AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 night night day

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

- paper notes : 38
- since : 11/03/2018


- getaway car.
address:
contact book:
availability: / (to come : mina, hänsel, iolanda)

MessageSujet: night night day   Lun 12 Mar - 1:02




- mats klein -
how do we fight the cold?


i. harness your blame, walk through
- âge et lieu de naissance: vingt-six, proche des vingt-sept. dans deux mois, pas vraiment hâte de franchir le cap (ça va trop vite. il a l'impression d'avoir loupé quelques étapes. est-il satisfait de sa vie?) mats est né à marseille, a grandi entre nice, nantes et londres avant de passer quelques années à paris - origines et nationalité: on lui affuble des origines anglaises et nordiques, mais rien n'y fait, il n'est que français. il a cependant fait son lycée à londres et a gardé un attachement très fort envers le territoire anglais - statut familial: histoire assez bordélique, son père est architecte et sa mère entrepreneuse. ils n'ont cessé de se séparer et de se rabibocher pendant toute sa vie (bel exemple de stabilité) et mats s'est fait traîner à droite à gauche, chez sa mère un coup, chez son père l'autre année, puis chez les deux, swinguant de ville en ville au bon vouloir des projets de chacun. son père (plus âgé) a des enfants d'un précédent mariage que mats capte de temps en temps. il ne se sent pas particulièrement proche de son frère et de sa soeur, déjà bien installés et heureux en couple. mais c'est la famille, le sang, et rien que par principe il joue la politique des relations fraternelles, surtout depuis que son père est décédé d'un cancer à ses dix-sept ans. bref, il vous répondra simplement que sa mère vit dans le sud de la france et que c'est cool, le reste c'est des histoires et labyrinthes qu'il ne préserve qu'aux curieux. - statut civil: mec solitaire mais solidaire, en manque complet de stabilité émotionnelle, il a du mal à comprendre ce qu'il cherche - occupation: il fait une pause dans son internat d'onco-hémato à paris pour venir faire une expérience pro de médecine en angleterre. d'une part parce qu'il paraît que la crise des 25/33 ans pousse les jeunes de la génération Y à se barrer de leur train-train et que quitte à se barrer, autant se jeter dans la gueule du loup du pays qui lui manquait, d'autre part parce qu'il a des potes de londres qui se sont installés à brighton et c'est toujours ça de pris comme point d'attache - cinq choses favorites: la new wave/synthpop/cold wave et autres dérivés en 'wave' qui caractérisent cette espèce de musique bordélique et destructurée aux basses mélodieuses des années 80 qui font claquer son coeur comme un tam-tam et éveillent chez lui une énergie qu'il ne se reconnaît pas souvent. merci les vieux vinyles de maman.  le football, plus largement le sport, mais surtout l'âme de la foule, des supporters, de l'appartenance à un groupe. la frénésie populaire qui accompagne l'histoire du ballon rond. mats est devenu un grand supporter des seagulls de brighton et s'est (malheureusement) entouré de quelques hooligans rencontré dans les recoins de l'hôpital. il vibre maintenant assez souvent au rythme de l'adrénaline violente des pré et post-match... mais ça lui arrache aussi la sensation d'être vivant. rêver c'est pas vraiment concret, ça veut pas dire grand chose, mais ça lui colle à la peau. mats c'est le genre de gars chez qui les rêves prennent la forme de projets. et il ne peut pas se lancer dans un nouveau mois, une nouvelle année, sans avoir déconstruit et reconstruit sa vie. il est comme ça, il a besoin de cet ordre, c'est pas absurde, c'est presque des ambitions, mais tant qu'elles ne sont pas réalisées il les apparente à la douceur des utopies, la cocaine, addict depuis novembre 2015, pas grand chose à dire là-dessus. c'est un coup de boost éphémère et chimique contrôlé et désiré par son corps tout entier, l'été synonyme d'un certain laisser aller, même si depuis plusieurs années il n'en perçoit pas la même légèreté adolescente. l'été pour lui c'est le soleil, le moment où la ville s'apaise, et rien que ça il est heureux. il rêve de vagues et d'eau fraîche, de longues nages à l'horizon. c'est un fait, ça le rend plus beau, plus paisible, plus entier, mats, ça le ressource. il l'attend toute l'année. - saison préférée: l'été, pas de doutes. le soleil brûlant, la peau bronzée, les couloirs d'hôpitaux qui se libèrent - traits de caractères: difficile. on pourra peut-être mettre ça sur le dos de la séparation précoce de ses parents, de la barrière géographique dressée entre eux, des coutumes différentes d’un côté comme de l’autre, du train de vie un peu explosif de sa mère qui l’a trainé d’une ville à l'autre. des rabibochages incompréhensibles des deux entités qui ont toujours laissé mats dans une certaine incompréhension. il s’est vite trouvé une échappatoire par les livres, le dessin, la musique, n’importe quel élément qui lui permettait d’attendre, attendre l’heure où l'équilibre serait à nouveau niqué. on ne mettra pas tout sur le dos de la mère, peut-être que son trait mélancolique est dû à quelque chose de bien plus profond et bien plus hérité qu’un conditionnement de l’enfance. mats est quelqu’un de curieux, mais avant tout quelqu’un d’extrêmement triste. insatisfait. c’est le genre d’âme qui prend tout, très fort, vit tout, très vite. il absorbe les malheurs du monde, s’émeut pour beaucoup et s’indigne pour peu. l’adolescence a été solitaire, indépendante, autocentrée. un visage normal, un corps banal, maigrichon jusqu’à tard, des cernes effrayantes. une tête de bosseur derrière un esprit rationnel et distrait par le monde. on ne s’inquiétait pas vraiment pour lui, justifiant sa solitude par sa curiosité intellectuelle. c’est à ses 16/17 ans, après une croissance physique express, taillée par les heures de natation hebdomadaires dans les piscines anglaises, que sa gueule a intrigué. à l’âge où l’"artiste" plait, devient figure de fantasmes, mats a vécu son plein feu de vie sociale. le weirdo est devenu le mystérieux, au doux sourire et aux yeux rieurs. peu de mots mais beaucoup d’engagement. un trémolo dans la voix à défendre son opinion. il a le discours facile mats, il suffit de lui poser des questions. c’est un gars amical, franchement solidaire, souvent rassurant. 1m90 d’une tranquillité qui n’est pourtant qu’apparente. derrière ses nombreux amis se bat toujours une éternelle détresse. il a l’impression de passer ses années à combattre quelque chose. des objectifs, des opinions, des émotions, des événements. on n’imagine pas que derrière ce gars pas trop moche, bien entouré, au compte facebook saturé se dessinent les sales traits permanents du spleen. grand mot pour mauvaise définition, jamais vraiment diagnostiqué il réfute la moindre remarque à ce sujet. met tout sur le dos d’études qui lui pompent la tête. et c’est pas faux. il s'indigne beaucoup, mais mats parle sincèrement, échange, écoute ses patients. chaque seconde leur est donnée. jusqu’à son repos qui n’en est pas un. il ne dort plus sereinement, court contre la montre du cancer qui n’attend pas. n’arrive jamais à soigner. perd. s’épuise. prend des somnifères. sourit, délire, s'amuse, combat, oublie. ainsi de suite.  - groupe: marigold - avatar: axel pons

ii. swing wide your crane, run me

paris, 13 novembre 2015, le petit cambodge, dernière année d'externat

il a rien vu arriver. comme tous les autres, il attendait son plat, tranquille, s'imprégnait déjà des épices fumantes, se forçait à ne pas boire trop vite sa bière, souriait ici, réfléchissait un peu trop là. pas un cri. quand la balle a frappé le premier corps, personne n'a crié (personne n'a compris). personne n'y a cru. puis au deuxième, bam, le cri. la vitre explose au troisième son qui lui arrache une douleur. il crie, lui aussi, putain, mais c'est plus que ça, ça fait froid dans le dos, de la nausée, tous les muscles qui se contractent, la peur. ils s'écrasent au sol, tous. et il voit. le sang. beaucoup. les cris, le silence, la peur, la chair, le bruit. douze coups. il a les mains coupées, mats, appuyé contre les débris de verrière. il serre du verre. du verre noir de poussière de balles. ça hurle la douleur, la mort, la peur encore. il cherche nico, nico le regarde. il cherche léa, léa le regarde. il cherche myriam. myriam ne le regarde pas. les coups s'arrêtent, son corps fait un double tour dans le vide. un attentat, quelqu'un dit. quelqu'un d'autre demande si ça va. on pleure. ça commence à crier la panique, l'ahurissement, le désespoir (mais la panique, surtout, criblée d'un sang froid que personne n'aurait aimé découvrir). il se lève. nico le lève. faut qu'on les aide il dit on est médecins, ils disent lui, nico et léa. y'a pas de réflexion. ils voient rien de la scène, tous les trois, les images ils les assimileront que quelques jours plus tard. maintenant c'est que l'instinct, et la survie, et le sens humain. certains s'enfuient. il regarde ces inconnus (ils ressemblent à ses parents, ses amis, la voisine du 6ème, la femme qu'il aime). visage lacéré. éventration. mats allonge une femme. elle a son âge. il soulève ses jambes sur une chaise, ça détend le haut du corps touché par une balle. les secours? il hurle (dans le chaos des venez m'aider). où sont les secours? les gestes sont mécaniques et sans empathie. un garrot, l'adrénaline, un massage cardiaque, une consigne. beaucoup trop longtemps. dix minutes, deux heures, c'est pareil. dans les silences de ceux qui savent qu'ils sont entourés de morts. dans l'inconscience de ce qu'il se passe ailleurs. myriam  je sais je - m'en occupe après. il réfléchit pas. l'instinct efface ceux qui vont bien. leur état de choc n'inquiète pas, on s'en fout de ceux là. les sirènes sonnent. elles sont loin, son coeur frappe encore fort. c'est pas du soulagement, c'est de la gratitude. on vient les aider (les, c'est eux, les trois étudiants et deux médecins qui se trouvaient malheureusement au resto ce soir là et qui ont su pratiquer les quelques premiers secours). les secours, viennent saisir les vivants et balayer le sang. ils viennent sauver, ceux qui essayent de faire quelque chose, rien que ça, quelque chose. il est sale, mats, avec toujours ses mains coupées. il plie sa jambe et retourne son corps. il entend "attentats". mais n'y pense pas. pas tant que myriam ferme ses yeux, l'épaule transpercée d'une balle. c'est mécanique. un deux trois. il passe au suivant. regarde sans voir. compte septs morts. oublie de respirer. puis ça s'arrête. sirènes, pompiers, police, samu.
on l'attrape par les épaules et on l'enlève à tout ça. on le soulève du trottoir, on l'efface au visage d'un inconnu. il essayait de le réanimer, mats, en vain, souvent. dans le désespoir de celui qui essaye. il agite ses mains ensanglantées je suis étudiant en médecine, sixième année, il passe l'internat en juin. on lui a appris à sauver des vies, pas à recoudre des morts. on lui a pas appris à faire la guerre, il sait pas comment s'y prendre. il a fait ce qu'il a pu. nico est pas loin. léa aussi. myriam est couverte d'un drap. il se sent pleurer. on lui demande qu'est-ce qu'il s'est passé monsieur? monsieur, c'est lui, mais ça sonne faux dans les chants des sirènes. il souffle respire. on était là et un gars est arrivé avec une mitraillette et a commencé à nous tirer dessus il se sent pas si bien, au fond, il a mal au crâne. les secours ont isolé tout le monde. eux, en état de choc. eux, en état de vie. et puis les autres. certaines ambulances partent. il entend rien, il voit que des images trop floues. un appel manqué de son père, trois de sa mère, un texto de sa soeur, six de ses potes.
où il est? en enfer.
ça va, et toi? il répond, sans réfléchir.


brighton, 19 mars 2018, l'appart

il tourne, il tourne la clef dans la serrure, les paupières allourdies de la satisfaction d'être enfin rentré. il fait bon, et chaud, et ça sent le vrai, la vie, ça sent ninel plus que lui, mais ça a une part de réconfort. il croise son regard, à ninel, il amorce un sourire aussi, un salut qui se perd quelque part dans les hauteurs de sa voix. tout est calme, c'est presque violent cette redescente à la vie. y'a pas trente minutes il lâchait sa blouse, après deux jours non stop, un dans son service (la tristesse de l'oncologie) et un aux urgences (ils manquent de personnel). finies les odeurs aseptisées, même s'il sent encore le désinfectant au bout de son nez. ça se relâche, calmement, le long de ses muscles qui abandonnent la crispation automatique des fins de journées. mats abandonne son manteau, ses basket, il pose son sac dans sa chambre, enlève son pull, sa chemise, file dans la cuisine boire un verre d'eau, attrape un sweat propre qu'il enfile, vole une amande dans le paquet ouvert de ninel, s'étire, se lave les mains, ébouriffe ses cheveux, se frotte les yeux. plein d'automatismes routiniers qui lui permettent d'assimiler pendant de courts instants qu'il peut enfin décrocher. c'est ninel qui le ramène sur terre quand il se rend compte qu'il la fixe, là, planté debout dans le salon avec son verre à la main. oui, grave il glisse j'ai faim, il est quelle heure? tu veux qu'on aille manger dehors ? il pensait pas ressortir tout de suite, mats, mais c'est l'élan de surprise qui lui arrache de la spontanéité. il avait plutôt prévu de se pioncer, de mater netflix, d'écouter du son, de prendre un cachet et puis de pioncer. le saint graal de celui qui se sent à bout de force en fin de semaine. de quoi repartir sur des bonnes bases demain : sport, sociabilisation, peut-être un ciné (ça fait mille ans qu'il a pas été au ciné), du rangement. une routine qui le rassure, jusqu'à ce qu'on lui propose une grosse fête et qu'il se laisse tenter (pour regretter le lendemain). ninel dit ouais alors il s'allume une clope, la fenêtre ouverte, en décrétant quand même qu'il a besoin de se poser, même dix minutes. histoire de. histoire de calmer la frénésie qui lui fait programmer comme une machine les moindres détails du demain. un frisson dans le dos, il baille, se verse un fond de verre de vin rouge pendant qu'elle se prépare. mats regarde dehors, la nuit qui tombe, ils sont au dernier étage et on voit presque les étoiles au dessus des lampions. pas trop de bruit, encore, de chez eux la ville semble terriblement calme. trop calme pour un soir de match. il mate le score, finit son verre, écrase sa clope et file dans sa chambre pour vider ses poches. il abandonne le pochon après s'être fait une petite, toute petite trace. puis ninel est prête et mats prend ses cliques et ses claques, ses épaules carrées de nageur chancelant, enfile ses pompes et la suit en souriant dans les couloirs de l'immeuble.

iii. when eyes are all painted sinatra blue
- pseudo/prénom: odoyá/silvia - âge et pays: 25 yo et France - type de personnage: inventé - votre avis sur le forum: beau, frais, léger - où avez-vous connu le forum: j'ai des infiltrés dans le coin   - autre: /


Dernière édition par Mats Klein le Ven 16 Mar - 11:12, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 2:37

j'aime beaucoup le pseudo. et l'avatar, même si je ne sais pas qui c'est il est bien appétissant
bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 8:27

bienvenue parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 292
- since : 17/11/2017


- getaway car.
address:
contact book:
availability: (2/4) gwen & louisa

MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 9:30

mais quelle jolie bouille J'aime beaucoup ce que tu proposes pour Mats, ça promet

Bienvenue sur le forum

_________________
THIS IS MY FIGHT SONG ✝

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 9:43

bienvenue.
très impatiente de lire la suite ça va être beau à voir
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 1178
- since : 29/11/2017


- getaway car.
address: #122, brighton seaside.
contact book:
availability: brandy, the fam, alex, lisa, teddy, paige, jerry. (closed)

MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 11:49

bienvenue parmi nous

_________________
can i learn to surrender
And out of ashes comes a flame, to start again and give it a name, to build it up and let it go.


awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 584
- since : 25/11/2017


- getaway car.
address:
contact book:
availability: & Brandy & Mariel & Matilda & Tori & Bash

MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 13:06

Bienvenue ici
Bon courage pour la suite

_________________
AND I WISH I WAS A COMET,
to crash on your feet, just to be remembered.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

Nash Kershaw

say it before you run out of time.

- paper notes : 1882
- since : 16/11/2017


- getaway car.
address: #53, east side w/ daisy.
contact book:
availability: ON / lula, daisy.

MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 13:33

Bienvenue parmi nous. I love you

_________________

N A S H   K E R S H A W
meeting you was like listening to a song for the first time and knowing it would be my favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 4716
- since : 04/11/2017


- getaway car.
address: #124, west side.
contact book:
availability: nash, daisy, calvin, isla.

MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 16:19

Ce pseudo, et cette bouille qui m'est totalement inconnu mais pas désagréable à regarder.
Bienvenue par ici avec Mats, si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas.

_________________

    - i love you for watching me shine, and i had the best day with you today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 693
- since : 17/12/2017


MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 18:36

bienvenue parmi nous

_________________
- He put a star in my heart, and I haven't stopped burning.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Janey Ryder

red lips and wine sips.

- paper notes : 605
- since : 07/12/2017


- getaway car.
address: #075, sea side.
contact book:
availability: teddy, jeanne, carmen/melvin (2/5)

MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 18:49

bienvenue à toi

_________________
you could be my king, i will be your queen. this could be the real thing, just like in the movies. the perfect ending, we could be fairytaling. the kiss, the whole thing, just like in the movies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 297
- since : 09/02/2018


- getaway car.
address:
contact book:
availability: (loanne, logan/côme, mariel, wyatt, beau, ninel)

MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 19:47

@Mats Klein a écrit:
mec solitaire mais solidaire

C'est tout ce que j'ai à dire vc.
(et que t'es bonne avec Axel aussi)

_________________
I gotta roll I can't stand still
Got a flamin' heart can't get my fill
With eyes that shine, burnin' red
Dreams of you all through my head
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

- paper notes : 447
- since : 20/11/2017


- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: night night day   Lun 12 Mar - 21:13

Quel pseudo !
Bienvenue Mats
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 536
- since : 03/12/2017


- getaway car.
address:
contact book:
availability: (nana, côme, terri)

MessageSujet: Re: night night day   Mar 13 Mar - 10:24

Bienvenue et courage pour ta fiche

_________________

fuis moi comme le choléra
Comment est-ce que tu peux penser qu'tu tiens à moi, si moi même j'y tiens pas?pourquoi tu dis qu'tu m'aimes alors que moi-même j'me déteste?∆ northern lights.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 735
- since : 02/12/2017


- getaway car.
address: brighton east side.
contact book:
availability: carmen, ninel, timéo, will (closed)

MessageSujet: Re: night night day   Mar 13 Mar - 10:28

j'adore le pseudo.
bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 608
- since : 24/12/2017


- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (janey, lisa, emma, clara, joan, lucy, pippa, dani)

MessageSujet: Re: night night day   Mar 13 Mar - 19:35

Bienvenue par ici, bon courage pour ta fiche !

_________________
-- So tell me another beautiful lie, Tell me everything I want to hear. Won't you lay here by my side? I want to fuck away all my fear. @bearsden

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 38
- since : 11/03/2018


- getaway car.
address:
contact book:
availability: / (to come : mina, hänsel, iolanda)

MessageSujet: Re: night night day   Mar 13 Mar - 20:16

@Tommy Bronson a écrit:
@Mats Klein a écrit:
mec solitaire mais solidaire

C'est tout ce que j'ai à dire vc.
(et que t'es bonne avec Axel aussi)

tmtc que j'ai fait ça exprès pour toi (pour nous)    

merci à touuuus pour l'accueil, je vais essayer de terminer ça ce soir
contente que le perso vous parle pour l'instant!  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 604
- since : 21/11/2017


- getaway car.
address:
contact book:
availability: brandy ♔ terri ♔ nana ♔ kai ♔ côme ♔ crew

MessageSujet: Re: night night day   Mer 14 Mar - 11:13

magnifique
welcome here

_________________

☾ baby, I'm dancing in the dark, with you between my arms barefoot on the grass, listening to our favorite song ☽ ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Isla Gatling

everything is temporary.

- paper notes : 402
- since : 16/11/2017


- getaway car.
address:
contact book:
availability: available, [○○]

MessageSujet: Re: night night day   Mer 14 Mar - 12:16

Bienvenue parmi nous. I love you

_________________
// baby, i’m dancing in the dark with you between my arms. Barefoot on the grass, listening to our favorite song.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 306
- since : 17/12/2017


- getaway car.
address:
contact book:
availability:

MessageSujet: Re: night night day   Mer 14 Mar - 19:29

bienvenue parmi nous

_________________
(tell me again was it love at first sight when i walked by and you caught my eye. didn't you know love could shine this bright?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: night night day   

Revenir en haut Aller en bas
 
night night day
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: hear them whispers. :: run for the fences.-
Sauter vers: