AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 l'étoile manquante (tori)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: l'étoile manquante (tori)   Mar 27 Fév 2018 - 2:45

Certaines nuits sont plus longues que d'autres.
Il y a d'abord la salle plongé dans le noir puis la lumière, électrique, polychrome. C'est brusque, c'est beau. C'était, beau. Pourquoi ses certitudes se font la malle ces derniers temps ? Avant, il n'y avait que des évidences. Des moi je sais, je vais, je pense mais il ne reste à présent qu'un tas de questions.
Est-ce qu'il aime sincèrement les lumières du cabaret ?
Est-ce qu'elle ne lui file pas ne serais-ce qu'un peu la nausée ?
Peut être un peu. Les étoiles que Nao collectionnaient ont rapidement été remplacées par une boite d'aspirine qui ne quitte plus la droite de son clavier. Paraît que c'est normal, qu'on se lasse de tout dans ce métier. Disons que c'est vrai, ce n'est juste pas ce qu'il imaginait. (…)
Lorsque la lumière perd de son effet, les danseuses entrent en scène et chantent, roulent des hanches. Elles sont belles, renversantes et de ça, nao s'en lasse pas, même s'il y a quelque chose en elle qu'il déteste profondément. La scène, peut être. La scène, probablement.
Certaines nuits sont plus longues que d'autres. Plus encore lorsqu'on approche de la fin. Naofel, comme tout travailleur de l'ombre assiste à une ovation qu'on ne lui adressera jamais directement. Il s'auto-congratule parfois, s'imagine qu'on ne l'oublie pas.
Ce n'est pas parce qu'on ne le voit pas, qu'il n'existe pas, n'est-ce pas ?
Heureusement, le monde tourne de nouveau correctement après un léger moment de latence. Naofel quitte sa cabine. Ses yeux piquent, ses oreilles sifflent mais il respire et dans le fond, c'est le plus important. Parce qu'il est loin, très loin d'avoir fini.
Maintenant qu'il ne prend plus part au film d'un autre, naofel pense un peu à lui. Il fait des plans sur la comète, tente de prévoir un maximum de choses pour un minimum de temps. Comme se reposer, boire un coup, filer au studio, mixer, tenter de créer de nouvelles choses, rentrer, rassurer mike, se coucher puis se lever, trois quatre heures après.
Puis il y a Tori, Tori qui est le point d'orge de ses nuits. Elle pourrait faire autre chose, rentrer directement chez elle mais elle attend. Elle l'attend. Pour boire un verre, refaire le monde et partir chacun de son côté. Ça goûte comme la routine.
C'est réconfortant.
Une fois dehors, Naofel allume sa troisième cigarette de la journée, c'est la septième cette semaine et la cinquantième depuis le début du mois, il essaye d'arrêter. Reanna pense que la clope dévore sa voix millimètre après millimètre – et même si c'est faux – Nao se surprend à espérer, alors il compte, il compte et attend. Tori entre dans son champs de vision. Entre le maquillage et les différents costumes, Naofel oublie parfois qu'elle fait aussi partie intégrante de la revue. Pourtant, il connaît parfaitement celle qu'elle devient sur scène, il l'a vu naître mais là, Tori est juste, juste elle et ça fait du bien. On y va ? Il passe un bras sur ses épaules, tire sur sa cigarette. Le weekend dernier, Mike m'a parlé d'un bar de North Laine ouvert depuis peu de temps, faut marcher un petit peu mais c'est sympa. Nao la regarde et s'assure qu'elle ne tremble pas – c'est qu'il fait de plus en plus froid -. Ça te tente ? Tu devrais aimé, tu sais pourquoi ? Le bar s'appelle l'étoile manquante et les hasards de ce genre ne s'inventent pas.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: l'étoile manquante (tori)   Mer 28 Fév 2018 - 21:59

Fatiguée. T'es fatiguée, en ce moment Tori. T'as l'impression de tirer sur la vie, comme sur un élastique. Mais l’élastique va finir par lâcher, et tu vas te casser la gueule. Pourtant, tu souris, toujours, parce que Tori ne serait pas Tori sans son sourire et sa bonne humeur. C'est ta marque de fabrique, en quelque sorte. Et ça te rends belle. T'as pas la taille mannequin, les yeux bleus ou la peau parfaite. T'es pas jolie, pour les magasines, pour la société, mais t'es belle, malgré tout, à ta façon. Ton assurance, ta personnalité, c'est ça qui plaît, sur scène. Et puis les formes, les hanches, la poitrines débordante, faut pas chercher loin, les vieux libidineux qui viennent, tout les soirs, c'est pour se rincer l'oeil dans ton décolleté. T'arrives ce soir, et t'as envie de repartir, tout de suite. C'est rare, les journées comme ça, celle où tu ne veux pas danser, encore moins chanter, ni te montrer. C'est rare, mais ça arrive. Tu t'es disputée avec Jake. En fait, non, il a juste pété un plomb, t'as même pas compris pourquoi, et ça t'énerve. T'es de mauvaise humeur, t'arrive pas à bosser, dans cet état. Mais t'as pas le choix, Tori, alors t'enfiles cette tenue trop courte, tu te maquilles, outrageuse. Yeux de chat, bouche rouge, et tu clos la soirée, comme souvent ces derniers mois. Tu reprends le numéro principale du musical Cabaret, tu te joue Minelli, avec ta chaise et ton chapeau. T'en oublies Jake, presque, t'es dans ton rôle, illuminée, sous les projecteur, super nova brillant, menaçant t'implose. Et puis la lumière s'éteint, la musique s'arrête et tu salues, avant de t'enfuir en coulisse, pour enlever ton masque, ton costume, qui te colle à la peau. Y'a les danseuses qui sortent, une à une. Logan te fait un signe, de la main, tu souris. Tu te démaquilles, tu prends ton temps, parce que tu sais que Nao, il a besoin de temps, pour ranger la salle. Jake veut que tu rentres tôt, y'a ses mots qui résonnes dans ta tête. Tu vas voir, qu'il a dit. Eh ben c'est lui, qui va voir. Tu n'es pas une pauvre petite créature soumise, il le sait, t'as ton caractère, Tori, explosive. Tu sors, emmitouflée dans une fausse fourrure, excessive, comme toujours, et tu lui souris, il t'attends, clope au bec. Tu fais la moue alors qu'il passe un bras autours de tes épaules, tu captures sa clope, entre deux doigts , d'entre ses lèvres, pour tirer une latte. « Je croyais que tu devais arrêter ? » tu lui dis, après avoir expirer la fumer. Tu crapotes, ça te fait tousser sinon. Tu souris, quand vous commencez à avancer. « Je suis toujours partante pour un verre, Nao ! » tu croises son regard, amusée, en lui rendant sa cigarette. L'étoile manquante hein ? Joli, en effet. « C'est moi, l'étoile qui leur manque. » tu lui réponds, fidèle à toi-même. Tu ne te prends pas au sérieux évidement. « Allez, allons-y. » et tu regardes le ciel, Tori, pour chercher, cet étoile manquante qui se perd.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: l'étoile manquante (tori)   Dim 11 Mar 2018 - 3:03

Ils n'étaient hier que de vieux enfants, tout juste adolescents.
Il chantait, elle dansait, ils rêvaient, tout, tout était encore possible et pourtant désormais à l'aube de l'accomplissement, Naofel peine à se détacher complètement de ce qu'il était.
C'est drôle car le lui de son adolescence ne pouvait qu’espérer, il n'avait pas de matière auquel se raccrocher. Il était...juste vide, vide et plein en même temps. Fel passait de longues heures au conservatoire pour, en rentrant, s'exercer de nouveau dans le salon de ses parents, il y avait même ce morceau, verdict, que son père lui demandait souvent de jouer pour le pousser à sortir sa nouvelle trompette. C'est, c'était son frère qui le lui avait acheté, pour l'encourager. Elle était multicolore et ils l'avaient personnalisé à deux. Il l'adorait. Où est-ce qu'elle est et qu'est-ce qu'il en a fait ? Que reste t'il, aujourd'hui, de ce qu'il était ?
Parfois et de plus en plus souvent, Naofel se manque, la pureté des premiers songes lui manque.
Il chante encore, Tori danse encore mais rien ne sera jamais plus pareil. Qu'est-ce qu'il y peut ? Marcher à reculons n'a jamais fait remonter le temps. Il peut juste...y penser, démarrer la delorean de sa tête et boire quelques verres pour la faire fonctionner.
Et moi, je pensais que la clope te faisait tousser. Naofel réplique et détourne le regard. La cigarette, ce n'est que la partie émergé de l'icerberg, le A de tout ce qu'il c'est un jour promis de faire. Arrêter de fumer, rentrer plus tôt, sortir moins souvent, avoir du succès, repeindre la chambre d'ava, répondre aux sms, saisir sa chance...Je compte arrêter à la fin du mois. Définitivement je veux dire. Là...je profite, tu vois ? Après c'est promis, je fume plus, je souffre et je prend du poids. Fel récupère son bien et comme pour illustrer ses dire, tire doucement dessus. De toute façon, ça me file une haleine dégueulasse. T'imagines le truc ? On doit avoir l'impression de lécher un cendrier lorsqu'on m'embrasse.
Fel, il plisse le nez, moitié sérieux, moitié amusé. Ses histoires s'écroulent pour tout et n'importe quoi, alors pourquoi pas ? Fel a déjà quitter des gens pour rien, on l'a déjà quitté pour rien. Toute excuse est bonne à prendre pour ne pas avoir à dire que le problème, le vrai, c'est l'autre. N'est-ce pas, n'est-ce pas ce que tori fait depuis des mois ? Ils s'amusent à faire semblant. Elle, de ne rien voir. Lui, de croire que ses mots finiront par la marquer, comme jake et les bleu qu'il laisse contre sa peau.
Ceux qu'il voit mais dont ils ne parlent pas. T'as le droit de veiller tard ce soir ? Il demande, pour pas la brusquer. Son bras traîne toujours sur ses épaules et pourtant, Tori semble a des années lumières d'ici.
Il est peut être trop tôt pour parler de ça ce soir.
Il est peut être trop tard pour parler de ça ce soir.
Peu importe, je mérite toute les nuits blanches du monde.  Il répond l'air de rien et lui sourit, comme pour dire laisse tomber, c'est vraiment pas le soir. Il est trop tard. Fel se détache d'elle pour écraser sa cigarette et chercher l'adresse exacte du bar parmi les innombrables sms de Mike. Sur son écran, beaucoup de conneries, d'images, de rien et l'étoile manquante, enfin. Ok, c'est à...10 minutes d'ici je dirais ? Ça nous laisse le temps de débriefer les dernières nouvelles. Il baisse les yeux sur ses chaussures et shoot dans le vide, à la recherche d'un truc intéressant à dire. Un truc qui ne soit pas déprimant...ce qui n'a pas l'air d'exister en ce moment. Je vais avoir un nouveau colocataire. Le proprio ne veut rien nous dire à son sujet...juste, que c'est un mec et qu'il est différent, j'imagine qu'il parle d'ava en disant ça. Ou d'eux, tout simplement, rien ne tourne correctement dans cet appartement, c'est même pour ça qu'ils s'entendent aussi bien. Reanna, Mike et Ava sont peut être les seul êtres en ce monde avec lequel Naofel s'accorde parfaitement, à 100%. je pourrais peut-être...brûler un cierge à l'église pour le faire partir plus rapidement ? Je sais pas, je bosse encore sur la question.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: l'étoile manquante (tori)   Dim 1 Avr 2018 - 20:34

Y’a un truc que tu aimes passionnément avec les étoiles, un truc qui a surement changer ta vision de la vie à tout jamais. T’avais huit ans, peut être un peu moins, tu ne sais plus. Papa était de moins en moins souvent à la maison et il compensait avec de plus en plus de cadeau. Il a ramené cette drôle de jumelle, un jour, qui permettait de voir les étoiles comme si on était sur le point de les toucher. Tu te souviens, t’as levé la main, pour en attraper une, comme la première fois qu’on voit un film en 3D, comme les premiers cobayes des frères lumières, il y a longtemps, persuadé qu’un train allait leur foncer dessus. Tu avais l’impression de voir le monde pour la première fois à travers cette drôle de lunette, Tori. Et y’a eu la voix de papa, si douce. « Tu sais mon oiseau, les étoiles que tu vois, elles sont si loin dans le ciel, qu’elles ont toutes disparues. Tu ne vois que leur image. La vie, c’est comme les étoiles, elle peut disparaitre d’un coup, il faut la chérir. Alors si un jour, tu es triste, regarde les étoiles, comme le petit prince, du livre d’hier, et tu verras que la vie vaut la peine d’être vécu. » tu n’as pas compris, au début, Tori, et aujourd’hui, tu soupçonnes ton père d’avoir dit n’importe quoi. Ses paroles ont cependant un sens, pour toi du moins. Tu vis intensément, en sachant que tout peu disparaitre. Tu aimes ton passé, tu ne l’oublies pas, mais tu chéries l’avenir plus que tout au monde. Tu ris, Tori, quand il te cherche. Tu hausses les épaules. « Je fais semblant, moi. J’espère que ce n’est pas ton cas. » tu secoues la tête. « Si tu fumes plus aujourd’hui pour compenser, ça sert à rien, faut faire comme pour les pensements, arracher d’un coup, arrêter d’un coup. » Tu l’observes un instant, ses yeux couleurs univers, sa moue toujours un peu triste, un peu nostalgique, à la fois du présent, du passé et de l’avenir. « Ça ne te ferait pas de mal, de prendre quelques kilos » tu dis. Le diktat de la taille mannequin, ça te passe largement au-dessus de la tête. « Pour l’haleine cependant, je ne peux pas te donner tort, le dentifrice parfum vieux mégot, c’est pas mon délire. Tu ne pourras pas m’embrasser avant la fin du mois, alors. » tu dis, tu plaisantes, tu le charries, tu ris, tu vis. Tu hausses les épaules. « Je suis le propre maitre de mon univers. » tu dis ; « si je veux sortir jusqu’au bout de la nuit, je le fais. » ce sont des mots-mensonges, qui sortent de ta bouche. Tu sais que Kai ne sera pas comptent, tu sais qu’il attend. Tu réfléchis un instant, à ce qu’l te dit. Nao, il n’aime pas le changement. Pourtant, c’est beau, le changement. Les étoiles meurent, d’autres naissent, c’est le cycle de la vie. Ava est parti, quelqu’un revient. Quelqu’un de différent, et alors ? C’est beau, la différence. C’est ce qui fait la force. « Laisse-lui une chance. » tu dis. « Ava vous a laissé une chance, non ? Il a droit à la sienne. » t’essaie d’être philosophie, Tori, les étoiles te rendent sage, c’est pour ça que tu les graves sur ta peau, comme tes charmes magiques. Tu attrapes sa main et la sert dans la tienne. « N’ait pas peur de l’inconnu, Nao, c’est beau. Regarde l’univers. On ce n’est pas ce qu’il se passe, peut être que les extraterrestres vont nous envahir, qu’on va mourir irradier, d »’un coup, main dans la main. Peut être qu’un astéroïde va tomber, qu’une planète pas entrer en collisions avec la nôtre. L’univers est mystérieux, mais il est beau, non ? »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: l'étoile manquante (tori)   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'étoile manquante (tori)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du nouveau sur la toile--L'autreTV.com
» Yosei, l'étoile du matin
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» Boule de poil sur la toile
» Toile d'Araignée : Te prendras-tu dans ma toile ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: