AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 us against the tv. (lorenzo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: us against the tv. (lorenzo)   Mar 13 Mar - 21:56


Les volutes de fumée s'évaporent à la pelle. On peine à discerner le visage des clients – sauf des éternels habitués peut être. Depuis le temps que tu travailles ici, il t'est facile de les repérer. Il y a ceux qui viennent plusieurs fois par semaine pour noyer leur chagrin personnel au cœur d'une bouteille. Il y a ceux qui tentent de se donner un style pour paraître dans le vent comme le serait une couverture du magazine Vogue. Et puis, il y a ceux qui trainent pour égrainer leur nuit après une dure journée de boulot. Ceux là, ils sont toujours accoudés au comptoir de ton bar, du moins de ton coté du bar. Au sein de l'équipe, on divise le travail et on partage les pourboires c'est aussi simple et efficace que cela. « Ren, je t'ai prévenue que je te faisais pas faire des heures supp' ce soir ! ». Encore ce bon vieux JR qui grogne amusément dans sa barbe. Ton parton avait le cœur sur la main et il voyait toujours son intérêt et la disponibilité de ses employés. Honnêtement pas de quoi se plaindre. Les heures de boulot, tu les cumulais sans regarder. Tout est bon pour économiser et pour mettre de l'argent de coté. D'une part pour financer tes études et les factures au quotidien et d'autre part pour envoyer à la famille restée sur les terres milanaises. Ton frère s'entêtait à te dire que tu n'avais pas besoin de te donner autant, qu'il était présent pour assuré mais tu ne concevais pas les choses de cette façon. Lorenzo savait qu'on ne pouvait pas t'empêcher mais il te guettait tout de même de loin, protecteur comme il l'était. Tu mimes d'une grimace enfantine la remarque de ton employeur avant de saluer tes collègues et de quitter les lieux par la porte réservé aux membres du personnel. Au dehors, les gouttes de la pluie claquent sur le sol pavé. Et bien, le printemps capricieux n'est pas prêt d'être à notre porte.  Tu rabats ta capuche sur le sommet de tes boucles brunes en bataille, rajuste ton sac à bandoulière en travers de ton épaule et file entre la foule qui orne le trottoir.  Une fois dans le bus, tu jettes un bref coup d'oeil au cadran de ta montre. 20H08, un mercredi soir. Un timing parfait pour une soirée télé et avec un peu de chance ta moitié fraternelle sera là au lieu de s'amuser avec ses demoiselles. Un quart d'heure et quelques plats coréens plus tard, tu refermes la porte de l'appartement que tu partages avec Renzo. La colocation entre vous deux est aussi simple que de dire bonjour, après tout cela ne change pas grand chose au mot toujours. La tignasse mouillée par la pluie, tu décides de prendre une douche avant de tombé malade. A dire vrai ce n'était pas le moment. Nombreuses sont les pensées qui tourbillonnent dans ton esprit alors que l'eau chaude enlève l'odeur de la cigarette et témoigne d'une énième journée qui a défilée trop vite. Tu enfiles un sweat shirt en coton deux fois trop grand par dessus un jogging avant de te laisser choir sur le canapé. Assise en tailleur, tu allumes un épisode de l'agence tous risques tout en appréciant les plats coréens. La serrure de la porte qui tourne, cette dernière s'ouvre puis se referme sans ménagement. « Je te préviens Renzo, j'ai prévu pour deux pas pour trois ! ». Lui dis-tu en récriant non sans réprimer un rire moqueur. Quelque part, tu espérais vraiment pouvoir passer une soirée avec ton frangin – comme autrefois – et non en compagnie de l'une de ses conquêtes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 471
- since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: us against the tv. (lorenzo)   Mer 14 Mar - 22:42

us against the tv.
the farneses.

Tu pousses la porte de ton casier, le claquement résonnant dans le vestiaire. T'es un des derniers encore présents. T'as passé un peu plus de temps à t'entraîner, à courir sur le terrain, à essayer d'être un peu plus rapide, à chaque fois. Tu n'écoutes plus les supplications de ton corps meurtri, tu ne fais plus attention à ton palpitant qui est prêt à exploser dans ta poitrine. Tu vis pour te dépasser Renzo, tu vis pour être le meilleur. Tu sens ton téléphone vibrer dans la poche arrière de ton jean. Tes doigts glissent pour attraper l'appareil et un sourire se dessine sur tes lèvres quand tu vois l'expéditeur. Une fille avec qui t'es rentré la veille. T'as fait l'erreur de lui laisser ton numéro. D'un glissement de doigts, t'effaces la notification avant de remettre ton portable dans ta poche. Tu ne prendras pas le temps de répondre, tu le sais très bien. Tu vas la faire mariner, jusqu'à ce qu'elle laisse tomber. Parce que t'es un lâche Lorenzo, parce que t'es pas foutu de dire non sur le moment, de refuser de donner la moindre façon de te recontacter. Ton sac sur le dos, tu tournes les talons en direction de la sortie du centre d'entraînement. La route tranquille, ta moto slalome entre les voitures. La pluie n'aide pas forcément ta conduite. Ton coeur manque un battement quand une voiture te frôle. « Stronzo. » que tu murmures sous ton casque. Tu ralentis le rythme une fois dans ta rue. Un regard vers la fenêtre où tu vois déjà la télévision allumée. Ren a été plus rapide que toi ce soir. Tu poses le pied à terre, dans une flaque forcément. Tu soupires avant d'emmener ton deux roues au garage. Ton reflet dans le miroir de l'ascenseur te fait doucement rire. Les cheveux en bataille, t'as à peine pris le temps de les sécher avant de quitter le centre. Les yeux rivés sur ton portable quand les portes de l'ascenseur s'ouvrent, tu prends le chemin de ton appartement. Tu fais un rapide tour sur les réseaux sociaux, une habitude que tu as pris plusieurs fois par jour. Alors tu restes là, debout devant ta porte, pendant plusieurs minutes. Ton doigt glisse sur tes différents fils d'actualité, tu laisses quelques traces de ton passage. Et enfin, tu sors tes clés de ta poche. Tes narines perçoivent directement les effluvent qui proviennent du salon. Ta frangine s'est déjà chargée du repas. T'as un rictus sur les lèvres à son salut. « Tout seul ! » que tu t'exclames en te laissant tomber sur le canapé. Te te penches sur le côté pour embrasser ta soeur sur la joue alors que ton téléphone vibre, encore une fois. Sans attendre sa remarque, tu le mets en silencieux. Tout seul, que tu lui as dit ; tu comptes t'y tenir. Ça fait bien trop longtemps que vous n'avez pas passé une soirée tous les deux, sans interruption extérieure. T'attrapes un des plats fumants sur la table, ton ventre criant famine. « Putain t'es géniale. Je crève la dalle. » Sans la moindre élégance, t'enfournes une quantité astronomique dans ta bouche. « On regarde quoi ? » que tu demandes, la bouche pleine. Ta mère te mettrait une claque derrière la tête en voyant tes manières.

_________________


Dernière édition par Lorenzo Farnese le Sam 31 Mar - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: us against the tv. (lorenzo)   Jeu 15 Mar - 18:00


« Tout seul ! ». L'exclamation de ton frangin s'aligne sur le son d'un rire malicieux que tu ne connais que trop bien pour l'avoir entendue à de nombreuses reprises au cours de ton enfance. Un temps de votre complicité que l'on mettait sur la raison simple que vous étiez jumeaux. Une vérité certes mais qui allait bien au delà des liens du sang. Lorsque tu avais prétendu n'avoir prévue des plats à emportés pour deux personnes, bien évidement c'était un petit mensonge. Le fait est que tu es un estomac sur patte. Et alors ? Pour toi la gourmandise est un atout offert par l'existence alors pourquoi s'en priver ? Lorenzo se laisse tomber non sans ménagement à ton coté avant de déposer une bise sur ta joue. Tu te retournes pour le regarder en rigolant, le bourdonnement d'un téléphone s'élevant comme un léger sifflet. Il le met directement en vibreur mais tu lui chipes au passage. Il suffit d'une œillade rapide pour comprendre que la gente féminine est encore de mèche pour faire tourner la tête au footballeur qui en herbe. « Elie ? J'y crois pas, tu as filé ton numéro à une de mes collègues de boulot ! ». Ton attitude est loin d'être une réprimande, il y a bien longtemps que toi et Lorenzo aviez posés – ensemble – les limites à ne pas franchir avec les amis des amis. Il y a des codes, des limites à ne pas franchir. Une moue outrée, de mauvaise graine, tu le considères des yeux grands écarquillés avant de ricaner et de porter un morceau de poulet à ta bouche. « Putain t'es géniale. Je crève la dalle. ». « Je suis toujours géniale, même si je suis la plus jeune des deux. ». Et oui, depuis l'enfance, ton lien fraternel ne cessait de jouer sur cette idée du 'je suis le plus vieux', 'c'est moi le grand-frère et je te protège'. Tu l'avais entendu un bon nombre de fois et une part de vérité était que cela ne t'avait jamais dérangé, bien au contraire. « On regarde quoi ? ». Il semblerait que tu avais la main pour mener la première partie de la soirée de télévision. Tu hausses les sourcils, un air malicieux dessiné sur les traits – encore vulnérable – de ton visage. Tu te redresses  et dépose tes baguettes sur la petite table basse du salon avant de t'abaisser pour chercher un film sur l'étagère. « Personnellement je serais pas contre un marathon fast and furious, mh ? ». Un des nombreux films que tu avais manqué ces derniers mois. Le temps  te manquait pour profiter des nouveautés à l'écran, éreinté par la fatigue tu n'avais même pas le courage de regarder la télévision en temps normal. Entre les boulots, les études et les auditions, le programme de la semaine était chargé. « Je l'ai trouvé ! ». Tu lèves le dvd vainqueur de ta trouvaille avant de le mettre dans le lecteur et de lancer le film. Un aller retour à la cuisine, deux bouteilles d'eau à la main tu en proposes une à ton frère avant de t'installer a nouveau confortablement.  Tu lui tends également une enveloppe sachant déjà sa réaction à son contenu. « Essaie même pas de dire quoi que ce soit. ». Un ordre qui donne aussi ton avis sur la situation. Tu vivais chez ton frère certes, cependant tu tenais à partager les frais de logement et les factures.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 471
- since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: us against the tv. (lorenzo)   Sam 31 Mar - 19:42

us against the tv.
the farneses.

Tu ne dégustes pas Lorenzo, tu gobes. Ton estomac qui crie famine depuis plusieurs heures déjà a pris entière possession sur tes gestes. Tes doigts tiennent maladroitement les baguettes ; ça n'a jamais été ton fort de manger des plats asiatiques. Mais tu refuses d'aller chercher une fourchette, comme si ça allait t'apporter une honte incommensurable aux yeux de ta sœur. Tu n'as pas le temps de ranger ton téléphone que ses doigts viennent le saisir. Tu ne dis rien Lorenzo, parce que t'as rien à cacher. Non, tu rigoles simplement, comme elle. Un haussement d'épaule. « C'est elle qui m'a donné le sien. J'suis un garçon poli, alors je lui ai répondu. » Un sourire niai sur tes lèvres. Tu sais très bien que tu n'arriveras pas à la convaincre. Elle ne te connait que trop pour ça. Tu ne peux plus rien sur cacher, elle lit en toi comme dans un livre ouvert. Sa collègue Elie, une jolie brune avec un regard azuré. Comme si tu pouvais résister. T'es parfaitement conscient de tes faiblesses. C'est bien elle qui t'a donné son numéro, mais tu ne t'es pas fait prier pour répondre à son premier message. Mais si Renata voulait que tu arrêtes, alors t'y mettrais un terme. C'est elle qui décide, pas toi. C'est elle qui la connait, c'est toi qui t'es ajouté en dernier à l'équation. « Si tu veux que j'y coupe court, dis-moi. » que tu lui dis avant de prendre une nouvelle bouchée de nouilles. « Mais j'avoue qu'elle est vachement mignonne et ça me ferait chier de la laisser passer. » Clin d'œil en direction de Renata. A vrai dire, tu ne sais même pas si cette fille s'intéresse à toi pour ta personne ou bien ton boulot. La plupart du temps, c'est le cas échéant. T'as beau dire que tu t'en bas les couilles Lorenzo, mais ça t'emmerde de voir que ça se bouscule au portillon simplement parce que tu cours après un ballon. Tu hoches la tête de haut en bas en guise de réponse à sa proposition de film. T'es pas forcément fan de cette saga, mais pour elle, tu fais un effort. La dernière fois, elle n'a rien dit concernant ton choix de visionnage. « J'sais même pas qu'on les avait. » que tu dis simplement, le ton rieur. Tu la remercies pour la bouteille avant de prendre la tienne. Pas pour boire, simplement pour la tenir entre tes mains, les garder occupées. Un vieux toc à toi. Tu tournes légèrement la tête vers Renata, remarquant l'enveloppe qu'elle te tend. Tu soupires. Les doigts toujours posés sur le plastique de ta bouteille, tu ne cherches pas à récupérer l'objet. « Nan mais Ren, j'te l'ai déjà dit, c'est pas la peine. Tu m'achètes à bouffer, c'est déjà bien assez. » Tu ne prendras pas l'enveloppe. Et même s'il te la met entre les mains, tu trouveras un moyen de lui rendre. Le mois dernier, t'avais carrément été faire un dépôt sur son compte. Elle est loin d'avoir le même salaire que toi et tu refuses de la voir galérer pour joindre les deux bouts. Ton regard se tourne vers l'écran où s'affiche le menu du dvd. « Lance le film plutôt. » Tu t'adosses complètement contre le dossier du canapé après avoir pris ta boite de nourriture et tes baguettes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: us against the tv. (lorenzo)   Lun 2 Avr - 16:13


« C'est elle qui m'a donné le sien. J'suis un garçon poli, alors je lui ai répondu. ». Celle là, tu l'avais déjà entendu quelque part. Non pas seulement de la bouche de l'ensemble de la gent masculine mais surtout de celle de Len. Cet imbécile avait eu la même réponse à te donner lorsque tu l'avais pris sur le fait de t'avoir trompée. Tss, rien que de penser à ce type tu as envie de lui cracher à la figure ! Pas sexy, mais tu es loin d'être de ces princesses britanniques à la plastique refaite. Non, très clairement pas du tout. « Si tu veux que j'y coupe court, dis-moi. ». Entre la petite touche de mensonge et d'envie, tu vois la vérité se dessiner dans les iris de ton jumeau. Vous aviez beau partager le même sang, votre lien s'élever bien au delà de la compréhension frère et sœur. Il pouvait compter sur toi comme il veillait sur toi, et ainsi de suite. Lorenzo n'était pas le seul responsable dans l'histoire, Elie avait également son rôle à jouer. Un rôle qu'elle ne jouait que trop souvent pour ne pas se souvenir de ce mariage raté – qu'elle ne cesse de radoter lorsqu'elle pleure le weekend. « Mais j'avoue qu'elle est vachement mignonne et ça me ferait chier de la laisser passer. ». Tu attrapes son clin d'oeil auquel tu réponds par cette grimace qui te rend davantage vulnérable et qui laisse présager toute la sensibilité que tu dissimules derrière un amas de roc. « Si vous vous amusez et que vous êtes sur la même longueur d'ondes ça me va … juste deux conditions : un je ne veux pas être mêlée à vos … bref et secondo, sortez couverts, hm ? ». Le rire malicieux se faufile entre tes lèvres comme un serpent qui ondule autour d'un arbre. C'est certes naturel, mais ça dépeint toute la complicité qui vous lie tous les deux. Après plusieurs minutes de recherches, tu finis par mettre la main sur l'une de tes sagas fétiches : fast and furious. Un saga que tu regardes de près comme de loin, surtout de loin depuis que ta vie quotidienne est aussi chargé que des palettes de ciment. « J'sais même pas qu'on les avait. ». Lorenzo non plus ne prenait plus le temps des plaisirs simples, cela remontait à il y a quelques années où vous étiez encore des lycées et que Milan était votre terrain de jeu. Nostalgie qui court dans le flot de tes pensées, tu y songes souvent. « Je les ai acheté il y a quelques semaines lors de la brocantes du quartier, les gens d'ici n'ont aucune valeurs de ces dvd ou quoi ? ». Lui dis-tu en hochant les épaules avec nonchalances avant de t'installer confortablement aux cotés de ton frangin. Bien évidement, son œil de lynx n'a aucunement échappé au contenu de l'enveloppe que tu as déposé sur la table basse. « Nan mais Ren, j'te l'ai déjà dit, c'est pas la peine. Tu m'achètes à bouffer, c'est déjà bien assez. ». Sa tirade, il la répète tout le temps et ce à chaque fois que tu dépenses le moindre dollars. Il avait sa vision des choses, tu avais la tienne. Pour autant s'il songeait une seule seconde que tu allais laisser couler, il se mettait le doigt dans l'oeil. « Lance le film plutôt. ». Tu attrapes la télécommande pour suivre la demande de ton colocataire tout en planifiant les paramètres audio. « Ce que tu dis, je m'en contre fiche. J'ai envoyé une partie de l'argent à maman déjà, cette partie là est pour loyer, Renzo. ». Ton timbre de voix est calme mais des plus sérieuse. Tu ne rigolais jamais sur l'aspect financier d'autant plus lorsqu'il s'agissait de ton frère. Ce dernier gagnait bien sa vie, certes, mais il le méritait amplement. « Si tu n'en veux pas, je vais devoir partir à la recherche d'un appart ?! ». Un compromis ? Un ultimatum ? Allez savoir avec toi, il faut toujours se mêler de l'eau qui dort. Tu lui souris de toutes tes dents, un air mutin accroché sur le visage. Le film commence et tu sens que le débat avec Lorenzo aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 471
- since : 27/02/2018

( end game )

- getaway car.
address: brighton sea side.
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: us against the tv. (lorenzo)   Jeu 5 Avr - 19:07

us against the tv.
the farneses.

Elle grimace, ça t'fait marrer Lorenzo. T'aimes bien la faire chier. Histoire de l'emmerder encore plus, tu lui donnes un coup d'épaule, ton visage agrémenté d'un sourire narquois. Ça a toujours été comme ça, d'aussi loin que tu t'rappelles. A lui répéter que c'était toi l'aîné, que c'était toi le préféré. T'as un historique de l'emmerdement de Renata assez impressionnant ; un véritable passe-temps. Puis tu hoches la tête à ses conditions. Et oui, tu vas-y obéir. Elle a cette autorité naturelle ta sœur, que t'évites de défier le plus possible. Tu sais que tu peux déconner avec elle, mais t'évites de chauffer un peu trop ses limites. Parce qu'honnêtement, t'as pas envie de la voir te faire la gueule ou partir. Elle est beaucoup trop importante pour toi. Tu t'vois pas te lever tous les matins sans voir son visage dans l'appartement. Elle a beau rire quand elle te le dit, mais tu sais très bien qu'elle est sérieuse dans le fond. Tu la regardes d'un air interrogateur quand elle te mentionne l'origine des dvds. « Pourquoi tu vas acheter des trucs d'occasions alors que t'as accès à mon compte Amazon ? » Parce que ouais, la thune elle t'es un peu montée à la tête Renzo. Sûrement parce qu'elle manquait trop quand t'étais gosse, parce que tu devais tout garder précieusement. Mais maintenant que ça coule à flot, tu ne peux pas t'empêcher d'aller tout claquer dans n'importe quoi. Rien que l'mois dernier, t'as été t'acheter une nouvelle moto alors que ton ancienne était en parfait état de marche. Sur un coup de tête, tu vas aller acheter n'importe quoi. A trop manquer en étant mioche, t'arrives plus à te retenir maintenant. A vrai dire, t'as aucune idée de la valeur de l'argent. Renata, elle l'a compris ça et c'est sûrement pour cette raison qu'elle te tend toujours cette enveloppe. « Tu fais bien pour les parents, mais t'sais très bien que j'en ai pas besoin. Si tu veux vraiment dépenser ton argent pour l'appart, tu peux toujours redécorer ta chambre. Ça manque franchement de goût. » Tu la nargues et elle le sait très bien. T'as rien contre sa chambre à vrai dire. Tu veux juste l'embêter. Tu prends ta bouteille, tu bois un peu avant de lui répondre. « Tu partiras jamais. T'es trop attachée à moi pour me laisser seul. T'sais que si tu m'abandonnes, j'vais dépérir. Et mourir. » Chantage affectif. T'es devenu un pro au fil des années. Tu la regardes, l'air triste. Comme si elle allait te croire. T'es loin d'être un bon acteur Lorenzo.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: us against the tv. (lorenzo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
us against the tv. (lorenzo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LORENZO SPERLONGA
» Dans la brande Scylléenne [Ernst]
» Lorenzo HERCOLANI [Ils les auront, leurs frites]
» just the way you are ♪ Nevaeh
» PRIS ; Lorenzo Llywlyn (m) feat Jared Leto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: