AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 – blame it on your daddy issues.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Mina Goldwater

never apologize for being a
powerful fucking woman.

- paper notes : 491
- since : 22/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #143, sea side /w her daughter, lola.
contact book:
availability: (off) bash, isveig, mats, cecil, atticus.

MessageSujet: – blame it on your daddy issues.   Lun 19 Fév - 22:29




- jazmína 'mina' goldwater -
life isn't perfect, but your outfit can be.


i. harness your blame, walk through
- âge et lieu de naissance: c'est dans un hôpital privé de la ville de bristol que la jeune jazmína vit le jour, il y a de cela vingt-huit ans. une naissance qui se fit attendre, alors qu'elle naquit deux semaines après son terme. les cris que poussa la petite mina montra bien à quel point elle avait été contrariée de se faire ainsi expulsée de la sorte.- origines et nationalité: anglaise jusqu'au bout des doigts, elle a hérité de cette nationalité dès son premier souffle. il est pourtant difficile d'ignorer les origines latines de la jeune femme, sa mère ayant vu le jour à mexico. - statut familial: après s'être battue pendant de longues années contre la maladie, sa mama a finalement perdue son combat contre ce cancer qui la tenaillait. son père, de qui elle n'avait jamais été particulièrement proche, vu ses nombreux voyages d'affaires et ses absences répétées, se referma plus encore, laissant mina vivre son deuil dans la solitude la plus étouffante. aucune famille à laquelle s'accrocher, elle n'avait plus qu'elle-même sur qui compter. - statut civil: célibataire, la situation n'était pourtant pas la même, quelques semaines auparavant. prise dans les filets d'un don juan, il avait fait d'elle sa maîtresse, son amante. elle était devenue l'autre femme. elle a mit un terme à cette histoire lorsqu'elle a découvert l'horrible vérité. - occupation: fraîchement diplômée de l'école de médecine et valedictorian de sa promotion, elle est désormais apte à pratiquer sans devoir toujours se référer à son medecin-titulaire de stage. la nouvelle médecin spécialisée en gynécologie-obstétrique s'est vu offrir plusieurs postes dans des hopitaux anglais, mais en lui garantisant, sur un plateau d'argent, la tête du département de sa spécialité, le brighton medical center réussit à la convaincre de troquer son bristol chéri pour cette bourgade anglaise. - cinq choses favorites: son travail, elle s'épanouie par celui-ci, elle ne vit désormais que pour lui, afin de combler le vide de sa vie. ses chats, qu'elle les chérie comme les enfants qu'elle n'aura surement jamais. le vin, car que serait une soirée sans une bonne coupe de rosée (ou de blanc, ou de rouge, qu'importe). le sport, et plus spécifiquement le kick-boxing, qui lui permet d'extérioriser ce qu'elle est incapable de mettre sur papier; elle pratique aussi la course à pied, participant à des marathons quand elle se donne le temps et la peine de s’entraîner sérieusement. la mode, rien qu'à voir l'imposante collection de vêtements qui orne son walk-in, et ses goûts extravagants en la matière, il est impossible d'en douter. - saison préférée: l'éveil du printemps, le retour du beau temps et de la chaleur, l'odeur des lilas et des fleurs qui reprennent leurs droits, les oiseaux qui rentrent de leur voyage dans le sud, c'est le moment de l'année qu'elle apprécie le plus. - traits de caractères: placide, intelligente, respectée, dévouée, persévérant, réaliste, directe, orgueilleuse, entêtée, confrontante, indépendante, libre, craintive, fermée, humaine, froide, sensible. - groupe: celosia. - avatar: eiza gonzalez.

iii. when eyes are all painted sinatra blue
- pseudo/prénom: schuylers, karine. - âge et pays: trente ans, canada. - type de personnage: au commencement, c'était un pré-lien, mais disons que je risque de m'en éloigner avec cette petite (grosse) maj. - votre avis sur le forum: toujours aussi parfait. - où avez-vous connu le forum: the eliza to my angelica.  - autre:  I love you

_________________

well this is who i am. nobody said you had to like it.


Dernière édition par Mina Goldwater le Mar 20 Fév - 17:05, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Mina Goldwater

never apologize for being a
powerful fucking woman.

- paper notes : 491
- since : 22/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #143, sea side /w her daughter, lola.
contact book:
availability: (off) bash, isveig, mats, cecil, atticus.

MessageSujet: Re: – blame it on your daddy issues.   Lun 19 Fév - 22:30

ii. swing wide your crane, run me
( i. ) La naissance de Jazmina, dite Mina, se fit attendre. Pas seulement car elle retarda son arrivée dans ce monde de quelques semaines supplémentaires, mais bien car de nombreuses tentatives – infructueuses – avait eu lieu avant sa naissance, faisant perdre espoir à ses géniteurs d’être un jour apte à concevoir un enfant de leur propre gré. Elle arriva comme un miracle, la dernière chance avant de renoncer. Elle était ce petit embryon qui s’était fortement accroché et qui cria bien fort dès qu’il pointa le bout de son nez, question de leur faire bien comprendre qu’elle était là pour rester. ( ii. ) Mina et Lola, sa mère, ont toujours eu ce lien si particulier entre elles, cet attachement fusionnel qui avait commencé alors qu’elle partageaient un même corps et qui n’avait jamais cessé d’exister. Et même si elle travaillait énormément de son côté, sa carrière de mannequin connaissant une fulgurante ascension, Lola avait fait de sa fille une priorité, lui accordant toutes son attention et son affection. Jamais ses horaires de travail ne devaient entrer en conflit avec les activités de celle-ci. Au contraire de son époux qui apparaissait au nombre des absents bien trop souvent. ( iii. ) Dotée d'un père absent, la petite Mina passa la majorité de son enfance à espérer, à croire, à rêver que son paternel ne lui accorde qu’une fraction de son temps. Mais papa était occupé, papa devait partir à l’étranger, papa avec des histoires de grands à régler. Toutes les excuses étaient bonnes pour se défiler. Elle ne pouvait même pas compter sur ses doigts les anniversaires qu’il avait ratés, que ce soit le sien ou celui de sa mère, tant ils étaient nombreux. Les présents affluaient et jamais elles ne manquaient de rien, l’argent coulant à flot dans les coffres des Goldwater. Pourtant, Mina aurait échangé tout cet argent, elle se serait débarrasser de tous ces cadeaux hors de prix, si ça lui permettait de passer ne serait-ce qu’un peu de temps avec lui. ( iv. )  L’adolescence fut une période rebelle pour la belle Mina. Cette obsession d’avoir l’attention de son paternel ne fut que le catalyseur d’une telle rébellion. Si elle fit ce que les autres de son âge faisaient aussi – alcool, drogue et compagnie -, son grand coup d’éclat, lui, fit scandale. Elle s’aventura dans les bars de Bristol, se mit en chasse d’un partenaire d’affaires de son père, et mentant sur son âge, tenta de le séduire jusqu’à ce qu’il cède à ses avances capricieuses. Elle lui donna sa virginité sur un plateau d’argent, et il créa, sans même le savoir, son arme la plus précieuse. La vérité sort de la bouche des enfants, n’est-ce pas? Et c’est ce qu’elle cracha au visage de son père, ce rare soir de réveillon où il était à la maison. La virulente claque au visage qu’il lui envoya brisa quelque chose en elle. Elle avait obtenu son attention, mais de la pire des façons. Ce maigre lien de confiance qui existait encore entre eux vola en éclat au même moment où la paume de sa main claqua contre sa joue. ( v. ) La santé de sa mère n'avait jamais été de celle qui était fragile. Lola tombait rarement malade. Mais lorsque des malaises apparurent et semblèrent gagner en intensité, Mina obligea sa génitrice à consulter. Et le couperet tomba brusquement sur elles. Cancer généralisé. Ses chances de survie étaient minces, voir même inexistantes, mais sa mère tenta de se battre du mieux qu’elle le put, et elle le fit, jusqu’à ce qu’elle expire son dernier souffle, deux années plus tard. Sa mort laissa le plus grand des vides dans le cœur de sa fille, qui venait de perdre à la fois sa mère, mais aussi sa plus grande amie. ( vi. ) Jamais Mina n’aurait cru possible, dans sa vie, de devenir l’autre femme. Celle qui, dans l’ombre, tente un mari au point de tromper sa femme. Surtout pas après sa petite mise en scène, à l'adolescente, dont elle avait retenue amèrement la leçon. Pourtant, il avait tout fait pour le lui cacher, pour lui faire croire qu’il n’était pas marié. Fin manipulateur, il avait su camoufler cette part de la réalité qui, aux yeux de Mina, ne devait point exister. Elle découvrit tout de même la vérité, lorsqu’elle décida de le suivre jusqu’à son appartement, ce soir-là. Quand il bifurqua plutôt dans l’entrée d’une maison d’un riche quartier, femme et enfants étaient sur le perron prêt à l’accueillir. Les larmes brulèrent les yeux de la belle, et ce jour-là, elle se jura que tout ceci devait cesser. Il refusa de la laisser filer et elle faillit croire à ses fausses promesses, toujours sous son charme, mais les remords eurent tôt fait de l’accaparer à un point tel où elle décida de tout dévoiler à la femme de son amant. Une lettre qu’elle laissa sur le seuil de leur porte, avant de quitter les lieux sans un regard en arrière. ( vii. ) Plus rien ne retenait Mina à Bristol, désormais. Sa mère était morte et son amoureux se révélait n'être qu'un menteur et un lâche. Certes, elle avait toujours son père, mais réaliserait-il seulement qu’elle avait quitté ses appartements pour mener une autre vie, une autre existence? Il n’était, à vrai dire, qu’un étranger pour elle. La seule chose qu’ils n’aient jamais eue en commun fut leur nom. Si plusieurs hôpitaux tentèrent de la séduire quand elle décrocha enfin son diplôme en médecine, avec une spécialité en gynécologie-obstétrique, c’est finalement à Brighton qu’elle décida d’emménager.  On lui offrait la direction de son service, du moment qu’elle passait outre la période d’essais. Un défi à la hauteur de ses attentes, qui ne fit que la motiver davantage à quitter les quartiers de son enfance pour rejoindre l’inconnu.


Elle se dit hétérosexuelle, mais elle est plutôt une bisexuelle qui ne s'assume pas. ☆ Elle parle couramment l’anglais et l’espagnol. ☆ Elle a longtemps pratiquée le ballet, mais elle délaissa la danse à la fin de son lycée pour se consacrer à ses études en médecine. ☆ Elle a de nombreuses fois accompagnée sa mère lors de ses contrats de mannequinat, et elle est tombée en amour avec le milieu de la mode. ☆ Elle possède une impressionnante collection de vêtements et accessoires. ☆ Elle pratique de kick-boxing et la course à pied. ☆ Elle possède trois chats, un blanc, un roux et un gris, le dernier ayant été adopté peu après son arrivée à Brighton. ☆ Elle est allergique aux produits de la mer. ☆  Elle préfère le thé au café. ☆ Elle ne refuse jamais un verre de vin. ☆Elle rédige toujours un compte-rendu de sa journée dans un journal avant d’aller dormir. ☆ Elle déteste conduire, mais elle possède le permis et une voiture, qu’elle utilise le moins possible. ☆ Elle a un compte Netflix qu’elle partage avec Bash Fraser. ☆ Elle est foncièrement féministe. ☆ Elle est marquée d’une dizaine de petits tatouages, dont plusieurs font références aux chats.

_________________

well this is who i am. nobody said you had to like it.


Dernière édition par Mina Goldwater le Sam 4 Aoû - 5:54, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 6657
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side.
contact book:
availability: [close] nash, tim, yasin, isaac.

MessageSujet: Re: – blame it on your daddy issues.   Lun 19 Fév - 22:49

T'es belle.

_________________

(lg) love is like playing music: first you must learn to play by the rules, then you must forget the rules and play from your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

- paper notes : 71
- since : 26/11/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: coming soon.

MessageSujet: Re: – blame it on your daddy issues.   Lun 19 Fév - 23:06

Rebienvenue parmi nous. I love you

_________________

‒ So I climb to my fall, until whispers heard no more and every time I look, I lose control. ‒
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 266
- since : 20/11/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: free, [andrew, nash]

MessageSujet: Re: – blame it on your daddy issues.   Mar 20 Fév - 11:51


_________________
 
ain't nobody hurt you like I hurt you but ain't nobody love you like I do, promise that I will not take it personal, baby if you're moving on with someone new.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 6657
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side.
contact book:
availability: [close] nash, tim, yasin, isaac.

MessageSujet: Re: – blame it on your daddy issues.   Mar 20 Fév - 19:23

Elle est parfaite, comme toujours.

_________________

(lg) love is like playing music: first you must learn to play by the rules, then you must forget the rules and play from your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: – blame it on your daddy issues.   

Revenir en haut Aller en bas
 
– blame it on your daddy issues.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Can't Blame White People.
» 01. [Appartement Pillsbury/Schuester] Blame It on the Alcohol !
» Daddy, le prédateur?
» I blame you for the moonlit sky (le 25 juin à 23h)
» Daddy V de retour au sommet...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: hear them whispers. :: run for the fences.-
Sauter vers: