AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan   Sam 27 Jan 2018 - 19:42


T'es là, (enfermée dans les toilettes du lycée), le cœur au bord des lèvres, et tu ne sais pas quoi faire. T'en as fait des bêtises dans ta vie, surtout ses derniers mois. Mais celle ci, elle dépasse tout. Et tu ne t'en sortiras pas avec une simple punition. C'est un énorme problème. Et tu ne sais pas comment le gérer, tu n'as pas envie de le gérer. Être maman, c'est même pas envisageable. Tu ne le veux pas, tu ne le peux pas. Tu as déjà dû mal à gérer ta vie, à ne pas oublier de prendre tes vitamines, le matin. Alors te lever six fois par nuit pour veiller sur un petit être sans défense. Non, c'est trop. Vraiment trop. Tu as peur, Liv. Ça ne t'arrive pas souvent, t'es plutôt une tête brûlée. Mais là, tu as peur. Peur de l'avenir, peur de cet chose qui grandit en toi, de la réaction de ta famille, de Sam, de ton futur. Et tu es en colère aussi, contre la terre entière mais surtout contre toi. Tu es tellement en colère que tu agis sans réfléchir, t'es comme en transe, et avant même que tu t'en rendes vraiment compte, tu as déjà coupé tes belles boucles brunes. Tu as la coupe de Ringo Starr, en encore plus moche. Mais tu t'en fiche, tu as juste envie de rentrer chez toi, te cacher sous la couette et ne plus jamais voir personne.Papa travaille, à cette heure là, et maman devrait faire les courses. Alors tu décides de sécher le reste de la journée pour rentrer chez toi. Sur le chemin du retour, tu as l'impression qu'il y a tatoué « enceinte » sur ton front. Ça te met très mal à l'aise. Et quand enfant, tu rejoins la maison familiale. C'est le soulagement. Mais pas pour très longtemps. La porte n'est pas verrouillée. Il y a quelqu'un. Surement maman. Et elle va faire une crise en voyant ton visage, elle qui prenait tant soin de tes cheveux quand tu étais petite. Mais non, en entrant, c'est le dos de Joan que tu reconnais dans le salon, plongé dans la tour infernale, surement à la recherche d'un papier quelconque qu'elle ne trouvera pas. Tu n'as fait aucune bruit, mais elle a comme un troisième œil, Joan, et elle se tourne immédiatement, te faisant face, l'air horrifié. Avant même qu'elle ne parle, tu dis: « la ferme. » t'es pas d'humeur, Liv. Vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan   Mar 30 Jan 2018 - 22:10

- liv & joan -
But you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn
I'm right here, I'll hold you when things go wrong.

Cela faisait des mois que je demandais à maman de chercher des papiers importants qui m'appartenaient et que j'avais laissés lors de mon déménagement. Mais la pauvre avait toujours tellement à faire qu'elle ne trouvait pas le temps, ou cherchait-elle un prétexte pour me faire venir à la maison les trouver moi-même et, par la même occasion, me voir. Notre mère était la douceur incarnée, mais elle était également très intelligente et maligne, elle savait très bien tirer son épingle du jeu, au milieu de toutes les fortes têtes que nous étions. J'imaginais que c'était de la même façon que, subtilement, elle avait apprivoisé notre père et s'était rendue indispensable. Je les admirais souvent tous les deux, si différents et pourtant si complémentaires, si amoureux et complices, après près de quarante de mariage, cela forçait le respect. Chacun à sa façon veillait sur l'autre et sur la famille : papa de sa main de fer et de son autoritarisme légendaire, et maman tout en douceur et en subtilité. Mais on ne pouvait nier qu'ils avaient fait du beau travail avec nous tous. Comme toujours, j'avais donc fini par abdiquer et décidé de passer à la demeure Fairchild afin de récupérer mes papiers et de discuter avec maman. Mais, comme je n'avais pas pris la peine de la prévenir, bien évidemment, elle n'était pas là. J'aurais pu rebrousser chemin, mais puisque j'étais là, et que j'avais même pris la peine de me faire un brushing pour sortir, je me rattraperai dans la semaine en passant la voir spécialement pour une discussion mère-fille. Et alors que je cherchais frénétiquement dans l’immense meuble qui servait de garde-papiers, un fracas se fit entendre à la porte d’entrée. J’imaginais que c’était maman qui était de retour et prête à l’accueillir avec joie, je me tournai sur une Liv défigurée par une coupe de cheveux visiblement de sa composition. J’ouvrais des yeux abasourdis d’un tel spectacle et m’apprêtais à lui demander ce qu’il s’était passé avec ses cheveux lorsque cette dernière m’ordonna de la fermer. Mon expression abasourdie par sa coupe se fit plus atterrée encore par son langage. Quelque chose n’allait définitivement pas. Elle monta à l’étage dans sa chambre en courant et claqua la porte, tandis que je grimpai les marches deux par deux, déterminée à ne pas la laisser s’en tirer comme ça. J’ouvris la porte sans même prendre la peine de frapper, elle me dirait sûrement de dégager de toute façon. « Heureusement que papa a toujours refusé de mettre des verrous sur les portes. Je peux savoir ce que c’était que ça en bas ? Depuis quand tu me parles comme ça ? Et tu vas m’expliquer ce qu’est cette friche au-dessus de ta tête ! » Mon ton était instantanément monté, si d’ordinaire j’étais assez dure avec la plus jeune des Fairchild, aujourd’hui elle n’imaginait pas à qui elle avait à faire. « J’attends, je ne partirai pas Liv. Parle, dépêche-toi. » Elle ne m’aurait pas aussi facilement, avec son air renfrogné et ses yeux noirs.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan   Ven 2 Fév 2018 - 19:48

En marchant dans la rue, pour rejoindre le domicile familiale, tu as pensé à maman. Si douce et si gentille. Elle a toujours pris soin de vous, elle a toujours fait en sorte que vous ne manquiez de rien. C'est une perle, maman, et tu sais que tu vas lui faire de la peine, quand elle apprendra que tu as fait exactement la même erreur qu'elle. Que sa dernière petite fille, celle qu'elle voit encore comme une petite fille, va avoir un enfant. Avec quelqu'un qui ne l'aime même pas. Maman, elle, avait papa pour la soutenir et lui dire que tout ira bien. Sam ne t'aimera jamais, et tu ne sais même pas pourquoi il ne part pas en courant. Et puis, papa, il y a papa. Si différent de sa femme. Plus sanguin, le sang-chaud. C'est de lui que vient le caractère tumultueux des six filles Fairchild. Il ne te le pardonnera pas, lui. Il va te mettre à la porte, exactement comme Brandy. Et tu n'auras pas la chance de trouver un refuge chez Wyatt, qui te détestera lui aussi. Toute ta famille va te tourner le dos et tu vas finir toute seule. Juste parce que tu as voulu que Sam te remarque, pour une fois. C'est gagné tient. Quand tu arrives à la maison, ton cœur bat à cent à l'heure, tu as l'impression que tu vas défaillir. Et sur toutes les personnes de ton entourage, il fallait évidement que tu tombes sur Joan. C'est bien ta veine. Quand elle voit ton air désabusé, tes yeux brillant de colère -ou de larmes- et l'état pathétique de tes cheveux, elle s’apprête à parler, à gueuler plutôt, comme elle sait si bien le faire. Mais tu la coupes avant, pour partir dans ta chambre. Tu n'as même pas penser à aller dans la salle de bain, seule pièce se verrouillant. Alors évidement, Joan ne tarde pas à te rejoindre, sa voix pourrait te tuer. Mais tu restes sous ta couette, dos à elle et tu fermes les yeux. Tu n'as pas envie de lui parler. Tu ne veux parler à personne. Tu veux juste mourir, là, tout de suite. Y'a ses paroles qui fusent, tu as appris à ne plus y faire attention, elle a toujours un mot plus au que l'autre. Au début, c'était blessant, plus maintenant. « Fiche moi la paix. Je veux pas te parler. Et moi j'aime bien mes cheveux comme ça alors laisse moi tranquille, ils sont très bien, on ne peut pas tous être aussi parfait que toi ! » Ta voix est étouffée par la couverture. Tu joues à l'enfant. C'est drôle, quand on connaît la situation.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan   Jeu 8 Fév 2018 - 17:06

- liv & joan -
But you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn
I'm right here, I'll hold you when things go wrong.

Le comportement des plus jeunes Fairchild était de plus en plus inquiétant, entre Brandy qui s’éloignait de tout le monde et semblait plus que jamais sur les nerfs et perdue, et désormais Liv et sa petite rébellion, le trio d’aînés avait du souci à se faire. Sans parler de nos parents, qui, s’ils venaient à voir Liv dans cet état, s’assureraient qu’elle donne des explications avant de remettre un pied dehors. Si je m’étais comportée de la sorte à peu près toute mon adolescence, je ne souhaitais cependant pas voir mes benjamines dans la tourmente. Se rebeller juste pour marquer son esprit de contradiction et faire enrager ses parents était une chose, aller mal en était une autre. Et Liv n’était définitivement pas du genre à faire des siennes pour agacer papa et maman. Non, elle avait plutôt tendance à adopter cette attitude avec moi d’ordinaire, mais cette fois, cela allait bien au-delà et elle ne s’était pas attendue à voir sa sœur aînée dans le salon en rentrant si tôt des cours. Ce qui m’indiquait que quelque chose clochait et que cette coupe de cheveux était soit l’œuvre d’un camarade qui s’acharnait sur elle, soit sa propre œuvre dans un élan de colère. « Bah oui voyons, c’est à la mode la coupe buisson mal taillé ? Décidément je ne comprendrai jamais rien à la mode moi. » Je m’assis sur le lit et cherchai à tirer sur la couette, mais la petite Liv avait de la force et semblait suffisamment remontée pour ne pas céder. « Bon ok comme tu veux, reste sous la couette, ça m’empêchera pas de te parler. Je peux savoir qui t’a fait ça ? T’as des problèmes au lycée ? Me dis pas que tu te drogues surtout parce que ça va chauffer pour toi petite ! » Je savais par expérience qu’elle détestait lorsque je l’appelais petite ou gamine, cela avait même plutôt le don de la faire enrager. Et je n’en attendais pas moins lorsque je la vis sortir de sous la couette telle une furie, ne me faisant cependant pas bouger d’un centimètre, tandis que je posai un regard ferme et blasé sur elle. Il n’était pas question de céder, je voulais comprendre ce qu’il se passait ici avant que papa ne la voit dans cet état. « Arrête ton cinéma et parle Liv. », avais-je fini par rétorquer, ma voix s'était durcie et désormais je ne désirais plus plaisanter, une soeur à la dérive était suffisant. Je n'avais aucune l'intention d'appeler papa ou maman, mais je me savais suffisamment responsable de mes soeurs pour endosser le rôle des deux cet après-midi.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan   Sam 10 Fév 2018 - 18:01

Pourquoi est-ce que tu as si peu de chance, Liv ? De tout les jours de la semaine, ou même du mois, il fallait que Joan décide de se pointer aujourd'hui. C'est pas comme si elle était partie de la maison depuis des lustres et qu'elle aurait dû venir reprendre ses papiers il y a mille ans... Mais non, elle est venue aujourd'hui, et maintenant, tu vas devoir l'écouter te sermonner pendant des heures alors qu'elle ne sait même pas ce qu'il se passe. Elle ne le saura pas, d'ailleurs. Tu viens à peine de l'apprendre et il est hors de question que tu le dises à celle qui pourrait potentiellement t'arracher les yeux. Bien sûr, tu aimes Joan, comme tes autres frères et sœurs, mais vous êtes souvent en conflit. Elle se comporte trop comme si elle était ta mère, et ça t’énerve. Elle n'a pas le droit de te parler sur ce ton, ce n'est que ta sœur. « T'es trop vielle pour comprendre. » qu'elle dit d'une voix étouffée, et si elle n'était pas au plus bas, elle sourirait, de sa pique. « La mode des jeunes, ça te dépasse. » qu'elle rajoute en tirant sur sa couette de toute ses forces, pour ne pas qu'elle puisse voir ton air désespéré. Alors elle reprends, elle fait des suppositions à la con et utilises ce mot que tu détestes tant. Alors tu surgit hors de ta bulle de plume, et si ton regard pouvait tuer... « Je fais ta taille, Joanna. C'est pas parce que ta vie est nulle que tu dois venir foutre ton nez dans la mienne. Non je ne me drogue pas, arrête un peu. J'ai juste raté un paris débile, c'est bon ! » tu dis d'une traite, bouillante de colère. T'es un colère contre elle, contre toi, contre la vie, contre sam, contre tout et tout le monde. « Va faire un gamin que tu pourras emmerder mais laisse moi tranquille. » t'es méchante, Liv. Vraiment. Tu ne sais pas pourquoi, les mots sortent tout seuls, tu es presque ensorcelée, et tu sais où frapper pour faire mal. Tu penses amèrement que tu lui refilerais bien le truc qui pousse en toi, parce que elle, elle pourrait s'en occuper, mieux que quiconque, mais tu le gardes pour toi, tu restes buter, tu te transformes en grimlins.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan   Lun 26 Fév 2018 - 17:30

- liv & joan -
But you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn
I'm right here, I'll hold you when things go wrong.

Je commençais très sérieusement à regretter d'avoir décidé de rester malgré l'absence de maman et de venir chercher mes papiers précisément aujourd'hui. J'aimais profondément mes soeurs et mon frère, mais gérer le drama familial, c'était plutôt le rôle de Wyatt habituellement. Quant à moi, je me contentais d'apporter mon soutien lorsque besoin s'en ressentait et lorsque mon frère me le demandait. Les histoires de coeur, les problèmes de garçons, tout ça, cela n'avait jamais été pour moi, Sienna et Emma étaient bien plus douées que moi à ce niveau-là. Et je leur laissais ces conversations avec joie. Avec Liv cependant, je me sentais toujours obligée d'apporter mon grain de sel, sentant qu'il s'agissait de mon devoir en tant qu'une des aînées. Les choses étaient souvent compliquées, puisque je n'étais pas la plus douée pour la pédagogie ou encore, pour les discussions profondes. Et chaque fois que j'essayais, sans que je ne sache pourquoi, cela se terminait toujours en dispute entre la benjamine de la fratrie et moi. Précisément comme aujourd’hui, même si rien ne justifiait son attitude. « Tu marques un point. Mais on n’est pas là pour se lancer de petites piques ridicules. » Je ponctuai ma phrase en tentant de tirer fermement la couette, mais elle avait plus de force et sans doute, plus de détermination à garder cette couette sur elle. « Puisque tu veux jouer aux adultes, aies au moins la décence de me regarder en face quand tu me parles. » Cela ne se fit pas attendre, elle surgit de sa cachette et m’incendia du regard, en explosant pour de bon, face à mes spéculations. Mes yeux, tout comme les siens, lançaient des étincelles et exprimaient toute ma détermination à ne pas lâcher l’affaire aussi facilement. « Et donc, tu perds un pari que tu avais fait et tu te mets à pleurer ? J’suis désolée, mais ça ne ressemble pas du tout à ma sœur ça. » Je risquais un geste vers sa chevelure, essayant de mesurer l’étendue des dégâts, mais elle eut immédiatement un mouvement de recul, évidemment. « Mais tu crois que je suis là à te questionner pour le plaisir ? Je suis peut-être dure avec toi, mais c’est pour que tu comprennes que les choses sont compliquées dans la vie et c’est pas en écoutant papa et maman que tu vas trouver le moyen de te défendre dans la vraie vie ! » Et pour cause, je ne savais que trop bien à quel point nos parents souhaitaient nous enfermer dans une bulle de protection, aussi longtemps que possible, tout en s’assurant bien que nous faisions ce qu’ils avaient prévu pour nous. Jusque-là, nous n’avions pas été des modèles de sagesse, mais c’est ce qui nous avait endurcis. C’était sûrement la période dans laquelle se trouvait Brandy, elle aussi. « Bon puisque tu veux n’en faire qu’à ta tête, accepte au moins que je t’arrange ta coupe, parce que là ça craint sérieusement, et pourtant j’y connais rien à la mode, comme tu le dis si bien. » Je lui indiquai sa chaise de bureau et me levai pour prendre les ciseaux que papa utilisait, dans la salle de bain, espérant que Liv n’en profiterait pas pour s’enfuir une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan   Sam 10 Mar 2018 - 23:25


Toi aussi, tu aurais mille fois préféré que ta sœur rentre chez elle, qu'elle ne croise pas ton chemin aujourd'hui. Tu n'as envie de voir personne, encore moins Joan, qui semble toujours prendre un malin plaisir à te sermonner, comme si tu étais encore une enfant ; Aujourd'hui, tu veux juste être seule. Tu viens d'apprendre une nouvelle qui va ruiner ta vie, ton avenir et certainement ta famille. Tu n'as aucunement envie de discuter avec une Fairchild autours d'une tasse de thé. Alors tu te montres teigneuse, t'essaies de la faire fuir, de trouver des raisons à ta mauvaise humeur, à ta coupe de cheveux épouvantable, aussi. Mais cela s'annonce bien plus compliqué que prévu. Parce que Joana Fairchild ne lâche jamais l'affaire. Mais devinez quoi ? Tu es aussi butée qu'elle, ça doit être de famille ! Alors tu fais la mauvaise tête, tu montes dans ta chambre, refuses de lui adresser la parole si ce n'est pour cracher ton venin. Non, décidément, tu n'as aucune envie de lui raconter tes problèmes, même si elle insiste. Elle pense sûrement que tu te fais harceler, que tu te drogues, ou un truc dans le genre. Elle est tellement, tellement loin de la vérité, Joan. Tu tentes de la faire fuir, par la méchanceté. Mais elle reste, tire sur la couette qui recouvre ton visage, ton corps monstrueux. Aucune trace de l'alien n'est visible, et tu as pourtant déjà l'impression d'être énorme et vilaine au possible. Les femmes enceintes sont magnifiques ? T'es absolument pas d'accord, Liv. Et puis, elle se met à te chercher, elle aussi, alors tu bondis hors de la couette pour la fusiller du regard. Heureusement que tu n'as pas une mitraillette entre les doigts, là, tout de suite. « Comme si tu me connaissais. Ça fait longtemps que t'es partie de la maison, et se voir une fois par mois, c'est pas connaître quelqu'un Joan. Je pleure parce que je suis fatiguée, parce que je n'aurais jamais dû faire ce parie et que je regrette. C'est tout, tu peux me laisser maintenant que tu sais ? » elle veut te toucher, mais tu recules, dans un coin de ton lit. Non, hors de question qu'elle s’approche. « Je sais que la vie est dure, merci einstein. » tu lèves les yeux au ciel, même dans ce genre de situation sa condescendance d’exaspéré. Tu croises les bras, attendant, butée, qu'elle parte. Et finalement, elle se lève, mais seulement pour aller chercher des ciseaux. Bon, tu n'auras pas la paix, si tu ne fais pas ce qu'elle dit, avec tu soupires, souffle comme un buffle pour lui montrer ton énervement, mais finit par t'asseoir sur la chaise. Quand elle revient, tu dis. « Me loupe pas. »
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité

( end game )

MessageSujet: Re: Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan   Ven 30 Mar 2018 - 15:57

- liv & joan -
But you'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn
I'm right here, I'll hold you when things go wrong.
(set in december 2017)

Les choses commençaient vraiment à nous échapper, chez les Fairchild. Entre Brandy qui avait été mise à la porte et qui semblait être à la dérive, Emma qui ne me décrochait plus un mot, Wyatt qui semblait traverser une période plutôt déprimante, et désormais Liv qui nous faisait son petit numéro d'adolescente rebelle, je me demandais comment les fêtes de fin d'année se dérouleraient. Certainement pas dans la joie et la bonne humeur comme à l'accoutumée. Après tout, nous aurions dû nous y attendre, pour Liv du moins. Elle était à l'âge où la rébellion commençait et où, chaque adulte semblait être à des milliers d'années de comprendre ce que l'on pouvait traverser. Comme si cela ne nous était jamais arrivé auparavant. Mais à ma façon de lui faire constamment la morale, elle devait sans doute se dire que c'était le cas, que je ne pouvais pas comprendre cette période. Plus encore, Liv et moi n'avions jamais été vraiment proches, car elle était née alors que j'étais moi-même une adolescente un peu rebelle et ingrate, à peine quelques années avant que je parte de la maison. Alors finalement, elle n'avait pas tort, je ne connaissais pas véritablement ma petite soeur. Je l'avais vue grandir à distance et les quelques fois où je passais à la maison les premiers années après mon départ, j'étais souvent plus occupée à me disputer avec papa qu'à passer du temps avec la plus jeune Fairchild. C'était sûrement la raison qui faisait que nos relations étaient si étranges, peut-être que je cherchais à rattraper ce temps perdu en essayant d'avoir un rôle dans sa vie. Le mauvais rôle, en l'occurrence. Sa remarque me fit l'effet d'une douloureuse gifle, et elle était réelle, car elle avait raison. Mais je ne montrai rien pour autant, ce n'était pas le moment de montrer une faiblesse, elle avait besoin de soutien désormais, alors je rangeai les griffes et capitulai pour le moment. Alors que je cherchais les ciseaux dans la salle de bain, je pris une profonde respiration, plus atteinte que je ne le pensais pas son acerbe répartie. Et je me promis à cet instant de mieux faire dans le futur, d'essayer d'être plus présente pour elle, en tant que soutien plutôt qu'en tant que moralisatrice. Et je revins dans sa chambre comme si tout était normal, trouvant ma soeur sagement assise sur la chaise de bureau. Je ne pus réprimer le sourire qui me vint, malgré la dispute, la petite Fairchild s'était accommodée de ma proposition de sauvetage de coiffure. Finalement, peut-être qu'elle était là, ma chance de me rattraper avec elle. Elle me fait comprendre que je n'ai pas intérêt à me louper et cela me fait rire, je ne pense pas qu'elle se soit vue dans un miroir encore. « Crois-moi, ça ne pourra qu’être mieux ! » Je tente de rire légèrement, mais elle n’est toujours pas d’humeur à plaisanter, alors je me contente de commencer à couper çà et là, afin d’égaliser au mieux et de rendre cette coupe plus harmonieuse. Si on m’avait dit un jour que je m’improviserais coiffeuse. « Si papa et maman te demandent ce qui est arrivé à tes cheveux, tu n’as qu’à leur dire que tu avais envie de tester une coupe courte et que, comme j’étais là, tu m’as demandée de te couper les cheveux. », dis-je pour briser la glace, mais également pour lui permettre de sauver sa peau devant nos parents qui ne seraient certainement pas ravis devant ce changement soudain. « Comme ça, ils sauront à qui s’en prendre. » Et je n’étais plus à ça près avec eux, après toutes ces années de bêtises et autres provocations.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Flaunt that feathered mullet like a goddamn boss. ft Joan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» drop sur les boss monsters
» Mon Big Boss motard
» Waaagh du boss ouvr'boite
» [Orks] Des orks tous bleu. Waaaght! Du Big Boss l'min bleu.
» floriam's cave boss

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: