AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — don't you forget about me (jessi).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Anwar Shahraz

aut viam inveniam aut faciam.

⋅ paper notes : 318
⋅ since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #482, west side.
contact book:
availability: (off) oz, logan, jazz.

MessageSujet: — don't you forget about me (jessi).   Mar 20 Mar 2018 - 19:46


- don't you forget about me -
al baldini x jessi byrne


Il ne s’était pas posé par hasard, à Brighton. À vrai dire, Al Baldini ne laissait jamais rien entre les mains du hasard. Deux raisons l’avaient amené à s’intéresser à cette bourgade anglaise avec le plus grand des intérêts. Elle portait le doux nom de Jessi. La mère de son fils. Une femme qui, après lui avoir annoncé l’existence de ce gamin, dont il ignorait tout, s’était tout simplement contenter de disparaitre dans la nature, sans donner plus de nouvelles.  Ce fut un coup dur pour le petit Carl, qui, du haut de ses dix ans, n’avait jamais rien connu d’autre que sa maman. Al, lui, fulminait. D’accord, il était loin d’être le type parfait, en fait, il s’en éloignait considérablement, mais le fait qu’elle l’ait accusée de ne pas avoir pris soin de son fils alors qu’elle avait gardé le silence sur son existence pendant toutes ses années, ça le rendait fou. Les deux garçons n’eurent pourtant pas le choix d’apprendre à se connaître, à s’apprivoiser. Le Baldini jongle difficilement entre sa vie professionnelle et parentale, lui qui n’a toujours eu que lui-même à s’occuper. Un autre être vivant dépendait désormais de sa petite personne, et il s’adaptait mal à ce nouveau rôle de pourvoyeur. Il lui fallut près de cinq ans avant d’être apte à retrouver la trace de son ancienne flamme, qui se trouvait à être l’ancienne fiancée de son frère. Son frère, seconde raison de sa présence à Brighton. Car, étrange circonstance, c’est ici qu’ils se trouvaient, tous les deux. Ça devait faire un peu plus de deux semaines qu’il s’était installé dans cet appartement dans le West Side. Un quartier où il s’était rapidement mit à son aise,  à force de s’y balader, question de s’y faire quelques repères. Il se baladait d’ailleurs tranquillement dans les jardins du Old Steine, quand la silhouette si distincte de son ancienne amante captura son regard. – Jessi Byrne ! Mais quel plaisir de te croiser ici. – fit-il, doucement ironique en s’approchant d’elle. Rien qu’à lire la surprise dans son regard, Al savait qu’ils allaient un intéressant quart d’heures. – Ça doit bien faire… quatre ou cinq ans que l’on ne s’est pas vu, non? – Comme s’il avait pu oublier ce moment, cette date particulière où elle avait lâchement abandonné son propre fils entre ses mains malhabiles. Quel genre de mère agissait ainsi? Des femmes comme Jessi.

_________________

    --- ( anwar shahraz )
    roses are red, violets are blue, i'm using my hand but thinking of you.


Dernière édition par Al Baldini le Jeu 12 Avr 2018 - 21:53, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 262
⋅ since : 07/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, fr [cole x2, teddy]

MessageSujet: Re: — don't you forget about me (jessi).   Lun 26 Mar 2018 - 14:43

(outfit) | Jour de congé. Ou du moins, jour de congé improvisé. Depuis qu’elle avait revu Cole, Jessi était dans tous ses états. Ils avaient le monde autour d’eux, et pourtant c’était à Brighton, cette petite ville d’Angleterre, qu’ils se trouvèrent tous les deux. Peut-être que si elle avait su plus tôt qu’il s’y trouvait, elle ne s’y serait sans doute pas rendue. Quoi que. Elle était tout de même sortie de sa galerie, quand son regard l’avait vu passer devant la vitre. Et cette rencontre, elle ne s’était pas bien terminée. Tout ce qu’elle avait imaginé comme retrouvailles avait volé en éclat. Alors c’était vêtu d’un jeans, d’une chemise lignée et d’une longue veste beige que Jessi déambulait dans les rues de Brighton, afin de s’aérer l’esprit. Mais son regard voyageait de trottoir en trottoir, de peur de le revoir à nouveau. Maintenant, elle sait qu’elle vivrait la boule au ventre, quand bien même elle désirait le revoir. Encore et encore. Elle bifurqua à gauche, entrant dans le parc qu’est Old Steine. C’était la première fois qu’elle s’y rendait à vrai dire Jessi. Et à première vue, elle trouvait cet endroit magnifique. Elle avait eu de la chance avec le temps. Le soleil était au rendez-vous, et elle laissa ses rayons terminer leur course sur son corps, venant délicatement le réchauffer. Mains dans les poches, elle profita des alentours. Jusqu’à ce que son regard ne tombe sur cette silhouette bien trop connue, sur ce visage où il y a quinze ans, elle déposait de doux baisers. C’est pas vrai. À croire que les Baldini s’étaient donné rendez-vous ici, pour lui mener la vie dure. Jessi ne pouvait le nier, et c’est donc avec un faux sourire sur le visage qu’elle s’arrêta devant le fruit défendu. — Tiens, Al. Retirant les mains de ses poches, Jessi resta stupidement droite comme un i devant lui. Elle eut un léger rire nerveux quant à sa remarque. — Ou moins oui. Ça remonte à l’époque où je t’ai refilé .. ton gamin. D’ailleurs, il n’est pas avec toi ? Cela faisait maintenant presque cinq ans que Jessi avait lâchement abandonné son fils, Carl à son soi-disant père. Seulement, ça, Al ne le savait pas. Pendant tout ce temps, Jessi ne les avait plus revu. Et Carl lui manquait terriblement. — On dirait que les Baldini ont décidés d’envahir Brighton. Dit-elle en croisant les bras sur sa poitrine.

_________________
// For many years, everything I touched would fade away. And you are so full of life it scares me. I admire your spirit too much to let it be clouded by my darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Anwar Shahraz

aut viam inveniam aut faciam.

⋅ paper notes : 318
⋅ since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #482, west side.
contact book:
availability: (off) oz, logan, jazz.

MessageSujet: Re: — don't you forget about me (jessi).   Mer 28 Mar 2018 - 2:45

Ce n’était ni un plaisir, ni un soulagement que de tomber sur Jessi Byrne. Ce moment, il l’avait entendu pendant de nombreux mois, de nombreuses semaines, avant qu’il ne se produise, ici-même, à Brighton. Et en dehors de sa présence même dans cette ville, Al n’avait rien calculé, cette fois, laissant le temps agir de lui-même afin de mettre son ancienne amante sur son chemin. Il habitait le même quartier, après tout, alors ça n’avait été qu’une question de circonstance. Et aujourd’hui, toutes les étoiles s’étaient alignées afin qu’ils se retrouvent au même endroit, au même moment. Des retrouvailles à saveur amer, qui laissait un arrière-gout désagréable en bouche. – Tiens, tu te souviens de l’existence de ce gamin, bravo! – fit-il, en applaudissant avec une certaine lassitude déplacée, avec de s’arrêter brusquement. – Après cinq ans de silence, j’ai presque cru que tu l’avais oublié. – Fort à parier que s’il n’avait pas croiser son chemin, cette journée-là, cinq autres années auraient pu passer avant qu’elle ne daigne réclamer des nouvelles de son propre enfant, la chair de sa chair, le fruit des entrailles, name it. Niveau mère indigne, on ne faisait pas mieux dans les parages. – Il est à l’école, naturellement. – Le rôle de père n’allait pas bien à Al, mais ce gamin n’avait pas demandé à être jeter entre ses sales pattes, et il s’en était occupé du mieux qu’il le fallait. Autant dire qu’il agissait davantage comme un grand frère ou un oncle trop permissif avec lui que comme son paternel. La remarque de Jessi arracha un sourire à Al, et alors que la jeune femme se refermait en croisant les bras sous sa poitrine, l’homme, lui, se détendait. – Ainsi donc, tu as croisé mon frère. Je n’ai pas encore eu ce plaisir. – Plaisir à sens unique, car Cole risquait d’être tout sauf heureux de le revoir. Et encore moins de le savoir, lui aussi, en ville.

_________________

    --- ( anwar shahraz )
    roses are red, violets are blue, i'm using my hand but thinking of you.


Dernière édition par Al Baldini le Jeu 12 Avr 2018 - 21:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 262
⋅ since : 07/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, fr [cole x2, teddy]

MessageSujet: Re: — don't you forget about me (jessi).   Mer 28 Mar 2018 - 15:01

A croire que le destin avait fini par la choisir comme cobaye. Après avoir revu Cole au bout de quinze ans, voilà maintenant qu’elle se tenait face au jeune Baldini. Certes, leur dernier échange datait d’il y a un peu plus de quatre ans, mais Al n’avait pas changé. Il avait toujours cet air sarcastique et quelque peu hautain, ce qui pouvait parfois déranger la Byrne. Jamais Jessi n’aurait pensé tomber sur les Baldini ici, à Brighton. Après tout, le monde était assez vaste pour qu’ils ne se retrouvent pas, right ? Mais visiblement, pas assez. — D’ailleurs pour ça .. Quelque peu honteuse d’avoir agis de la sorte des années auparavant, Jessi n’avait jamais repris contact avec lui afin de lui expliquer quoi que ce soit concernant la vie de Cole. Oui, elle avait lâchement abandonné son fils. Et elle s’en voulait. Terriblement même. Seulement c’était la seule option qui s’était proposée à elle. Faire croire à Al qu’il était le père de Carl. Car en réalité, il ne l’est pas Allen. Mais ça, la douce avait totalement omis de lui dire. Et elle n’osait même pas imaginer sa réaction quand, un jour, elle trouvera la force de tout lui avouer. — Je te demande pardon de te l’avoir filé comme un vulgaire objet. Tu ne méritais pas de le connaître de la sorte. Je te présente mes excuses. Jessi était sincère. Elle qui n’était pas du genre à avouer ses fautes, il fallait reconnaître qu’ici, elle avait fait fort. Qui abandonne son fils, du jour au lendemain ? Jessi avait fait tout ce qu’elle détestait. Et Al lui en voulait, ce qui était parfaitement compréhensible. — Oui, j’ai croisé Cole devant ma galerie. Les .. retrouvailles n’étaient pas des plus joyeuses. Elle haussa les épaules, ne voulant pas en dire plus. Après tout, Al n’avait pas besoin de savoir. — Que fais-tu à Brighton ? Jessi n’avait pas envie de taper la causette avec Al, cependant, le connaissant, il ne la laisserait pas s’enfuir si facilement.

_________________
// For many years, everything I touched would fade away. And you are so full of life it scares me. I admire your spirit too much to let it be clouded by my darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Anwar Shahraz

aut viam inveniam aut faciam.

⋅ paper notes : 318
⋅ since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #482, west side.
contact book:
availability: (off) oz, logan, jazz.

MessageSujet: Re: — don't you forget about me (jessi).   Jeu 12 Avr 2018 - 22:25

Même s’il était la pire personne que vous pourriez connaître, jamais Al n’aurait été capable de faire ce que Jessi avait commis avec son fils. L’abandonner, sans raison, sans explications, aux mains d’un inconnu et disparaitre dans la nature et ne jamais redonner de nouvelles. Il n’était pas un homme de chœur, et il avait de nombreuses fois joué ce petit jeu avec certaines de ses fréquentations. Mais si l’une d’elle lui avait appris être enceinte de lui – et si elle avait eu l’audace de le lui dire, contrairement à la femme qui lui faisait face -, il aurait pris ses responsabilités. Financièrement parlant, du moins. Lui-même ne se considérait pas comme le modèle idéal pour les enfants d’autrui, alors autant dire qu’il le serait encore moins pour les siens. Il se serait impliqué dans la vie de cet enfant, à distance, à tout le moins, tout simplement car ce gamin n’avait pas demandé à naître et qu’il n’avait surtout pas choisi ses parents. Jessi avait agi d’une façon totalement puéril, et elle le savait. Et à ce niveau, Al n’allait pas l’épargner. Elle pouvait s’excuser autant de fois qu’elle le voulait, et de toutes les façons qu’il lui plaisait, ça n’effaçait en rien le geste. Ou l’absence de geste pour corriger le tir. – Garde tes excuses, Jessi. – Il leva les yeux au ciel, partagé entre l’agacement et l’ironie. – Si vraiment tu avais regretté ton geste, tu n’aurais pas passé cinq ans à jouer au fantôme. Et tu n’auras surtout pas attendu de me croiser, par le plus des hasards, dans ce parc de Brighton… – Si elle avait admis ses torts et acceptée d’en vivre les conséquences, elle serait revenue vers Al pour récupérer Carl, et ce, bien avant aujourd’hui. Il y avait peut-être un fond de vérité dans ses aveux, mais l’homme était incapable de ne pas voir les choses autrement, de creuser plus loin que les simples remords apparents. Bullshit. – Par contre, faudrait mieux que tu revisses ton discours quand tu parleras avec ton fils. S’il y a bien quelqu’un à qui tu dois des explications, c’est lui. Pas moi. – Encore faudrait-il que le gamin accepte de revoir sa mère. Aux dernières nouvelles, il semblait peu enclin à la chose. Il faut dire qu’il entrait doucement dans cette douce période tourmentée qu’on appelait la crise d’adolescence. Des heures de plaisir à venir. – Tu m’étonnes. – réagit-il simplement lorsqu’elle lui parla de ses retrouvailles avec son frère. L’inverse aurait relevé du miracle. Lui-même s’attendait au même type de traitement, voir à une réaction un brin plus violence, lorsque sa route croiserait celle de Cole. Mais ça pouvait encore attendre. Rien ne pressait, il venait à peine de s’installer à Brighton, ce n’était pas pour repartir presque aussitôt. – Oh, j’avais tout simplement envie de savoir ce qui attirant tant mon cher frère et son ancienne fiancée pour qu’ils s’établissent tous les deux ici. – Il n’était pas là par hasard, non. Il l’avait fait pas exprès. Et ça l’amusait terriblement de venir mettre son nez dans les plates-bandes de ceux qu’ils avaient considérés comme sa famille, des années plus tôt.

_________________

    --- ( anwar shahraz )
    roses are red, violets are blue, i'm using my hand but thinking of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 262
⋅ since : 07/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, fr [cole x2, teddy]

MessageSujet: Re: — don't you forget about me (jessi).   Lun 7 Mai 2018 - 11:10

Jessi avait mal agi, elle le savait parfaitement bien. Mais jamais elle n’aurait pensé tomber enceinte. Ou du moins, elle ne pensait pas le découvrir après sa rupture avec le vrai père de cet enfant. Et elle n’avait jamais rien dit, la douce. Ayant pris soin d’élever son fils du mieux qu’elle le pouvait pendant 10 ans. Jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’elle n’en pouvait plus, qu’elle n’y arrivait pas. Carl lui ressemblait beaucoup trop. Et ça lui faisait mal de voir l’être tant aimé dans les yeux de son fils. Alors lâchement, elle s’était tournée vers Al, lui faisant croire qu’il était le père de cet enfant. Mensonge. — T’as raison, Al. C’est ce que tu souhaites entendre ? Certes, j’aurais pu, j’aurais dû agir autrement. Mais je n’y arrivais plus .. Jessi baissa la tête. Certes, elle était honteuse. Oui, elle s’en voulait terriblement. Car en y repensant, elle avait raté quatre années de la vie de son fils. Il avait maintenant quatorze ans, et elle n’était pas réellement sûre qu’il lui pardonne un jour de l’avoir lâchement abandonné pendant quatre ans. — Ca, ça me regarde. Elle redressa la tête, défiant Al du regard. Elle se demandait, si au fil du temps, il avait compris. Elle se demandait si il avait compris qu’en réalité, Jessi lui avait menti. S’il s’était douté que Carl n’était pas son fils. Elle savait que tôt où tard ils devraient en parler. Mais Jessi préférait reculer ce moment au plus loin. Ne voulant pas se confronter à Al. Ni à Cole. — Tu ne savais pas que je me trouvais ici. Je ne savais même pas que Cole vivait ici. À croire que le destin a décidé de nous réunir à nouveau tous les trois. Sauf si toi, tu savais. Elle haussa les épaules. Car après tout, Al avait pu débarquer à Brighton pour de très bonnes raisons, même si Jessi préférait se dire qu’il ne s’agissait que du hasard. — Mais tu verras, c’est une très belle ville. Et puis, il y a assez de femmes ici pour que tu trouves ton bonheur.

Spoiler:
 

_________________
// For many years, everything I touched would fade away. And you are so full of life it scares me. I admire your spirit too much to let it be clouded by my darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Anwar Shahraz

aut viam inveniam aut faciam.

⋅ paper notes : 318
⋅ since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #482, west side.
contact book:
availability: (off) oz, logan, jazz.

MessageSujet: Re: — don't you forget about me (jessi).   Jeu 17 Mai 2018 - 20:56

Il y avait une certaine satisfaction à l’entendre lui dire qu’il avait raison. De quoi faire un petit velours à l’italien, faisant ressortir ce petit côté prétentieux qu’il abordait toujours avec élégance. La belle admettait ses torts, et même s’il avait dû les lui extirper de force, c’est elle qui avait capitulé, au final, lui avouant ses torts. Ce qu’elle ignorait, pourtant, c’est qu’Al n’était pas aussi dupe que Jessi voulait bien le croire. Il connaissait son petit secret. Il connaissait ce mensonge qu’elle se gardait bien de lui dévoiler. Une véritable bombe à retardement qui finirait, tôt ou tard, à lui sauter en plein visage. Qui sait, peut-être que ce léger détail glisserait hors de sa bouche lorsqu’il croiserait la route de son frère. Ou peut-être pas. – Et tu n’as jamais pensé que si ce bébé n’était jamais venu au monde, on n’en serait pas là, à avoir cette discussion? TU as pris la décision d’avoir cet enfant, alors assume-là, Jessi. – Elle ne pouvait pas juste décider, du jour au lendemain, d’en avoir marre et d’abandonner son fils entre les mains d’un inconnu, rien que parce que madame avait besoin d’un léger répit. Quelques années, plus particulièrement. La route pour réparer ses trop nombreuses erreurs serait ardue, Jessi ignorant à quel point la rancœur était présente dans le cœur de fon fils. – Je te signale qu’il est toujours sous ma garde, en ce moment, alors, ça me concerne aussi. – fit-il en soutenant ce regard de défi qu’elle lui lançait, comme une chatte échaudée. Peut-importe qu’il ne soit pas son fils, il restait tout de même un membre de sa famille. Dans ses veines coulaient toujours le sang des Baldini, même si ça n’était pas le sien. Si son opposée semblait sceptique quant aux raisons de sa présence en ville, Al savait, lui, qu’il n’avait pas mentit. Quelques recherches sur Google avaient suffi pour retrouver la trace de son frère et de son bureau d’architecte. Des Baldini, il n’en existait pas des centaines, au Royaume-Uni. Le cas de Jessi fut plus complexe, mais autant dire qu’il est pratique d’avoir quelques amis dans la police, qui ont accès à une multitude de bases de données. – Je ne te dévoilerai pas tous mes secrets. – consentit-il tout simplement à lui dire, en réponse à sa remarque qui remettait en question la véracité de ses propos, haussant les épaules à son tour. Un sourire presque carnassier apparu sur ses lèvres, alors qu’elle mentionnait l’un des plus beaux attraits de la ville : les femmes qui y habitait. – Ceci dit, tu n’as pas tort sur ce point, la qualité de la marchandise locale a de quoi combler même mes attentes les plus élevées. – Ses propos avaient de quoi provoquer, et il en était bien conscient. Mais son amour de la chair et du vice n’était un secret pour personne. Il ne s’en cachait pas non plus, après tout, il n’avait aucune raison d’avoir honte, lui.

_________________

    --- ( anwar shahraz )
    roses are red, violets are blue, i'm using my hand but thinking of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

⋅ paper notes : 262
⋅ since : 07/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, fr [cole x2, teddy]

MessageSujet: Re: — don't you forget about me (jessi).   Ven 18 Mai 2018 - 14:10

Jessi avait presque fini par oublier à quel point Al pouvait être désagréable quand il le voulait. Elle ne l’avait plus vu depuis des années, et ces retrouvailles l’exaspéraient déjà. Certes, elle n’avait pas été des plus douce avec lui en lui refourguant son fils quelques années auparavant, et elle pouvait comprendre qu’il lui en veuille, mais il n’avait tout de même pas le droit de la traiter de la sorte. Car il ne savait pas tout ce qu’elle avait vécu, Jessi. — Ah parce que tu crois que c’est facile, toi ? Tu crois que j’ai eu facile de prendre cette décision, Al ? Tu as bon dos de dire que j’aurais pu ne pas l’avoir. Tu me dégouttes. Jamais Jessi n’aurait abandonné cet enfant. Avorter n’avait jamais été une option, même si elle savait que cet enfant, elle allait devoir l’élever seule. Son sarcasme ce changea en colère, et elle fronça rapidement les sourcils, croisant les bras sur sa poitrine. À les regarder au loin, on aurait pu croire à une dispute de couple. Mais ce temps-là était bien loin. — Il est vrai que pour un homme comme toi, faire sous-entendre à une femme qu’elle aurait pu ne pas avoir cet enfant, ça na vaut rien. Oh, et tu veux savoir la meilleure ? Allons-y, vu que nous sommes dans les reproches et la vérité. Carl n’est pas ton fils Al. Mais peut-être le savais-tu déjà. Jessi laissa éclater la vérité au grand jour. Vérité qu’elle s’était juré de toujours garder pour elle. Seulement, jamais elle n’aurait prédit retomber sur Cole un jour. Ni sur Al. Jessi n’avait plus rien à cacher, et elle s’en fichait pas mal de ce qu’Al pouvait penser. — Alors tu as pu élever mon fils, ok, mais mes retrouvailles avec lui ne te regardent pas. Tu n’es pas son tuteur légal, Al. Tu l’as oublié ? Il avait réussi à la mettre hors d’elle, à le faire sortir des sentiers battus et de sa zone de confort. À cet instant, Jessi se demandait ce qui avait pu l’attirer chez lui quelques années auparavant et surtout, elle s’en voulait encore plus d’être tombée dans les bras de ce goujat et d’avoir tout fait foirer avec son frère. Jessi décroisa cependant ses bras, ayant le coeur plus léger suite à l’annonce de cette vérité. Peut-être qu’en réalité, Al s’en doutait déjà, car tous les traits de Carl se tournaient vers Cole et non vers lui. Pourtant, Jessi avait préféré se tourner vers cet être immature plutôt que de reprendre contact avec son ex afin de lui annoncer qu’en réalité, il était père. Elle soupira longuement avant de se reculer. Elle n’avait qu’une envie, c’était de partir bien loin de lui. — Alors je te laisse à tes occupations, je ne te dérange pas plus longtemps. Tu as sans doute d'autres coeurs, d'autres couples à aller briser.

_________________
// For many years, everything I touched would fade away. And you are so full of life it scares me. I admire your spirit too much to let it be clouded by my darkness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Anwar Shahraz

aut viam inveniam aut faciam.

⋅ paper notes : 318
⋅ since : 23/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: #482, west side.
contact book:
availability: (off) oz, logan, jazz.

MessageSujet: Re: — don't you forget about me (jessi).   Mar 22 Mai 2018 - 20:45

La provocation, c’est une chose qu’il connaissait bien, Al. Il en usait, il en abusait sans modération, se satisfaisant des effets qu’elle causait chez son opposé.  Faire admettre ses torts à Jessi ne lui avait pas suffi, non. Il se sentit le besoin, l’obligation de remettre en question les choix que la femme avait posés, les ayant menés dans cette situation.  De quoi provoquer la colère de toutes les féministes de ce bas monde. Et celle de l’ancienne fiancée de son frère. – C’est toi qui a jeté ton gamin entre mes sales pattes, alors permet-moi de douter de tes capacités à prendre des décisions éclairées.  – mentionna-t-il seulement, quand elle avoua être dégoutée par sa conduite et ses propos. Il avait l’habitude des insultes, il y avait longtemps qu’elles ne l’atteignaient plus, ou bien peu. Elles coulaient le long de sa peau comme la pluie glisse contre un imper. Même la colère grandissant dans le regard de Jessi ne l’impressionnait pas. Au contraire, elle fit plutôt naître l’ombre d’un sourire narquois sur ses lèvres, alors qu’elle s’emportait dans des propos désobligeant à son attention, avant de lui mettre sous le nez ce qu’il savait depuis fort longtemps, déjà. Il eut presque envie de rire, devant son attitude complètement puérile, et ses yeux se lèvent vers le ciel alors que sa bouche régurgitait toujours des mots vides de sens. – Tu as cru que j’étais assez idiot pour te croire sur paroles à son sujet? Après ce que tu as fait à mon frère, j’avais toutes les raisons du monde de me méfier de toi. Les mensonges semblent si facilement couler d’entre tes lèvres, un de plus ou du moins, ça ne changeaient pas grand-chose, n'est-ce pas? – Il frappait bas, sur ce coup, mais il s’en fichait complètement, Al. Elle n’avait été qu’une tentation à laquelle il avait choisi de céder, un jeu malsain auquel il s’était prêté. Mais une fois que la récompense promise lui fut acquise, la jeune femme avait perdu toute sa valeur à ses yeux, et il l’avait largué sans plus de cérémonie, se fichant bien du désordre qu’il laissait dans sa vie. – Je reste son oncle, que tu le veuilles ou non. – Cette enfant partait une part de son bagage génétique, il portait le sang des Baldini en lui, le même qui coulait dans les veines du critique et de son frère. – Et puis, je serais très curieux de connaître l’opinion d’un avocat sur la question… de savoir ce qu’il pense d’une mère qui abandonne son enfant entre les mains d’un homme en lui faisant croire qu’il est le père. Pour ensuite disparaitre dans la nature, sans donner la moindre de ses nouvelles... – Il extrapolait, laissant sous-entendre des procédures dans lesquels il n’avait pas la moindre intention du monde de s’engager. Jessi voulait jouer à celui qui aboie le plus fort, mais elle avait clairement oublié à quel il était redoutable en la matière. Au final, il n’eut pas la possibilité d’en dire plus qu’elle capitulait déjà, son attitude laissant clairement sous attendre qu’elle préférait encore être ailleurs que de reste un moment de plus avec lui. Al n’avait nullement l’intention de la retenir. – Si j’ai en plus ta bénédiction, ça sera avec grand plaisir. – fanfaronna-t-il en la saluer d’un simple geste de la tête avant de s'éloigner, l’abandonnant sur place avant qu’elle n’ait eu le temps de le quitter de son plein gré.

Sujet terminé pour Al.

_________________

    --- ( anwar shahraz )
    roses are red, violets are blue, i'm using my hand but thinking of you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: — don't you forget about me (jessi).   

Revenir en haut Aller en bas
 
— don't you forget about me (jessi).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past
» || Come save me, unbreak me, cause I just can't forget you ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: