AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 monsieur sable. (beau)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 297
- since : 09/02/2018


- getaway car.
address:
contact book:
availability: (loanne, logan/côme, mariel, wyatt, beau, ninel)

MessageSujet: monsieur sable. (beau)   Ven 23 Mar - 18:28

it's been a long time since i rock and rolled
it's been a long time since i did the stroll

Il est cinq heures et demi du matin, approximativement, et je suis réveillé par le vibreur de mon téléphone qui m'explose la cervelle, depuis la table de chevet sur laquelle je l'ai laissé hier soir. En enfonçant le visage dans mon oreiller, je peste de devoir déjà me lever pour aller bosser et ce n'est qu'après quelques secondes que je me rends compte que je ne suis pas de service, ce matin. Aussi, je grogne, je souffle, je roule, j'attrape mon téléphone et je capte entre mes paupières groggy le nom de Beau qui clignote sur l'écran. Sérieusement ? Elle rappellera. Je balance l'objet sur les couvertures, attends qu'il s'arrête de sonner et me détends... jusqu'à ce qu'il se remette à vibrer, et moi à gueuler. Quinze minutes plus tard, je suis ma gueule dans le froid, à aligner les enjambées dans la ville endormie, chacun de mes pas résonnant contre les façades sombres. Les seuls que je croise sont les joggeurs et les sorteurs, sans que je ne puisse rallier l'un ou l'autre clan. J'aurais pu emprunter la bagnole de Peter, mais ça aurait été bien trop commode pour cette foutue gosse. En définitive, j'y perds parce que je suis comme un con à rejoindre le Concorde en bus puis à pattes alors que c'est à l'autre bout de la ville, mais je m'en fous, ma fierté l'a toujours emporté sur mon intelligence. Je redresse le nez en approchant, dévisageant la façade vétuste aux allures de vieux resto de digue. Je ne suis jamais sorti là. Trop vieux. Pas assez désireux de danser sur un podium sous des couleur néons. Beau, elle, elle adore. Elle y passe des nuits entières, avec ou sans ses amis, puis elle revient en longeant la mer jusqu'à retrouver la civilisation et des taxis. Et parfois, c'est moi, son taxi. D'un regard impassible, je guette les alentours jusqu'à capter une présence humaine non loin de l'entrée. Au milieu, une gosse blonde assise par terre, l'air content ou faussement content, en plein débat avec un grand type baraqué, probablement le videur, et deux autres gosses dont les apparences ne me parlent pas. Peut-être des amies à elle, aucune idée. J'approche donc, les mains dans les poches et lorsqu'elle me repère, Beau me balance un petit signe de la main. - C'est bon, je gère, j'indique sans plus de formalité à la bande hétéroclite rassemblée autour d'elle. C'est moi, le pigeon trop gentil qu'elle a appelé pour la raccompagner. Et parce que je préfère me déplacer, même à six heures du matin, à savoir qu'elle clopine toute seule au milieu de nulle part, me voilà, à me débarrasser de mon sac à dos duquel je tire des tennis, qu'elle peut enfiler à la place de ses talons qui doivent lui faire palpiter les pieds de douleur. - Tu te rends compte que je n'ai pas de voiture ? et je souris finalement, avec un peu de sarcasme. Je ne sais pas si elle oublie d'une fois à l'autre ou si elle s'en fout de rentrer à pieds, mais c'est toujours moi qu'elle appelle. Et je râle, je peste, mais en réalité,ça ne me dérange pas, une fois réveillé. Je n'ai jamais été un lève tard de toute manière et, bien souvent, je me mêle à la foule des joggeurs matinaux. - Allez debout, je scande, en lui attrapant la main et la taille pour la relever, - on va prendre le petit dej. Ce n'est pas une question. Hors de question qu'elle me tire du lit sans scrupule pour que je l'aide à rejoindre le sien. La journée commence,  je crève de faim et je tuerais pour un café.

_________________
I gotta roll I can't stand still
Got a flamin' heart can't get my fill
With eyes that shine, burnin' red
Dreams of you all through my head
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

- paper notes : 41
- since : 03/03/2018


- getaway car.
address:
contact book:
availability: free. (0/4) naofel,jazz,tommy, al. (closed)

MessageSujet: Re: monsieur sable. (beau)   Sam 24 Mar - 2:48

it's been a long time since i rock and rolled
it's been a long time since i did the stroll

Beau, elle devient souvent la reine de la nuit. Elle s'engouffre dans ces lieux où l'alcool coule à flot, où y'a des odeurs de parfums. les filles sont sexy, les garçons sont séduisants. les corps qui se frôlent et les mains parfois baladeuses qui viennent à se perdre un peu. Beau, elle se laisse enivrer par cette frénésie jusqu'à avoir parfois les idées qui s'embrouillent et les capacités affaiblies. La belle poupée se fait désireuse, attire le regard des gens et d'une certaine façon, elle le provoque. Puis finalement, quand la reine n'est plus en mesure de tenir sur ses pieds, elle lui téléphone pour qu'il vienne la chercher. C'est souvent le premier qu'elle réveille aux petites heures du matin; parce qu'elle sait que jamais il n'osera la juger. Bien sûr, il ne manquera pas de la secouer parfois; mais jamais ô grand jamais, elle a pu voir une lueur de jugement dans son regard. La gamine, elle l'entend patiemment dehors; assise, elle débat avec un mec de trois fois sa taille. Elle donne l'impression, qu'elle pourrait partir en guerre et débattre des heures entière; l'alcool aidant et lui déliant la langue, quoi qu'elle n'a jamais eu besoin de l'alcool pour dire ce qu'elle pense, certes. - C'est bon, je gère. Tel un héro, il débarque toutefois il n'a pas son fidèle destrier pour l'accompagner. La bande autour d'elle se dissipe et la belle blonde glisse son regard azur sur lui; à croire qu'il devient un habitué témoin de ses beuveries; puisqu'il débarque munit d'un sac à dos et il vient à lui tendre des baskets. - Tu te rends compte que je n'ai pas de voiture ? Haussement d'épaules comme si elle jouait la fille désintéressée, mais au final, elle adore le voir pester et ronchonner ça l'amuse il donne l'impression d'être un vieux papy qui bougonne constamment. Allez debout, doucement, il lui attrape la main et la soutien par la taille pour la remettre correctement sur ses pieds. Sur le coup, ça tangue un peu; l'alcool qu'elle croyait un peu plus dissipé semble toujours de la partie. - on va prendre le petit dej. bien sûr, venant de lui ce n'était pas une question, mais plutôt une affirmation. « En plus de venir me chercher, tu m'amènes déjeuner; tu sais que t'es un homme à marié?» Sourcil qui s'arque et sourire moqueur qui flotte sur les lèvres pulpeuses de la belle blonde. Évidemment, elle joue la reine jusqu'au bout. Dans un soupir, elle vint à retirer ses chaussures qui effectivement lui faisait un mal de chien, puis elle s'empara des baskets qu'elle mit non sans difficulté sous le regard faussement exaspéré de son accompagnateur. puis elle garda sa première paire de chaussures dans ses mains venant à glisser sa main libre sous le bras; « Allez vient papy, on va manger.» Moqueuse sans scrupule, entre eux c'était souvent comme ça. une relation parsemée de moqueries et d'envoie de pics mutuels, toutefois derrière cette écran de folie se cachait une sorte d'affection. le jeune trentenaire était très protecteur envers elle et la belle blonde y avait trouvé un sorte de repère; une personne capable de lui tenir tête, de la supporter et surtout de demeurer présent dans sa vie peut importe les frasques qu'elle pourrait faire ou qu'elle a fait jusqu'à maintenant. les deux comparses se mirent à route, une nouvelle journée débutait à brighton. le soleil était venue tranquillement se lever, l'air était fraîche, mais agréable et ils quittèrent cette frénésie pour retrouver dans les rues une certaine tranquillité, une sorte d'équilibre. « La prochaine fois, tu devrais venir avec moi.» Qu'elle lance finalement le plus sérieusement du monde, la gamine se dit qu'il devrait sortir avec elle, lâcher un peu son fou à son tour et l'espace d'une soirée ne pas jouer les sauveurs. « Si ça s'trouve, tu attirais la gente féminine.» Sourire en coin, l'air frais lui ramène les idées en place, son esprit est de moins en moins dans le flou, les effets de l'alcool s'estompe peu à peu et l'envie d'engloutir un déjeuner avec plein de trucs gras se fait ressentir.

_________________

u.c

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 297
- since : 09/02/2018


- getaway car.
address:
contact book:
availability: (loanne, logan/côme, mariel, wyatt, beau, ninel)

MessageSujet: Re: monsieur sable. (beau)   Mer 28 Mar - 15:36

Je ne sais pas vraiment ce qu'il s'est passé, avec Beau. C'est une gamine comme une infinité d'autres. Une petite blonde aux yeux trop grands, trop remplis de défi, et qui tient à peine sur ses pattes. Une princesse aux fringues déchirés parce qu'ils l'empêchent de se battre correctement. Le genre à battre des paupières d'un air désorienté avant de te crever un œil avec son talon aiguille et te faire nettoyer le sang dessus après. Terriblement chiante, infiniment vulnérable et, plus encore, véritablement forte. Tout ça, je le sais parce que ça fait un moment maintenant qu'on se connait, que je garde un œil sur elle et qu'elle me voit comme, je ne sais pas, un ami ? Peut-être bien. Moi, j'ai l'impression qu'elle est devenue un genre de filleule casse couille. Elle est probablement, avec Peter, ce qui se rapproche le plus d'une famille, pour moi. Pas forcément en terme d'amour mais en terme de relation. Parce qu'une partie étrange de mon cerveau fracassé a décidé de se prendre d'affection pour elle, de vouloir veiller à ce qu'elle ne parte pas en vrille, de m'amuser de ses piques constantes, même lorsqu'elle est bourrée ou à moitié endormie. Et plus le temps passe, moins ça me dérange de jouer le rôle d'ombre bienveillante. Dans le rôle que je m'impose, je découvre une composante inconnue de l'être humain et de sa relation à l'autre. Je me sens utile, j'ai le sentiment de faire quelque chose de bien, de m'inscrire dans un schéma totalement étranger à la drôle de réalité que je vis depuis que je suis né. Ou re-né. On a tendance à oublier comme c'est gratifiant de pouvoir prendre soin des gens qui sont importants pour nous, et de se sentir entouré. Beau, elle est paumée, je le sais. Elle ne l'avouera jamais et elle détesterait que je la considère de cette façon, et pourtant c'est vrai. Alors, dans l'ombre, je guette. - Je suis le dernier dans ta liste d'appel, si tu meurs congelée ou affamée quelque part, ça remontera jusqu'à moi, je ricane nonchalamment, en roulant vers elle des billes largement indifférentes. Comme si je m'inquiétais pour elle ou que j'avais une quelconque envie de me montrer sympathique. Je l'empêche simplement de m'emmerder même dans la mort en provoquant une descente de flics dans la maison de Peter, qui se contenterait de tendre un doigt dans ma direction et de dire "c'est lui", sans même détacher les yeux de son bouquin. Et dire que c'est ça, ma famille, maintenant. Finalement, j'enfile à nouveau mon sac à dos avec toutes les affaires que j'ai balancées dedans pour ma journée, et elle m'entraîne le long de la mer, en direction du centre, on trouvera bien un Costa sur la chemin ou un quelconque endroit où aller manger. Elle finira sûrement par s'endormir à un moment ou à un autre, la fatigue lui tombera dessus et l'assommera, mais en attendant, elle m'interpelle encore et j'éclate de rire. - C'est quoi cette fixette sur ma vie sentimentale ? ... je rétorque en lorgnant dans sa direction, gamine qui avance clopin-clopant sur ses jambes trop longues et trop fatiguées, balançant à tort et à travers sa petite voix moqueuse. Deux fois en l'espace de quelques minutes qu'elle me fait des allusions même pas subtiles, qu'elle me taquine sur le sujet. - ... tu t'es faite larguer ou quoi ? j'enchaîne, en esquissant un sourire goguenard. La vérité, c'est que ça m'attire pas du tout, les boites de nuit. Je traîne beaucoup trop dans les bars et les pubs, mais les boites ? Qu'est-ce que j'irais foutre là, avec une môme de son âge, par-dessus le marché ? C'est pas la gente enfantine que je veux attirer, moi. - Mais si c'est un défi que tu me lances, moi je te propose une course, je dis on ne peut sérieusement malgré mon regard rieur, parce que je suis ce genre de con qui répond toujours aux défis, surtout quand ils n'ont aucun sens. Et je sais qu'elle ne pourra pas refuser, qu'elle mettra un point d'honneur à gagner.

_________________
I gotta roll I can't stand still
Got a flamin' heart can't get my fill
With eyes that shine, burnin' red
Dreams of you all through my head
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: monsieur sable. (beau)   

Revenir en haut Aller en bas
 
monsieur sable. (beau)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il est fort, Il est beau, Il sent bon le sable chaud !
» Seule sur le sable, les yeux dans l'eau. Le rêve était trop beau. [libre !]
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» monsieur Jambou
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: brighton sea side.-
Sauter vers: