AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 tout est bien qui finit mal (madina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: tout est bien qui finit mal (madina)   Jeu 8 Mar 2018 - 7:58

Debout devant la porte, Nina ne parvient pas à calmer ses tremblements. Cela fait cinq bonnes minutes qu'elle hésite à toquer. Une grand-mère habitant sur le même palier est sortie descendre ses poubelles, lorsqu'elle remonte le regard suspicieux qu'elle lui lance en dit long. Heureusement qu'elle porte encore sa tenue d'infirmière, sans quoi la grand-mère aurait sûrement appelé les flics. Faut dire qu'elle est pas rassurante Nina ce soir, avec ses longs cheveux noirs et ses cernes sombres. Il est 5h40 du matin, sa garde est finie depuis quarante minutes et c'est presque si sa voiture ne l'a pas conduite toute seule jusqu'en bas de l'immeuble de Maddox. Ca fait maintenant trois semaines qu'elle n'a aucune nouvelle, il a bloqué son numéro et tout ses réseaux sociaux. En l'espace d'une soirée, Maddox était devenu un mauvais souvenir alors qu'elle pensait enfin avoir trouvé quelqu'un avec qui elle trouverait un semblant de sécurité. Leur histoire avait des airs sérieux de temps en temps, lorsqu'il prenait sa main spontanément dans la rue ou qu'il ramenait chinois à l'hôpital pour s'assurer qu'elle prend le temps de manger pendant ses gardes. Elle ne se faisait aucune illusion sur les sentiments qu'il avait à son égard, ils ne s'étaient jamais répandues sur leur passé respectif mais Nina n'est pas stupide, elle savait depuis le début qu'il ne lui appartenait pas totalement, que ses pensées se dirigeaient souvent vers des souvenirs qui font mal. Elle l'avait vu parfois lorsqu'ils faisaient l'amour et qu'il avait l'air ailleurs, ou lorsqu'il manquait de se tromper de prénom en l'appelant. Tout ça, Nina l'avait vu et pourtant elle était restée. Car elle aussi était une écorchée, elle avait un peu de mal à croire qu'on voudrait d'elle alors lorsque Maddox était entré dans sa vie, elle s'était promis de tout faire marcher.
Mais c'était sans compter cette soirée au bar durant laquelle Maddox avait découvert son passé. Il avait suffit d'une ancienne camarade de lycée qu'elle avait malmenée, pour que la nana balance tout. La réaction de Maddox avait été violente, l'avait totalement terrifiée et pourtant Nina ne parvenait pas à le blâmer. Elle avait tenté de s'excuser, de s'expliquer mais le beau brun n'avait rien voulu entendre. Et voilà maintenant qu'elle était sur le pas de sa porte aux aurores, détruite, amochée, mais elle ne pouvait plus supporter le silence radio. Elle avait besoin de le voir, lui parler. De toute manière ça faisait longtemps qu'elle avait renoncé à sa fierté, elle voulait juste voir son visage, lui dire ce qu'elle avait sur le coeur. Il risquait sûrement pas de bien l'accueillir vu l'heure,  il allait sûrement lui claquer la porte au nez mais au moins elle aurait essayé. Elle voulait juste lui parler... Cette fois-ci c'est la bonne, Nina leva la main et appuya sur la sonnette deux fois comme elle le faisait lorsqu'elle venait chez lui autrefois. Au bout de cinq minutes, pas de réponse. Est-ce un signe qu'elle doit partir ? Son anxiété monte, atteint des sommets, accentue les tremblements. Elle a froid soudainement, malgré sa grosse doudoune. Elle a oublié de mettre un pull sous son bleu, ça y est elle va partir... Quand soudainement elle entend du bruit de l'autre côté de la porte. Et avant même qu'elle n'ait le temps de réfléchir encore à s'enfuir, la porte s'ouvre. Il est là.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: tout est bien qui finit mal (madina)   Dim 11 Mar 2018 - 4:06



Tout est bien qui finit mal

Les couloirs du lycée, ses portes petit à petit passées, à chaque avancées. Cris, pleurs, se faisant plus bruyants petit à petit, le coeur qui palpite, l'angoisse qui s'intensifie. Un spectacle que l'on redoute de voir, mais qui finira bien par s'exhiber. Tu cours jusqu'à cette salle de classe, le souffle haletant, à la limite de l'hyperventilation sous cette trop forte pression. La vue est trouble, mais tu continues de chercher, t'épuisant dans ta recherche. Et enfin tu arrives à destination. La plupart des tables sont couvertes de sang, quelques chaises renversées et le regard des présents remplis d'une frayeur palpable. Sensation finissant par t'envahir quand à ton tour tu contemples la scène macabre. Kamil... Ton frère... Pendu au plafond et les bras en sang, yeux ouverts, iris dirigés tout droit dans ta direction. Le reproche lisible à travers ces derniers... J'avais besoin de toi... Pourquoi t'étais pas là, Madd... ? Tout ton corps tremble. Terrifié, accablé. Etouffé par le remord, plus assez robuste. Jambes devenues trop faibles, te laissant sensiblement chuter... Et enfin tu te réveilles.

La sueur sur le visage et le buste, en panique sur ton lit ayant subit tes angoisses nocturnes. La couverture sortie du lit, les draps retournés. Tes yeux couverts de larmes. Le souffle coupé t'empêchant de bien inspirer. Tu t'efforces malgré tout de te lever, te dirigeant jusqu'à ta salle de bain dans une démarche douteuse, afin de t'y rafraîchir. Les visions qui repassent en boucle dans ta tête alors que tu jettes l'eau sur ton visage, cherchant à tout prix à t'apaiser avant que ton coeur ne lâche. Désir difficile à obtenir, la colère ne tarde pas à te gagner et te voilà alors à balancer les quelques produits se trouvant ici et là, puis le mur qui se prend ton poing, une, deux, trois fois, jusqu'à ce que la douleur se fasse assez forte pour réduire toute autre émotion. Tes fesses rejoignent alors le sol, à présent que le calme revient enfin. Les mains tremblantes, dont l'une blessée, glissants dans tes cheveux. Et c'est une rage mêlée de tristesse qui te tord le ventre, te tiraille l'esprit, qui te pousse à te morfondre encore une fois, Madd. Te maudissant toujours et encore de ne pas avoir été là à temps. De ne pas avoir pu le protéger... Mais de quoi ? Kamil, il causait pas. Il laissait lire la souffrance qui résidait en lui, mais la ou les causes restaient mystères, des mystères qu'aujourd'hui tu voudrais résoudre. Mais la recherche est bien difficile quand on a aucune piste, si ce n'est d'aller harceler ses anciens camarades... de quoi passer pour un bon psychopathe. Sans compter ton halène à présent régulièrement parfumée au whisky... Peu de chances alors pour que ces jeunes ne cherchent pas à te fuir aussitôt que tu irais les saluer. Tu restais alors paumé, là encore une fois, cherchant des réponses impossibles à trouver. Démuni face à ce drame qui n'a de cesse de te hanter. La gueule en bordel. Et les battements du coeur qui s'intensifient lorsque la sonnerie de ton appart retenti à deux reprises, te poussant à quitter tes songes torturés.

Intrigué tu ressortais de cette pièce à présent en bordel grâce à toi, regard vagabondant jusqu'à ton horloge annonçant les six heures du mat', ou presque, d'autant plus surprit en retour d'avoir une visite aussi matinale, toi qui dernièrement avait cessé tout contact par la faute d'une dépression qui durait depuis trop longtemps déjà. Un jean enfilé, le torse resté à l'air par flemmardise, encore épuisé par ta crise émotionnelle et tu rejoignais alors la porte d'entrée. Curieux tu ne tardais pas plus à ouvrir cette dernière, pour faire une découverte qui n'améliorait pas plus ton humeur. Nina... Ta semaine d'isolement t'avais parfois permit de te ressasser la scène où le lourd secret fut partagé, où ta violence, devenue presque incontrôlable en cas de colère depuis la mort de ton frère, avait reprit place. Tu regrettais ton geste, oui, mais la rancoeur restait là. Et pourtant tu ne refermais pas ta porte, bien que ces retrouvailles ne te faisaient pas franchement plaisir. Mais, te sentant presque aussi coupable qu'elle, tu t'efforçais à te montrer un minimum clément. Sans compter l'état physique qu'elle exhibait et qui était bien loin d'être rassurant. "Qu'est-ce que tu fous ici, Nina ?" Pour autant, le ton de ta voix n'en était pas plus doux, celle-ci également basse pour éviter d'éveiller les voisins surement encore endormis à cette heure. La faire rentrer serait plus simple pour éviter ça et pourtant tu restais face à elle, pour le moment, empêchant toute entrée, imposant et le regard d'autant plus durcit par l’événement précédent, celui-ci imposé sur la jolie brune envers qui tu avais éprouvé de si doux sentiments, pourtant...
CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: tout est bien qui finit mal (madina)   Ven 16 Mar 2018 - 11:47

Revoir son visage lui fit l'effet d'un choc, elle sentit son coeur faire un triple looping dans sa poitrine et la raison la quitter un instant. Elle n'avait qu'une envie, c'était fondre dans ses bras et peurer tout son soûl. Hélas, l'expression que Maddox arborait sur son visage lui passait toute envie de lui témoignait son affection, vu la violence dont il avait fait preuve la dernière fois elle n'était pas à l'aise à l'idée de re-provoquer le contact. Son geste l'avait choqué, clairement, mais en quelque sorte elle l'avait comprit. Elle avait deviné que Maddox s'était senti floué en ignorant son passé, elle avait compris qu'en tentant de cacher ce qu'il s'était passé elle avait en réalité empirer les choses et la perception qu'il pouvait avoir d'elle. Maddox connaissait une Nina douce, calme, réservée, marrante, attachante, attentionnée et généreuse il ignorait tout de la peste égocentrique en manque d'attention, capricieuse et malsaine qu'elle avait été jadis. Nina avait tout fait pour gommer ses anciens traits de personnalité afin de devenir quelqu'un de meilleur, afin de redonner un sens à sa vie après avoir oté celle d'une fille qui avait pourtant compter pour elle. Mais ça n'avait pas été suffisant, ça n'avait pas été suffisant pour Maddox non plus qu ne s'attendait en aucun cas à apprendre que sa petite amie si douce et si aimante avait un jour été bourreau. Dans les bras de Maddox, Nina avait aimé croire que la nouvelle personne qu'elle ait été avait un avenir normal, qu'elle pouvait enfin être cette jeune femme à la bonne situation, en couple avec quelqu'un de bien qui la rendait heureuse et en une soirée, tout avait volé en éclat. Il avait fallu qu'une ancienne connaissance surgisse pour que le nouveau quotidien prometteur que Nina avait réussi à se construire soit réduit à néant. Le silence de son petit-ami, le fait qu'elle n'ait pas pu donner d'explications ou se justifier sur son passé n'avait fait qu'empirer la sensation de perditude qui l'avait pris en otage ses derniers jours, affectant son sommeil et son bien-être. Nina n'arrivait même plus à changer le change au travail, elle qui d'ordinaire était d'un naturel jovial et de bonne humeur. Même ses patients l'avaient remarqué, le coeur de la jolie brune souffrait...
Il avait une sale gueule lui aussi, leurs cernes avaient la même couleur et elle devinait aisément ses nuits agitées, finalement ils avaient l'air de vivre le même calvaire chacun de leur côté. Le ton de sa voix en disait également long sur tout le ressentiment qu'il avait en lui, elle avait pensé naïvement sans trop y croire, qu'il aurait pu ne plus lui en vouloir mais c'était loin d'être le cas. "Je..." Elle avait vraiment eu une idée de merde en venant ici mais maintenant qu'elle l'avait dérangé à cette heure peu correcte il était trop tard pour faire marche-arrière. "J'avais besoin de te voir... De parler de ce qu'il s'est passé... Je me sens vraiment pas bien Mad. Et je..." Elle s'arrêta net en voyant sa main ensanglantée et les gouttes de sang sur son torse, ses yeux s'agrandirent de surprise. "Mais qu'est-ce que t'as fait Mad ?!" Ni une ni deux elle prit sa main dans la sienne pour inspecter la blessure, il ne s'était pas raté, peut-être même qu'il avait une phalange cassé. Elle jeta un coup d'oeil à l'intérieur, bien qu'il ne l'ait pas invité à entrer. "Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ici ? Qu'est-ce que t'as fait ?" Il était cinq heures du matin et il saignait de la main, la situation ne pouvait pas être normale ? Nina savait que parfois il pétait les plombs lorsqu'il y avait trop de souvenirs qui affluaient et qu'il ne parvenait pas à gérer ses émotions. Nina savait qu'elle aurait du mal à le convaincre de le laisser rentrer dans son appartement mais elle ne pouvait pas se résoudre à le laisser comme ça. "Laisse moi te soigner, ça peut s'infecter." Sans attendre sa réponse, elle pénétra dans l'appartement en lui passant doucement devant, elle savait que ça allait le soûler qu'elle fasse irruption comme ça mais son instinct de médecin reprenait le dessus et elle ne pouvait pas le laisser sans assistance. Même si ce n'était qu'une écorchure, il saignait assez pour avoir tâché le parquet. Familière avec l'appartement, Nina se rendit directement vers la salle de bain pour prendre l'armoire à pharmacie. Le spectacle qu'elle vit alors en disait long sur l'état de son ex petit ami. Elle porta la main à sa bouche et cette fois-ci les larmes coulèrent toute seule, comme si sa souffrance était devenue la sienne, comme si elle ressentait chaque once de ses sentiments. Elle avait définitivement sous-estimé le mal être qui l'habitait, c'était certain... C'était moche à voir.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: tout est bien qui finit mal (madina)   Mar 20 Mar 2018 - 13:11



Tout est bien qui finit mal

"Mais qu'est-ce que t'as fait Mad ?!" Ta crise précédente n'avait pas mit longtemps avant d'être découverte. Mais c'est vrai Madd, qu'est-ce que tu avais fait ? Pourquoi ce sang ? Pourquoi cette violence contre toi-même ? Pourquoi t'être ainsi blessé ? Ta main faisait mal, tremblante, les phalanges blessées que tu ressentais si bien si tu osais bouger les doigts et même sans ça, car des picotements incessants refusaient de s'apaiser. Cependant, ça ne semblait pas t'alarmer, toi. A vrai dire, tu étais particulièrement sonné à cet instant, bouleversé par mille pensées, perturbé par les mauvais rêves, par les mauvais souvenirs. Souvenirs clairement incrustés en toi, à ne pas vouloir te lâcher. Dont celui que vous partagiez à présent avec Nina. Cette soirée. Cette foutue et satanée soirée qui aura éclaté en milles morceaux les anecdotes amoureuses vous liants. Les retrouvailles soudaines avec un élément du passé, révélant ce qui était jusqu'à cet instant si bien camouflé. Tu étais tombé de haut Madd, clairement. Trahis, tu te sentais, abasourdi, même. Car la Nina qui se détaillait devant tes yeux maintenant n'avait rien en commun avec celle à qui tu avais laissé une place particulière auprès de toi, dans ta vie jusqu'à ce soir-là. Et comment pouvais-tu continuer à affectionner, comme avant, une personne que tu ne pouvais plus voir de la même façon ? Qui par ce mensonge d'importance avait brisé la confiance que tu avais pour elle ? Et qui, surtout, te semblait être comme ceux ayant pu pousser Kamil au suicide ? Tout le monde sait que le harcèlement est l'une des plus grandes causes d'un tel drame.

Cela t'avait tant énervé, vexé, troublé, déçu, que tes muscles s'étaient tendus, le cou de la jolie brune dans ta main. Frapper quelqu'un, qui que ce soit, c'était bien la première fois que tu te l'étais permis. C'était bien loin de tes habitudes, tu te contrôlais si bien avant, tu étais si paisible... avant. Jamais, par le passé, tu n'aurais pu aller si loin, d'autant plus envers une femme. Tu as toujours été de ceux qui les respectaient, qu'importe ce qu'elles étaient. Tu manquais certes d'éducation parentale, cependant tu te l'étais faite toi-même. Mais à présent, tu changeais, peut-être pas entièrement, mais certaines parties de toi n'étaient plus les mêmes. Et tu aurais beau le nier, ça ne changerait rien. La colère en toi était devenue plus vivante, bien plus impulsive, peut-être pas à la première contrariété, mais tout de même assez sensible. Alors tes sourcils ne pouvaient que s'arquer lorsque l'intrusion de ton ex en ton appartement se faisait. S'invitant à ta place. "Arrêtes Nina, c'est bon, j'ai rien." D'un mouvement de main tu refermais ta porte dans un claquement avant de la suivre, pressant le pas pour la rattraper, à la fois agacé et gêné à l'idée qu'elle constate le reste des événements... C'était de ces faits, de ces parties de toi que tu aimais garder secrètes. Il n'y avait rien de beau à voir ou à entendre là-dedans. Et tu avais honte de ces démons dont tu ne savais te séparer. Tu étais presque aussi paniqué qu'elle, Nina, si inquiète face à ton état. L'affectueuse Nina... telle que tu la considérais avant. Si douce elle était envers toi. Tu secouais la tête, ces particularités ne devaient qu'être dues à son métier. Au final, ça n'était pas si naturel que ça... en tout cas, c'est ainsi que tu voyais les choses depuis ces aveux. Ceux-ci t'ayant donnés l'impression de t'avoir ouvert les yeux.

Tu avais beau tenter d'arrêter son parcourt, elle n'écoutait rien de ce que tu pouvais dire, têtue. Et la voilà qui faisait alors face à l'étendu des dégâts, tes dégâts. A verser des larmes... De déception ? De frayeur ? Qu'elle était leur signification ? Tu ne te posais pas vraiment la question, la situation t'étais suffisamment déplaisante. Les mains sur ses épaules, une fois la porte de salle de bain également fermée, tu la forçais à te faire face, le mouvement peut-être un peu trop brusque, alors que ton regard - devenu plus dur encore faisait à présent face au sien, à ses yeux scintillants. "ça suffit Nina, ça te regarde pas, ou en tout cas ça te regarde plus." Le souvenir de sa robe restée ici te revenait alors. "Si t'es venue chercher tes affaires, sert-toi et retournes chez toi..." Quelques secondes après tu relâchais la pression imposée, ramenant tes mains vers toi, reculant ensuite, la mine mauvaise. "Tu m'en as suffisamment dis, je pense..." Tu détournais le regard, en rien la voir pleurer te satisfaisait. Bien au contraire, mais te résoudre à la prendre dans tes bras, à t'expliquer, te semblait totalement impossible. Trop rancunier et trop peu certain quant à ce qu'elle était vraiment, à qui tu avais vraiment affaire. Allant jusqu'à te demander si jusqu'à présent, elle ne s'était pas jouée de toi, se masquant de beaux sourires pour te plaire et pour que rien ne soit remarqué. Mais si c'était le cas, elle avait pleinement réussi sous coup... un certain temps.
CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: tout est bien qui finit mal (madina)   Jeu 29 Mar 2018 - 7:02

Là, face aux dégâts, Nina ne pouvait que constater l'étendue de l'enfer que vivait Maddox. Ils étaient deux âmes écorchées c'était certain mais le mal être de Maddox atteignait à présent des sommets. Elle ignorait si c'était du à leur rupture ou si c'était tout bonnement du à son frère mais ça ne pouvait pas durer comme ça, elle culpabilisait, elle se sentait mal, elle sentait même l'air rentrer difficilement dans ses poumons. Elle pouvait sentir toute la rage émaner du corps de Maddox, toute la rancoeur qu'il dirigeait contre elle et elle ne savait pas par où commencer pour lui expliquer que tous les mauvais sentiments qu'il nourrissait à son encontre étaient vains. "Non ce n'est pas rien Maddox, regarde toi !" Les yeux bordés de larme, la jeune femme ne parvient pas à reprendre le contrôle. Elle qui à l'hôpital parvient à toujours compartimenter et à ne jamais donner dans l'émotion se retrouve finalement à avoir la vue brouiller par un tourbillon d'émotions. Elle aimerait tellement vivre sa souffrance à sa place, elle ferait n'importe quoi pour le soulager mais si il refuse de l'aider, c'est l'impuissance qui ne peut que la gagner. Lorsqu'il la prend par les épaules, Nina sursaute. L'altercation qu'ils ont eu le soir de leur rupture reste imprimée dans son cerveau, la façon dont il avait porté les mains à sa gorge et l'avait suspendu contre le mur était imprimée sur sa nuque. Maddox avait découvert une autre facette de Nina ce soir-là mais c'était aussi son cas, jamais elle n'aurait pu soupçonner que Maddox serait capable de s'en prendre physiquement à elle et pourtant... Pourtant, elle ne se dérobe pas. Elle reste là, la tête rentrée dans les épaules et les larmes qui coulent toute seule. Il n'a pas fini de la rejeter, il la rejetera sûrement toujours à cause de ce qu'elle avait fait il y a bientôt dix ans. "Je suis pas venue chercher mes affaires." murmure t-elle, les sanglots étranglés dans la voix. Ses affaires sont sa dernière préoccupation, bien sûr qu'elle sait qu'elle a laissé des affaires ici mais elle ne compte pas les récupérer maintenant. Peut-être même jamais, elle aurait trop peur qu'il l'oublie. Il relâche la pression et Nina cherche l'air un moment, totalement tétanisée. Elle a vu dans son regard de la colère, mais de la tristesse aussi. Un océan de tristesse qu'elle a du mal à assumer quand elle sait qu'elle en est en grande partie la cause. Mais Nina ne veut pas abandonner, elle ne veut pas se laisser intimider. Elle veut lui faire comprendre qu'elle ne partira pas, qu'elle est là pour lui. Alors elle tente de reprendre ses esprits, se râcle la gorge, se redresse. Elle sèche ses larmes d'un revers de la main et insiste. "Je suis pas là pour ma robe, je suis là pour parler avec toi, je suis là pour te dire que je vais pas bouger d'ici et que j'ai besoin que tu comprennes que cette Nina là n'existe plus, que j'ai changé depuis, que j'ai grandis. Que..." Elle s'est répété ce discours cent fois dans sa tête, elle s'était répété mentalement tout ce qu'elle lui dirait si elle arrivait à le convaincre de la laisser lui parler et pourtant maintenant qu'elle y est tout se mélange, elle a l'impression que rien ne sera suffisant pour calmer sa colère.

Elle le regarde un instant et elle a terriblement envie de se fondre dans ses bras, de se réfugier, de se sentir en sécurité. C'était quelque chose qu'elle avait partiellement retrouvé chez lui à l'époque où ils étaient ensemble. Cette sensation d'être au bon endroit, de se sentir bien, même si il ne savait pas toute la vérité sur elle, elle était parvenue à se créer une bulle de douceur avec lui. Elle avait envie de retrouver ça coûte que coûte. "Je ne suis plus la même Nina, j'ai fait tellement de travail pour moi, j'ai été tellement mal à cause de ce que j'ai fait... Pourquoi tu crois que je fais ce métier ? J'essaie de me racheter, j'essaie de faire mieux, j'essaie de devenir quelqu'un de meilleur mais si tout le monde me ferme la porte, je m'en sortirai jamais. J'ai besoin de toi dans ma vie Mad." Il lui tourne le dos, fuit son regard alors elle lui prend la main, avide de contact. Avide de lui. Elle prend son visage entre ses mains pour l'obliger à la regarder, il se débat légèrement mais sa prise est ferme. "Regarde moi, je t'en supplie regarde moi. Toi tu me connais, tu connais la vraie Nina. J'ai toujours été vraie avec toi. Pas un seul moment j'ai manqué de sincérité. J'y ai toujours mis tout mon coeur. J'ai besoin que tu le saches. Dis moi que tu le sais..." le supplie t-elle, les yeux remplis de larme. Elle n'a pas réussi à se contenir bien longtemps mais l'atmosphère est chargé en émotions, elle peut pas faire autrement que de laisser les larmes couler car son coeur saigne et seul Maddox peut stopper l'hémorragie.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: tout est bien qui finit mal (madina)   

Revenir en haut Aller en bas
 
tout est bien qui finit mal (madina)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " l'optimisme c'est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal. "
» Partie 72
» Allons-y, tuons un contre-amiral, tout va bien, je gère.[Première partie]
» Stain ₪ Si tu crains mon nom, tout devrait bien aller.
» Quand on veut être sûr que tout soit bien fait alors, on doit le faire sois-même.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: