AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 we are the only one alive in this town.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: we are the only one alive in this town.   Ven 16 Mar - 21:15




- nola blake -
art won't save the world,
go volunteer at a soup kitchen,
you pretentious fuck.


i. harness your blame, walk through
- âge et lieu de naissance: elle a tout juste vingt-quatre ans, Nola, pas grand chose à l'échelle d'une vie, encore moins à l'échelle du monde. Mais depuis le moment où elle a ouvert les yeux dans sa ville chérie, elle n'a jamais cessé de hurler la vie, pour remplir la sienne jusqu'à étouffer. - origines et nationalité: elle profite des caraïbes dans ses boucles folles, dans sa peau sombre et brillante, dans ses traits gorgés de caractère, dans son regard ensoleillé, parce que maman est de là-bas. Sa réalité, pourtant, c'est la grisaille de l'Angleterre de papa. Lui blanc, elle noire et au milieu, les enfants caramels aux visages qui promettent plus de merveilles que n'en recèlent leurs cartes d'identités. - statut familial: un panaché multicolore, un patchwork détonnant dont elle ferme la marche avec panache et qu'elle chérit plus qu'elle ne saurait le dire. Il y a d'abord ses parents, complémentaires et preuve vivante que l'amour surpasse tout le reste, traverse les frontières et résiste à tout ce à quoi on veut qu'il résiste. Proche de l'un comme de l'autre, elle réécrit le monde avec maman, écrit sa vie avec papa. Plus que tout, elle les aime profondément pour lui avoir donné Cameron et Judy. Le frère et la soeur. La fraternité, l'amour et l'amitié. - statut civil: complexe, puisque c'est son maître mot. Nola ne reste jamais seule très longtemps, elle aime trop la connivence, le partage, la sensation de découvrir l'Autre à travers l'autre. Plus que d'amour, elle est avide de conquête, de savoir, de saisir l'immensité du monde qui offre pour son cœur vorace ses sept milliards de formes. Choisir c'est renoncer, pour elle, et elle ne pourrait se résigner à renoncer. Alors elle cultive ses amitiés érotiques, elle aime doucement ou passionnément, elle capture l'essence, puis laisse partir avant de passer à l'âme suivante, sans amertume. On la comprend rarement, Nola, dans ses amours, mais c'est pourtant limpide : elle aime aimer les gens, car aimer les gens, les posséder un peu, c'est posséder et apprendre le monde toujours un peu plus. - occupation: elle termine ses études de sociologie cette année, après un parcours houleux mais plaisant, dont elle garde un tendre souvenir et l'envie toujours plus féroce de s'inscrire dans la trop courte lignée des grands penseurs. Elle n'aimait pas particulièrement aller en cours, Nola, préférant aux heures trop longues passées au milieu de mômes là par défaut, le délice de découvrir par elle-même les méandres de l'étude humaine et les infinies ramifications qu'elle délivre. Et lorsqu'elle était là, assise, prête à recevoir l'expérience des enseignants, elle se retrouvait bien trop souvent à interrompre, questionner, proposer, douter, donner un avis qu'on ne lui a jamais demandé. - cinq choses favorites: l'art sous toutes ses formes mais qui prend celles de la peinture, du dessin ou de l'écriture sous ses mains, qui lui fait voir les nombres, les odeurs, les sons en couleurs. Elle connaissait pas le mot synesthésie avant de rencontrer un peintre farfelu, Nola, elle savait pas qu'il y avait un mot pour ces sens mélangés qui lui font voir le monde en dix dimensions. - les grandes idées et leur impact sur le monde, les débats qu'elles apportent et cette manière de comprendre les parcours opposés, l'optimisme, la volonté, l'envie furieuse de faire bouger l'immobile. Elle aime réfléchir à la théorie, Nola, elle aime aussi la pratique, comme deux moitiés complémentaires d'une même entité toujours en évolution. - les amours contingentes, qu'elle vit en permanence, en tombant amoureuse de chaque petite chose, à chaque seconde, qu'elle expérimente avec les hommes et les femmes aussi, au travers desquelles elle apprend le monde, le désir, la joie, le chagrin, la volupté. Elle y oppose, comme Jean-Paul et Simone, l'amour nécessaire, celui qui transcende le reste, davantage intellectuel et psychique, le partenaire de vie, l'être indispensable, l'unique. - son frère et sa soeur, ce qui se passe de tout commentaire : elle est la petite dernière, la petite choyée, le bébé de la famille et ses aînés sont comme des idées magnifiques qu'elle aime plus que tout. - militer, parce qu'elle a l'âme d'une gosse d'une nouvelle ère, Nola, elle veut l'égalité, la justice, l'amour, la paix, le partage, elle en a marre, et elle a pas peur de gueuler pour qu'on entende ce qu'elle a à dire. Elle est aussi non-violente, elle est pacifiste, mais elle sait que sans bouger, ils auront rien. - saison préférée: toutes ont leur charme, mais elle affectionne sans doute l'été plus que les autres. - traits de caractères: elle a la folie des grandeurs, Nola, elle aime rêver et rêver en grand, c'est une passionnée d'expression, du monde, des gens, elle aime balancer au monde ce qu'elle pense, veut, ce qu'elle rêve, elle voudrait tout connaître, tout savoir, elle aime l'art plus que tout, de sa créativité sans borne, et à côté de ça, elle veut frapper un grand coup, bousculer tout ce qu'on connait déjà, elle s'intéresse énormément à la politique et aux dynamiques interpersonnelles, aux problèmes sociaux et humanitaires. C'est un rayon de soleil froid, elle sourit, elle rit, elle aime, prend et donne peu en retour ou que du superficiel, c'est le genre à être amie avec tout le monde et personne en même temps, elle s'implique dans dix mille assoc' en même temps à côté de ses études, elle milite, elle gueule, elle est jamais coiffée parce qu'elle est trop feu follet pour se poser cinq minutes. Elle réfléchit beaucoup trop et ça la terrifie, elle est bien trop mature, bien trop blasée déjà, elle a déjà trop synthétisé tous les maux du monde mais elle continue de se battre, elle veut embellir sa vie comme elle peut, de ses grands yeux enfantins. C'est une intense parce qu'elle est terrifiée par le vide, la solitude l'effraie parce que la confronte à tout ce qui ne va pas et à son impuissance face à ça. Elle idéalise la vie entière et ne s'arrêtera jamais une seconde. - groupe: marigold. - avatar: laura harrier.

iii. when eyes are all painted sinatra blue
- pseudo/prénom: louise. - âge et pays: toujours pareil. - type de personnage: pré-lien familial de @Cameron Blake    - votre avis sur le forum: i mean... troisième compte   - où avez-vous connu le forum:  I love you  - autre:  je cherche plein de liens pour ma douce, si quelqu'un est intéressé    


Dernière édition par Nola Blake le Sam 17 Mar - 0:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Ven 16 Mar - 21:15

ii. swing wide your crane, run me
Il n'y a rien. Le silence.
Son silence, sur le mélange de coton et lin qui lui donne l'aspect plus rustre qu'il ne l'est réellement.
Juste un regard intense – bleu ou vert, elle n'a jamais réellement su, comme s'il s'amusait à semer le doute – des prunelles qui cherchent et qui trouvent, des sourcils qui se froncent ou qui se haussent, des lèvres qui se pincent, qui s'entrouvrent, qui s'étirent en un sourire qui ne dit rien. Ça commence par ses traits grossièrement taillés, ses joues trop creuses, son nez trop inégal, sa bouche trop veloutée pour un regard trop froid, une mâchoire trop abrupte pour un sourire trop large, des cheveux trop sombres sur une peau trop pâle, et par son corps, trop long et trop fin, aux côtes et aux muscles saillants. Puis ça suit avec des mouvements précipités ou vifs, doux ou lancinants, précis ou calculés, conscients ou non – tout ce qui indique qu’il oublie, qu’il élude, qu’il s’agace. Les regards, les coups d’œil, la façon de détendre l’omega sur son front, d’observer par-dessus ses cernes indélébiles, au travers de ses cils de jais, de derrière ses prunelles ombrageuses, la façon de montrer, d’exiger, de questionner, harassant de ses mains impérieuses qui secouent l'épaule ou le genou, et son menton qui se balance vivement dans un sens ou un autre, les larmes brûlantes sur ses joues glacées qui rougissent sa peau, du rouge sang pour la colère, du rouge ponceau pour la gêne et du rouge coquelicot pour le rire, quand il fait froid du rouge cardinal et quand il fait chaud, du rouge vermeil, et ses paupières qui se plissent, les commissures de ses lèvres qui se soulèvent dans un rire silencieux, expirant de temps à autre un simple écho de timbre, qu’il ne peut contrôler, qui sonne comme un mystère, un cadeau, et même ses grognements, ses soupirs, ses exclamations échappées spontanément étonnent, interpellent, rendent méfiants ou curieux.
Mille fois plus qu'une peinture, mille fois plus qu'un être, il se joue du pinceau et des idées, il slalome autour de la volonté de celle dont il refuse l'autorité. Elle n'en est déjà plus maître - à peine l'a-t-elle imaginé qu'il a déjà sa volonté propre. Elle soupire puis sourit, incapable de lui en vouloir, et repose le tube de vert à côté du blanc qu'elle avait utilisé pour créer du vert d'eau. Elle aime croire que c'est parce qu'il n'est pas disposé à être quelqu'un pour elle, aujourd'hui, qu'elle est incapable de décider comment esquisser ses traits sur la toile. Il est occupé ou préoccupé, il a la tête ailleurs ou n'a tout simplement pas l'énergie d'être une personne, encore moins un modèle pour une enfant qui voit le monde en bien trop de couleurs. Alors elle abandonne ou sollicite quelqu'un d'autre, un inconnu ou un corps qu'elle a déjà tracé auparavant, si l'un d'entre eux est d'accord.

- Personne ne vient, s'était-elle lamentée un jour qu'elle ne parvenait pas à dessiner, en s'écrasant sur les genoux de Cameron, sa feuille gribouillée dans sa petite main. Il baissait alors sur elle son regard doux, attrapait le papier et souriait. - Tu n'es pas inspirée, aujourd'hui ? il demandait et elle le regardait avec perplexité, sans comprendre. De l'inspiration ? Il n'était pas question d'inspiration. - Ce n'est pas ça, aucune des personnes que j'imagine ne veut bien que je la dessine, elle tâchait d'expliquer, en se mordant la lèvre, en butant sur des mots qu'elle ne parvenait pas à trouver. - On est dimanche Nono, ils sont peut-être avec leur famille, avait dit Cameron après une seconde d'hésitation, en tapotant ses cheveux, lui faisant froncer les sourcils, se figer, réfléchir, plisser le nez, jusqu'à ce que son visage s'illumine. - Alors je devrais peut-être les dessiner avec leur famille ? et sans attendre de réponse, elle avait sauté par terre et était déjà repartie.

Elle songe un instant à son cœur et à tous ceux qui le remplissent. Elle voudrait tous les enfermer dans ses petits papiers pour les avoir auprès d'elle pour toujours mais elle sait aussi qu'elle est incapable de saisir avec autant de paternalisme la complexité de leurs âmes. C'est aussi pour ça qu'elle les aime : parce qu'ils sont tous uniques, compliqués, bourrés de facettes et de nuances, le genre à lui faire bondir le cœur et les tripes parce qu'elle se rappelle tout à coup comme le monde est beau dans sa laideur. Ou parfois laid dans sa beauté. Un temps. - On se verra plus tard, Cal, elle l'avertit avec un sourire. C'est lui qui, alors qu'elle se débattait avec l'identité de l'étrange visage tracé à la peinture pour la première fois, lui avait soufflé la réponse de cet air qu'elle lui connait à présent : - je m'appelle Cal, t'en avais marre des paysages ? et elle lui avait rajouté un sourire ironique.


Dernière édition par Nola Blake le Dim 18 Mar - 23:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 674
- since : 03/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: Brighton Marina (Boat)
contact book:
availability: circus, logan, luvian, lucy

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Ven 16 Mar - 21:47

Je te jure j'ai vu Laura, j'ai décédé.
Puis j'ai vu que c'était toi, j'suis morte un peu plus
J'viendrais te demander (encore) un lien, c'est obligé, en plus elle a le même âge que Jazz genre on va pas y échapper
Rebienvenue, c'est trop beau déjà

_________________

Tú me robaste el corazón como un criminal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 6849
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side.
contact book:
availability: [close] nash, tim, yasin, isaac.

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Ven 16 Mar - 22:08

COMMENT T'ES BELLE.
Je viens te réclamer un lien rapidement, je sais pas encore avec qui mais ça arrive.

Welcome back à la casa.

_________________

(lg) love is like playing music: first you must learn to play by the rules, then you must forget the rules and play from your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nash Kershaw

be happy, it drives people crazy.

- paper notes : 3674
- since : 16/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side w/ lula.
contact book:
availability: (off) lula, elian, april, bash.

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Sam 17 Mar - 0:28

T'es belle comme ça.

_________________

the biggest adventure you can take is to live the life of your dreams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Sam 17 Mar - 1:05

@Jazz Eaton a écrit:
Je te jure j'ai vu Laura, j'ai décédé.
Puis j'ai vu que c'était toi, j'suis morte un peu plus
J'viendrais te demander (encore) un lien, c'est obligé, en plus elle a le même âge que Jazz genre on va pas y échapper
Rebienvenue, c'est trop beau déjà
  
Je veux de Jazz, t'as pas le choix de toute façon, hâte de continuer notre lancée dans les idées improbables   

@Lula Goldstein a écrit:
COMMENT T'ES BELLE.
Je viens te réclamer un lien rapidement, je sais pas encore avec qui mais ça arrive.

Welcome back à la casa.
Je t'attends   en plus je viens de penser qu'on a encore aucun lien toi et moi  
Merci la chef  

@Nash Kershaw a écrit:
T'es belle comme ça.
Toi-même.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Sam 17 Mar - 5:49

Laura est sublime ! J'ai envie d'en découvrir plus encore sur elle re bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Sam 17 Mar - 11:59

ahah, rebienvenue ici avec ce troisième compte tout en beauté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 241
- since : 25/02/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: (2/4)

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Sam 17 Mar - 14:50

Bienvenue officiellement petite soeur, encore merci de tenter le rôle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Sam 17 Mar - 19:42

cet avatar
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Sam 17 Mar - 19:59

Re bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

- paper notes : 629
- since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: open soon (teddy, julian)

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Sam 17 Mar - 23:10

Quel choix !
Rebienvenue ! I love you

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down. there are no words in the english language. i could scream to drown you out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Dim 18 Mar - 1:18

c'est toujours aussi beau,
j'admire tellement la qualité de tes persos (puis ce choix d'avatar, mon dieu)
rebienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Dim 18 Mar - 1:32

re-bienvenue dans le coin
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Dim 18 Mar - 2:39

(re)bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Dim 18 Mar - 11:51

Laura est trop belle.
J'aime beaucoup ce que j'ai pu lire.
Rebienvenue. I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 798
- since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Dim 18 Mar - 12:56

damn, la beauté I love you
rebienvenue parmi nous

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Dim 18 Mar - 13:59

Merci tout le monde  I love you  I love you  

@Cameron Blake a écrit:
Bienvenue officiellement petite soeur, encore merci de tenter le rôle
Déferlante d'amour pour les Blake      

Duane Carroll a écrit:
c'est toujours aussi beau,
j'admire tellement la qualité de tes persos (puis ce choix d'avatar, mon dieu)
rebienvenue I love you
mais     ça me touche trop, dis-moi qu'on se trouvera un lien avec Nao ou Duane histoire qu'on puisse rp ensemble  

Marianne Drescher a écrit:
Laura est trop belle.
J'aime beaucoup ce que j'ai pu lire.
Rebienvenue. I love you
Rour, j'espère que la suite te plaira autant alors, merciii
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 81
- since : 11/03/2018

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: free (mats, tommy, jude)

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Dim 18 Mar - 16:35

Citation :
Elle est aussi non-violente, elle est pacifiste, mais elle sait que sans bouger, ils auront rien.



bella ton nouveau perso, encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1405
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   Lun 19 Mar - 21:07

Encore un perso terrible, encore une fiche à dévorer.
Rebienvenue à la maison.

_________________

- Is there a pill we can take To lift us to a higher place? So that our love don't fade, And make our touch feel the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: we are the only one alive in this town.   

Revenir en haut Aller en bas
 
we are the only one alive in this town.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» DOA : Dead or Alive /!\
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» Dead Or Alive 5 Ultimate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: personnages.-
Sauter vers: