AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 it sets the world on fire (teddy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

- paper notes : 572
- since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: open soon (teddy, julian)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Mar 1 Mai - 23:18

I've never fallen from quite this high
Falling into your ocean eyes

@billieeilish

Dehors, c'est comme si une nouvelle soirée commençait. After-party. Une ambiance plus calme et posée, plus intime aussi. Ils sont maintenant que tous les deux. Ce n'est pas les quelques rares passants qui peuvent changer ça. Clara ne sait toujours pas quelle heure il est. Elle ne tient pas à le savoir. De cette manière, c'est comme s'ils avaient la nuit devant eux. D'autant plus qu'ils ne semblent pas savoir où ils vont. Ce qui ne dérange pas la jeune femme, l'activité de la soirée importe peu à vrai dire. Ce sentiment de laisser aller, de se laisser porter par le vent, ça rappelle encore une fois les vacances. C'est étrange, quand on y pense, avec lui, tout à un goût de vacances en réalité. Soudainement, Teddy s'immobilise devant elle, de dos. Elle est d'abord intimidée, elle est si petite à ses côtés. Puis, elle se souvient, avoir déjà ressenti cela, par le passé. Dans des circonstances plus, privées. Elle se souvient alors de ce lit, déjà bien plus large qu'un lit standard. De ce réveil en particulier, où elle s'est retrouvée, enlacée dans ses bras et après avoir pensé ô combien c'est agréable, elle a songé ô combien je suis minuscule, c'est ridicule. « Rappelle toi de ne jamais souligner les centimètres qui nous séparent, d'accord ? » Puis, amusée, elle s'élance pour atteindre ses grandes épaules. « A moins bien sûr de vouloir te créer des problèmes. » Elle aimerait pouvoir garder une image claire de ce moment. On dirait une adolescente. Ils rigolent, elle en perd le fil des directions, du chemin qu'il prend. Elle rapproche sa tête de la sienne et son parfum parcourt ses sens. Puis, il s'arrête. Et elle est comme expulsée d'une bulle de pensées dont elle ne garde rien. Ils sont désormais face à la mer (tape dans tes mains si toi aussi maintenant tu as Calogero dans la tête). Teddy énonce les moments qu'il a passé ici, elle peut presque l'imaginer. « C'est parfait. » A vrai dire, il n'aurait pas pu choisir meilleur endroit. Le bruit de l'eau, le ciel étoilé et sa présence. « J'imagine que ton dos en a assez, laisse-moi le soulager d'un tel fardeaux. » dit-elle en se laissant glisser sur le sable, où elle y retire ses chaussures. « Merci pour ce moyen de transport eco-friendly ! » Elle regrette ce jeu de mots douteux instantanément. C'est pourquoi, elle se dirige plus en avant de la plage, en lui attrapant la main. « Et si on jouait à un petit jeu ? » Elle n’est pas certaine que ce soit une bonne idée. Clara sous les effets de l’alcool n'est certainement pas la meilleure version d'elle-même.

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down. there are no words in the english language. i could scream to drown you out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1355
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Mer 2 Mai - 22:12

I wanna be somebody to someone
Someone to you

@banners

- Me créer des problèmes ? Ce sont des menaces ou un truc du genre ? Il rit Teddy, devant les propos de Clara. Il rit parce qu'il la trouve adorable, même avec vingt centimètres de moins. - Qu'est-ce que tu pourrais bien faire, t'es une miniature, Andersen. Petite provocation qu'il dilue entre ses sourires, elle est enfin sur son dos et ils se mettent en route. Ils sont loin de l'ambiance étouffante du bar. Loin du bruit et de l'agitation, plus encore lorsque ses pas s'aventurent jusqu'à la plage. Il explore Teddy, explore ce qu'il connaît pourtant déjà. Chaque route, chaque maison, sur le bout des doigts. L'horizon est calme et si la pluie ne tombe pas, impossible de savoir s'ils ne vont pas finir trempés avant la fin de cette petite escapade. Qu'importe dans le fond ; ça fait partie de l'aventure, pas vrai ? C'est parfait. Elle a raison, ça l'est. Le calme et le bruit des vagues. La nuit immense, le sable et les galets sur lesquels ils se sont tant écorchés les genoux, enfants. Il se souvient qu'il y a quelques années encore, il y avait la grande roue, là et ça le laisse nostalgique et rêveur. Elle le tire de ses pensées pour et la énième fois, il a le rire facile. - Tu es dure avec toi même. Et lorsqu'elle glisse de son dos, il lâche un grand soupir de soulagement en se massant le creux des reins, plus taquin qu'autre chose. Il se laisse guider, un grand sourire aux lèvres. Se laisse porter par l'instant et par elle qui s'avance sur la plage, des idées plein la tête. - Un petit jeu, avec deux grammes dans le sang et une mer à 16° tout au plus. Tu prends des risques, Andersen. Je t'écoute ? Il s'abreuve de ses paroles, écoute les règles du jeu qu'elle énonce avec une clarté douteuse. Des questions, des bonnes, des mauvaises réponses. Un pas vers la mer en office de pénalité – c'est plutôt simple au final, même pour son esprit embrouillé. - Hm, ça me va. Je commence. Il tire un trait du bout de sa chaussure dans le sable, ligne de départ complètement irrégulière derrière laquelle il se place, mains croisées dans le dos, un air faussement solennel pour étirer ses traits. - C'était quoi, le nom de la plage où on s'est rencontrés ? Sourire malicieux et regard inquisiteur qu'il pose sur sa personne. Il s'en souvient, lui. Il n'a jamais réussi à oublier.

_________________
- We’ve become echoes, but echoes are fading away, So let’s dance like two shadows burning out the glory day.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

- paper notes : 572
- since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: open soon (teddy, julian)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Ven 4 Mai - 21:27

And there's a storm you're starting now
@halsey

Miniature. « How dare you ?! » Elle aura sa vengeance, tôt ou tard. Plus tôt qu'il ne le pense même, avec le petit jeu qu'elle concocte. Une distraction qu'elle lui explique dans les détails. C'est plutôt simple, le but étant de le faire avancer dans l'eau gelée, pour la peine. Rien qu'un petit peu. Quitte a jouer comme des enfants, autant pousser le vice au maximum. Pour inventer des jeux, Clara ne manque pas d'imagination. Ce dont elle ne se doute pas, c'est qu'il est possible que ce jeu se retourne contre elle. Un peu comme la première question qu'il introduit. Le nom de la plage où ils se sont rencontrés. Clara est plus douée avec les dates, c'est surement dû à ses études d'histoire. Les noms, quand il s'agit d'artistes du XVIe, cela ne lui pose pas de problème. Mais le nom des plages. Elle a pas mal voyagé, c'est un fait, mais elle n'a décidément pas fait géographie. Disons que la jeune femme possède une mémoire sélective et que celle-ci aime lui faire faux bond quand elle a le plus besoin d'elle. « Tamarindo ! » Elle n'est pas très sûre d'elle. Mais elle mise le tout, confiante, pour tromper l'ennemie. Elle ré-enchérit immédiatement. Ne lui laissant pas le temps de la contredire. Ne serais-ce pas de la triche ? Maybe. Mais c'est le maître du jeu et appelons cela un tour de chauffe. « J'ai un tatouage, quoi et où ? » La question étant, est-ce qu'il y a prêté attention auparavant. C'est un tatouage plutôt discret, de petite taille dissimulé à l'intérieur de son bras droit. Quand ses bras sont positionnés le long du corps, c'est comme si celui-ci embrassait ses côtés et plus profondément, son cœur. Clara l'a réalisé sur un coup de tête, il y a de ça bien longtemps, durant sa fraîche vingtaine. Il s'agit d'un clin d’œil à ses origines belges, à un artiste qu'elle apprécie beaucoup, René Magritte. Une colombe, au trait minimaliste, qui peut également servir de référence à Picasso. Seulement, cette colombe comporte une autre particularité, assez humoristique, puisqu'elle porte un chapeau noir. Tout porte à croire que ce tatouage n'est pas si invisible que cela, et pourtant, on ne l'aperçoit que rarement, autrement dit, quand la jeune femme ne porte pas de haut et qu'elle écarte les bras. « Mais j'y pense ! Nous n'avons pas déterminé ce que le gagnant pourrait remporter. » Encore un jeu dangereux. Surtout pour le perdant. Et elle n'est plus certaine d'avoir autant de chance désormais.

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down. there are no words in the english language. i could scream to drown you out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1355
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Dim 6 Mai - 20:53

And all those times I lost myself in lies
It was you I was trying to find

@say lou lou

Un jeu qui n'a rien d'intelligent, qui relève même d'une insouciance d'enfants qu'ils ne sont plus. Teddy n'a pas le droit d'être malade, il travaille demain et les jours d'après, c'est sans doute la même chose pour elle. Les voilà pourtant à jouer avec le feu – ou plutôt, une mer glacée de possibilités qui s'ouvre devant eux. Il saute à pieds joints dans cette invitation à la pneumonie, entame le jeu de ses propres mots. Tamarindo. Il est un peu surpris de la justesse de la réponse, Teddy, mais il n'a même pas le temps de lui en faire la remarque qu'elle se lance déjà sur sa propre question. Est-ce là la preuve qu'elle se souvient si bien ? Ou une ridicule tentative de tricher ? Il en revient à sa propre question. Un tatouage. Il se pince les lèvres et prend des airs pensifs, alors même que la réponse qui se dessine dans son esprit est simple et certaine. Il a par tant de fois eu l'occasion de caresser son grain de peau du bout des doigts, ou simplement, de son regard. Il ne saurait pas replacer chaque grain de beauté pour autant, mais un tatouage ? C'est un jeu d'enfant. - Un oiseau. Une colombe je crois ? Avec un chapeau.. A l'intérieur de ton bras. Bras gauche ? Loupé, mais quelles étaient les chances ? L'alcool n'aide pas et sa boussole interne tournoi. Il accepte son châtiment dans un rire, retire maladroitement ses baskets et ses chaussettes. Le sol est froid et il fait quelques ourlets à son pantalon avant de prendre un pas en avant. Une vague remonte et l'eau lui chatouille le bout des pieds. Supplice glacé. - Ce que pourrait remporter le gagnant ? Ne pas mourir d'une pneumonie, déjà. Accessoirement ne pas mourir noyé non plus. Il rit de ses blagues pas rigolotes et se pince les lèvres à sentir la fraîcheur des vagues lui lécher la peau. Il a pourtant connu des eaux plus froides, mais aussi plus chaudes. - Je sais. Celui qui gagne choisit la destination de notre prochain voyage. Son regard accroche le sien avec malice. Ce n'est pas une proposition qui se cache derrière ses mots, mais bien une affirmation ; ils voyageront encore, car ils ont encore tant à découvrir. Sur le monde. Sur eux-même, aussi. - A mon tour donc. Suis-je droitier ou gaucher ? Ca peut paraître facile, comme question. Pour peu qu'elle l'ait déjà vu écrire ou tenir une fourchette. En réalité, il est ambidextre, Teddy, mais il se gardera bien de le dévoiler, tant qu'elle ne sera pas tombée dans le piège.

_________________
- We’ve become echoes, but echoes are fading away, So let’s dance like two shadows burning out the glory day.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

- paper notes : 572
- since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: open soon (teddy, julian)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Mar 8 Mai - 18:39

Need a place to hide, but I can't find one near
Wanna feel alive, outside I can't fight my fear

@billie eilish

Clara est un peu surprise par sa réponse. Pas qu'elle ne le pensait pas capable de se souvenir de cette information. Mais, c'est parfois difficile de déterminer à quel point les autres gardent en mémoire certains détails. Pensa, Madame Détails. Clara serait capable de se souvenir de si petites choses, alors que le plus important passe bien souvent à la trappe. Puis, nous sommes tous différents, cela n'a rien de nouveau. Ce qui nous affecte n'affectera sans doute pas notre voisin. Beaucoup de monde finissent par se sentir différents pour cette raison. Alors que nous sommes tous sensibles, mais selon des degrés différents. C'est parfois si simple de l'oublier, de s'adapter. Quand bien même nous n'aurions pas à le faire. Encore un problème de société. Quant à sa réponse, il était tellement proche de la réalité qu'elle aurait pu lui accorder celle-ci, mais le jeune homme avait déjà avancé vers sa sentence. Cela ne semblait même pas lui déplaire. Il se prête au jeu presque heureux. Ce sont des enfants, certes, mais des enfants stupides quand on y songe. La jeune femme ne peut pas s'empêcher de pouffer en observant sa tête une fois que ses pieds rencontrent une première parcelle d'eau. Même en sachant qu'elle y passera bientôt.. « Notre prochain voyage ? Tu tiens vraiment à repartir avec la fille qui te fait allègrement prendre un bain de minuit dans une eau à 16°C ? » Eau qu'elle allait gouter plus tôt qu'elle ne le pense même. Quand la seconde question frappe, elle reste immobile un instant. Cela devrait être l'un des détails dont elle devrait se souvenir, mais la réponse lui échappe. Elle aimerait s'en mordre les doigts, elle en a presque honte. « J'ai envie de dire, gaucher, mais à vrai dire, j'ai le sentiment de me tromper.. et même droitier ne sonne pas bon. » Elle souffle un peu, mauvaise perdante. Elle hésite aussi, longuement. Elle attrape alors le bras de Teddy, vers qui elle s'est rapprochée dans son long moment de doute. « C'est normal si je regrette déjà d'avoir lancé ce stupide jeu ? » Elle ferme les yeux et avance d'un pas, plutôt léger, afin de se retrouver au même niveau que Walsh dont elle ne s'est toujours pas détachée. Elle ne préfère pas s'attarder sur le froid qui agresse ses doigts de pied et enchaîne sur la prochaine question, qu'elle n'a pas vraiment préparée. « Est-ce que tu te souviens des derniers mots qu'on a échangé, de ce que tu m'as dit ? » Avant de partir, chacun de notre côté..

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down. there are no words in the english language. i could scream to drown you out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1355
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Dim 13 Mai - 21:31

And the timing's never right
But for now let's get away
On a Roman holiday

@halsey

Il a toujours eu le rire facile et un sourire en coin, Teddy. Toujours le premier pour répondre aux défis les plus stupides et s'amuser des blagues les moins drôles. Il ne lui en faut pas beaucoup pour que ses traits se détendent et inspirent le bonheur et une certaine chaleur. Pourtant, depuis quelques temps, son monde est devenu froid – jusqu'à ce soir, à cet instant précis. Oh non, il en est certain ; ce n'est pas seulement l'alcool qui lui réchauffe le système. Il y a ses sourires à elle et ses promesses éphémères pour un lendemain meilleur. - J'avoue, c'est prendre des risques. Qu'il rétorque simplement. Il essaye de penser à autre chose qu'au froid qui lui ronge les cheville. Dans quelques secondes, il sera anesthésié, alors qu'importe, sa vengeance est toute préparée. La question tombe et la réponse suit, maladroite, incertaine. Un drôle de sourire victorieux glisse sur ses lèvres. - Si Madame veut bien prendre un pas en avant. Qu'il se contente de répondre. Sa main s'enroule autour de son bras et il lui accorde un regard avant qu'elle ne s'avance. Il se délecte de sa grimace, de son regret. Il finit même par en rire aux éclats. - J'ai envie de dire, c'est bien fait pour toi, mais je ne suis pas mieux placé pour parler. Il jette un regard à ses pieds, ou du moins, à l'eau qui les couvre. Il tourne finalement la tête vers elle, ancre son regard au sien, attendant la prochaine étape du jeu. Une question qui le déstabilise plus qu'il ne pourrait l'admettre, son sourire en ternit. Il a mille mots au bord des lèvres qu'il n'osera pas lui dire. - Au revoir, j'imagine. Réponse presque murmurée. Si seulement elle savait. J'ai hésité ce jour. Je me suis battu contre moi-même pour ne pas te courir après. Te retenir par le poignet, t'empêcher de monter dans cet avion. Juste prolonger le rêve, encore un peu. Les souvenirs s'agitent dans sa boîte crânienne et le palpitant s'emballe. Est-ce qu'il a regretté de ne pas avoir fait plus ? Oui, sans doute. Souvent, même. Aujourd’hui plus que jamais, il se rend compte qu'il a été stupide. Le silence pèse et les sentiments anciens aussi, il essaye de ravaler sa nervosité. - Tu as raison, ce petit jeu est ridicule et de toute façon je suis sûr que tu vas finir par tricher ! Alors il se baisse et rapidement, plonge ses mains dans l'eau pour l'éclabousser, comme un gamin. Il se redresse entre deux éclats de rire, prend la fuite en courant, les pieds dans l'eau. - Attrape-moi si tu peux, Andersen ! Et il rit toujours autant, Teddy. Peut-être qu'elle l'attrapera. Peut-être qu'il finira juste par trébucher, vu comme il est ivre. Qu'importe, tout ce qu'il veut, c'est que cette soirée ne s'arrête jamais.

_________________
- We’ve become echoes, but echoes are fading away, So let’s dance like two shadows burning out the glory day.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

- paper notes : 572
- since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: open soon (teddy, julian)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Jeu 31 Mai - 19:43

bask in the glory, of all our problems,
'cause we got the kind of love, it takes to solve 'em

@julia michaels

Au revoir. Ils sont bien souvent déchirants. Que ce soit de la famille, un être aimé, où quelqu'un avec qui, elle aurait pu imaginer plus ou du moins, imaginer quelques jours de plus. Une chance. De le connaître un peu mieux. Elle a souvent regretté. Puis, elle a fini par se réconforter avec des phrases types. Ça n'aurait probablement pas fonctionné dans la réalité. Les flirts de vacances sont toujours idylliques, rien de plus. Dans une routine moins glamour, il n'aurait jamais porté son attention sur toi. L'ennuie aurait pris place. L'intérêt, ce n'est pas que ce soit vrai, il faut juste que cela contredise les désirs qu'on peut avoir, les espoirs qu'on peut venir à construire. Certaines appellent ça le pessimiste. D'autres, diront qu'il s'agit juste d'être practical. La traduction française ne rend malheureusement pas hommage à l'idée. C'était plus facile de voir les choses ainsi, pour rester sur de si beaux souvenirs, sur une belle expérience, une belle aventure. Une aventure, c'est ce que c'était, pas vrai ? Se laisser prendre au jeu d'un étranger rencontré à des kilomètres de son environnement familier. Deux inconnus aujourd'hui face à face. Que l'univers est cocasse. Mais pas aussi stupide que ces deux adultes entrain à des futilités qui pourraient altérer leurs santés. Des éclaboussures, par-ci, par là. On pourrait tenir un discours maternel, ceci va mal finir. Mais si prendre froid est un risque à prendre pour ressentir ce que Clara ressent à cet instant, elle est prête à caresser la défaite. Ou sa couette demain matin, quand elle ne pourra pas en sortir. « Attrape-moi si tu peux ?! On veut jouer l'inaccessible Walsh ? » Elle aimerait le rattraper, mais il y a déjà trop d'écart entre eux. Courir dans le sable, c'est plus compliqué qu'on pourrait le penser. Elle préfère le regarder, d'un regard futé. Son plan ; l'attirer doucement plus près et l'attraper quand sa garde sera moindre. Confiance en la fiabilité de ce plan ? Proche de 20%, ce qui n'est pas très prometteur, elle en est bien conscience. « Est-ce que ça fonctionne au moins ? Dis-moi Teddy-bear, combien d'âmes innocentes ont succombé, par le passé. Combien, ont décidé de leur plein gré, de te courir après ? Impressionne-moi ! » -et rapproche toi mon enfant- Littéralement, c'est plus invraisemblable, pour ce qui est de la métaphore, la jeune femme n'a pas trop de mal à croire que beaucoup sont prêtes à faire des cent pas pour ce minois.

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down. there are no words in the english language. i could scream to drown you out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1355
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Sam 9 Juin - 17:43

Just have a drink and you'll feel better
Just take her home and you'll feel better
Keep telling me that it gets better
Does it ever?

@shawn mendes

C'est presque trop bon pour être réel. Cette sensation de liberté qui lui étreint le cœur et lui gonfle les poumons d'un air nouveau. Quelque chose de frais et d'agréable, qui se mêle à la chaleur de ses sourires. Il en oublie l'eau fraîche qui lui mord les chevilles, la brise qui souffle doucement, les picotements corrosifs du sel sur la peau. Il l'éclabousse sans se soucier des conséquences, sans s'inquiéter de finir trempé lui-même. Au pire, ils rentreront plus tôt de cette exploration du monde – et ce n'est que de l'eau. Il amorce une course qui ne donne pas de suite, c'est à peine s'il parvient à courir droit, de toute façon. Il se tourne et la malice se dépeint dans chacun de ses sourires. Un autre regard qu'il ancre à elle. Elle qui n'est pas tombée dans le piège, de toute évidence bien plus rusée, même s'il ne parvient pas à lire ses intentions au fond de ses yeux océan. Il calme sa respiration hachée par l'effort et lui concède la victoire en revenant d'un pas méfiant vers elle. Un pied devant l'autre. Il se souvient qu'il a laissé ses chaussures là-bas et pieds nus, il n'ira pas beaucoup plus loin pour rentrer chez lui. - Inaccessible ? Mais je ne suis pas un garçon facile, Madame Andersen. Il prend presque des airs offusqués, avant d'éclater d'un rire sincère. Trop d'alcool. Beaucoup trop d'alcool. Il lâche un soupir et revient tranquillement vers elle, laissant ses pieds traîner entre le sable humide et les vagues maigres et douces qui s'étirent parfois jusqu'à lui. - Innocentes, innocentes...  Qu'il répète en levant brièvement les yeux au ciel. À cette voûte sombre sur laquelle dansent les étoiles, spectatrices de cette mauvaise comédie qu'ils sont en train de jouer. Personne n'est innocent Clara. On est tous coupables de quelque chose. De succomber à un vice, de fuir quelque chose ou quelqu'un. Même l'amour nous rend coupables, tu sais. Il hausse doucement les épaules. - Un millier au moins ! Qu'il répond enfin dans un grand sourire, s'approchant toujours. Sourire qui se dissout peu à peu sur ses lèvres, alors que la réalité le rattrape. - C'est pour ça que je suis toujours aussi seul. Un touche d'ironie déborde de ses mots. Une vérité qui blesse mais contre laquelle il ne cherche même plus à lutter. Le voilà qui rend les armes. Planté juste devant lui, à sa merci.

_________________
- We’ve become echoes, but echoes are fading away, So let’s dance like two shadows burning out the glory day.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

- paper notes : 572
- since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: open soon (teddy, julian)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Jeu 14 Juin - 22:28

Been around once, It'll be around again
Forever meant nothing when we had nothing

@deptford goth

La jeune femme regarde son acolyte vaciller dans le sable, jouer au loup. Amusée, elle en profite pour secouer le sable humide collé à ses pieds. Ce qui, elle l'espère, aidera au moment d'enfiler de nouveau ses chaussures. Petite parenthèse à part, l'océan, les plages, que c'est agréable, le sable à l'inverse, beaucoup moins. Toujours niché où il ne faut pas, tel un petit être malicieux et qui irrite autant la peau que le système. Personne n'a encore imaginé un outil ou une technique pour se débarrasser facilement de ce genre de désagréments. Mais quelqu'un a inventé un ustensile qui coupe les bananes en petits morceaux parfaitement égaux. Les priorités, surement. C'est un autre sujet, bien évidemment. La priorité de Clara, à cet instant, est plutôt tournée vers trouver un moyen de le prendre à son propre jeu. Elle l'écoute, le sourire aux lèvres. Elle se demande comment on peut résister à ça. Ses pensées repartent soudainement, à la première fois qu'elle a croisé son regard. C'était si loin, dans le temps et géographiquement. Percuter un bel inconnu, le jour où on aborde un joli coup de soleil sur le nez, ce n'est pas de chance. Mais, si ça n'était pas arrivé, ils ne se tiendraient surement pas ici aujourd'hui, ensemble. Son regard prend toute son intensité quand elle entend ses derniers mots. Seul. Elle se demande, s'ils ont migré dans une zone plus sérieuse et profonde. Est-ce qu'il est toujours aussi ironique qu'avant ? Alors qu'il est maintenant à sa portée, Clara ne pense plus à se venger. Elle se retrouve plutôt déconcertée à vrai dire. Ses propos résonnent encore. Pourquoi est-ce que ça lui parle exactement ? La solitude n'est pas censée la déranger, pourquoi serait-ce le cas ? Ou est-ce que qu'il s'agit juste d'une façade de plus ? Elle aimerait ajouter : Comment sait-on qu'on est seul ?, mais reste en réalité muette. Elle préfère le regarder un instant. « Au moins, tu n'es pas seul ce soir. » Sa voix est calme. Elle est contente de ne pas l'être ce soir non plus. Si seulement une extension à cette soirée était possible, elle en ferait surement bon usage. « J’allais honnêtement ajouter quelque chose du style ; et si tu le souhaites je peux te garder compagnie jusqu’au petit matin. Mais, j’ai pris conscience de l’ambiguïté de cette phrase. » Elle ne peut empêcher d’échapper un petit rire. « C’est encore plus ridicule puisque je viens de t’en faire part. » L’alcool ne peut pas tout excuser. « Oh, Walsh. Que va-t-on faire de nous ? » termine-elle, en enroulant ses mains à l’un de ses bras avant de déposer sa petite tête un peu plus haut, sur une parcelle proche de son épaule.

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down. there are no words in the english language. i could scream to drown you out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1355
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Jeu 14 Juin - 23:55

Oh, will wonders ever cease?
Blessed be the mystery of love

@sufjan stevens

Son monde vacille alors que les incertitudes et les inquiétudes de toute une vie prennent le pas sur la légèreté de l'instant, plombant son esprit et ses sourires d'une tristesse qu'il cherche à dissimuler. La solitude n'a pourtant jamais été un problème, elle est juste devenue plus pesante à mesure que les bougies se sont ajoutées sur le gâteau. Trente-cinq et autant d'aventures qui n'ont pas donné de sens, rien de palpable à son existence. Oh, il y en a eu, des instants doux. Des amours, des lubies, des déceptions. Des cœurs en panne de chance, dévorés par une carence amoureuse qu'il n'a jamais réussi à combler. Ses prunelles s'éclairent dans la nuit. Tu n'es pas seul, non. Un sourire déstabilisé écorche ses lèvres et un soupir las lui échappe. - Merci.  Merci d'être là. Merci de partager ta lumière Clara, parce qu'il fait terriblement sombre dans mon âme. Elle a la blague qu'il faut. Les mots maladroits qui lui arrachent un rire presque heureux. Il reste silencieux un instant. Interdit. Jusqu'à ce que son corps se fonde contre le sien, dans une ultime contemplation de la nuit. Il s'y perd, entre les étoiles. Dans ses sourires aussi. Il se pince les lèvres et oriente ses prunelles fatiguées sur elle. - Pas grand chose, j'en ai bien peur. Il pose brièvement sa tête contre la sienne, se perdant entre les battements apaisés de son cœur et le ressac des vagues. - Ambigu ou pas, j'accepte ! Il gonfle ses mots d'une bonne humeur presque exagérée. Il se détache d'elle, de cet instant trop doux – trop réel. Récupère et enfile ses chaussures, l'attend avant de tracer le chemin du retour, laissant pour seule preuve de cet instant quelques pas dans le sable. La ville est belle et silencieuse. Ensommeillée, sous les lueurs chaudes des lampadaires. Il prend naturellement le chemin de sa propre maison. Peut-être parce que c'est plus proche. Peut-être parce qu'il ne sait pas où elle habite, non plus. Le chemin est étrangement calme, mais à l'intérieur, tout s'agite. L'appréhension, les incertitudes qui reviennent. Est-ce vraiment une bonne idée ? L’ambiguïté est là. Il aimerait la voir comme une amie qu'il vient de retrouver. Mais il y a l'alcool et les souvenirs. L'esprit est embrumé et le palpitant confus. - Après vous. Qu'il fait, un sourire léger aux lèvres, avant d'entrer à son tour et de refermer la porte. Malgré les airs qu'il se donne, il a ce malaise qui lui tord les tripes. Une part de lui aimerait se rapprocher pour se brûler, juste une dernière fois. L'autre  lui demande d'être raisonnable. - Tu veux boire quelque chose peut-être ? Manger ou... So fucking awkward. C'est à peine s'il ose la regarder. Puis il réalise que c'est la première fois qu'elle vient ici. Qu'elle entre dans son monde, qu'elle découvre plus que son prénom et ses connaissances en matière de jeu d'alcool.

_________________
- We’ve become echoes, but echoes are fading away, So let’s dance like two shadows burning out the glory day.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

- paper notes : 572
- since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: open soon (teddy, julian)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Ven 15 Juin - 21:15

I've placed faith in geography
To hold you in my memory

@deptford goth

La tête de Clara est si légère, là, appuyée contre lui. Tout est si léger à vrai dire, l'air, sa respiration, cette relation, peu importe la nature. C'est si délicat, comme instant. Elle en oublie même le froid à ses pieds, toutes les responsabilités qui attendent au loin. C'est assez étrange, quand on y pense, à quel point sa compagnie rend la jeune femme plus sereine. Sa voix pourrait même très certainement servir de berceuse. Mais Clara aimerait éviter de s'endormir maintenant. Non, pas maintenant. Encore un peu, s'il vous plait. Teddy rend cela possible, en invitant cette dernière à le suivre. Enfin, n'est-ce pas elle, finalement, qui est à l'origine de cette invitation ? Quant à l'ambiguïté, est-elle vraiment problématique ? Sur le chemin, qui mène à la demeure de Walsh, Clara observe d'abord autour d'elle puis, l'observe lui. Sa démarche, ses cheveux qui dansent au rythme du vent. Elle essaie maladroitement de grimper sur son dos, pour se raviser quand il lui offre son aide. Ils se taquinent encore, comme des enfants, malgré la fraîcheur du soir et la fatigue. Elle ne sait pas vraiment où ils vont, elle n'est bien évidemment jamais allé chez lui. Pour ce qu'elle en sait, il vit peut être dans un château, ou encore chez ses parents. Peu probable, certes, mais elle s'amuse à imaginer quelques parcelles de sa vie. Puis, son esprit dérape en imaginant ce qui pourrait se passer. Ce qui questionne de nouveau l'ambiguïté. Si on résume la situation, il est question de deux adultes consentants, qui partagent clairement une attraction et qui, en plus de cela, ne sont pas complètement étrangers à l'exercice. L'exercice ? Clara repense soudainement à leurs chambres d'hôtel, ou tous les endroits où ils ont fait plus que se dévorer des yeux. Elle doit surement rougir à cet instant. Une chance que le froid soit envisageable comme excuse et qu'il n'y prête pas attention. Peut-être qu'elle se fait juste des idées après tout. C'est peut-être terminé ce temps-là. Ils ne sont plus en vacances après tout, tout est différent aujourd'hui. A part peut être ce qu'elle ressent quand elle est avec lui. Et tandis qu'elle était si sereine il y a quelques minutes, la jeune femme commence petit à petit à devenir nerveuse. Tant de questions se bousculent. Pourquoi suis-je si bizarre tout d'un coup ? Vais-je vraiment passer la nuit là-bas ? Il doit surement travailler demain non ? Peut-être que je ferais mieux de rentrer. Surtout que, je n'ai pas de pyjama. Oh vraiment, Clara, c'est vraiment le moment de penser à l'excuse du pyjama. How old are you ? Six ? Elle finit tout de même par entrer quand il lui fait signe. C'est presque timide qu'elle avance de quelques pas dans son environnement, le regard perdu, à parcourir la pièce. Un appartement peut en dire tellement sur la personnalité d'une personne. Bordélique ou organisé, collectionneur ou minimaliste, les goûts musicaux, le style de vie. C'est si intime, un logement. Et Clara s'incruste aujourd'hui dans la sienne. Clara est réveillée par sa question. Question qui relève le fait qu'elle n'a ni soif, ni faim. Comme si ses besoins primaires avaient cessé d'être nécessaire pour l'instant. Mais un verre d'eau ne lui ferait sans doute pas de mal. « Un verre d'eau serait le bienvenu. » Qu'allait-il proposer après son "ou". Elle n'ose pas trop regarder autour d'elle avec insistance. C'est inconfortable. Comme si, depuis qu'elle a passé la porte, elle a oublié comment se comporter. « Pourquoi c'est si bizarre, que je sois ici ? » Faire la conversation. Ne pas sur interpréter la situation. « Est-ce que toutes tes histoires de vacances possèdent autant de privilèges ? » L'humour. Toujours une bonne carte à jouer. Peut-être que cela détendra l'atmosphère. Le regard de la jeune femme se pose alors sur une photographie, d'une personne qu'elle reconnait très vite, sa nièce. « Elle est si mignonne. J'aurais pu très facilement croire que c'était ta fille tu sais. » Est-ce que tu viens vraiment d'avouer qu'il est plutôt mignon ? Mignon ? Comme un ours en peluche ? Et pourquoi si cela avait été le cas, la jeune femme aurait été déçue de l'apprendre.

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down. there are no words in the english language. i could scream to drown you out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1355
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Dim 17 Juin - 1:18

I shouldn't say it, but I'm starting to think I care
I've had a drink, you probably think my judgement isn't clear

@tom odell

Trente-cinq bougies cramées et il se comporte comme s'il en avait soufflé vingt de moins. Silencieux dans une nuit qui les dévore. Instants trop calmes qui annoncent la fin d'une soirée – ou simplement la fin de l'innocence. Il y a quelque chose d'apaisant dans ce qui se passe, malgré tout. Quelque chose de reposant qu'il ne retrouve que dans ses balades en solitaire sur les rivages salins, quand la nuit a entamé depuis quelques heures le ciel. Clara est de ceux qui n'ont pas besoin de parler pour meubler les vides. Elle sait écouter et se laisser bercer par les bruissements de la ville. Il se souvient qu'à l'autre bout du monde, c'était déjà le cas ; même s'il s'amusait à lui inventer mille histoires affreuses sur les croassements et les crépitements douteux des bois du Costa Rica. Une tarentule géante ou des scorpions bleus. Autant de conneries pour lui arracher quelques éclats de rire, un ou deux sourires. Ces mêmes sourires qui bordent ses lèvres avec malice ce soir encore, malgré les années et la distance. Il l'attrape sur son dos et l'emmène pour une énième aventure, d'un pas plus calme, comme pour retarder l'instant fatidique où il faudra se dire au revoir. Il n'a pas envie de lui dire au revoir, Teddy. Pas envie qu'elle s'échappe dans la nuit, comme elle l'a fait à l'aéroport. La maison se dessine plus loin et se fait refuge pour les deux aventuriers. Il se pince les lèvres Walsh, alors que ses yeux balayent l'environnement, cherchent quelque chose qu'il pourrait bien se reprocher. C'est plutôt bien rangé, un peu trop sans doute – pas assez pour faire concurrence à Patrick Bateman. Il a pourtant l'impression de lui exposer une partie de sa vie, de dévoiler ces morceaux de son âme qu'il a semé dans toutes les pièces. Un cadre là, une collection de films par ici, quelques vinyles et quelques babioles ramenées de toutes ses escapades à l'étranger. Il disparaît derrière le comptoir de la cuisine avant de lui ramener un verre d'eau. - Hm, bonne question. Il hausse les épaules. Il n'a pas de théorie merveilleuse à balancer, juste sa nervosité au bord des lèvres. Il finit par rire pourtant, Teddy – parce qu'elle a toujours le mot pour l'amuser. Toutes mes histoires de vacances ? Pour quoi est-ce que je passe au juste ? L'humeur est légère et il sourit, même s'il reste figé sur place. À la regarder conquérir son monde et découvrir qui il est, qui il a été. Toutes ces choses qu'il n'a jamais dites sur cet autre continent. - Tu es surtout la première que je recroise à Brighton. Il se pince les lèvres une fois de plus. Regrette ses mots, la manière dont il a dit ça, qui pour mille et une raisons, pourrait être mal interprétée. Il n'a pas envie de lui laisser entendre qu'elle n'a été qu'une parmi tant d'autres. - Enfin, y'en a pas eu tant que ça. Qu'il se sent obligé de rajouter, comme pour reprendre. Il se mord la langue et se noie dans son silence – pas besoin de s'enfoncer d'avantage. Il aimerait disparaître dans le sol mais heureusement, wonder woman sauve la situation une fois de plus. - Elle m'en fait voir de toutes les couleurs. Il s'approche enfin, sourire placardé aux lèvres. Se poste juste à côté d'elle pour observer la photo. Ses sourcils se froncent et les mots prennent un autre sens dans son esprit. - Ça veut dire que tu me trouves mignon, Andersen ? Tu sais, j'ai déjà bien bu, pas besoin d'en faire des caisses pour m'amadouer. Un clin d’œil passe sur une de ses paupières et un long soupir lui échappe. Le silence retombe et son cœur tremble et vacille. Il regarde les photos sur le mur. D'ici et de là-bas. De tant d'endroits merveilleux qui l’appellent, jour après jour. - Alors on y est ? C'est le moment gênant ou je vais te suggérer d'appeler un taxi. Ou bien de rester ici parce qu'il est tard. Et que ça ne fait rien, parce que entre les deux adultes que nous sommes, il n'y a strictement aucune ambiguïté, n'est-ce pas. Il se retrouve à rire, Walsh. D'un rire incontrôlable et un peu nerveux, l'alcool imbibant toujours ses sourires. - Allez viens, je te montre où tu vas dormir, aka ma chambre. Sans aucune ambiguïté. Il file déjà à reculons et manque de perdre l'équilibre vers l'arrière. Se rattrape de justesse à un meuble contre lequel il se cogne la hanche. Il jure et se rattrape. Rit, encore et toujours, vraiment heureux pour une fois depuis trop longtemps.

_________________
- We’ve become echoes, but echoes are fading away, So let’s dance like two shadows burning out the glory day.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Clara Andersen

a little storm with skin

- paper notes : 572
- since : 28/01/2018

( end game )

- getaway car.
address: sea side
contact book:
availability: open soon (teddy, julian)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Dim 17 Juin - 16:11

I don't mind if you wanna go anywhere
I'll take you there

@angus & julia stone

Ses deux mains accrochent le verre d'eau que le jeune homme vient de lui tendre. Elle a les mains moites, le souffle un peu court, ils n'ont pourtant pas couru pour venir jusqu'ici. Elle boit quelques gorgées du liquide beaucoup plus sain que ce qu'elle a pu boire jusqu'ici. Elle s'adosse au dos du canapé et observe, sans vraiment observer. Un peu perdue dans l'ambiance. Son appartement est si chaleureux, elle s'y sent incroyablement bien, ce qui fait sourire la jeune femme. Un sourire qui s'étend quand elle l'écoute, s'attarder et se justifier sur ses -pas si nombreuses que ça- aventures de vacances. Elle ne penserait pas moins de lui quoi qu'il arrive. Puis, s'il était si fermé aux rencontres, elle n'aurait probablement pas eu la chance d'en faire partie. « C'est le destin Walsh ! » annonce-t-elle solennellement. Ou un mauvais tour. Même si jusqu'ici c'est plutôt une jolie surprise. La chance s'agite, va et vient, pour cause, elle a beaucoup à faire. Nous sommes tout de même bien nombreux sur cette planète. On ne peut pas dire que celle-ci était très présente dans la vie de la jeune femme l'année dernière et c'est comme si, depuis quelques jours, elle avait décidé de la surprendre un peu. C'est dans ce genre de moment que Clara ne regrette pas les décisions qu'elle a prises. Quitter ce qu'elle avait, ce qui n'allait pas. Embarquer vers une nouvelle destination, changer de vie, tout simplement. Trop facile pour elle ou pas, le changement a toujours été son échappatoire et jusqu'ici, toujours une réussite. Teddy s'approche, se perd lui aussi dans la photographie de sa nièce et lui. Ça crève les yeux, à quel point il tient à cette petite fille. Mais il ne perd pas son temps pour rebondir sur la maladresse d'Andersen. « Tu veux dire que, si tu en pinces pour moi, c'est juste à cause de l'alcool ? Regrettable.. » Elle rit et l'une de ses mains vient se déposer nerveusement sur son torse. « L'alcool, Kryptonite du play-hard-to-get. » Touché. Qui amadoue qui, telle est la question. Teddy joue avec le mot ambiguïté et l'invite presque automatiquement à rester. Elle n'a pas vraiment la foi ou l'envie de le contredire. Elle pourrait blâmer le fait qu'elle a oublié ses clés de maison sur la serrure et qu'il lui faudrait donc se rendre chez quelqu'un pour récupérer le double, ce qui est à cette heure-ci, impossible. Une excuse valable. Mais, elle sait très bien qu'il n'y a pas que ça. Elle n'a aucunement envie de partir. Aucune honte à cela. Elle prend part aux rires. Surtout quand il trébuche lamentablement au moment de mener la danse jusqu'à sa chambre. « Si on arrive jusque là ! » Elle ne peut s'empêcher de lui attraper le bras. « Si je devais te porter jusqu'à ta propre chambre, là, on pourrait parler de moment gênant. » Ils rient de plus belle. Elle le suit, toujours attachée à son bras, par sécurité bien sûr. Cette situation ne cesse de faire rire la jeune femme. D'un point de vue plus extérieur, il serait facile de sur-interpréter ceci, surtout depuis qu'ils sont entrés dans la chambre de ce dernier. « Est-ce ambigu si j'ose te proposer une autre activité que dormir ? » La jeune femme plante son regard dans celui de son partenaire, avec le plus de sérieux qu'elle peut contenir. Ce qu'elle a bien du mal à mettre en place. « Ferme les yeux Walsh ! » Clara est beaucoup trop enjouée de voir qu'il se résigne à son petit caprice. Elle le guide, à l'aide de ses mains, vers le lit où elle le fait s'asseoir. « Ne triche pas cette fois-ci ! » Son sourire est si grand qu'elle en a presque mal aux joues. Est-ce qu'elle peut encore mettre sa bêtise sur le dos de l'alcool ? Elle en doute fortement. De la pure idiotie. Elle a de nouveau 15 ans. Clara, amusée, se place en face de lui, début, au milieu de ses jambes. Elle commence par lui déboutonner doucement un cran de sa chemise. Elle remonte ensuite pour lui ébouriffer les cheveux, délicatement, dans tous les sens. Ils sont si doux qu'elle pourrait passer des heures à les toucher. Focus, Clara !. Elle se mordille les lèvres à l'idée de ne pas avoir son appareil photo sur elle. Heureusement pour elle, il est toujours possible de capturer quelque images avec son téléphone aujourd'hui. Dispositif qu'elle sort délicatement de sa poche arrière avant de s'installer sur ses genoux. « Tu sais, j'ai toujours regretté une chose de notre petit séjour paradisiaque.. » Elle a envie de pousser un rire incontrôlable en pensant à ce qu'il peut s'imaginer à cet instant, privé de toute visibilité. Il y aura très probablement des représailles, mais, elle est prête à assumer. Puis au fond, c'est à son tour de se venger, pour ce qui s'est passé sur la plage. « Ne pas avoir de photos souvenirs ! » A peine ouvre t-il les yeux de nouveau à ces quelques mots qu'elle déclenche l’appareil, en mode rafale bien entendu. Laissant découvrir sa plus belle grimace, son faciès de triomphe et enfin, la surprise. Elle peut dorénavant rire à gorge déployée, en se laissant tomber sur sa victime, les bras autour de son cou. Ils tombent ainsi, sur les draps, comme des adolescents. Clara, toujours beaucoup trop fière de sa farce de mauvais goût.

_________________

i have emotional motion sickness, somebody roll the windows down. there are no words in the english language. i could scream to drown you out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

- paper notes : 1355
- since : 24/12/2017

( end game )

- getaway car.
address:
contact book:
availability: open (alex, alex/lisa, charles, clara, cole, layton, logan)

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   Dim 17 Juin - 22:04

Don't be scared of what you don't already know
@angus & julia stone

Il réprime le rougissement qui lui grimpe aux joues et les babillements incertains qui manquent de tomber d'entre ses lèvres. C'est pas ce que je voulais dire. Mais bien que décontenancé, il rit, Teddy. Rit pour masquer tout le reste. Les incertitudes qu'elle creuse dans son cœur et le flot de souvenirs qui lui retourne le cerveau. Bien sûr que non, l'alcool n'a pas à voir là-dedans – ou peut-être un peu, mais pas seulement. Il y a ces images d'hier qui reviennent. Des promesses éphémères tracées dans le sable des plages blanches, des murmures couverts par le ressac des vagues. Play hard to get. Il en est incapable avec elle. Bien trop faible face à ces sourires solaires et ses yeux qui s'ancrent aux siens pour raconter mille mots qu'elle ne dira pas. Et puis, il se dit qu'il a passé l'âge de jouer à ces jeux-là, mêmes si leurs jeux à eux ne sont pas plus matures. Il sourit et s'évade. S'échappe en direction de sa chambre, tout en risquant une cascade périlleuse. Les rires s'accordent et s'évadent dans le corridor, réchauffent les murs, il lui laisse son bras. - Toi, me porter ? T'es plutôt ambitieuse. Il lui tapote gentiment sur la tête avant d'entrer dans sa chambre, un sourire espiègle pour border ses lèvres. Il amorce un geste pour aller récupérer un oreiller et de quoi s'improviser un lit sur son sofa histoire de lui laisser sa chambre, mais il est trop lent – ou bien elle est trop rapide. Il se tourne vers elle et ses yeux s'arrondissent. - Hm. Je. Il ne sait même pas quoi répondre et puis, elle prend les devants. Sans trop réfléchir, il ferme les yeux. Se laisser guider, asseoir au bord de son propre lit. - Tu sais que là par contre ça devient ambigu ? Qu'il lâche dans un autre sourire. - Moi tricher, jamais. Il penche la tête en arrière et plaque ses mains sur le matelas pour garder cet équilibre précaire, car fermer les yeux n'arrange rien. Mais il ne cède pas à l'appel de la triche pour autant, encore moins quand ses phalanges délicates s'attachent à sa chemise. Ses sourcils se froncent un peu. Il divague déjà vers d'autres pensées et son cœur se gonfle d'adrénaline. Les souvenirs reviennent avec violence. Le goût du sel sur ses lèvres et la chaleur d'un soleil sous sa peau. Il est étonnement calme, Teddy, à se laisser berner par les apparences. Il se surprend presque à rougir alors qu'elle se retrouve sur ses genoux. Il reste statique. Interdit. Faisant simplement confiance à cette voix trop douce qui le fait tourner en rond. Elle finit par dévoiler le fond de sa pensée et l'âme véritable de ce plan diabolique. Il fronce les sourcils et ouvre les yeux, sans être sûr d'avoir bien saisi ses intentions. Et le voilà, aveuglé par le flash de son téléphone, piégé dans une série de clichés plus ridicules les uns que les autres. Il rit parce qu'il s'imagine ridicule sur chaque fragment de la pellicule. - Oh c'était vraiment très fourbe ça, ma chère. Il rit à son tour et se laisse tomber à la renverse, dans un monde de draps et d'oreillers. Il laisse ses doigts courir sur les flancs de la blonde, la chatouille sans retenue. - Ça va pas de jouer avec mon cœur comme ça ? J'suis vieux, il faut me ménager. Et il rit de plus belle, la renverse, essaye d'attraper ce fichu téléphone. - Montrez-moi ça Andersen ! Il essaye d'attraper le portable, râle plus pour la forme qu'autre chose. - Hors de question que je vous laisse partir avec ces pièces qui pourraient compromettre ma dignité. Il finit par rouler hors du lit, en loupe le bord et finit sur le tapis, avant de pouvoir se remettre sur ses pieds. La déambulation est brève, il atteint un meuble dont il ouvre les tiroirs, attrape un vieil appareil à en faire pâlir d'horreur les nouvelles générations. Un vieux polaroïd, encore en état de marche. Il fait volte-face et lance le premier cliché. - Tu veux des souvenirs ? Autre cliché. Puis un nouveau clic. Un autre flash. Il sème les photographies sur son chemin jusqu'au lit, fait des gros plans sur ses sourires merveilleux, éparpille le papier glacé sur le sol et les draps. Il se retrouve enfin à côté d'elle, étendu, et s'arrange pour prendre une photo d'eux. Puis une seconde. Et une troisième. Jusqu'à ce que ses lèvres trouvent les siennes et que ses yeux ne se ferment, ignorant ce dernier flash qui inscrira cet instant sur une unique pièce de papier.

_________________
- We’ve become echoes, but echoes are fading away, So let’s dance like two shadows burning out the glory day.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: it sets the world on fire (teddy)   

Revenir en haut Aller en bas
 
it sets the world on fire (teddy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» SATINE&JOEY - Let's set the world in fire
» World on fire with a smoking sun Stops everything and everyone Brace yourself for all will pay Help is on the way (Uc)
» Noah || let's set the world on fire {Terminée]
» [Achat] Warhammer Fire Dragon - Forge World
» CNN: Food prices rising across the world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: