AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 étoiles et alien (Yato)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: étoiles et alien (Yato)   Lun 26 Fév - 21:53

La vie est étrange, quand on y pense ; tu commençais à peine à dialoguer, avec rafer. Tu te sentais plus proche de lui, tu l'aimais bien, en plus, vraiment. C'était un ami, un peu étrange, sacrément chiant, mais un ami quand même. Et le voilà parti, ou reparti ; Chez lui, en Irlande ; Il est parti comme un voleur et ça t'a fait mal, mine de rien. Du jour au lendemain, l'appartement avait perdu toute sa saveur ; Au début, tu passais ta vie chez jake. Parce que tu ne voulais pas rentrer seule chez toi, ce qui est un peu con, quand on y pense ; et puis l'agence a appelé pour t'annoncer l'arrivée prochaine d'un nouveau colocataire. Et t'as trouvé la coïncidence franchement amusante, quand tu as sû que le coloc en question, c'était yasin, que tu avais rencontré plusieurs fois au Red. Lui aussi, il est fan d'astronomie, ça vous fait un point commun. Ça fait maintenant quelques temps, deux ou trois semaines, peut être, que vous cohabitez, et c'est un peu étrange ; il est beaucoup plus silencieux que rafe, plus ordonné aussi, et moins râleur. Tu as parfois l'impression d'être la seule, qui vit ici. Mais bon, avec tes horaires décalés, il doit se dire la même chose, le pauvre.
Samedi soir, t'as fini plus tard que prévu. En plus, t'a traîné avec Nao, un peu, et vous avez bu un verre. Le truc, c'est que tu devais dormir chez Jake et que, ducoup, t'es rentrée plus tard. Il était faché ; Plus que d'habitude. Et il a été dur, y'a eu des mots, et puis des maux, aussi, et finalement, des excuses et une étreinte. Tu lui as pardonné, évidement, tu le fais toujours. Parce que tu l'aimes ? Ou tu aimes l'impression d'être aimé, peut être. C'est un peu glauque, mais il te rappelle ton père, ton père qui te manque tellement, ton père que tu aimes autant que tu hais ; alors tu n'arrives pas à quitter Jake, c'est au dessus de tes forces.
Dimanche, tu rentres vers dix heures, à l’appartement. Tu ne bosses pas, et t'as pas court non plus, alors c'est cool. L'appartement est ouvert et, en pénétrant dans l'habitacle chaud, tu perçois les bruits de la télévision. Tu poses tes affaires sur le bar de la cuisine en soupirant. Ça fait tu bien de rentrer, mine de rien. Alors, une fois déchaussée, tu viens t’effondrer sur le second fauteuil, près de yasin. « Tu regardes quoi ? » tu lui demandes en souriant. Chez Jake, tu as mis bien une demi-heure à te maquiller, pour cacher la trace, sur ta joue. Mais t'as rien fait, pour le cou. T'as oublié, sans doute. Et puis, c'est moins visible que le reste, juste rouge, sans hématome. « Comment ça se fait que tu sois levé si tôt un dimanche ? À ta place, je dormirai jusqu'à 13 heure mon chou ! » tu lui dis en souriant. T'as beau le connaître très peu, t'es fidèle à toi même, tori.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 745
- since : 25/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: 123, west side.
contact book:
availability: (close → 03 sept.)

MessageSujet: Re: étoiles et alien (Yato)   Lun 5 Mar - 17:42

- étoiles et aliens -

Déménager. Il n'avait pas prévu ça, dans ses plans, et pourtant, il l'avait fait. Pour le bien d'Ava, surtout, puisque l'appartement qu'il occupait par le passé était le sien, et que sa vie avait changé. Par respect, il avait fait ses valises, emporté ses souvenirs et espéré le meilleur pour elle. C'était ainsi qu'il s'était retrouvé là, dans ce nouvel espace qu'il avait encore un peu de mal à s'approprier. La vue était différente, ainsi que l'agencement, ses repères … Un peu tout.
Ce qui lui manquait le plus, forcément, c'était la vue. La vue d'en face, par-dessous les rideaux. Les silhouettes inconnues de ses voisines, cette position d'épieur épié qu'il se rappelait à chaque fois qu'il passait devant une fenêtre, qu'il retrouvait Matilda dans la rue, dans ce silence curieux et plein d'angoisse à la fois. A se demander, est-ce que tu as vu, est-ce que tu m'as vu ? Et les pourvu que personne ne m'ait vu, surtout.
Ici, les rideaux sont vides de sa présence fantomatique, vides de son reflet étonné. Pourtant, petit à petit, il s'habitue à ces absences. A ses anciens colocs, à ses anciens voisins. Il prend ses nouvelles marques, ses nouveaux repères dans le quartier ; mais quand Tori n'est pas là, il se sent bien seul. Alors, ce dimanche, il ne s'est pas pressé pour émerger, et après avoir fait le tour du quartier pour promener son chien, il s'est affalé dans un fauteuil. Zappant les chaînes une à une, se retrouvant à regarder de vieux épisodes de Doctor Who (il n'a jamais suivi la série dans l'ordre, par conséquent il n'a jamais compris l'intrigue) et des reportages sur la famille Kardashian par intermittence. Il n'était pas très loin d'abandonner et de se trouver une mission plus importante pour remplir sa journée, quand Tori fit irruption dans l'appartement.

Celle-ci ne tarde pas avant de le rejoindre, prémices d'une journée qui s'annonçait terriblement productive. Enfin, peut-être qu'ils apprendraient un peu mieux à se connaître, à s'apprivoiser. Ils n'en avaient pas eu beaucoup le temps, depuis qu'il avait emménagé, avec leurs emplois du temps respectifs. Elle lui demande ce qu'il regarde, se demande si ce n'est pas plutôt l'écran qui le regarde, lui. Il lance un œil torve vers la télévision – la dernière fois qu'il a zappé, c'est tombé sur les Kardashian. Un truc sur les Kardashian. Faut dire qu'elles ont encore eu des gosses. Tori aurait peut-être aimé un colocataire qui en sache un peu moins sur la famille la plus célèbre des USA et un peu plus en maniement de perceuse, mais elle n'avait pas trop eu le choix. Puis il reposa son attention sur Tori, attendant une réflexion sur ses choix ou de voir si elle s'intéressait au programme.
Il a un soupir qui ressemble à un rire quand elle lui demande ce qu'il fait dans le salon, au lieu de profiter de son lit. Dans ce genre de moment, il se rend bien compte du temps qu'il passe. Plus jeune, cela ne l'aurait pas dérangé de faire une grasse matinée, mais désormais, il n'arrivait plus à profiter de son temps libre de cette manière. Je suis vieux, voilà pourquoi ! Il pointa ensuite un doigt accusateur vers la boule de poils qui lui servait de chien ; Et j'en connais qui ont besoin de sortir, aussi. A moins que les crottes à travers l'appartement ne dérangeaient pas sa colocataire, ce dont il doutait fortement. Et toi ? C'est à cette heure-ci que tu rentres ? Il se fichait complètement des allées et venues de Tori, mais il était d'un naturel curieux qui lui faisait toujours poser ce genre de questions. Il voulait aussi voir comment elle réagirait, lui faisait ravaler sa question par une pique bien sentie ou si elle allait juste répondre.


Dernière édition par Yasin Shankar le Mer 14 Mar - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: étoiles et alien (Yato)   Lun 12 Mar - 18:35

Tori, t'es pas dans cette appartement depuis très longtemps. Tu vivais seule, avant mais ton voisin d'en haut s'est endormis dans sa baignoire, l'eau à déborder et le plafond s'est effondré. Heureusement que tu étais de sortie, heureusement que le chat se baladait sur les toits. T'as d'on vite du trouver un nouveau logement. Et c'est dans l'urgence que tu as signé le bail de cet appartement, déjà occupé par un homme casanier et pas vraiment poli. Rafe, il te tapait souvent sur les nerfs, c'est vrai, mais tu l'aimais bien, vraiment. C'était, plus qu'un colocataire, devenu un ami. Son départ t'a fait dû mal, évidement, mais tu n'as pas vraiment eu le temps de t’apitoyer sur ton sort, Tori. Moins d'un mois plus tard, c'est yasin qui débarque, et une chose est sur, il est très différent de Rafer. Pas en mal. Il est plus discret, plus courtois et plus gentil. Rafe te manque, évidement, mais discuter avec Yasin, c'est facile, même s'il faut l'avouer, vous n'en avait pas encore eu réellement l'occasion. Tu passes énormément de temps chez Jake, en ce moment. T'y étais ce matin même, d'ailleurs, tu t'es levée avant lui, et quand tu as voulu le réveiller, doucement, pour le prévenir de ton départ, il a grogné, levé son majeur, avant de te tourner le dos. Super. Parfois, il t'exaspère franchement. Il se croit tout permis. Tu devrais le remettre à sa place, Tori, mais t'en es incapable. T'es trop faible, peut être. T'as pas mis longtemps, à rentrer. Moins d'une demi-heure, sûrement, et fouler les pieds de ton chez toi, ressentir la chaleur de l'appartement, en opposition au froid sibérien te mordant les joues quelques instants plus tôt, ça te fait un bien fou. Tu souris, ça sent le café. En relevant les yeux, tu peux voir ton chat, Orion, perché sur son arbre à chat, l'air mauvais. Il observe la bête qui a élu domicile chez lui et ne semble pas franchement ravis, c'est le moins qu'on puisse dire. Il finira par s'habituer, il n'a pas encore crever les yeux du chien, et ce dernier n'a pas essayer de le croquer, c'est un bon début, non ? Tu enlèves tes chaussures -les talons commençaient à faire souffrir tes chevilles- et ton manteau, avant de rejoindre Yasin dans le salon. Il regarde la télé avec morosité, pas franchement intéressé par le programme, visiblement, il a plutôt l'air de se faire chier comme un rat mort. Tu regardes à ton tour la télévision en grimaçant. Tu peux regarder n'importe quoi à la télé, tes cartoons aux affaires judiciaires in classées, mais la télé réalité, c'est franchement pas ton truc. Voir ces minettes con comme des culs, gaspiller leur argent pour des futilités en essayant de se rendre intéressante, non merci, vraiment. « Ah » tu lui dis avant de rire. « Désolé, je connais pas trop, à part celle qui a un gros cul » tu prends un air faussement désolé avant de sourire de nouveau. Tu reprends, sourire mutin scotché au visage. « Je pensais que les vieux faisaient la sieste, à cette heure-là. » tu dis, pour l'embêter, avant de te pencher vers le chien, le papouillant en souriant. T'aimes bien les animaux, mine de rien. « Si t'es gentil, je suis sûre qu'Orion te prêtera sa litière ! » tu dis en riant, à l'attention du chiant. Tu ris beaucoup, Tori, c'est dans ta nature. Tu hausses finalement les épaules. « J'étais chez mon copain, enfin, je sais pas si on peut appeler ça comme ça, mais il ne met pas de chauffage, ça caille à mort, j'ai préféré rentré » tu dis, ce genre de question ne te dérangeant pas franchement, t'es franche, comme fille, généralement. Finalement, tu te redresses un peu. « Alors dis moi, comment un vieux comme toi a-t-il prévu d'occuper sa journée ? À part regarder la télé en pantoufle, évidement. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 745
- since : 25/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: 123, west side.
contact book:
availability: (close → 03 sept.)

MessageSujet: Re: étoiles et alien (Yato)   Mer 14 Mar - 14:46

- étoiles et aliens -

Il y a une bonne raison à ce qu'il vive en colocation, plutôt que seul. La solitude. Yasin n'affectionnait pas particulièrement le fait de se retrouver seul, à la seule exception de ses moments de recherche. Il avait toujours vécu entouré, de ses parents, bien sûr, et du reste de sa famille. Ensuite, il avait vécu avec elle, avant, finalement, d'atterrir à Brighton. Là encore, il avait préféré la colocation plutôt qu'à une vie solitaire, alors qu'il pouvait se le permettre financièrement. Particulièrement à Brighton, d'ailleurs, puisque la vie était moins chère ici que dans la capitale, il fallait le reconnaître. Il devait aimer un peu trop les gens, pour supporter l'idée de vivre seul.
Il n'y avait pas que cela ; il aimait tout autant rentrer dans un appartement vivant, quitte à ce qu'il soit en désordre en permanence. Et puis, de cette manière, son chien se retrouvait moins seul aussi, et lui pouvait cuisiner pour plusieurs sans manger le même plat pendant une semaine.
Alors, malgré lui, un sourire se dessine sur ses lèvres quand il entend sa colocataire rentrer, brisant ainsi sa monotonie. Elle ne tarde pas à venir squatter le salon à ses côtés, alors qu'il lorgne sans grande conviction un reportage sur les Kardashian. Toutes les brunes se ressemblent, le botox en biberon.
Il la laisse découvrir son emploi du temps passionnant, alors qu'il explique qu'il se fait vieux et que les grasses matinées ne sont plus pour lui. Mais faire la sieste à dix heures ? Eh, pas aussi vieux que cela. Alors il lui tire une tête de trois pieds de long assortie d'un regard noir, histoire de faire passer le message. Il ne sait même pas si elle l'a vue, trop occupée qu'elle était à dire bonjour au chien. Eh ! On est pas si vieux que ça pour avoir besoin d'une sieste ou d'une litière ! Mais je te préviendrais le jour où faudra me faire manger, par contre. Ce jour-là, il doutait que Tori fasse encore la maline. Mais bon, c'était de bonne guerre, puisqu'il ne se privait pas plus de la taquiner, cette fois en lui demandant où elle venait de passer la nuit.

Orion. C'est drôle, comme nom. Il avait faillit lui demander pourquoi un tel nom, le jour où il avait posé ses valises dans l'appartement. Puis il s'était souvenu, des tatouages sous son pull, de cette passion peu commune qu'elle avait choisi de graver sur sa peau, à l'encre de l'infini. Lui préférait observer les étoiles directement dans le ciel.
Il fronce du nez quand il entend parler du soi-disant copain de sa colocataire. Quel type ne met pas de chauffage chez lui en plein hiver ? Pourquoi il met pas de chauffage ? Être pauvre était la seule explication valable qu'il accepterait d'entendre, et si c'était le seul souci, alors pourquoi ne venait-il pas simplement dans l'appartement de Tori ? Il n'était pas fan de cette histoire, Yasin, mais il avait bien peur que cela ne le regarde pas – mais tant que Tori ne le priait pas de fermer sa gueule, il poserait peut-être d'autres questions. Ou alors, il avait une Bat-Cave, mais honnêtement, ce scénario, même s'il était plutôt cool, avait peu de chances de refléter la vérité. Merde. Soudainement, il avait bien envie de voir une Bat-Cave.
On t'as jamais appris à respecter tes aînés ? Il était pas si vieux que ça, quand même. Je sais pas. Tu comptes déserter le reste de la journée ou tu penses donner un peu de ton temps pour un vieux comme moi ? Si elle venait à aller dormir dans sa chambre, il ne savait pas trop dans quelle catégorie ça allait compter. Il détourne son attention de la télé pour regarder sa colocataire, essayant d'anticiper sa réaction. Il n'arrive pas trop à déceler son état de fatigue, puisqu'un dénommé Orion se retrouva subitement sur ses genoux et sur son ventre tout à la fois, visiblement jaloux du manque d'attention qu'on lui conférait. Je peux toujours cuisiner pour ce midi, si tu veux, mais va falloir faire quelques courses avant. Et cet aprem, on peut toujours aller à l'observatoire ? Passer toute la journée avec sa colocataire, ça lui plaisait bien. Au moins, ils auraient l'occasion d'apprendre à se connaître vraiment, puisqu'ils n'avaient pas encore trop eu l'occasion d'échanger. Enfin, maintenant, cela dépendait d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: étoiles et alien (Yato)   Dim 1 Avr - 20:11

Si tu vis en colocation, Tori, c’est principalement pour une raison financière. Tu ne gagnes pas des milles et des cent, au cabaret et il faut bien que tu vives, Tori. Ce n’est pas ta mère qui va t’aider, et papa, il est parti depuis longtemps. Et puis c’est vrai, t’aimes bien discuter, et Orion n’est pas franchement bavard, alors tu aimes la compagnie de Yasin, même si c’est encore étrange de ne plus entendre Rafe râler toutes les cinq minutes. Parfois, Yasin, il est trop discret, trop secret, et toi qui est si exubérante, tu as dû mal à le comprendre. Mais tu l’acceptes, Tori, t’es trop respectueuse pour lui demander de changer son style de vie, tu le fais peut-être chier à chanter sous la douche ou danser dans le salon avec son chien, mais tu ne le forces jamais à t’accompagner dans ces bêtises. C’est déjà ça. T’es quand même un peu déçu en arrivant et en le voyant affalé devant la télévision, comme un zombie. « Tu vas subir un lavage de cerveau et changer ton nom en Kimberley » tu lui dis en riant. Tu n’as jamais été fan de la télé, tu ne l’as regardé jamais, petite, tu préférais créer tes propres histoires. On se s’ennuyait jamais à la maison, avec toi. Tu hausses les épaules quand il se met à râler, et si ton attention est focalisée sur le chien, tu sens le regard mauvais de Yasin, peser sur ton épaule. Ça te fait rire. « Je suis une très mauvaise cuisinière, autant aller en maison de vieux ! après, je peux quand même t’installer une litière, c’est dans mes cordes, mais je ne changerais pas tes draps. » tu rentres dans son jeu, comme toujours. Une brèche et toi tu fonces, toujours à amuser la galerie. Alors qu’on parle du chat, il vient se frotter à tes jambes, le poil hérissés en grognant contre le chien. Il te tente cependant aucune approche. Heureusement, le pauvre toutou risquerait de perdre un œil ou deux dans la bataille. Tu gratouilles sa tête d’un air absent en parlant toujours à Yasin, mais de Kai, cette fois-ci. Tu hausses les épaules. « Il n’est pas frileux. » tu dis, pour seule réponse. Peu importe si tu l’es, toi. Quand Kai décide de quelque chose, tu ne peux jamais rien faire. C’est comme ça, avec lui, et tu t’en accommodes, plus ou moins. Tu arrives quand même à déplacer la conversation de toi à lui sans qu’il ne s’en rende compte, et tu souris ; « Bah alors papy, je pensais que tu n’étais pas encore vieux, faut savoir. » Et puis, il se passe un truc d’assez extraordinaire, Orion qui en a assez de tes caresses, saute sur Yasin et le toise, comme s’il le provoquait. Va-t-il oser le caresser ? C’est ce que dis son regard. « Ah bien, ça n’arrive pas souvent ce genre de chose tu mérites peut-être que je passe la journée avec toi, en effet. » tu dis en battant des cils. Tu te moques de lui, évidement, ça ne te viendrait pas à l’idée de draguer sérieusement Yasin. Tu hoches finalement la tête. « Je meurs de faim, le repas me parait une bonne idée, et manger un truc non bruler ne me fera pas de mal » tu dis en riant, avant de reprendre. « Et l’observatoire, c’est une bonne idée aussi, ça fait longtemps que je n’ai pas trouvé le temps d’y aller, ça me manque. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 745
- since : 25/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: 123, west side.
contact book:
availability: (close → 03 sept.)

MessageSujet: Re: étoiles et alien (Yato)   Dim 8 Avr - 17:53

- étoiles et aliens -

Il fronce le nez, face à la réponse de sa colocataire. Comme quoi son copain n'est pas frileux, et qu'il ne met pas le chauffage chez lui. Il n'aime pas l'idée de la savoir, elle, morte de froid. Pour autant, il prend sur lui et s'abstient de tout commentaire. Il ne connaît pas le concerné, il ne connaît pas assez bien Tori pour lui faire une remarque sur son couple, il ne connaît pas leur histoire à eux, à deux.  
Il se force à changer de sujet. Ce n'est pas très compliqué, avec Tori, elle parle assez facilement, alors la conversation dévie et il se retrouve à la place du vieux sage, du vieux singe. Puis le chat qui se retrouve sur ses genoux, un signe du destin peut-être. Ou peut-être qu'Orion avait décidé qu'il faisait partie des meubles et qu'il pouvait y faire ses griffes, dans son jean, ou récolter quelques caresses. Sous le regard anxieux de sa colocataire, il s'essaie, du bout du doigt, à toucher la fourrure du fauve sauvage. Elle était aussi surprise que lui par ce qu'il venait d'arriver, aussi cela finit-il par la convaincre de passer la journée avec lui. Manger, d'abord. Sortir, ensuite, à l'assaut des constellations cachées.

Si elle était d'accord avec le programme, alors il était temps de se bouger. Mission impossible donc, avec le chat dans son giron. S'il ne bougeait pas plus, alors Yasin prendrait ça comme une invitation. Au bout de quelques secondes d'un combat visuel intense (plus captivant que les fesses d'une Kardashian), le Londonien s'autorisa à caresser Orion, qui se laissa faire – fait rare depuis qu'il était arrivé à l'appartement. Très bien alors. Curry au poulet ? Au porc ? Poisson ? Tant de façons de cuisiner, ou tant de façons de commander tout prêt. Tout dépendait visiblement de la volonté d'Orion, que Yasin ne dérangerait pas – il ne voulait pas foutre en l'air les efforts de l'animal alors que celui-ci partirait sans doute dans les cinq prochaines minutes.
Ce qui se passa, aussitôt pensé. Yasin se releva finalement, coupa la télévision avant de flatter son chien quelques instants. On va faire les courses, du coup ? On peut aussi commandes quelques trucs, des naans par exemple. Si Yasin réussissait à peu près à faire à manger de manière convenable, il lui restait encore beaucoup de choses à apprendre en cuisine, et faire des naans avait toujours été au-dessus de ses forces, au grand dam de sa mère.

_________________
AND I WISH I WAS A COMET,
to crash on your feet, just to be remembered.

présence réduite jusqu'au 03 septembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: étoiles et alien (Yato)   Sam 14 Avr - 16:20

Parler de Kai, ça ne te dérange pas. Même si tu fais toujours en sorte de taire ou maquiller la vérité. Tu sais, toi, qu’il n’est pas vraiment mauvais, ou alors, tu l’espères. Mais les autres, ils ne peuvent pas comprendre. Et Yasin non plus. Il ne connait pas Kai, il ne connait pas votre relation, et tu n’as pas envie qu’il juge trop hâtivement, que Kai ait des problèmes, ou que tu en aies, toi aussi, par la même occasion. Déjà qu’il ne veut pas que tu parles de vous. Il est plutôt secret, de ce côté, et il ne veut pas voir sa vie privée étalée. Ce qui est normal, dans un sens. Tu en parles donc à peu de personne. Mais Yasin, tu ne vas pas lui dire que tu passes la nuit dehors. Non, tu dois bien lui dire. Et puis, tu as tendance à faire trop confiance aux gens. Yasin, tu le connais à peine, et malgré tout, tu lui parles de Kai, de ta vie, de tout, ou presque, le cabaret, c’est ton secret. Tu souris et la conversation suit son cours. Elle dévie sur lui, puis sur votre programme de l’après-midi. Tu es de bonne humeur. T’as peu dormi, cette nuit, mais passer la journée au parc avec Yasin, ça vaut toutes les heures de sommeil du monde. Vous discutez donc, et le miracle de la journée survient. Orion, ton chat roux, sauvage et violent. Gros lionceau paresseux et téméraire, vient de sauter sur les genoux de Yasin. Il le toise d’abord de ses gros yeux jaunes, hésitant surement à lui lacerer le visage. Et puis, finalement, il ronronne, un peu, et Yasin lève à main pour lui gratouiller la tête. Mais pas trop longtemps, Orion, il veut bien être gentil cinq minutes, mais c’est tout, alors il feule, pour la forme, et saute sur le canapé pour rejoindre son arbre à chat. Toi, tu souris, en coin. Il est adopté, finalement, Yasin. Tu te redresses et Yasin part éteindre télé. Si ça ne tenait qu’à toi, il n’y en aurait pas. Mais le papy à besoin de sa dose de Kardashian. Tu te diriges vers la cuisine. « Poulet. C’est la réponse à toutes les questions du monde ! » tu dis en riant. Tu adores le poulet. T’attrapes ta veste, ton sac, et tu hoches la tête. « Allons-y ! » tu dis. Les courses, tu détestes les faire. Mais s’il y a un bon repas à la clé, tu peux faire un effort. « On va à la superette ou au super marché ? » tu demandes, tu ne sais pas ce dont il a besoin, pour cuisiner, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 745
- since : 25/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: 123, west side.
contact book:
availability: (close → 03 sept.)

MessageSujet: Re: étoiles et alien (Yato)   Dim 15 Avr - 18:35

- étoiles et aliens -

Ils n'en étaient encore qu'aux prémices de leur relation, un début ni flamboyant ni houleux, plutôt calme d'ailleurs. Un début qui laissait la place, doucement, à la confiance et au respect mutuel. Pourvu que leurs opinions et leurs avis respectifs ne se mettent pas en travers de leur chemin. Un peu comme avec leurs animaux, Tori et Yasin se défiaient et se laissaient apprivoiser, et dans l'immédiat, les promesses d'un bon repas pour lier leurs efforts comme toute récompense.
Poulet, qu'elle annonce. Donc poulet, ça sera. Il avait à peine éteint la télévision qu'elle semblait déjà parée pour sortir. Il faut dire qu'elle avait à peine posé ces mêmes affaires, quelques instants plus tôt à peine. Eh, minute ! qu'il lui dit en souriant. Supérette, sans doute. Tant qu'on y sera, t'as besoin de rien ?

Autant anticiper les futurs besoins et faire toutes les courses d'un coup. Il n'était pas du genre à faire un saut dans le magasin tous les jours. Il laissa le salon et Tori pour la cuisine, où il fit l'inventaire de ce qu'elle avait en stock. En deux semaines, il n'avait pas trop eu l'occasion d'investir les lieux et de refaire un stock d'épices convenable. Alors il entreprit d'ouvrir toutes les réserves et toutes les caches de nourriture, frigo, garde-manger compris. Il compte ce qu'il a – pas grand-chose – et ce qui manque à sa recette – quasiment tout, même le riz. Et, hormis le sel et le poivre, et des herbes qui ne serviraient pas à son plat, les épices brillaient par leur absence. Autrement dit, il était grand-temps qu'il investisse la cuisine. Tori, comment tu fais pour vivre ? Y'a rien à bouffer, en fait. Consterné, Yasin prit sur lui de devoir nourrir sa colocataire avec des plats un peu plus sains que deux paquets d'Oreo et un de céréales. Le Muesli c'est équilibré, mais pas à tous les repas. Oh, il était le premier à taper dans cette boîte-là. Mais qu'importe. Ils n'allaient pas vivre de pain, d'eau, de pâtes et de Muesli.
L'inventaire fait et sa liste de courses en tête, Yasin finit par se préparer aux côtés de sa colocataire, enfilant chaussures et manteau, empochant son porte-feuilles – le tout sous le regard envieux de son chien qui ne sortirait pas, cette fois. En revanche, il ne prit pas les clés de sa voiture, la supérette étant au coin de la rue. Les ingrédients nécessaires étant plutôt basiques, il devrait trouver son bonheur là-bas.

_________________
AND I WISH I WAS A COMET,
to crash on your feet, just to be remembered.

présence réduite jusqu'au 03 septembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: étoiles et alien (Yato)   Dim 22 Avr - 15:45

Tu es super active, comme fille. Tu as toujours besoin de bouger, de faire quelque chose, et rester allonger à rien faire, ça t’arrive rarement. De plus, quand tu as décidé de faire quelque chose, tu le fais tout de suite. C’est sans doute pour cela qu’à peine l’annonce de lu programme faite, tu es debout, dans l’entrée, prête à partir. Yasin, il lui faut plus de temps, il faut qu’il s’extirpe du canapé, déjà. Tu souris en voyant que tu lui donnes le tournis, et te mets à réfléchir. « Hum, oui. Il n’y a plus de gel douche, je crois. Et il me faut des tampons. » tu dis, sans aucun complexe, de toute façon, vous vivez au même endroit et vous utilisez les mêmes placards alors à quoi bon faire ta mijaurée ? Alors qu’il part inspecter la cuisine, tu te diriges vers la fenêtre. L’appartement étant au plus haut de l’immeuble, vous avez une vue très dégagée. C’est splendide, tu pourrais rester là, à regarder Brighton s’étendre à perte de vue pendant des heures. Mais la voix de ton nouveau colocataire te sort brutalement de tes contemplations. C’est avec un sourire franc et même un rire non retenu que tu accueilles sa remarque, dans un premier temps. Tu hausses les épaules. « Je mange à la fac le midi, et je rentre tard du boulot. Alors je n’ai pas le courage de faire à manger. Et puis je suis nulle, aussi, accessoirement. » tu lui tires la langue, comme l’enfant que tu seras toujours avant de répliquer. « C’est super mon, le muesli, et je t’ai vu, t’en gaver, en plein milieu de la nuit. » Tu te moques gentiment de lui avant d’ouvrir la porte, lorsqu’enfin, il est prêt à sortir. Vous descendez les escaliers, parce que le seul inconvénient de ce sublime appartement est qu’il se trouve dans un vieil immeuble sans ascenseur, et vous retrouvez dans la rue. Tu fronces les sourcils, à cause du soleil et sors immédiatement ta paire de lunettes de soleil, qui ne te quitte absolument jamais. Lorsque tu vois de nouveau, tu prends la route de la superette. Le vendeur est super gentil et il te connait, depuis maintenant plus d’un an. Il sait que la plupart du temps, quand tu passes, c’est pour acheter des cochonneries ; Il va être surpris, cette fois ci. En entrant, tu es contente de voir qu’il fait plus frais qu’à l’extérieur. « Salut Mac ! » tu dis, à l’encontre du vendeur qui, affalé sur le comptoir, semble trouver le temps long.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

- paper notes : 745
- since : 25/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: 123, west side.
contact book:
availability: (close → 03 sept.)

MessageSujet: Re: étoiles et alien (Yato)   Mar 24 Avr - 22:38

- étoiles et aliens -

Ils font la liste de courses, chacun dans un coin opposé de l'appartement. Il l'entend faire sa liste, enregistre mentalement ce dont elle avait besoin – il sentait qu'il y avait de bonnes chances pour qu'elle en oublie la moitié d'ici la supérette – et continue de farfouiller dans le peu de nourriture qui se cache dans leur cuisine. A ce stade-là, il aurait pu s'imaginer qu'on la retenait contre son gré, que la cruauté s'était immiscée dans ses placards, qu'on l'affamait.
Elle le rassure cependant, même s'il savait déjà qu'elle mangeait à la fac, le midi. Mais quand même. Il fallait qu'il se mette à acheter de quoi manger, un peu plus varié. Un peu plus équilibré, aussi. Au moins s'entendaient-ils sur le muesli, et elle lui fait remarquer qu'elle l'a déjà surprit, lors de ses fringales nocturnes. Eh ! C'est pas de ma faute si le paquet m'appelle et me supplie de venir en manger ! Ayant fini son tour d'inspection, il la rejoignit près de la porte pour finir de se préparer, avant de sortir.

La supérette n'était qu'à quelques mètres, au bout de la rue. Yasin passait parfois devant, avec son chien, mais n'avait pas encore eu l'occasion d'y rentrer. Il ne fait que suivre sa colocataire, qui entre à l'intérieur comme si ce n'était que le prolongement naturel de leur appartement. Elle s'empresse même de saluer le type qui s'endort derrière le comptoir, que Yasin regarde un instant et préfère ignorer. Sa mission était plus complexe qu'elle n'en avait l'air : il fallait de quoi remplir la cuisine en naviguant dans une boutique étriquée, et où les trois vieilles clientes habituées le regarderaient sans doute de travers en pensant qu'il était là pour voler des snacks.
Il ignora tout ce monde, remplissant un sac que Tori lui avait filé sur le pas de la porte des ingrédients dont il avait besoin. Riz, poulet, oignon, lait de coco et curry, mais pour être honnête, il se retint de justesse à ne pas remplir le sac, bien trop petit à son goût, avec l'intégralité des épices disponibles. Il y glissa tout de même safran et piment, rajouta une boîte de céréales, et quelques fruits et légumes dans un autre sac qu'il dût dénicher, faute de place dans le premier.
Il ne met pas longtemps à retrouver sa colocataire parmi les quelques rayons. Je crois que j'ai de quoi nous nourrir encore quelques repas. C'est ok pour toi ? Et oui, j'ai racheté des céréales. Elles m'appelaient dans l'rayon. Il y avait encore un peu de place, si on cherchait bien. Pour y caler ses produits, ou des gâteaux. Porteur d'un jour.

_________________
AND I WISH I WAS A COMET,
to crash on your feet, just to be remembered.

présence réduite jusqu'au 03 septembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: étoiles et alien (Yato)   

Revenir en haut Aller en bas
 
étoiles et alien (Yato)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le papillon des étoiles
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» ? Toiles d'araignées et fumée...
» Les Toiles Illuminent Mon Coeur -PV Petit Mirage-
» Au clair des étoiles~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: