AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 — but i scream too loud if i speak my mind (lula).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Eli Goldstein

truth be told, i never was yours.

- paper notes : 358
- since : 14/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #33, east side.
contact book:
availability: (off) isveig, ophelia, casey.

MessageSujet: — but i scream too loud if i speak my mind (lula).   Mer 10 Jan - 4:14


- but i scream too loud if i speak my mind. -
eli goldstein x lula goldstein


La porte d’entrée s’ouvrit dans un fracas et alla frapper avec force contre le mur, avant que l’homme ne se décide à revenir sur ses pas pour le refermer, dans un geste aussi brusque que le précédent. Une furie qui se déplaçait d’un pas impatient à travers l’espace ouvert de son logement, avant de se diriger vers le salon, où d’un geste impatient de ses mains, il balaya les bouteilles, assiettes et autres effets qui prenaient la poussière sur la table basse pour les pousser au sol, le bruit de vitre et de la porcelaine se fracassant contre le béton du plancher résonnant jusqu’à ses oreilles. Un flacon d’alcool ne céda pourtant pas, et Eli s’en empara avant de le lancer tout contre le mur qui lui faisait face, faisant exploser au contact de la surface le verre en milles éclats. Le contenu de la table de cuisine connut le même sort que celle du salon, ce violent ouragan de rage laissant de nombreux débits dans son sillage. Le Goldstein rageait intérieurement depuis si longtemps qu’il ne parvenait plus à contenir la multitude d’émotions qui l’habitait. Il jura, grogna, alors qu’il mettait à feu et à sang son loft, avant de s’effondrer sur l’une des chaises dans la salle à manger, dissimulant sa tête entre ses deux bras, retenu par ses mains qui se coincèrent dans sa chevelure brunâtre. La fissure étant désormais trop grande pour qu’il puisse l’ignorer, mais l’orgueilleux tentait tant bien que mal de retenir les sanglots qui se logeait peu à peu dans le creux de sa gorge. Il aurait voulu crier, s’époumoner jusqu’à en perdre la voix, mais il n’en avait plus la force, plus la volonté. Son monde s’écroulait, morceau par morceau, lui arrachant tout ce qu’il avait de plus cher. Il avait perdu Isveig, il avait aussi perdu son emploi, et bientôt, c’est sa tête qui tomberait. Ses doigts se crispèrent, ses mèches de cheveux s’emmêlant à leur contact, et il eut soudainement envie de vomir, sa respiration entrecoupée de soubresauts lui donnant des vertiges. Même dans la solitude, il ne se permettait pas de laisser libre court à ce qu’il vivait réellement, en son for intérieur. Mais plus il s’obstinait à vouloir tout contrôler, et plus il en perdait la capacité.

_________________

my head says who cares? but then my heart whispers you do, stupid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 6661
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side.
contact book:
availability: [close] nash, tim, yasin, isaac.

MessageSujet: Re: — but i scream too loud if i speak my mind (lula).   Mer 10 Jan - 13:36

Lula lui avait promit qu’elle passerait. Ça faisait longtemps, trop longtemps qu’elle n’était pas aller voir son frère. Il passait une sale période, le pauvre. Assez pénible pour la garder écarter de ses problèmes. Lula ne pouvait rien faire pour l’aider. Et pourtant, ce soir là, elle était bien décidé à lui faire passer une bonne soirée, ne serait-ce que le sauver de son chagrin quelques heures. Elle n’était pas très douée pour ça, Lula, généralement c’était ses frères qui lui remontaient le moral, pas l’inverse. Mais ces dernières semaines, elle était forcée d’avouer que c’était à elle, de prendre ce rôle là. S’arrêtant sur le chemin récupérer des burgers et des frites pour rendre la soirée plus agréable, elle ne tarda pas à arriver devant le loft du deuxième enfant de la famille. La blonde frappa à la porte, trois coups, et n’entendant pas de réponse, elle entreprit d’ouvrir elle-même. — C’est moi ! — s’annonça-t-elle malgré tout. Hors de question de surprendre son frère en bonne compagnie, en pleine action, ou elle ne savait trop quoi. Elle préférait ne pas prendre de risque. Mais dès que la porte fut ouverte, c’est un spectacle bien plus horrible qui s’offrit à elle. Le lieu avait été ravagé, les objets cassés sur le sol, violemment. Elle referma la porte derrière elle, laissa tomber le sachet de nourriture au sol, et se mit à marcher en direction de son frère avec hâte. — Eli, est-ce que ça va ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? — Elle ne tarda pas à voir que ça n’allait pas, à comprendre, les points se reliant facilement rien qu’à voir le visage de son frère. Lula regretta soudainement de ne pas être venu lui rendre visite plus tôt. Il avait besoin d’aide, besoin de quelqu’un pour l’aider, l’écouter. Il avait préféré noyer ses problèmes dans l’alcool que de lui en parler, mais il fallait voir la vérité en face, il avait besoin d’aide. Ça brisa le coeur de la jeune fille de le voir dans un tel état de détresse et de chagrin, alors que personne n’en savait rien. Il cachait tout ça sous une couche de colère et de sarcasme, rejetant presque tout le monde sur son passage, mais au fond, le problème était bien différent. — Eli, dis-moi ce qu’il se passe… Je suis là pour toi… — glissant une main dans son dos et l’autre sur son bras, elle le regarda avec inquiétude. Elle ne doutait plus de ce qu’il venait de se passer dans la demeure. C’était lui, qui avait fait ça, sous un excès de rage. Elle s’en voulait vraiment de ne pas avoir été là plus tôt.

_________________

(lg) love is like playing music: first you must learn to play by the rules, then you must forget the rules and play from your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Eli Goldstein

truth be told, i never was yours.

- paper notes : 358
- since : 14/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #33, east side.
contact book:
availability: (off) isveig, ophelia, casey.

MessageSujet: Re: — but i scream too loud if i speak my mind (lula).   Jeu 11 Jan - 3:08

Il entendit les trois coups frappés contre sa porte, il les entendit mais il ne réagit pas. La ou les personnes qui se trouvaient derrière finiraient bien par partir, en l’absence de réponse, le laissant à sa solitude et à la douleur qui le déchirait de l’intérieur. Mais quand le grincement des pentures de la porte se firent entendre, et que la petite voix claire de sa sœur résonna dans tout l’appartement, Eli n’eut qu’une envie, et c’est de se cacher, de se refermer sur lui-même jusqu’à disparaitre complètement. Il ne voulait pas imposer à Lula cet affreux spectacle de sa vulnérabilité, mais il était trop tard pour ça. La porte se referma et alors qu’elle laissait choir sur le sol ses effets personnels, celle qu’il voyait encore comme une enfant, à ses yeux, vint le rejoindre, une inquiétude perçante marquant les traits de son visage de poupée. Quant elle lui demanda ce qui s’était passé, s’il allait, un sanglot perça d’entre ses lèvres et il porta une main jusqu’à sa bouche, pour étouffer ceux qui viendraient à sa suite. S’il l’ouvrait une autre fois, ce n’était pas des paroles qui risquait d’en sortir, mais toute la souffrance qui l’habitait et qui n’attendait que ça, depuis trop longtemps déjà. Mais sa cadette s’entêta à comprendre, s’obstina à le faire parler, clamant qu’elle était là pour lui, comme il avait de nombreuses fois étaient présents pour essuyer ses larmes. Son orgueil s’épuisait, ses résistances fondaient comme neige au soleil et il sentit l’eau montées jusqu’à ses yeux, jusqu’à ce qu’elles embrouillent totalement son regard. Alors il craqua, impossible de contenir ce trop plein d’émotions ne serait-ce qu’une seconde de plus. Il sentit la fissure de son cœur se raviver, et ses bras se resserrent autour de son corps dans une étreinte étouffante, comme s’il tentait de rassembler les pièces désormais éparpillés de son palpitant. Ses pleurs se firent de plus en plus présents, les gouttes roulant sur ses joues mal rasées des derniers jours. Il aurait voulu s’exprimer autrement, reprendre sa contenance et rassurer sa sœur, mais sa tristesse avait pris une telle ampleur qu’il lui était désormais impossible de la dissimuler. Les masques qui s’évertuait de porter depuis sa rupture tombait un à un, ne laissait apparaitre que le véritable visage qui se cachait derrière, celui d’un homme détruit, un homme à qui la vit avait cessé de sourire depuis que son soleil avait cessé de briller pour lui.

_________________

my head says who cares? but then my heart whispers you do, stupid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 6661
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side.
contact book:
availability: [close] nash, tim, yasin, isaac.

MessageSujet: Re: — but i scream too loud if i speak my mind (lula).   Jeu 11 Jan - 13:12

Lula pensait avoir traversé avec Jasper le pire. Pendant une période, sa tristesse rendait la gamine dingue, elle pouvait même le sentir déteindre sur elle à mesure où elle restait près de lui, son chagrin l’atteignant en plein coeur, ne lui laissant nul autre choix que de compatir. Avec Eli, c’était différent. Il était trop fier, il l’avait toujours été. Elle pouvait voir dans sa manière de faire, qu’il tentait de se retenir, même là. Comme si elle ne l’avait jamais vu triste. C’était ce qu’il faisait, depuis qu’elle était partie pour les bras d’un autre. Eli ne craquait pas, il cachait simplement sa tristesse sous de l’alcool, du sarcasme, de la colère. Même sa soeur avait pu constaté le changement de caractères. Le voir là, si touché, lui donnait pourtant un petit espoir que son frère était loin d’être devenu le con qu’il prétendait être, l’homme aigri qui détestait la terre entière. Un sanglot lui échappa, qui eu l’effet d’un lent et douloureux poignard dans l’estomac pour la petite de la famille. Elle ne savait pas quoi dire, ou quoi faire, mais elle voulait être là. Pour lui. Passant ses bras autour de lui, elle entreprit de le prendre dans ses bras, ne voyant pas de meilleures façons de le consoler. Il était brisé, et elle ne pouvait que le comprendre, même si elle n’était qu’une gamine. Être trahie de la sorte après tant d’années, elle ne pourrait même le concevoir. Le garçon craqua rapidement, éclatant en larmes dans les bras de sa soeur, qui eu pour réflexe de le serrer un peu plus contre elle, sa main frictionnant doucement son dos, comme si cela pouvait changer quoi que ce soit. — Ça va aller Eli … — marmonna-t-elle, se retenant d’éclater en sanglots à son tour, bien trop touchée par ce trop plein de chagrin. Lula était bien trop proche de sa famille pour ne pas se sentir concernée et profondément touché quand l’un de ses frères semblait si triste. Elle attendit un instant, silencieuse, le laissant prendre son temps pour pleurer autant qu’il en avait besoin, avant de se calmer. S’écartant légèrement, elle le regarda afin de chuchoter. — Tu veux m’en parler ? — La blonde ne savait pas trop l’effet qu’aurait ces mots sur lui. Il allait peut-être se refermer à nouveau, comme il savait si bien le faire, ou partir dans une nouvelle crise de larmes, dans quel cas elle serait là pour le prendre à nouveau dans ses bras. Ou peut-être qu’il allait, pour la première fois, parler avec son coeur, et expliquer à sa soeur tout ce qui l’avait tant brisé.

_________________

(lg) love is like playing music: first you must learn to play by the rules, then you must forget the rules and play from your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Eli Goldstein

truth be told, i never was yours.

- paper notes : 358
- since : 14/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #33, east side.
contact book:
availability: (off) isveig, ophelia, casey.

MessageSujet: Re: — but i scream too loud if i speak my mind (lula).   Dim 14 Jan - 0:57

Sa douleur, il l’avait profondément enfoui depuis qu’Isveig l’avait quitté, ravalant sa tristesse pour préserver sa fierté et son orgueil mal placé. Il tentait de trouver du réconfort dans le bras des femmes et dans l’alcool, mais jusqu’ici, ça ne lui avait pas du tout réussi. Au contraire, il avait l’impression que sa vie ne cessait de basculer du mauvais côté. Sa confrontation avec Wyatt, plus tôt dans la journée, l’avait mis devant le fait accompli : il avait agi en con, et il allait devoir payer. Mais encore fallait-il qu’il accepte de vivre ses émotions, qu’il accepte d’être vulnérable, pour une rare fois dans sa vie. Les larmes qui coulaient de ses joues montaient à quel point le vase était trop plein, et ce, depuis un bon moment déjà. Les fins bras de sa sœur se resserrèrent autour de lui, et il s’y réfugia pour pleurer, laissant les émotions le submerger en de puissants sanglots qui le secouaient de la tête au pied. Elle tenta de le réconforter à son tour, mais les mots qu’elle lui promulgua furent étouffer par le bruit de ses gémissements étouffés. Les deux Goldstein restèrent ainsi pendant un long moment, jusqu’à ce que la tempête se calme, et que l’ainé parvienne à respirer de façon naturelle, même si les larmes perlaient toujours à ses joues. Sa sœur le scruta, lui demanda s’il avait envie d’en discuter. Il hocha la tête. Pourtant, pourtant il ouvrit la bouche et parla. – J’ai tellement agi en con, Lula…  - lui confia-t-il, réalisant à quel point son comportement des dernières semaines laissant à désirer. À quel point tout ceci ne lui ressemblait pas. – Et on m’a viré du boulot, à cause de ça. – Il réalisait à quel point ses mauvaises habitudes auraient pu avoir de sérieuses répercussions sur sa vie, mais aussi sur celles des gens qu’il était supposé protéger, aider, sauver. Il enfouit son visage dans le creux de ses mains, honteux, et plus malheureux que jamais.

_________________

my head says who cares? but then my heart whispers you do, stupid.


Dernière édition par Eli Goldstein le Mar 20 Mar - 15:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 6661
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side.
contact book:
availability: [close] nash, tim, yasin, isaac.

MessageSujet: Re: — but i scream too loud if i speak my mind (lula).   Jeu 18 Jan - 1:28

Sa famille, Lula y tenait. Elle y tenait vraiment, malgré les prises de têtes avec ses parents, les semaines sans donner de nouvelles à ses frères, les quelques fois où, récemment, elle avait fait comprendre à Eli qu'il était chiant. Ça ne changeait rien. Elle tenait à eux, elle tenait à Eli, plus qu'elle ne pourrait jamais l'exprimer. La façon dont il s'était, doucement, laisser emporter par le chagrin et l'alcool pour n'être aujourd'hui que l'ombre de l'homme fabuleux qu'il était, avait le don de rendre malade la seule fille de la fratrie. Elle détestait le voir se détruire sans rien pouvoir faire pour le retenir. Ce moment de faiblesse, le premier en de longs mois, même s'il lui brisait profondément le coeur, était le moment d'atteindre son frère. Le garçon gentil qu'il avait toujours été, et qui était aujourd'hui bien enfoui au fond de l'homme qu'il était devenu, celui qui boit et, à ce qu'elle a cru entendre, change de compagne tous les soirs. — Dis pas de connerie, t'as pas agit comme un con. — répondit-elle rapidement. Elle voulait le rassurer, le remonter le moral comme elle le pouvait. Mais lorsqu'il lui annonça s'être fait virer, les yeux bleus de la gamine s'écarquillèrent légèrement. — Vraiment ? — Elle secoua la tête, chassant ce léger moment d'incompréhension avant de reprendre. — Eli, je suis sûre que si tu fais un effort, tu pourras le récupérer. Mais il faut que tu te ressaisisses. — À commencer par cesser de boire autant. Elle n'avait pas besoin de vivre avec lui pour savoir qu'il devait passer la plupart de ses soirées ivres morts. Si son patron l'avait remarqué, il n'y avait aucun doute qu'il n'allait pas laisser passer ça. Regardant un instant son frère, elle fini par parler un peu plus doucement, venant prendre ses mains délicatement dans les siennes. — Moi je suis là pour toi, si t'as besoin d'aide. J'le serais toujours, Eli. — Elle avait l'impression que c'était nécessaire, de lui rappeler qu'il n'était pas seul, dans de moments pareils. Pendant un instant, Lula regretta vraiment de ne pas avoir été présente pour lui plus tôt, pour l'aider à traverser tout cela. Peut-être aurait-il eu besoin d'une épaule pour l'aider avant que tout ne dégénère vraiment. Peut-être n'avait-elle pas été à la hauteur.

_________________

(lg) love is like playing music: first you must learn to play by the rules, then you must forget the rules and play from your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Eli Goldstein

truth be told, i never was yours.

- paper notes : 358
- since : 14/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #33, east side.
contact book:
availability: (off) isveig, ophelia, casey.

MessageSujet: Re: — but i scream too loud if i speak my mind (lula).   Mar 23 Jan - 2:57

Il avait honte que sa sœur le voie ainsi. Il avait honte d’avoir agit comme il l’avait fait. Il avait honte d’être devenu l’ombre de lui-même, une autre personne, un étranger. Quelqu’un qu’il ne parvenait même pas à se reconnaître dans le miroir. Ce soir-là, c’est un point de non-retour qu’il franchissait, un véritable signal de détresse qu’il lançait, incapable d’en supporter davantage. La peine de l’avoir perdue, le sentiment de trahison qui le transperçait de toute part, la rage à l’égard de cet homme qu’il avait considéré comme un ami, un homme qu’il lui avait joué dans le dos pendant tout ce temps. Ce vide, qu’il ressentait à l’intérieur de lui, ce trou béant dans le cœur qui saignait encore Isveig, même après plusieurs semaines parce qu’il était incapable de l’oublier, malgré toutes les souffrances, tous les mensonges. Son amour pour elle lui avait procuré tant de bonheur, de joie, mais désormais, il ne faisait que le détruite, le ronger de l’intérieur.  Il avait cru être capable d’inhiber ses tourments en les noyant dans l’alcool, mais tout ça n’avait fait que l’enfoncer plus profondément encore, alors qu’il creusait son tombeau. Lula tenta de le rassurer, telle la parfaite petite sœur qu’elle avait toujours été, mais Eliott savait qu’il avait raison. Il avait tout gâché. La surprise sur le visage de la jeune fille qu’il vit en relevant la tête le rendit plus misérable encore. Son boulot, c’était sa vie, ses collègues, comme sa deuxième famille. Et il était parvenu à tous les décevoir, Wyatt le premier. Il laissa sa cadette récupéré ses mains et il serra les doigts de cette dernière entre les siens, s’accrochant à elle, à sa présence rassurante, bienveillante. – Je n’y parviendrai pas seul, de toute façon. – lui avoua-t-il, l’air penaud. La côte serait abrupte, le chemin, escarpé, mais il voulait l’atteindre, le haut de cette montagne, afin de pouvoir regarder derrière lui et être fier d’y être parvenu, de s’en être sortit. Il fallait seulement qu’il s’y mette. Qu’il se donne un bon coup de pied au derrière et qu’il reprenne un peu de maitrise sur sa personne. S’arrachant au siège où il s’était installé, quelque instant plutôt, il se dirigea vers la cuisine, et à force de fouiller dans les armoires, il en sortit plusieurs bouteilles d’alcool plus ou moins entamés, qu’il déposa sur le comptoir. Ce n’était que la moitié de ce qu’il possédait… Le reste, il l’avait déjà ingéré et son estomac lui en voudrait encore longtemps. Poussant un soupir, il se tourna vers Lula. – Tu veux bien m’aider à les vider? – Ainsi, peut-être serait-il moins enclin à boire si ses réserves étaient à sec, hors de sa vue. Il fallait bien commencer quelque part...

_________________

my head says who cares? but then my heart whispers you do, stupid.


Dernière édition par Eli Goldstein le Mar 20 Mar - 15:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lula Goldstein

take your broken heart, make it into art.

- paper notes : 6661
- since : 04/11/2017

( end game )

- getaway car.
address: #53, east side.
contact book:
availability: [close] nash, tim, yasin, isaac.

MessageSujet: Re: — but i scream too loud if i speak my mind (lula).   Ven 9 Fév - 0:22

Cela faisait bien trop longtemps qu'elle n'avait pas vu un large sourire sur le visage d'Eli. Ça remontait à avant sa rupture, sûrement le moment où il avait annoncé à sa famille que lui et celle qu'il pensait être la femme de sa vie allaient enfin se marier. Elle ne pouvait pas l'en blâmer, tout le monde y avait cru, avant que, quelques semaines plus tard, il leur annonce que tout était fini entre eux. Lula ne remettait pas cette affaire sur le tapis. Elle ne voulait pas être insensible, elle doutait qu'un simple c'est une salope suffise à apaiser le coeur lourd de son grand frère. C'était pourtant tout ce qu'elle avait à dire, elle qui était loin de s'y connaitre en histoires de coeur, en relations sentimentales, surtout celles qui durent depuis aussi longtemps qu'Eliott et Isveig. Elle avait décidé de se taire, évitant de parler du fruit de tous ses problèmes, cet élément déclencheur, qui semblait petit à petit engouffrer toute la vie du Goldstein dans un véritable trou noir. Lula eu un élan d'espoir lorsqu'il clama ne pas pouvoir s'en sortir seul. Peut-être qu'il accepterait son aide, finalement, après tous ces mois. Eli se leva avant que la petite blonde n'ait le temps de répondre, se dirigeant vers la cuisine. Elle ne tarda pas à l'y rejoindre, restant malgré tout en retrait, appuyer contre l'encadrement de la porte alors qu'elle le regardait faire, les bouteilles s'entassant rapidement sur le plan de travail. Chaque nouvelle bouteille qu'il y déposait faisait se serrer le coeur de la gamine un peu plus. Elle n'avait peut-être pas saisi à quel point il avait besoin d'aide. Elle était peut-être arrivé trop tard, elle aurait dû lui faire comprendre qu'elle était là, vraiment là. Il finit par se tourner vers elle, demandant de l'aider à vider les bouteilles. Restant surprise, Lula hocha malgré tout la tête. — Bien sûr, oui. — Elle lui répondit finalement en s'approchant de l'évier. Attrapant une première bouteille, elle la vida entièrement, la reposant vide sur le bord. Elle en attrapa une deuxième avant de lui faire vivre le même traitement, puis une troisième, une quatrième. La musicienne resta silencieuse, son visage ne montrant aucune émotion, aucune grimace. C'était une gamine, mais elle savait se montrer mature quand il le fallait. Et là, il le fallait. Pour Eli. Avec l'aide de son frère, toutes les bouteilles furent rapidement vidées. — Tu n'en as pas d'autres qui trainent ? C'est le moment, sinon. — demanda-t-elle en se retournant vers son frère. Il aurait été bête de laisser quelque part dans cette demeure la moindre tentation qui aurait pu le faire replonger, alors qu'ils avaient déjà parcouru une bonne partie du chemin, en quelques minutes seulement.

_________________

(lg) love is like playing music: first you must learn to play by the rules, then you must forget the rules and play from your heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Eli Goldstein

truth be told, i never was yours.

- paper notes : 358
- since : 14/12/2017

( end game )

- getaway car.
address: #33, east side.
contact book:
availability: (off) isveig, ophelia, casey.

MessageSujet: Re: — but i scream too loud if i speak my mind (lula).   Mar 20 Mar - 15:41

Il était incapable de regarder sa sœur, à mesure qu’il déposait les bouteilles de forts sur le comptoir de sa cuisine. Trop nombreuses, beaucoup trop nombreuses. S’il n’était pas parvenu à s’admettre qu’il avait un problème, être mit devant un tel spectacle lui donnait l’impression d’une claque au visage, tout autant que cette lettre de mise à pied que Wyatt lui avait remis, plus tôt cette journée-là. Eli devait sortit tout ce poisson de son loft. Et le plus tôt serait le mieux. Quand il se tourna vers sa cadette pour lui demander de l’aide, il ne put s’empêcher de voir la déception et la tristesse sur son regard, et il s’en voulu. Jamais elle n’aurait dû le voir ainsi. Jamais il n’aurait du laisser cette histoire l’atteindre à ce point. Mais il était trop tard : le mal était fait. Et désormais, sa seule mission consistait à se reprendre en main, et faire un trait sur toute cette histoire, comme Isveig l’avait elle-même faite. Ça ne lui servait à rien, de la pleurer pendant des mois. Il fallait qu’il se résonne : elle ne reviendrait pas. Et la vie continuait quand même. À deux, les bouteilles trônant sur plan de travail furent rapidement vidées dans l’évier, et Lula ne put s’empêcher de lui demander s’il y en avait d’autres. – Elles sont vides depuis longtemps. – En d’autres termes : il n’en restait plus aucune trace. Son système en ayant ingéré une grande majorité. Allant fouiller dans une armoire à débarras, non loin de la cuisine, il en sortit une grosse botte qu’il posa sur le comptoir, et où il se mit à ranger les contenants de verre à secs. Plus tard, il irait porter ces bouteilles là où on voudrait bien d’elle. Mais pour le moment, sa seule envie était de quitter cet appartement, d’aller prendre l’air. Et de passer un peu de temps avec sa sœur, ne serait-ce que pour leur changer les idées sur ce qui venait de se passer. – Je t’amène manger quelque part. – annonça-t-il d’office à celle qu’il voyait toujours comme une gamine. – Je rangerai tout ça en rentrant… - Son regard jaugea son logement, et la pagaille qui y régnait lui tira un soupir. Pour autant, il n’avait pas l’intention de demander à sa sœur de l’aide à remettre de l’ordre dans ce bordel sans nom. Il voulait s’en occuper lui-même, question d’en profiter pour mettre de l’ordre dans ses idées, aussi. – Merci. – qu’il lui dit seulement, déposant un baiser sur le front de Lula. Il passa un bras autour de ses épaules avant de l’entraîner avec lui vers l’extérieur.

Sujet terminé.

_________________

my head says who cares? but then my heart whispers you do, stupid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


( end game )

MessageSujet: Re: — but i scream too loud if i speak my mind (lula).   

Revenir en haut Aller en bas
 
— but i scream too loud if i speak my mind (lula).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07.[Robertson's] Let's get loud
» Reese-My feelings are too loud for words and too shy for the world.
» Les mangas...sont-ils démoniaque à ce point?!
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Lorenzo (+) I wanna scream and shout and let it all out.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- call it what you want. ::  :: lights are so bright. :: sujets.-
Sauter vers: