua ensuite que la ville était agréable, que les gens étaient sympathiques. Elle ne pouvait que le croire. Jessi le regarda, elle osa enfin, elle qui avait évité son regard depuis le début. Elle n’arrivait pas à le confronter, beaucoup trop honteuse de ce qu’elle avait fait quinze ans auparavant. Si seulement il savait à quel point elle s’en voulait. À quel point elle aurait aimé tout réparer. À quel point elle aurait aimé qu’il reste. La Byrne se contenta simplement de lui adresse un doux et léger sourire attendrissant une fois qu’il eut terminé. Elle porta ensuite son attention sur son gâteau, en mangeant quelques bouts avant d’en proposer à Cole. Celui-ci refusa poliment. Et pour la première fois depuis leurs retrouvailles, il lui sourit. Un sourire sincère, timide presque. — Pas de soucis. Lui répondit-elle, comme si cette réponse était nécessaire. Elle finit son gâteau en quelques bouchées et jeta un rapide coup d’oeil sur sa montre. — Je vais devoir te laisser. A vrai dire, elle avait encore un peu de temps. Mais elle ne se voyait tout simplement pas rester plus longtemps dans cette situation qui lui était insupportable. Elle se leva, attrapant son sac. Face à Cole, elle lui adressa un nouveau sourire et soudain elle fut prise d’une pulsion. Elle se pencha légèrement vers lui. Jessi lui déposa un léger baiser sur la joue. Un doux baiser. C’était de cette façon qu’elle lui avait dit au revoir, le soir de leur rencontre. Son coeur tambourinait dans sa poitrine. Mais qu’est-ce qu’elle faisait. — Merci, pour tout à l’heure. Bonne journée, Cole. Elle se redressa et, bien trop gênée à nouveau, se retourna avant de filer vers la sortie, le rouge aux joues.

_________________
// For many years, everything I touched would fade away. And you are so full of life it scares me. I admire your spirit too much to let it be clouded by my darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Cole Baldini

wish you were a better man.

- paper notes : 103
- since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #078, sea side.
contact book:
availability: [open] jessi.

MessageSujet: Re: — can we surrender. (jessi)   Mer 25 Avr - 22:42

Il n’avait pas envie de se vanter sur la vie qu’il menait, aujourd’hui. D’en faire trois tonnes, de lui balancer à la figure la façon dont il avait fait semblant d’avancer, ces dernières années. Cole se contenta d’un hochement de tête lorsqu’elle releva qu’il avait à présent son propre cabinet. Ça avait toujours été dans ses pans, au Baldini. Si à Londres, il avait accepté d’être l’employé modèle de quelqu’un, ce n’était que pour s’assurer qu’il pourrait se lancer à son tour, un jour. À peine installé à Brighton, il avait monté sa petite entreprise. Et petit à petit, elle s’était agrandi, pour être aujourd’hui ce cabinet bien réputé, dont il était le chef. Il en était fier, Cole, d’avoir autant réussi sa carrière, pour contre balancer avec sa vie sentimentale complètement absente depuis trop longtemps. Jessi décida finalement de partir, de le laisser là. Pourtant, avant qu’elle ne quitte la pièce, elle déposa un léger baiser sur la jour de l’homme, un geste simple qui eut le don de le chambouler. — Bye. — répondit-il malgré tout. Le regard baissé, il tentait de ravaler son émoi, cette émotion causée par la simple sensation des lèvres de son ex-fiancée sur sa peau. Elle ne pouvait pas l’attendre aussi facilement, après tant d’années. Et pourtant, c’était le cas. Un seul baiser, sur la joue, et il aurait été prêt à lui courir après et à la supplier de lui revenir. Retenant ses envies qu’il regretterait et nierait quelques minutes plus tard, il se contenta de finir son café. Il prit soin d’attendre que Jessi soit partie et bien loin avant de se lever à son tour, quittant le café l’esprit encore emmêlé dans de trop nombres et trop vagues sentiments, avant de refaire le chemin en sens inverse jusqu’à son bureau.

_________________

(cb) you can run, but you can't hide from the feeling you bury inside.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: — can we surrender. (jessi)   

Revenir en haut Aller en bas
 
— can we surrender. (jessi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» No Surrender 30 Septembre 2012 (Carte)
» No Surrender 30 Septembre 2012 (Résultats)
» Doktè Gessie Cameau ansyenn komisè mande dekiprevyen akizasyon volèz.kowonpi
» [No Surrender] La riqueza de mi gloria!!!
» [No Surrender] Alberto y los otros...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: